AVIS DE COUP DE VENT, SUIVI DE TEMPÊTE, POUVANT SE TRANSFORMER EN OURAGAN, par Charles Sannat

Billet invité.

Un titre un peu alarmiste, direz-vous ? Peut-être, mais lisez d’abord.

– L’université du Texas prend de l’or pour sa trésorerie….

Une information importante et passée totalement inaperçue est que l’université du Texas vient d’investir environ 1 milliard de sa trésorerie en or. L’article de Bloomberg est ici. Les membres du Board voient l’or « juste comme une autre monnaie mais qui n’a pas à souffrir d’une impression supplémentaire de billets ». Suivez mon regard ! Il est à noter que cette université forme également des économistes.

Alors que penser d’une telle stratégie? Simplement que de plus en plus de particuliers comme d’institutions commencent à avoir des doutes de plus en plus sérieux sur la pérennité du système économique mondial dans sa configuration actuelle.

Pourtant, comme le fameux cygne noir de Nassim Taleb, c’était impossible et inenvisageable.

Mais ce n’est pas tout. Ces dernières semaines sont particulièrement riches en alertes.

– Des taux à deux ans qui dépassent pour la première fois les 25% pour la Grèce.

Cela signifie que la Grèce est peut être à quelques jours seulement d’un rééchelonnement de sa dette dans laquelle inévitablement les banques mondiales à commencer par les banques françaises laisseront quelques plumes. A titre d’information, c’est le Crédit Agricole qui est la banque la plus exposée au risque grec, l’ensemble des banques étant tout de même concerné.

Pourtant, c’était impossible et inenvisageable.

La mise sous surveillance de la dette US par l’agence de notation Standard and Poor’s,

Pour ceux qui n’auraient pas encore compris ou qui ne souhaitent vraiment pas comprendre, l’économie américaine reste la première économie mondiale. Un défaut de paiement US entrainerait le monde dans un chaos économique sans précédent. Les optimistes invétérés nous expliquent qu’ils n’y croient pas. Les mêmes d’ailleurs ne croyaient pas à un séisme d’une magnitude supérieure à 9, suivi d’un tsunami de plus de 15 mètres de haut, venant détruire 6 réacteurs d’une centrale nucléaire… et qui irradie un pays entier pour ne pas faire frémir avec une contamination entière de l’hémisphère Nord. Encore un triste cygne noir.

Pourtant, c’était impossible et inenvisageable.

– Morgan Stanley vient de faire un défaut de paiement volontaire de 3.2 milliards d’euros sur un immeuble qu’elle détient à Tokyo.

En clair peut importe ma perte, je n’en veux plus de cet immeuble. Quel peut être le mobile d’une telle décision qui est une première historique pour cette « vénérable » institution ?

Pourtant, c’était impossible et inenvisageable.

– Nous pouvons ajouter à cela que les CDS reflètent actuellement une anticipation d’annulation de la dette de certains pays européens pouvant atteindre les 75% (les CDS sont des pseudo-assurances sur les risques de faillites). Une information à rapprocher du fait que les fonds euros des contrats d’assurance-vie sont en très grande majorité (environ 75%) composés de dettes souveraines, c’est à dire d’obligations d’Etats.

Pourtant, c’était impossible et inenvisageable.

– Et puis il y a la Chine qui souhaite diversifier ses réserves en devises et faire diminuer de manière significative sa détention de dollars américains. En effet, l’érosion d’une monnaie est un moyen pour ne rembourser ses dettes qu’en monnaie de singe dévaluée. Mais cela se fait au détriment du détenteur de cette monnaie. Nos amis chinois ne semblent plus vouloir être les dindons de la farce.

Pourtant, c’était impossible et inenvisageable.

– Plus dramatique, McDonald (les restaurants) ont lancé une grande campagne de recrutement proposant 50 000 job en une journée. Des scènes pathétiques prouvant à quel point la situation de nombre de familles américaines est désastreuse. Pas loin de 3 millions de personnes se sont présentées pour obtenir un travail, certaines campant même la vieille pour être sûres d’être reçues. La situation a carrément virée au drame à Cleveland (voir ici la vidéo).

Pourtant, c’était impossible et inenvisageable.

– Et enfin, plus léger, après l’initiative de Cantona notre footballeur, les maires s’y mettent aussi, enfin le maire (P.J. : le bourgmestre !) de la ville de Gand en Belgique en tout cas, qui vient de prendre la décision de retirer ses fonds de deux banques à savoir Dexia et KBC afin de protester contre les politiques de ces deux institutions et invite toutes les villes à suivre sont exemple…

Pourtant, c’était impossible et inenvisageable.

Alors, « Avis de coup de vent, suivi d’une tempête, pouvant se transformer en ouragan », est-ce vraiment alarmiste après tout ?

Partager

102 réflexions au sujet de « AVIS DE COUP DE VENT, SUIVI DE TEMPÊTE, POUVANT SE TRANSFORMER EN OURAGAN, par Charles Sannat »

      1. Tobin s’est toujours refusé à redistribuer les fruits de son grain de sable.
        Ce n’était pas là son idée.

        Robin a toujours été un peu plus « radical ». 🙂

        Ils sont sans doute frères, mais pas jumeaux !

  1. La conjoncture n’est pas très réjouissante, je vous l’accorde, mais on peut y voir une simple illustration de la défiance grandissante des citoyens du monde vis à vis de la non-résolution de la crise financière de 2008 car quelques anecdotes par-ci par -là ne font pas forcément une quadrature ou une conjecture inexorable. Est-ce pour autant la fin de l’histoire ? cela fait déjà plus de 2 ans qu’on nous l’annonce sur ce blog et nous en sommes toujours à attendre que cela vienne, dans une sorte d’attente quelque peu millénariste, il faut bien le dire.

    Pourtant, j’aime bien ce côté liste à la Prévert, cette longue liste de signes me font penser aux signes avant coureur de la fin des temps ou de l’apocalypse, sous-entendu les signes de la révélation et non les signes d’une catastrophe, comme cela nous est souvent annoncé…à moins qu’il ne faille passer par une grande catastrophe (cela dépend pour qui ?) pour voir émerger le retournement des valeurs tant attendu, espéré….

    Car il y a comme une analogie. Il est écrit qu’à la fin des temps : « …vos fils et vos filles prophétiserons… » ce n’est pas précisé s’il s’agit de prophéties via facebook, twitter, ou le blog de Paul (pas l’apôtre évidemment, quoique…).
    Autre part, il est écrit qu’il y aura pleins de « faux-prophètes »…alors là, c’est bingo !, car des experts menteurs patentés et des bonimenteurs professionnels, on en a pleins les médias, y sont même à la tête de nos plus importantes institutions, c’est pour dire.

    Bon alors, je vous pose la question subsidiaire à la question du jour : Vous le voyez quand le retour du christ ?

    1. Millénariste, Apocalypse, Fin des temps, etc…
      Il est remarquable que ce soit justement vous qui parlez eschatologie. :-), quand on ne vous parle que du coin-coin de canard, des traces de patte de canard, de la plume de canard, sans parler de la merde de canard, qui indiquent à coup sûr l’existence d’un p..taing de canard dans le coin… :-/

    2. La situation est catastrophique, et si rien ne me félicite dans la préservation de ce monde, force est de constater que l’abime est proche. Et comme toujours nous savons que ce chaos a venir ne sera pas d’une plus grande délicatesse. il n’y a pas de défiance « citoyenne » il y a une impossibilité reproductive pour ce systeme. les consequences sont ici comme ailleurs. Je n’ais pas beaucoup d’argent, et je vois chaque fois au supermarché les prix augmenter. Je viens d’achetrer du riz a 4.80 € le kilo!! (1.20 en 250g) avant , ya pas longtemps, c’était le prix de la viande! ca peut paraitre ridicule et insignifiant. mais la patte feuilleté est passé de 70cts a 1 euro en 2 mois dans mon quartier. ca fait combien en pourcentage sur mes sous? c’est presque 50% de mes tunes. a peut etre iphone a baissé, la television 3D aussi mais je n ‘en ai pas. et la on arrive a la limite. alors continuez a croire que ce n’est qu’une crise politique … un manque de citoyenisme, mais dites vous bien qu’on vous attends pas au tournant mai dans la ruelle.

