PIQÛRE DE RAPPEL : Complots et thèse du complot

Mon billet à ce sujet, publié ici le 16 septembre 2007.

C’est la deuxième fois que je procède de cette manière : le commentaire à un de mes billets vient d’abord, et je rédige le blog ensuite. L’ordre est un peu inattendu mais les choses se passent de la manière suivante : l’un de mes lecteurs a une très forte envie de me communiquer quelque chose et il me le dit à travers un commentaire, sans rapport évident avec le billet qui se voit ainsi commenter.

Cette fois–ci, ce sont les conspirations, les complots. Comme vous le verrez peut–être (en temps utile) dans un commentaire, le complot en question touche à l’attentat du World Trade Center à New York, le 11 septembre 2001. Personnellement, et à l’heure qu’il est, je ne pense pas qu’il y ait eu dans cet événement davantage que ce qu’en dit sa version officielle : je ne pense pas qu’il existe un mystère ni quant à ses responsables ni quant à leurs motifs. D’une manière générale, pour que la thèse d’un complot me retienne, il faut d’abord que je me convainque de l’existence d’un mystère, autrement dit, que je découvre ou bien que l’on attire mon attention sur une anomalie. Or, dans ce cas–ci, la version officielle me semble, jusqu’à preuve du contraire, complète et cohérente.

Dans un cas parallèle, les premières photos d’un astronaute américain sur la lune, l’ami, convaincu lui de l’existence d’un complot, avait fait preuve de persévérance et m’avait persuadé de la présence d’une anomalie : le rapprochement de deux des photos prouvait que les ombres portées ne pouvaient pas être dues à une source lumineuse lointaine – comme le soleil – mais devaient être causées par une source proche – comme un projecteur dans un studio. Cela ne suffit pas à me faire croire que les Américains ne sont jamais allés dans la lune, simplement que les « premières photos » de leur alunissage sont truquées. Pour quel motif ? Je n’en sais rien : désir d’anticiper l’événement en ayant des photos « déjà prêtes » ? Faible qualité des vraies photos ? Autre pépin ?

L’assassinat de John Kennedy est une autre affaire : les anomalies abondent et donc le mystère vous est offert tout chaud, tout rôti. J’ai aimé en particulier « JFK », le film d’Oliver Stone et je continue de prêter l’oreille à tout nouvel élément d’information. Il y a une quinzaine de jours, quelqu’un que l’on présentait comme un spécialiste du tir isolé, expliquait à la radio que le recul d’un fusil tel celui censé ayant appartenu à Lee Harvey Oswald, oblige à un certain réajustement sur l’objectif entre chaque décharge, ce qui interdit un rythme aussi rapide que celui des balles qui furent effectivement tirées. Grande fut ma surprise quand le reporter révéla l’identité de ce nouveau témoin à charge dans la thèse du complot : nul autre que le Président de la république cubaine, ayant ainsi trouvé un moyen d’occuper sa longue convalescence !

Les vrais complots existent bien entendu : il arrive que des gens se réunissent en secret et décident d’agir ensemble et dans l’ombre. Toutefois la vulnérabilité de la thèse du complot, c’est que son économie fait d’elle une explication par défaut tentante dans tous les cas envisageables. En effet, si l’on ignore une partie importante de la manière dont quelque chose fonctionne, il est extrêmement pratique de remplacer le bout d’explication manquante par l’action supposée de quelques hommes ou femmes résolus. Il est même possible, dans les cas où l’on ne comprend absolument rien du tout, de produire comme explication globale la volonté de quelques personnages déterminés, voire même celle d’un seul. On parle dans le premier cas de religions « polythéistes » et de religions « monothéistes » dans le second.

Si la chose que l’on cherche à expliquer est néfaste et que l’on nourrit du ressentiment à l’égard d’un groupe particulier, il est très tentant, du point de vue de l’affect, de supposer à la place du mécanisme réel – qui peut être extrêmement complexe – la conspiration d’un certain nombre des tristes sires en question. Ainsi les maux qui affligeaient la République de Weimar avaient plusieurs origines et il était beaucoup plus économique de leur supposer comme cause unique un complot tramé par les Juifs. Dans la crise que traversent en ce moment les États–Unis, personne à ma connaissance n’a formellement accusé les Chinois mais la promptitude avec laquelle la presse locale rapporte tout incident relatif à de la nourriture pour chat contaminée ou à la peinture au plomb utilisée dans la confection de marionnettes, m’inquiète énormément pour la suite. Les lecteurs de mon livre savent que la Chine a effectivement une part de responsabilité dans la crise mais rien que l’on puisse véritablement lui reprocher : en achetant de vastes quantités de Mortgage–Backed Securities elle a contribué à maintenir des taux d’intérêt américains très bas, soutenant la consommation des ménages et alimentant ainsi indirectement la bulle immobilière.

On aura compris que j’accueille avec une très grande prudence toute explication en termes de complot. J’avais eu l’occasion de réfléchir à la question de manière approfondie à l’époque où j’étais chercheur en intelligence artificielle. J’avais développé dans le cadre du laboratoire d’IA des British Telecom un logiciel intitulé ANELLA (Associative Network with Logical and Learning Abilities). Celui–ci apprenait en posant des questions et en stockant en mémoire sous forme d’un graphe les mots constituant l’explication. Il pouvait ensuite les réutiliser et produisait – en suivant un gradient d’affect – des raisonnements ayant une tournure logique. Or, j’avais découvert un moyen très simple de faire souscrire ANELLA à la thèse du complot, il suffisait que le graphe que constituaient ses connaissances ne soit plus entièrement connecté, l’obligeant à se dédoubler en deux graphes autonomes sans passage possible de l’un à l’autre. Toute explication était donc nécessairement locale puisque confinée dans l’un des deux graphes. Le point d’entrée déterminait à partir duquel l’explication serait produite. Celle–ci était alors éventuellement à l’emporte–pièces parce qu’elles ignorait certains éléments d’information dont elle aurait eu besoin mais qui étaient stockés dans l’autre graphe. Du fait de la lobotomie que je lui imposais, ANELLA était forcé de réinventer la thèse du complot ! (*)

================================================
(*) Voir pour un exposé complet, Principes des systèmes intelligents (1990 ; à reparaître en octobre) pages 79 et 80, où je propose une explication en terme de graphes de la névrose et du rôle joué par la forclusion dans l’étiologie de la psychose chez Lacan.

Partager

156 réflexions au sujet de « PIQÛRE DE RAPPEL : Complots et thèse du complot »

  1. WTC:

    L’immeuble N°7…47 étages, inauguré en 1987.
    Effondrement inexpliqué à ce jour…Aucun impact d’aéronef…(des incendies à l’intérieur?)
    Même pas évoqué dans le rapport de la commission.

    Ça fait un sujet de réflexion, tout de même.

      1. Sciences et Vie de septembre 2011 répond point par point aux thèses complotistes quant à l’attentat du 22 septembre.

        Delphin

      2. @Delphin
        Je vous dis qu’il y a bel et bien complot. Preuve: dans aucun média de la planète entière – je vous en mets au défi, si vous trouvez je vous paye des prunes – VOUS NE TROUVEREZ LA MOINDRE TRACE, la moindre mention de « l’attentat du 22 septembre ». C’est pas du complot ça ??? ! ! !

      3. Faux ; le rapport a traité la question, ça a mis du temps, mais il a fini par rendre une version. Mais son explication est sujette à caution ; elle n’est pas au-delà de tout questionnement.

      4. delphin, sciences et vie ils n’ont pas la vérité infuse ! Les journalistes de sciences et vie ne sont pas plus scientifiques que les centaines d’experts rassemblés pour demander la réouverture d’une enquête officielle indépendante ! Et sciences et vie, ils vivent de quoi ? D’amour et d’indépendance économique ? Qui est le plus libre de sa parole entre ces deux catégories d’experts ? qui prend les positions les plus risquées ?

      5. Le NIST a fait une découverte scientifique (comme quoi le 9/11 a aussi profité à la science) :

        « un nouveau type d’effondrement progressif induit par le feu ».

        « c’est la première fois que l’on constate un effondrement causé par le feu »

        (ce qui est faux, c’est arrivé 3 fois et….le même jour au même endroit)

        Mais je laisse le patron du NIST nous expliquer, c’est vrai, c’est lui l’expert (source) :

        http://www.youtube.com/watch?v=gnvNt3Jtbdw (interview brute de Shyam SUNDER NIST WTC Lead Investigator)

        Je rapproche cette histoire avec le discours de Paul Jorion sur la finance et ses « experts »…c’est la même chose Messieurs Jorion et Alexandre..

      6. Je me demandais comment serait reçue ma référence à l’article de Sciences et Vie.

        On reconnait les adeptes du complotisme à ce qu’ils se jettent sur l’événement très médiatique comme la pauvreté sur le monde. Plus il est gros, plus acharnés ils sont.

        Une réserve est émise en quelqu’endroit qui soit et ils accourent immédiatement, montrant par là leur obsession.

        Ce qui caractérise principalement leur posture, c’est la certitude.

        L’événement pris pour cible à un moment donné, est finalement assez secondaire. Il est avant tout prétexte à exprimer leur rejet des formes d’organisation sociale .

        Complotisme et capitalisme primitif font souvent bon ménage.

        (A partir des complotistes ou conspirationnistes que j’ai pu rencontrer ou lire)

        —–

        Effectivement SC.et Vie n’a pas la vérité infuse.
        C’est, pour moi, un organe scientiste.
        Mais un organe scientiste cependant plutôt en recherche de rigueur.

        Les circonstances réelles ou imaginaires du World Trade Center me sont assez indifférentes.

        Il n’est pas besoin d’aller chercher le complot pour comprendre que Ben Laden fut une créature américaine et que cet épisode « tours jumelles » est un symptôme d’une longue histoire férocement trouble.

        Delphin

      7. @Delphin

        Ce qui caractérise principalement leur posture, c’est la certitude.

        Les circonstances réelles ou imaginaires du World Trade Center me sont assez indifférentes.

        Il n’est pas besoin d’aller chercher le complot pour comprendre que Ben Laden fut une créature américaine et que cet épisode « tours jumelles » est un symptôme d’une longue histoire férocement trouble.

        CQFD ?

      8. @Ion

        N’aviez vous pas remarqué que les plus virulents, les premiers à hurler avec les loups au négationnisme fachisant des pauvres abrutis qui doutent qu’un feu de mobilier de bureau puisse faire tomber symétriquement un building de 47 étages en 7 secondes, en général, ne savent strictement rien des FAITS ?

        Il y a aussi ceux qui passent des pages a expliquer que c’est à cause d’une enfance malheureuse dans la crasse et l’indigence intellectuelle que l’on ne croit pas possible de retrouver le passeport, parfaitement lisible, d’un pirate de l’air après le crash d’un avion sur une tour…sans jamais s’intéresser davantage aux FAITS….

        Que des perroquets…je suis d’accord avec certains commentaires, avec le temps….

        Une question aux anciens qui ont vécu l’assassinat de JFK…au bout de combien de temps les sceptiques ont-ils eu voix au chapitre ? Pas depuis le film d’Oliver Stone quand même ? si… ?

  2. Mais pourquoi donc revenir sur la notion de complot si on est convaincu d’avance que cela n’existe pas ou que c’est un fait mineur ?

    1. @Justin
      Jorion n’a jamais dit que « les complots » n’existent pas (il n’est pas débile, le Jorion, il connait lui aussi plus ou moins la nature humaine, comme nous tous). Il dit (avec raison) qu’il y a une différence entre « un complot » (= des gens se réunissent pour agir ensemble en cachette) et « LE complot » (= le monde est dirigé par un plan inouï, digne de l’intelligence et de la puissance perfide du Malin). LE complot c’est presque toujours du fantasme: pire, sous prétexte de se sentir victime (du complot) on finit immanquablement par nommer un bouc émissaire, qu’il faut abattre (= le prétendu comploteur). LE complot est la belle projection d’une paranoïa (légère ou forte – tout être humain est un peu paranoïaque, certains le sont un peu plus, et en psychologie des foules c’est contagieux). Les (plus petits) complots (= les dérives mafieuses, les associations de malfaiteurs, les coups-bas organisés) sont d’une nature moins importante (= moins « cosmique »): ils sont certes importants en tant qu’ils pourrissent fortement le vivre ensemble qui vise la justice (= les complots c’est souvent une forme de tricherie, au dépens de quelqu’un), mais ils ne sont pas l’épine dorsale théorique qui permet de comprendre la politique humaine, la baguette magique qui rend la complexité du réel claire comme de l’eau de roche (elle est toute pourrie cette eau là, les amis, attention, mauvaise source)

      En somme: si Jorion revient sur la notion de « complot », c’est qu’il pense à la fois (1) que c’est couillon de croire au Complot (pour les raisons dites et redites), et (2) qu’il y a malheureusement une tendance humaine innée (mais à corriger, comme la pulsion au meurtre ou la pulsion au viol, etc.) à céder à la facilité (= paresse mentale) consistant à donner son assentiment à une explication TRÈS simple (= le Complot) mais malheureusement simpliste (= les théories du complot, paranoïdes, expliquent tout et donc n’expliquent rien)

      1. Tout à fait.
        À part la paranoïa, qui est un accident personnel, les théories du complot se développent aussi sur fond de décadence et d’analphabétisme. À ce titre, le succès de ces théories en Occident n’est pas un signe de bonne santé de notre culture.
        D’un autre côté, la civilisation musulmane étant actuellement dans le doute et la crispation – en opposition avec la confiance des périodes de paix et prospérité, de culture, voire de conquête, du passé, la rue arabe explique aujourd’hui volontiers l’histoire en termes complotistes. Comme le disait un de mes amis qui a vécu douze ans au Maroc, « ils ont tellement peu confiance en eux, qu’ils en peuvent pas croire qu’une poignée de musulmans aient été fichus de réussir la destruction des deux tours. »

        Cela dit, contrairement à l’affirmation de Julien, l’explication officielle de l’effondrement du troisième immeuble reste assez acrobatique. C’est surtout par le silence qu’il y est répondu dans la plupart des récits. Je ne compte pas le nombre de gens passablement bien informés qui ont oublié la fin de la troisième tour!

      2. G. Leboutte :

        À ce titre, le succès de ces théories en Occident n’est pas un signe de bonne santé de notre culture.

        Encore une affirmation à l’emporte-pièce. Auriez-vous oublié le tabac qu’a fait, au moyen-orient, l’imposture de Meyssan ?

      3. Je pense qu’il y a complot et complot…Mettre sur le même pied une farce supposée (l’alunissage) et un crime monstrueux aux multiples conséquences guerrières internationales (le 11 septembre) relève effectivement de la paresse intellectuelle…

        Concernant le 11 septembre il me paraît légitime de questionner la version officielle dans la mesure où cette version influence plus ou moins consciemment les relations que tout un chacun entretient quotidiennement avec le monde arabo-musulman et les immigrés en général…Comparativement la remise en question de l’alunissage est sans intérêt sauf pour ceux qui n’ont rien d’autre à faire et l’assassinat de JFK est une affaire interne aux USA qui peut avoir un intérêt historique (en tant qu’événement fondateur de la théorie du complot ?).

      4. Voyons, Mor, critiquer un camp ou une thèse quelconque n’est pas donner un satisfecit à ses adversaires ou à la thèse contraire…

        Le succès de Meyssan chez nous montre que la boussole est un peu perdue par ici – et ce constat ne dit rien sur ce qui se passe ou ne se passe pas ailleurs…!

      5. Excusez-moi M. Leboutte, on me dit que j’écris trop, ce qui m’a mis d’excellente humeur mais oblige à faire court, alors je me contente de justifier rapidement la petite critique que je vous ai adressé.

        Il se trouve que la culture qui résiste le mieux au venin qu’elle distille est elle-même. Rien de surprenant, puisque la conspiranoïa c’est comme la variole, question d’anticorps. Donc la culture occidentale est plutôt en bonne santé et c’est ce qui est préoccupant car elle ne pense plus qu’à contaminer et dominer les autres.

        note : quand je parle de culture occidentale, je veux parler de la manifestation culturelle tangible, mesurable ( par les audimètres, par exemple ) de l’occident. Je comprendrai parfaitement que l’on ne veuille même pas imaginer que ce machin puisse être considéré comme tel.

  3. Sur le même sujet, un article récent de F. Lordon sur son blog dont j’ai retenu deux extraits:
    « Le conspirationnisme n’est pas la psychopathologie de quelques égarés, il est le symptôme nécessaire de la dépossession politique et de la confiscation du débat public. « 
    et
    « […] la finance de marché est par construction, par essence, le monde du déchaînement des passions cupides, de l’échec de la rationalité et du chaos cognitif. »

      1. Petits arrangements entre amis qui n’ont, semble t-il, pas été préjudiciables pour le portefeuille de la population…

    1. J’y vais de ma petite citation aussi :
      « dans le monde d’ultra communication manipulée, ou les peuples sont gouvernés et orientés par des mensonges d’une poignée d’individus qui ne servent que leurs propres intérêts, la paranoïa ne serait-elle pas l’instrument de survie moderne ? »
      Maxime Chattam

      1. Maxime Chattam c’est bien ce savant anthropologue ,sociologue specialiste du comportement de l individu shizophrene en société , aux romans délicieusement surranés remplis de propos mesurés cartésiens et d une exquise urbanité existentielle????
        Quand on cite un vendeur de patates en le faisant passer pour un philosophe de la pensée cartésienne , on espere pas etre prise au sérieux tout de même?
        Si?

      2. @zizifridolin

        tu nous ferais pas un peu de racisme de caste , les elites intellectuelles d’un coté , le peuple de l’autre , bouh le mechant !!!

    2. « Il suffirait de presque rien »… Pour que la phrase de F. Lordon citée soit dépourvue d’ambiguïté :

      « Le conspirationnisme n’est pas que la psychopathologie de quelques égarés, il est aussi le symptôme nécessaire de la dépossession politique et de la confiscation du débat public. «

      Delphin

      1. Et non, les précisions que vous suggérez ne sont pas indispensables car si le conspirationnisme n’était que le fait de qqs égarés alors il ne constituerait pas un phénomène social digne d’une telle levée de boucliers ! Donc non seulement ces précisions sont superflues mais elles seraient le fait d’une incohérence logique basique assez surprenante de la part de M. Lordon.

        Sinon, il s’en faut de bcp pour que la thèse officielle sur 0911 soit dépourvue d’ambiguïtés !

      2. A antiphène,

        Ma rectification (« il suffirait de presque rien ») était à prendre au 2è degré.
        Qui peut dire ce qu’a réellement pensé l’auteur d’un écrit ?

        Je cherchais à tirer cette phrase à moi pour exprimer :
        – Qu’il y a effectivement des conspirationnistes, dont la prose exprime d’abord leurs problèmes personnels.
        – Qu’ils rencondrent l’adhésion d’une frange importante de population, d’autant plus que cette dernière se sent mésinformée, désinformée ou qu’elle a perdu toute confiance en ses dominants.
        —-
        Citation antiphène :  » si le conspirationnisme n’était que le fait de qqs égarés alors il ne constituerait pas un phénomène social digne d’une telle levée de boucliers !

        Ce qui fait la levée de boucliers, c’est d’abors l’importance du sujet (Roger Garaudy, négationniste un peu seul heureusement).

        Delphin

    3. « Le conspirationnisme n’est pas la psychopathologie de quelques égarés, il est le symptôme nécessaire de la dépossession politique et de la confiscation du débat public. »
      « Symptôme nécessaire » le conspirationnisme ? Doit-on comprendre que tout ce qui favorise son émergence doit être soutenu par « nécessité démocratique » ou bien qu’il est nécessaire aux « confiscateurs du débat public et autres dépossesseurs politiques » ?
      Je penche nettement pour la seconde option si cette curieuse alternative a quelque validité (au même titre que cette étrange « nécessité symptomatique » lordonnienne).
      Question : Lordon et le lordonisme commun constituent-ils un symptôme nécessaire ?

      1. Vigneron, c vous je suppose qui avez mis un petit commentaire sur le site de Lordon invitant à commenter Julien Alexandre …

      2. Ça m’étonnerait fort après ce que Vigneron a pu dire de Lordon qu’il se soit fendu de ces commentaires sur ce ton là, et avec cette écriture et ses fautes grossières qui ne lui ressemblent pas… mais on peut se tromper.

      3. @ Antiphene

        Julien, comment pouvez-vous en être aussi sûr ?

        C’est pas compliqué : notre Vigneron écrit français (et très bien pour qui a l’habitude de le lire, même si on peut regretter qu’une fois sur deux ce soit pour assassiner un commentateur), le Vigneron qui se fait passer pour lui sur le blog à Lordon est un analphabète pas capable d’aligner deux phrases basiques sans fautes. CQFD

      4. Qui avance masqué Nicks ? Celui qui milite ou celui qui questionne ?
        Antipasta, j’suis même pas allé lire les posts du p’tit club des diplomates et y’a un bail long terme que les billets de Lordon ne m’apprennent plus rien et donc que je les squeeze tout comme. Y laisser une trace ? Non mais ça va bien ? Je me contente de le voir dépérir de loin notre expert vidangeur de pompes à merde phynanssière.
        Lordon est sec, archisec, plus que bile à extraire de ce hareng là, le seul gras qui reste est celui de sa prose, saindoux rance cuit et recuit; « tellement français » me direz-vous ? Sa limite oui et mauvais coton, sûr. S’rait pas l’premier dans la filière le Frédéric. Les premières frites sorties du bain sont les meilleures, lordoniennes ou pas, après c’est toujours bon, oui, pour les cochons diplomatiques, franco-français.
        Faudra y dire au bon Docteur Lordon qu’ça empeste d’plus en plus dans son labo d’baraque à frites, qu’c’est plus exportable, ce s’rait sympa.

      5. «Nécessaire»= qui ne peut pas ne pas être.
        Donc: un symptôme qui émerge nécessairement (c.à.d. inévitablement) de la dépossession politique et de la confiscation du débat public.

      6. @Vigneron

        L’outrance habituelle de vos propos ne suffit pas à vous disculper et si ce n’est pas vous là-bas, malgré l’utilisation de vos propres mots de ce matin (il n’est certes pas difficile d’usurper une identité en faisant un copier-coller), le masque aura servi bien souvent ailleurs et ici-même bien entendu. Je sais pertinemment que vous aimez aller fureter en quête d’un je ne sais quoi qui pourrait pallier la vide verdeur de vos propos, alors vos dénégations charretières, vous pensez bien qu’elles ne vont pas me convaincre de votre bonne foi, pour l’ensemble de votre oeuvre.

        Quant à mon militantisme, il a toujours été clair et sans détour. Chacun connaît le projet que j’essaie de faire progresser, c’est la nécessaire contrepartie des interventions et des critiques que je peux faire ici. Une question d’éthique.

      7. Le permanent du PDG,

        ne suffit pas à vous disculper…
        si ce n’est pas vous là-bas, [c’est donc mon frère ?]
        …le masque aura servi bien souvent ailleurs et ici-même bien entendu.
        Je sais pertinemment [ pertinemment ? t’as des dossiers ? ] que vous aimez aller fureter…
        …vos dénégations (…) ne vont pas me convaincre de votre bonne foi, pour l’ensemble de votre oeuvre [jugement au « CV supposé » réécrit par tes arpettes, excellent ça].

        C’est quoi ces mots là ? Ce torchon de PV, d’acte accusatoire ? Tu te relis ? C’est quoi ça ? Bordel de dieu, ça commence à bien faire là ! De quoi tu me causes le petit militant mélanchiste là ? Pour qui tu te prends ? De quoi tu m’accuses en vrac et en dépit du bon sens petit procureur ultra-droitiste (oui mon gars et je pèse mes mots toi comme ton maître c’est même tonneau que l’ultradroite pour moi) ? Tu te prends pour qui là oh ? T’es au Pouvoir avec ton poivrot de timonier à nez rouge ou quoi ? T’es debout vociférant déjà à la Cour ? Tu t’y vois déjà en Fouquier Tinville de basses eaux hein ? Non mais tu t’es vu ? Vous vous êtes vus ? Vous vous entendez ? Tu t’entends ? Tu touches terre là, ici et maintenant ? Tu, vous, croyez vraiment réunir à nouveau plus de 10% de soutien populaire avec cette arrogance et ces menaces incessantes ?
        Je commence vraiment à en avoir plein le cul de devoir supporter ces moulins à prières insipides doublés de machines à montrer du doigt, à suspecter, à salir, à clouer au pilori, à requérir, à condamner sur rien, à fabriquer de l’ennemi de classe à tour de bras, à divaguer, délirer, avec un vouvoiement de fonctionnaire modèle.
        Je le connais le danger, pas l’ennemi, non, le danger, la sortie par le bas quoi, t’en es un porte-voix et portefaix de première. Un visage hideux mon Proc de broc, tu sais c’que c’est ? Regarde toi, regarde ton maître, qu’est-ce que tu vois ? Tu vois ce que j’ai mis en quote de toi juste au-dessus, juste ça. De l’ignominie. Et un visage hideux. Hi-deux.
        Ps : ah ouais, j’suis allé faire un tour sur ton blog et j’invite chacun à faire de même, pas dur à trouver, s’il existe encore. Édifiant.
        Mais j’fais pas un rapport d’police bidon de ton petit cas, non non, juste me faire une toute petite idée de ce tout petit personnage de ce tout petit engagement de cette toute petite histoire de ce tout petit roman triste à pleurer à faire dans mes vieux jours, dans la cellule où tu m’auras envoyé croupir, que je puisse y rire.
        M’fais trop marrer l’coup du diplo… j’viens de lui répondre au zozorpateur de faction (sans doute ce pauvre L’enfoiré), ben obligé. Mais c’est pas grave ça mon p’tit Nicks, toi par contre t’es grave, et sérieux peuchère ! pauvre type et néanmoins dangereux quoi, p’tit cumulard va. Au moins parle pas d’éthique please, tu sais jamais de quoi ni surtout de qui tu causes ok, mais d’éthique, non, vraiment, abstiens toi.

      8. Oui oui Manolo c’est bien cette acception (seconde, philosophique) dont Lordon fait très probablement usage ici. Mais l’ambiguïté aurait été évitée avec « inévitable », moins ambivalent. Un mal nécessaire peut être inévitable ou indispensable, n’est-ce pas ?
        Je me souviens de l’article ant-conspi de Cockburn repris en 2006 sur le diplo. Quel effet « nécessaire » de l’article pour le diplo ? Vague de protestations et de désabonnements des conspis « partenaires de route ».
        Cockburn est mort le mois dernier. C’est Lordon qui s’y colle… 6 ans après…
        http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article786#nb3
        PS : ça veut dire quoi « Vous envoyez vos commentaires trop rapidement. Prenez votre temps. » ?

      9. @Vigneron

        Je crois que j’ai touché juste, votre réaction en témoigne.

        Vous n’êtes pas obligé de me supporter, vous pouvez faire à nouveau semblant de claquer la porte. Vos méthodes sont celles, comme je l’avais déjà dit lors de votre mesquine tentative de dévier vers la question personnelle plutôt qu’argumentaire, des adversaires parmi les plus fanatiques du système que je connaisse sur la toile. Ca ne m’étonne pas.

        Votre dernier message est éclairant à plus d’un titre et me permets de rebondir sur la question de savoir qui est masqué, étant entendu que vous seriez celui qui questionne et qui donc essaie d’éclairer. Mais vous ne questionnez pas, vous karcherisez avec tellement peu de subtilité qu’il n’est pas difficile de deviner pour quoi vous roulez réellement. A noter que votre tonalité, exceptée la langue chargée, n’aurait pas juré dans un tribunal d’inquisition, alors à Fouquier Tinville, Fouquier Tinville et demi mon non cher Vigneron.

        Je passe rapidement sur ma prétention qui fait tout de même assez pâle figure avec la vôtre et qui a sans doute, par mégarde du en froisser la susceptibilité, le coq n’aimant que moyennement qu’on vienne l’embêter sur son tas de références wiki quand il ne s’agit pas de la finance (ah tiens…).

        Je ne dis rien non plus sur votre classification qui me pose donc à l’extrême-droite, c’est classique chez les néolibéraux. Vous auriez pu aussi dire antisémite et raciste, ça fait toujours son petit effet.

        Désolé de vous bousculer, vous n’étiez sans doute pas habitué à ce qu’on vous tienne tête. Vous vous y ferez.

      10. Des faits monsieur le proc de caniveau, des faits :
        http://blog.mondediplo.net/2012-08-24-Conspirationnisme-la-paille-et-la-poutre#forum109202x
        Où il est ton « Vigneron » dans les coms ? Éjecté. En bonne et due forme.
        Et si je me mettais à alléguer que monsieur le représentant officiel du PDG sur le BJ était en fait l’usurpateur de vigneron sur le blog à Lordon – ou son frère – et non L’enfoiré ?
        Pour le reste, les masques, l’arrogance, le parti-pris, mon ultralibéralisme et Cie, je laisse la communauté du blog juge des paroles et actes de chacun.
        Au fait, nous diras-tu un jour pour quel ministère tu larbines – entre deux héroïques contributions politiques sur tes forums favoris évidemment. Le mien on le connaît.

      11. Quant la calomnie prétend avoir vu juste…. Si Vigneron ment, c’est son problème. Mais quelle preuve avez-vous pour lui barbouiller la figure avec cette connerie ? À la fin, je vais finir par penser que c’est vous, qui avez monté le coup. On a toujours besoin d’un plus petit comploteur que soi.

      12. @ Nicks,

        Alors celle-là, dans le genre délire paranoïaque néocon, elle est splendide :

        « Mais j’fais pas un rapport d’police bidon de ton petit cas, non non, juste me faire une toute petite idée de ce tout petit personnage de ce tout petit engagement de cette toute petite histoire de ce tout petit roman triste à pleurer à faire dans mes vieux jours, dans la cellule où tu m’auras envoyé croupir, que je puisse y rire ».

        Je me suis cru un instant chez Quatremer… mdr

        Votre seule prison est mentale, Vigneron, vous l’avez édifiée tout seul comme un grand et fondée sur les délires de la finance spéculative. Alors que le roi est nu, le shadow banking system dévoilé et que l’on replâtre à grand frais de monnaie banque centrale les bilans des banques privées (il faudrait un papier par jour pour évoquer le « miracle allemand » de la Deutsche Bank et autre HRE) tout en imposant des thérapies de choc aux habitants des pays du Sud, vous choisissez de vous enfermez à nouveau dans des dogmes néolibs périmés. Je peux me tromper mais je pense que le message de Nicks est simple : bas les masques, affichez et assumez vos choix politiques néolibs !

      13. Magnifique La Vigne dans ce numéro de vierge effarouchée que j’intitulerai : « l’hôpital se fout de la charité et pas qu’un peu ». Continue comme ça, tu confines au sublime.

      14. @Mor

        C’est le commentaire de Diegolo qui m’a alerté. J’ai ensuite copié un troisième commentaire signé du pseudonyme Vigneron ici-même, mais qui n’a pas été accepté par la modération. Depuis les trois ont été effacé du blog de Lordon. Mais vous avez raison, c’est un épiphénomène qui témoignait juste des capacités de notre énergumène à remplir les ballasts quand ils se sent en danger. Il m’y a tellement habitué que si pour une fois, il a joué franc-jeu, je l’ai aligné pour l’ensemble de ses prestations.

        @Vigneron

        Renseignez vous si ça vous intéresse (catégorie B, 1500 euros par mois, locataire pas d’épargne). En ce qui me concerne, je me fous de savoir si vous êtes réellement viticulteur ou négociant ou les deux. En revanche, savoir de quel point de vue vous parlez, sachant les obus de 88 que vous tirez à peu près sans discernement sur tout ce qui se situe un peu en dehors de l’orthodoxie européiste mais en ayant l’air innocent de celui qui ne chasse que la contre-vérité (ben tiens) , je pense que ce serait assez honnête vis à vis des lecteurs du blog. Parce que tout de même, à part deux ou trois naïfs qui pensent qu’on ne fait pas de politique sur ce blog, tout le monde sait bien qu’on ne fait qu’en parler et Paul Jorion le premier. Bien entendu, je ne vous prends pas pour un naïf ni pour quelqu’un de totalement stupide. Alors à d’autres !

      15. Ce sera mon dernier commentaire sur ce fil. La modération nous a déjà sermonné, à juste titre, sur nos empoignades. Je ne lui donnerai pas plus de travail pour cette fois-ci.

      16. Ouais Nicks ils les ont supprimés les nombreux posts de l’imposteur enfoiré, tardivement et à ma demande, juste parce qu’ils avaient pas le choix et surtout les moyens de vérifier que mon évocation incidente de l’art 226-4-1 du code pénal avait quelques fondements.
        « L’effet Nicks » en retour ici-même faisant partie des conséquences directes, i.e des dommages éventuels pour moi. Merci à Julien et schizosophie pour leur confiance et leur alerte.
        Je joue pas monsieur Nicks là.
        Ps : ok tu gagnes deux fois c’que je perds par mois, mais on attend toujours le nom de ton ministre de tutelle. Vails peut-être ? Ok, dis rien, on va dire que c’est ça et que tu as le devoir de n’en dire mot.

      17. @ Oysterhead

        Vous voyez vigneron néolibéral !?!?
        Moi je le vois plutôt anarchiste-justement-révolté, assez humaniste de surcroit, qui critique tout parce que tout est criticable, de sorte qu’il me plait de lui dire : Aller, Fontaine : Je veux bien boire encore de ton vin !

      18. Merci double écot, mais franchement perds pas ton temps à répondre. Laisse tomber et écoute plutôt le joli bruit mou qu’ça fait à l’arrivée, une huître décoquillée qui passe par voie des airs du 110ème à ground zero sans parachute ( j’te l’refais, vitesse normale : « Schplofflop »).

      19. « anarchiste-justement-révolté »

        D’ailleurs, il lit Libé. Voire peut-être même Marianne. Si c’est pas une preuve ça…

        Allez, vigneron, je te taquine. T’es mon social-dem préféré.

      20. Vigneron, pourquoi diable un quidam aurait-il voulu usurper votre identité ? A quelle fin ? Les messages incriminés n’avaient en soi rien de coupables !

        Pour ce qui est de l’expression « symptôme nécessaire » , je crois que vous négligez la subtilité de la nuance. Inévitable et indispensable ne rendent pas compte de ce que Lordon a possiblement voulu dire connaissant sa la logique structuraliste de son approche ! Selon moi, dans le cadre de son analyse du contexte politique conduisant au constat de

        « la dépossession politique et de la confiscation du débat public »

        , il est attendu, logiquement, qu’une manifestation de ce genre advienne, et ceci afin que l’histoire politique de la société en question puisse suivre son cours logiquement dans la perspective à dominante structuraliste qui est la sienne. Comme le diagnostique médical d’un symptôme permet de passer à l’étape suivante qui est celle du traitement, de l’application d’une réponse thérapique.

        Aussi, vue sous cet angle, votre interprétation qui souligne le caractère inévitable met l’accent sur l’aspect « inempêchable », « incontournable », tandis que l’épithète « indispensable » revêt une connotation utilitaire sans pour cela suggérer une dimension philosophique, relevant presque de l’ontologie propre au corps que constitue le peuple en démocratie lorsque celui-ci est ainsi bafoué.

        Disons que nécessaire à lui seul englobe les acceptions évoquées par chacun des termes que vous proposez en remplacement, avec une force conceptuelle beaucoup plus forte car relavant du champ de la « nécessité ». Champ dont vous conviendrez peut-être Vigneron qu’en philosophie il a plus de puissance signifiante que ses acolytes de « l’inévitabilité » ou de « l’indispensable » ! Et il est probable que le choix de cet adjectif par l’auteur relève davantage de l’intuition poético-philosophique que d’une décision ponctuant une démarche 100% discursive !

      21. A écodouble,

        Vigneron « anarcho-humaniste », mais également américano-béat, shadow-banking-ophile, et service public-ophobe (pas le temps de retrouver mes conversations avec notre vignette emportée sur le service public du logement, la marchéisation de la dette publique (et son double la reflation des bilans bancaires leviérisés par les banques centrales) ou encore sur les vices profonds de l’épargne populaire) …. Excusez-moi écodouble mais dans le jargon politico-ostréicole, cela s’appelle une taxinomie idéologique qui fait « Schplofflop »…

      22. Vigneron, pourquoi diable un quidam aurait-il voulu usurper votre identité ? A quelle fin ? Les messages incriminés n’avaient en soi rien de coupables !

        Difficile de déterminer qui et pourquoi charpentent un complot!
        A moins que… ce ne soit une séance de théorie par la pratique, une mascarade jorionesque avec complicités multiples. Magritte lui-même n’aurait pas mieux pipé les dés…

  4. M. JORION, je n’aurais pas construit ainsi l’exposé à votre place.
    J’aurais commencé par une analogie avec les rumeurs dont la théorie des complots emprunte le modèle de diffusion ; j’aurais ensuite utilisé votre travail sur ANELLA pour mettre à jour la spécificité de la théorie du complot. A la fin de ma construction j’aurais fait apparaître des exemples.

    J’aurais évité les jugements non pas que je ne les apprécie pas, mais parce qu’avec ce phénomène il me paraît souhaitable de produire un exposé qui en comporte aussi peu que possible afin que le lecteur se concentre sur les points analytiques plutôt que risquer de se perdre dans des jugements qui trouveront toujours matière à produire des raisonnements cohérents pour se justifier (rhétorique). Pour vous citer dans « Crise financière et logique de la prédisposition », que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire : « Vous savez qu’en science on s’efforce d’éliminer la part de la subjectivité, pour aller vers un idéal d’objectivité. »

    Sur Stirner, vous faites l’erreur d’inférer de la pensée de Stirner une idéologie qu’il n’a pas appelé de ses voeux. En revanche, sans faire appel à une explication extérieure, vous pouvez trouver dans l’histoire successive des migrants européens fuyant les persécutions dont ils étaient victimes dans leur pays d’origine une méfiance envers l’Etat qui fasse l’économie de Stirner (rasoir d’Ockham).

  5. Où l’on voit que la thèse du complot, des complotistes et anti-complotistes agite les grands esprits…

    Personnellement, je prends le qualificatif « complotiste » comme insultant pour une intelligence minimale. Évidemment qu’il y a des complots puisqu’il y a des convergences objectives d’intérêt, mais on voudrait nous faire croire – je ne parle pas de Paul Jorion, dont la position est quand même nuancée – qu’il n’y a pas de complot, surtout de la part des autorités.

    S’il y a des gens qui ont intérêt à comploter, ce sont les puissants, ce sont eux qui le plus à gagner. Naturellement, il y a des complots, comme il y a un outil médiatique soumis à ceux qui ont intérêt à occulter leurs propres complots.

    Comment peut-on qualifier les délits d’initiés, comment peut-on appeler les clauses secrètes de traités, comment appellerait-on la « remise à zéro des compteurs » « coordonnée » par l’ensemble des dirigeants européens à l’insu du monde boursier, du grand public, reset qu’appelle d’ailleurs de ses vœux le responsable de ce blog ?..

    Sur l’article lui-même, je ne partage pas l’avis toujours anticyclonique a priori de Paul Jorion sur les USA, qui brillent dans ses rêves comme la lumière des étoiles mortes. La culture US m’a nourrit mais le gouvernement US a pourri l’existence du monde entier depuis trop longtemps, et particulièrement celle de Cuba…

    Et pas mal celle des victimes du 11 septembre. Elles sont encore des milliers à exiger depuis si longtemps un nouveau procès, avec des centaines de spécialistes des démolitions contrôlées, des explosifs ou autres.
    Oui, il y a eu des milliers de victimes, cela ne justifie-t-il pas qu’on tente de faire toute la lumière, même si on est convaincu d’avoir raison ?
    On a eu combien de procès pour Kennedy, alors qu’il n’y avait qu’une victime ?
    Alors qu’on fait des procès qui durent des années à des banquiers pour avoir expulsé sans justifications des familles de leur logement ou falsifié des titres de propriétés, ce, sans résultat. Les procès n’aboutissent à rien vu les bataillons d’avocats qu’ils s’offrent et les arguties juridiques qu’ils dénichent…

  6. Perso, je pars du principe que toutes les informations sont fausses.
    Qui peut savoir aujoud’hui si telle ou telle info n’est pas manipulée pour telle ou telle raison par telle ou telle personne ou groupe ?
    L’affaire merha, les attentats, le 11 septembre, les guerres ici ou ailleurs, les mouvements d’argent, les voyages sur la lune, les questions sur les vaccins et sur la médecine d’aujourd’hui, les bons et les méchants qu’on nous demande d’admirer ou de detester…..Qui peut savoir la vérité ?
    Alors pour le coup, c’est simple : je ne crois plus ce que l’on voudrait me faire ingurgiter ; je lis, je regarde plusieurs sources, je vais voir l’information alternative (laquelle, si elle ne détient pas la vérité non plus, permet au moins de se poser d’autres questions), et je me fais ma propre opinion.
    Et ça me va. Ce n’est alors qu’une perception de la réalité, je m’appuie sur mon instinct et ma propre compréhension du monde et je la laisse évoluer. Rien n’est plus fermé : ce que j’imagine être la réalité peut changer demain si un autre élément complète ma vision du sujet en question.
    Je ne vois pas comment on peut s’exprimer aujoud’hui en affirmant détenir la vérité, en sachant que personne n’a tous les éléments, surtout en ce qui concerne des sujets hautement…comment dire ? lucratifs….quand on parle de milliards d’euros, l’humain étant encore ce qu’il est, il ne me vient pas à l’idée que les médias expriment la vérité.
    J’écoutais pontifier un gas à la radio l’autre jour, qui savait tout sur le calendrier maya ! Merveilleux un homme qui sait tout. D’autres, qui disent le contraire de ce qu’il avançait, savent tout aussi. Chacun veut avoir raison.
    Un temps viendra ou ces hommes qui diffusent l’information se présenteront comme détenteur d’un certain savoir, diront qu’ils ont consacré tout leur temps à tel ou tel sujet mais qu’il ne peuvent bien évidement nous présenter qu’une perception de la vérité….
    En attendant ces temps futurs, lol, je fais cette correction toute seule. Personne ne sait rien sur rien, je ne peux donc avoir que ma propre opinion sur le sujet. Et ma foi, c’est déjà pas mal. Et ça m’évite de plus de transformer une discussion en pugilat, puisque je ne représente pas le savoir, juste une opinion éclairée par ce que je suis. Personne à convaincre.

    P.S. : pour moi, il y a bien eu complot en ce qui concerne le 11 septembre, lol. Je ne dis pas que c’est ainsi (comment le saurais-je ? Ou trouverais- je des preuves ? !) mais bien que c’est ainsi que je me représente la chose au vu de toutes les vidéos que j’ai pu regarder….
    En ce qui concerne l’économie, je dois avouer que j’hésite encore entre bêtise et complot. Combien d’info n’avons nous pas ?

    1. « Perso, je pars du principe que toutes les informations sont fausses ».

      et bien on en tiens une belle de complotiste !!
      Ca force le respect une parano pareille !!

      Je me demande ce que ca ressent quelqun qui vit a ce point en dehors de la réalité ,ca doit etre vachement flippant , mais bon tant que ca devient pas dangereux pour les autres.
      Mais doit t on laisser des enfants être élevés par de tels individus :c’est une vraie question !!!

      1. Zizi, j’aime beaucoup votre intelligence lumineuse et éclairée.
        Vous devez avoir des enfants qui vous ressemblent, lol….
        Merveilleux.

      2. Lisez quelques vrais livres…
        « Notre société est bâtie sur le secret, depuis les « sociétés écrans » qui mettent à l’abri de toute lumière les biens concentrés des possédants jusqu’au « secret défense » qui couvre aujourd’hui un immense domaine de pleine liberté extra-judiciaire de l’état…… »
        Commentaires sur la société du spectacle. G.Debord.

  7. L’histoire d’Anella est fascinante…

    Vous en avez fait un split-brain, ou une sorte de schizophrène, en coupant le corps calleux entre les deux hémisphères cérébrales, (par analogie).

    Cela pose la question du double…. de la veille et du rêve, de Möbius, etc.

    Dans un diapason, les deux branches interfèrent pour produire le « La », par vibration ; le risque de la schizophrénie serait plutôt que la détérioration ne produise que de la souffrance, – ou de la poésie.

    1. Dans Anella il y a deux branches au diapason. La branche analogique (représentée par le treillis de Galois?) et la branche catalogique, alias syllogique, (représentée par le P-graphe?). Si c’est bien le cas je ne vois pas comment les deux branches se mettent au diapason, cad comment on peut coupler l’intelligibilité par continuité et celle par contigüité.
      Que se passe-t-il dans une société comme la nôtre dans laquelle le raisonnement analogique est interdit (comparaison n’est pas raison)? Une telle société ne favorise-t-elle pas l’émergence de théories du complot?

      1. que se passe til dans une société comme la notre dans laquelle le raisonnement analogique est interdit?
        eh bien il se passe ce que nous pouvons observer aujourd’hui l’émergence de l’évidence qu’il a ou a eu erreur et que nous sommes dans une impasse que nous ne dépasserons qu’à condition de renverser les interdits.
        rien ne justifie l’interdit du raisonnement par analogie sauf l’idée centrale que le pouvoir doit être au centre et non en périphérie

    2. ben évident l’idée du diapason
      au lieu de se limiter aux effets de l’expérience dans chacune des branches( en forme d’impasse) il eut fallut regarder en dehors…

      1. @ Rahane
        Cette idée du couplage, du mariage, des raisonnements catalogiques et analogiques me travaille. Je viens de me rafraîchir la mémoire via Wikipédia: notre hémisphère cérébral gauche traite plutôt l’information de façon locale et séquentielle alors que le droit la traite plutôt de façon holiste et parallèle. J’ai par suite tendance à associer le raisonnement, classique, séquentiel (catalogique) à l’hémisphère gauche et le raisonnement analogique à l’hémisphère droit.
        À la suite de Thom* je suis convaincu qu’il y a de profondes analogies entre biologie et sociologie. Et je pose le diagnostic que notre civilisation post-galiléenne a lobotomisé son cerveau droit. Le réductionnisme scientifique a, au plan social, un prolongement naturel dans l’individualisme qui sert tous les pouvoirs grâce à l’inusable diviser pour régner. Y a-t-il, de la part des dirigeants de ce monde une volonté, voire une stratégie du complot, pour perpétuer cet état de fait?
        Dans mon petit domaine, les mathématiques, la géométrie (holiste et parallèle) a pratiquement totalement disparu des programmes de l’enseignement secondaire et des premiers cycles du supérieur au profit de l’algèbre (par essence séquentielle).
        L’analogie est ama l’un des moyens intellectuels permettant d’avoir accès à une vision globale des choses. De ce point de vue c’est exactement le type de moyens qu’aucun pouvoir politique actuel, de quelque bord qu’il soit, ne souhaite voir se développer dans la population.
        Notre société a décrété que notre hémisphère gauche avait droit au qualificatif de « dominant ». Je ne suis pas persuadé que ce choix soit judicieux. Le raisonnement séquentiel classique permet de hiérarchiser ce qui apparaît séparé. Le raisonnement analogique permet de réunir ce qui apparaît séparé. Pour penser une société stable il faut ama avoir à sa disposition les deux registres. Perso je préfère commencer par regarder ce qui rassemble, ie les analogies entre les individus qui composent la société, avant de regarder ce qui divise…

        *Thom: « les situations dynamiques qui régissent les phénomènes naturels sont fondamentalement les mêmes que ceux qui régissent l’évolution de l’homme et des sociétés. »

      2. @ Basic
        Si cette crise pouvait être une « amorce » pour tout bien « chambouler » dans notre boîte crânienne, bain on pourrait dire que l’on aurait pas tout perdu,… à vivre, soyons fous, dans une nouvelle « maison réenchantée » ceinte d’une nouvelle lumière au goût de miel… J’entends déjà les trompettes de La Renommée.

  8. L’hypothèse du « complot » dans ce cas me paraît effectivement de la paresse intellectuelle.

    Par contre donner en chèque en blanc à l’administration américaine me paraît aussi un peu naïf. Rappellons, pour ne donner qu’un exemple, celle-ci a soutenu que l’Irak possèdait des armes nucléaires, afin de démarrer une guerre… Le contraire a été prouvé par la suite.

    Pour moi, il y un écart entre la « représentation de la réalité du monde » que nous donnent les politiques et les médias et cette même réalité du monde (n’en serait-il pas de même en matière d’économie ?). Il est du rôle des journalistes, des historiens d’investigation de creuser, chercher, enquêter, approfondir, de démasquer toutes les déformations de la réalité que l’on nous donne, dans un esprit de doute scientifique ou d’enquête de police et au travers d’un débat contradictoire.

    Assurément ce travail critique n’a pas été fait pour le 11 septembre et c’est dommage pour un événement qui a largement conditionné le déroulement politique de la première décennie de notre siècle. J’ai vraiment l’impression aujourd’hui que le récit des événements que l’on nous a présentés a été mis en scène et ne correspond pas en tout point à la réalité. C’est ainsi que j’ai été stupéfait de n’apprendre qu’en 2007, et grâce aux réseaux internet, la chute du bâtiment 7, alors que j’avais été saturé et plus que saturé d’images de la chute des deux principales tours.

    Pourquoi les médias nous ont-ils présenté une vision si sélective -et si peu critique- des faits ? Le choc psychologique causé par l’événement peut en partie l’expliquer ainsi que l’incapacité à imaginer une autre explication des faits. Il importe en tout cas de ne pas accuser de « complotistes » tous ceux qui sincèrement s’interrogent et posent des questions…

  9. Plus surprenant encore : les décisionnaires comme Bachar El Assad, voient dans la révolte d’une partie du peuple….un complot. Habitués qu’ils sont à manipuler les ficelles, ils ne croient pas aux effets sans causes.
    Notre cerveau cherche à tout effet une cause et derrière cette cause ..une volonté car chaque acte conscient de notre part fait appel à notre volonté (désir, envie..). Donc par analogie (paresse intellectuel), nous cherchons une volonté derrière chaque phénomène. Il faut connaitre un minimum les avancées scientifiques pour donner sa juste place au hasard, qui, inclut dans les équations, et avec un temps d’itération suffisamment grand, permet d’expliquer en grande partie la complexité du monde.

    1. Cher ou chère Mikatypat

      Le hasard n’a rien à faire dans le débat, et en ce qui concerne le 11/9, personne ne cherche une volonté derrière le phénomène ( par « paresse intellectuelle ») car cette volonté est déjà trouvée : 19 terroristes plus ou moins affiliés à Bin Laden pour la version officielle, ou un coup monté par des « insiders » pour les « conspirationnistes »

      « En politique, rien n’arrive par hasard »
      Franklin Delanoe Roosevelt.

  10. Pas de complot ?

    Mais qu’est ce que c’est que ces réunions Draghi, Merkel, Monti, Rajoy, Hollande et consorts ?
    C’est juste pour prendre le thé ?

    Ah oui, en fait, ils ne savent même pas qu’ils complotent …

    1. @François78
      est-ce que tu penses que c’est eux (Draghi, Merkel, Monti, Rajoy, Hollande et consorts) qui ont créé volontairement la crise (suite à un savant et perfide calcul) et qui la manipulent lors de leurs réunions athéinées??

  11. Plus simple que la théorie du complot : l’intervention divine. Une anecdote

    Un jour j’ai demandé à un citoyen des Etats-Unis pourquoi son pays était le plus riche du monde ? Il a répondu en une phrase que sans doute Paul Jorion qui a vécu aux Etats-Unis a souvent entendue : »Dieu bénit l’Amérique »!

    Donc Dieu est intervenu en faveur de l’Amérique ! Et pour remercier Dieu les américains ont écrit sur tous leurs billets de banque :

    IN GOD WE TRUST

    Et la crise financière ? C’est sans doute Dieu qui est en train de changer d’avis ?

    1. IN GOD WE TRUST

      Pour la petite histoire, il y a eu faute de frappe lors de l’impression, originellement il devait être écrit :  » IN GOLD WE TRUST » :-p

    2. Non non, en vertu du méchanisme psychique de réduction des dissonances cognitives, plutôt qu’un Dieu qui change de peuple élu, on aura au choix, et en fonction des sensibilités :

      – le châtiment divin en raison de la décadence des moeurs de l’Amérique…
      [Suffira de zigouiller tous les déviants, et tout ira mieux.]

      – le complot sino-islamico-maçonico-communisto-bidulo-machino…
      [Suffira de zigouiller tous les ennemis, et tout ira mieux.]

      1. Complot :

        Il est même possible, dans les cas où l’on ne comprend absolument rien du tout, de produire comme explication globale la volonté de quelques personnages déterminés, voire même celle d’un seul. On parle dans le premier cas de religions « polythéistes » et de religions « monothéistes » dans le second.

        Hihihihihi…

      2. Le châtiment divin fait déjà recette…c’est le fond de commerce de toutes les sectes apocalyptiques mais elles ne disent pas qu’il faut zigouiller les déviants car Dieu lui-même s’en chargera…(car il est infiniment bon ! Nous voila rassuré !)

  12. C’est ainsi que j’ai été stupéfait de n’apprendre qu’en 2007, et grâce aux réseaux internet, la chute du bâtiment 7, alors que j’avais été saturé et plus que saturé d’images de la chute des deux principales tours.

    Ah, vous aussi…
    Mais, puisque le rapport du NIST vous l’a très bien expliqué…
    Comment…il est sorti en 2008, ce rapport? Ah, bon…

    Il importe en tout cas de ne pas accuser de « complotistes » tous ceux qui sincèrement s’interrogent et posent des questions…

    Je plussoie…

    1. Il est clair que nous sommes en droit de nous poser des questions.
      Le jour de la mort de Niel Amstrong, on peut se poser la question de savoir comment il a été protégé des rayons cosmiques quand il a posé le pied sur la lune.
      D’abord, jusqu’où va la protection magnétique terrestre quand on fait un tel voyage?
      Tous les scientifiques s’accordent à dire que sans blouclier magnétique, il n’y aurait pas de vie sur terre, quid de quand il s’inverse et que pendant un labs de temps il n’existe plus?
      http://www2.cnrs.fr/presse/journal/3747.htm
      Alors aller sur la lune avec un vaisseau ultraléger, des combinaisons elles aussi très légères dépourvues de protection de plomb ne me parraissent pas à première vue une protection suffisante.
      http://www.dailymotion.com/video/xcvi0s_alunissage-interrogeons-nous-1-sur_webcam

      1. Il y a eu récemment de vulgarisation un article de Sciences et Vie sur le thème « Pourquoi ne retourne t on pas sur la lune ? », une des hypothèses formulées par cet éminent périodique est que les américains auraient perdu les plans de la fusée Saturne 5 ! Si Sciences et vie l’affirme cela doit être vrai !

      2. >Justin

        Énormément de savoirs-faire ont été perdu depuis la création des Saturn V. Par exemple, les moteurs de ces fusées étaient les plus gros au monde et ils connaissaient pas mal d’instabilités hydrodynamiques qui entravaient leur fonctionnement. Les ingénieurs avaient trouvé toutes une série d’astuces empiriques permettant de les minimiser. Rien de tout cela n’a été archivé: cela a disparu avec la mise à la retraite puis à la mort des ingénieurs, des techniciens et des ouvriers qui les avaient mises au point.

        On ne sait désormais pas refaire fonctionner ce type de moteur, et personne ne veut remettre de l’argent pour reprendre un cycle d’optimisation empirique.

        Un grand nombre de connaissance dans l’ingénierie de haut niveau repose sur des coup de mains que les ingénieurs apprennent à prendre en faisant les choses. Il faut casser beaucoup de la tôle pour maîtriser ses choses là.

        C’est pour cela qu’il ne suffit pas d’acheter sur étagère la technologie pour la maîtriser et innover. Et c’est pour cela qu’on ne sait plus refaire une Saturn V.

      3. @Blob

        Merci pour vos précisions. Il était difficile pour moi d’imaginer que la marche en avant du progrès s’accompagne de perte d’information, surtout dans un secteur aussi stratégique que l’ingéniérie spaciale, néanmoins vos arguments sont crédibles et je m’y range. Ce qui est remarquable c’est qu’actuellement la lune est vraiment hors d’atteinte !

  13. Ce qui me fascine , c’est la question de la naissance du complot : pourquoi une idée de complot naît dans un événement ?
    Il y a des tas d’événements graves , le crash du Concorde par exemple, où aucune idée de complot ne ressort , pourquoi alors il en existe sur d’autres situations ? Dans le cas du 11 sept par exemple … ?

    1. Vous vous trompez : chaque événement un tant soit peu médiatique et dont l’enchainement causal présente une once de complexité sera sujet à des théories du complot. Ce fut bien le cas du Concorde par exemple.

      1. T’façons les ricains ont toujours tout fait pour couper les ailes de notre merveilleux oiseau blanc supersonique et supergaulliste, alors les Gonesses… snif snif sob sob..

      2. Dans le cas du concorde, l’explication officielle est tout à fait convaincante et fait suite à une enquête scientifique sur base des restes. Dans le cas du 11 septembre toutes les principales pièces à convictions pouvant expliquer l’écroulement des tours jumelles (les poutrelles) ont été trop rapidement évacuées et vendues à l’étranger pour être fondues. Le rapport du NIST est purement théorique et de ce fait sujet à caution sachant les preuves matérielles sont détruites…C’est ce genre de « détail » qui alimente la théorie du complot

      3. Ne confondez pas théorie du complot et questionnement légitime qui si il était vérifié pourrait être interprété, en bout de piste, comme une conspiration. Ou non. Mais on ne peut pas s’interdire intellectuellement et moralement de poser certaines questions au motif qu’elles sont susceptibles de déboucher sur des conclusions de cette nature…

      4. Le Concorde, notre grand oiseau blanc bruyant et très polluant, que nos chauvins médias personnifièrent en le nommant Concorde, jusqu’à ce qu’il sécrase et redevienne alors bêtement le Concorde.

        De même nos réacteurs nucléaires s’appellent des tranches, jusqu’à Tchernobyl, où ils redeviennent réacteurs.

        Delphin

    2. Je pense que tout cela a à voir avec la manière, héritée de la l’évolution, dont nous évaluons les situations extraordinaires, là où les risques sont énormes. Nous évaluons ces situations par généralisation en organisant les premiers éléments d’information dans un système cohérent qui proportionne une possibilité de réponse immédiate avant de comprendre réellement de quoi il s’agit car cette compréhension surviendrait trop tard pour éviter le danger. Je pense que l’on retrouve ce mécanisme partout où l’être humain est en situation de précarité. Il serait peut-être intéressant d’essayer d’obtenir des données statistiques sur la relation entre l’insécurité ressentie et le développement des théories du complot.

      Quant à l’indice donné par Fidel, désolé mais c’est une connerie, du moins à mon avis. L’armée américaine a inventé un sport militaire, qu’ils appellent patrouille de tir ou un truc dans le genre, qui consiste à donner 2 minutes et demi à un groupe de feu pour parcourir 200 m, se coucher et vider toute la munition possible sur les cibles. Ce n’est pas du tir de précision, il y a juste besoin de toucher une cible pour que le point aille à la patrouille entière. À l’époque de Oswald, cet exercice se faisait évidemment avec des fusils à répétition manuelle et une cadence de trois tirs en 8 secondes n’est vraiment pas extraordinaire, la précision ne posant pas un problème selon les distances entre le tireur et JFK. Par contre, il y aurait peut-être une anomalie dans l’instant choisi pour ouvrir le feu. Un tireur entraîné, à mon avis, aurait eu tendance à ouvrir le feu quand l’objectif allait vers lui ( dans la rue avant de tourner et prendre Elm Street ) et non pas quand il se déplaçait parallèlement à sa position. Mais il faudrait vérifier qu’elle était réellement la vision qu’Oswald pouvait avoir sur cette rue, je ne suis pas un spécialiste de l’affaire.

