LE TEMPS QU’IL FAIT (VITE FAIT !), LE 9 SEPTEMBRE 2011

9 septembre 2011 par Paul Jorion | Print LE TEMPS QU’IL FAIT (VITE FAIT !), LE 9 SEPTEMBRE 2011

J’avais dit que je ferais ma vidéo du vendredi, demain samedi ; je suis arrivé à placer quelque chose (vite fait !) à 5 heures du matin. On verra demain s’il faut compléter.

Le discours d’Obama sur l’emploi le 8 septembre 2011
L’entretien d’Henri Guaino dans Le Monde du 8 septembre 2011

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png
 

207 commentaires

  1. et alors

    Paul Jorion ministre des finances en 2012 ?

  2. toutouadi

    Pourquoi essayer de sauver le système !!! ???

    • rodj

      Pourquoi essayer de sauver le système !!! ???

      parce que sinon ce sera la guerre civile entre les révoltés (nous) et les forces du système. il y aura des morts des exécutés des emprisonés-torturés, beaucoup. il faudra compter aussi que les révoltés s’entretueront aussi pour l’accès aux ressources devenues quasi inexistantes. ce foutoir durera jusqu’à l’émergence d’un groupe à peu près stable et fédérateur, si on ne s’enlise pas dans une résistance de longue haleine émaillée d’attentats sanglants et d’oppression arbitraire.

      est-ce que ça te tente? moi non.
      ce genre de futur, on y va contraint et forcé et sauver le système ne veut pas dire le faire perdurer en l’état.

      • Charles A.

        Pourquoi voulez-vous une guerre civile ?
        Le camp du parasitisme capitaliste exploiteur de l’homme et de la nature
        ne représente, en France comme en Europe, que quelques % de la population.

        C’est à l’écrasante majorité, au fil des luttes,
        de s’organiser, d’apprendre, se rassembler.
        De se donner tous les moyens de s’imposer par la légitimité du nombre,
        et par la raison de la force.
        De dissuader la classe parasite de toute résistance insensée.

        L’alternative, c’est laisser les Obama, Guaino et tous les autres sabre-peuple
        de continuer à nous ballader en soins palliatifs de leur système, jusqu’à la barbarie.

      • zazagabor

        Euh , j ai l impression que vous rêvez , une bonne partie , ici , ne fussent que les nantis seront du côté du systeme…
        Moi , en tous les cas , je serai opportuniste , je serai du coté de celui qui m offre le plus de chances de survie…qu on se le dise !!

      • donc, si j’ai bien compris, continuons à sauver ce système d’exploitation, de parasitisme au détriment de l’immense masse des exploités, c’est comme si la victime des vers ténias résonne : mieux vaut subir cette situation que de supporter les effets d’ un puissant vermifuge, désagréables mais salvateurs!!!

      • Charles A.

        Appel commun des Indignés de la Plaza del Sol et de Syntagma

        NOUS CITOYENS DE LA PLAZA DEL SOL ET DE SYNTAGMA MANIFESTONS NOTRE INDIGNATION ET INVITONS TOUS LES INDIGNES DE TOUTES LES PLACES A NOUS REJOINDRE.

        Des USA à Bruxelles, de Grèce en Bolivie, d’Espagne en Tunisie, la crise du capitalisme s’approfondit. Responsables en sont ceux qui nous imposent des recettes pour la dépasser. Celles-ci sont : Transfert des ressources publiques à des institutions financières privées tandis qu’ils font payer la facture aux peuples avec des plans d’ajustement qui ne nous font pas sortir de la crise mais nous y enfoncent davantage.

        Dans l’UE, les attaques des marchés financiers contre les dettes publiques font chanter les gouvernements et prennent en otage les parlements, lesquels adoptent des mesures injustes dépourvues de toute légitimité démocratique et derrière le dos de leurs peuples. Les institutions européennes, au lieu de prendre des décisions politiques fortes face aux attaques des marchés financiers, elles s’alignent à ceux-ci.

        Dès le début de cette crise, nous assistons a une tentative de convertir la dette privée en dette publique. Il s’agit de socialiser impunement des pertes après avoir privatisé scandaleusement les profits.

        Les taux d’intérêt élevés imposés afin d’obtenir le financement, ne sont pas dus aux doutes concernant notre solvabilité, mais aux manœuvres spéculatives que réalisent pour s’enrichir les grandes entreprises financières, en connivence avec les Agences de Notation.

        Les coupes économiques sont accompagnées par des restrictions des libertés démocratiques. Citons parmi celles-ci, des mesures de contrôle et d’expulsion de la population immigrée ainsi que des limitations à la libre circulation des Européens dans l’UE. Seuls l’euro et la libre circulation des capitaux spéculatifs ont les frontières ouvertes.

        Dans l’Etat Espagnol, nous sommes soumis à un processus d’arnaque collective. La dette publique (60% du PIB) N’EST PAS UN PROBLEME et pourtant ils l’utilisent comme prétexte pour nous faire croire que nous sommes dans une situation grave, qui justifie les dures attaques contre nos droits et notre patrimoine qui sont en cours et menacent de croitre. Au contraire, la dette privée (240% du PIB) est un vrai problème, mais au lieu d’appliquer aux banques les mesures d’austérité ils leur accordent des aides et des privilèges de toute espèce aux dépens du trésor public. La plus grande « aide » est la cession à des prix imbattables de presque la moitié du système de nos Caisses d’Epargne, ainsi que des entreprises et activités rentables.

        Pendant ce temps, contrevenant à plusieurs droits fondamentaux, l’accès à la Puerta del Sol, épicentre du mouvement du 15 mai (15M) est resté interdit.

        En Grèce, ils nous ont imposé des Memoranda. Ils nous ont dit que les coupes, l’austérité et les nouveaux impôts sont des sacrifices nécessaires pour faire sortir le pays de la crise et diminuer la dette. Ils nous ont menti !

        Jour après jour des nouvelles mesures sont prises, les salaires sont amputés, le chômage monte en flèche, la jeunesse émigre. Et la dette n’arrête pas de gonfler, parce que les nouveaux emprunts sont destinés à payer les énormes intérêts de nos créanciers. Les déficits de la Grèce et des autres pays du Sud européen deviennent les surplus des banques de l’Allemagne et des autres pays riches du Nord.

        Les responsables pour le gonflement de la dette ne sont pas les salaires et les pensions de retraite. Les responsables sont les grands allégements fiscaux et les subventions en faveur du capital, la grande bouffe des armements des produits pharmaceutiques. Ils nous mettent en faillite afin d’appliquer des mesures et des coupes catastrophiques, afin de vendre la terre et les biens publics à des prix défiant toute concurrence.

        Nous disons :

        Qu’ils retirent leurs memoranda ! Qu’ils s’en aillent ! Nous ne voulons pas le gouvernement du FMI et de la Troïka.

        Nationalisation des banques. Avec ses plans de sauvetage, l’Etat les a déjà payées bien au-dessus de leur valeur boursière pour qu’elles continuent à spéculer.

        Ouvrir au peuple les livres de la dette pour que nous sachions où est allé l’argent.

        Redistribuer radicalement les richesses et changer la politique fiscal pour faire payer les possédants : les banquiers, le capital et l’Eglise.

        Nous voulons le contrôle populaire démocratique sur l’économie et la production.

        Pour tout ca, les deux places ensemble NOUS DECLARONS que :

        LES POLITIQUES D’AJUSTEMENT QU’ILS APPLIQUENT NE NOUS FERONS PAS SORTIR DE LA CRISE, MAIS NOUS ENFONCERONT PLUS PROFONDEMENT DANS CELLE-CI. ILS NOUS ENTRAINENT DANS UNE SITUATION LIMITE AFIN D’APPLIQUER DES MESURES DE SAUVETAGE, QUI EN REALITE SAUVERONT LES BANQUES CREANCIERES, QUI VONT SE CONCRETISER EN GRAVES ATTAQUES CONTRE NOS DROITS, NOS ECONOMIES FAMILIALES ET NOTRE PATRIMOINE PUBLIC.

        Nous devons NOUS INDIGNER et NOUS REVOLTER contre pareilles attaques. C’est ce que nous faisons avec le mouvement 15M dans la Place de la Puerta del Sol et à partir de l’Assemblée Populaire de Syntagma. Nous invitons tous les indignés de toutes les places à s’y joindre.

        Stop aux plans d’ajustement et de sauvetage

        Non au paiement de la dette illégitime. Cette dette n’est pas la notre ! Nous ne devons rien, nous ne vendons rien, nous payerons rien !

        Pour une démocratie directe et réelle MAINTENANT.

        Défendre le public. Pas une vente de propriété ou de services publiques.

        Pour la coordination de tous les indignés de toutes les places.

      • toutouadi

        @Rodj

        Sarkozy, Berlusconi, Jorg Haider et Bush hier, l’Angleterre face à ses émeutiers, la Pologne et Hongrie en ce moment,Geert Wilders en Hollande, certain cantons Suisse, le racisme d’état en France!!!

        Le pire n’est il pas déjà la?
        Est ce que l’effondrement du système permet pas justement, d’éviter le « encore plus pire »?

      • A.D.

        Il y aura des fuites radioactives (trois fois plus qu’annoncées) dans l’océan Pacifique, il y aura la famine au Biaffra, je veux dire en Somalie, il y aura des ventes d’armes aux dictateurs africains, asiatiques et américains, il y aura un changement climatique et une extinction massive des espèces vivantes, il y aura des marées noires aussi, il faut éviter tout ça, c’est de notre devoir et responsabilité..
        Ah, oui Rodj (@ marque déposée) fait preuve d’une grande prévoyance, prémonitoire, contrastant avec une myopie très prononcée sur les temps présents.toutouadi
        9 septembre 2011 à 08:41

        Pourquoi essayer de sauver le système !!! ??? (@toutouadi;
        Parce que : c’est l’alpha et oméga des néo-keynésiens, c’est-à-dire des réformistes, des candidats à la gestion. Oui à une meilleure gestion, non au « foutoir », non à la guerre civile de demain, oui à celle réellement en cours.
        Parce que : les différentes fractions de la classes dirigeantes confluent vers le rétablissement du taux de profit, et qu’après, on verra de redistribuer équitablement les richesses produites.
        Parce que : il fallait mettre en route le contenu du discours de Guaino (honte arlésienne, honte des exilés ), pis voilà. Le capitalisme ne serait plus à l’agonie (sans dire ce qu’est le capitalisme, car il n’est pas un « système de redistribution de la richesse » dixit P.Jorion, non : plutôt un mode de production des rapports humains) et sans savoir ce qu’agoniser signifie ( le capitalisme n’agonise pas : il se transforme pour survivre).
        Parce que nous( ?) n’avons pas de plan de la maison future, bâtisse qu’il faut, c’est de l’ordre de l’évidence -pour les réformistes- avoir dessiné, planifié. C’est de l’architecture démocratique, mais nous (?) avons besoin d’architectes, les maçons et les coffreurs, etc…se chargeront de faire.
        Parce que la montagne (ou butte ? car sur l’étendue monotone et plate une butte paraît une montagne) réformiste, socialiste, néo-keynésienne accouche, sans douleur, sans même s’en apercevoir, d’une idéologie conforme à ses ambitions gestionnaires.
        Et puis parce que toute révolution est ennemie de la réforme, et que la classe prolétarienne doit s’abolir pour vaincre.

      • rodj

        @toutouadi

        Est ce que l’effondrement du système permet pas justement, d’éviter le « encore plus pire »?

        je voudrai bien encore y croire. qui sait hein
        le problème que j’y vois c’est qu’ils(les dirigeants du système) ont les armes.
        pendant la crise en argentine, il y a sans doute eu tout un tas de débats intéressants,
        mais c’est « Piqueteros » le mot dont on se souvient c’était un mouvement social
        voila à quoi ça ressemble un mouvement social
        et oui, je sais ce n’est pas comparable et c’est un exemple à deux balles.

        c’est pas le blog gentiment policé de Paul Jorion, même si sous les commentaires y a des coups de pied dans les chevilles qui partent. On commente tous cette actualité catastrophique en étant plus ou moins d’accord sur les solutions et comment y arriver.

