Présidentielle, faut que ça bouge ! Intentions de vote

Ouvert aux commentaires.

26% des Français s’apprêtent à voter pour une personne qui démontre de multiples manières que respecter les principes qu’elle défend, c’est juste bon pour les gogos

25,5% des Français s’apprêtent à voter pour une personne qui nous promet une dose supplémentaire de ce que nous venons de connaître, et nous affirme que c’est ça le progrès

17,5% des Français s’apprêtent à voter pour une personne qui nous montre qu’arrivé à son degré de pouvoir on peut puiser dans la caisse autant qu’on veut, et hausser les épaules si quelqu’un devait vous faire une remarque

Respectivement 11,5% et 10% des Français s’apprêtent à voter pour deux candidats proposant essentiellement la même chose mais dont le principal souci est de prouver que l’autre a tort

Partager

51 réflexions au sujet de « Présidentielle, faut que ça bouge ! Intentions de vote »

  1. Sauf que l’un des deux derniers fut et est encore le véhicule politique d’un important coup d’État de la droite en 2012 car élu sous de fausses représentations. Il n’es reste plus qu’un, qui compte sur une conscience collective réelle et qui tente par des efforts de pédagogie extraordinaires de créer la surprise de cette élection. J’ai rarement vu un tel effort en campagne électorale. De mon point d’observation (Québec), l’adhésion me semble croissante.
    Progressistes français ouvrez vos yeux!

  2. « proposant essentiellement la meme chose »… ah ? Je sais bien qu’on aime tous un peu prendre ses desirs pour des realités, mais il y en a un qui veut faire avec les deputes qui ont voté pendant 5 ans l’inverse de son programme, les dits gus qui demontrent chaque jour voire chaque heure qui passe l’estime toute relative qu’ils ont pour le dit candidat (au debut j’aurai quand meme pas parié qu’il recolterait encore plus de couteaux dans le dos que Royal -certes pour d’autres raisons- mais l’epoque etant ce qu’elle est, y’a plus aucune digue de decence nulle part…)
    l’autre on n’est pas tout a fait sur de ce qu’il veut faire, depuis Tsipras, on sait que les numeros de matamore n’offrent pas la moindre garantie « derriere. Mais enfin, il part pas déjà battu dans sa tete et par son parti, ça fait déjà une « legere » différence, celle qui rend les 2 positions non fusionnables malgré toute la sympathie qu’on peut avoir pour truc ou bidule…

    enfin on a encore eu la enieme preuve que les sondages 2017 (Hollande) sont aussi « fiables » que ceux de 2015-2016, et que le « social-liberalisme » (on cherche en general le social a la loupe) est en voie d’extinction. Rest in Peace

  3. N’oublions pas de mentionner, à l’inverse de tous les acteurs de la scène médiatique qui n’en parlent jamais, que cela ne concerne qu’une petite moitié de toutes les personnes en capacité de voter. ce qui nous oblige à diviser par deux les chiffres très vrais, hélas !) que vous citez). Mais cela incite par voie de conséquence à reformuler le problème : comment faire pour repassionner les gens vis à vis des problèmes qui les concernent ?

  4. Bonsoir,

    C’est une crise systémique que nous traversons, la plus grave depuis 1929 et les candidats de gauche cumulent au mieux 25% des votes ! Comment se fait-il que, depuis des années, ces candidats n’aient pas parlé des milliers de milliards distribués aux banques, des structures de défaisance qui ont permis à ces dernières de se délester de leurs actifs toxiques sur le dos des contribuables (35 milliards pour Société Générale, 266 milliards pour Dexia !) ? Et le quantitative easing ? Il semble passé aux oubliettes alors que les banques se goinfrent à hauteur de 80 milliards par mois ! Sans parler des opération de refinancement… Bref, on nourrit la bête et les politiques n’en parlent pas. Il y pourtant de quoi contrer n’importe quel adepte de l’austérité avec de tels arguments. Et pourtant, ils n’en parlent pas… Pas étonnant dans ces conditions que les gens pensent qu’il n’y ait pas d’alternative et que les dépenses publiques soient trop élevées. Et la fin de l’espèce ? Chut, on n’en parle pas non plus, les gens pourraient prendre peur… Existe-t-il pourtant un argument plus puissant que celui-ci pour les détourner du FN ?

