L’histoire de la finance contemporaine s’écrit ici (et j’en suis fier !)

Il y a un peu moins d’un mois, j’ai reçu un mail dont le sujet était « Votre parallèle entre mon cas et celui de Kerviel ». La personne qui me l’adressait était Bruno Iksil, le trader de JP Morgan Chase qui avait été surnommé en 2012 « La baleine de Londres » et à qui avait été attribué une perte de 6,2 milliards de dollars subie par la banque.

J’ai engagé le dialogue avec Iksil et, trois jours plus tard, le 22 juin, débutait ici la publication en feuilleton, de « Bruno Iksil, surnommé « La baleine de Londres », nous dit ce qui s’est vraiment passé ».

Il y a dix jours, le 3 juillet, Le Monde en France, et L’Écho en Belgique, publiaient mon analyse des informations que nous avait transmises Iksil : Le mystère de la « baleine de Londres », enfin élucidé [résolu].

Il y a une semaine exactement, le 6 juillet, débutait sur le Blog, un nouveau feuilleton intitulé : Un régulateur, Une banque, Une VaR et une seule, que je vous suggère de lire comme un commentaire par Iksil lui-même sur l’interprétation que j’avais proposée dans Le Monde et dans L’Écho, des révélations qu’il nous avait offertes dans son Ce qui s’est vraiment passé.

Ceux de mes lecteurs qui sont familiers de la finance ont immédiatement compris que c’est l’histoire de la finance contemporaine qui s’écrit ici. Aux autres, je dirai ceci : ce que personne dans le Saint des saints n’avait l’intention de vous révéler sur la manière dont fonctionne réellement la finance (je ne parle pas des légendes urbaines complotistes qui circulent sur la monnaie), vous le trouverez ici : dans ces deux feuilletons révélant ce qui s’est véritablement passé à la banque JP Morgan Chase en 2012.

Quelle en est la raison profonde ? Le fait que Jamie Dimon, le patron de JP Morgan Chase, est l’un de ces très rares génies de la finance ayant compris quel en est le cœur même et comment du coup nous rouler tous dans la farine. Jusqu’à ce que sa stratégie soit démontée ici « for the whole world to see », rendue transparente aux yeux de tous.

Partager