BFM RADIO, LUNDI 20 DECEMBRE A 11h39 – LE CONSOMMATEUR DESARME

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Les crises ont cet effet que des choses jusque-là invisibles apparaissent soudain en surface. Il en va ainsi du déséquilibre qui devient désormais très palpable entre les droits du consommateur et ceux du prestataire de service. Ainsi, dans un cas très récent, le fait que l’organisation d’initiative citoyenne WikiLeaks, s’est vue refuser les services de Visa, Mastercard et Paypal, sans autre justification que le fait d’avoir « peut-être » agi illégalement en publiant des informations communiquées par des « whistleblowers », des employés dénonçant les pratiques scandaleuses de leur employeur, qu’il s’agisse d’une firme ou d’un gouvernement.

Hier, alors que la presse avait signalé il y a quelques jours que Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, s’apprêtait à divulguer des informations relatives à Bank of America révélant « des manquements à l’éthique » au niveau de sa direction, la banque a décidé de refuser de traiter les dons faits à WikiLeaks. Comment imaginer que ce refus de service soit sans rapport avec l’annonce faite dans la presse ?

Or, même si des personnalités politiques américaines appellent à l’assassinat d’Assange et de ses collaborateurs, et si le Vice-Président Joe Biden le qualifie de « terroriste high-tech » et laisse entendre que l’on s’active en ce moment à fabriquer les preuves qui permettront de l’inculper de « complot » (on doit s’étonner que les personnalités politiques d’autres pays s’abstiennent de commenter une telle agitation hystérique), son statut se limite à l’heure actuelle à ce qu’une cour suédoise veuille l’entendre sur des faits qui relèvent de la vie privée et qui impliquent la validité du témoignage d’une personne endormie au moment des faits. L’existence d’un tissu de lois tatillonnes permet semble-t-il aux autorités d’exercer désormais des représailles contre tout individu dont le comportement les irrite.

Une justice privée de mauvais aloi est en train de se mettre en place, fondée sur l’intimidation et qui ne juge pas même nécessaire de se justifier. Les firmes qui refusent leurs services à WikiLeaks se contentent de dire que son fondateur a « peut-être » commis des actes illégaux ou, de manière plus nébuleuse encore, qu’une infraction à été commise à l’un de leurs règlements – qu’elles s’abstiennent de préciser. On pense à Kafka : « Vous serez probablement convoqué prochainement pour que nous évoquions ensemble une affaire dont nous vous ferons connaître l’objet en temps utile… »

Or des firmes comme Visa ou Mastercard, Paypal, vu la nature des services qu’elles offrent, se trouvent en position de monopole ou d’oligopole. La loi dans certains pays oblige les sommes importantes, comme les salaires, à transiter par les banques. Que se passerait-il si les banques refusaient de vous ouvrir un compte parce qu’elles n’aiment pas vos opinions ou vos agissements – bien qu’ils soient légaux ? Une compagnie téléphonique pourrait-elle résilier votre abonnement parce qu’elle n’aime pas ce que vous dites publiquement – et qu’elle soupçonne que vous pourriez éventuellement le répéter au téléphone ? À l’inverse, le particulier s’est vu refuser dans de nombreux pays la possibilité d’appeler au boycott des compagnies qui se conduiraient de manière arbitraire envers lui, le boycott ayant été interdit par la loi.

Aux États-Unis en particulier, où les représentants du peuple sont toujours élus mais sont indirectement rémunérés par des compagnies privées et où le droit pour ces dernières d’injecter des sommes d’un montant illimité dans les campagnes électorales leur permet de fait d’exercer un véto contre les candidats qui n’ont pas l’heur de leur plaire, une réponse commence à apparaître au sein de réseaux de vigilance citoyenne qui traquent l’asymétrie entre consommateur et prestataire de service. Ces réseaux sont ainsi parvenus récemment aux États-Unis à bloquer une proposition de loi (le Président Obama a opposé son véto à HR-3808) qui, en accordant statut légal aux documents produits par une association d’établissements financiers accordant des prêts hypothécaires, aurait encore aggravé l’asymétrie de traitement entre eux et leurs clients. Et ils attirent en ce moment-même l’attention sur une manœuvre de la Federal Reserve, la banque centrale américaine, qui s’apprête, à la demande de ces établissements de crédit, à éliminer la procédure de recours pour invalidité contre la saisie d’un logement, dite « rescision », pour couper l’herbe sous le pied du Consumer Financial Protection Bureau qui sera mis en place en juillet de l’année prochaine. D’autres initiatives citoyennes agissent dans le même esprit à l’échelle mondiale, ainsi, l’organisation canadienne Avaaz.org, créée en 2007, et qui affirme compter déjà plus de six millions de membres.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager

169 réflexions au sujet de « BFM RADIO, LUNDI 20 DECEMBRE A 11h39 – LE CONSOMMATEUR DESARME »

  1. Bonjour Paul,

    vous allez insinuer que les démocraties deviennent petit à petit des dictatures.

    Petit coquin !

    Bonne journée à tous

    1. Les démocraties comme vous dites ne sont que l’expression de la liberté dictatoriale du marché.
      Simplement, à un moment de leur histoire, certains des pays économiquement développés ont eu besoin de revêtir un habit « démocratique ».
      Il arrive simplement qu’elles n’ont plus besoin de ces oripeaux et que cela commence à se voir !

    2. @Marlowe
      Bonjour,
      Je me méfie de ces jugements très tranchés et très auto-centrés. Certes, la situation peut inquiéter. Mais à la différence de ce que l’on trouve dans des lieux d’extrême pauvreté et de réel pouvoir dictatorial, n’avons-nous pas encore à faire usage de notre liberté, de nos initiatives et des moyens qui nous restent pour réagir et troquer les oripeaux pour des habits plus en rapport avec nos attentes ?
      Je pense que c’est encore largement possible. Subprimes ou pas !
      Cordialement

    3. Il me semble que, pour qui veut foir la réalité et bientôt aussi pour les myopes et les aveugles, l’usage de la liberté se restreint chaque jour un peu plus.
      La contribution de Paul Jorion va, me semble-t-il, dans ce sens, même si les choses sont dites de manière « non-insurrectionnelles ».
      La mondialisation n’apporte pas plus de liberté à ceux qui sont en privés, mais elle apporte moins de liberté à ceux qui en avaient encore.
      Quant à ce que nous avons à faire, j’ai indiqué plus loin (4) ce que j’en pense.

    4. Je rejoins Marlowe, le seul droit qu’ils nous accordent, c’est de devoir consommer, surtout à crédit, même s’il leur faut organiser les faillites civiles. Tant qu’ils garderont leur capital par la socialisation de leurs pertes, la démocratie sera de piètre qualité, au delà de deux personnes sur la voie publique, tout rassemblement peut être dispersé par la force publique, obligation d’optempérer sinon garde à vue arbitraire, y compris par les polices municipales prochainement (non OPJ). Circulez, il n’y a rien à voir et le mot d’ordre, restez chez-vous et ne consommez que le strict nécessaire pour ceux qui en ont encore le choix.
      De bonnes fêtes à tous, 18 cms de neige sur nos montagnes du Calvados.

    5. Cette intervention est bienvenue, car elle rapelle la marche forcée vers la marchandisation du monde
      Il avait déjà expliqué comment la situation des salariés relevait de la tyrannie du capital.
      .Comment ne pas parler désormais de la dictature du capital ?

      Le drapeau de l’émancipation de tous, pour le bonheur de chacun, est la démocratie.
      La démocratie n’est désormais qu’une paeu de chagrin et douleur,
      à moins de se rassembler et se battre pour exproprier les expropriateurs.

    6. De toute façon à mon avis il ne faut pas se leurrer, face aux défis à venir, déplétion des ressources, crise économique qui va empirer etc.. je doute que les démocraties arrivent à surmonter ses problèmes sans casse, en tout cas l’histoire nous la montrée assez souvent.

    7. Les démocraties ont justes déléguer leurs pouvoirs sur des instances supranational non démocratique: OMC, FMI, Commission Européenne, au final les électeurs de la planète non que des influences très indirecte et le jeu des nations fait qu’il y a toujours un temps d’écart entre les réactions, ce qui fait qu’il y a peu de chance qu’il y est un contre pouvoir (chaque pays réfractaire ne l’étant jamais en même temps que ces voisins).
      Le temps reste un élément clef pour maintenir la pression entre une instance supranational et une nation, imaginer si la Grèce , l’Irlande, l’Espagne, le Portugal avait eût des problèmes aux mêmes instants la pression aurait été telle qu’une opposition transnational aurait plus ce construire, alors que là en opposant pays du Nord et du Sud, pays de L’Est et couple franco-allemand, avec des temps différent on étouffe toute remise en question du pouvoir non démocratique de Bruxelle (et la méthode est la même pour nos le peu d’influence que nos députés Européens peuvent avoir sur la politique Européenne).
      C’est la même stratégie pour le lait les industriels ce jouent du nationalisme (Beignet le groupe Lactalis a des usines partout en europe, il gagne toujours), il y a 10 ans on était pas compétitif par rapport à l’Angleterre (depuis ils importent 20ù de leurs laits ils ne peuvent plus produire leurs quotas), puis l’Italie, puis le Danemark (endettement sur 35 ans avec cautions des laiteries, ils seront les esclaves de leurs laiteries bien avant la retraite, la dite laiterie récupèrera des installations modernes, robot, de taille industriel, +2000 vaches, aujourd’hui c’est l’Allemagne de l’est avec ces anciennes ferme d’état et ces employer immigrés sous payé), on alterne les coupables, le 1 mai 2009, les Espagnols manifestaient contre le prix du lait Français, qui était trop bas, on manifestai contre les allemands et ces dernier manifestaient car il ne s’en sortait plus….

    1. « Bank of America se joint aux mesures annoncées précédemment par MasterCard, PayPal, Visa Europe et d’autres et n’effectuera plus aucune transaction de quelque type que ce soit dont elle ait des raisons de croire qu’elle puisse être destinée à WikiLeaks »

      Et de plus, la formulation est assez savoureuse, « dont elle ait des raisons de croire qu’elle puisse…. » en gros « Bank of America » peut bloquer les transactions de qui elle veut sans aucune justification….

      Pas mal !

    2. « Je me joint aux mesures annoncées précédemment par MasterCard, PayPal, Visa Europe Bank of Arnackika et d’autres et n’effectuerai plus aucune transaction de quelque type que ce soit dont j’ai des raisons de croire qu’elle puisse être destinée aux Banksters »
      « Banck of América » et Cantonna même combat !!!!!! 🙂
      Mais là, c’est de fait un appel au boycott, et Paul, avec la politesse qui caractérise les étrangers en situation régulière, n’ose pas citer mon beau pays, qui interdit le Boycott……
      Un coup à faire fermer le blog ……. Voilà, voilà.