        Mais on est peut être un peu tous ici, illusionnés par le confort en ce moment, c’était surtout ça le sens de mon post précédent. je veux bien croire que devant l’évaporation titanesque de tout ce fric virtuel, quelques décisions gouvernementales et internationales annoncées dans un show dramatico-médiatique entre les pubs, le tirage du loto, et la météo, suffiront a mettre la société sur une voie plus équilibrée pour tous, mais j’ai un doute quand même, un très gros doute. et je serai très content de passer pour un catastrophique primaire!
        ça se passe très vite quand soudain ça ripe et qu’on tombe.

        un parallèle un peu stupide de la situation c’est les films de morts-vivants
        les morts vivants c’est nous(devant la télé ou ailleurs)
        les survivants c’est eux, et ils sont prêts à tout pour ne pas être rabaissés à notre niveau, et s’il le faut ils tirent dans le tas sans états d’âme.

      • toutouadi

        @rodj AD

        Je suis réformiste quand la révolution n’est pas possible. (c’est le cas dans une société de consommation qui bat son plein)
        Mais quand le système a malencontreusement laissé saisir ses couilles , alors je pense qu’il faut serrer
        mais serrer très très très fort.

  3. Pierredev

    Si le projet de plan de relance de B.Obama n’est pas un 3eme QE, doit-on comprendre que la FED ne va pas faire tourner la planche à billets une fois de plus ? S’il ne s’agit pas d’une relance monétaire, d’où viennent les fonds ? On voit bien qu’une bonne partie (plus de la moitié) provient d’allègement de charges et d’impôts concernant les salariés et les entreprises, OK. Mais restent les quelque 150 à 200 milliards de $ restants à financer (majoritairement des projets d’infrastructures).
    Doit-on comprendre qu’ils seront financés par un nouvel emprunt (il est vrai assez négligeable lorsque comparé à la dette globale des US…) ?
    Plus généralement j’essaie de comprendre ce qui permet d’arbitrer entre la relance par l’injection de liquidités (planche à billets) et la relance par l’injection de liquidités empruntées sur le marché international.
    Merci d’éclairer le béotien.

  4. Philippe MEONI

    Bonjour Monsieur Jorion,
    Rien de spécial à dire quant à vos propos, avec lesquels je suis en phase, mais quelques mots pour rendre hommage à votre sens de l’engagement…
    En effet, alors que rien ne vous y tienne, sur le plan des responsabilités, vous trouvez tout de même le moyen, alors que la circonstance vous aurait totalement excusé dans le contraire, sacrifiant sur le peu de temps libre dont vous disposiez aujourd’hui, de réaliser votre intervention audiovisuelle du vendredi matin…
    Et là, je dis chapeau, Monsieur Jorion, et merci pour honorer votre parole donnée à tous les adeptes de votre blog…
    Avec mes salutations les plus respectueuses, bon courage à vous…

  5. Piotr

    Un recentrage qui devrait satisfaire les extrêmes…

  6. Melchissedech

    Mon Dieu, que vous avez l’air fatigué M. Jorion, pensez à votre santé, nous avons besoin de vous sur ce blog.
    L’intervention du président Obama, personne n’est dupe, cette administration est à l’agonie quelques mois avant les échéance électorales .
    Ne serait-ce pas le chant du cygne ?

  7. Amsterdamois

    Bonjour Paul

    On dirait que le premier premier-ministre libéral des Pays-Bas depuis 1918 s’est le premier jeté à l’eau… Jusqu’ici, aucun chef de gouvernement de l’Eurozone n’avait explicitement parlé d’expulser la Grèce de l’Eurozone.

    http://www.volkskrant.nl/vk/nl/7264/Schuldencrisis/article/detail/2899000/2011/09/09/Rutte-dreigt-als-eerste-met-verbanning-uit-eurozone.dhtml

    Naturellement, zoals het een Nederlandse politicus betaamt, il est quelque peu revenu sur ses propos… :-D

    « In een ingezonden artikel in de Financial Times donderdag, schrijven Rutte en minister De Jager (Financiën) over eurozondaren: ‘De ultieme sanctie in de toekomst kan zijn landen te dwingen de euro te verlaten.’ In de woensdag naar de Tweede Kamer gestuurde visie over de eurozone is dit dreigement aanzienlijk omfloerster geformuleerd. Eurolanden die systematisch weigeren hun begroting op orde te brengen ‘kunnen ervoor kiezen gebruik te maken van de mogelijkheid uit de eurozone te treden’. Vervolgens staat in de visie: ‘Om deel uit te blijven maken van de monetaire unie zullen de lidstaten de gemaakte afspraken volledig moeten nakomen.’
    De woordvoerder van Rutte zegt in een toelichting dat de scherpere tekst in de Financial Times de positie van de bewindslieden weergeeft. Deze heldere boodschap is ook tevoren aan alle betrokken Kamerleden duidelijk gemaakt. »

  8. Vincent Wallon

    Le temps qu´il a fait au 14 octobre 2010 en Égypte.
    Un article que j´avais loupé à l´époque. Intéressant de le lire aujourd´hui.
    Je le partage avec vous pour des réactions.
    Frat´

    • Vincent Wallon

      Je me rends compte que je demande des réactions sans livrer moi même ce que cela m´inspire.

      Pour des raisons personnelles, l´Égypte occupe une place toute particulière dans ma vie.

      Je trouve très intéressant de lire cet article aujourd´hui, à la lumière des mouvements de ce qu´il est commun d´appeler le printemps arabe.

      Je pose en fait une question :

      Dans un endroit où j´ai travaillé là-bas, l´entreprise qui m´employait devait louer un bout de terrain et quelques petits bâtiments 10.000€ par mois au propriétaire du bout de terrain (fort bien situé au demeurant dirait un agent commercial dans l´immobilier).
      Le propriétaire percevait donc pour cette seule source de revenu l´équivalent de 2288 fois le SMIC mensuel officiel d´un fonctionnaire. Je mets ici officiel car pour un tel traitement, le recours à la corruption est la norme, comme on dit « à mauvaise paye, mauvais travail ».
      Et, je le répète, cela ne constitue qu´une toute petite partie de ses sources de revenus.
      2288^n fois plus méritant qu´un fonctionnaire.
      250^n fois plus méritant qu´un ouvrier d´une grosse entreprise exportatrice.
      400^n fois plus méritant qu´un ouvrier d´une PME.

      Petite précision, le terrain en question se situe en ex zone bédouine qui vivaient de manière vivrière et semi nomade là depuis des lustres, et qui vivent désormais dans une extrême pauvreté et précarité et comme une minorité souvent persécutée..

      Ce que cela m´inspire :

      La propriété, c´est le vol

      • quid34

        Je ne comprends pas ? l’entreprise n’est pas forcée de louer ce terrain ? et si elle le fait, elle doit faire des bénéfices bien supérieurs , non?

      • Jean Valjean

        « …un bout de terrain et quelques petits bâtiments… »

        Oui, c’est sûr, presque rien. Et les bâtiments en question, plusieurs étages ? Des tours, peut-être ? Oui, c’est surement très exagéré !

        Entre nous, un bout de terrain sur lequel vous placez « quelques petits bâtiments » n’est plus vraiment un bout de terrain !

        « La propriété, c´est le vol »

        C’est quoi votre adresse ? Vous êtes prêt à mettre vos idée en pratique, alors, qu’est ce que vous avez à proposer ? Je cherche une auto en ce moment, alors si vous êtes si généreux…

      • Amsterdamois

        @V. Wallon
        Vous devriez ‘préciser’ Proudhon : « la propriété des moyens de production, c’est le vol ».
        Et non les biens d’usage personnel. Afin d’éviter les réactions paresseusement faciles, type celle de Jean Valjean…

      • Jean Valjean

        @ Amsterdamois

        Ce n’est pas du tout ce qu’il dit. A moins que vous ne considériez qu’une entreprise qui s’installe quelque part doit automatiquement bénéficier gratuitement de l’immobilier qu’elle utilise.

        Ce que vous appelez « réactions paresseusement faciles » est une réaction allergique au fait qu’on commence à trouver tout et n’importe quoi sur ce site.

      • Vincent Wallon

        Et bien, je suis assez satisfait du petit effet :-)

        Le plus proche de la bonne voie est comme d´habitude dirais-je celui qui pose des questions avec un pseudo en forme de question. Vainqueur quuid34.

        Oui quid34, je ne cherchais pas du tout à faire plaindre la vaillante petite entreprise qui avait la bonté de m´employer. L´entreprise en question était en fait très petite, le bout de terrain devait faire 100 mètres sur 70 mètres, pas vraiment petit, petit, mais pas immense, vous en conviendrez.. Mais il se trouve qu´elle est sur un marché à forte plus-value.
        Et qu´elle justifiait en dévoilant cette information qu´elle ampute notre salaire de 15% du jour au lendemain. Maladroit ! disent les mangers qui lisent ce blog.

        Alors Jean Valjean, d´où me parlez-vous avec un pseudo comme le votre et des questions comme celles que vous venez de ne poser en imaginant de suite une grosse boite implantée à l´étranger avec des travailleurs expat´ bien experts en tout et en rien.
        Pour préciser les quelques petits bâtiment étaient en fait une petite paillote de 10 mètre carré et 2 bureaux de 8 mètres carrés chacun. Le reste en couverture extérieure ombragée.

        En me demandant mon adresse, vous ressortez les vielles affiches haineuses contre le député Proudhon et qui le montraient caricaturé en train de détruire les maisons des braves gens à la pioche avec un sourire malsain et … un grand nez…
        Pour ce qui est de la voiture, je suis convaincu que la propriété privée est une absurdité pour bon nombre de personnes, au moins dans les zones peuplées.. On devrait pouvoir diviser le parc par au moins 2 ou 3 en utilisant selon les besoins. Mais ce serait pas bon pour PSA, Renault, ….alors chuttt !!!

        @Amsterdamois
        ou c´est bien cela. C´était p´têt pas la peine de préciser pour Proudhon, je pensais que tout le monde avait reconnu, je ne voulais pas usurper en tout cas, surtout que je n´ai pas que des points d´accord avec Proudhon, loin s´en faut.

        Bonne pêche, toujours au coeur du sujet en tout cas la propriété semble-t-il.

    • Arnaud

      Vincent votre lien ne marche pas (pour moi en tout cas)

  9. Amsterdamois

    La catastrophe en cours commence à percer dans la presse main-tream – celle qui ne vous informe que de l’accessoire, comme on a pu constater.
    Ainsi le Volkskrant titre aujourd’hui :

    « Wat gebeurt er als de eurozone uiteen valt? Doemscenario’s genoeg »
    Que se passe(ra)-t-il si l’Eurozone éclate? Scénarios catastrophes à foison »

    Alors bon, je sais bien que c’est un titre de journal, et que le conditionnel est dans la langue courante moins usité en Néerlandais qu’en Français, mais son absence ici et l’utilisation ici du présent de l’indicatif avec valeur de ‘futur proche’ ne parait point de bon augure… :-D

    Pour ce qui est de la teneur : il faut constater, encore une fois, que dans l’énumération des conséquences et des solutions, certaines choses relèvent encore de l’impensable et de l’informulable. Comme par exemple l’annulation des dettes, la restriction des marchés financiers et l’interdiction des activités spéculatives…

    • Cadavre exquis

      oui, même Jean-Marc Sylvestre retourne sa veste

      • toutouadi

        En 2008 sur France Inter je l’ai entendu pleurnicher face à Bernard Marris
        « Mais pourquoi l’état n’a pas fait son travail de régulation »
        Ça a duré 4 semaines avant de plastronner sur la même antenne « Le plan de sauvetage des banques a fonctionné » (sous entendu « vive Nous »)

  10. Merci Mr Jorion et bon voyage.
    Quelqu’un a t-il vu ceci

    Des commentaires?
    Cela me parait très important.

  11. Fab

    Puisque pour réagir chez Le Monde.fr il faut s’abonner et payer :

    C’est une crise planétaire, la première crise de la mondialisation. Elle frappe des sociétés fragilisées et meurtries, il faut en avoir bien conscience.

    Bien tenté ! mais ça s’appelle une crise de civilisation : ses causes ne sont pas économiques.

    Le système financier a recyclé les excédents des pays émergents

    Possible, mais il a surtout détruit – par essence, par nécessité – l’excédent des pays riches.