    1. JT: +100 ! de la gauche « de gouvernement » à la droite, c’est TINA à tous les étages; dans ces conditions comment voulez vous que les français votent, à part d’une façon irrationnelle ?
      – En renversant la table, MLP agrégeant les votes des frustrés de la déconfiture de FF empêtré dans les affaires ?

  5. Le bougement c’est maintenant !

    Eh bien si le Manu national n’est pas notre Hilary à nous, il est le futur chef de pédalo.
    Sauf si la majorité se dit qu’une majorité sera plus facile à trouver avec le poulet de loué à tout va.

    Cependant on ne peut pas non plus ne pas envisager que la France venge avec humour des années de discrimination sexuelle. De toute façon elle ne pourrait strictement rien faire faut pas déconner non plus.

  6. Comment les français vont-ils se déterminer ?
    Essentiellement selon des critères subjectifs : celui-là a une grande propension à s’énerver ; cet autre paraît honnête mais en réalité, il ne l’était pas ! Un autre encore s’est enrichi facilement, induisant dans l’opinion, qu’il sera capable d’apporter un meilleur sort économique à ceux qui voudront bien l’élire ; tel autre enfin, est très gentil et propose des choses, en fait peu réalistes ; celle-là fait appel aux sentiments les moins empathiques, etc….
    Les journalistes des différents média, jouent également un rôle, selon leurs sensibilités – et la sensibilité de leur employeur -, dans la présentation des candidats et de leurs programmes, ils pourront ainsi orienter selon la façon dont est réalisé leur questionnement.
    D’où, il serait sans doute judicieux de prévoir dans la loi électorale, l’obligation de présenter son programme selon un plan standardisé, afin de pouvoir comparer objectivement et voter ensuite pour celui qui aura pu convaincre.
    Cela est bien sûr hors de propos pour l’élection actuelle, la subjectivité est seule à la manœuvre.

  7. « Présidentielle : Faut que ça bouge ! »…. pour que rien ne bouge ?
    On assiste à une destruction des partis, quasi suicidaire. Faut-il s’en plaindre ? Les primaires y sont pour beaucoup. L’uninominal à deux tours y contribue également.
    On assiste à une disparition de la démocratie (« emprise » des élites, souvent corrompues, abstention, spécialement des classes pauvres, ou sursaut de type ‘populiste anti-système).
    On assiste a des clivages dangereux dans notre société, qui perd le sens d’un « vivre ensemble » ; qui perd une structure et des groupes structurants organisant les conflits et leur représentation.
    Les divers pouvoirs dérivent à la poursuite du 5e pouvoir, les médias sociaux.
    Et le système subit ce délitement. En agitant « l’état d’urgence ». Votez, qu’ils disent.

  8. Une petite prise de distance est nécessaire avec la description des équilibres électoraux dans l’article. Description certes exacte, mais à date. Or l’élection est dans cinq semaines, et il peut se passer bien des choses d’ici là.

    Pour rappel, un sondage du 8-9 mars :
    – Chirac 24%
    – Jospin 22%
    – Chevènement 11%
    – Le Pen 8%
    C’était en 2002 naturellement. Et le 21 avril, l’image n’était pas la même…

    Rien n’est encore fixé dans le marbre. Et avec tant d’indécis encore, les débats télévisés seront cruciaux, peut-être même déterminants.

    (Voir la source ici https://bembelly.files.wordpress.com/2017/02/wp-1488303595480.png )

    1. Ça c’est se rassurer à bon compte.
      Quel que soit la fiabilité des sondages, la division de la Gauche produit mécaniquement la victoire des conservateurs (de droite et de « gauche »).

  9. Panel.
    99 % des contributeurs du blog à Jorion s’apprêtent à voter malgré leur conviction et vont aller au chagrin tout de même, bien qu’en rachachant. Et ils en sont fiers ces cons.

    1. S’il y a 100 contributeurs , on en déduira que schizosophie est le seul qui ne se prend pas pour un con .

      Si je partage l’idée qu’il ne faut pas surestimer l’efficacité ,voire la pureté, d’une élection présidentielle seulement française de surcroît , je garde le pari , dans la foulée de Churchill,qu’une élection ( surtout Les élections un peu partout) , reste un thermomètre et indicateur essentiel de la marche en cours ,sinon souhaitable, du monde .

