Quand les choses sont accidentellement tout un symbole

À propos du débat entre Sophie Wahnich et moi avant-hier soir au Lavoir moderne parisien à la Goutte d’Or, à l’initiative de La plateforme, François Corre m’envoie ceci.

François Béranger—A la Goutte d’Or d’Aristide Bruant.

Continuer la lecture de Quand les choses sont accidentellement tout un symbole

Partager

Gallipoli 1915

On commémore en ce moment le centenaire de la bataille des Dardanelles. Les Australiens en particulier s’y firent dégommer en masse et les petits-enfants et arrière-petits-enfants des joyeux massacrés des antipodes se plaignaient amèrement récemment qu’on leur déconseillait d’aller se recueillir sur la tombe de la chair à canon ancestrale pour cause de nouveau califat agressif.

Continuer la lecture de Gallipoli 1915

Partager

Les inventeurs les plus révolutionnaires sont inconnus (ou presque !)

Savez-vous qui a inventé le plastique ?

Probablement non. C’est le Belge Léo Baekeland (1863 – 1944), inventeur de la bakélite en 1907 ! (Quand un Belge invente quelque chose, personne ne le sait … [soupir patriotique ulcéré] !)

Et qui a inventé le fait de danser tout seul sur la piste de danse (c’est quand même révolutionnaire ça, non ?) ?

C’est Chubby Checker, de son vrai nom Ernest Evans, né en 1941.

« Let’s twist again guys ! »

Continuer la lecture de Les inventeurs les plus révolutionnaires sont inconnus (ou presque !)

Partager

La Manic(ouagan)

La Manic de Georges Dor (1931 – 2001).

Si tu savais comme on s’ennuie
A la Manic
Tu m’écrirais bien plus souvent
A la Manicouagan
Parfois je pense à toi si fort
Je recrée ton âme et ton corps
Je pense à toi et m’émerveille
Je me prolonge en toi
Comme le fleuve dans la mer
Et la fleur dans l’abeille

Continuer la lecture de La Manic(ouagan)

Partager

Ben E. King (1938 – 2015)

La légende veut qu’un blogueur relativement connu aurait échangé son premier baiser avec une jeune fille dans la salle municipale de Furnes (West Vlaanderen) alors que le juke-box égrenait les notes de « Stand by Man » (Jerry Leiber and Mike Stoller), chantée par Ben E. King.

Bonus :

Continuer la lecture de Ben E. King (1938 – 2015)

Partager

Le monde est bipolaire, par Hervey

Billet invité

Le monde est bipolaire, masculin et féminin depuis toujours, partagé entre droite et gauche, géographiquement perçu en deux hémisphères et son futur tire à hue et à dia. Partent d’un côté ceux qui ambitionnent et de l’autre ceux qui désespèrent.
« Les fruits passeront (-ils) la promesse des fleurs (?).
La belle espérance en forme de prière du poète* nous revient en écho d’un temps où le religieux faisait rage.
Il faut l’entendre.

*http://www.poesie-francaise.fr/francois-de-malherbe/poeme-priere-pour-le-roi-henri-le-grand.php

hervey_declinaisons_monde-bipolaire

© Hervey.

Partager

Revue Ravage – Mort d’un homme politique de Tom Lanoye, avec Josse de Pauw

Ouvert aux commentaires.

Depuis que je passe à nouveau de longues périodes en Belgique, l’occasion m’a été donnée de voir des pièces remarquables du théâtre flamand. J’ai ainsi vu hier soir Revue Ravage – Mort d’un homme politique du dramaturge Tom Lanoye, avec Josse de Pauw dans le rôle principal de l’homme politique, et Peter Vermeersch à la tête de l’orchestre qui intervient lors des intermèdes chantés de cette « revue ».

J’ai eu l’occasion de voir récemment Josse de Pauw dans « Raymond », une pseudo-biographie de l’entraîneur de football légendaire Raymond Goethals, pièce de Thomas Gunzig, et dans « Huis », la combinaison de deux pièces en un acte de Michel de Ghelderode (1898-1962) : « Le cavalier bizarre » et « Les femmes au tombeau ».

Certains dans la génération qui m’a précédé m’ont dit : « J’ai vu Raimu sur les planches ! » ou « J’ai vu Jouvet en scène ! ». Je pourrai dire moi à mes petits-enfants que j’ai vu de mes yeux vus, Josse de Pauw – je peux aussi leur enjoindre d’aller le voir eux-mêmes, tant qu’il en est temps.

Continuer la lecture de Revue Ravage – Mort d’un homme politique de Tom Lanoye, avec Josse de Pauw

Partager