    L’Histoire lui rendra justice d’avoir été l’un des rares chefs d’Etat à avoir été aussi lucide sur la nature de cette crise.

    Toujours la même Histoire, The Story, celle dans laquelle l’Homme africain n’est pas assez entré… Ça m’étonnerait qu’Elle lui rende justice : elle est morte ! « On ne peut pas construire un projet politique sans partir d’un diagnostic de l’état du monde et de la société » : un vrai diagnostique, pas qu’économique !

    Si, mais il faut bien avoir conscience que les dépenses qui étouffent les finances publiques, ce sont les dépenses sociales et les dépenses d’intervention. Ce sont des dépenses de réparation, la facture de la fracture sociale. On ne pourra significativement les réduire que par des actions structurelles. Le problème n’est pas de couper dans les indemnités chômage mais de faire baisser le chômage.

    C’te blague ! D’où elles sortent ces dépenses ? Comment expliquer, Monsieur Guaino, que la solidarité – ce qui nous a fait entrer en société, c’est pas rien – soit conditionnée à la production (de plus en plus inutile) ?

    La droite peut-elle…

    La droite c’est la main où le pouce est à gauche.

    la réhabilitation du travail est la question centrale

    Chiche ! : deux jours de travail social imposé par semaine pour satisfaire la solidarité, c’est un bon début non, qui laisse du temps (de vie, de cerveau disponible) pour construire la démocratie, pour assembler les valeurs consciemment verbalisées de chacun ?

    • Charles A.

      Tous les six mois, Sarko ou un de ses lieutenants fait la même démagogie:
      réhabiliter le travail, le pouvoir d’achat, la régulation, etc.

      Là, Guaino prépare l’enfumage urnaire.
      Rien à lui répondre.
      Seulement en rire…

      Mais vu le refus de la future « Gôche Partagée » (lisez les postes et le caviar),
      du PC au PS, en passant par tous les candidats à maroquin ou députation
      d’imposer une dfémocratie réelle face au capitalisme,
      les sbires de CAC 40 auraient tord de se gêner!

    • Fab

      Charles A., Allô comment tu m’as fait,

      Ce ne sont pas (malheureusement ?) des extraterrestres : ils sont à leur place. Ils ont leur place dans l’usine à gaz. Et sous prétexte que le système veut que ce soient leurs places qui soient les plus convoitées, ils sont contents de leur sort.

      Mais ils ont un problème : ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez : ils s’appliquent à maintenir le système qui les a mis en place. No more.

      Je suis fondamentalement en accord avec les propos de Pierre-Yves. Mais une fois qu’on a la main il faut savoir qu’en faire : le temps de récupération de la barre – par d’autres : un autre capitalisme-, ou par l’homme – la démocratie -, est bref (c’est vérifié historiquement). Et la main on l’aura, parce que si leurs propositions sont contraintes aux idéaux populaires, ils disparaissent, (et) c’est la démocratie.

      Question donc, fondamentale également : qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on fait si l’on n’est plus contraint ? Si l’on ne se soumet plus ? Si l’on émet notre rêve de vie ? Si l’on exprime nos valeurs de vie dans le but de les assembler avec celles des autres pour bâtir, constamment, la démocratie ?

      À mon avis on fait ça : on exprime nos valeurs de vie dans le but de les assembler avec celles des autres pour bâtir, constamment, la démocratie. Ni plus ni moins. Et je suis certain que la nature nous en sera reconnaissante, que le progrès ira chercher son inspiration dans la plus grande richesse de l’homme, son temps de vie, dans les rêves qu’il peut en tirer.

  12. timiota

    Paul Krugman sur la science économique à l’occasion du forum de l’Eastern Economic Association
    (« address to the Eastern Economic Association »).

    Pas encore lu le détail. A quel point veut-il refonder la science éco ou simplement blâmer l’ignorance de certains de ses « collègues » ?
    Une citation :

    But the most damning failure of economists, I’d argue, was their acquired ignorance of what I’ve called depression economics — the principles that should govern policy after a financial crisis has left conventional open-market operations impotent.

    • Mathieu

      Je pense qu’il constate juste que ses collègues ne savent pas grand-chose de la science économique pré 1960. Il précise dans la fin du texte qu’une nouvelle science économique serait peut-être une bonne chose, mais qu’il faut surtout et d’abord réapprendre celle d’il y a 50 ans.

      Cela me fait un peu penser à ce que dit Paul J. à propos de la bifurcation: il faut revenir à Keynes (entre autres) et repartir de là sur une autre « branche » de la science économique (celle qui contient le bancor, et encore beaucoup d’autres choses qu’il reste à découvir).

      Par contre la question « sociologique » de Krugman est intéressante: comment expliquer que les gens travaillant dans les universités aient « oublié » la science économique pré 1960?

      • timiota

        Le physicien Lee Smolin dans « The Trouble with Physics » pose une question analogue sur la théorie des cordes qui en est venu à envahir sociologiquement les instituts américains au détriment d’autres possibilités, et ce malgré une absence de confirmation expérimentale patente depuis 25 ans, au contraire de toutes les autres percées en physique théorique (relativité spéciale et généralisée, mécanique quantique, électrodynamique quantique, chromodynamique quantique, modèle standard / Abdus Salam Weinberg, et pas etc puisqu’en gros ça s’est arrêté là).

        (Un peu malheureusement pour Smolin, la possibilité que la décélération anormale de Pionneer soit l’indication d’une « loi de Newton généralisée » et non un effet de ses fuites thermiques anisotropes s’évanouit au vu des dernières analyses extensives de la vie des sondes Pioneer.)

        Son analyse de la sociologie des chercheurs suggère que ce n’est qu’un élément. Il suggère de renouveler les valeurs, vers la curiosité, et de ne pas décourager les « seers », les visionnaires.
        (Les Jorions ?)

        On peut trouver une conférence TED « inspiring » comme il se doit de Lee Smolin (qui est stabilisé à Toronto au Perimeter Institute depuis 2000 je crois). Sa démarche m’a un peu rappelé celle du physicien Murray Gell’Man dans « le quark et le jaguar », et la fondation de l’institut pluridisciplinaire de Santa Fe par le même Gell’Man

      • C’est quoi alors l’explication de la décélération des Pioneer ?

      • Renard

        @ PJ
        Ils ont l’antenne qui chauffe…

      • GL

        « Par contre la question « sociologique » de Krugman est intéressante: comment expliquer que les gens travaillant dans les universités aient « oublié » la science économique pré 1960? »

        Parce que les conclusions de cette science économique ne leur convenaient absolument pas.

        Que la relativité et la théorie quantique nous semblent incompatibles n’est pas vraiment gênant puisque ça n’empêche pas de les mettre en oeuvre en même temps dans des applications qui fonctionnent parfaitement (par exemple pour le GPS.) Il me semble que les mathématiques sont le seul domaine où les théories incompatibles ne soient pas tolérées.

        Quand une théorie économique conduit à des conclusions incompatibles avec l’organisation sociale et politique qu’on souhaite promouvoir il est individuellement très facile d’oublier cette théorie. L’oubli collectif est plus difficile mais pas impossible si ceux à qui la théorie en question convient sont suffisamment peu nombreux…

  13. Yann Q.

    Bonjour,
    Dixit les invités de France Inter ce matin le discours d’Obama était un discours de campagne et si 1/4 ou la moitié des sommes avancées pour relancer la machine sont votées se serait une performance à l’égard des républicains.
    Pour info cette journée organisée par le CAS lundi sur la croissance de demain : http://www.strategie.gouv.fr/content/colloque-international-la-croissance-de-demain
    J’y assisterai et vous ferai un petit retour. Dans l’après midi je rejoindrai Patrick Viveret à la Fondation France Libertés et son groupe de travail CAP 40 sur la notation extrafinancière, une des clés du monde d’après ?

  14. Taneleo

    Pourquoi faudrait-il encore qu’il se trouve des gens pour faire quelque chose pour un système dont plus personne ne veut ? Il n’y a effectivement, en France, plus que l’UMP pour s’y essayer; ce qui n’étonnera personne.

    Faites pas la gueule, on va changer de système. C’est plutôt une bonne nouvelle, non ?

    • Melchissedech

      Je ne suis pas certain de cela, lorsque je vois avant hier soir sur la chaîne de la propagande TF1,
      François Hollande insister sur la doctrine, qu’il faut sauver le soldat grec.
      Cet homme est aussi corrompu, que le gouvernement en place !

  15. timiota

    Pour revenir sur l’interview de Guaino,
    il dit que l’histoire retiendra que Sarkozy aura eu la bonne vision concernant la crise etc.
    Il faut lire surtout que Guaino aura eu la bonne vision, qu’il aura su en faire un beau discours (celui de Toulon) à l’usage de Sarkozy, et qu’en revanche, les usages qui en auront été fait sont essentiellement rhétoriques, voire sophistiques, je laisse les spécialistes du Stagyrite juger du degré d’adhésion au discours de M. Sarkozy.

    En revanche, il n’y a guère de doute que Guaino adhère à ses convictions, et on est juste malheureux pour lui de voir qu’il ne trouve pas meilleur oreille pour l’écouter, ni meilleur bras pour passer à l’acte.

    • zébu

      @ Timiota :
      Son analyse est ‘juste’.
      Mais de même que l’analyse de Marx est aussi ‘juste’ quant au capitalisme, sa vision politique est fausse.
      Car idéologique : il faut sauver le soldat ‘capital’.

      Le discours de Toulon, je le répète, est conservateur, voir ‘réactionnaire’ (au sens de refuser les transformations en cours pour revenir à la situation précédant ces transformations) : il s’oppose à un certain capitalisme (‘financier’), au nom même d’un capitalisme ‘productif’ qu’il s’agirait de sauver, afin de revenir au bon vieux temps du passé.
      Sans évidemment ‘voir’ que cette dichotomie est factice, fallacieuse, au même titre que la ‘valeur’, sur laquelle ce capitalisme, qu’il soit ‘productif’ ou ‘financier’, repose.

      On peut partager l’analyse de Guaino.
      Mais on peut (et on doit, en tout cohérence ?) s’opposer à sa vision politique, vision surannée, dépassée, tel le retour à l’âge d’or : un discours mythique.
      Le terme ‘d’incantation’ devrait être suffisant pour le qualifier, au sens religieux du terme : chercher à ‘relier’ les individus par un ‘vision’ commune, dans un but politique.
      On pourrait presque parler de ‘mysticisme’ …

      Quant au fond, que n’a-t-il alors, depuis 2008, eu le loisir d’infléchir la position de son Président, quant à mettre en oeuvre sa ‘vision’ politique (qui reste quasi identique à celle du discours de Toulon, en dehors de l’inflexion toute relative d’une plus ‘juste’ répartition de la charge fiscale entre capital et travail) ?
      Pour le reste, et en dehors d’une analyse là encore ‘juste’ quant au PS, aucune proposition de sortie de crise de faite, si ce n’est la nécessité d’une pédagogie de crise comme seule viatique pour en sortir.

      Plus que maigre.
      Ascétique, comme ‘vision’.

      • zébu

        Ceci dit, si demain, Sarkozy propose l’interdiction des paris sur les fluctuations des prix, un nouveau bretton woods et un ‘bancor’ (même, ou à fortiori européen) et l’interdiction des transactions financières avec les paradis fiscaux, j’y réfléchirais deux fois avant que de ne pas voter pour lui (et si en plus, il modifie le RIP pour un vrai référendum d’initiative populaire …).
        Et avant que de ne pas voter non plus pour le PS.

        Et pourtant, j’ai quelques raisons ‘spécifiques’ de ne vraiment pas voter pour lui …

        PS : mais j’ai aussi quelques raisons, au vu du ‘discours’ de Guaino, de penser que ce renversement idéologique ne se produira pas. Sauf à ce qu’il comprenne qu’en politique, quand on veut gagner, il est parfois nécessaire de renverser les tables.

      • Chios

        C’est marrant comme les politiques se réveillent proches des élections.
        Coté analyse nos élites de France Inter (Gueta en premier) étaient a la rue :
        ‘Vous rendez comptes de ce que cela signifie ???’
        réponse des américains invités :
        Oui, pas grand chose car cela ne sera jamais voté en tant que tel, c’est purement politique.

        Sinon ne reste plus qu’a écouté la chanson de Dutronc : l’opportuniste, cela va très bien pour Mr Guaino

      • Charles A.

