De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

Ouvert aux commentaires.

I- La « mentalité primitive »

Jacques Athanase GILBERT

Votre parcours est particulièrement atypique, marqué en particulier par cette étonnante transition du chercheur au blogueur. Au-delà, votre pensée s’enracine dans le champ de la transdisciplinarité, empruntant à la fois à la philosophie, à l’anthropologie, à la sociologie et à l’économie. Comment appréhendez-vous cet itinéraire ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

Partager

De l’anthropologie à la guerre civile numérique (XVIII), La collapsologie, entretien réalisé le 21 mars 2016

Franck CORMERAIS

Comment envisagez-vous l’anthropologie des savoirs aujourd’hui ? Est-il nécessaire d’ouvrir un nouveau champ d’étude transdisciplinaire sur le modèle du savoir collectif que vous avez évoqué précédemment ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique (XVIII), La collapsologie, entretien réalisé le 21 mars 2016

Partager

Trois chercheurs britanniques : « Si l’intelligence extra-terrestre est très répandue, sa tendance à l’autodestruction l’est sûrement également »

La proposition de trois chercheurs britanniques [*] de partir à la recherche des traces de civilisations extra-terrestres éteintes plutôt qu’en activité se situe dans la ligne droite de l’hypothèse pessimiste de l’Astronome royal britannique Martin Rees selon qui, comme nous l’avons vu, si les civilisations d’animaux inventeurs et producteurs de machines précèdent nécessairement celles-ci, ces civilisations s’éteignent lors du passage du flambeau pour laisser les machines désormais seules et livrées à elles-mêmes, soit parce que le stade de l’invention de machines intelligentes appartient aux derniers feux jetés par une civilisation en voie d’autodestruction, soit parce que si des machines sont intelligentes, elles chercheront nécessairement à se débarrasser d’une espèce aussi nuisible que la nôtre. Les auteurs de l’article parlent à ce propos de « civilisations qui ont surpassé (ou succombé à) une Singularité technologique [P.J. : le dépassement global de l’intelligence humaine par celle de la machine] », et ils ajoutent qu’« il s’agit alors moins de la mort d’une civilisation que de sa transmutation en quelque chose de fondamentalement différent ».

Continuer la lecture de Trois chercheurs britanniques : « Si l’intelligence extra-terrestre est très répandue, sa tendance à l’autodestruction l’est sûrement également »

Partager

100 millions de dollars pour le projet « Maman ! Vite ! Au secours ! »

Sigmund Freud écrit dans « Deuil et mélancolie » (1917) : « Il est […] remarquable qu’il ne nous vienne jamais à l’idée de considérer le deuil comme un état pathologique et d’en confier le traitement à un médecin, bien qu’il s’écarte sérieusement du comportement normal. Nous comptons bien qu’il sera surmonté après un certain laps de temps, et nous considérons qu’il serait inopportun et même nuisible de le perturber. »

Continuer la lecture de 100 millions de dollars pour le projet « Maman ! Vite ! Au secours ! »

Partager

Le dernier humain, à la machine qui s’apprête à le terminer : « Mission accomplie ! »

Martin Rees est le quinzième Astronome Royal du Royaume-Uni depuis 1675, date de création du poste dans l’entourage du roi : « Pour s’appliquer avec le soin et la diligence les plus exacts à la rectification des tables des mouvements des cieux, et des positions des étoiles fixes, afin de découvrir la longitude tant désirée des endroits pour le perfectionnement de l’art de la navigation ».

Continuer la lecture de Le dernier humain, à la machine qui s’apprête à le terminer : « Mission accomplie ! »

Partager