      1. Stef, j’adhère. J’approuve. J’applaudis.
        Et je ne suis pas le seul : va, lis et reviens :
        http://www.monde-diplomatique.fr/2010/03/LORDON/18924

        Et, comme la finance est une « science » complexe, lorsqu’un gars du CNRS écrit cela :
        « Gageons que, pour calmer un peu le populo mécontent, les syndicats les plus institutionnels, faisant désormais partie, aux côtés de la droite et de la « gauche » social-démocrate, d’un bloc de pouvoir unifié de fait par-delà ses divisions secondes, organiseront quelques innocentes marches, si possible un jour de soleil, entre République et Nation, peut-être même des pique-niques. Il est cependant possible que l’option « promenade urbaine » ne soit plus suffisante et que le populo en question, un peu las de se promener, finisse par trouver qu’il en a également assez de se sentir promené. »

        Moi, personnellement je, ça m’éclate 🙂

  2. Ce qui me surprend, c’est qu’il y ait encore suffisamment d’or disponible pour tous ceux qui en demandent. Or si cet or n’est pas réellement livré et sa possession se résume donc à un simple titre papier, alors je doute que cet or-là ait la moindre valeur, du moins pas plus que n’importe quel dollar. 1 milliard, ça représente quel pourcentage du stock mondial existant ?

    1. Bonsoir, voisin.

      Le « titre de détention or » doit, selon la loi, contenir au minimum 95 % d’or.
      Déjà, avec la marge de vente en plus du pourcentage, tu vois ce que tu perds.
      Hors, rien ne permet de vérifier si les 95% restants sont effectivement localisés et uniques, sachant qu’un lingot en coffre peut être revendu plusieurs fois.

      Pour s’en convaincre, il suffit de vérifier les stocks d’or en comparant avec les « titres » émis…

      N.B. : pourquoi crois-tu que les banques aient si peu de fonds propres…?

      Kenavo.

      1. De toute façon, ça n’a aucune importance, sachant que les gens ne vont pas demander a etre payé en or? L’or sert à la spéculation. Cela ressemble à une valeur refuge…
        Mais pourquoi? C’est tellement primitif comme démarche…
        Tiens ça me fait bien rigoler!
        Surtout ça me fait bien rigoler que des mecs achetent de l’or virtuel qui n’existe pas!
        Moi, ça me réjouit de voir le niveau de crétinisme des nantis…

    2. Il n’y plus aucune convertibilité dollar-or…
      C’est a dire que l’or augmente, parcequ’il y en a pas assez, justement!
      Pour répondre à kezako a ce sujet, la hausse de l’or n’est nullement anecdotique et déstinée aux spécialistes de la boule de cristal….
      Curieusement cette hausse a débuté dés le début de la crise des subprimes, soit bien avant septembre 2008, dés 2006 de façon claire.
      Dont acte:
      http://investmenttools.com/futures/bdi_baltic_dry_index.htm

      Il en est de meme du CRB qui mesure la spéculation sur les matieres premieres…
      En d’autres termes il semblerait plus qu’évident que les banquiers savaient qu’un jour ou l’autre leurs combines sur les produits dérivés seraient éventées, et que leur assurances bidons de type CDS (Une invention de JP Morgan Chase) , provoqueraient une bulle irrécupérable et irrécouvrable.
      Lexinter.net:
      « Les CDS n’étaient pas considérés comme relevant de la réglementation des assurances, et les volontés de réglementation par la SEC et le CFTC avaient été écartées par le Commodity Futures Modernization Act de 2000. Le Président de la Fed, Alan Greenspan, avait insisté pour que les régulateurs n’interviennent pas concernant ces instruments. Le marché des CDS n’est donc pas régulé et les transactions se font de gré à gré. Ceci veut dire que les opérations de CDS n’impliquaient aucune exigence de détenir des actifs garantissant l’exécution des obligations résultant des CDS. Les CDS permettent de spéculer sur les évolutions des marchés sans avoir à satisfaire des obligations prudentielles quant aux fonds propres, sans obligations d’avoir constitué des réserves. »
      « Avant la crise il s’agissait d’opérations très profitables. Un hedge fund pouvait vendre une « protection » de 100 millions $ de junk bonds BBB rapportait 320.000$ en primes annuelles. En cas de sinistre il suffit pour le hedge fund de mettre la coquille juridique ou la limited partnership en liquidation. »
      Dont acte:
      http://www.lexinter.net/JF/credit_default_swap_%28cds%29.htm

      En clair, il n y’ a pas d’assurance contre le défaut de paiement de la Grece. Le CDS n’est qu’un procédé qui sert au paris. Le paris de se retirer avant que la pyramide de Ponzy ne s’écroule…
      Notons que sans pyramide de Ponzy, pas d’effet domino…
      Vous avez des obligations? Eh bien sachez qu’aucune assurance réelle ne les couvre. Et que les interets que les emprunteurs payent ne servent que la rapacité de ceux qui pretent, ou leur bétise en croyant que le nominal leur sera remboursé.
      Ceci- dit, je ne suis pas certain que si le systeme financier en sort trés amoché, cela soit si grave que ça…C’est en fait le seul moyen pour que les états en reprennent le controle…

      1. Non, une tonne d’or c’est 50 millions de $. Donc un milliard de $ = 20 tonnes d’or. Une semi quoi.
        Et Bernard Arnault, par exemple, 4ème fortune mondiale et 1ère européenne, 41 milliards de $, eh bé ça pèse, en théorie, 822 tonnes d’or, soit 41 semi-remorques d’or, soit une petite file ininterrompue de semi-remorques sur un kilomètre… bourrés d’or.

      2. Et qui sème le vent, récolte les camions. C’est bien connu.

        La croissance n’attend pas le nombre du PIB.

      3. @yvan

        Mine de rien, la fortune d’Arnault, s’il pouvait la convertir en or, soit 800 tonnes, chose impossible évidemment étant donné l’énormité de la somme, ben ça ferait plus que le stock estimé de la Baque de Chine et Hong Kong réunies,que celui du Japon et le tiers de celui de la banque de France ! Le The Nabab…

    3. J’avais vu dans un documentaire sur la chaine Histoire ,un spécialiste de l’or expliquer que tout l’or du monde était « contaminé », qu’il contenait l’or des camps de la 2ième Guerre Mondiale. Personnellement, avant, je n’aimais pas particulièrement ce métal , qui cependant peut être utile en médecine, depuis je l’évite carrément, comme en bijoux par exemple.

      1. ???!!
        Pour résumer, si l’on pouvait vous garantir que tout l’or récupéré dans les camps d’extermination avait été réservé à un usage médical ou dentaire, vous seriez plus enclin à acheter de l’or ?
        Mais, à votre avis, de combien de morts dans l’Histoire pèse chacun des 160 millions de Kilos d’or accumulés par l’Homme depuis 5000 ans ?
        Et combien de précolombiens pour chaque tonne d’argent ? Etc, etc.