      Ce qui me navre , ce n’est pas tant qu’il y ait des « agrégats » de l’ordre de 25 % chacun ( mais malheureusement une abstention assez haute) , c’est que chacun d’entre eux soit dans un mode négatif et étanche à l’autre .

      Ce qui me navre , c’est qu’il n’y ait pas ( encore ?) d’idée philosophico-économique simple, structurante et qui fasse sens , pour les désagréger en partie afin de remettre la société en bascule progressiste plutôt que défensive , avec une majorité ( par rapport aux inscrits ) .

      A défaut d’une telle étoile , je continuerai donc à les attendre ( et à voter petitement ) sur le type de partage de pouvoirs et compétences qu’ils proposent ( et surtout sous-tendent) , au plan institutionnel national et au plan des alliances ou délégations dans le chaos mondial qui signe la fin des certitudes hégémoniques .

      Juannessy , 90% philosophe , 10 % anarchiste , 100 % « invalide » , jamais payé au « pourcentage ».

      PS : je crois que c’est le même Churchill qui disait ( en anglais ) :  » le succès , c’est aller d’échec en échec , sans perdre son enthousiasme » .

  10. Et si la télévision française rappelait d’abord aux français les articles 2, 3 et 4, puis les articles 5 et finalement 20 de la Constitution ?
    Ce sont de très courts textes qui tiendraient en une seule page d’écran, lus en une vingtaine de secondes tous les jours, entre la météo et les informations, autour de 20h ?
    …Ou faire de même en tapant çà sur Internet avec les moteurs de recherche préférés ?

    Bien les imprimer dans leur tête, et se présenter ensuite aux RV des 23 avril et 7 mai pour le Président, puis ceux des 11 et 18 juin pour les députés ; loin derrière les indemnités parlementaires, les costards de luxe, les imprimés d’ISF mal remplis et les repas d’affaires à Bercy où Las Végas.

    1. Pourquoi pas.

      On pourrait compléter avec l’article 3 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Celle qui figure en exergue de la Constitution. 🙂

  11. « Respectivement 11,5% et 10% des Français s’apprêtent à voter pour deux candidats proposant essentiellement la même chose mais dont le principal souci est de prouver que l’autre a tort »

    Pas vraiment: l’un a accepté que Madame El Khomri, qui nous a valu quelques unes des manifs les plus violentes des 10 dernières années (300 blessés au total) soit député. L’autre était dans les cortèges matraqués par les CRS.

    1. @huhu(8h34)
      Je partage , mais permettez-moi d’ajouter ceci , s’agissant de l’affirmation péremptoire :
      « deux candidats proposant essentiellement la même chose mais dont le principal souci est de prouver que l’autre a tort « 
      Je la lis et la relis… Comment s’exprimer sur l’enchaînement de deux absurdités tout en restant poli?? Dilemme…mais j’ai déjà rectifié deux fois le terme finalement choisi pour m’arrêter sur « absurdité » , d’intensité bien inférieure mais sans nul doute plus acceptable…

  12. Vous avez raison Mr Jorion, mais je crois que l’erreur de ceux qui réfléchissent comme vous, c’est de penser que les choix des électeurs se font sur des critères rationnels. Or la majorité des électeurs se déterminent sur des critères absolument futiles :

    – Macron est jeune, beau, dynamique et ça change des vieux tocards que l’on a eu jusqu’à présent !

    – Fillon est courageux, il reste debout dans la tourmente, le « balafré » force l’admiration de bien des braves gens !