        Guaino me rappelle les pires réactionnaires en Mai 68.
        Ils devinrent soudain partisans du partage des bénéfices (« participation »), revalorisation du travai, et autres démagogies.
        Les sondages sont mauvais.
        Obama comme Sarko, les fesses chaudes, tentent n’importe quoi.
        La réalité, c’est que Sarko frappe encore le travail en taxant plus les mutuelles:
        http://www.npa2009.org/content/communiqu%C3%A9-du-npa-taxation-des-mutuelles-%C2%AB-sans-%C3%A9tat-d-%C3%A2me-%C2%BB-non-%C3%A0-cette-nouvelle-et-intol%C3%A9r

      • vigneron

        @PYD

        Montebourg ? Tendresse deçue. J’aimais bien y’a 10 ans, à l’époque de sa VIe Republique ou de son rapport parlementaire avec Peillon sur les paradis fiscaux… Mais les Saint Just vieillissent mal, surtout les factices, se consomment frais et se consument vite. Passée la date de péremption, ça pourrit l’bazar, de la tête, qui gonfle et gonfle, faute d’avoir été séparée.
        M’inquiète pas, les crabes et dormeurs du PS en feront leur pitance de circonstance. Z’ont l’estomac ad hoc et non discriminatoire.
        Z’avez remarqué comme la présidentialisation de son discours lui a fait perdre tout son charme ? Flop flop.

    • edith

      je partage votre avis

      • Pierre-Yves D.

        Je plussoie à l’analyse de Zébu.

        J’ai l’impression aussi qu’on sort le Guaino parce que l’UMP est en train de plomber les efforts de Sarko pour paraître présentable à une majorité de français qui n’est pas dupe quant à la dégradation de la situation économique et sociale.
        Les positions très libérales de Lemaire-Coppé ont suscité de grandes inquiétudes il fallait donc un petit coup de barre à « gauche » pour faire bonne mesure. Guaino qu’on avait plus entendu depuis un bon moment ne sort pas du bois par hasard.

        Ce qui est navrant c’est que son beau discours paraît plus radical que celui du PS, tant ce dernier s’ingénie à suivre Sarko à la trace par exemple quand Hollande Aubry et Royal nous promettent qu’il appliqueront l’absurde règle d’or après les élections. Au PS il serait tant de changer de braquet pour passer à la vitesse supérieure en évoquant les points cruciaux qui sont en jeu dans la crise, et les moyens politiques d’y remédier. Au lieu de quoi nous avons droit à une informe bouillie pour chats.

      • zébu

        @ PYD :
        Je n’ai rien contre les chats, mis à part que ce sont des branleurs (cf. le CCC).
        Mais je ne les forcerait pas à manger de cette bouillie là …

        PS (arghhh) : le seul qui sorte du lot, c’est Montebourg.

      • Pierre-Yves D.

        Zébu,
        Montebourg, oui, mais n’en parlez pas à Vigneron ! ;-)

      • zébu

        @ PYD :
        Bah.
        Simple histoire de jalousie viticole : macônnais bien cette histoire …

      • timiota

        D’accord aussi avec vous zébu et Pierre-Yves D. .

  16. Arnaud

    ne pouvant pas lire la vidéo pour l’instant, rabattu sur le discours de Gaino.
    Un discours de Toulon bis?
    Mais bon sang quand arrêtera t’on de voir le travail comme un coût et vouloir faire baisser celui-ci?

  17. lol vous êtes sérieux Paul ?
    la tentative d’Obama de « relancer » quoi ? 300 milliards ? il va les trouver ou ? les rajouter au mur de la dette ? alléger les recette de l’état et creuser dans l’autre sens le mur de la dette ? et c’est comme ça qu’il va éviter aussi la chute de l’Europe ? et les républicains devraient l’aider en plus ? avec les tea party ?
    lol
    1/ il n’y aura pas de reprise, il n’y a pas le pétrole pour la soutenir (ce bon vieux peak oil)
    2/ ses mesures dérisoire ne changeront rien à l’affaire, pas plus que celles d’avant et celles d’après. Pourquoi ? parce qu’il ne change strictement rien au système, il fait comme les fois précédente : plan A, gagner du temps. Je m’étonne que vous ne le voyiez pas ! vous devez être très fatigués.

    • Legalle

      1- Est-ce absolument sûr qu’il n’y a bientôt plus de pétrole (chercher : ‘pétrole abiotique’…)
      2- Même si globalement d’accord avec vous je préfère un peu d’espoir à rien du tout : cela pourrait encourager l’Europe à avoir aussi de petites idées de relance sociale-keynésiennes…

      • il n’y a plus de pétrole pas cher … depuis 1979 l’EROI chute lourdement. On fait de la croissance a crédit depuis cette date. Depuis 2005, pic pétrolier conventionnel. On est en crise perpétuelle depuis. La croissance c’est fini.

        L’abiotique, ne changera strictement rien : trop cher, trop profond et difficile a exploiter. Pas plus que les algues, la pile a hydrogène, et tout ce que vous voulez pour remplacer. L’EROI du pétrole conventionnel n’a pas d’équivalent.

      • toutouadi

        relance sociale-keynésiennes…

        Politique volontariste de redistribution par le travail!!!
        C’est très compromis voir quasiment impossible à causes, en autre, de l’hyper productivités moderne.
        (Energies (encore) bon marchés, révolution informatique etc…)
        Il faut intégrer les concepts d’une société du temps libre.

      • oui toutouadi,
        mais pour ca il faut repenser la distribution des richesses. Comment répartir les gains de productivités que les machines nous donnent ? pour l’instant, les machines appartiennent au « capital » et c’est pour que les gains sont vers le capital plutôt que le travail. Ce qui est normal dans un contexte capitalliste/libéral/économie de marché (pourrais t on résumé ce terme en « américanisme ? »)

      • toutouadi

        @yoananda

        Tu prêche un convaincu

    • Arnaud

      yoananda, le peak oil chez les froggies on s’en fout, car nous on a des idées :-)!

    • Fatigué moi ? À 5 heures du mat’ ? Faut pas rigoler !

      Mais pourquoi le ‘s’ à « fatigués » ?

      • très simple : je suis disorthographique ! y a des choses qui ne rentrent pas ;-)
        Ou alors, voyez ca comme un lapsus qui révèle que cumulez plusieurs sortes de fatigue !
        prenez soin de vous Paul.
        Les temps sont très « demanding », mais tout de même…

      • octobre

        À 5 heures du mat’ il y a ceux qui dorment, ceux qui ronflent, ceux qui dorlotent, ceux qui rêvent, ceux qui caressent un rêve ou un cauchemar authentique, ceux qui voient, ceux gueule de bois, ceux qui se lèvent – etc…

        Probablement plus rare ceux qui restent éveillés et en phase avec un « Je ne sais quoi ? ». Terribles insomnies volcaniques.

        « Il n’est rien de plus mystérieux que le destin d’un corps. »
        et
        « Si on connaissait l’heure de son cerveau ! »
        Cioran

      • Il est 5 heures, Paris s’éveille
        Il est 5 heures, je n’ai pas sommeil

      • juan nessy

        A cette heure là , j’ai tout aussi mauvaise mine et je suis moins bien coiffé .

        http://www.youtube.com/watch?v=6mAzujlWFw4&feature=related

  18. Rantanplan

    Bonjour M. Jorion,

    Alors ça y est , c’est la fin de ce système…On met quoi à la place.

    Quelles sont les solutions à envisagées ?

    • juan nessy

      Faut demander à Lucky Luxe

    • kercoz

      pourquoi « on » ?
      Il va se mettre quoi , plutot ! croire que l’ « on  » maitrise une situation future me parait utopie , il n’ y a ^pas assez de « JE » ds les chaines du déterminisme .

    • toutouadi

      J’opte pour le plan des 3B
      Boire, bouffer, …. Heu!!! me souvient plus du 3eme,

    • Cadavre exquis

      Rhhhaaaa, il faut suivre:

      – Interdire la spéculation ( Jorion )
      – le Bancor ( Keynes, Jorion )
      – nationaliser les banques ( Lordon )
      – fermer la bourse ( Lordon )
      – le protectionnisme ( Todd, Sapir )
      – Abolir l’argent ( Pol Pot )

      ( Un intrus s’est glissé dans la liste, sauras-tu le retrouver ? )

      • juan nessy

        Correction :

        – nationaliser les banques en les recapitalisant et restructurer la dette publique ( François Leclerc )

        Au passage , cette liste ne comprte que des éléments de brique « capitalisme/marché/finance  » .

    • Bibules

      D’abord on va dégringoler dans un gros trou et se faire très mal.
      Puis soit on essaye de remonter soit on tente de s’aventurer dans le petit tunnel sombre que l’on vient de trouver au fond et dont il me semble sentir un petit courant d’air frais.

  19. Pierre

    Un peu d’actualité sur l’effondrement de la confiance dans le « système »……
    Grand sondage H.E.C. Junior Conseil pour ReOpen911 :
    58% des Français doutent de la version officielle des attentats du 11-Septembre
    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/sondage-h-e-c-pour-reopen911-58-100388

    • François Leclerc

      Le modérateur a laissé passer pour montrer ce qu’est un sondage dont les questions sont insidieusement biaisées. La Junior entreprise qui l’a réalisé a encore beaucoup à apprendre…

      • Bibules

        J’ai lu les questions et je n’ai rien trouvé d’insidieux enfin pas plus que n’importe quel sondage.
        C’est de toute façon l’outil en lui même qui est insidieux donc dans le genre, celui-là me parait plutôt bien fait.
        La question la plus intéressante me paraît être celle du nombre de tours effondrés.
        Il me semble que c’est une info que l’on connaît quand on s’intéresse un minimum au sujet.
        Avec seulement 14% de bonnes réponses, je dirais donc que pas plus de 14% des Français s’intéresse ou s’est intéressé au sujet.
        Donc on pourrait dire que 58% des Français doutent alors que seulement 14% connaissent le sujet.
        Mais on peut aussi dire que 31% des Français sont d’accord avec la thèse officielle alors que seulement 14% connaissent le sujet.
        Bon il reste 11% qui n’ont pas d’opinion, c’est peut-être la plupart de ceux qui connaissent le sujet. :)

      • Pierre

        Merci
        Les biaiseurs biaisés se reconnaitrons à longueur de commémorations.
        Pujadas nous annonçait qu’un Français sur huit présentaient cet « pathologie » hier à la messe du vingt heure.
        Mélenchon a donc raison de dénoncer l’amateurisme des sondeurs et leur manque d’encadrement.
        Les ‘Juniors » d’HEC , eux, au moins le sont……
        Non ?
        Toujours jeune Leclerc Junior ? :)

      • Pierre

        Et si nous faisions un sondage sur le blogs en posant des questions non insidieuses ?
        Je vous laisse le loisir de les formuler. :)

      • Renou

        Ceux qui ne doute pas de la VO (parmi ceux qui l’ont lu) sont a n’en pas douter des doutes en train!… Désolé…

      • François Leclerc

        @ Pierre

        Honnêtement, j’ai d’autres urgences ! Nous en resterons là, si vous le voulez bien.

      • edith

        si on me proposait un sondage gratuit :-), je poserais cette question :

        trouvez vous vraiment les éoliennes inesthétiques ?

        parce qu’en ce qui me concerne je les trouve belles, majestueuses, et je ne comprends pas pourquoi les gens disent que c’est laid …. sauf à penser qu’ils se laissent embobiner par les déclarations intempestives des « contre » dans les médias.

        hors sujet ? ben … tant pire.

      • vigneron

        @Edith

        Qu’est-ce qu’on en nana n’à foutre de savoir si les eoliennes sont belles ou pas pour les français ? On leur demande juste de faire du jus à moindre coût et moindre risque.
        Moi esthétiquement je préfère de beaucoup la centrale de Golfech aux hectares de champs d’eoliennes, et alors ?
        Et si l’on vous en carrait d’office une géante juste derrière votre jardin, vous les trouverez toujours aussi belles, les eoliennes ?
        Ps : à propos de votre question sur un autre fil, eh bé je suppose que le positivisme doit être le contraire du negationnisme, donc je dirais que c’est, euh.. positif. J’ai bon ? Le Compte est bon ? Ou ne s’agit-il que d’un énième et auguste Comte ?
        A moins qu’il s’agisse d’une obscure religion à entubage couéiste, au Carrefour de la néo-pensée raffarinnesque et de la Vérité révélée loriesque, mais alors là je dis non, non au oui quoi.
        Suis un peu zéroïste en fait.