    3. « engagé dans des activités contraires à notre politique interne de paiements »
      Motif (prétexte ?) à la formulation étrange, voire ambiguë.

  2. Ceci est effectivement préoccupant.
    Y voyez-vous le résultat de manoeuvres tout à fait conscientes de la part de maxi-profiteurs confisquant peu à peu les droits du citoyen pour réaliser un coup d’Etat insensible ? Ou y voyez-vous le résultat d’un long processus d’engourdissement progressif d’une population vieillissante, peureuse, plus sensible à son confort qu’aux questions citoyennes et apte à accepter des « procédures » de plus en plus en écart avec ses intérêts et avec le bon sens ?
    Ou faut-il chercher ailleurs, à votre avis ? Je penche pour ma part pour la seconde thèse !
    Bonne émission Lundi et bon dimanche en attendant.

    1. La civilisation actuelle est bien produite par l’offensive permanente de la classe qui s’est accaparée la richesse en détruisant tout sur son passage et par l’insuffisance des défenses qui lui sont opposées. Cela est vrai pour la folle évolution de l’économie en spéculation et pour l’affaiblissement parallèle des défenses immunitaires des êtres vivants.
      C’est quand tout semble perdu qu’il nous faut « tenter une sortie », « se donner de l’air », bref reprendre l’offensive.

    2. Réponse deux, sans l’ombre d’un doute. C’est un problème interne à la démocratie, dont les séquences se déroulent au vu et au su de tout électeur-citoyen un minimum responsable. Comme d’habitude c’est aux US que le mouvement de balancier va, en apparence, le plus loin, mais n’oublions pas que c’est aussi le pays de Ralph Nader ou des « class-actions » (recours collectifs). Que c’est là-bas que les débats restent les plus libres et les actions-réactions potentiellement les plus exacerbées. N’oublions pas non plus que là-bas un Hortefeu-boutefeu serait « démissionné » depuis longtemps, un Woerth en taule, un Sarkozy lourdé (dix fois bon pour un impeachment), sans parler d’un Berlu…

      La France et l’Europe sont devenues des zones de no-scandal. Au mieux les pays du sourire sarcastique. Le pLe Cambodge du rictus aigre. Sourions donc.

    3. à vigneron,

      Dans un pays où « rien n’est vrai, tout est permis » on a prété, il y a plus de vingt ans,à un « élu de la démocratie » la phrase suivante : « il y avait des scandales, aujourd’hui il n’y en a plus. »

    4. Vigneron, comme d’habitude vous voulez rire, je vois. Les USA sont le pays où les libertés publiques se sont le plus dégradées en 10 ans : coup d’Etat judiciaire de 2001 qui a permis à Bush d’être désigné par – 500 000 voix dont – 4000 en Floride ; duquel a découlé 8 ans de monstruosité bushiste ; guerres illégales en Irak-AfPak (plus d’un million de morts à ce jour !!) car guerres d’agression en violation de la Charte des Nations-Unies et sous les prétextes les plus fallacieux, donc crimes contre l’humanité selon la jurisprudence Nuremberg ; rétentions et « renditions » avec torture généralisée de Guantanamo à Abu Ghraïb en passant par Bagdad en dehors des droits les plus élémentaires (habeas corpus bafoué), atrocités qui s’exercent même contre des Etats-Uniens (ex. Padilla) ; pas la moindre trace d’impeachment contre un Bush ou même un Obama malgré leurs nombreux crimes et violations de la constitution : écoutes illégales et généralisées des Etats-Uniens, police militarisée sans respect pour le droit d’expression et de manifestation, drones téléguidés massacrant les populations civiles au Pakistan et au Yemen (Terminator), auto-autorisation de la présidence Obama pour exécuter n’importe quand et partout un citoyen US (un étranger, c’est acquis et opérant depuis très longtemps) sous prétexte de terrorisme sans possiblité de vérifier la motivation de l’exécution extra-judiciaire pour cause de raison d’Etat ; reconduction des équipes criminelles bushistes aux postes de commande : Geithner à la finance, Gates à la défenses, Bernanke à la Fed, les artisans-mêmes du chaos financier ou militaire ; financement monstrueux et sans contrôle des candidats des deux parties par l’oligarchie corpocrate, partis d’ailleurs de plus en plus indistinguables (Reps un peu plus déments et anti-citoyens que les Dems, mais c’est tout), un congrès acheté à plus de 90% sauf rares exceptions (Ron Paul, Bernie Sanders, Alan Grayson, ce dernier d’ailleurs débarqué), etc. etc. Heureusement, en Europe et en France, et quelles que soient les turpitudes du régime sarkozyste, nous n’en sommes pas encore là !

    5. Plus que de démocraties il s’agit de sociétés où la démocratie est mise en scène bien plus qu’elle n’est effective. C’est aux Etats-Unis que ce décors est le plus élaboré, presque de manière cinématographique. Votes (quand il n’y a pas manipulation pure et simple des résultats digne d’un Etat ouest-africain), débats d’idées, campagnes de presse, révélations fracassantes, etc… En vain. Rien n’y change le résultat final.

    6. A Ando et Philippe.

      Ouais, en quelque sorte les friqués US ont mis un noir président afin de se blanchir.

      Good move. Mais ils auront juste gagné un peu de temps

    7. @Philippe

      Ben voyons… Vraiment des sous-merdes ces yankees… Bêtes à bouffer du foin en plus; ces grands zenfants, ces gras benêts ! Nous on est adultes, sérieux et démocrates ! Pointilleux qu’on est, nous, sur l’éthique ! Y filent droit nos entrepreneurs de la politique, de la finance ou de l’industrie !
      Et nos citoyens-consommateurs, on la leur fait pas, attention ! On a Que-Choisir et Merluche nous Môssieur ! Attention les yeux ! Des Saint Just et des Robespierre, on en a plein les rues et plein le blog Jorion ! Et des Babeuf, des Zola ou des Valles, ben y’en a dans tous les conseils d’administration !
      Bon, j’arrête là, pas que ça à foutre.

    8. @vigneron

      C’est vrai, mon cher viticulteur, que c’est blanc bonnet etc.. mais les ricains font plus de dégâts.

      Et surtout ils s’y sont crus : « nous on est honnêtes, on a sauvé le monde », l’empire.. à tel point qu’il y a eu une dégénérescence incroyable des élites – on voit la situasse – et du peuple en général – mal éduqué, fat &lazy…

      Nous sommes vraiment au stade ou nos braves ricains méritent quelques pique… me semble

      Regardez un peu, il n’y a presque plus que Ron Paul et Sanders pour essayer de secouer le cocotier. C’est affreux ce qu’ils se préparent. Sauvés par les Tea Party ?!?!… Déjà que pour l’Europe c’est pas joli joli…

    9. « Tout le rêve de la démocratie est d’élever le prolétaire au niveau de la bêtise du bourgeois.
      Le rêve est en partie accompli. » G. Flaubert, Correspondance

      Bon, c’est vrai qu’on peut ergoter sur le verbe « élever »…

  3. C’est la suite logique du principe de privatisation des profits et de socialisation des pertes, c’est aussi une des conséquences d’une privatisation généralisée des fonctions auparavant dévolues aux états et qui semble se mettre en place inexorablement.
    Nous avons probablement du mal à imaginer une police privée et encore plus une justice totalement privée … Je sens monter en moi un sentiment d’angoisse, rien que d’évoquer cette idée !

    Le pervers dit « la loi c’est moi » et toutes ces « évolutions » de société avec des individus ou des groupes d’individus qui s’imposent en législateurs et en opposition totale avec l’état de droit, nous montre que nous avons laissé les pervers prendre le dessus .

    1. Joli Paul-Emile.
      Mais, pour tempérer votre propos, il faut garder à l’esprit que cette situation est d’abord le résultat de l’impéritie des politiques qui ont laissé filer la dette pour des raisons électoralistes. Le clash subprime venant donner le coup de grâce en la rendant impossible à rembourser (là est peut-être notre chance… plus ça pète tôt mieux c’est… mais comment organiser la suite ? )
      Donc ça correspond peu ou prou à ce que faisait César en achetant des voix. La réussite du « raser gratis » étant aussi à mettre au débit des électeurs qui se laissent manipuler par le vieux mécanisme de la peur si bien employé par la droite. Bref, avidité et conservation, en un mot : égoïsme.
      En ce sens l’échec de Jospin fut remarquable pour un observateur étranger tel que moi. Il représentait une forme d’austérité qui fait peur associée à un pseudo laxisme.
      Les français le regretteront longtemps…

    2. @Paul-Emile

      Police privée et justice privée étaient les deux attributs des seigneurs au Moyen-Age. Alors retour?

      André Lorimier
      Deux-Montagnes – Québec

    3. La conscience des savoirs est intimement liée au « secret défense ». Toute technologie de pointe est classifiée à l’INPI . Le monde civile de l’espace national vit toujours dans un décalage temporel d’une quinzaine d’années.
      Tant que c’est l’état  » prévoyant  » qui contrôle, ça peu encore paraitre jouable.
      Le problème, c’est que tant l’industrie de l’armement, que les armées privées et leur servant obligés des armes de hautes technologies, sont devenues des outils dans les mains du secteur privé. Vous rajoutez l’intendance avec l’industrie agro-alimentaire, et l’infirmerie avec l’industrie pharmaceutique, et vous admettez que le combat de l’état nation est bien mal engagé dans l’espace temps qui nous est imparti…… Soyons sérieux.

      « This is the ere of science and technologie, Every things are under contrôle »……

      Au fait vous êtes « pour » ou « contre » le nucléaire, ou vous êtes « pour » ou « contre » le réchauffement climatique, ou « pour » ou « contre » la mer et le génome empoisonné, la vie chers, ou la mort…… du voisin ?

      Vive la démocratie !!!
      Mais attention, les antagonismes se doivent d’être désamorcés, et le temps restreint………

  4. Il y a je pense un distinguo à faire, dont vous ne faites pas mention ici:

    Les prestataires de services dont la clientèle est composée de particuliers et ceux dont l’activité répond aux besoins d’autres entreprises – ou autres collectivités en tout genre. Cette distinction est évidemment floue, puisqu’un même prestataire peut tout à fait offrir ses services aux deux types de clientèles, comme c’est manifestement le cas pour ceux que vous citez.

