Envoyez par mail 'La crise de l’immobilier américain : le rôle joué par le nouveau régime de la faillite personnelle' à un ami

Envoyez une copie de 'La crise de l’immobilier américain : le rôle joué par le nouveau régime de la faillite personnelle' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
0Shares

4 réflexions sur « La crise de l’immobilier américain : le rôle joué par le nouveau régime de la faillite personnelle »

  1. Monsieur,
    si vos analyses du marché immobilier US sont bonnes, et compte tenu de l’importance de ce secteur, les implications macroéconomiques seront substantielles et la croissance n’a pas la moindre chance de dépasser 2 % en 2007 aux USA.
    Voici donc ce que je vous propose : on se fixe un RDV sur internet vers janvier-février 2008, quand les chiffres définitifs du 4e trimestre commenceront à faire l’objet d’un consensus. Si vous avez raison (ce qui implique une chute du PIB, ou du moins une croissance fortement ralentie, disons moins de 2 %, hors scénario d’un baril a 100 dollars et hors attentat terroriste majeur sur le sol US), je vous donne 500 dollars. Je suis solvable et déjà sur le sol américain, ce qui facilitera la transaction. Si c’est vous qui avez tort (une croissance finalement peu affectée par le ralentissement immobilier), c’est vous qui m’envoyez un chèque de 500 dollars.
    De façon à pimenter les choses, je vous autorise à mettre cette proposition sur votre site et n’hésitez pas à ébruiter le pari le plus possible.
    Mon analyse repose sur la résilience du secteur immobilier US, et plus généralement sur la résilience de l’économie US toute entière, mais peu importe : nous devrions juger les théories selon leurs résultats.
    Chiche ?
    mathieu mucherie,
    mucherie@hotmail.com

  2. @ Sébastien

    Ah ! la belle époque : chaque billet ne recevait qu’un ou deux commentaires. Mais vous faites bien de me le rappeler : chacun me rapportait 500 $ !

  3. Quoi? Il n’a pas payé son pari? Sans doute un spéculateur, ils encaissent les gains et filent à l’anglaise lorsqu’il y a des pertes… 🙂

    Si j’avais le temps, je lirais bien tous ces vieux posts, nul doute qu’il y ait là des friandises d’autant plus savoureuses à lire rétrospectivement. Ne trouveriez-vous pas intéressant, Paul, de nous en ressortir à l’occasion quelques-unes que vous jugez importantes, pour analyse rétrospective? (pas nécessairement les articles où vous vous êtes montré « prophétique »)

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*