E-Mail 'Bloguer en deux langues' To A Friend

Email a copy of 'Bloguer en deux langues' to a friend

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

5 réflexions sur « Bloguer en deux langues »

  1. Paul,
    Je ne connaissais pas ce billet vu « ça date » comme dirait Begin. (:-)
    Les langues, j’ai étudié les même, puisque nous sommes du même pays.
    Le brusselois, on ne voulait pas me l’apprendre donc je suis arrivé en classe « vierge » de néerlandais.
    Qu’ai je appris? La littérature. Vondel est un de mes souvenir. Le néerlandais même à Bxl, beaucoup avait des buses dans le secondaire avec cette langue. La construction des phrases était la plaie ouverte.
    L’anglais, déjà, intéressait plus par sa nouveauté. Mais la prononciation restait a désiré.
    C’est sa plus grande erreur de ne pas prononcer toutes les lettres comme en néerlandais.
    Plus tard, j’ai bien dû remarqué que le côté pratique de mon néerlandais ne permettait pas de prendre la bonne formule pour répondre au téléphone à mes collègues hollandais.
    Rebelote pour les cours pratiques et avec la motivation, je me débrouillais bien.
    Une langue reste un outil qu’il faut pratiquer en permanence. Rien ne s’oublie aussi vite qu’une langue sans entretien.
    Comme je l’écrivais « Les langues, un sacré jeu de langue »

  2. Magnifique,
    Merveilleux.
    Plus que jamais je suis heureux de venir ici. Бумага всё терпит.
    Le Blog de Paul Jorion supporte tout.

  3. Paul,

    Chomsky, La Recherche, juillet-août 2010 : « le langage peut évidemment servir à la communication, tout comme les gestes ou la manière de s’habiller. Mais statistiquement parlant, et c’est ce qui est important, le langage est de manière écrasante beaucoup plus utilisé pour penser, dans le cadre de notre dialogue interne. Le langage sert d’abord à penser. »

    Et nous pensons à des choses différentes selon le lieu ou nous sommes ou les gens avec qui nous vivons. Et donc selon la langue que nous utilisons.

    Je pense que plus que la langue, c’est ce vécu différent associé à la langue utilisée dans un contexte donné qui nous influence le plus. Et bien sûr le souci d’être compris par mes interlocuteurs, lecteurs, auditeurs, va me pousser à adapter mon discours en fonction de leurs mondes subjectifs supposés.

    Mais je ne deviens pas schizophrénique pour autant, mon caractère, mes préférences sexuelles, mes objectifs de vie ne changent pas…

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*