    En l’occurrence, il ne faut pas oublier l’autre nom que l’on donne à certains prestataires de services: Sous-traitants. Or il me paraîtrait pour le moins présomptueux de vouloir présenter ces derniers comme les oppresseurs tout désignés du système.

    1. @Dissonance :
      « il ne faut pas oublier l’autre nom que l’on donne à certains prestataires de services: Sous-traitants« .
      Et de sous-traitant à entremetteur il n’y a qu’un pas ! C’est pour cette raison que nos anciens, dans le secteur du bâtiment par exemple, avaient dû définir le « délit de marchandage » par la loi, quand les sous-traitances en cascade s’effectuaient sans valeur ajoutée aux dépens du salarié en bout de chaîne. Le délit de marchandage est à la prestation de service ce que la carambouille est à la vente de biens mobiliers ou immobiliers : la légitimation de parasites commerciaux.

    2. A la nuance près que les rôles sont quelque peu inversés dans le contexte moderne: La sous-traitance est actuellement LE symptôme d’une volonté d’externaliser les coûts de la part d’entreprises fermement installées sur leur marché. Le parasitisme que vous évoquez n’est pas nécessairement une volonté des parasites eux-mêmes de se sucrer sur le dos de la bête , ou du moins ce n’est pas une raison unanime, il faut aussi y voir la conséquence d’une réorganisation de l’ensemble du marché qui en fait lui-même les frais. Il faut rendre à César ce qui lui appartient, en quelque sorte.

  5. Bonjour,
    si ce n’est déjà fait je vous encourage à lire cet ouvrage : « la fin de l’état de droit », de Jean-Claude Paye, aux éditions La Dispute ().
    Effectivement dans certains états modernes et à la pointe de la démocratie, attaquer certaines industries par voie de presse constitue un acte terroriste.
    Chez nous la fameuse LOPPSI dans sa version 2, et semble-t-il déjà la 3, n’en sera pas loin…

    1. @ TOUS,

      « Malgré les contestations, l’article 4 du projet de loi LOPPSI2 a finalement été adopté par l’Assemblée Nationale ce mercredi 15 décembre.
      Le filtrage se fera auprès des fournisseurs d’accès à internet auxquels le ministère de l’ Intérieur transmettra une LISTE NOIRE d’adresses de sites à bloquer.
      Un blocage vierge de tout contrôle judiciaire, cette option ayant été définitivement
      rejetée sur les bancs de l’ Assemblée Nationale.
      La LISTE NOIRE sera donc établie sans AUCUN CONTROLE JUDICIAIRE.
      « Tout se fera dans le secret de manière opaque » résume le porte-parole de la Quadrature du Net Jérémie Zimmerman.
      « On ne saura pas quels sites sont filtrés, quels sont les abus et surtout IL N’Y AURA AUCUNE VOIE DE RECOURS » souligne t ‘il.
      « Alors que le ministre de l’Economie Numérique Eric Besson fait tout pour empêcher l’ hébergement de Wikileaks en France, avec LOPPSI2, le site pourrait tout simplement être bloqué… »
      « Le gouvernement a les mains libres sur le contrôle et la censure du net ».

      Le dernier recours sera la saisine du Conseil Constitutionnel.
      Une saisine déjà annoncée par le député PS Patrick Bloche.

      (Boris Manenti-Nouvelobs.com via rézo.net)

  6. tout le monde à bien compris en 2000 que l’euro à 6,75 fois moins que le franc les prix allaient monter , la spéculation est arrivée , avec elle arrive toujours la mort , comme à la ruée vers l’or.
    Déspéculons , déspéculons , reportons les valeurs augmentées sur les précédents bénéficiaires sinon la misère est là pour 3 siècles.

  7. « un tissu de lois tatillonnes permet aux autorités d’exercer des représailles contre tout individu dont le comportement les irrite » : étant entendu, c’est là toute l’asymétrie, que les individus sont comme interdits du « droit à se sentir irrité » par le comportement des autorités, ou de ces prestataires qui se retrouvent en position de. Inutile de les nommer. Ils se plient en quatre devant leurs « clients rois » tant qu’il y va de leur intérêt, et les traitent en « cochons de payants » pour tout le reste.

    Malheureusement, leurs employés n’y peuvent rien. L’on se retient donc d’injurier « le prestataire » au téléphone, on lui présente même une mine avenante, et c’est ainsi que « le prestataire », le vrai, c’est-à-dire la « personne morale » qui en tient lieu, est introuvable et injoignable comme le comte West-West dans Le Château !

    1. @Crapaud Rouge :
      Et vous remarquerez que dans l’affaire wikileaks, les premiers à disposer du droit de se sentir « irrités » sont les états nations. J’ai admiré le choeur de protestations des représentants des Etats qui criait à l’irresponsabilité d’Assange : C’est la seule fois qu’au delà de leurs intérêts financiers bien compris, les Etats démocrates et les dictatures se retrouvent tous d’accord sur au moins un sujet !

  8. Bonjour Paul,

    Si vous continuez à être aussi désagréable avec les banquiers vous risquez bien que la petite fiction de ma dernière intervention se réalise….

  9. Selon l’un des porte-paroles de la Bank of America, les transactions dont elle a les raisons de croire (reasonable belief) qu’elles puissent être destinées à Wikileaks sont suspendues.

     Nous avons des raisons de penser que Wikileaks pourrait être engagé dans des activités qui sont, entre autres, contraires à notre politique interne de paiement.

    Cette déclinaison au monde bancaire du principe de précaution repose comme on voit sur des bases juridiques ou réglementaires peu établies.

    Faut-il demander à sa banque la communication de sa politique interne de paiement  ? Un terme qui laisse supposer qu’elle n’est pas publique.

    1. J’en ai assez. Il va falloir revoir le règlement des banques. Il faut détruire BAC.

      Il va falloir réécrire ce qui est légal où pas, de façon démocratique. Tout le monde n’est pas légitimé à édicter ses règlements internes, en France il existe le droit du travail par exemple, chaque entreprise prend le droit tel qu’il est.

      Le Législateur a le monopole de l’établissement du droit; et sinon le pouvoir juridique a le monopole des sanctions ! Donc Wikileaks devrait pouvoir porter plainte contre les dénis de services illégaux.

      De toute façon la coupe est pleine.

    2. Ce que vous affirmez, mais d’une manière mesurée, c’est que nous ne sommes plus propriétaires de rien, ni de notre argent quand nous le confions à une banque (comment faire autrement de nos jours) ni de son emploi et ce que je comprends et affirme une nouvelle fois, c’est que nous n’avons plus de libre-arbitre.

    3. Bank of America est une organisation totalement voyoute qui préfigure le féodalisme corpocratiste qui se met en place depuis les années Clinton (oui, depuis la destruction des contrôles financiers, abrogation des lois Glass-Steagall, etc.) et qui s’accélère depuis ; voir, p. ex. l’article « Trapped in Bank of America Hell » :

      http://www.commondreams.org/view/2010/12/16-10

    4. Merci Philippe !!!!
      Chez nous, les années Clinton, c’étaient les années, Jospin, Strauss-Kahn, Pérol, comme je m’égosille à le répéter sans succès à longueur de posts……
      10 ans, c’est pourtant pas vieux !!!!!
      Alzheimer cause nationale !

    5. En revanche, – et je le souligne parce que c’est le point clef du billet, l’asymétrie -, quand les mêmes banques sont priées de répondre aux demandes d’enquête de la Justice, ben c’est fou comme elles sont moins pressées et empressées !

    6. Non que je sois un « génie », ou une « mémoire de cheval », mais je tiens à tous vous avertir que la consommation d’aluminium ( batterie de cuisine, papillotes, cannettes de boisson etc…interdit depuis plus de quinze ans en cuisines professionnelles) ou des sous produit de l’industrie de l’aluminium (fluor…..), ainsi que l’aspartame ( breveté Dick Cheney…)
      sont reconnu scientifiquement comme facteur très important dans les problèmes de perte de mémoire, de dégénérescence des connections neuronales, et de la maladie d’ Alhzeimer……..
      J’évite à tout prix,…… et c’est difficile !!!!
      Je vous enjoins tous d’en faire autant. N’oublions rien !

    7. Lisztfr , le pardon n’est pas l’oublie.  » Fautes avouées sont à moitié pardonnées « .
      Votre devise est fatigante et matériellement inapplicable..
      Vous ne devez pas vous aimer ! 🙂

    8. « Faut-il demander à sa banque la communication de sa politique interne de paiement ? Un terme qui laisse supposer qu’elle n’est pas publique. »
      Tout à fait ! J’y pensais lors de mon intervention au post 2. Entre les « Conditions et tarifs de nos services bancaires » et la « petite cuisine interne » des tôliers, connue a priori que d’eux, quelle marge ? Savons-nous précisément quels risques court le titulaire d’un compte ? Quelles règles occultes ne doit-il pas enfreindre ? Quels droits nous restent-ils encore sur le revenu de notre travail ? D’autant que le salarié français est obligé d’avoir une domiciliation bancaire.

    9. « C’est justement ma devise : « Nous n’oublions pas, et ne pardonnons pas ».

      Il est possible de pardonner à celui qui , ayant pris conscience d’avoir détruit l’autre, l’exprime …
      Après, c’est un travail intérieur …

      Personne n’a à exiger de l’autre le pardon ( notion religieuse ) …surtout pas les personnes n’ayant souffert de rien , s’étant mis à l’abri .
      Cela me semble être une pseudo-morale trés hypocrite .

      Le pervers veut bien vous pardonner de vous avoir fait du mal …c’est un peu facile !

  10. D’après vous, qui orchestre la pré-campagne électorale de DSKAC40 ?
    DSK, c’est la solution des marchés à l’incertitude de la reconduction de la marionnette sarkosienne, et la boucle est bouclée. Ne parlons pas de de la Marine nationale dont le programme économique n’a pas à faire trembler nos banquiers. Ite misa est , amen pour 2012

  11. « Le droit pour celles-ci d’injecter des sommes d’un montant illimité dans les campagnes électorales leur permet de fait d’exercer un veto contre les candidats qui n’ont pas l’heur de leur plaire. »

    D’ailleurs aggravé par Obama, il y a à peu près un an.