      • Pierre

        @Vigneron
        Héroïque Ground Zéroïste positiviste négationniste muet ? :)

    • Didier

      Une majorité ne fait pas une vérité !

    • Le rôle du modérateur est d’être sans pitié. Pas d’éduquer le peuple quand le chat est sorti ! ;-)

    • Delphin

      Bonjour,

      Dans le dernier Sciences et vie, une longue bonne réfutation des arguments conspirationnistes.

      Delphin

      • Bibules

        J’ai arrêté d’acheter sciences et vie en terminal scientifique. :)
        Vraiment pas très bon comme journal : titres racoleurs, sujets effleurés, manque flagrant de rigueur scientifiques.
        Enfin bon, j’irais lire ça à la bibliothèque si ils l’ont. :)
        Je tiens quand même à rappeler l’historique du phénomène ReOpen car c’est assez pénible de le voir systématiquement accolé à théorie du complot.
        A la base ce sont des familles de victimes qui ont demandé des enquêtes approfondies et devant le refus du gouvernement américain se sont tournés vers des enquêtes « privés ».

    • Amsterdamois

      Annonce pour les amateurs de complot : la revue Science et Pseudo-science, revue de l’AFIS, Association Française pour l’Information Scientifique, a publié un numéro spécial sur la question. Divers spécialistes dont quelqu’un de ma famille y entreprennent une réfutation radicale et rigoureuse des divers phantasmes véhiculés autour de 9/11 :
      Le 11 septembre : la rumeur confrontée à la science, SPS n° 296, hors-série 11 septembre, juin 2011
      http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1685

      Hautement recommandable. Même si la pratique enseigne que les ‘croyants’ restent généralement sourds à l’argumentation rationnelle.

      • anne

        l’AFIS ? Eh bien si leur dossier 11/9 est du même acabit que le dossier OGM, c’est vraiment pas la peine d’aller voir ….
        Le problème c’est qu’on ne sait pas pour qui ils roulent, ou plutôt ils ne disent pas clairement qu’ils sont partie liée avec les semenciers OGM. Alors que des dépôts de brevet l’indiquent, par exemple.
        C’est curieux leur engagement sur nombre de sujets qui ne mobilisent pas les mêmes compétences scientifiques, sur lesquelles bien sûr ils prétendent être « rationnels », « rigoureux », bref les seuls vrais scientifiques , ce qui leur permet de disqualifier d’avance toute interrogation ou contestation. Ils rejoignent comme ça les intérêts des grosses corporations qui n’ont de cesse de vouloir nous imposer leurs produits, idéologiques ou matériels.

      • renou

        @amsterdamois, plutôt que de disqualifier les « doutant » d’un revers de main vide, pourquoi ne pas nous expliquer ce qui s’est passé?…
        « La pratique enseigne que les ‘croyants’ restent généralement sourds à l’argumentation rationnelle. »

        Je ne vous le fait pas dire!…

  20. Fab

    Ni ambulance, ni corbillard sur lequel tirer ! Reste plus qu’à cracher ou pisser sur la tombe, quitte à arroser ceux qui viennent s’y recueillir.

    Guaino…c’est pas cet humaniste qui a écrit le discours de Dakar ?

    • Fab, je vous ai connu plus charitable. Ou est-ce pour donner le change ?

      • Fab

        La charité, c’est-à-dire l’amour de Dieu et de son prochain pour l’amour de Dieu, ce qui une fois traduit devient :

        La charité, c’est-à-dire l’amour de soi et de son prochain pour l’amour de l’homme, ou le contraire : l’amour de l’homme pour l’amour de soi.

        Ma charité, elle, est plus bas : et tant pis si elle écorche certains (ça passe et après on se sent mieux), c’est pour le bien du plus grand nombre.

        Me da se

  21. 20100

    Sur, il faut mettre en évidences toutes les bonnes volontés.
    mais le coup des 3 % sur les mutuelles santés
    et le 2 % sur le bénef de la revente de résidences secondaires, ca c’est du présent bien réel.
    S’ils compte inverser la donne, rien ne les empêche de commencer des aujourd’hui huit.
    en faisant 3 % sur les résidence secondaire
    2% sur les mutuelles de santé.
    Les promesse n’engage que ceux qui les crois.

    Ou peut on trouver les chiffres de base pour ces calculs ? une piste ?

    • Marlowe

      Et pourquoi pas l’interdiction des résidences secondaires ?

      Ce serait un bon moyen de restreindre la spéculation immobilière.

      • Cécile

        à Marlowe
        je constate que les grosses sociétés immobilières (celles qui possèdent des immeubles entiers, et ou autres merveilleuses résidences privées ) ne sont pas touchées !

      • Marlowe

        à Cécile,

        Il ne tient qu’à vous qu’elles le soient.

        Chacun sa cible.
        Mon fusil n’a qu’un coup.

        Ou peut être avez vous, vous même ou votre entourage, plusieurs résidences ?

  22. Un Belge

    T0 : Explosion.
    T1 : Effondrement
    T2 : Pillage

    En guise d’avertissement, (ou de vision prophétique) le témoignage du journaliste William Langewiesche sur les ruines de Ground Zero :

    Je me suis avancé au milieu des détritus, en sachant, aux empreintes dans la poussière, que je n’étais pas le premier visiteur à l’avoir fait. En effet, il était évident, au vu des traces à l’endroit où se trouvaient les ordinateurs portables et de tous les sacs ouverts, que la pièce avait été systématiquement pillée de tout ce qui avait de la valeur – que ce soit par des pompiers, des policiers ou des ouvriers du bâtiment malhonnêtes n’avait guère d’importance. Les trois groupes ont été impliqués à différents moments dans un vaste processus de pillage qui a débuté avant même que les tours ne tombent, et qui a connu son point d’orgue aux alentours de Noël avec le vol impudent des ordinateurs professionnels de ce bâtiment. La psychologie de ces actes était complexe et résultait davantage de la rupture de l’ordre social – un sentiment de crise et de privilège unique – que d’un véritable penchant criminel pour le vol. Les gens urinaient aussi sur les tapis dans la Deustche Bank.

    (Cité par L’Express.fr – article(s) et autres extraits ici)

    • Marl Karx

      Reprendre n’est pas voler.

    • Chios

      La dernière phrase semble caricaturale

      • Un Belge

        Peut-être.
        La revoici dans son contexte :

        La psychologie de ces actes était complexe et résultait davantage de la rupture de l’ordre social – un sentiment de crise et de privilège unique – que d’un véritable penchant criminel pour le vol. Les gens urinaient aussi sur les tapis dans la Deustche Bank. Et c’était sans doute les mêmes personnes qui avaient pillé cette pièce qui avaient écrit « Ben Laden va te faire foutre » sur le présentoir, parce qu’un sentiment de guerre juste les animait.

        (même source)

    • Le pillage est universel et immédiat en cas de catastrophe. Il commence dans la minute. Il est forcément peu raconté dans la presse.

      Il y a aussi le viol par les militaires qui avancent, même en pays ami, comme on l’a su récemment pour l’armée US en France après le débarquement de 1944.

  23. Jacques

    Et pendant ce temps là ,les banques continuent a dégringoler, une nationalisation ne va pas couter très cher

  24. idle

    Merci Paul pour cette vidéo, votre horloge fonctionne parfaitement bien…La boucle est bouclée!…Deux mots d’encouragement pour Obama :
    « Do it »!

  25. Piotr

    C’est quand même un peu curieux d’entendre M .Jorion réhabiliter,M Obama dans sa tentative de relancer l’économie de son pays ,alors qu’il avait été jusqu’à présent très critique à son égard,un peu curieux de faire l’apologie de M.Guaino ,conseiller d’un prince qui surfe sur l’évènement plus qu’il ne le crée.Une prime d’encouragement dans une situation dont on ne sait pas encore si elle est totalement désespérée.

    • François Leclerc

      Apologie, réhabilitation, où donc avez-vous entendu cela ?

      • et alors

        nulle part, certes… mais ça y ressemble curieusement…

      • François Leclerc

        Avec ce genre d’argument, on fait dire ce que l’on veut à qui l’on veut.

      • Piotr

        Les mots sont peut être un peu forts,je vous le concède…
        Je ne fais généralement pas dans la dentelle…

      • zébu

        Exact.
        Piotr est une tricoteuse.
        Il tricote des mots.
        Il peut tricoter un costard pour l’hiver.
        Ou un cache-nez, contre les froidures de la crise.
        Quant au cache-sexe …

      • Didier

        E coutez François Leclerc, mettre sur le même pied le discours d’Obama et l’interview de Gaino, ce n’est pas croyable ? Gaino, il dit quoi ? Rien si ce n’est qu’il positionne son patron pour l’avenir proche en le dédouanant de ses responsabilités antérieures. Curieux que Paul Jorion y attache tant d’importance.

      • simplesanstete

        Mr Jorion aimerait bien croire et faire croire que quelque chose, sa solution où quelques uns, dont lui vont changer ce monde qui d’après moi, of course, who else, il n’a pas encore décrit. Ceci n’est qu’un journal réalité très bien écrit, le feuilleton d’une crise parmi tant d’autres qui en en cache UNE autre qui ne peut s’afficher. C’est un souffleur qui ne joue pas.

      • François Leclerc

        @ simplesanstête

        Je crains de ne pas vous suivre.

    • edith

      Piotr, pour mieux comprendre il faudrait non pas s’attacher aux personnes, mais aux propositions.

      Nous tombons souvent dans ce piège qui fait qu’au delà des idées proposées, nous ne jugeons que ceux qui les proposent.

      • toutouadi

        L’éternel problème de la forme sur le fond (problème de nos démocraties électives sous sa forme actuelle)
        Problèmes qui pourraient être réglés pour pas un rond, en actualisant nos institutions.
        (déprofessionnalisation de la politique, repassage devant les électeurs quand promesses non tenues,
        pas de cumule de mandat, limitation du nombre de mandats, pas de grands électeurs, datage et actage des programmes politiques, indépendance total de la justice, renforcement des moyens pour réduire les délais de procédure quand affaires financières et politiques, inéligibilité à vie quand les condamnations concernent directement un mandat, notion de crime économique, actualisation des loi anti-racisme (déterminisme raciale), loi sur le déterminisme sociale (y’a pas de raison qu’on supporte cette merde aussi) constitutionnalisation des droits des générations futurs, etc… etc…)

      • toutouadi

        Ha viiii!!

        J’ai oublié, quotas représentatifs dans notre chère assemblé, de classe sociale, raciale et de genre.
        (ça va en calmer plus d’un, y’en a peu marre des médecins et avocats)

    • Curieux, j’ai dit curieux ? … Comme c’est curieux !

      J’y vois au contraire une continuité imperturbable : prendre les gens au mot de leurs affirmations (je m’en suis déjà expliqué à l’occasion d’autres interrogations du même genre). Ou, pour les lecteurs de Comment la vérité et le réalité furent inventées : supposer leur adhésion totale aux propos qu’ils énoncent.

      • edith

        quoiqu’il en soit, si nous votions pour un programme et non pas pour ceux qui les représentent,
        et si les candidats étaient obligés de les mettre en application,
        nous serions plus à l’aise pour dénoncer avec force ceux qui une fois élus ne le feraient pas.

        hum hum … un peu fumeuse ma phrase, mais l’idée y est.

      • Tiens, sans le savoir, j’ai dit la même chose qu’Edith.

      • edith

        eh ben …. v’là que je suis bouchée à l’émeri maintenant ;-)
        mille pardons.

      • Vincent

        Oui, mais Edith je n’ai eu besoin de la lire qu’une fois… :D Ce qui lui confère donc avantage certain me concernant !

      • Fab

        +1

        PS… : nous sommes tous des candidats.

      • Fab

        « prendre les gens au mot de leurs affirmations  » : c’est de la politesse.