  3. vous parliez de la prime de 1000 Euros il y a une semaine ,non ?
    que le papier IMPRIMER achète de l’OR est sans commentaires.
    Merci

  4. « Des taux à deux ans qui dépassent pour la première fois les 25% pour la Grèce »

    –> D’accord mais quel valeur accorder à cette info, dans la mesure où j’avais cru comprendre que la Grèce ne se présentait plus sur les marchés. On nage plus que jamais dans le virtuel.
    Cela dit j’imagine qu’on arrivera un jour ou l’autre à la fin du financement de la Grèce par les partenaires européens.

    1. De Grèce …. Vous pensez bien que si on nous l’avais demandé par référendum, nous n’aurions jamais accepté cette aide …..
      On est bien maintenant, sous tutelle et sans argent et on vend nos meubles….
      Ah quand je vois nos ministres sourire à la télé, je me dis mais quels imbéciles !!!!

    2. Le mécanisme sous-jacent à ce qui devint le krach obligataire de 1994 est le suivant. Une obligation dispose d’un coupon qui lui est attaché : un versement périodique, le plus souvent annuel ou semi-annuel, proportionnel au principal (et exprimé comme un taux d’intérêt). La valeur marchande de l’obligation reflète la valeur comparative de ce coupon par rapport au taux d’intérêt qu’offre au même moment le marché pour les instruments de dette de même maturité. Par exemple, imaginons que soit prévue pour un jour donné l’émission d’une obligation à échéance un an, coûtant 100.000 € : le montant du principal qui sera remboursé à maturité, et dont le coupon annuel est de 8 %. Supposons maintenant qu’au jour de l’émission le taux de marché à échéance un an soit en réalité 8,5 %. Cette obligation ne pourra plus être vendue 100.000 €, même si son principal est bien de ce montant : elle est forcée, pour rester compétitive sur le marché, de générer le rendement plus élevé de 8.5%, alors que son coupon est défini contractuellement comme étant de 8%. Pour ce faire, il faut qu’elle se vende 99.539 €. En effet, cette somme est celle qui, placée à 8,5% sur un an, reproduit le montant qui sera payé à maturité – comme prévu initialement – pour cette obligation : 108.000 € ; à savoir, les 100.000 € du principal auquel s’ajoutent les 8.000 € d’intérêt (le montant du principal 100.000 € multiplié par la valeur du coupon, 8%). On pourra vérifier que 8,5% de 99.539 €, font 8.461 €, et que 99.539 € plus 8.461 € font bien 108.000 €.
      Inversement, si le marché n’offre plus que 7 %, le prix de revente d’une obligation à coupon 8 % dépassera cette fois les 100.000 € (elle pourra se vendre 100.935 €). Par une lecture inversée, une obligation dont le prix baisse signale automatiquement un relèvement du taux de marché correspondant à sa maturité.
      Par conséquent, plus les obligations se dépréciaient sur le marché du fait de la présence de vendeurs nombreux et d’acheteurs rares, plus le taux d’intérêt implicite à ces obligations croissait, établissant sur le marché un nouvel étalon pour des emprunts de lamaturité correspondante, mouvement des taux auquel les ménages, les entreprises et l’économie dans son ensemble se trouvaient alors obligatoirement soumis. La crise avait atteint un régime où les tentatives faites par les acteurs présents sur les marchés de pallier ses conséquences contribuaient en réalité à l’entretenir. Comme je l’ai signalé au chapitre précédent, le prix des obligations françaises participa au mouvement général consécutif aux mesures prises par la Federal Reserve.

      Paul Jorion, Le prix, pp. 204-205

  5. Ben oui, mis a part l’histoire des CDS j’ai vu tout cela, et d’autres petites choses, comme des gens qui témoignent sur le net, racontant comment leur banque a tout fait pour les dissuader de fermer un plan d’épargne, par exemple.
    Et vous voulez être optimiste sur la suite des évènements avec tout çà ?
    Depuis 3 ans j’ai compris que de plus en plus de gens s’enfoncent inexorablement dans la misère, cela ne se voit pas trop encore, parce que certaines mesures ont été prises pour masquer les choses (chiffres réels du chômage), je ne sais plus où ni quand j’ai lu que les préfets retardaient les expulsions de locataires pour qu’il n’y en ait pas trop, ce serait trop visible, les associations d’aide aux personnes en difficulté sont débordées , on détruit les bidonvilles qui se forment ici ou là, on interdit l’habitat précaire…….
    Je pense que cela doit être comme le pourcentage « tolérable » d’immigrés dans la population, lorsqu’un certain seuil sera atteint il sera impossible de continuer à cacher les faits.
    Et tout cela pour « sauver » les banques !

    1. en effet, bonne nouvelle! a marseille, 3000 expulsions sont en attente et bientôt une de plus … la mienne.

  6. « – Nous pouvons ajouter à cela que les CDS reflètent actuellement une anticipation d’annulation de la dette de certains pays européens pouvant atteindre les 75% (les CDS sont des pseudo-assurances sur les risques de faillites). Une information à rapprocher du fait que les fonds euros des contrats d’assurance-vie sont en très grande majorité (environ 75%) composés de dettes souveraines, c’est à dire d’obligations d’Etats. »

    –> A mon humble avis, ceci serait très souhaitable dans le sens que cela mettrait un coup d’arrêt au rêve et au mythe germanique d’un euro capable de remplacer le dollar dans le rôle de devise mondiale (on peut se demander d’ailleurs l’intérêt de la chose), ce qui nous amènerait enfin peut-être à une gestion rationnelle (c’est à dire une gestion politique) de cette devise et à la fin de la toute-puissance de la BCE.
    Tous les problèmes liés à l’Euro ne seraient pas résolus, cela dit loin de là ce me semble.

    Par ailleurs, le dollar ne pouvant plus tenir non plus ce rôle, ni encore le yuan alors il faut inventer une solution de remplacement, celle du panier de devises évoqué un temps ?

    1. … Et en l’absence de solution concertée, la solution de remplacement risque d’être l’or, solution imparfaite mais plus probable à moyen terme qu’un accord des grandes puissances pour le bien de tous.

      A noter que GEAB estime que certains pays mentent sur le montant de leurs réserves d’or et que l’or papier risque de se transformer en papier tout court au moment des comptes.

  7. Mr Soros, le célèbre milliardaire vient de déclarer, le 10 avril 2011, lors d’une conférence à Bretton Woods organisée par le «Institute for New Economic Thinking » : « l’évidence est qu’incontestablement, la première priorité des autorités est de prévenir l’effondrement du marché et tout autre chose doit venir en second lieu » . Ainsi le marché risquerait de s’effondrer ?

  8. Bonsoir à tous, si je le publie ce sera mon 1er commentaire (quelques un d’écrit, tous effacés) sur ce blog que je suis pourtant depuis presque 3 ans.
    Je ne suis pas là pour raconter ma vie mais je vais le faire quant même un peu :). J’ai 19ans, je n’ai pas mon bac (je n’y suis tout simplement pas allé) et je travaille dans un MacDo… et je suis inquiet pour mon avenir, pour l’avenir tout court. Je n’aime pas la société, le monde dans lequel je vis et aujourd’hui principalement grâce au web je peux regarder assez loin pour apercevoir les causes de ce malaise. Je ne sais pas où nous allons mais je crois que la direction est mauvaise.
    Notre Monde est devenue décadent par nature, tout les rouages de nos belles sociétés modernes et civilisées dysfonctionnent et pourtant ce système aberrant continue de s’exporter dans le monde entier. Réflex de survie ?