    Dire que l’illuminé UMP moyen au regard raelien, type Lellouche, Deveidjian, Perben, Copé, nous a servi des années durant « le pays de la liberté », l’incarnation de « la libre entreprise ». Alors qu’il n’y a pas un pays occidental plus stratifié sociologiquement que les USA, un pays où on a plus de chances de croupir dans la misère, si on est né dedans

  12. Monsieur Paul Jorion, vous poser une question qui dépasse a mon avis la distinction – contradiction « consommateur et prestataire de service ». Il s’agit d’un problème plus général et on le retrouve aux racines et au déroulement de la crise : La question de la place du ménage dans le fonctionnement du système économique et spécialement du système financier.
    Je vous rappelle : L’ ancien distinction d’ Aristote entre Economie (gestion du ménage), Commerce (kapiliki) et Finance (Crimatistiki). La reproduction de la force de travail dans le schéma classique de reproduction du capital de Marx. Les crises a l’ancien (pas de débouchés) et la solution avec la demande Keynésienne. La société de consommation de Baudrillard… La financiarisation de la vie quotidienne … L’épargne a la banque et l’endettement des ménages …
    Et on arrive aux CDOs bases au crédit du consommateur Américain et spécialement les mortgage-backed securities. La crise de subprimes.
    Les ménages « lieu sacre» d’ une part, vivent dans un Archipel de réseaux financiers multiples quasi-indispensables à leur reproduction. Mais ont-ils une position extérieure… « de consommateur » par rapport au système financier ?
    Il parait que non !
    Les ménages, les «households », ne sont plus seulement les consommateurs passifs de la finance, mais ils sont peut être eux-mêmes producteurs et « traders » de produits financiers. La question est complique mais intéressante parce que relatif au No «Too big to fail » or « Too interconnected to fail », a la responsabilité individuelle ou collective et a la gestion du danger systémique…
    Les ménages apparaissent dans une contradiction continue entre consommateurs et investisseurs, entre salaries et accumulateurs. Le dispositif juridique aussi…

  13. Ces jours ci, une adaptation d’un roman centrée sur la construction d’une cathédrale au moyen-age est diffusée sur une chaine payante française. Les points communs entre la société de l’époque et l’évolution de la notre sont troublants.

    1. ?je suis abonné au minimum de choses payantes, mais j’ai un accès gratuit à une bibliothèque, avez vous la réf du bouquin SVP, pour que je puisse juger par moi-même.
      Cordialement

    2. « Les piliers de la terre » de Ken Follett (Stock, 1990)

      Le bouquin est meileur que l’adaptation de Canal car moins concentré.

  14. On parle de plus en plus de deux euros, un faible (sud latin + irlande) et un fort (nord)..
    L’Irlande vient de démentir.Mais comme on dit pas de fumée sans feu.
    M. Martin a en outre qualifié de « spéculations infondées » l’hypothèse d’une division en deux parties de la zone euro, évoquée par certains acteurs économiques, séparant pays forts et pays faibles.

    http://www.lalibre.be/actu/international/article/630871/l-irlande-ne-sortira-pas-de-l-euro.html

    1. Il a déjà été mentionné sur ce blog que les spéculations sur l’avenir de l’euro proviennent surtout de la presse financière anglo-saxonne, qui a tout intérêt à détourner l’attention de la livre et du dollar. Cf. le dernier communiqué du GEAB qui assimile carrément cette intox à celle de la grippe H1N1.

  15. « Au XVIIIe siècle, l’emprisonnement à long terme était défini et légitimé comme une sanction de
    « décès civique ». Trois siècles plus tard, les gouvernements imposent massivement – par la loi, la force, les menaces économiques, et leur tapage – des régimes de morts civiques  » .

    « Dans l’entre-temps  » par John Berger / Site Médiapart
    http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/171210/dans-lentre-temps

  16. Paul Jorion écrit:

    Je parlerai de l’asymétrie qui existe désormais en droit entre consommateur et prestataire de service, en faveur du second.

    C’est un jeu de pouvoir heureusement qu’on ne pense pas chaque instant mais le consomateur doit par exemple manger et le prestataire de service doit faire de profit.

    Chroniquement cette forme de communication donne quelle sort de société? Quelle hiërarchie se forme et quelle sort de fonctionnement de la système juridique?

    Egalité des chances?

  17. La société globalisée impose de plus en plus « un soft goulag », ce que le lumineux prophète Alexis de Tocqueville dénommait le « Monstre Doux » dans une clairvoyance admirable:  » Si le despotisme venait à s’établir chez les nations démocratiques, il serait étendu et plus doux, et il dégraderait les hommes sans les tourmenter…Ce pouvoir aime que les citoyens se réjouissent pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir…Il ne brise pas les volontés mais il les amollit ».
    Sur l’avenir des démocraties occidentales je me permets de signaler le livre que je viens de publier: » Démocraties en péril ».

    1. Et on peut y ajouter de la pub pour Raffaele Simone, « Le Monstre Doux » ou ça fait concurrence ?
      Commentaire bienvenu (:-)(.|.)

  18. Passez (peut-être) l’introduction de 7 minutes pour entendre le chapitre suivant : l’invention de la démocratie en Grève, par cette merveilleuse femme qu’est Jacqueline de Romilly, décédée hier.

    1. Est-ce voulu ce Lapsus Grève pour Grèce ?
      Je souhaite que la disparition de Jacqueline de Romilly soit l’occasion de faire connaitre ses écrits pour l’amour du Grec, un formidable outil culturel universel.

  19. Le 24 juin (6 / 6 ) dernier, en pleine grève générale, sans tambour ni trompette, au beau milieu des discussions d’une loi fourre-tout intitulée « Simplification et amélioration du droit », le Sénat s’est permis d’alléger drastiquement le délit de prise illégale d’intérêt. Quelques mécréants irrespectueux évoquèrent alors une légalisation du financement occulte des partis politiques… les bougres !
    http://www.lesmotsontunsens.com/le-subterfuge-du-senat-pour-autoriser-le-financement-occulte-des-partis-politiques-8709

    1. Incroyable…Il le lire pour le croire :

      compte-rendu des débats du 14 décembre 2010 au Sénat :

      M. le président. – Amendement n°57 rectifié bis, présenté par Mme Escoffier, MM. Mézard, Alfonsi, Collin, Baylet et Fortassin, Mme Laborde et MM. Marsin, Milhau, Plancade et Tropeano.

      Après l’alinéa 4, insérer un alinéa ainsi rédigé : …° Au premier alinéa de l’article 432-12, les mots : « un intérêt quelconque » sont remplacés par les mots : « un intérêt personnel distinct de l’intérêt général »…Donc tout le contraire de l’intérêt général…A quoi bon, aller voter, ce demande le citoyen ?

  20. Bonjour à tous,
    Y a t-il d’autres cartes bancaires , distribuées par la banque postale, qui ne soient pas d’origine Américaine comme Visa ou Mastercard ?

    1. A part la carte de retrait (gratuite) de mon livret A, qui n’est pas vraiment une carte bancaire et semble être de fabrication maison, je ne vois pas.

    2. Y a t-il d’autres cartes bancaires , distribuées par la banque postale, qui ne soient pas d’origine Américaine comme Visa ou Mastercard ?

      Ouaip, vous avez la carte d’électeur.
      Pour certains, c’est devenu une sorte de carte bancaire. Vous pouvez pas payez avec, mais vous pouvez encaisser, protéger vos comptes en votant bien et prouver que vous faites bien partie de la République Bancaire, devise : Liquidité, Sécurité, Défiscalité. Hymne : Money. (Clip officiel : 1973, soit l’année de la Loi Giscard-Pompidou et des changes flottants)

      Mais bon, les cartes bancaires peuvent toutes être détournées, même si pour celle-ci c’est plus compliqué, puisqu’il s’agit déjà d’un usage détourné…. 🙂

    3. sans vouloir être catégorique, les réseaux de communication et surtout les serveurs, sont ils sous le contrôle des états ou des banques elle même contrôlées par l’état? sinon, effectivement, çà ne sert à rien de se cacher, une carte à puce est une carte à puce…
      cdt

    4. Accord swift – Parlement européen :
      … »[Mise à jour le 9 juillet 2010] – Le Parlement européen a approuvé le 8 juillet 2010 la nouvelle version de l’accord sur la transmission des données financières entre l’Union européenne et les Etats-Unis qui devrait entrer en vigueur le 1er août prochain. La décision a été adoptée par 484 voix pour, 109 voix contre – notamment les groupes des Verts et de la Gauche unitaire européenne [1] – et 12 abstentions [2].

      Faisant usage, pour la première fois, de leur droit de veto, les eurodéputés avaient massivement rejeté, le 11 février dernier, une précédente version qui ne garantissait pas suffisamment, selon eux, la protection des droits fondamentaux.

      Les Etats-Unis avaient obtenu l’accès aux données du réseau Swift, une société de messagerie financière européenne utilisée par quelque 8.300 organismes dans 208 pays, après les attentats du 11 septembre 2001.
      [Mise en ligne le 6 juillet 2010, mise à jour le 9] « …
      http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3950

      mais jeter un oeil sur le site officiel est encore plus désopilant / langue de bois trés harmonieuse à décrypter ..Un bon exercice !
      http://www.rpfrance.eu/spip.php?article1200
      … »la nomination d’un « réviseur » européen au sein de la National Security Agency. Celui-ci vérifiera l’utilisation des données transmises aux Américains ;… »
      Ouf ! nous sommes sauvé(e)s !
      Précision, l’accord est , comme il se doit à sens unique ! devinez dans quel sens …suspens hitchcockien … hi hi …oui, vous brûlez ! dans les sens …USA peut aller dans tous nos comptes individuels …mais l’Europe a pas le droit d’aller voir chez les zuesses !! (juste le droit d’aller se faire voir !)
      Je vous dis : du vautrage …( suis, un peu, plus polie que les zhommes !)

    5. bonjour!

      Vigneron , M : http://fr.wikipedia.org/wiki/1973_en_France pour la « petite lorgnette ».
      http://fr.wikipedia.org/wiki/1973#Europe globalement une bonne cuvée, 73^^

      la dette.
      d’ailleurs celle ci date du serpent monétaire, et de la loi giscard (lex destin 🙂 ). soit disant pour « contrôler l’inflation » si vous voulez comparez : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France http://www.france-inflation.com/graphique-inflation-depuis-1901.php et, au hasard^^ l’inflation us http://2.bp.blogspot.com/_L2hm1T_wlbA/SJHCP6cfgHI/AAAAAAAAAN8/QzysrpPc22c/s1600-h/inflation_history.jpg et sa dette http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Dette_US_longue_periode.png
      ou wiki : « Sur le plan économique et financier, que Georges Pompidou considère comme faisant partie de son « domaine réservé » de Premier ministre, cette période est marqué par un retour à la stabilité financière et monétaire, avec le passage d’une balance des paiements déficitaire de 275 millions de dollars américains en 1958 à un excédent de 5 milliards en 1965, et la dette extérieure est ramenée de 2,9 milliards de dollars en 1959 à 500 millions en 1965. » il a du changer d’avis en route 🙂

      Cordialement

      Pierre : 1973 30 juin : Éclipse totale du soleil la plus longue du siècle (6 min 20 s)^^

  21. Bonsoir M. Jorion,

    Si j’ai bien compris, ce post évoque le sujet que vous aborderez demain sur BFM.

    Pourriez-vous, s’il vous plaît, parler de la montée du formalisme dans les contrats de ces dernières décennies?

    Je m’explique: le citoyen, sujet de droit commercial ou simple consommateur, ne connaît les règles de droit ( ou du grand jeu économique si vous préférez) que s’il suit un cursus universitaire adapté.
    Et comme tout le monde ne peut pas faire Droit à la fac, les asymétries dont vous parlez progressent, inexorablement.

    Le formalisme des contrats utilisé par une partie, sous couvert d’efficacité, de rationalisme (etc) se développe toujours au détriment de l’autre partie, et de sa possibilité d’exercer un consentement libre et éclairé.
    Quel pourcentage de consommateurs sait que les clauses abusives sont réputées non écrites en droit? En effet, certaines agences respectables n’hésitent pas à brandir le glaive de la justice contre leur clients les moins dociles, au moyen de lettres de rappel noircies de citations d’articles de codes divers; lues par l’initié, ces rappels à l’ordre provoquent pourtant davantage l’hilarité que la crainte…

    Ces verrous formalistes et ces menaces pseudo-juridiques fonctionnent parfaitement et créent de nouvelles asymétries à chaque abonnement, à chaque signature supplémentaire.

    Vous avez le pouvoir de les combattre!
    Dénoncez-les!

    Merci encore pour votre travail de fond

    1. de même , pouvons-nous évoquer l’asymétrie entre le paysan indien et le fournisseur de semences et de défoliants MONSANTO par exemple?

    2. Ouaich..

      Assange est menacé des pires ennuis par les ricains. Ne l’oublions pas.
      Bizarrement, il annonçait faire des révélations sur une banque.. 🙂

  22. Bonsoir à tous

    La démocratie est un systême de gouvernance comme un autre. Il n’a jamais été mis en place au bénéfice de la populace (dont je fais partie). La démocratie permet au mieux l’alternance de l’exercice du pouvoir mais seulement pour les gens de pouvoir, elle est l’arbre qui cache la forêt. La démocratie ne résoudra rien, c’est un jeu de dupe. Elle est érigée en religion et a pris la place de cette dernière avec le même pouvoir anesthésiant.
    VOLTAIRE avait dit  » c’est la religion qui empêche les pauvres de tuer les riches ». Aujourdh’ui nous en sommes au même point avec la démocratie. Tant que le bon peuple croira qu’il pourra changer son avenir en votant il restera émasculé. Un bulletin de vote est assimilable à une prière et n’a pas plus de portée. AUX ARMES!

    1. Thucydide: « Sous le nom de démocratie, c’était en fait le premier citoyen qui gouvernait.  »
      Histoire de la guerre du Péloponnèse, II, 65, 9

      Aristote dira un peu plus tard que la démocratie est le régime où chacun est tour à tour gouvernant et gouverné. Donc, ne pas confondre le nom et la chose. Ce dont vous parlez n’est pas la démocratie mais quelque chose qui en usurpe le nom. C’est comme si les gens des pays de l’Est s’étaient révoltés contre la démocratie parce qu’ils vivaient sous une « démocratie populaire ».

    2. « Un bulletin de vote est assimilable à une prière et n’a pas plus de portée. AUX ARMES! »…
      …Comment…(¨!¨)….Non…Non, vous ne pouvez pas assimiler la prière à un bulletin de vote…Ou alors cela revient à prendre les élus pour Dieu…Vous prenez un risque étrange…..Je dirais plutôt …Un bulletin de vote est assimilable à ne pas voter et n’a pas plus de portée…etc…

    3. Il y a tout un luddisme à réinventer, un luddisme des rouages humains qui font tourner le Capital.
      (…)
      La grève humaine, aujourd’hui, c’est
      refuser de jouer le rôle de la victime.
      S’attaquer à lui.
      Se réapproprier la violence.
      S’arroger l’impunité.
      Faire comprendre aux citoyens médusés
      que s’ils n’entrent pas en guerre ils y sont quand même.
      Que là où l’ON nous dit que c’est ça ou mourir, c’est toujours
      en réalité
      ça et mourir.

      Que faire ? paru dans Tiqqun 2 (octobre 2001)

      Un (tout petit) peu plus ici
      http://lexiconangel.blogspot.com/2010/12/comment-faire-tiqqun.html
      et in extenso là
      http://lesilencequiparle.unblog.fr/2010/12/08/comment-faire-tiqqun/

  23. La Hongrie désarme aussi . Il y a peu sur ce blog, beaucoup saluaient les coups de menton de la Hongrie.On allait voir ce que l’on allait voir .Emettre une critique m’exposa aux foudres ( pas les tonneaux) de vigneron et à l’appelation ( pas au sens Dati )non controlée de défaitiste et autres tirades habituelles du pseudo-démocrate précité.Résultat des courses : Moody’s a abaissé la notation de la Hongrie à BAA3, un poil au dessus du statut de »junk bond ».

  24. Il y a une coquille dans le titre.
     » Le consommateur des Armées  » est la version définitive.
    Haltes aux intermédiaires ! Vive les filières courtes ! Direct du producteur au consommateur !
    Le 26 juin 2008, la Cour suprême des États-Unis a confirmé le droit individuel de chaque américain a posséder une arme et s’en servir, notamment dans les cas d’auto-défense, confirmant par là l’interprétation du second amendement tel que vu par la NRA.
    Américain Sarkozy ?

  25. A propos du Boycott en France
    Des juristes peuvent donner leurs avis ?
    je retranscris l’article 225-1 ci dessous

    Article 225-1
    Modifié par Loi n°2006-340 du 23 mars 2006 – art. 13 JORF 24 mars 2006

    Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs moeurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

    Constitue également une discrimination toute distinction opérée entre les personnes morales à raison de l’origine, du sexe, de la situation de famille, de l’apparence physique, du patronyme, de l’état de santé, du handicap, des caractéristiques génétiques, des moeurs, de l’orientation sexuelle, de l’âge, des opinions politiques, des activités syndicales, de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée des membres ou de certains membres de ces personnes morales.

    Si je comprends bien le 225-1, boycotter Bank of America pour son attitude vis-à-vis de wiki n’est pas une attitude discriminatoire. Par contre boycotter une entreprise parce qu’elle est Israélienne ou Suédoise, par exemple, peut être discriminatoire.

    A priori nul besoin dans notre cas de regarder l’article 225-2.
    Cependant si on veut parler du boycott en général je retranscris cet article ci-dessous

    Article 225-2
    Modifié par Loi n°2004-204 du 9 mars 2004 – art. 41 JORF 10 mars 2004

    La discrimination définie à l’article 225-1, commise à l’égard d’une personne physique ou morale, est punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 Euros d’amende lorsqu’elle consiste :
    1° A refuser la fourniture d’un bien ou d’un service ;
    2° A entraver l’exercice normal d’une activité économique quelconque ;
    3° A refuser d’embaucher, à sanctionner ou à licencier une personne ;
    4° A subordonner la fourniture d’un bien ou d’un service à une condition fondée sur l’un des éléments visés à l’article 225-1 ;
    5° A subordonner une offre d’emploi, une demande de stage ou une période de formation en entreprise à une condition fondée sur l’un des éléments visés à l’article 225-1 ;
    6° A refuser d’accepter une personne à l’un des stages visés par le 2° de l’article L. 412-8 du code de la sécurité sociale.
    Lorsque le refus discriminatoire prévu au 1° est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d’en interdire l’accès, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 Euros d’amende.

    Si je reprends l’exemple du boycott d’une entreprise Israélienne ou Suédoise.
    Le 1° est explicite, on ne peut pas refuser de vendre un produit ou un service.
    Par contre, on est toujours libre de ne pas acheter mais bon il y a le 2° que je ne comprends pas … trop vague pour un non juriste comme moi.

    N’hésitez surtout pas à éclairer le sujet … qui franchement mériterait un post.
    Car après tout c’est une des armes les plus puissantes des citoyens.

    1. Peut-être puis-je vous donner un coup de main dans le compréhension du « niveau » de boycott.
      Car c’est un piège. Et il faudrait que vous regardiez les récentes modifications apportées par cette onéreuse Madame Lagarde et voir surtout si ces nouveaux textes portent sur :
      – le boycott par lui-même, ou,
      – l’APPEL au boycott.
      Et s’il concerne une société pour raison :
      – géographique (pour les multinationales, est-ce le siège ou une filiale.??)
      – comportemental. (et si c’est définit)

      Pour l’article 225.2, cet article est tellement vague qu’il ne semble exister que pour mettre le paravent du « libéralisme » devant les pratiques réelles.

      Juste un exemple marrant : le refus de fourniture n’existe pas dans les relations commerciales entre sociétés : celui qui ne veut pas vendre connait le prix du concurrent et multipliera son prix par 1,5 à 2,5 fois.
      Il n’aura pas « refusé »..

      Entraver l’exercice normal est aussi fumiste car complètement subjectif.

    2. On peut donc tout à fait légalement à la fois :
      1 : se passer des services de Bank of America, Paypal etc … et enjoindre ses amis d’ en faire autant en expliquant des motifs tout à fait justifiés : refus de service à des clients. Ce n’est pas du boycott

      2 : Attaquer Bank of America ( Paypal …) en justice pour un refus de service à un client auquel la banque s’est engagée par contrat de fournir ledit service payant . encore une plainte de plus qui s’ajoute à toutes celles concernant les expropriations abusives de clients propriétaires « subprime » défaillants).
      La loi vous oblige à faire virer votre salaire sur un compte de dépôts d’ une banque privée et cette banque se donnerait donc illégalement le droit de retenir votre argent sous tous les prétextes, prétexte que le destinataire de votre virement ne lui plait pas ( syndicat, parti politique, association, petit producteur, coopérative, blog …) Il faut réagir .
      Pour notre part, nous réagissons depuis plusieurs mois en retirant en liquide tout notre argent le jour même où il arrive sur le compte, afin d’en disposer à notre guise, c’est le nôtre, et que la banque n’en fasse pas n’importe quoi à nos dépens .

    3. Je demande le boycott des appels au meurtre, cette fahtwa effective de parlementaires états-uniens contre un citoyen australien.
      Ne relayons que l’inrelayable.