      • roma

        à qui les propos de G. s’adressent t-ils ? sur quel parti s’appuient-ils ? sur qui comptent t-ils ? vous les croyez si loin de ceux de Dakar ? G. est indéfinissable et joue de l’anachronisme, un destin un brin mystérieux, ses habits de conseiller, qu’il porte comme un gant, retirés, on le verrait divaguer, dépossédé du prestige de ses tours d’éloquence, de ses coups de mots qui lui faisaient conjurer ou congédier le réel, bing comme une gifle. le prendre aux mots m’interroge sur qu’est-ce qu’il fout là. pas d’hommes providentiel ni parti ni dieu… faire avec…

        Vladimir:
        – Alors, on y va ?
        Estragon:
        – Allons-y.

        Ils ne bougent pas.

        Rideau

        (Samuel Beckett)

      • Pierre-Yves D.

        Fab

        Ce n’est pas simplement de la politesse, c’est le fondement de la démocratie.
        Bien sûr nous ne sommes pas dupes, il y a le contexte politique dans lequel ces propos s’insèrent et ce que nous savons des personnes qui discourent. Moi-même je ne peux m’empêcher de faire des commentaires sur ledit contexte. Mais nous devons d’abord adhérer aux propos tenus dans le sens où nous les prenons pour ce qu’ils disent, ni plus ni moins, pour pouvoir les analyser, les juger en tant que tels.
        Sans quoi c’est la possibilité même que nous puissions énoncer des vérités et les confronter publiquement qui n’existe plus. En effet qu’est-ce qui nous garantit que tel candidat plutôt qu’un autre pense réellement ce qu’il dit et qu’il va l’appliquer ? Rien. Sans l’adhésion préalable au discours tenus par les uns et les autres, c’est le pure rapport de force qui prime et alors nous ne sommes plus en démocratie ; tous les coups sont permis et les mots perdent toute signification.
        La démocratie nécessite des institutions mais elle suppose d’abord que les citoyens se placent réciproquement dans un rapport d’égalité sur le plan de la raison.

      • Toine

        Je veux bien supposer l’adhésion aux propos qu’ils tiennent. Moi-même je vote plus pour les idées défendues qu’autre chose. Il peut toujours être bon de rappeler le idscours de Toulon. Mais il y a des limites, autant consédérer qu’être pris pour un con est un devoir. Il devrait au moins y avoir quelqueq gardes-fous, une date de péremption sur les hommes politiques, par sécurité, ou encore une « rédibition » pour cause de contradiction, de traîtise, malhonnêteté,…. Ils ne devraient pas avoir le droit de servir plusieurs fois le même plat… Exit Sarkozy, Aubry, Hollande, Copé,… la liste est très longue. Il ya des gens qu’on ne peut plus entendre décemment!

      • Fab

        Pierre-Yves,

        Mais qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus ?

      • Marlowe

        à Pierre-Yves D.

        Mais enfin, pourquoi toujours tout ramener à cette démocratie si peu visible dont l’ombre plane partout et toujours alors qu’elle est insaisissable ?

        Occupons nous plutôt de la marchandise et de sa logique, si présentes et pesantes.

        On verra bien ce qui arrivera alors.

      • Pierre-Yves D.

        Marlowe

        Jusqu’à preuve du contraire tu tiens ici un discours — sur la marchandise — et d’ailleurs tu t’y tiens fermement, en cela un peu comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, tu fais vivre la démocratie, fût-elle par ailleurs réduite à la portion congrue.

      • Samuel

        discours, actes, intentions
        Si on s’arrête aux discours, on risque des désillusions, ce à quoi c’est réduit la politique
        Si on s’arrête aux actes, ils peuvent cacher des trahisons à venir, ce à quoi c’est réduit les partis politiques
        Si on cherche les intentions (des actes et discours), on risque le cynisme (et c’est soi même la victime). Et de ne plus aller voter :).
        Y à pas de postulat miracle, trop de querelles d’intentions, appellent à la vertu, puis à la terreur.
        Parfois déclarer « tous les Français sont résistants », permet au pays de repartir, alors qu’il y avait des actes à juger.
        Dans ce cadre là, espérons comme Paul Jorion, que ces années ont permis un rapport de force plus équilibré pour acter les discours, tant pis pour la pureté à ce placer par rapport aux intentions.

      • Pierre-Yves D.

        Toine

        L’adhésion des citoyens au discours des représentants et aspirants à la représentation n’a de sens que pour autant qu’il existe une certaine réciprocité, qu’à l’adhésion citoyenne aux discours répondent les actes des décideurs. Si ces derniers trop souvent trop longtemps se jouent des mots alors ce qui fonde la démocratie, à savoir la communauté de destin en raison, perd de son assise, rendant impossible le dialogue. Avons-nous atteint ce point de non-retour ? Je ne le pense pas, même si la situation pour le moins est loin d’être satisfaisante.
        Dès lors que nous ne considérons pas totalement inopérantes les institutions démocratiques il nous faut jouer le jeu, ce qui ne nous empêche pas par ailleurs de porter l’expression démocratique par d’autres voies. Il n’y a évidemment pas de principe objectif nous permettant de déterminer à partir de quand le pacte démocratique est rompu. Pour certains il l’est déjà, pour d’autres, il reste encore de la marge. Et d’ailleurs c’est un enjeu du débat démocratique que de déterminer ce qu’est la démocratie, quand elle commence, et quand elle finit.

      • timiota

        @ Pierre_Yves D.
        Oui, de la réciprocité, c’est l’ingrédient crucial.
        Bernard Stiegler parle de « systèmes associés » pour désigner ceux où les auditeurs sont aussi locuteurs, ou les récepteurs sont émetteurs, « naturellement ».
        Pour ce qui est de l’art politique, il y a toutefois le facteur temps, l’immense temps entre décision, et éventuelle constatation d’une conséquence.

      • Marlowe

        à Pierre-Yves D.

        Merci de me dire que je suis niais au point que je ne comprends pas ce que je dis.

        La démocratie ne serait-elle pas ce dieu commun auquel nous sommes tous sommés de croire et qui nous garanti de la violente révolte ?

      • Pierre-Yves D.

        Marlowe,

        Tant que nous sommes ici à discuter et à opposer des arguments qui ne sont pas ceux des armes, nous pratiquons la démocratie, ce qui ne veut pas dire que c’est toute la démocratie. C’en est seulement une condition indispensable. La démocratie suppose le dialogue, en dehors de ce cadre c’est la guerre civile ou entre les nations.

        C’est relativement à cette question que j’évoquais ton implication dans une vie démocratique, ici même, en participant au débat, t’inscrivant ainsi objectivement dans son dynamisme même si par ailleurs tu te fais certainement une conception de la démocratie qui se définit plus par ses réalisations que par un principe. La démocratie certes ne peut se réduire à son seul dynamisme sans quoi on se contenterait de presque rien pour la juger satisfaisante, mais ce dynamisme n’en demeure pas moins son principe. Ce qui serait une démocratie achevée pourrait très bien avoir toutes les caractéristiques d’une dictature une fois toute dynamisme rendue impossible. A l’inverse la démocratie selon son principe dynamique exclut par définition la dictature.

        Je serai d’accord avec toi pour dire que les résultats de la démocratie actuelle sont mauvais en termes de justice sociale, d’aliénation, mais il me paraîtrait vain de tourner le dos à toutes ses institutions, précisément, parce j’y vois encore, des lieux où s’expriment une dynamique. Ce d’autant plus que vie démocratique, en raison même du fait qu’elle est justement une dynamique, ne se réduit pas aux échéances électorales représentatives. Bref, avant de passer au tout ou rien, usons de toutes les potentiels aussi ténus soient certains, à première vue. Il y a ainsi dans ma vision des choses toute sa place pour les appels du pied ex-parlementaires, les mouvements sociaux, politiques. Quant à la violence, il peut arriver que pour sauver la démocratie dans son principe on s’y résolve. Mais alors en dernier recours, et en tel cas la violence signe toujours sa défaite.

  26. Pierre

    Sale temps pour la mouette noire..;
    « Christine Lagarde continue de jeter de l’huile sur le feu en affirmant que les banques européennes pourraient se trouver confrontées à ‘des problèmes de liquidité': le déclarer publiquement, c’est presque garantir que le problème va se poser de façon imminente, tant de tels propos sapent le peu de confiance qui pouvait subsister. »
    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=ef031087a1039e473af454cba6cbfa8f

    • Jean Valjean

      Moi, ce que j’aimerais qu’on m’explique, c’est pourquoi elle ne parle pas des banques américaines ! Celles-ci sont très certainement en meilleure position que celles d’Europe !

      • Marlowe

        Tout simplement parce qu’il est plus facile de voir le nez de son voisin que le sien.

      • Pierre-Yves D.

        Mme Lagarde en énonçant qu’une partie de la vérité de la situation présente, à savoir que le problème de la capitalisation des banques n’est qu’un symptôme d’une crise dont l’origine est sociale et politique, de menteuse qu’elle était au sein du gouvernement français est simplement devenue saintenitouche.

  27. dag

    A propos d’une démission ou de la démission , de la mission du politique et du nouveau lieu du pouvoir .

    Journée Lacan et le 9 septembre 1981

    « D’un Autre à l’autre »

    « Le capitalisme a tout à fait changé les habitudes du pouvoir. Elles sont peut-être devenues plus abusives, mais enfin, elles sont changées. Le capitalisme a introduit ceci qu’on n’avait jamais vu, ce qu’on appelle le pouvoir libéral. …De mémoire d’historien on n’a jamais entendu parler d’organe de gouvernement qu’on quitte en donnant sa démission. Là où des pouvoirs authentiques, sérieux, subsistent, on ne donne pas sa démission, parce que c’est très grave comme conséquence. Ou alors, c’est une simple façon de s’exprimer. On donne sa démission, mais on vous abat à la sortie. J’appelle ça des endroits où le pouvoir est sérieux. L’idée de considérer comme un progrès , et encore libéral, les institutions où, quand quelqu’un a bien saboté tout ce qu’il avait à faire pendant trois ou six mois et s’est révélé un incapable , il n’a qu’à donner sa démission, et il ne lui arrive rien. Au contraire , on lui dit d’attendre pour qu’il revienne la prochaine fois. Ça veut quand même dire quoi? On n’a jamais vu ça à Rome, aux endroits où c’était sérieux. On n’a jamais vu un consul donner sa démission, ni un tribun du peuple . C‘est, à proprement parler, inimaginable . Ca veut simplement dire que le pouvoir est ailleurs . »

    Livre XVI 39 de fièvre p 239

    • Il devait être fou !

      (encore un revirement de ma part : autrefois je disais beaucoup de bien de Lacan).

      • « Ça veut simplement dire que le pouvoir est ailleurs . »

        Paul, vous trouvez ça si fou ?
        Vous avez déjà vu un pouvoir qui s’en va de son propre mouvement quand il a raté une mission quelconque?

        D’ailleurs, au pays des Belges, encore eux, les politiques ne démissionnent jamais. :)

    • Charles A.

      Lacan énonce une évidence et banalité.
      L’Empereur romain, comme le roi, ou le féodal, était le pouvoir. L’Etat, c’était bien lui!
      La bourgeoisie, elle, choisit un gourverneur de son appareil d’Etat, de droite,
      puis de gauche, puis de droite, ou une pincée de centre gauche ou droit,
      question de masquer le pouvoir: la tyrannie du capital.

      • simplesanstete

        Tu parles Charles, Le capital n »est pas une tyrannie c’est debord une croyance, excusez le lapsus, voir JP Voyer pour la suite.

  28. Il y a une autre voie!
    C’est le « modèle belge » : se passer de gouvernement.
    Que des avantages, comme l’a bien vu le site taiwanais Nma.tv : « Government shutdown yields economic growth for Belgium  »
    :)

  29. Closer

    Rumeurs du G7 : un relâchement monétaire concerté au niveau mondial …

    http://minuit-1.blogspot.com/2011/07/la-chronique-de-nicolas-doze-sur-bfmtv.html

    • François Leclerc

      Ce n’est pas sérieux de monter en épingle une telle rumeur qui ne va pas se vérifier !