    Les changements nécessaires à la sauvegarde de la vie sur Terre (oui je fais parti de ceux qui pensent que nous en sommes arrivés là) ne se feront pas à coup de réforme politique (la politique?? laissez moi rire…), ni à coup d’écoblanchiment écœurant d’hypocrisie commerciale, ni grâce au développement durable qui ne remet pas en cause les modèles de croissance et j’en viens à me demander si une révolution humaine suffirait.
    Mon idée la dessus se rapproche assez de celle de Hayao Miyazaki (vous savez « Le voyage de Chihiro », « La princesse Monoké » ? c’est lui) qui pense qu’une grande partie de la culture moderne est « légère et superficielle et fausse », et qu’il attend, « pas complètement en plaisantant », une ère apocalyptique où les « herbes vertes sauvages » reprendront la Terre.

    Enfin bon tout ce tas de mots sans structure n’est que les divagations d’un post-ado-drogué-findumondiste-décroissant-alter-mondialiste-sans-son-bac alors…

    A+ j’ai des Big Mac à faire moi :p

    1. @non
      Moi j’en ai 53, et j’ai parfois un cauchemar, c’est qu’un de mes 3 enfants me demande où on va, et ma réponse serait , « excuse moi, je ne sais pas quoi te dire », ou version 2, « c’est la jungle, tu te démerdes ». Pour l’instant, ça reste un cauchemar.

      1. Mon fils m’a sorti il y a quelques mois en regardant les infos, « vous les parents, là, dites vous bien qu’on se souviendra… ».
        Il n’était pas majeur; il l’est depuis…

    2. « si jeunesse savait, si vieillesse pouvait »

      a 19 ans tu as compris la problematique de notre société, c’est déja tres bien… mais .il ne faut pas que ta lucidité t’abatte !! surtout pas! t’as de grandes choses à faire !

      un de mes gosses va passer l’oral de sciences po, il est jeune et a la même lucidité que toi. je lui transmets tout le gniac que je peux encore avoir….

      battez vous!

      1. À en juger par l’usage que font les vieux de leur pouvoir, je crois qu’il faut inverser la proposition : « Si jeunesse pouvait, si vieillesse savait »… : ((

    3. Se sentir bien dans une société profondément malsaine c’est pas bien. En tout cas ceux qui comme toi se sont fait une lampe sont sauvés. Maintenant pour rejoindre notre futur à tous (laissons les herbes vertes sauvages… s’occuper d’améliorer les sols de nos potagers naturels!) il faut progresser, et c’est toute la difficulté de la tâche, là où il n’y a plus de lumière. Mais qu’est-ce que c’est excitant n’est-ce pas? Et cette sensation ressemble au bonheur.

      Bon je retire la parenthèse à propos des potagers naturels. Ils sont plutôt améliorés au plutonium 239.

      1. « Mais qu’est-ce que c’est excitant n’est-ce pas? Et cette sensation ressemble au bonheur. »

        Extrêmement excitant, a donner des frissons, parfois. Le bonheur ? en effet c’est bien possible.

      1. By Slavoj Zizek j’ai à lire « Vivre la fin des temps » qui traine sur mon bureau depuis 1mois…

        Je ne suis pas contre bosser mais pas comme ça, pas pour ça.

    4. Mais qu’est-ce que tu fous à bosser chez MacDo ? Ta maman, ta petite copine ? Joue ta vie, joue ta vie !

    5. votre début de prise de conscience est un commencement………….mais n’offrez pas votre jeunesse à Mac Do, cassez vous de là. Quittez la ville comme dit un autre intervenant ici. Il y a une autre vie à vous construire. Allez sur le site « On peut le faire » vous y trouverez des idées à mettre en place pour changer de trajectoire, vous y découvrirez des personnes qui on mis en place des moyens de vivre à côté de cette société marchande, qui par leurs choix de vie nous montrent que c’est possible. Vous êtes jeune, ne restez pas prisonnier de cette industrie de la bouffe frelatée pour servir des esclaves………………. Allez voir plus loin, la porte est petite, la route sera pierreuse mais vous y serez libre.

      1. @octobre @brigitte

        Je n’avais pas trop le choix, c’était ou la porte (de chez mes parents). McDo embauche facilement.

        J’ai offert déjà toute mon enfance à m’emmerder sur les chaises du bahut (sauf au CP, c’était cool le CP :p ) alors passer quelques temps à faire du BigMac et ramasser quelques sous sous (qui ne vaudront bientôt peut-être plus rien vous me direz) pourquoi pas.

        A vous lire j’ai l’impression que seule la jeunesse à encore une chance de « s’en sortir ».

        « Quitter la ville » c’est prévu, ne vous en faite pas.

        Merci de vos réponses.

    6. Le seul avantage de bosser chez McDo est d’apprendre la dure réalité de la vie, le mal de dos d’après le boulot, l’endurance qu’il faut pour recommencer tous les jours, etc… N’y reste pas trop longtemps, car vu ton niveau de réflexion, cette expérience qui peut avoir un côté enrichissant risque de t’enfoncer dans ce désespoir qui transpire déjà de ton message.

      Un conseil (un vrai) : apprends à faire quelque chose de compliqué avec tes 10 doigts. Menuisier, tanneur, agriculteur, bref, apprends VITE un métier qui te permet de transformer la matière, réparer, mettre en valeur. Alors tu verras que la vraie élite est composée de gens qui, d’un bout de désert aride et sans avenir, sont capables de bâtir un endroit vivable et durable grâce à leur savoir-faire et un peu d’esprit collaboratif (« collaboration » est un joli mot, à la base^^).

      Je n’ai que 10 ans de plus que toi, suis passé par le même genre de voie que toi (refus d’aller au BAC + boulots durs, dangereux et non-formateurs). Actuellement je n’ai pas de métier. J’ai un travail « stable » qui me nourrit, mais pas de métier, ainsi je suis à la merci du vent qui tourne, foutu si je n’ai pas d’assistance.

      Je peux t’affirmer :
      1/que 10 ans ça passe très vite,
      2/qu’un mauvais choix est 100 fois préférable à pas de choix du tout (McDo est un non-choix)
      3/qu’à mesure que tu vieilliras, faire un choix, bon ou mauvais, te sera de plus en plus difficile (même s’il n’est jamais trop tard)
      4/que les ennemis les plus redoutables à 20 ans sont la démotivation et la peur de l’inconnu : terrasse-les si elles se présentent à toi
      5/que parmi les vraies richesses se trouvent le savoir-faire et les réseaux. Les deux viennent à la longue : tu ne peux pas les rater si tu vas dans leur direction.

      Dans une très belle scène du film « Papillon », le héros, alors détenu au bagne, rêve qu’il passe de nouveau en procès. Le procureur lui hurle « Je vous accuse d’avoir gâché votre vie !!! ».

      Jeune et futé : tu as toutes les chances de ton côté. Y’a plus qu’à s’y mettre.

      PS : Désolé si je t’ai semblé moralisateur, ça n’est pas mon fort d’habitude et j’espère que tu ne m’en tiendras pas rigueur.

  9. @ Paul Jorion

    vous disiez récemment, les limites vite atteintes de la proposition de Cantona.

    Mais qu’en pensez vous si ceci était aménagé différemment? Imaginons que tous les citoyens ouvrent un compte bancaire à la Poste ou dans toute banque coopérative, imaginons que, non pas au jour J, mais dans un temps quand même restreint (1 semaine, 1mois), sans tambour ni trompette, les citoyens effectuaient un virement de l’essentiel de leur trésorerie de leur banque habituelle vers la banque d’état ou coopérative. Le résultat ne serait-il pas dantesque?

    1. Bonsoir,

      parce que la poste; « dire la banque postale »; est plus coopérative ou moins privée ou plus étatique que les autres ?
      … en tant que client chez eux j’ai le net sentiment que la tangente vers le concept de « banque à actionnaire » est déjà bien installé, bien sur le style de la majorité des employés reste celui de l’époque service publice de la PTT.

      D’ailleurs même l’etat nous trompe.