    Marine Le Pen, on a tout essayé sauf elle, alors pourquoi pas elle ? Et puis elle nous promet la « sociale » pour les bons français, et voue aux gémonies les métèques qui viennent manger le pain des français.

    https://www.youtube.com/watch?v=-3avB5RGtDU

    Par contre, les candidats qui proposent un programme construit et cohérent, ou qui essayent de faire que l’élection soit l’occasion d’un vrai débat de fond. Ceux-là, n’attirent pas vraiment la majorité des électeurs, plus friande de télé-réalité à « deux balles », que de réflexion de fond. C’est fatiguant de réfléchir Mr Jorion, et des fois que ça remette en question vos croyances, cela devient inconfortable, donc à fuir…
    Le prêt à penser, c’est plus confortable, c’est cela qui fait le bonheur des démagogues et bonimenteurs de tout poil. Et qui permet aux médias de canaliser le vote des électeurs et électrices dans le sens des intérêts de l’oligarchie financière qui les possède.
    Et c’est ainsi que d’élection, en élection, les bonimenteurs professionnels promettent aux crédules et naïfs un « Changement », pour que rien ne change vraiment entre deux scrutins. Avec pour résultat que l’ordre économique et social en place perdure et se durcisse, et comme conséquence le renforcement des injustices, des inégalités, la mise en péril de la paix entre les peuples, mais aussi l’habitabilité de notre vaisseau spatial « Terre ». Le seul et unique à notre disposition jusqu’à plus ample informé.

      1. Comme vous venez de le dire sur C-NEWS, il ne faut pas tout réduire à des questions de sex-appeal, ou de télé-réalité. Certes le message porté par le candidat joue, sinon ce serait trop triste effectivement. Mais il ne faut pas non plus penser que les ressorts du vote sont toujours très rationnels.

  13. Les français des villes fonctionnent sans état d’âme (ubernumérisé), ceux des campagnes ont depuis longtemps appris à vivre sans leur représentants à la ville. La classe politique détachée du peuple depuis belle lurette encaisse douloureusement le largage par la classes au manettes. Le messie milliardaire sauce française actionne un macron pas sec derrière les oreilles. Chercher le point de rencontre entre ces trois mondes par le biais des urnes relève de l’impossible.
    L’effondrement suit son cours.

      1. Merci à vous, Paul Jorion, votre équipe et tous les commentateurs, qui jetez en pâture votre intelligence pour me permettre d’en faire ma synthèse et de me sentir moins con.

    1. Vous lisez sans doute juste ,mais il est aussi difficile de sortir de l’urne qu’il l’est de sortir du cadre , et les trois mondes que vous décrivez ne sont pas …les seuls au monde .

      Mais c’est vrai que l’un d’entre eux est ,et souhaite rester,  » la locomotive » qui tire les wagons sur la voie et les gares qu’elle se donne .

      C’est finalement bien ce qui est en dehors de ces trois mondes qui permettra de retrouver une convergence sacrée par les urnes .

      1. blague de l’ére sovietique à propos des locomotives

        Une séance de spiritisme. Un professeur discute avec un vieux bolchevick.
        Le professeur: » Des le debut, il y avait une erreur dans l’idée communiste. Vous vous souvenez de la chanson:  » Envole toi , locomotive ! Le terminus c’est la commune…. »
        Le vieux bolchevik :  » Oui, je m’en souviens, bien sur. Mais ou est l’erreur ?
        _ Les locomotives , ça ne vole pas… »

      2. @ Juan

        Sur le plan de la pure Physique, la locomotive ne tire pas les wagons. Elle pousse le premier wagon (son crochet passe à l’arrière de l’anneau de ce premier wagon) qui pousse, lui, le deuxième, qui pousse, lui, le troisième …

        Sur le plan de la politique, en restant rigoureux, les Peuples ne sont jamais tirés par les « pourritiques ». Ils sont toujours poussés vers le précipice ou la catastrophe.
        Pour preuve, a-t-on déjà vu une fois un « pourritique » mourir en première ligne à la guerre militaire ou un « pourritique » mourir pendant la guerre économique et écologique qui sévit depuis le commencement de l’Histoire ?

        Aujourd’hui, ces grands cons sont tellement sûrs d’eux qu’ils pensent encore s’en sortir alors que l’effondrement qu’ils nous préparent ne fera aucun quartier : ils y passeront eux-aussi ! Et leur famille avec !
        Cela dit, ça ne me console pas.

  14. Et dire que 100% veulent leurs bien, qui est donc le bien des autres.
    Faudrait un vreai bon type qui ruse et fait le guignol, et ça le fera.
    Avant 2060 si possible.

  15. Sur l’UE
    sur l’euro
    sur l’OTAN
    sur le rapport à la Russie
    sur l’indépendance nationale
    sur l’idée d’une armée européenne
    sur les travailleurs détachés
    Ces deux candidats sont en désaccord total.
    Vous considérez que ces sujets de discordes sont mineurs????
    Un peu de discernement svp.

