UN EFFET DE LA COMPLEXITÉ NON MAîTRISÉE, par Jacques Seignan

Billet invité

Voici une illustration de la composante « complexité » du soliton qui grossit inexorablement et risque de tout balayer!

Obama reconnait que sa réforme Patient Protection and Affordable Care Act dite Obamacare est en très grande difficulté ; en fait, elle tourne au fiasco puisque le site internet n’a enregistré que 27.000 adhésions alors que 7 millions sont escomptées au 31 mars 2014. Nul – à part les fascistes libertariens – ne doit s’en réjouir car cela représente aussi des millions de gens laissés dans la détresse de ne pouvoir se soigner.

Exactement comme pour la loi Dodd-Frank supposée réguler Wall-Street, qui comprend des milliers de pages, cette réforme est plombée par la complexité de sa mise en œuvre et ce dès le début.

Un article récent de Laurent Pointecouteau dans Slate est extrêmement éclairant (Les millions de lignes de code qui font tourner le monde).

Il illustre cette inflation extravagante de la taille des programmes informatiques, comme par exemple Windows NT 3.1, 1993 (5 millions de lignes) à Windows Vista, 2007, (50 millions). Facebook : 61 millions de lignes. Et 1er à ce hit parade pour le moment… HealthCare.gov, le site healthcare.gov, portail de l’Obamacare : 500 millions de lignes ! Tout s’explique !

Donc je laisse ouverte l’analyse : comme pour la loi de régulation financière, une volonté cachée ou inconsciente de rendre quasi impossible son application ; la lâcheté qui empêche des réformes simples par idéologie : l’Obamacare est initialement une idée républicaine au service des assurances-santés privées, d’où sa complexité intrinsèque ?

Et au pays de Descartes, sommes-nous à l’abri de ces info-bricolos-bidouilleurs ?

Sur le site officiel du ministère de l’écologie, on explique comment l’écotaxe sera prélevée : « Par un système de péage immatériel et sans barrière. Sur les routes concernées seront définis environ 4.100 points de tarification, dont le franchissement entrainera la facturation de la section correspondante, d’environ 4 kilomètres. D’ici janvier 2014, les 600.000 poids lourds concernés seront dotés de boîtiers GPS qui permettront de détecter automatiquement le passage de ces points de tarification ». Génial, on comprend mieux les coûts élevés de ce prélèvement ! Immatériel ? Mais avec des caméras sur des portiques et des GPS dans les camions… Donc une énorme collecte de donnée. Donc des calculs. Donc des ordinateurs et de nombreuses lignes de code !

Motiver et inciter les gens à acheter local ? M’enfin, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Ma réponse est trop simpliste : générer des profits pour des sociétés privées !

Partager