  14. Si les arguments séduisants mais farfelus des conspirationnistes (Re-Open, truthers) sont facilement démontables, gare à ne pas verser à l’inverse une confiance aveugle aux thèses officielles…

    L’histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord.
    Napoléon Ier (1769-1821)

  15. « ANELLA » ?? HORS-SUJET :
    Je trouve ça drôle… On dirait le nom d’un cyclone !
    ( Les spécialistes ont commencé à donner des Noms de personnes aux ouragans dans le but de faciliter la communication entre eux et avec le public, pour les prévisions, surveillances et avertissements…)
    – ANELLA : est un Prénom rationnel par excellence. Il est doué d’un grand discernement, d’un esprit d’analyse pénétrant, parfois même poussé jusqu’à l’exagération. Il ne se laisse pas abuser par les apparences, mais en contrepartie, on voit apparaître un profond questionnement inquiet face à la peur de l’inconnu et face aux mystères de la vie.
    Depuis 1900, seuls 23 enfants ont été prénommés ANELLA. Le maximum a été atteint en 2006, avec 8 naissances. Ce prénom viendrait d’Afrique du nord, d’origine berbère; nom que l’on donne à la plante produisant l’henné. C’est une plante ramifiée, un mélange de feuilles simples de couleurs verte et blanche à quatres pétales, agencées en bouquets…
    (Les Hébreux ont été les premiers à l’avoir utilisé comme produit de beauté, quand les Égyptiens y avaient recours pour la momification).
    Encore aujourd’hui, les hommes décodent les messages véhiculés par les dessins du henné, posés sur la peau des femmes, pouvant représenter un appel à l’amour ou une invitation au plaisir.
    Que de messages et graphismes en perspective…

    1. ANELLA = Associative Network with Emergent Logical and Learning Abilities = Réseau Associatif à Capacités de Logique Émergente et d’Apprentissage. Donc RACLEA en français. Combien de filles (ou de garçons) ont-ils été appelés ainsi en 2006 ?

    2. J’aime bien cet(te) Anella berbère. J’y vois la structure de P-graphe dans le tronc, les branches et les feuilles et la structure de treillis de Galois dans les fleurs…
      Lien avec ce qu’écrit Thom pp. 148-150 de Paraboles et catastrophes?

  16. « Personnellement, et à l’heure qu’il est, je ne pense pas qu’il y ait eu dans cet événement davantage que ce qu’en dit sa version officielle : je ne pense pas qu’il existe un mystère ni quant à ses responsables ni quant à leurs motifs. D’une manière générale, pour que la thèse d’un complot me retienne, il faut d’abord que je me convainque de l’existence d’un mystère, autrement dit, que je découvre ou bien que l’on attire mon attention sur une anomalie. Or, dans ce cas–ci, la version officielle me semble, jusqu’à preuve du contraire, complète et cohérente. »

    La version officielle peut sembler complète et cohérente seulement dans la mesure ou on ne connait pas les données factuelles qui la contredisent ou l’invalident dans de nombreux aspects. Ces données factuelles ont été collectées, vérifiées et analysées avec la plus grande rigueur par de nombreux intervenants depuis plus d’une dizaine d’années. Ici je veux évoquer les témoins directs, les familles de victimes n’ayant jamais eu de réponses satisfaisantes des autorités à leurs questions, d’experts aéronautiques, de militaires, de membres des services de renseignements, de collectifs d’architectes, de spécialistes en démolition contrôlée, de pilotes (la liste n’est pas exhaustive). Je ne vais pas les relever ici, là n’est pas mon intention (Pour ceux qui désirent un point de départ, qu’ils commencent par s’intéresser au WTC7, la troisième tour à s’être effondrée). Certes on trouvera pléthore d’interprétations fantaisistes, de délires divers ou confusions découlant à la fois de la complexité et des niveaux multiples ou ces recherches ont été effectuées, et du caractère faillible de la raison chez certains. Mais si l’on prend le temps de se pencher sans préjugés sur cet évènement et de prendre connaissance des données sourcées et vérifiables, indubitables, on ne peut se satisfaire de la version officielle.

    Le problème majeur qui empêche beaucoup de faire cet effort est l’ostracisme dont sont victimes ceux qui émettent des doutes sur cette question particulière. Avant même de commencer à se renseigner sérieusement sur cette question, le fait de risquer cet anathème de « complotiste » ou d’ « adepte » de la théorie du complot » en décourage beaucoup d’aller plus loin. Vos arguments ne sont pas écoutés, les faits pourtant vérifiables que vous exposez plutôt que d’éveiller l’intérêt sont classés sans suite sans même que leur pertinence ne soit prise en compte: si vous émettez un doute, vous êtes un complotiste. Qu’importe la validité de ce que vous exposez. On vous prête des intentions et des opinions sans rapport avec vos dires, infâmantes. Vous êtes taxé d’antisémitisme, ou vous êtes frustré, ou vous souffrez d’antiaméricanisme primaire… etc.
    Il suffit de voir comme sont traités les sceptiques dans les médias pour se faire une idée de l’indigence avec laquelle vos doutes sont examinés… à ce sujet je ne peux que conseiller la vision des documentaire d’Arte, les « reportages » les plus explicites quant à cette façon de traiter ceux qui se posent des questions au sujet du 11 septembre. Edifiant.
    Soirée Théma « De quoi j’me mêle : Tous manipulés ? » sur Arte, mardi 13 avril 2004 et
    « Le grand complot » 2004
    « Les effroyables imposteurs » sur Arte 2009

    Il est donc excessivement difficile d’aborder sereinement la question des attentats du 11 septembre. Il est en soi très parlant qu’un sujet de cette importance ne puisse être débattu rationnellement. … mais je dois être complotiste sans doute.

    Quant à la commission d’enquête américaine:

    « Le budget initial que la Maison Blanche alloua à l’enquête ne fut que de 3 millions de dollars (Associated Press, 27/01/03), ce qui provoqua l’ire du leader de la majorité démocrate au Sénat : « c’est une blague ! » (P. Shenon, 2008, p.31). Le budget fut par la suite et tardivement porté à 14 millions de dollars après que des membres de la Commission et des familles de victimes se soient plaints publiquement (Washington post, 29/03/03 ; Wall Street Journal, 8/07/03). A titre de comparaison, les enquêtes sur les explosions des navettes Challenger (1986) et Columbia (2004) bénéficièrent d’un budget de 75 et 50 millions de dollars respectivement, et pas moins de 40 millions de dollars furent alloués à l’enquête sur l’affaire Clinton-Lewinsky. Quant au temps imparti pour mener l’enquête sur le 11 Septembre, la Maison Blanche voulait qu’il ne soit que de 12 mois. Il fut en définitive porté à 16 mois suite à un accord de compromis entre le Congrès et la Maison Blanche (Associated Press, 27/01/03 ; Wall Street Journal 8/07/03). Les manques d’argent et de temps sont autant d’obstacles qui ont conduit les président et vice-président Kean et Hamilton à affirmer dans leur livre Without Precedent que l’enquête fut « mise en place pour échouer » »

    1. + 1

      Mais si l’on prend le temps de se pencher sans préjugés sur cet évènement et de prendre connaissance des données sourcées et vérifiables, indubitables, on ne peut se satisfaire de la version officielle.

      Prendre le temps est indispensable pour se faire une opinion à peu près équilibrée, mais pour beaucoup de commentateurs il est plus logique de perdre son temps à pérorer sur les ressorts psychologiques des conspirationnistes

      1. @vigneron

        Que s’est-il passé d’important depuis la rédaction de l’article vers lequel vous nous dirigez ?

        Le rapport officiel du NIST sur le WTC 7 d’août 2008…le lien est plus haut. Ses conclusions diffèrent sensiblement de celle de C. Mole qui date de 2007 sur ce point.

    2. J’ai pris mon temps pour investiguer, regarder les documentaires et les contres-documentaires, parler avec les uns et les autres, et pourtant je crois bien que la « theorie » officielle est la bonne.

      Alors, on fait quoi ?

      Car par exemple, les specialistes de la demolition qui participent aux documentaires « a charge » ne sont pas tous les specialistes de la demolition, et d’autres furent interrogés dans les documentaires « a decharge » et ont donnés des avis contraires.

      La seule chose qui nous reste donc a faire face a cette dichotomie est de croire les specialistes qui sont du meme avis que nous….etrange renversement de la situation.

      PS: il est a mon sens non pertinent (je pese mes mots) de comparer l’enquete sur le 11 septembre (disons les conditions de l’ecroulement, car l’enquete sur les terroristes affilies fut faite separement) avec les enquetes techniques sur le Concorde/Navettes spaciales: si dans les deux derniers cas on cherche a investiguer un probleme technique non-evident avec en arriere plan l’idee d’empecher que cela ne se reproduise, le mechanisme qui amene des tours a s’effondrer suite a des collisions d’avions est moins mysterieux (meme si certes des incertitudes subsistent)

    3. J’ai souvenir d’une soirée consacrée au 11 septembre à Paris et animée par Philippe Val alors rédac-chef de Charlie hebdo à la « Maroquinerie » paris XX.

      La première partie de la soirée fut une causerie de Phillipe Val qui avait pour but de « présenter » l’ouvrage de O. Messian « Effroyable imposture » (ouvrage totalement inconnu pour moi à cette époque et encore à ce jour ).
      J’appris donc que ce Monsieur O. Messian était un obsédé du « protocole des sages… » qu’il était payé par l’Iran (cela est peut être vrai) et donc que tout ce qu’il pourrait dire ou écrire serait de fait invalidé.
      Dans le même temps, Cabu avait fait un dessin très drôle avec un beauf en « Proctologue des sages du Fion ».

      Pourquoi pas?
      Olivier Messian était peut être un obsédé du complot mondial juif et du coup lisais les événements de septembre 2011 avec un paire de lunettes déformantes.

      J’étais à cette époque convaincu que ben Laden était derrière les attentas.

      Dans une seconde partie , beaucoup plus courte de la soirée, la parole fut donnée à la salle.

      Un pilote d’Air France, ou en tout cas se présentant comme tel, mais pourquoi aurait-il menti, a émis quelques remarques d’ordre de technique aéronautique qui ne m’ont pas paru aberrantes.

      La réponse de P. Val fut extrêmement cassante voire méprisante envers ce spectateur qui s’était exprimé très courtoisement et sans vouloir monopoliser la parole.
      Ses argument furent balayés d’un revers par P. Val.

      P Val n’avait pas vraiment d’argument à opposer sauf celui d’autorité, ce qui est gênant.

      Depuis je suis très circonspect , je ne lis plus Charlie Hebdo, ni n’écoute FI (surtout quand on se remémore ce qu’il écrivait de NS avant sa nomination).

      Quant au doute sur le déroulement réel, sur ce qu’il y a en dessous de la surface des choses, les officiels américains eux-mêmes (Colin Powell à l’ONU avec son powerpoint) suffisent à ébranler la confiance de n’importe quel citoyen sensé.

      N’est pas un peu pareil sur ce blog?

  17. Un des complots les plus évidemment faux, evidemment intéressé et quand même toujours vivant, est celui de la main de l’ETA dans les attentats des quatre trains a Madrid en 2004. Depuis le début, toutes les polices et services de renseignement du monde savaient qu’il s’agissait d’Al Qaeda et à la fin les terroristes d’Al Qaeda se sont fait sauter avec les mêmes explosifs que les trains; mais comm cela justifiait la perte de pouvoir de la droite espagnole, du à ses mensonges sur la guerre d’Iraq, il y a encore des suiveurs du PP qui croient à cette théorie. C’est vrai qu’ils croient aussi à la virginité de Marie et l’immacul’ee conception de Jésus…

    Un autre « complotiste » souvent intelligent et très suivi en Espagne est Daniel Estulin, qui écrit sur le Club Bilderberg. Je trouve une partie de ses écrits assez bien documentée et il est évident que les élites se réunissent pour essayer d’influencer les évenements, mais quand quelqu’un considère que Henry Kissinger et Noam Chomsky conspirent ensemble pour les memes fins c’est a mourir de rire. Il me semble assez clair que les complotistes mettent dans le meme sac tous les gens qu’ils n’aiment pas et qu’il cherchent des explications rassurantes de leurs point de vue à des phénomènes dérangeants. Malheureusement, la plupart des citoyen courants qui croient à ces théories sont très racistes et xénophobes, c’est un fait.

    1. @Colomba
      un exemple allant plutôt dans ton sens, quand tu dis:

      « Il me semble assez clair que les complotistes mettent dans le meme sac tous les gens qu’ils n’aiment pas et qu’il cherchent des explications rassurantes de leurs point de vue à des phénomènes dérangeants »

      : l’article d’un journal algérien, que j’ai cité ici il y a quelques jours, et qui « explique » qu’Assange est un agent du Mossad israélien. Le petit détail qui tue: le raisonnement de ce journaliste algérien semble impliquer que Israël est en guerre (larvée, mais tous-azimuts) contre les Etats Unis (!). Comme quoi, les théories du complot centrée sur Israël savent se renouveler

    2. Colomba, bien que je ne porte pas du tout Aznar et le PP dans mon cœur, je me vois obligé à réagir à votre commentaire qui reprend une opinion généralement admise en Espagne sur ce qui s’est passé en Mai 2004. J’ai vu naître, en direct, cette opinion, et elle m’a toujours paru un mensonge intéressé d’autant plus condamnable à mes yeux, qu’il provient de la gauche.

      Tout le monde ( je parle des voix qui s’entendaient, aussi bien celles de gauche que celles de droite et du centre ) en Espagne, pensait, dès les premières minutes après l’attentat, qu’il s’agissait de ETA. Personne n’a tenté de contredire les premiers communiqués du ministère de l’Intérieur qui visait ETA comme probable ( en gras car ils n’ont commencé à défendre mordicus cette hypothèse que quand ils ont vus les élections perdues ). En fait, il y avait un flottement dès le départ et les premiers indices concernant la piste islamique furent donnés, par le gouvernement, le lendemain même des attentats. Trop tard, ils étaient ferrés dans la dynamique de négation avec laquelle les socialistes les ont hameçonnés.
      Comment se fait-il que personne n’ait voulu suspendre les élections et ,ainsi, préserver le processus électoral espagnol de l’influence d’un barbu taré ?

      Même si le but de la manœuvre ne pouvait que me réjouir, ce comportement des socialistes lors des attentats de Madrid m’a toujours paru abject. Oui, tant que ça !

  18. GS : T
    ———————–

    Celui qui parle de complot laisse supposer que pour lui spontanément existe (ou devrait exister) une façon juste, normale, légitime, etc…, de mener les affaires du monde.
    Mais cette façon juste, normale, légitime, honnête, (idéale en quelque sorte) a-t-elle jamais existé à l’échelle de la planète?
    Au sein de chaque société un nombre grandissant d’individus semblent prendre conscience de l’urgente nécessité à faire en sorte que chaque être humain sur terre puisse se nourrir, se loger, éduquer ses enfants, avoir accès aux soins médicaux…
    Ceux qui ont ainsi la volonté de faire progresser la civilisation et d’éviter ainsi les conflits sont peu susceptibles d’ourdir quelque complot que ce soit. Ils n’ont pas grand chose à cacher et ne craignent pas la transparence…
    Que les complots existent c’est l’évidence, l’assassinat de John Kennedy en est bien l’illustration. Mais on peut grandement les inscrire dans le cadre d’un antagonisme existant entre ceux qui veulent partager les fruits des progrès de l’activité humaine et ceux pour qui un tel partage est une menace et qui s’arc-boutent dans la préservation de leurs positions privilèges et prérogatives, quand ils ne veulent pas grossir encore…
    Ce qui vaut au niveau individuel vaut aussi au niveau des relations politiques et commerciales entre les nations.
    Le déclassement après quelques décennies de certains documents top secret à l’époque a permis la mise au jour des sales boulots accomplis par la CIA et bien d’autres services secrets dans le monde. .
    Mais quelques années suffisent pour que l’opinion publique anesthésiée par la surabondance des informations aujourd’hui ne puisse faire le lien avec un passé pourtant récent bien peu glorieux parfois, et la crise actuelle avec tous les dangers qu’elle recèle…
    Une certaine forme de « complot » pourrait-on dire…

  19. Le problème c’est que l’on veut écrire l’Histoire au moment où l’on fait l’Histoire.

    Nous n’avons pas les moyens logistiques et financiers d’infirmer totalement la théorie officielle.

    Beaucoup de faits sont troublants mais pas suffisants pour ébranler la théorie officielle. Les langues et les archives se délieront avec le temps…

    Personne ne parle du plus grand délit d’initié qui eu lieu ce jour-ci ?

    1. Personne ne parle du plus grand délit d’initié qui eu lieu ce jour-ci ?

      Eric Laurent explique très bien pourquoi il a été impossible de remonter cette piste. Malheureusement.

      1. « Les autorités américaines, pour une raison que j’ignore, couvrent ou dissimulent le plus spectaculaire délit d’initié jamais survenu. Vous ne trouverez personne dans la communauté financière pour croire en la fable officielle » (Eric Laurent, sept. 2005, p.46).
        Et bien si:
        Personnellement, et à l’heure qu’il est, je ne pense pas qu’il y ait eu dans cet événement davantage que ce qu’en dit sa version officielle : je ne pense pas qu’il existe un mystère ni quant à ses responsables ni quant à leurs motifs. D’une manière générale, pour que la thèse d’un complot me retienne, il faut d’abord que je me convainque de l’existence d’un mystère, autrement dit, que je découvre ou bien que l’on attire mon attention sur une anomalie. Or, dans ce cas–ci, la version officielle me semble, jusqu’à preuve du contraire, complète et cohérente.
        Paul Jorion.

      2. J’avais lu une analyse mathématique, très convaincante, des données boursières relatives à ce présumé délit d’initié et dont les conclusions étaient qu’il n’y en avait aucune trace. Malheureusement, je ne me souviens ni de l’auteur ni de l’organisme qui l’en avait chargé. Quelqu’un ?

      3. Ma mémoire s’est réactivée, l’analyse était de Jérôme Quirant et est toujours disponible sur le site de Bastison, que l’on peut saluer au passage pour l’ingrat boulot auquel il s’est attelé. http://www.bastison.net/RESSOURCES/Delits.pdf
        Comme pour la thermite, les hologrammes et tout le toutim, on assume une prétendue collection de faits observés puis on développe toute une théorie sans regarder ce qu’on laisse derrière.

        Alors, Ms. les reopenistes ( aïe la psychanalyse m’assaille : open, oh peine, OH ! pénible pénis effondré, dynamité, profané; lâche-moi la grappe Sigmund ) essayez de contredire Quirant avant de vous lancer dans la géopolitique fiction.

    1. On dirait que depuis quelques jours (cf les 5 articles sur Mediapart) c’est devenu l’obsession de ses pourfendeurs…

  20. d’abord il y a eut complot
    de ceux qui étaient dans les avions
    ( il ‘y avait personne dans les avions… ah bon, euh ce n’est pas qu’il y a eu disparition des personnes dans les avions?
    bonbonbon on va pas chipoter déjà au démarrage)
    ensuite il y a sans doute eu complot de ceux qui savaient le complot préparé par les autres
    il y a eut la conspiration du silence: ceux qui n’ont rien dit et ceux qui n’ont rien voulu entendre.
    sans doute la conspiration du type qui dans son bureau se dit wouah putain le bazar! j’en profite pour vider le coffre avant de me faire la malle et j’en rajoute un couche avant de me tirer pour être sur d’effacer toute trace de mon complot au sein du complot
    le tout multiplié par… x déjà x est suspect de complot parce qu’il n’a pas une identité très définie
    il a ceux qui se sont gourés d’escalier et en sont morts
    il y a ceux qui ne sont ni héros ni victimes ni bourreaux qui sont-ils ?
    on ne sait pas
    d’ailleurs « on » est suspect aussi
    il ya le maçon mexicain qui ce jour là en 83 a laissé tombé sa bouteille de wisky dans le béton de la dalle N°2317 de l’immeuble 2 ce qui bien plus tard quand il y a eu le feu a transformé le mexicain en comploteur de fait
    il y a l’électrotechinicien en processeurs en 98 venu faire une réparation sur la gaine N°75 qui s’est creusé la tête au moins deux jours sans trouver la panne s’est énervé puis miracle à remonter un fil de travers et sans qu’il comprenne pourquoi tout s’est remis à marcher et comme il devait aller au mariage de sa soeur et n’avait pas envie d’y passer le weekend s’est dit ça focntionne c’est l’essentiel je referme le panneau en attendant que ça ne refonctionne plus, sauf que le fonctionnement apparent avait levé des conditions de fonctionnement en sécurité interférant avec le fonctionnement de la distribution au niveau des gaines 78 et 96.
    bref la réalité d’un tout est toujours plus complexe que celle de chaque élément
    au début il y a eut un avion avec à son bord des gens complotant purs produits d’un complot bien plus grand que le leur , eux n’ayant été que le bout d’une histoire ayant commencé bien avant eux
    la vie est un énorme complot
    surtout quand les faits me dérangent
    sinon le reste du temps je passe entre des milliers de complots sans qu’ils m’atteignent ou simplement parce qu’ils s’annulent entre eux
    comme quand je ramasse une peau de banane et que j’évite à un futur assassin de se casser la margoulette sur ce trottoir ce qui justement lui aurait évité de le devenir parcequ’il aurait rencontré une gentille infirmière avec qui il connaitrait un grand amour qui lui aurait évité la dépression malsaine qui l’aurait conduit à devenir un comploteur.

    ceci n’empêche qu’on ne nous dit pas tout….
    parce que nous avons beaucoup d’imagination
    et que ça foutrait un drole de bazar si en plus des comploteurs tout le monde s’en mêlait.

  21. pire que la théorie du complot, le déni du complot (Julien, le nez dans les étoiles, illumin…..) 😉

      1. Oui, comme nous l’ont appris Maurice Joly et d’autres, il existe un complot occulte permanenet pour maintenir la domination.

      2. c’est pas n’importe quel complot, accepter que c’en est un oblige à changer sa vision du monde, sa weltanschauung.

  22. Tout ça n’est pas inintéressant mais je reste convaincu que l’on aura le temps de creuser ces questions le jour où l’on aura abattu ce système économique d’un autre temps basé sur la rapacité, l’aliénation, la compétition et, est-il nécessaire de le rappeler, la guerre… et mis à la place une économie basée sur le développement harmonieux et respectueux de notre écosystème, généreux et basé sur l’entraide, l’émulation, l’amour. Oui, évidemment, je suis au mieux un doux rêveur au pire un utopiste. Mais je crois ne pas être seul.

    Bien à vous.

  23. Le prėjugé vient toujours se loger à la place de la donnée manquante . Comment prévenir ce bug du raisonnement humain?
    En identifiant ses propres préjugès , en cherchant le ou les données manquantes ?
    En agissant sur les deux tableaux , ce qu’un robot ou un programme est incapable de faire.

    1. Le doute est légitime, les manipulations et les défaut d’information étant nombreuses. La vidéo proposée par @Démosthène (merci) permet de comprendre clairement le mécanisme qui abouti à l’idée de complot. (Les 15 premières minutes peuvent courageusement suffire)

      Du grain à moudre:
      complot (12.600.000 résultats sur Glouglou)

      Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans La Société ouverte et ses ennemis, que Karl Popper formule la première définition de la théorie conspirationniste de la société : « C’est l’opinion selon laquelle l’explication d’un phénomène social consiste en la découverte des hommes ou des groupes qui ont intérêt à ce qu’un phénomène se produise (parfois il s’agit d’un intérêt caché qui doit être révélé au préalable) et qui ont planifié et conspiré pour qu’il se produise. »
      Popper remarque par ailleurs que les personnes les plus désireuses d’amener le paradis sur terre sont les plus enclines, une fois au pouvoir, à adopter des théories du complot pour y expliquer leur échec7.

      Pierre-André Taguieff lui a identifié quatre grands principes de base des croyances conspirationnistes :
      « Rien n’arrive par accident ; Tout ce qui arrive est le résultat d’intentions ou de volontés cachées ;
      Rien n’est tel qu’il parait être ; Tout est lié, mais de façon occulte. 
      »
      Taguieff expose d’autres aspects de la théorie du complot : postulat du complot comme force motrice de l’histoire, illusion de découvrir ses secrets, hyper-rationalisation, importance du soupçon, explication totale et donc rassurante, véhicule de la haine populiste des élites.

      Sur fond de ces principes, se forme la dénonciation d’une « manipulation des masses », dont les croyances sont:
      – l’existence d’un petit groupe – décidé à influer sur les événements, à en prendre le contrôle ou à les provoquer – de façon secrète – afin de prendre ou de conserver un pouvoir politique, et/ou économico-financier, et/ou culturel, etc.
      Le groupe conspirateur serait typiquement minoritaire, élitiste et/ou sectaire et utiliserait des moyens politiques, financiers, militaires, psychologiques et/ou scientifiques. Cela implique que cette communauté possède des grilles d’analyse pertinentes et fiables, mais cachées. À partir de cette analyse, elle pourrait développer une action occulte, mais surtout efficace permettant de parvenir à ses objectifs, lentement mais sûrement. Ce sont ces hommes « qui savent l’histoire qu’ils font »

      Quand Noam Chomsky et Edward Herman ont modélisé le fonctionnement des mass media américains, ils ont été accusés de « théorie du complot » par certains contradicteurs. Chomsky, qui est lui-même généralement critique envers les théories du complot, dit n’avoir produit qu’une simple « analyse institutionnelle. A mon avis, « théorie du complot » est devenu l’équivalent intellectuel d’un mot de cinq lettres. C’est quelque chose que les gens disent quand ils ne veulent pas que vous réfléchissiez à ce qui se passe vraiment »
      L’accusation de « théorie du complot » pourrait aussi servir à discréditer ceux qui dénoncent un complot bien réel. Cela aurait pour effet de dissimuler encore davantage ledit complot.
      C’est au nom de ce principe que le journaliste Webster Tarpley, pensant que les attentats du 11 septembre furent organisés par des membres des services secrets et du gouvernement des États-Unis, récuse la disqualification de sa vision à partir de son simple caractère conspirationniste : « Étant l’une des formes primordiales de l’action politique, le complot est aussi vieux que l’histoire de l’humanité. Machiavel en parle dans un long chapitre de ses Discours ; il entend par là la conspiration visant à tuer le dirigeant pour prendre sa place, comme la conspiration des Pazzi contre les Médicis dans les années 1480. La conspiration est aussi un concept en vigueur dans le droit coutumier anglo-saxon. »
      L’utilisation de la théorie du complot comme expression d’opprobre est relativement récente. Elle date de la publication du travail de Richard Hofstadter de l’Université de Columbia (Le style paranoïaque dans la politique américaine (1964). […] où il soupçonne toute personne qui voit une conspiration quelconque d’être un paranoïaque. C’est oublier la référence nécessaire à la réalité : existe-t-il une conspiration oui ou non ?
      Il est impossible de rédiger un écrit d’histoire politique sans admettre, de temps à autre, la possibilité d’accords confidentiels portant sur des actions concertées et déployant leurs effets à l’avenir. Quiconque exclut a priori tout complot risque de ne pas comprendre grand-chose à ce qui se passe. On en déduit que la phobie envers la supposée théorie du complot dans nombre de milieux universitaires postmodernes est en réalité un écran de fumée camouflant leur répugnance pour la pensée politique en soi.

      Quelques « complots » historiques
      http://www.linternaute.com/histoire/recherche/

  24. Voilà un fait indéniable, qui ne peut valoir d’être pris pour un théoricien du complot:

    Un fait avéré: « La banquise arctique fond à vue d’oeil. »

    Et pourtant tout le monde s’en fout ou préfère l’ignorer. Comme quoi il ne suffit pas qu’un fait soit vrai,
    pour qu’il soit pris en considération.

    Inversement il y a des faits pour lesquels on peut légitimement faire preuve de scepticisme quant à l’explication qui en est donnée, mais tout le monde prend pour argent comptant ce qui est dit.

    L’esprit humain en fait ne retient que se qui l’arrange, ce qui lui permet de rester dans un confort mental optimal.

    Voilà de quoi alimenter la réflexion, sur les concepts de vérité et de réalité.

    1. Sauf votre respect, bien entendu qu’on s’en fout que la banquise arctique fonde. Que voulez vous que l’on y fasse? Que l’on se gare à l’ombre pour ne pas utiliser la clim comme le préconisait la Bachelot? Que l’on organise des collectes pour récupérer la glace formée dans les congélateurs afin de reconstituer la couche de la banquise?
      Non, en fait on ne s’en fout pas mais il est dur de recevoir les tombereaux écolos de culpabilisation individuelle alors même que certains états ont refusé de signer le protocole de Kyoto qui pourtant ne casse pas trois pattes à un canard et que notre propre pays s’apprête à être saccagé avec la complicité des responsables de son administration pour exploiter une nouvelle source d’énergie génératrice de gaz à effet de serre (gaz et huile de schiste).

      1. Ce qui est en train de se passer au gouvernement, montre bien que l’écologie politique est et restera longtemps la danseuse entretenue des grands partis et du PS en particulier.

        Il est clair, si besoin était de le démontrer que la logique économique prime sur la logique environnementale, et ce d’autant plus que la récession, voire la dépression nous guette.

    2. Vous dites: « L’esprit humain en fait ne retient que se qui l’arrange, ce qui lui permet de rester dans un confort mental optimal. », on peut savoir d’où vous tenez cette ferme conclusion?

      Ce qui pourrait être interrogé, à mon sens, est davantage l’impact des messages (radios, télés, journaux, publicité…) sur notre capacité à apprécier, élaborer sur le monde qui nous entoure et à la construction (ou destruction) continuelle à laquelle nous collaborons en se faisant à notre tour les colporteurs de vérités institutionnalisées…
      La conscience est la clé des changements à venir. Conscience économique, comme sur ce blog où l’on s’attache à mettre à distance et questionner les infaillibles dogmes de la doxa économique. Mais conscience politique également lorsque l’on prend conscience des modes de domination politique de la « masse », domination qui découle du culturel mais surtout de l’économique (non partage des richesses).
      Conscience tout court, lorsque l’on s’aperçoit que l’on inter réagit quotidiennement avec ce qui nous entoure, que nous participons de ce qui nous entoure. Du coup, des choses apparemment infimes peuvent avoir des conséquences terribles.

      Bien à vous.

  25. pour jfk il s’agit plus que la carabine de type carcano est semi automatique et donc oblige à manier le verrou pour réintroduire une cartouche contenue dans le chargeur donc déstabilisant le tir à lunette……

    donc c’est vrai que c’est assez étonnant un tir d’une telle précision sur une cible mobile

  26. Je ne sais pas si quelqu’un l’a déjà faite et a déjà été censuré pour ça mais voila :
    Que penser de la théorie selon laquelle l’attentat commis le 11/09 aurait été perpétré par un groupe de terroristes islamistes complotant contre les intérêts des Etats Unis d’Amérique?

    Pour aider à la décision je précise que l’on a retrouvé le passeport de l’un de ces terroristes au sommet du tas de décombres de l’une des trois tours effondrées.

  27. Il est souvent difficile de différencier un complotiste d’ un opportuniste…..
    On peut remarquer que le l’ opportunisme demande moins d’énergie et d’investissement…pour les memes bénéfices .

  28. source: wikipédia

    Hypothèse:

    Une hypothèse est une proposition ou une explication que l’on se contente d’énoncer sans prendre position sur son caractère véridique, c’est-à-dire sans l’affirmer ou la nier. Il s’agit donc d’une simple supposition, appartenant au domaine du possible ou du probable.

    Une fois énoncée, une hypothèse peut être étudiée, confrontée, utilisée, discutée ou traitée de toute autre façon jugée nécessaire, par exemple dans le cadre d’une démarche expérimentale.

    Une hypothèse destinée à être travaillée ou vérifiée est désignée par l’expression « hypothèse de travail » ; au contraire, une hypothèse utilisée sans intention de la vérifier (pour des raisons sentimentales, religieuses ou politiques par exemple) constitue un postulat.

  29. Le truc rigolo que tout le monde oublie, c’est que « complotiste », « conspirationiste », « théorie du complot » sont des concepts inventés pour le « debunkage » des évènements du 11 septembre 2001.
    Ça n’existait pas avant.
    Comprenne qui pourra.

    1. « Les monstres » qui soutiennent la cause de Dreyfus.

      Ces documents appartiennent à une série de caricatures datant des années 1899/1900 et visant à prouver l’immoralité de la cause dreyfusarde. Cette collection s’intitule le Musée des Horreurs. Les planches n°4 et n°6 représentent respectivement Emile Zola et Alfred Dreyfus.
      Ces dessins échappent aux représentations caricaturales classiques de l’époque car les visages des personnages ne sont absolument pas déformés et sont même d’une précision étonnante. L’auteur, Victor Lenepveu, désire que ses lecteurs identifient au premier regard les personnages. Cette véracité dans les portraits s’accompagne en revanche d’un dessin monstrueux des corps. Zola est assimilé à un porc tandis que Dreyfus l’est à un serpent. Il faut y voir l’influence de phénomènes très en vogue en Europe à l’époque puisqu’une dizaine d’années plutôt, en Angleterre, Joseph C. Merrick, autrement connu sous le nom d’Elephant Man, était un phénomène de foire, exposé contre rétribution. Lenepveu veut faire entrer les Dreyfusards dans un panthéon de monstres, le Musée des Horreurs.
      Le dessin de Zola évoque une posture scatologique puisqu’il badigeonne de « caca » la carte de France et qu’il est assis, dans une auge, sur une pile de quelques uns de ses romans. La précision du dessin permet au lecteur de saisir le message : Zola n’écrit pas ses œuvres, il les produit d’une manière beaucoup moins noble… Ses textes peuvent même avoir une autre utilité que celle de la simple lecture. Sur la deuxième carte postale, Dreyfus est la tête principale d’un serpent. Cet animal représente dans la tradition chrétienne le pêché : il est donc un agent du malin, sa culpabilité malgré la grâce présidentielle ne fait aucun doute. Cette créature symbolise un danger multiple. Pour le combattre, il ne faut pas hésiter à employer la violence comme le suggère l’épée plantée dans sa queue. Cette arme évoque d’ailleurs le caractère chevaleresque voire médiéval, de la lutte antisémite.

      http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=789

  30. Et Massoud, qui se rappelle de lui, au milieu de tout ce tapage conspirationniste ? C’est pratique pour la France et l’UE, de l’avoir oublié. Tiens, c’est le moment d’avoir une pensée pour Christophe de Ponfilly.

  31. Cher Paul
    Vous êtes encore une fois trop indulgent et « faible » avec les trolls et autres conspirationnistes, notamment dans cette partie: « Dans un cas parallèle, les premières photos d’un astronaute américain sur la lune, l’ami, convaincu lui de l’existence d’un complot, avait fait preuve de persévérance et m’avait persuadé de la présence d’une anomalie : le rapprochement de deux des photos prouvait que les ombres portées ne pouvaient pas être dues à une source lumineuse lointaine – comme le soleil – mais devaient être causées par une source proche – comme un projecteur dans un studio. »

    Sur ce sujet, cf l’émission de Discovery Channel (http://www.dailymotion.com/video/xa1hda_mythbuster-special-l-homme-sur-la-l_webcam), qui montre bien via une reconstitution minutieuse qu’une même source lumineuse peut tout à fait produire des ombres portées non parallèles, pourvu que la topographie du terrain soit accidentée, ce qui est le cas de la lune.

    Ne vous laissez pas tenter par le côté obscur, même pour de « bonnes causes », on n’en revient jamais …

  32. quand on n’a rien à cacher, c’est sûr qu’on plote…
    tout bêtement, si tout était clair dans les jeux troubles, ça mettrait des agents au chômage, et les frontières , les murs et barrières, les motifs des guerres, que deviendraient ils ? que deviendrait cet amour … de la guerre ?
    c’est comme si l’aspic se transformait en lombric.

  33. Beaucoup moins récent que ces derniers complots …

    On ne peut pas comparer les photos prises sur terres et les photos prises sur la lune, de par le phénomène de diffraction de la lumière dans l’atmosphère (ou l’air ambiant), élément totalement absent de la lune.

    Et au temps du vol sur la lune, les USA avaient un ennemi juré, l’URSS, qui n’a pourtant jamais crié lui, à la supercherie. Pourquoi ça ? à cause d’un phénomène physique « tout bête » : la triangulation. Il n’y a pas beaucoup de lieu situé à 380.000 km de la terre.

    De la à dire que la complotophilie soit l’apanage des ignorants …
    A ne surtout pas confondre avec le scepticisme, qui est plus une discipline intellectuelle, mais qui hélas, n’est pas à la portée de tout le monde.

Les commentaires sont fermés.