L’extermination des journalistes de Charlie Hebdo, par Jeanne Favret-Saada

Le politologue Jean-Yves Camus, proche de la rédaction de Charlie Hebdo, au Monde : « Tous les gens que je connaissais sont morts, ce que je peux vous dire, c’est qu’on n’a jamais vu, dans l’histoire de notre pays, un organe de presse être méthodiquement décimé selon un mode opératoire militaire. Aucun journal n’a été ainsi attaqué, car il y a un principe qui est celui de la liberté de la presse, qui était respecté jusqu’à présent. C’est un stade de l’escalade inimaginable. Les gens qui travaillaient à Charlie Hebdo n’ont aucun sentiment de haine envers qui que ce soit, surtout pas envers les musulmans. Ils sont dans la critique des religions. Ceux qui ont commis ces attentats n’ont rien compris. On est dans la haine absolue, la négation absolue de la pensée »

Partager