  26. Pour une fois, je ne suis d’accord que pour moitié avec vous:
    certes des entreprises privées se mettent en situation d’exercer une sorte de justice privée et je n’aime pas trop ça. mais de son coté Mr Assange ne s’autoproclame-t-il pas grand justicier de la vérité sans qu’il ne soit mandaté par personne. Idem de Cantona (au delà du symbole du ras le bol de la toute puissance des banques).

    1. la question n’est pas là, je ne vois pas pourquoi le non légitime assange devrait subir la non légitime justice d’intérêts privés qu’il dérange. Quand quelqu’un commet un délit, on est jugé de manière publique et non embastillé et abattu financièrement en guise de mise en bouche.

    2. « … s’autoproclamer grand justicier de la vérité » est-ce punissable ?

      Andrea, à voix haute : Malheureux le pays qui n’a pas de héros. […]
      Galilée : Non. Malheureux le pays qui a besoin de héros.

      La Vie de Galilée, Bertolt Brecht

    3. Je suis entièrement d’accord avec Paul Jorion pour qu’il vous laisse votre entière liberté d’expression bien que je  » n’aime pas trop ça « .
      Mais je me réserve le droit de vous poursuivre devant la justice légale de mon pays en cas de dérapage de votre part.
      Mettez des pneus neiges, Albéric de la Bastide, votre terrain est glissant !!!!
      Rentrez bien……

    4. Cantona ne s’est pas autoproclamé justicier , C’est une simple petite phrase qu’il avait prononcée au milieu d’ une interview qui a été reprise par d’autres personnes, pour dire que nous avons tous le pouvoir de faire tomber les banquiers arrogants, une simple suggestion en référence aux personnes qui retirent leur argent des banques et qui payent tout en liquide en attendant de trouver une banque non spéculative, une banque véritablement mutualiste . Cette histoire d’une date butoir, le 7 décembre, comme si tout le monde pouvait se rendre à sa banque en pleine semaine, aux heures où les bureaux sont ouverts, pour retirer d’un coup ses avoirs, ne vient pas de Cantona .

      Nous l’avons fait il y a presque trois mois, en plusieurs fois, et des amis ont commencé par petites sommes, dans des agences ouvertes le samedi ( c’est plus simple quand on n’a pas d’économies placées en bourse mais un simple livret A comme la grande majorité des Français)..

    5. Cela tombe bien, la revue Contretemps vient juste de dénicher et publier un document ECRIT par Assange lui-même…et qui va passionner ici et bien au delà:
      L’art de la fuite. La philosophie politique de Julian Assange par lui-même.
      http://www.contretemps.eu/

    6. @Charles A.
      Il est impératif que Paul Jorion commente ce texte avant le microcosme blogosphérique et médiatique !!!!
      Sorti le 15, et toujours silence……

    7. Un plaidoyer assez rapide contre les organisations qui règnent par le secret, suivi de remarques assez banales sur la possibilité de modéliser les conspirations comme graphes orientés et quelques implications. Ça ne vole pas très haut en termes de théorisation. Du style « hacker » peut-être, mais du niveau ceinture blanche.

    8. Ça ne vole pas très haut en termes de théorisation. Du style « hacker » peut-être, mais du niveau ceinture blanche.

      Cela signifie-t-il que la théorisation de haute volée est inutile pour terroriser le pouvoir ou que le pouvoir est tellement faible qu’une ceinture blanche suffit à lui faire peur? Je penche pour la première solution, étant donné que jusqu’ici des théories de haute volée n’ont fait ni chaud ni froid à l’establishment (sauf le marxisme, mais ce n’est peut-être précisément pas ce qu’il y avait là-dedans de plus haute volée théorique qui a effrayé le bourgeois).

    9. Ca fait tout drôle ce texte de Assange écrit en LateX.

      J’aurais cru qu’il n’aimait pas l’uniformité.
      A première vue, oui, c’est du graphe de comptoir.
      Si ma tante en avait, elle serait mon oncle.

      Ceci dit, il arrive juste à l’orée du « pharmakon’, le bonhomme:
      (technique / Soin / Poison)
      « Since a conspiracy is a type of cognitive device that acts on information acquired
      from its environment, distorting or restricting these inputs means acts based on
      them are likely to be misplaced. Programmers call this effect garbage in, garbage
      out. Usually the effect runs the other way; it is conspiracy that is the agent of
      deception and information restriction. In the US, the programmer’s aphorism
      is sometimes called “the Fox News effect”.

  27. Allons-nous réagir sur chaque nouvelle info qui nous confirme que, oui, nous sommes bel et bien entrain de perdres nos libertés ou allons-nous -enfin- nous organiser pour mettre un terme à cette horreur ???????

    1. Encore trop tôt, Lau. Le peuple ne souffre pas encore assez.

      Et d’ailleurs, le relèvement de l’aide par le tarif social de fourniture d’énergie montre bien que des mesures sont prises pour reculer l’échéance autant que possible.

    1. De façon parallèle, j’ai lu quelque part que les centres AFPA étaient de moins en moins subventionnés. Soit, condamnés.

    2. @Lau :

      La RGPP c’est la révision générale des politiques publiques , une méthode importée d’Anglo-saxonie et du Canada , qui a permis en France (en 2007 ) à la demande de Sarkozy , de définir , sous la contrainte première de Bercy , à 200 têtes d’oeufs issus généralement des inspecteurs généraux ou administrateurs de la fonction publique , managés comme d’Hab par des experts de bureau d’études « management » , de décrèter de leur point de vue quelles devaient être les modernisations , morts inscrites , fusions des fonctions administratives dont la Nation avait besoin . Très démocratique donc même si l’exercice est éminemment légitime .

      Cette politique avait l’ambition d’être en phase avec la LOLF ( loi d’orientation des lois financières , sorte de constitution financière soit dit en passant à l’attention de Zébu et PSDJ ) qui elle devait permettre au parlement de mieux maîtriser par l’amont et l’aval l’efficience des crédits qu’il vote , en sectorisant de façon plus humainement compréhensible les natures de crédits budgétaires , et permettre ainsi une meilleure évaluation des efforts consentis . Rien que de très estimable sur ce point .

      Les deux devaient être cohérentes , ce qui est paradoxalement loin d’être le cas , car la LOLF qui nécessite sectorisation , vient se télescoper avec la RGPP qui conduit de fait à des fusions contre nature ou aveugles selon le mythe qui veut que mutualisation /indifférenciation des métiers/fonction entrainent  » forcément » des économies .

      La RGPP est en tous cas une arme abolue pour casser du fonctionnaire en particulier , de la fonction publique en générale , et préparer le lit de la privatisation du tout .

    3. @ Lau
      La réponse est dans la première ligne du texte : « Ces mesures ne sont rien d’autre qu’une application de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) qui conduit au démantèlement de tous les services publics. »

  28. @ Iau: Bien parlé!

    Des moyens d’actions ont déjà été suggérés ici, et les interventions et le blog de Paul Jorion sont des outils utiles de communication et de débat.

    Mais est-ce suffisant? Clairement pas!

    Pour changer les choses, il faut toucher le « français de la rue », l’ouvrier qui rentre fatigué de sa journée et n’a qu’une envie: se détendre tranquillement chez lui, parfois devant la télé. Au mieux en lisant le journal… pour ceux qui lisent encore! Seule une population qui « comprend » un peu ce qui se passe peut VOTER convenablement, pour les bonnes personnes et les bons programmes.

    En tant que français « de la rue », j’affirme que la plupart des français:
    – N’ont aucune formation en économie
    – N’ont que peu de temps ou d’envie pour lire des sujets économiques sérieux (les blogs, les livres), au vu de la prolifération des « divertissements » plus ou moins lobotomisants (Télévision, ordinateurs, …). J’ai bien envie de lire les livres de Paul Jorion par exemple, mais… en rentrant du travail, je préfère les divertissements moins compliqués. Plus l’ordre économique presse les employés comme des citrons (stress au travail, heures sup, …) moins ces employés ont envie de « réfléchir » en rentrant chez eux.

    Au vu de ceci, et en tant que nouveau lecteur de ce blog, je m’interroge: chaque article publié ici est intéressant, les commentaires font avancer le débat, et puis… On passe à l’article suivant… et ainsi de suite… un éternel recommencement, ou seule une minorité bien informée de lecteurs assidus sait ce qui a été dit par le passé. J’ai l’impression qu’on réinvente la roue. Le lecteur occasionnel se perd dans toute cette complexité…

    Si vous cherchez un véritable moyen d’action, pourquoi ne pas créer une section du blog nommée « explications simples – la situation actuelle » ? Voire carrément un autre blog Paul Jorion destiné au « grand public qui ne connait rien à l’économie ».
    Par exemple, on parle sans cesse de dette publique de déficit, de dépenses et recette de l’Etat, de revenus des contribuables les plus aisés: des chiffres présentés en dix lignes, voilà qui parlerait au français « moyen ». Une communication percutante, pour tordre le cou aux idées fausses…

    Pour le sujet de l’article ci-dessus, une ou deux phrases choc: « Bank of America stoppe les transferts vers les comptes de Julien Assange, sans justification légalement valable. Cela signifierait que les banques peuvent boycotter votre compte en banque sous prétexte que vous « les gênez ». Où est la démocratie et la loi là dedans? »
    Phrase simple suivi du lien vers l’article complet dans ce blog ci, pour les lecteurs qui veulent aller plus loin…

    1. Parait qu’il est trop tôt…
      Il est toujours trop tôt , ou trop tard.
      Ici on dit trop tôt,
      sur les plateaux télés, Monsieur Jorion dit ‘trop tard’….

      Paraît que le peuple ne souffre pas assez…

      A voir comme il bouge peu, ce doit être vrai ……….

  29. salut

    il y a un job pour Zébu et p’t-être vigneron et Yvan, concocté par Aristote?

    « Depuis le samedi 27 novembre, l’Islande dispose d’une Assemblée constituante composée de 25 simples citoyens élus par leurs pairs. Son but : réécrire entièrement la constitution de 1944 en tirant notamment les leçons de la crise financière qui, en 2008, a frappé le pays de plein fouet.

    Depuis cette crise dont elle est loin d’être remise, l’Islande a connu un certain nombre de changements assez spectaculaires, à commencer par la nationalisation des trois principales banques, suivie de la démission du gouvernement de droite sous la pression populaire. Les élections législatives de 2009 ont amené au pouvoir une coalition de gauche formée de l’Alliance (groupement de partis composé des sociaux-démocrates, de féministes et d’ex-communistes) et du Mouvement des Verts de gauche. C’était une première pour l’Islande, tout comme la nomination d’une femme, Johanna Sigurdardottir, au poste de Premier ministre.

    Très vite, le nouveau gouvernement se trouve face à un problème épineux : le règlement aux Pays-Bas et au Royaume-Uni d’une dette de 3,5 milliards d’euros suite à la faillite d’Icesave, banque en ligne dont les opérations étaient tournées principalement vers ces deux pays. Sous la pression de l’Union européenne, à laquelle les sociaux-démocrates souhaiteraient adhérer, le gouvernement fait voter en janvier 2010 une loi autorisant ce remboursement, ce qui reviendrait, pour chaque Islandais, à débourser pendant huit ans une somme d’environ 100 euros par mois. Mais le président de la République refuse de ratifier la loi, dont le texte est alors soumis à un référendum. À plus de 93%, les Islandais votent contre le remboursement de la dette (6 mars), et depuis le problème reste en suspens.

    C’est dans ce contexte que l’Islande décide de modifier sa constitution, qui en fait n’a jamais été vraiment rédigée : lorsqu’en 1944 la république avait été proclamée, on s’était contenté de recopier dans les grandes lignes la constitution du Danemark, pays dont l’Islande dépendait depuis plusieurs décennies, en remplaçant simplement le terme de “roi” par celui de “président de la République”. C’est donc une nouvelle constitution qu’il s’agit d’écrire entièrement, et pour cela on a décidé de faire confiance au peuple souverain. Il y a eu d’abord un appel à candidatures (tout le monde pouvait se présenter à l’exception des élus nationaux, à condition d’avoir dix-huit ans révolus et d’être soutenu par au moins trente personnes) auquel ont répondu 522 citoyennes et citoyens. C’est parmi eux qu’ont été élus les 25 constituants.

    Ces derniers commenceront à se réunir à la mi-février et rendront leur copie avant l’été. Parmi les propositions qui reviennent le plus souvent, on peut noter la séparation de l’Église et de l’État, la nationalisation de l’ensemble des ressources naturelles et une séparation claire des pouvoirs exécutif et législatif.

    Certes, l’Islande n’est qu’un petit pays d’environ 320 000 habitants. Elle donne cependant là une belle leçon de démocratie aux grands États dont la France : songeons que, dans notre pays, la réforme constitutionnelle de 2008 a été entièrement rédigée à l’Élysée, et que les parlementaires ne l’ont adoptée qu’à deux voix près après avoir été soumis pendant des semaines à des pressions intolérables de la part du chef de l’État.  »

    http://www.cadtm.org/Quand-l-Islande-reinvente-la

    1. Oui, j’ai vu. L’Islande « réinvente » la Démocratie aurait été plus près de la vérité. Car il suffisait de reprendre les principes grecs de payer chaque paysan pour sa journée à l’Agora et de permettre à chacun d’entre eux de voter à main levée chacune des Lois.

      3 infos qui sont toujours passées à l’as. (si le blog est interdit en France, Monsieur Jorion, vous n’aurez qu’à dire que je suis Assange déguisé en yvan.
      – Les Islandais, avant l’implosion bancaire était 330 000. Mais 10 000 ont « un peu » trop joué aux riches et ont préféré fuir le pays. (pays dans lequel les 4×4 se sont faits joyeusement repeindre en rouge. Histoire d’être bien voyants)
      – Les ex-dirigeants des banques ont été invités à venir donner des explications sur le phénomène et se sont retrouvés en prison.
      – Le pays n’est pas pour autant sorti de l’auberge de la dette car des poursuites judiciaires vont les contraindre à tout de même honorer leur dette qui, pour l’instant, est honorée en partie par le FMI. (merci à lui 😉 ).

      L’Islande a depuis 4 mois voté une loi qui interdit d’interdire quoique ce soit sur le net.
      Nous avons 320 000 Assange potentiels en liberté sur le net. Si des personnes ici ont des contacts privilégiés avec certains d’entre eux (surtout sous VPN), ils vont bientôt se révéler être une source d’infos cruciale.

      C’est ce que j’appelle un retour de manivelle. Par rapport à un excès du tout argent.
      Communistement votre.

    2. ils acceptent les réfugiés en Islande ???
      il m’est d’avis que les 10 000 « perdus » seront vite remplacés …

  30. Puisque nous parlions de « prise de conscience », une réflexion intéressante :
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/12/20/wikileaks-ou-la-troisieme-revolte-par-jean-christophe-rufin_1455888_3232.html#ens_id=1446739
    « WikiLeaks ou la troisième révolte »

    Remarquons que tous ces mouvements, répondant à un besoin, ont toujours compensé des effets, sans traiter la cause.
    Et ce sont tous faits récupérer.

    (je causais dans un commentaire récent d’ingérence, mais c’est un heureux hasard)

    1. Il est impératif que Paul Jorion s’empare de cette « Légende urbaine » à sa mesure !
      Lire le post de Charles A. post 37

    2. Pierre.
      Je ne peux vérifier, mais tu dois certainement être suivi par un psychologue. Comme ça se pratique tant au Canada. Ou faire parti d’une secte. Aussi pire.
      (t’inquiète, j’ai des sources fiables sur le mouvement psycho-sectaire du Canada qui « propose » des formations bidons aux médecins français.)

      JAMAIS, TU M’ECOUTES? Jamais ces informations ne sont venues de Wikileaks, sinon, j’aurais cité CETTE source.
      Et c’est un réflexe du monde du logiciel libre ou une REFERENCE du copyleft (renseignes-toi) est d’utiliser la possession librement mise à disposition d’autrui à condition de CITER la source.
      Les informations que je cites ici, sur ce blog, sont des informations qui proviennent en général de deux sources distinctes car je fais rarement confiance à une source unique. Mais je ne te demande pas d’être intelligent. Tu as souvent prouvé le contraire.

      Je sais que je te gène depuis l’origine. Demandes-toi pourquoi.

    3. Pierre.
      Maintenant, je vais te parler d’un truc qui va te paraître bizarre. Abnégation.

      Ce n’est pas pour moi que je lutte. Ma vie est faite malgré que tout le monde me « console » de mes malheurs en me disant que je suis jeune et peux refaire ma vie, c’est pour ma jeune fille que je lutte.

      Si dorénavant tu n’as rien de plus fondé ou de plus pertinent à sortir pour m’enfoncer, sache que c’est contre toi que je vais m’élever.

      Chers participants habituels au blog, je vous propose de parier avec moi une choucroute sur le fait qu’il ne pourra comprendre le quart du millième de ce que je viens de lui écrire…

    4. Bonsoir Yvan, j’arrive juste
      Je vous agresse du fond de ma toundra ?
      Non je renvoyait au post 37 de Charles A. en insistant grassement (pardonnez l’agression) sur l’impérative lecture de la prose de Assange pour mieux situer le « caractère » comme y disent en australien.
      Un héros « urbain » à besoin de se forger une « légende urbaine ».
      Je me positionne avec Charles A. , de même que Paul Jorion qui a « authentifié » les sources……
      Comme vous l’explique Assange, vous devriez vous méfier de vos deux poings de relèvement, une
      éventuel triangulation vous permétrez peut-être de mieux, chris!!! ostie!!! me situer…..
      Liberté, égalité, yvan , choucroute 🙂

  31. Eclairer le déséquilibre palpable entre les droits du consommateur et ceux du prestataire de service, au travers du dossier Wikileaks met en évidence une situation courante dans l’univers du travail et tout particulièrement dans un secteur qui fait parfois illusion.

    L’immense distance qui sépare le salarié du décideur est parfois celle qui sépare les actionnaires minoritaires des décideurs réels.

    Que dire de l’éloignement du sociétaire mutualiste ou coopérateur vis-à-vis des technostructures ou des élus lambdas face des Présidents tout-puissants ?
    Pour les partis, seuls ceux qui ont encore une foi illuminée ne voient pas que leurs propos ou textes, sont sans aucune valeur pour la poignée qui dit la ligne sans écouter personne ?

    Par leurs causeries à la radio, PMF ou Roosevelt avaient-ils retrouvé le contact authentique avec les citoyens ou était-ce une illusion comme la démocratie participative de Ségolène Royal ?

    1. Tiens, le dénommé Hervé Juvin, un peu ovni parle pas mal dans son livre « Le renversement du Monde » de lintérêt des coopératives contre la mondialisation néo-libérale

  32. Cette asymétrie est le révélateur d’un double glissement amorcé
    depuis 20 ans environ:
    l’ infantilisation du citoyen par d’innombrables réglements
    correspondant à la libre interprétation de ces mêmes règlements
    par tout organisme ‘qui s’autorise’.
    Ainsi on voit une banque usurper un rôle de gendarme
    des bonnes moeurs alors qu’on peut tabler sur ses
    coudées franches en matière bancaire ou boursière.
    C’est de la corruption morale et intellectuelle.
    L’ expérience montre que la bureaucratie privée
    en charge d’appliquer un règlement d’intérêt publique
    est encore plus stricte -jusqu’à l’inhumanité-
    que le bon fonctionnaire moyen.
    Partout, la jubilation de contraindre, interdire ou censurer
    est irrésistible.
    L’ ‘archipel du Goulag’ ou bien les récits de Varlam
    Chalamov ou de Evguénia Guinzbourg prennent
    un air d’actualité: il existe une multitude d’honnêtes
    citoyens, bonnes mères ou bons pères de famille
    prête à seconder bénévolement les autorités coercitives…
    La monstrueuse hypocrisie du ‘political correctness’
    est entrain de faire des ravages chez les gaulois
    et ailleurs.
    Enfin, on notera que l’instabilité réglementaire
    participe de l’asymétrie: vrai depuis longtemps, faux le lendemain…

  33. Monsieur Jorion, il y a vraiment de quoi être désespéré.
    J’envisageais toutes sortes de raisons de ne pas l’être, mais devant les derniers évènements, je suis obligé de reconnaitre que l’introduction de votre billet d’il y a quelques semaines se justifie tous les jours.

    Je me met à craindre pour votre Blog et ses informateurs…
    Vous, homme public, et malgré tout sans influence désintégratrice (excusez du peu d’impact que j’attribue à votre action :-)), risquez peu à mon sens, mais les autres..?

    Votre discours de témoin et « d’analyste » (anthropologue) vous place malgré tout à l’intérieur du Système et utilise les moyens du Système pour se faire entendre. Votre alerte sur la potentielle montée en popularité des « hommes providentiels » et des référents montre que vous n’êtes pas ignorants du risque qui vous menace vous même: celui de vous retrouver dans cette position.
    Aurons nous le choix de se passer de ces Hommes?
    Aurons nous même le choix des Hommes?
    Est il malvenu de faire des choix précoces en dehors de ceux que les « Institutions » prétendent nous présenter (pour les prochaines échéances).
    Ne faut il déjà, et dès maintenant, sabrer en diagonale dans le Système en ignorant ses manœuvres et en mettant en œuvres les nôtres à une échelle citoyenne?
    Ou devront nous attendre au nom d’une sécurité mentale, revenant à se mettre dans une condition servile de confort, que se consolide au sommet, les outils et moyen d’un asservissement tel que décrits par un contributeur (il y a quelques jours), en faisant le parallèle avec le XIV et XVe siècles de l’Histoire européenne?
    Avons nous seulement des choix, ou sommes nous seulement dans une situation de réponse réflexe aux stimuli..? Ce qui fait craindre le pire.

  34. Bonsoir,
    Je n’ai pas abandonné le Blog de Paul Jorion,
    J’ai décidé d’aller porter le fer sur un blog où les idées opposées au libéralisme économique sont assez mal vues:
    Le blog du journal « Les Echos »
    Ce qui m’a décidé à le faire c’est l’ensemble de réponses dénigrant « Le manifeste des économistes atterrés » signé par plus de 600 économistes principalement français. Ces réponses face à ce manifeste pourtant tout à fait pertinent, sont pour la plupart inspirées de l’idéologie néolibérale et faite avec une rudesse peu dignes d’un débat d’idées.

    La première critique qui était faite au « Manifeste des économistes atterrés » était que seuls des français pouvaient encore faire des critique sur l’économie de marché, crime de lèse idéologie libérale intolérable… D’où mon premier commentaire…

    En revanche les journalistes de Echos, qui jouent le rôle de modérateurs ont accepté ma réponse sur ce sujet et en ont fait l’équivalent d’un billet invité, m’aidant même à y ajouter des illustrations que je ne savais pas comment inclure dans une réponse dans ce blog.
    J’ai reçu quelques mots peu aimables auxquels je m’attendais et j’ai bien entendu répondu de mon mieux en me disant que si des lecteurs habituels des échos entendaient au moins pour une fois un autre son de cloche que celles du libéralisme ce serait déjà ça de pris…
    http://lecercle.lesechos.fr/node/32401

    Je reviendrais ici sur le blog de Paul Jorion dès que possible. En effet avoir eu un « article » dans le Blog des Echos m’a demandé autant de travail qu’avoir eu un billet invité ici…

    A j’avais oublié, j’avais également répondu sur ce blog à un éditorial de Dominique Seux chroniqueur à France inter : « L’économie américaine n’est pas fichue ! ». Cette réponse avait aussi été reprise sous forme d’article, avec le titre : « Pourrons nous sortir de la crise par des mesures purement financières? »
    Réponse également acceptée par les modérateurs des Echos…
    Je dois dire que dans les deux cas j’ai essayé de me maintenir au niveau d’un débat d’idées sans renier les miennes mais sans faire d’attaques purement idéologiques ou d’attaques personnelles, étayant mes commentaires de références et d’arguments concrêts.

    http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/221131725/pourrons-nous-sortir-de-la-crise-par-des-mesure

    Bien cordialement.

    Paul Tréhin

    1. Bonsoir Paul Tréhin

      Sur ce lien
      marianne2.fr/Mondialisation-Herve-Juvin

      sur votre citation des Echos

      La première critique qui était faite au « Manifeste des économistes atterrés » était que seuls des français pouvaient encore faire des critique sur l’économie de marché, crime de lèse idéologie libérale intolérable… D’où mon premier commentaire…

      il y a des pages intéressantes de Juvin sur la spécifiité « anti-économique » française.
      Il l’oppose la France à bien des autres pays qu’il décrit comme « sans scrupule mais non sans raison » dans la déconstruction de la supériorité occidentale dont le dernier mot est le néolibéralisme mondialisé de l’individu « gazeux » sans frontière (le bobo à 4×4 d’Islande , là où on les a peints en rouge,se reconnaitra).
      Mais par ailleurs il défend les frontières et une forme de recentrage Européen, dépassant largement la frilosité qu’on imagine toutefois.
      C’est en lisant E Todd que je pense qu’on pourrait comprendre les ressorts de « France » vs « Argent ».
      Un peu comme Braudel, faudra-t-il attendre un tardif assagissement de Paul Jorion pour qu’on ait droit à « l’identité économique de La France » ? (sous titré « Aristote chez les Gaulois » ?)

    2. Bon courage !

      C’est vrai qu’en lisant ce blog on a l’impression de ne pas vivre sur la même Terre !

  35. Assange, wikileaks et les fuites.

    Contrairement à de que je lis souvent, je crois que l’évènement (les fuites) est très important car très symptomatique. Indépendamment de la personnalité d’Assange et du positionnemment de wikileaks on devrait pouvoir parler de « cyber-Insurection ».

    Dans ce sens, toutes les réactions et les prises de positions autour de cet évènement constituent une source inestimables d’informations. Le catalogue des réactions déjà enregistrées est extrêment clair.

    Quant au contenu, wikileaks n’est qu’une source parmi d’autres et délivre de l’information que l’on peut raisonnablement recouper ; il y a de très nombreuses autres sources. D’une façon générale, il n’y a pas vraiment de scoop : avant, on pouvait se douter (très fort), maintenant on sait.

    1. C’est ce qu’explique Assange dans son papier : il n’y a plus de conspiration quand elle est admise, elle devient alors du domaine du traitement de l’actualité.

    2. Oui, c’est le tout et la complexité qui raffinent le sens. Sur la seul démarche de Wikileaks/Assange, c’est trop « focalisé » en terme de niveaux cognitifs pour être riche.

      J’en apprends plus sur l’aveuglement des élites en lisant le symphonique Richard Sennett expliquer comment on foire une architecture pensée « hors sol ».

  36. Je signe des pétitions comme tout le monde …mais, je pense que cela donne une illusion d’encore un peu de liberté d’expression, là où elle se réduit comme peau de chagrin …
    avaaz : j’ai signé un peu chez eux …j’ai eu la surprise de voir
    – qu’une pétition en faveur du Dalai Lama – le Bouddhisme m’ayant intéressée à une époque ; et estimant, tout en étant laique, que l’on n’a pas à détruire un peuple, quel qu’il soit; (celui-ci qui dit lui-même que se prétendre Bouddhiste, n’étant pas de cette tradition, lui parait curieux ( grand éclat de rire à la clef …) car cela demande une immersion complète, un haut niveau d’études dans ce domaine …; et qu’il vaut mieux oeuvrer dans sa tradition, tout aussi respectable …[ Si c’est lui qui le dit …= Je pense qu’il est assez lucide au sujet d’instrumentalisations possibles ].
    – une au moment de « Plomb durci », en faveur du Peuple Palestinien =) celle-ci n’a jamais été enregistrée =) d’où un doute de ma part …(enfin, soit : je fais peut-être erreur)
    – une masse de pétitions ne fera pas tomber le mur de l’argent …c’est une illusion, même si cela part d’un bon sentiment …=) une masse de pétitions peut être un appoint, un support, un moyen de compter les « troupes » , mais cela ne saurait suffire : plusieurs moyens d’action doivent être mis en oeuvre conjointement . ainsi qu’une construction pour la suite des événements …
    Ayant mis le nez dans l’Os à moëlle de Pierre Dac ( durée de parution = 2 ans )…couvrant la période de la drôle de guerre : j’ai un sentiment de déjà vu : grands moulinets de bras des personnes en place …sensation kafkaienne …absurdité sur toute la ligne …personnes » groggy »… peur diffuse …volonté de ne pas voir, sauf exception
    = je dirais, actuellement, volonté de ne pas voir la barbarie qui vient …

  37. Aujourd’hui nous avons ce qui est assez rare, une éclipse de Lune le jour du solstice d’hivers.
    « On » a marché sur la Lune, plus rien ne nous effraye,
    « Nous » dominons le ciel, et nos grands prêtres surveillent Ass ange du coin de l’oeil…….
    Sans me tromper, je peux vous souhaiter à tous la plus longue nuit de l’année avec extinction partielle des lampions. Bon solstice à tous ! 🙂

  38. L’individu isolé est également un consommateur, ce qui pourrait lui donner un certain poids à condition que les individus cherchent à se coordonner. A Londres, samedi dernier – grand jour de shopping de Noël – des particuliers, des représentants de syndicats et des étudiants ont multiplié les happenings sur Oxford Street (l’équivalent de notre rue de Rivoli) et ont distribué des tracts devant de grands magasins et de grandes chaînes, (notamment Vodafone, les pharmacies Boots, les vendeurs de vêtements Topshop et Dorothy Perkins) pour protester contre l’évasion fiscale. Ils visaient notamment le propriétaire du groupe Arcadia (Topshop, Dorothy Perkins…) – qui est aussi conseiller économique de David Cameron. Cet homme aurait mis pratiquement toute sa fortune, y compris la holding qui détient ses magasins, au nom de sa femme installée à Monaco pour payer le moins d’impôts possibles (alors qu’en réalité, le couple vivrait surtout en Grande-Bretagne) . Bien sûr, pendant ce temps-là, les vêtements destinés à leurs magasins sont largement fabriqués en Chine, et, bien entendu, ils sont vendus en Angleterre de plus en plus chers (voir la collection Kate Moss dont la qualité est en baisse alors que les vêtements atteignent parfois des prix importants – 400 £ pour une robe) de façon à réaliser de confortables marges. D’ailleurs, les rémunérations des actionnaires sont très élevées.
    Pour finir, toujours d’après les syndicats d’étudiants anglais, si les multinationales anglaises n’utilisaient pas la défiscalisation via différents paradis fiscaux, les recettes de l’Etat anglais seraient suffisantes pour ne pas avoir à tailler dans le budget de l’enseignement supérieur… Ces actions sur Oxford Street tout a fait symboliques mais pas forcément farfelues… on trouve plus d’infos sur le site du journal le Guardian :
    http://www.guardian.co.uk/business/2010/dec/19/big-business-defensive-tax-protesters?INTCMP=SRCH

  39. Boycott interdit par la loi ? je pouffe !

    Que font donc Visa, Mastercard et Paypal, sinon du boycott ? puisqu’il n’y a aucun jugement les autorisant à bloquer les comptes de wikileaks ?

    Je fais tous mes achats de Noël par chèque et pas par carte, ni par Paypal, et vous ? j’ai transmis à tout mon carnet d’adresse un appel au boycott, et vous ?
    J’ai repris sur mon site internet la vente des livres par bon de commande et par chèques, et vous ?
    Vous ne faites que parler ? ou vous agissez ?

    Bon Noël
    Philippe

Les commentaires sont fermés.