Les malthusiens ont encore frappé, par Françoise Degert

Billet invité. Sur son propre blog.

L’obsession américaine de l’accès aux ressources face à l’augmentation de la population humaine n’a pas diminué. Le fameux Paul Ehrlich qui a publié en 1960 The population bomb récidive. Toujours entouré de scientifiques, il lance cette fois-ci un cri d’alarme à propos de la disparition des animaux sur terre. En cause : les humains et leur manie de se reproduire et d’augmenter en nombre.

Continuer la lecture de Les malthusiens ont encore frappé, par Françoise Degert

Partager