    1. Les sujets sont effectivement majeurs ( encore que les travailleurs détachés me semblent une préoccupation assez largement à l’aval) , mais on aimerait surtout que les réponses qui leur sont faîtes finissent par faire une concorde majoritaire , après que les discordes se soient finalement écrites , discordes entre les 11 candidats , et qu’elles soient pesées par le vote des 1er et second tours .
      Sur le fond , de cette liste de 7 sujets , je ciblerai les trois premiers , car les suivants leurs sont subordonnés sinon inclus .

      Mais , pour rester dans mes attentes sur ce vote pour en faire quelque chose de pas trop inutile , il y manque encore trois ou quatre items pour parer autant que faire se peut au soliton .Car « l’avenir souhaitable « passe par « la soumission » aux vrais enjeux .

      Quitte à reconditionner le tout pour n’énoncer que trois sujets , qui est le maximum de ce que l’esprit peut repérer .

    1. PS: Quand il fait perdre alors que ces deux Trucs sont primordiales, ça c’est partial mais vrai :p , le discernement s’apparente à la sottise.

    2. Combien de semaines peut esperer tenir une « alliance » dont l’un va forcement aller au clash avec Bruxelles (c.a.d Berlin en fait ^^ ) et l’autre se coucher ? Sachant que notre avenir ne se décide pas à Paris…

      1. Aller au clash ou se coucher 😀
        C’est drôle comme les mots d’un résumé peuvent soutenir une question rhétorique.
        Les deux pourraient se compléter c’est dommage.
        L’avenir bafoué par les ‘mauvaises-volontés’

      2. @ Lucas 18 mars 2017 à 16 h 03 min
        Comment envisagez-vous que le statu quo et la sortie de l’OTAN ou une « défense européenne » « internationalisée » et une défense « nationale » (la dissuasion nucléaire) basée sur la souveraineté nationale puissent se « compléter » ?

  16. Où sont les 6% ?
    Dans sa video du 17/02, Paul faisait référence au vote en faveur des héritiers de Proudhon à l’assemblée de l’Internationale. Dans la suite de la video, disparus…
    Qu’en est-il aujourd’hui dans la société française (et ailleurs) de ce courant qui m’a toujours semblé être la solution ?

  17. Hamon doit assurer sa carrière (il n’a pas encore ses points retraite). Le tout pour lui, est de soutenir l’écurie du vainqueur, mais qui ?

    Aujourd’hui, c’est Macron. Il doit donc piquer un max de voix à Mélenchon, pour aider Macron, en pompant son programme.
    Si le vent tourne, il pourra aisément changer de cheval, arguant du plagiat (pardon, d’une vision commune avec Mélenchon). Plagiat à double usage, et opposés donc! Chapeau l’artiste.

    D’ailleurs, il fait peine à voir tant il n’y croit pas…
    Et s’il n’y croit pas, que fait t’il dans cette présidentielle, sinon… ?

  18. Y en a marre et plus que marre. Hamon et Melenchon sont pathétiques.

    Plutôt que de défendre une candidature qui n’a aucune chance,
    Hamon devrait frapper d’estoc dans le gras de ce parti renégat qui le lâche et l’achever sans pitié, et de taille dans cette démocratie inique qu’il faut réformer de fond en comble.

    L’autre, Melenchon, le tribun, avec ses airs de Jean-Sol Parte (cf Boris) néo-stal buté et colérique, la pire incarnation possible pour ces idées de gauche, que beaucoup partagent tout en refusant de voter pour cet histrion, entouré de drapeaux bleu blanc rouge et de bonnets phrygiens, (beurk la France nationaliste de Lepen à Melenchon, en passant par Fillon), mais quelle comédie, quelle tragédie, quelle usurpation, quel gâchis.

    1. Joko,

      Ce que vous reprochez à Mélenchon, c’est en fait une stratégie: ratisser large, du côté ou il y a le plus à gagner : la population en colère.

