Ex nihilo et… quoi encore ?

Julien Alexandre a bien fait d’attirer mon attention sur le fait que certains tentent d’entraîner le débat relatif à la création monétaire « ex nihilo » sur le terrain du racisme et plus particulièrement de l’antisémitisme.

Je me suis ouvert dans différents billets sur le fait que mon grand-père maternel était juif. Certains commentateurs sur d’autres sites pensent – et ne se privent pas de le dire – que la raison pour laquelle je considère que les banques commerciales ne créent pas de l’argent ex nihilo est due à mon ascendance ou comme ils le disent avec beaucoup de tact, à ma « sensibilité ». Ce serait donc par « solidarité avec un groupe ethnique » (qui ne considère pas – soit dit en passant – que j’en fasse partie) que j’adopte ce point de vue.

Je défends l’opinion que les banques commerciales ne créent pas d’argent ex nihilo parce que c’est un fait. J’ai examiné avec patience tous les documents qui m’ont été soumis qui tendraient à prouver le contraire.

Certains d’entre vous m’ont dit en privé – et d’autres l’ont dit ici – que la thèse de l’argent ex nihilo est un mythe urbain d’inspiration antisémite et je leur ai dit que je ne le pensais pas. Ceci dit, j’ai suivi bien des liens qui m’ont été proposés dans ce débat et je suis tombé le plus souvent sur des sites américains antisémites du courant « milicien ». Cela ne m’a pas empêché de continuer à penser que les défenseurs de l’ex nihilo étaient dans leur majorité de bonne foi et je le pense encore. Le moment est cependant venu pour eux de faire un sérieux tri parmi leurs alliés.

Je n’ouvre pas ce billet-ci à la discussion parce qu’il s’agit ici d’une déclaration de ma part et non d’idées que je soumets au débat.

0Shares