  30. Pample

    Bonjour,

    Assidu à votre blog depuis peu, j’essaie de faire passer des messages autour de moi, mais soit personne ne comprend, soit personne ne veut comprendre, ou tout le monde est fataliste. Les messages portent sur :
    – le document d’avant hier sur les 147 multinationales qui détiennent beaucoup de chose
    – la création monétaire détenue par le privé et non plus par les états

    Auriez-vous des idées pour faire passer ces messages ? J’ai l’impression, que tant que les frigos sont à peu près pleins, tant que les écrans plats sont accessibles à tous (par le crédit majoritairement) et allumés sans cesse, et que les jeunes peuvent échanger des SMS à l’infini, les gens ne prendront pas conscience des choses essentielles!

    • Lectrice assidue

      Pour faire entendre le message faut-il encore que la personne en question soit prête à remettre en question le système et ça, ce n’est pas gagné. Cela fait plus de 6 ans que mon mari tente de réveiller les membres de la famille ou encore des amis, toutefois ces derniers reviennent soit à la fatalité soit nous sortent quelque chose comme « ce n’est pas possible, ça n’arrivera pas, ils vont faire le nécessaire pour sauver le bateau ».
      Malgré les faits établis ils s’obstinent dans leur croyances, certes erronées mais ce sont celles véhiculées par les médias classiques.
      Coupe leur la télé, ce sera déjà un bon début !!! Cela permettra déjà de les réveiller un peu.
      Bonne chance

      • Pample

        Oui c’est ce que je dis « avec la télé ». Mais je ne vois pas comment, moi perso, je peux la leur couper, la télé… c’est bien là mon problème…

        Certains disent aussi : ca à toujours été comme cela, certains puissants volent les plus faibles en nombre, c’est la vie, on n’y peut rien…

        C’est déprimant oui.

    • Papillon

      N’est-ce pas ce qui est recherché ?
      Pas d’émancipation de la part des médias et des « zélites » qui serrent les fesses afin de profiter de leurs rentes ! Surtout pas de vagues avant le tsunami ! Chacun pour soi !
      Je crois que j’ai trouvé les mots pour décrire ce que désirent tant les profiteurs: ils veulent que nous soyons des « fatalistes actifs ».
      Il y aura effectivement une rupture à un moment ou un autre.
      Oui, le réveil de certains sera douloureux…

      C’est au pied du mur qu’on voit le mieux le mur (Coluche)

      Papillon

    • Cpourquand

      Vous n’êtes pas seul dans ce cas.

    • La création monétaire par le privé, c’est un mythe urbain. Ils ont bien raison de ne pas vous croire : c’est du pipeau !

      • VV!

        Même vu sous le prisme de la « république des marchands » ?…Ne peut on pas considérer, non pas une création monétaire directement par le privé, mais dans l’intérêt exclusif d’une partie de la sphère privée ?

      • Pample

        @ Paul Jorion :
        Merci de prendre le temps de réagir à mon commentaire. Cela dit, je suis surpris de votre réponse. Pouvez-vous m’indiquer plus clairement pourquoi c’est du pipeau ? Je suis preneur de l’information, car depuis que j’ai lu (mais à tors selon vous), que la monnaie était créée par les privés (moyennant intérets) et non plus par les peuples (par l’intermédiaire des banques centrales des pays), je suis effondré !
        La loi de Giscard/Pompidou de 73, et le traité de Maastricht, tout cela n’est-il pas vrai ? ou la compréhension que certains en font est fausse ?
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9ation_mon%C3%A9taire
        Je serai vraiment ravi que quelqu’un prenne le temps de m’expliquer ce qu’il en est vraiment, ou m’indique où trouver la « vraie » information.

        Merci.

        PS: je lis des livres sur la dette et la FED qui relatent quand même tout cela. Est-ce faux ?

      • François Leclerc

        Un débat très long et fourni a eu lieu sur le blog à ce propos et je vous suggère d’utiliser sa fonction « recherche » pour vous y plonger.

      • Pample

        Merci M. Leclerc. Je serai ravi, en effet de lire les débats qui s’y rapportent, surtout sur ce blog.
        Pour le moment, en tapant ‘création monétaire’, je ne trouve rien, mais je continue à chercher.
        Merci.

      • François Leclerc

        Tapez « création monétaire » et « banques commerciales », vous trouverez.

      • Pample

        Merci M. Leclerc.
        J’ai trouvé. A ce que je peux voir rapidement, le sujet a fait débat. Je vais lire tout cela.
        Bonne soirée, et au plaisir de vous lire.

      • Noursix

        Certains économistes pensent que les banques privées créent de la monnaie (ex. Raymond Barre), d’autres le nient farouchement. Pour comprendre le point de vue de Paul Jorion sur la question, lisez le chapitre VI de son livre « L’Argent mode d’emploi ». Il est vrai que la question est délicate, et que les enseignements en économie ont exposé des théories à ce sujet sans se poser beaucoup de questions -ce qui explique que cette croyance à la création monétaire par le privé est répandue et tourne au fantasme.

      • Pample

        @ M. Leclerc : J’ai en effet trouvé bcp de choses sur ce blog. Je ne comprend toujours pas tout. Il y a des discussions, des points de vue, mais pas de vérité clairement établie. Merci pour l’info en tout cas.

        @ M. Jorion : Le ton de votre phrase laissait apparaitre que je ne comprenais rien et que je me faisais berner par le premier venu. J’ai trouvé cela assez dur.
        En lisant (et je n’ai pas terminé) pas mal de choses que j’ai trouvées sur votre blog, je m’aperçois que le sujet n’est pas simple du tout (et pour être franc, me dépasse), et que beaucoup de gens ne se mettent pas d’accord sur le sujet.
        J’ai aussi vu qu’Etienne Chouard reprend toutes ces discussions pour en faire un document. Selon moi, le discours de cet homme et ce que je comprends du vôtre sont contradictoires. Là je ne comprends pas.

        Je souhaiterai pourtant bien comprendre tout cela.

    • Marlowe

      Aphorisme à la rescousse : il n’ y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

    • Cavalier Ponzi

      @Pample

      Rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul!

      Voilà plusieurs années que je m’adresse à des murs qui n’ont pas d’oreilles, le citoyen lambda est dans le déni, et cerise sur le gâteau, il vous taille un costard de catastrophiste voire même de dépressif dès que vous avez le dos tourné.
      Mais curieusement cette année à la veille de l’été, c’est à dire depuis que la presse « prozac » a commencé à parler de la crise parce qu’elle ne pouvait plus faire autrement sans se décrédibiliser, mon téléphone n’a pas arrêté de sonner: les mêmes interlocuteurs paniqués, que dis-je catastrophés, s’inquiétant avant le départ en vacance du sort de leurs avoirs!

      Ma seule réponse fut: La situation s’est aggravée et tout peut arriver du jour au lendemain, sortez-donc un peu d’espèces si votre banque étais touchée.
      Je ne sais pas si ils ont passé de bonnes vacances! :-)

  31. Ardéchoix

    moi j’aime ces temps de bonheur ou le ridicule prime sur le concret , pétrole -14% depuis début aout ,et bien de nouvelles stations vont ouvrir :
    TOTAL lance l’essence à prix bas

    Moi je vous propose mieux

  32. VV!

    J’aime le théorie de « la tolérance personnelle à la fraude » développée sur ce site.

    « démission de l’économiste en chef de la BCE Jurgen Stark »

    source : partout

  33. bertrand

    Vendredi 15 heures , chute inexpliquée , 15h35 démission , annoncée à 16 h , du chef économiste BCE en désaccord sur achat obligs , SG – 10 % , autres suivent , réunion Urgence FMI le 14.
    Lundi matin banques fermées , bankrun impossible , retrait supérieurs à 500 € impossibles.
    C’est fait le monde économique européen vient de s’écrouler.
    Il faudra 3 mois pour retirer un peu d’argent de sa banque.

  34. Papillon

    Alors, ça pète quand ?

    • juan nessy

      Il faut demander à Marc Blondel .

    • pascal polard

      comme le fût du canon pour refroidir , dans un certain temps

    • Taneleo

      Pétera pas.

      Là les gens commencent simplement à réaliser qu’il n’y a pas assez de matières premières pour tout le monde (si tout le monde souhaite vivre à l’occidental).

      Et qu’il y a alors deux solutions : soit on partage ces matières premières, et on voit notre confort de vie diminuer; soit on empêche les autres de toucher ces matières premières, avec les risques de conflits que cela suppose (il y a une voie du milieu théoriquement possible, mais en pratique, je ne sais pas car elle remet en cause le consumérisme qui fait tourner la machine économique).

      Vu que si ça pète c’est prendre le risque de voir notre confort de vie s’effondrer rapidement,

      Vu qu’on s’habitue très vite au confort au point de croire qu’il est aujourd’hui un droit fondamental,

      Alors à chacun ses conclusions.

  35. soi

    C’est vrai que dans la montée intense du désespoir de la majorité des gens, entendre ces deux voix apporte de la lumière.

    Pour moi, l’Idée (économique) reste le revenu inconditionnel de vie : à mon sens, c ‘est là la sortie réelle de l’exploitation d’autrui. Avec une telle base, pour moi, c’est un nouveau départ pour les humains: tout s’en trouverait changé, des relations les plus simples et proches, comme élever un enfant sereinement, par exemple, aux plus complexes et lointaines, comme notre rapport à la vision générale du monde via des instances telle l’ONU, par exemple.

    En aparté, je me permets de vous rapporter ce que j’avais vu dans un reportage sur le travail des enfants dans les plantations de coton où l’un des exploitants expliquait l' »emploi » des enfants non seulement d’un point de vue économique mais aussi d’un point de vue « managérial » : »Les enfants ont vite peur et sont moins susceptibles d’être revendicatifs ».

  36. Gudule

    Il est cinq heures………ha chouette jacques Dutronc !

    http://www.youtube.com/watch?v=dbuzNKY_pv8&feature=player_detailpage

    et le petit jardin, je n’ai pas pu y résister, pure moment de poésie …………………superbe !

    http://www.youtube.com/watch?v=Tiz7hrDyV1M&feature=player_detailpage

    un peu de douceur dans un monde ………déboussolé

    cordialement.

  37. Gudule

    super jacques Dutronc !

    http://www.youtube.com/watch?v=dbuzNKY_pv8

    et ou la poesie, je n’ai pas resister à l’envie de la partager avec tous !

    http://www.youtube.com/watch?v=Tiz7hrDyV1M

    un peu de douceur dans un monde déboussolé…….

    cordialement.

  38. octobre

    H. Guaino – Des mots – Loin de Dakar – Loin de la Somalie – Loin du cœur et loin des yeux. L’indifférence d’un seul. L’indifférence de tous. Pu…. de civilisation occidentale dépressive, mégalomane et cynique. Un petit cailloux sur sa route historique et elle déraille. Tiens, m’en vais fumer une cigarette et regarder les étoiles. Bonne chance, tout à fait.

  39. Boson

    Merci Paul de nous avoirs livré votre chronique malgré votre fatigue .

    Curieux personnage ce Mr Guaino Henry …

    Car je partage presque entièrement ce qu’il dit , qui est de « bon sens « .

    Mais qui est en totale contradiction avec ce qu’a fait N.S depuis son élection qui lui a conduit une politique friedmanienne de privatisation et de transfert de richesse vers le privé , faisant la fortune de hauts PDG , directeurs et managers …Et appauvrissant la population , ne serait ce qu’en laissant le chômage filer , vers les BRIC …

    Je lui concède que cela n’a pas démarré avec NS , mais sur ce plan son poulain a fait très fort …

    Bref , un peu tard pour nous faire croire que l’UMP va enfin s’attaquer aux problèmes de fond ,reréguler ,protéger le secondaire , mettre au pas la finance et rémunérer le travail à un niveau compatible avec le niveau de vie moyen …

    Comment croire çà un tel discours , alors même que les mesures de rigueur touchent essentiellement les classes défavorisées et moyennes : CSG, augmentation des mutuelles santé alors que le système de santé libéral ne s’est jamais aussi bien porté , avec les augmentations systématiques des consultations , les dépassement d’honoraires vertigineux qui ont affaibli le système mutualiste mutualiste , c’est à dire solidaire ….Sans parler des bénéfices des labos pharmaceutiques , toujours en hausse , ou ceux des entreprises pétrolières et de la pétrochimie …

    Non, il y a eu trop de dérapages , de mensonges, de foutage de g…d’enfumage …pour penser un instant qu’un NS corrigerait sous un second mandat ce qu’il a fait pendant le premier …

    Donc Mr Guaino , représentez l’UMP aux présidentielles si ça vous tente mais ne nous racontez pas de sornettes . Nous en avons une indigestion chronique ….