      Cordialement

      1. Ce que je veux dire c’est qu’autant une banque peut refuser de transformer des valeurs de compte en espèces, autant elle n’a aucun droit de s’opposer à un virement effectué à partir d’un compte provisionné.
        Le problème est que si vous déshabillez Paul pour habiller Jack, on va se retrouver exactement au point de départ.
        Alors que si les banques cibles sont celles du secteur marchand et de préférence les méga-banques ayant ce rôle destructeur de démocratie, de paix sociale et même de civilisation, et les banques-accueil, des banques du secteur non marchand et surtout une banque d’état non impliquée(pour l’instant) dans les jeux délirants des autres, ce pourrait être interessant.

      2. Babypouf :
        « D’ailleurs même l’etat nous trompe. »

        Crois-tu qu’il ait d’autre choix…???

        Tiens : puisque j’ai envie de faire mon intello du fond de la classe : Dis-moi, sincérement dans les yeux de ton écran, quelle est pour toi la frontière de la tromperie..???
        (sachant que la liberté des uns s’arrête là où commence la ligne majino bleue des Vosges)

    2. En voilà une idée qu’elle est bonne !
      J’avais aussi pensé à un truc : tout le monde change de banque, et plusieurs fois en quelques mois !
      Enfin ceux qui le peuvent !
      Aujourd’hui vous êtes chez A, vous virez tout chez B, puis vous dites à votre nouveau banquier : »Ah ben non je m’en vais chez C ».
      Si un max de comptes se baladent ainsi de banques en banques cela peut faire un joyeux b….l, non ?

    3. Babypouf. Kerjean.

      Babypouf, la « banque postale » est en effet en cours de privatisation. Et cela fait plusieurs années que les fonctionnaires reçoivent (comme dans toutes les autres banques) des primes pour chaque « produit » placé.
      C’est le cas pour ma fille qui y bosse et s’est rendu compte, sur le terrain, que je n’étais pas si fou que ça en expliquant les principes généraux et particuliers qui régissent un monde sous domination de l’argent.

      Ton idée, Kerjean, est intéressante.
      Car elle flinguerait l’apparence de fausse concurrence et permettrait de montrer clairement qu’un contre pouvoir PEUT exister au niveau du « public ». (la France d’en bas…)
      La logique voudrait même que tout le monde aille à la poste car elle bénéficie de la garantie de l’état, mais plus pour longtemps…
      Et en abuse : c’est la banque la moins capitalisée mais qui serait la plus sûre en cas d’effondrement.
      Je dis bien « en cas d’effondrement »…
      Hors… 😉

  10. @Monsieur Paul(suite)

    d’ailleurs, dés que je vous ai lu la première fois, j’ai ouvert un compte dormant pour mon entreprise à la Poste. Demain, je vais y virer l’essentiel de ma tréso.

    Sinon, je suis ravi, j’ai commencé « Le Capitalisme à l’Agonie » que je regardais depuis plusieurs jours sur mon bureau, pardonnez moi, un peu comme les purges de mon enfance. C’est que je suis auto-didacte et j’ai souvent du mal à vous suivre.
    Mais là, bonheur total, simple, limpide, lumineux, facile comme bonjour et accroche comme un bon Stephen King.
    Je me permettrai de vous demander si ça coince des fois.

  11. @ Regoris, et tous les autres.

    Pourriez-vous cesser de nommer cette fameuse (fumeuse ?) prime, « prime à 1000 euros » s’il vous plaît ?
    L’allocation de cette prime est certainement une excellente chose sur le fond comme nous l’expliquait vendredi dernier Paul Jorion, mais ce n’est pas une raison pour relayer complaisamment la propagande sarkozyste en parlant d’un montant (1000 euros) qui n’est en aucun cas fixé, il s’agirait tout au mieux d’un maximum, et encore, obtenu seulement par une poignée de péquins, après d’âpres négociations, tout cela dans les quelques rares boîtes qui commettraient la bourde d’augmenter les dividendes de leurs actionnaires. Ouf !

    La moralisation du capitalisme a tout de même du bon, ça permet du beau foutage de gueule à pas cher.

    Pendant les travaux, continuons à stocker les épluchures de patates, le futur s’annonce plutôt rude…

    1. Objection: sur le fond, cette prime conditionnelle est un attrape-nigaud,
      une tromperie, un piège, et un coup porté contre la solidarité et l’ équilibre
      des comptes sociaux. C’est une aumone empoisonnée.

      Pour le reste, matériel, tout pognon est bon à prendre.
      C ‘est un dû. Il faut simplement savoir qu’ il coutera cher
      pour peu de bénéficiaires.

      Sur le plan superficiel, les cris d’orfraie de la chef administrative
      des patrons qui vivent gràce à l’Etat et n’existent que par sa protection
      et ses attentions , en particulier fiscales, valaient le voyage.
      L’imitation par Paul était parfaite. ( J’ai plus d’une semaine de retard).

    2. arrêtes , tous les récipiendaires ont déjà choisis ce qu’ils pourrait s’offrir avec cette prime

  12. Simple citoyenne lambda,en dépassement de découvert,lucide et cynique face à une banquière qui est embétée car elle se trouve désarmée face à une maman de 3 momes un mec qui bosse dure, et de lui expliquer que manger devient un luxe!!!
    En congés parental,si je reprends un boulot à ce jour c’est la descente aux enfers….payer une nounou l’essence pour aller bosser bref cela ne résoudra rien,nous ne sommes pas des consommateurs à tout va,juste le necessaire,l’argent pour nous n’est pas encore factice et pourtant….j’ai pas la chance d’avoir des parents pour aider ….comme beaucoup,quelle imortance pour moi tout ce marasme et mensonge financier internationnal!Quand je dis à ma banquiere que l’Etat donne un exemple peu responsable et totalement mensongé,que je ne cherche pas le profit juste de quoi vivre et qu’a force d’etre border line,je fais gagner des interets à sa banque et qu’au bout du compte c’est moi la perdante!Ce cercle viscieux aboutit a un pret revolving?Fuck…..Souciez vous des finances internationnales mais le processusse est surement tout à coté de chez vous.Juste de vous dire qu’une famille de 5 enfants a demandé de l’aide aupres des services sociaux pour finir un mois difficile,60 euros leur ont été donné!!!!Tout cela dans une France profonde et rurale….(parfois des microcosmes assez révélateur du monde actuel….)Les interets que les banques persoivent rien que par les gens dit »pauvres »…!Le seul hic de nos jours c’est qu’il existe des pauvres qui réfléchissent et qui ne fléchissent pas pour autant ….
    Quant à Non(obligatoire):n’efface pas tes commentaires,ce dernier est tres interressant, courage et dis toi que le bac n’est pas fondamentale,tu as l’éveil necessaire en toi qui t’apportera bien plus …;

    1. Utiliser le crédit révolving est suicidaire si on a des revenus à peu près constants, c’est fait pour les gens qui attendent de l’argent qui tombe en masse d’un coup, sinon le taux d’intéret est insupportable, souvent à la limite de l’usure légale, et la tentation est forte de rembourser en augmentant le montant du prêt, et des intérets, spirale infernale.
      Dans le même ordre d’idée il vaut mieux éviter les chèques pour conserver la possibilité d’en faire en cas de besoin réel, et tout payer par virement ou liquide pour limiter les frais.
      Au pire il existe des médiations de dette, mais c’est plutôt pour les gens qui sont incapables de gérer un budget ou qui ont eu un accident de vie et qui se retrouvent au fond du trou.

      La plupart des jeunes ont encore du mal à comprendre qu’ils ne font pas partie de la classe moyenne comme leur parents, mais de la classe prolo et qu’il faut s’entraider, trouver ou créer des liens de solidarité, des lieux d’entraide, s’organiser pour moins dépendre des banques, de la consommation, de l’état, etc.
      Passer de l’insouciance « bonne formation > bon travail > revenu suffisant à condition de ne pas faire n’importe quoi » au mode survie amélioré « on n’est pas riche mais organisé pour se garantir le nécessaire à long terme », même si l’égo et « la façade » (le niveau de vie qu’on montre à l’extérieur) en prend un coup.

  13. L’auteur ferait bien de préciser d’où il tire ses info’s. Tout ce qu’il cite provient directement du blog de pierre jovanovic.

    Il serait bien de le citer…

    1. Personnellement, je trouve complètement puéril et dépassé cet acharnement typiquement universitaire à la paternité d’une idée ou d’une info. Combien de fois voit-on un posteur s’adresser à un autre en revendiquant la primeur de l’idée exposée. C’est complètement consternant.
      Ho, on est à l’époque d’internet.

      Il faut aussi dire qui nous a appris à lire? C’est si important de faire mousser?

    2. Tain c’est pas vrai ! encore cet illuminé de Jovanovic cité sur ce blog ! En tout cas il manque pas d’anges gardiens le diable !

  14. Charles Sannat vous dira lui-même s’il a recopié tout cela ailleurs. S’il dit que oui, ignorez la suite. S’il dit que non, j’aurais tendance à le croire parce que ce qu’il mentionne ce sont… roulements de tambour… LES NOUVELLES DE LA SEMAINE ! Si j’avais dû faire une revue, j’aurais mentionné les mêmes ou à peu près.

    Mais ce que vous dites est significatif d’une certaine insularité de la presse francophone, très incestueuse, très peu intéressée en fait à ce qui se passe à l’étranger. Alors, tous ceux qui lisent les dépêches de l’agence Bloomberg, le Financial Times, le Wall Street Journal sont condamnés à… dire à peu près la même chose !

  15. Rappel: Les cygnes noirs 2011 de saxo bank

    Un de ces événements extraordinaires a une chance infime de se réaliser en 2011

    1. Le Congrès américain va bloquer le QE3 (nouvel assouplissement monétaire). La Réserve fédérale sera sur le banc des accusés au deuxième semestre. Sa politique monétaire a conduit au déclenchement des crises immobilière, bancaire et de la dette publique. Le Congrès devrait empêcher la Réserve fédérale de doubler son bilan et l’amener peut-être même à remettre en cause son double mandat de stabilité des prix et de faible chômage.

    2. Apple va racheter Facebook. Steve Jobs a souhaité un partenariat avec Facebook. Mais les discussions n’ont mené à rien. Apple pourrait en profiter pour lancer une offre de rachat.

    3. Le dollar va gagner 25% (avec un dollar index qui atteint 100). L’économie mondiale semble sur la bonne voie, mais les turbulences pourraient venir de Chine et notamment d’un ralentissement du secteur industriel. Avec une Europe en souffrance et un Japon aux abonnés absents, le dollar pourrait gagner 25%.

    4. Le rendement des obligations américaines à 30 ans va tomber à 3%. L’assouplissement quantitatif américain a échoué, la BCE, l’UE et le FMI ne sont pas parvenues à remédier aux maux des pays périphériques (PIIGS), du coup le billet vert redevient valeur refuge.

    5. Le dollar australien plonge de 25% face à la livre sterling, car l’Angleterre retrouve ses valeurs ancestrales: le travail, l’épargne et la croissance. A l’inverse, l’Australie souffrirait d’éventuels troubles chinois.

    6. Le pétrole va bondir à 100 dollars, dans le sillage des attentes de croissance américaine. Puis il corrige brutalement de 30% quelques mois plus tard.

    7. Le gaz naturel bondit de 50% grâce à une nette augmentation de la demande et une vague de froid sur la deuxième partie de 2011. Dans un premier temps l’offre est cependant excédentaire avec une nette baisse des prix.

    8. L’or atteint 1800 dollars l’once, profitant du retour de la «guerre des monnaies».

    9. L’indice S&P 500 enregistre un plus haut historique, dépassant son plus haut de 2007 et les 1600 points sont n ligne de mire. Cette envolée trouve sa source dans l’injection de liquidités de la FED avec des ménages américains qui recommencent à dépenser massivement. Le château de cartes se met en branle.

    10. L’indice des actions russes (RTS) franchit les 2500 points, soit un doublement de valeur. Il profite d’abord de la hausse du pétrole au dessus de 100$ le baril, mais aussi d’une évaluation particulièrement avantageuse, à un PER de seulement 8,6 fois.

  16. Bonjour à tous,

    Ces informations sont des informations importantes qui me semblent nécessaire de mettre en avant. Elles ont été reprises par de très nombreux blog et forum. Les dépêches sont largement diffusées sur des sites comme Boursorama, Boursier.com, l’Agefi ou encore Bloomberg qu’en tant que banquier je consulte quotidiennement pour ne pas dire en temps réel grace à mes « multifenêtres » internet explorer. Ces informations mais ce ne sont pas les seules car il faut inévitablement trier forment un faisceau de présomption très fort concernant un passage à une étape différente de la crise que nous traversons. Le cours de l’or qui vient de dépasser les 1500 usd vient de donner le coup d’envoi à une période sombre. Partout dans la blogosphere les images du Mcdo de Cleveland ont circulé, partout sur les forum bousorama on vous parle des taux grecs, du portugal ou de l’espagne. Bloomberg les donne en temps réel.
    Enfin sachez que je regarde quodiennement également les agences de presse étrangères chinoise Xinhua comme russe avec Ria Novosti par exemple.

    Monsieur Jovanovic fait un excellent travail que je ne cherche en aucun cas à dévaloriser au contraire, je vais de temps en temps sur son site. Si je peux me permettre un commentaire, je trouve son travail et ses interprétations « ésotériques » ce qui est tout à fait respectable et en fait le charme. Son livre 777 que j’ai lu est une interprétation ayant de l’intérêt. Néanmoins même pour lui les sources d’informations restent identiques et elles sont accessibles à tous y compris à chacun d’entre vous directement.
    Ayez la gentillesse de ne pas me faire de faux de procès. Monsieur Jovanovic ne rédige rien en particulier, il se contente, de reprendre des dépêches. J’ai la même matière première que lui et ses interprétations me semble parfois excessives (l’absence de cash dans les banques par exemple qu’il lie à une absence d’argent ce qui n’a rien à voir). Enfin pour ceux qui savent dans quelle banque je travaille, et bien le Blog de notre cher Jovanovic ne nous est pas accessible car bloqué par notre direction informatique…. Pas pratique pour copier, cela évite au moins le plagiat 😉

    En faisant aujourd’hui un billet uniquement axé sur l’actualité des derniers jours avec une volonté claire de tirer le signal d’alarme sur le fait que nous rentrions dans une nouvelle étape de la crise en raison du passage du seuil des 1500 dollars l’once il est évident que ce papier risquait d’en télescoper d’autre comme ce que fait Monsieur Jovanovic chaque semaine dans sa revue de presse d’ailleurs bien plus large que ce papier.

    Bref tout cela pour dire que personne n’est propriétaire des informations de la semaine et qu’il n’est pas vraiment étonnant de les mêmes sources exploitées de manières différentes dans différents articles avec des biais différents et des approches différentes.

    Très cordialement.

    Charles SANNAT

    1. Charles.

      Le « léger » souci est que la personne que tu cites a des idées d’extrême-droite qui sont tout à fait en accord avec son égo démesuré et sa passion masochiste pour une rapace de la finance.

      Mais à part ça, il doit bien avoir une qualité, je pense… En cherchant bien, il est possible d’imaginer que le mysticisme implique une part d’imagination créatrice…

  17. Disputes puériles en effet,c’est l’info vérifiable qui est importante.Après, nous nous forgeons
    une idée,une analyse factuelle de l’état du monde, et ensuite le débat est un luxe que nous devons savourer…Tous les jours sur le terrain,je constate hélas une grande déliquescence de notre tissu sociétal ,parfaitement ressentie par une population extrèmement lucide.Le mariage princier Britannique est évidement perçu comme un enfumage de plus destiné a détourner l’attention.le peuple n’est pas dupe, et il envoie pourtant des signes aux puissants…mais nous rentrons dans une dictature,celle des financiers schizophrènes.

  18. bonsoir du Tarn profond, pas un troquet pas une mobylette, rien, même pas une barrière ni une caméra de surveillance, le luxe du maquis comme dit Kerkoz …

    http://www.nouveautrader.com/index.php?option=com_content&task=view&id=10006&Itemid=63

    L’élevage moderne de la fourmi pas prêteuse mais emprunteuse se fait en ville : je pense que chacun devrait un peu plus parler de son expérience personnelle de la vie, c’est comme ça qu’on crée de l’émulation des jeunes et qu’on peut renvoyer un miroir aux autres pour montrer qu’on est souvent face aux mêmes problèmes philosophiques – en fait, il me semble que chacun doit se faire violence pour remettre en cause la course à la prime et au salaire, sa propre course et pas celle du voisin – avouer cette rétention au changement, ses paradoxes, c’est déjà un grand pas (j’ai mis 10 ans à accepter de changer moi-même pour qu’autour de moi, à la maison, ça bouge – en bref, j’ai fait chier le monde , par exemple, pour supprimer certains produits comme le coca, le nutella, le surimi ou autres machins industriels inutiles) – j’en suis certain, même sur ce blog, il y a des adeptes de la grande ville qui consomment trop compte tenu de leur désir de changement de société, des accrocs aux portables ou aux voyages long courrier, qui déprimeraient en vivant la campagne en décroissance avec respect de la terre qui les porte, pour le meilleur …

    … et bientôt le pire si la fourmi poursuit son agglutinement dans le béton des centres de profits (les câbles qui amènent les flux et donc les abonnements, les taxes élevées, le contrôle facile de chaque esclave, la garantie de remplir les commerces et donc de rentabiliser les investissements etc etc) – c’est donc à nous de nous prendre en mains et assumer ce qu’on est : capable de changer, incapable, ou un peu capable …

    ce soir, tout ce qui cote en dollars, « la monnaie de singe », poursuit en hausse, le dow vaut 12751 points pour un record absolu à 14198 je le rappelle – au pays de l’oncle sam, on se prend à rêver d’un dow au zénith avec une société civile au bord de la guerre … le miracle de la mondialisation …

    bon 1er mai, y’aura du muguet radioactif dans les jardins !

    1. Il est de bon ton actuellement de critiquer la ville et de trouver tous les mérites à la vie en zone rurale. Personnellement, je suis loin de penser que cette vision est fondée car, ayant eu l’expérience des deux, j’en ai vu les limites.
      Comme vous le dites fort bien, « chacun doit se faire violence pour remettre en cause la course à la prime et au salaire, sa propre course et pas celle du voisin ». Cependant, le fait de vivre en zone rurale protège-il vraiment des dérives de la société de consommation ? Y a-t-il réellement moins de téléphones portables ou d’écrans plats en zone rurale qu’en ville ? C’est avant tout une question d’état d’esprit individuel : si l’on souhaite restreindre son « empreinte écologique » par une attitude plus adulte en matière de mode de vie et de consommation, c’est possible aussi bien en ville qu’à la campagne, et probablement même plus aisé en ville où, par exemple, il n’est plus besoin de véhicule pour le moindre déplacement (je me suis débarrassé du mien depuis que je suis citadin, et je m’en porte fort bien). Le seul inconvénient, je le reconnais, c’est l’impossibilité de produire soi-même une partie de son alimentation, mais il est compensé (hors aspect financier) par la présence de commerces de proximité et de producteurs locaux sur les marchés. En tout cas, pas d’écran plat chez moi, sauf celui du portable sur lequel j’écris en ce moment.
      C’était ma modeste contribution à la rubrique « chacun devrait un peu plus parler de son expérience personnelle de la vie ».

      1. Il n’ y a guere , (3 ou 5 ans ?) L’ europe comme la France a vidé ses stocks de congelés (essentiellements beurre , poulets etc .) pour les brader a l’Afrique en y créant des faillites de petits producteurs , pour la raison que lo’entretien de ces stocks coutaient cher …… Actuellement il ne doit pas y avoir plus de 3 semaine de stock de survie (dont 2 ds tes placards) puisque les stocks sont ds les calions et les bateaux ….
        Maintenant , tu fais et dit ce que tu veux ….je suis autonome a 70% de légume et dispose de 2 oeufs /jours et envisage 4 ! ….C’est juste une question d « ‘état d’esprit individuel »…qd tu bosseras4 h pour faire 2h de queue avec ticket pour 1kg de patate ..rappelles toi que ce kg doit me couter 2 ou 3 mn de boulot , par beau temps de preference .
        Actuellement , ou la déplétion débute une paupérisation discrète , il me reste une petite production d’asperges , les fraises débutent (300g/jour) , les patates aussi , premier artichaud , les salades , je lesdistribue au voisinage ou aux poules pour planter tomates , concombres et courgettes..les fèves sont tropgrosses , va me falloir les arracher car manque de place …
        C’est juste une question d’etat d’esprit et de 300m2 de plaisir .

        Il faut surtout se rappeler que les 2/3 des emplois urbains ne sont pas liés aux besoins essentiels , et par là , desrinés a disparaitre .

      2. Allons, si la situation devient catastrophique, ne compte pas trop sur ta production personnelle ; il s’en trouvera bien pour venir te piller. Ou bien, fais comme les Américains, arme-toi et sois près à défendre ton bien.

      3. Le Rat de ville et le Rat des champs

        Autrefois le Rat de ville
        Invita le Rat des champs,
        D’une façon fort civile,
        A des reliefs d’Ortolans.

        Sur un Tapis de Turquie
        Le couvert se trouva mis.
        Je laisse à penser la vie
        Que firent ces deux amis.

        Le régal fut fort honnête,
        Rien ne manquait au festin ;
        Mais quelqu’un troubla la fête
        Pendant qu’ils étaient en train.

        A la porte de la salle
        Ils entendirent du bruit :
        Le Rat de ville détale ;
        Son camarade le suit.

        Le bruit cesse, on se retire :
        Rats en campagne aussitôt ;
        Et le citadin de dire :
        Achevons tout notre rôt.

        – C’est assez, dit le rustique ;
        Demain vous viendrez chez moi :
        Ce n’est pas que je me pique
        De tous vos festins de Roi ;

        Mais rien ne vient m’interrompre :
        Je mange tout à loisir.
        Adieu donc ; fi du plaisir
        Que la crainte peut corrompre.

    2. « La grande décision que j’ai prise pour pallier à tous les problèmes d’urbanisme est de mettre les villes à la campagne. » (Pierre Dac ou Francis Blanche)

      1. Thank’s a lot, old lad.
        Vous êtes un père pour moi.

        Je voyais pourtant bien ce duo d’enfer sortir ce trait d’humour.

      2. Je me permets d’ajouter qu’Alphonse Allais fut le principal inspirateur de Pierre Dac, donc c’était vraiment pas loin^^

  19. et pendant ce temps là , les rois affichent leurs vieux ors et en couvrent leur descendance , espérent ils pouvoir continuer longtemps , c’est indécent , ils en seront sanctionnés.
    Tous les affamés du monde devraient envahir london et en détruire les oriflammes.

  20. @Charles Sannat

    « – L’université du Texas prend de l’or pour sa trésorerie…. »
    Qu’est-ce à dire ? Que le Texas puise dans sa réserve d’or pour alimenter sa trésorerie ?

    1. Ça veut dire que l’université du Texas préfère avoir de l’or en réserve plutôt que des dollars.
      Ça veut aussi dire qu’il n’y a pas besoin d’être un particulier pour alimenter une bulle spéculative.

  21. @André

    Non ça veut dire simplement qu’ils ont doublé depuis un an leurs réserves en or, qui représentent désormais 5% de leurs actifs (1 milliard de $ sur 20 milliards) soit 664,300 onces d’or (20 tonnes) sis dans les coffres de HSBC.

  22. On dit aussi que l’euro va tenir bon, mais je commence a me demander si la seule facon de sortir du marasme pour des pays comme la Grece ou le Portugal c’est a la fois réechelonner ou reduire (haircut) leur dette et sortir de l’euro. Ca aussi c’était impensable. En fin de compte c’est l’euro qui leur a permis de s’endetter de cette façon. Sans l’euro les dettes seraient restés dans le niveau des années 80, puisque le grand marché mondialisé n’existait pas et le marché local n’était pas assez grand. Roubini a écrit aussi un article sur les quatre façons de sortir du surendettement et arrivé à la conclusion qu’une réduction est inévitable. Et désirable même.

    1. @ Jaggy

      Il me semble qu’il s’agit de l’index du cours du dollar sur les 40 dernières années.

      1. L’interprétation « basique » serait que cet index a cassé une résistance historique pour la première fois et qu’à partir de là on ne sait pas jusqu’où il peut descendre maintenant.

        Mais certainement des participants du Blog peuvent me corriger car ce n’est pas mon domaine de compétence.

      2. Laisses tomber, Rutily.

        A partir du moment où les termes « historique » et « seuil » sont apparus dans les articles de presse, il était clair que nous allions pouvoir nous dire que les instruments probabilistes habituels n’étaient que de vastes couvertures pseudo-scientifiques.

        Si ton index se casse le seuil sur une interprétation rédhibitoire de la descente à sky du cours de l’inflation sous-jacente des actifs indirects du marché secondaire réhaussé des liquidités non compensatoires, là, oui.
        Tu pourras affirmer que les investisseurs institutionnels vont avoir un peu plus que mal au doigt.

        Mais bon : c’est bien eux qui ont foutu le doigt dans le pot de confiture, non..??

  23. @vigneron,

    Non, je n’achèterais pas d’or non plus si l’on me garantissait sa « pureté » : ce métal, qui a une utilité en médecine, est désormais le symbole de trop de choses négatives, pour moi.

  24. de l’or, des terres, une maison, une voiture, un tableau,
    une télé, un mixer, des chaussures, un stylo, des cigarettes,
    surtout des cigarettes. c’ était une excellente monnaie
    quand l’urss c’est écroulée.
    vous avez encore du papier ?

  25. Et dans votre liste, vous ne parlez que de finance et d’économie… sous laquelle se trouve l’énergie, sans laquelle rien ne nous est possible et qui entre manifestement elle aussi dans une crise que Homo Industrialis n’imagine même pas.

    Demandez au département américain de l’énergie pourquoi ils ont décidé, pour des raisons « budgétaires » de ne plus publier aucune statistique sur l’énergie (et surtout le pétrole)….

    Demandez à la Saudi Aramco dans quel état est Ghawar, le plus gros gisement de pétrole brut du monde…

    Sans énergie, inutile de rêver à l’assainissement de notre économie agonisante. Je crains fort que nous allions de Charybde en Scylla et que le réveil se fasse vers un nouveau cauchemar…

    Vous avez dit pic pétrolier ?

  26. Les deux gros cochons, partie 2
    par Frederic Lordon – 28 avril 2011
    http://blog.mondediplo.net/-La-pompe-a-phynance-

    Si par une sorte de dialectique un peu scolaire, le premier commentaire a d’abord sursauté à la nouvelle proprement économique de la mise sous surveillance des Etats-Unis (voir Partie 1), puis s’est corrigé pour en minimiser la portée et y voir un « simple avertissement » politique, il serait utile (négation de la négation) de revenir, pour la redramatiser quelque peu, à l’économie du problème.
    Le parallèle avec l’épisode précédent de « surveillance négative » de 1996 ne tient pas la route une seule seconde, et si c’est sur ce genre de rapprochement que l’on croit pouvoir compter pour se rassurer un peu il va falloir assez vite trouver autre chose.

    Si les Etats-Unis y sont là encore menacés d’une « panne gouvernementale » du fait d’un accord budgétaire rendu difficile par une cohabitation, ils sont par ailleurs en pleine phase de croissance tirée par la bulle Internet (1996 est l’année où Alan Greenspan parle de « l’exubérante irrationalité ») et à des niveaux de dette publique (comparativement) ridicules.

    Tout autre est la situation d’aujourd’hui, dominée par des interrogations de solvabilité autrement sérieuses dont seuls les divers privilèges d’hégémonie des Etats-Unis empêchent que soient tirées toutes les conséquences. La possibilité de moyen terme d’une dégradation n’a donc rien d’extravagant et ceci d’autant moins que le schème comparatif « officialisé » par l’avis public (et common knowledge) de Standard & Poor’s est maintenant installé dans les esprits et ne cessera sans doute plus d’y faire son chemin : comment en effet justifier le maintien d’un triple-A pour une économie dont les paramètres objectifs s’écartent de plus en plus visiblement de la moyenne du « club » ?
    La question est désormais sur la table et n’en sera pas aisément ôtée, il est même à craindre, quel que soit d’ailleurs le cours pris par la politique économique étasunienne, que la suite des événements ne fasse que lui donner plus d’acuité, en tout cas dans un horizon de moyen terme – celui qui est adéquat à la manifestation des effets contre-productifs des plans de rigueur.

    Lire la suite…

  27. @Non(obligatoire)

    Le Monde va au désastre ? peut-être. Mais « le pire n’est pas toujours sûr. »
    Et les statistiques les mieux établies indiquent que le chômage est inversement proportionnel à la qualification.
    La formation ou le diplôme n’empêchent ni de penser ni d’agir.

    Excusez_moi; j’étais prof. On ne se refait pas.

    1. @ pfd dit : 1 mai 2011 à 02:45

      Et les statistiques les mieux établies indiquent que le chômage est inversement proportionnel à la qualification.
      La formation ou le diplôme n’empêchent ni de penser ni d’agir.

      On ne peut qu’approuver ce que vous énoncez. Mais ne croyez vous pas qu’il faut quand même s’interroger au-delà ?

      Quel est l’objectif, le but recherché, pour décider d’engager et de mener une action touchant un être humain? Quel est le besoin fondamental à satisfaire ? N’est-ce pas de donner au plus grand nombre, le moyen d’accéder au bonheur?

      Quand on voit la frustration, et le mal être qui habitent certaines personnes formées et diplômées bien plus qu’il n’est utile pour occuper les emplois dont la communauté a besoin, on peut s’interroger sur le niveau de clairvoyance et de responsabilité de ceux qui les ont formés pour s’intégrer dans la vie active.

      Les profs, et ceux qui ont élaboré les programmes, n’ont pas compris qu’en laissant entendre aux enfants, et à leurs parents, qu’il suffisait d’être diplômé pour accéder à une vie de nabab, ils les trompaient et les engageaient vers la désillusion et la rancœur. Cela a été amplifié par l’abandon de la sélection, et par une forme de laxisme dans la délivrance des diplômes.

Les commentaires sont fermés.