Émotions élections, par rienderien

Billet invité.

  • Marine, tu es en tête du peuple de la colère et de la frustration de ceux qui parlent avec leurs tripes et leurs poings, la faute à une vie pas toujours bienveillante. Du fond des campagnes aux villes-dortoirs tu as crié haut et fort cette colère indigeste pour les estomacs élyséens et tu as dénoncé les coupables de leurs malheurs, « les ceusses qui ne sont pas blancs et qui n’ont rien à faire chez nous « , et tu les fais rêver d’un chez eux tout à eux. – Bon Marine, nos routes se séparent, la guerre contre les autres c’est pas mon truc.

  • Macron, vibrion polisson, Janus en Apollon, poison-médicament, aigle-poisson, je marche je marche plus, je t’aime moi non plus, je vois je vois rien, ensemble tout seul, multicolore et transparent, – ça me donne pas le frisson.
  • Fillon, pur et dur, comme un dompteur tu sauras te faire obéir d’un claquement de fouet et chacun à sa place, les uns dans leur cage, les autres dans un fauteuil, et toi sur le trône. – La messe est dite et gare aux brebis égarées.
  • Mélenchon, le ronchon, le compagnon des mauvais jours qui saura te mettre le bras sur l’épaule et un fusil dans la main pour te conduire sur la montagne et te dire : « Regarde ! Prends, c’est tout pour toi ! »
  • Hamon, le plus gentil et ils sont tous méchants, ils t’ont mis KO. Non, ils ne veulent pas d’un futur désirable mais un présent sonnant et trébuchant dans les mêmes escarcelles. – Benoît, t’es trop bon pour les cons.
  • Nathalie Arthaud et Poutou, je vous respecte, vous parlez de vos blessures et de vos cicatrices à faire la cuisine pour tout le monde sans jamais être invités à la table. – Mais pourquoi vous battre pour quelques sous à garder votre soumission ? Demandez la liberté de choisir votre vie !
  • Lassalle ! Tu m’invites à partager avec toi un bon fromage comme à l’ancienne, – mais pourquoi diable le fromage est-il sous plastique ?

Il ne me reste que des grands-oncles sous Viagra 😊

Partager