      Rassurez vous, en temps ordinaire il est parfaitement calme et réfléchi! (voyez ses vidéos pédagogiques sur son son blog, « l’ère du peuple ».
      .http://melenchon.fr/categorie/videos/

    2. à Joko

      Vous preferez l’esthetique cubaine , sovietique ? ( excusez cette question un peu cuistre…)

      Pour prendre sa defense, j’imagine tout de même, que Melenchon à conscience de la faible portée , hors gauche, des mots d’ordres et identifications sud-americaines… sans parler du ridicule et antipopulaire  » pro-chine » de 2012. ( voir la video Todd-Melenchon)

      C’est vrai que presentement, son costume que j’interpréte comme vaguement » hussard noir de la republique » evoque un peu les blouses grises à l’ecole… un mixte entre l’instituteur laique d’antan, idealiste et severe, et le sous-off revolutionnaire du tiers monde sovietisé de notre jeunesse ( je delire un peu sans doute) , cela attrapera-t-il par la nostalgie l’electora de gauche, lui aussi majoritairement vieillissant et conservateur ? hum …. les petites vieilles au grand coeur aiment bien les petits jeunes aux petits costard cintrés…Ah ! faire rebattre le coeur de mamie la france…

      Quand à l’imaginaire de la Révolution Francaise … Le front national l’a opportunistement adopté relativement recemment , le drapeau bleu blanc rouge c’est plus ancien d’accord… mais la gauche et même la droite des années 90 ont opportunement utilisés ce tricolorisme mélé de racisme et d’antisemitisme pour ringardiser , horrorifier, l’idée nationale en regard du modernisme humaniste européiste conquérant…etait-ce une bonne idée ?
      on n’imaginait peut-etre pas à l’epoque le marasme europeen actuel…

      L’imaginaire , le mythe de la revolution francaise, n’a cessé de ressurgir dans notre beau pays à l’occasion des grandes crises qui l’on traversé, et à ces occasion à ete l’objet de luttes acharnées entre opposants pour le recuperer, le denigrer, le combattre ou l’exalter…

      hormis le fait que Melenchon comprenne le danger de laisser un tel mythe mobilisateur aux mains de ses adversaires ,c’est aussi sans doute une sorte de signal, d’appel lançé au « peuple » que, à partir de maintenant, les choses serieuses recommencent…
      qu’elles demandent une réponse , un renouvellement à la hauteur d’un changement de régime, de « civilisation ». C’est aussi la symbolique de la 6eme republique, je présume…

      personnellement , bien que la revolution francaise soit une periode passionnante, je trouve que tout ça fait un peu « se mettre la tête dans le sable du passé… » enfin…
      mais le futurisme evangélique attalien ne convainc plus grand monde en ce moment…quand au futur revolutionnaire…lui aussi à bien été terrorifié, (ce qui peut se comprendre… je suis en train de lire « la fin de l’homme rouge » de svetlana alexievitch et je trouve que c’est aussi boulversant et qu’ eclairant ) et ce n’est sans doute pas le festivisme altermondialiste qui y changera quelqchose…en ces temps de precarité economique…

      J’avoue que j’ai bien rit en entendant l’humoriste grinçant Gaspard Proust definir Eric Zemmour comme etant : un espéce de nouveau Jacques Attali qui lit l’avenir dans le passé.

      De fait ,à gauche , Melenchon n’est pas le seul à utiliser ces references anciennes…pour ma part c’est le blog de Paul Jorion, si actuel, qui m’a ramené à cet imaginaire, specialement ses allusions à Saint-Just, à Robespierre…explorant cette piste de reflexion j’ai decouvert sur le net l’historien Henri Guillemin et ses conferences exaltées , les ecrits, entre autres, de l’historien Albert Mathiez ( la revolution et la vie chére sous la terreur)… les interventions de Sophie Wahnich… ( sur le net ,rencontre entre Sophie Wahnich et Paul Jorion )

      Bon…tout ça, tout ça… je vous laisse ,il est bientot l’heure de dejeuner et mon infirmiére m’apporte mon potage…il faut que je cache mon portable…ah zut ! trop tard…