    J’ai lu dans les commentaires les éternels tenants du « peak oil » , obsessionnels , ou écolos hostiles à la bagnole …

    Désolé , je ne partage pas du tout leur avis car il existe encore des gisements gigantesques de pétrole et nous ne parlerons de sa fin que dans environ 50 ans . En attendant vous justifiez en permanence les hausses de carburants injustifiées et les compagnies pétrolières comme Total , plus de dix milliards de bénéfices , avec son PDG dit big moustache , une des grandes fortunes de notre pays , vous remercient de les aider à faire toujours plus satisfaire leurs actionnaires , en leur fourguant en permanence des arguments , sur le dos des automobilistes qui n’ont pas le choix pour pouvoir bosser ….

    Vous feriez mieux de vous battre pour que des scandales comme BP dans le Golf du Mexique ne puissent se reproduire , autrement dit exiger la sécurité des extractions et celles du raffinage dans notre pays , clé de l’approvisionnement à l’abri de la raréfaction spéculative .

    Une dernière chose : le capitalisme est la proie d’une foultitude de groupes de pression qui expliquent sans doute pourquoi un BO n’a pas réussi à imposer davantage ses réformes nécessaires . Heureusement nous ne sommes pas aux USA , avec les tea party hystériques , et les fondamentalistes républicains ,mais les lobbys libéraux bruxellois sont puissants et terriblement efficaces .

    Il paraît d’ailleurs qu’être lobbyste est un métier : ça me laisse rêveur . A cette aune escroc aussi .

    Mais faire de la politique ce n’est pas se mettre au service de quelques groupes particuliers : c’est tenir compte de l’intérêt général , en particulier des plus démunis et des moins favorisés qui ne partagent pas forcément les valeurs mercantiles et matérialistes des élites .

    Cdt.
    Bs.

    • Amsterdamois

      Vous méconnaissez complètement ce qu’implique la notion de pic de production et devriez un peu vous renseigner avant d’énoncer une telle naïveté.

      Les peak-oilistes et autres peak-oliens ne disent pas que les réserves de pétroles seront épuisées demain matin, mais que la production mondiale a atteint un pic géologiquement indépassable; que celle-ci, après un plateau, ne pourra que baisser, tandis que la demande mondiale, elle, ne fait que croître, à peine ralentie par les crises économiques [on continue de rouler, l'agriculture continue d'employer engrais et pesticides, etc etc etc], avec toutes les conséquences prévisibles.

      Toutes chose qui, par ailleurs, n’empêchent pas l’existence en parallèle de processus spéculatifs sur le pétrole. Mais il n’est pire sourd que l’automobiliste qui veut qu’on le laisse rouler comme il l’a toujours fait… Même, par exemple, en nationalisant les pétroliers et en exigeant qu’ils baissent leurs marges, on se heurtera quand même au mur de la réalité.

  40. Paul,
    Vous dites « je suis arrivé à placer quelque chose (vite fait !) à 5 heures du matin. »
    Et bien, je vous dirais qu’il faudrait changer vos heures de sommeil.
    Peut-être aussi regarder ce qu’on dit ailleurs.
    Vous n’avez pas vu manifestement l’émission tardive de France2 de hier soir:
    Oui, il y a eu Envoyé spécial et la crise, mais il y a eu aussi « Complément d’enquête » qui montrait comment on peut se faire du pognon en suivant les erreurs des autres. Le mot « erreur » est le plus doux que j’ai pu trouver.
    Il faut se rappeler des règles du commerces: acheter quand les gens ne voient pas l’intérêt, acheter la rumeur et vendre quand les choses sont là.
    On parlait de la « fièvre de l’or » cette fois. « Votre or m’intéresse »? Un milliardaire en or qui a fait 3 fois fortune avec des coups de froid en faillite intermédiaire. La morale: Avec un peu de flair, il ne faut surtout pas suivre ce que tout le monde dit et fait. Il faut trouver la faille, le filon auquel personne ne pense.Cela ce n’est pas en vous écoutant mais en réfléchissant.
    La fortune sourit aux audacieux et pas aux suiveurs des « erreurs » des autres, mais en prédécesseurs.

    • La Tv c’est bien mais cela ne vous fait pas manger demain matin ,j’ai vu l’émission , d’abord il n’est pas en France ou tout est compliqué et les grandes affaires réservées, posez vous la question aussi de savoir si cet homme n’a pas un certain talent , allez demander trois sous à votre banquier si vous n’avez pas pas une surface financière suffisante à ses yeux, vous verrez . J’ai cru que vous alliez nous parler de Bernard Tapie, l’homme pour les gogos, c’est aussi une façon d’être opportuniste et dans les années 80 un exemple qui servait le discours du pouvoir ( tout le monde peut réussir , enfantin )
      . J’en conclus que vous allez faire fortune . Bonne chance

      • « La Tv c’est bien mais cela ne vous fait pas manger demain matin »
        Exact. Mais comme on dit il y a la nourriture spirituelle. Celle qui ne vous remplit pas l’estomac, mais les neurones.

        , »il n’est pas en France ou tout est compliqué et les grandes affaires réservées »
        Qu’est-ce qui vous empêche de foutre le camp comme on dit chez nous?
        La France, c’est foutu et c’est loin d’être le bout du monde. Je ne suis pas Français. Si cela n’avait pas marché en début de carrière, croyez-vous que je serais rester une minute de plus dans mon petit pays?

        « Bernard Tapie, c’est aussi une façon d’être opportuniste. »
        J’en parlais justement dans mon dernier billet de l’opportuniste de Jacques Dutronc.
        Bernard Tapie a eu plusieurs vies. Je crois qu’avec la durée de vie qui allonge, il faudra y penser.
        Refaire plusieurs fois sa vie. Passer du numérique à l’art en transitant pas toute une gamme de métiers.

        « J’en conclus que vous allez faire fortune  »
        Désolé, le « allez faire » est dépassé. Je suis retraité. J’ai appliqué quelques théories bien apprises.
        Je n’ai connu que la phase « numérique » mais actuellement je suis en phase rentrante dans un autre domaine.
        Mais je vous souhaites « bonne chance » à mon tour.

  41. liervol

    http://fr.news.yahoo.com/gigantesque-panne-courant-dans-le-sud-la-californie-073949319.html

    Stratégie du choc, il ne faudrait pas à la veille du 11 septembre que les gens s’habituent à ne pas avoir peur

    • C’est le second effet Smart Grid, vous savez, les nouveaux compteurs électriques « intelligents ».
      En France, c’est en train d’arriver avec le compteur Linky d’ErDF par Courant Porteur de Ligne (CPL), conçu par Atos Origin dont le patron n’est autre que Yves Breton, ex ministre de l’industrie et ex PDG de France Telecom.
      Les retombées potentielles sont de 200 milliards de $.
      Les ennuis liés avec cette nouvelle technologie ne sont pas prêts de cesser à ne faire entendrent parler d’elle, de toutes ses dérives aux sujets de la liberté, de la santé et de l’impact économique et social négatif qu’elle va générer.

  42. Germanicus

    L’iniative d’Obama, aussi louable qu’elle soit, ne servira pas à grande chose, elle risque de conforter les Républicains.
    Le chômage est devenu une véritable menace à l’échelle mondiale; d’ailleurs « The Economist » voue un grand article à ce thème.
    Chômage de masse siginifie moins de recettes fiscales, moins de consommation courante, augmentation de la dette publique pour financer les coûts sociaux de la mondialisation économique et du changement technologique (robots et cétera).

    • Arnaud

      Germanicus êtes vous sur qu’ils ont dit tout ça dans « the Economist »?:
      Chômage de masse siginifie moins de recettes fiscales, moins de consommation courante, augmentation de la dette publique pour financer les coûts sociaux de la mondialisation économique et du changement technologique (robots et cétera).
      Pourtant on n’est jamais qu’en 2011…

  43. methode

    le discours de dakar,

    il serait intéressant (mais pas vraiment) de discuter sur le niveau des laboratoires congolais et chinois quand parallèlement :

    En 1869, le Suisse Friedrich Miescher isole une substance riche en phosphore dans le noyau des cellules, qu’il nomme nucléine (du latin nucleus, le noyau)

    En 1889, l’Allemand Richard Altmann sépare à partir de la nucléine, des protéines et une substance acide, l’acide nucléique.

    En 1896, l’Allemand Albrecht Kossel découvre dans l’acide nucléique les 4 bases azotées A, C, T, G.

    En 1928, Phoebus Levene et Jacobs (USA) identifient le désoxyribose. En 1935, on parle alors d’acide désoxyribonucléique.

    En 1944, l’américain Oswald Avery découvre que l’ADN est responsable de la transformation génétique des bactéries et que ce serait bien le support de l’hérédité3. Mais, certains scientifiques restent sceptiques et n’abandonnent pas l’idée que les protéines puissent porter l’information génétique. En 1952, l’expérience de Hershey et Chase invalide définitivement cette dernière hypothèse.

    mais encore,

    Le 17 septembre 2008, le président sénégalais, Abdoulaye Wade, prend la défense de Nicolas Sarkozy, selon lui « victime de son nègre ».

    et encore,

    On a beaucoup parlé des critiques, moins de ceux qui ont approuvé, comme le président de l’Afrique du Sud, M. Thabo Mbeki. On n’a pas parlé du livre si sérieux, si honnête d’André Julien Mbem, jeune philosophe originaire du Cameroun. Parlera-t-on du livre si savant à paraître bientôt à Abidjan de Pierre Franklin Tavares, philosophe spécialiste de Hegel, originaire du Cap-Vert ?

    L’éditorial du quotidien sénégalais Le Soleil du 9 avril dernier était intitulé : « Et si Sarkozy avait raison ? » Bara Diouf, grande figure du journalisme africain, qui fut l’ami de Cheikh Anta Diop (1923-1986, historien et anthropologue sénégalais), écrivait : « Le siècle qui frappe à notre porte exige notre entrée dans l’histoire contemporaine. »

    Raciste, Bara Diouf ou mauvais connaisseur de l’Afrique ?

    Toute l’Afrique n’a pas rejeté le discours de Dakar. Encore faut-il le lire avec un peu de bonne foi. On peut en discuter sans mépris, sans insultes. Est-ce trop demander ? Et si nous n’en sommes pas capables, à quoi ressemblera demain notre démocratie ?

    article paru dans l’édition du journal le monde du 27.07.08.

  44. Paul à la Coupole ce vendredi soir vers 19h ? Ou un sosie ?

  45. Papimam

    On continue à jouer la partie de Monopoly dans un train fantôme.
    SOS Sébastien, on cherche un vrai pilote et co-pilote sachant manipuler l’accélérateur et le frein sans glisser sur le verglas si possible.
    En attendant, l’orchestre continue à jouer les mêmes partitions avec les mêmes interprètes et le même chef d’orchestre et nous dansons.

  46. Jeff

    Si je vous comprends bien, la Belgique n’a toujours pas de gouvernement….

    Trêve de plaisanterie : je décide de me nommer Madame Soleil et je ne vois qu’une chose pour relancer la grosse Bertha consumériste : de bons gros attentats terroristes qui permettraient de relancer le marché de la guerre. Qu’en pensez-vous ? Je plaisante à peine, car à vous entendre on dirait que décidément les « carottes sont cuites  » et que certains vont sans doute le penser aussi. On dit que le futur candidat républicain est un peu fou de la gâchette et qu’il est très  » viril « . On voit le genre…

    Le duo Obama/ Guaino est étonnant. Je n’aurais jamais imaginer qu’après avoir eu le pouvoir pour ne pas vouloir s’en servir, les deux décident au moment où ils vont le perdre de penser enfin à l’utiliser. Mais n’est-ce pas ce qu’ils ont fait en vérité ? A moins que le pouvoir soit décidément ailleurs. Tout cela est vraiment dérisoire. On se demande lequel des deux, d’Obama ou de Guaino, le premier , « sortira de l’histoire  » …

© 2011 Blog de Paul Jorion · Connexion
Desk Space par Dirty Blue & Wordpress Traduction WordPress tuto
Implementation / Webmaster Camuxi.