  19. Une présidentielle manifeste une victoire idéologique. La gauche n’est toujours pas en mesure de renouveller la sienne de manière cohérente.
    Elle ne regarde pas le monde à venir ni comment les autres le voit.
    Elle refuse de réfléchir sur la sécurité, alors que c’est le coeur de son histoire et laisse le securitaire prendre le pas.
    Elle ne cherche qu’à conserver défensivement une sécurité sociale, une éducation populaire concue pour répondre a des besoins qui ne sont plus les mêmes.
    Il n’y a pas de cap, juste une improvisation de dernière minute sous la guidance d’electeurs qui comprennent mieux les enjeux. Comment croire que l’on aura une efficacité quelconque, un plan d’execution.
    Tout cela augure au mieux d’une cure d’opposition pour se préparer.
    Alors, le dilemne est: faut-il vraiment tout casser pour forcer au renouvellement en pariant sur la neutralisation (cf les rebuffades legales de Trump)? Ou faut-il encore soutenir un moindre mal qui peut paraitre suffisamment en dehors pour pousser a un renouvellement?
    Cette election est un jeu tres dangereux parce que corrompue par le pouvoir la gauche n’est pas prete et regarde par le petit bout de la lorgnette.

  20. J’ai oublié d’ajouter que confusemment, on sent que le veritable moment ou il faudra gerer les changements du monde sont dans 3-5 ans, et que c’est pour ca que cette election peut etre experimentale. Mais pas la prochaine.

  21. Le Brainstorming ci-avant montre, s’il en était encore besoin, l’impasse actuelle et l’absence véritable de solution dans le cadre présent. La lucidité démontre à l’évidence que les candidatures séparées de Jean-Luc Mélenchon et de Benoit Hamon, c’est l’échec à l’élection ; même si l’incertitude des votes et la fragilité des sondages (volatilité, abstention, indécision) est exceptionnelle. A partir de là, l’alliance paraîtrait rationnelle pour augmenter les chances de gagner. Mais la mise en œuvre d’une telle alliance est problématique. Pour que ça marche, il faudrait qu’elle soit capable de faire émerger une cohérence programmatique (et je ne parle même pas des questions de personnes et d’organisation). Sinon, il y a de grandes chances pour qu’elle entraine une déperdition importante des voix, et pour finir ne représente même pas la somme des voix actuelles, et donc perde.
    Tout ceci dans le contexte présent : à seulement 30 jours du scrutin, pour convaincre sur cette hypothétique base, et avec des candidats qui ne sont pas dans de bonnes dispositions (chacun avec des raisons propres).
    Donc, partant de cette analyse, où la bataille est mal engagée, et mène à la débâcle assurée, quoi faire ? Penser à l’étape suivante (élections législatives, organisation d’une force d’opposition et de résistance ?). C’est sans doute à quoi songent les deux protagonistes (sinon ils ne seraient pas hommes politiques, et depuis si longtemps).
    Ce que je suggère donc, c’est de déterminer son vote et son action en fonction du coup d’après…. (mais peut-être que je me trompe). En tout cas, il faut se mobiliser !

  22. Bonjour,

    Je dirais que les sondages, si on sait bien les faire, on peut leur faire dire ce qu’on voudra.
    Prenez 900 personnes bien choisies et vous aurez un bon sondage — que personne n’ira vérifier.

  23. Après lecture des programmes de F. Fillon, E. Macron, B. Hamon, JL Mélenchon, j’ai trouvé énormément de propositions communes. Je vous propose de les mettre en valeurs. Cherchons ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous divisent.

    Le premier programme de F. Fillon, c’était zéro pointé. Le dernier c’est mieux, c’est un costume prêt à porter lambda qui ne correspond pas aux idées de son prometteur, mais qui a été taillé sur mesure pour des électeurs, donc à nouveau triple zéro pointé.

    Le deuxième programme de B. Hamon est superbe, merci M Piketty et consorts. Le premier manquait de maturité, quand au second, B Hamon devra attendre qu’il se vinifie, qu’il prenne son corps.

    Le programme de E. Macron est cohérent depuis le départ, il sera mis en oeuvre durant sa présidence. Espérons qu’il écartera le spectre du FN et qu’il préparera l’avènement d’un B. Hamon revivifié ! Cela se fera-t-il en un ou deux quinquennat ? L’avenir le dira. Si 2… B Hamon aura 60 ans.

    La BD de Mélenchon est nickel… mais elle restera dans les rayonnages. On la relira avec plaisir à l’occasion de chaque présidentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *