Envoyez par mail 'La guerre sino-américaine' à un ami

Envoyez une copie de 'La guerre sino-américaine' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

134 réflexions sur « La guerre sino-américaine »

  1. hors sujet, mais d’actualité cruelle; un article publié ce matin dans la tribune :

    Le surendettement des ménages français en très forte hausse
    Selon Le Parisien, qui cite la Banque de France, le nombre de ménages surendettés a atteint 162.171 sur les trois premiers trimestres de 2009, contre 137.842 sur la même période de 2008. Le crédit « revolving » en est souvent la cause.

    Le nombre de ménages surendettés ayant engagé des procédures de demande d’aide a atteint 162.171 sur les trois premiers trimestres de 2009, contre 137.842 sur la même période de 2008, selon le journal Le Parisien de ce mercredi, qui cite la Banque de France. Les situations sont de plus en plus graves, puisque la procédure exceptionnelle de « rétablissement personnel », qui consiste à vendre la totalité du patrimoine d’un ménage en contrepartie de l’effacement des dettes, a été déclenchée 32.000 fois déjà cette année contre 25.000 durant la même période un an plus tôt.
    La moyenne de surendettement atteint 40.000 euros par dossier en France, contre une somme deux fois moindre en Allemagne et 18.000 euros en Belgique.
    Le phénomène s’est développé notamment depuis les années 1980 en France, avec l’usage très large du crédit à la consommation par les banques, sous des formes aujourd’hui contestées comme le « revolving ».
    Cette pratique consiste à mettre à disposition des sommes importantes en échange de taux de rémunération très élevés. Le gouvernement a refusé d’interdire cette pratique en octobre, Christine Lagarde expliquant qu’elle créait des emplois. A été lancé simplement un projet d’encadrement léger des pratiques bancaires qui doit être examiné en 2010.
    latribune.fr

    1. Merci
      Comme aux US on voit en France des journaux financiers critiques et des journalistes de plus en plus « courageux ».
      C’est que la peur augmente…

  2. J’ai quelques questions (peut être bête) qui me travaillent depuis quelques années : peut-on prédire l’arrivée de l’inflation à deux chiffres dans nos économies occidentales? c’est pour quand le grand soir? Pourquoi les banques centrales indiennes, chinoises et aussi la banque de France achètent de l’or (les conteparties des prêts faits aux banques sont-ils si pourris que ça? Merci d’éclairer mes doutes de jeunes professeur de ses.

    1. Je ne peut malheureusement que vous répondre à la deuxième question ( je crois que les achats d’or se comprennent d’eux mêmes)
      Cette crise n’entraînera ni grand soir, ni révolution : peut-être des mouvements violents sans lendemain. C’est d’ailleurs ce que vous expliquerait M Besancenot s’il était sérieux : « le grand soir » ne peut arriver que si existe une perspective un minimum cohérente fût-elle imaginaire.
      Or le fait est que cette perspective d’évolution n’existe pas; et ce n’est pas la floraison des discours anti-capitaliste qui y apportera quelque chose, contrairement à ce qu’on croit. Et pour cette raison simple qu’Hegel expliquerait mieux que moi : un anticapitaliste est in fine un ardent défenseur du système qu’il prétend combattre, car sans capitalisme son discours n’aurait plus aucun sens !

      D’où l’intérêt irremplaçable de ce site qui se situe sur un positionnement tout à fait différent ; mais il y a loin de la coupe aux lèvres !

  3. Et ni la spéculation immobilière à Pékin ni la bourse de Shanghai ne sont à l’abri.

    Effectivement non, les chinois n’importent pas que les billets ils importent les bulles aussi.
    Et au même titre que la crise est le fait d’un excès d’épargne asiatique, les deux bulles chinoises sont exclusivement le fait de la politique monétaire des américains. Ces deux pays ont finalement beaucoup en commun 🙂

    http://www.nakedcapitalism.com/2009/11/should-america-kowtow-to-china.html

    Mais je n’imagine pas les américains se prosterner d’ailleurs ce n’est pas américains VS chinois, c’est ploutocrates des deux pays VS leurs classes respectivement moyennes et pauvres.
    La dessus les riches américains et les riches chinois n’auront aucuns problèmes pour s’entendre, quelque soit le nom que porte le système.

  4. A quelle sorte de « guerre » faite vous référence? On peut imaginer beaucoup de variations sur ce thème; disons, de la guerre des mots à la guerre atomique.

  5. @A:
    « Paul, comment concevez-vous la fin du capitalisme dans le monde occidental et qu’est-ce qu’il y aura après ? »

    Heu…C’est toute la question…
    Et c’est juste parce qu’il n’y a actuellement aucune réponse possible à cette question, que les choses donnent l’impression d’aller à peu près « bien » tout en continuant d’aller de plus en plus mal…

    Toutes les hypothèses sont, comme on dit, « sur la table »…autour de cette table: un grand silence…

    Wittgenstein disait: « Ce dont on ne peut parler, il faut le taire ».

  6. Nous y voilà!
    La chine a planifié sa montée en puissance depuis longtemps….ça c’est clair
    Les BRIC l’accompagnent dailleurs!

    Par contre, sa spéculation effrénée et sa forte orientation vers les exportations en font sa force…..

    Comment se fait il que la chine puisse croitre de 9% quand le recul du commerce mondial est si grand : tout le monde diminue ses achats dans le monde, par contre la chine vend plus??????

    On nous dit pas tout!!!

    1. n’oublions tout de même pas que les « statistiques » chinoises ont toujours été sérieusement critiquées. déjà que les nôtres ne sont pas terrible !!!!
      de plus, on fait dire ce que l’on veut aux chiffres.
      enfin, il convient toujours de replacer la publication de statistique dans l’environnement économique, politique etc ….

    2. Cedric.
      Dans les BRIC, l’Inde est souvent en désaccord avec la Chine. Et armée par les US. Il se pourrait que l’axe se résume à un BRC. (ce qui est déjà une sacrée force)

      Si, on nous dit tout. Mais il faut trouver l’information.
      Les déversements de liquidités en Chine font comme partout ailleurs : ils gonflent artificiellement le PIB, mais ne profitent pas à l’économie réelle.
      Ils « bullent », comme tout le monde.

    3. >Comment se fait il que la chine puisse croitre de 9% quand le recul du commerce >mondial est si grand : tout le monde diminue ses achats dans le monde, par contre la >chine vend plus??????

      Tout simplement parce que les statistiques Chinoises sont grossièrement faussées par un mélange assez étonnant de culture stalinienne (toujours présenter de bons chiffres, même s’ils sont aberrants), de management par la carotte (si les fonctionnaires ne fournissent pas de « bonnes » statistiques, ils n’ont pas de carrières) et de confucianisme (qui fait que l’on ne critique pas le Chef en face), qui permet d’inventer une croissance à 9% sans création d’emplois en nombre suffisant (la Chine connaît un manque terrible d’emplois, même pour les jeunes diplômés.)

  7. @ Paul

    Pour la première fois vous faites allusion à l’aspect « militaire » éventuel des relations sino-américaines.
    Etes-vous inquiet à ce point?
    L’animal US est blessé, serait-il sujet à diversion ou à pratiquer l’attaque préventive pour masquer son déshonneur?
    Je pense bien sûr à l’influence improuvable (?) d’une faction neo-cons associée au CMI.

    1. Hello, ami haché.
      Oui, Paul a raison. Car les tensions sont de plus en plus vives et n’ont aucune raison de diminuer.

      Et il faut suivre aussi de façon objective (et non comme Dedefensa) les scissions en cours au sein du gouvernements US, et SURTOUT, les milliardaires du pays qui diversifient leur patrimoine ainsi que des personnages connus (économistes, journalistes, stars en tout genre,…) qui critiquent ouvertement le gouvernement. Seulement UN an aprés sa constitution.

      Les dernières élections locales aussi, qui sont gagnées par des opposants à la caste en place, et sont largement…populistes.

      Ca bout, là-bas.

      Ainsi, allez dire à un Américain quelconque, aprés tant d’années pendant lesquelles ont lui a rabaché qu’il était maître du monde et qu’il doit accepter de se plier à ce qu’il considère être une « sous-nation »…
      Ils l’ont sec. Si j’ose dire.

      Notre avenir le meilleur semble donc être le principe de base de la Suisse… : neutres.

      See you soon. Et si on se voit pas : on s’écrit.

  8. “Small is beautiful, but big is powerful”

    Le gouvernement américain utilise de l’argent qu’il n’a pas pour éponger les dettes de fraudeurs financiers (investir dans le passé) pendant que la Chine utilise de l’argent qu’elle a pour s’acheter du pétrole (investir dans le futur). L’individu US s’achète des armes car il n’a plus confiance en un système qu’il voit s’effondrer pendant que les minorités chinoises guettent les brèches dans l’appareil pour revendiquer des droits élémentaires.

    La fin du pouvoir d’achat des US (fin du pétrodollar et du dollar) et les limites physiques imposée à la Chine et au Monde (population en croissance et déplétion des ressources) seront les éléments clés sur l’avenir de ces deux pays ‘Too Big to Fail’. Il est possible que ces deux pays soient en fait ‘Too Big to Live’.

    1. Le capitalisme libéral est l’enfant du pétrole.
      Nous ne vivons pas la fin du capitalisme, mais la fin du pétrole.
      La production de brut stagne depuis 5 ans maintenant.
      La suite est facile à deviner : retour au 18ème ou 19ème siècle, avec entre temps retour au niveau de populations soutenable à l’époque (sans agriculture industrielle), et donc, la courbe de l’énergie étant liée a la courbe démographique, je vous laisse imaginer les « méthodes » pour y parvenir, sachant que un des facteurs principaux sera, dans la déliquescence générale, celle de « l’hygiène » (le premier coût qu’on peut réduire, c’est les ordures) et donc le retour des pandémies.

    2. @ybabel: C’est effectivement ce qui nous attend si nous ne nous débarrassons pas du capitalisme. Celui-ci ne pourra survivre qu’en sacrifiant la démocratie. Je préfère pour ma part espérer que nous vivons bel et bien les dernières années du capitalisme, tout en étant bien conscient que c’est loin d’être gagné.

    3. @ybabel

      Pour compléter ce que vous dites :

      La fin du pétrole ne veut pas dire que l’on retourne vers le moyen age. Deux raisons à ca :
      – même limitées, les énergies renouvelables existent, et peuvent faire une différence.
      – la densité de population aujourd’hui est bien trop grande pour permettre ce mode de vie

      Extrait de Without the Hot Air, librement téléchargeable de David Mc Kay
      ( http://www.inference.phy.cam.ac.uk/withouthotair/c18/page_108.shtml
      et http://www.inference.phy.cam.ac.uk/sustainable/book/tex/sewtha.pdf)

      Bio-powered Europe

      Sometimes people ask me “surely we used to live on renewables just fine,
      before the Industrial Revolution?” Yes, but don’t forget that two things
      were different then: lifestyles, and population densities.

      Turning the clock back more than 400 years, Europe lived almost en-
      tirely on sustainable sources: mainly wood and crops, augmented by a little
      wind power, tidal power, and water power. It’s been estimated that the
      average person’s lifestyle consumed a power of 20 kWh per day. The wood
      used per person was 4 kg per day, which required 1 hectare (10 000 m2) of
      forest per person. The area of land per person in Europe in the 1700s was
      52 000 m2. In the regions with highest population density, the area per per-
      son was 17 500 m2 of arable land, pastures, and woods. Today the area of
      Britain per person is just 4000 m2, so even if we reverted to the lifestyle of
      the Middle Ages and completely forested the country, we could no longer
      live sustainably here. Our population density is far too high.

    4. @Betov

      En théorie vous avez raison, en pratique … j’en doute.
      Qui accepterait que la moitié du territoire, la majeure partie des côtes soit exclusivement consacrés à la « production » d’énergie renouvelable ? Même les écologistes se battent contre des projets éoliens sous prétexte qu’ils abîment le paysage, alors que rapportée à notre consommation énergétique totale, la production d’énergie éolienne à cette échelle reste absolument marginale.

    5. Les énergies renouvelables oui, mais un rapide calcul montre qu’elles ne fournissent pas le même ordre de grandeur d’énergie que le pétrole. (A supposer qu’on puisse faire la transition entre les 2 industries sans avoir besoin de la première … ce qui est loin d’être le cas)
      Donc il faudra renoncer a une grande partie … de notre « confort » / mode de vie et aussi … 🙁 de la population 🙁

    6. @Ybabel
      « La lutte contre la nature est sans espoir, et pourtant elle sera poursuivie jusqu’à la fin »
      « Le maître du monde est en train de devenir l’esclave de la machine qui le force à passer par où elle veut. Abattu, le triomphateur est battu par le char »
      « Le luxe aujourd’hui habituel dont bénéficie, par rapport au coolie, le travailleur blanc sera sa perte. »

      in Spengler: l’homme et la technique 1931

      Voir: http://agora.qc.ca/reftext.nsf/Documents/Technique–La_conception_de_Spengler_par_Jacques_Dufresne

      Le pétrole est sans aucun doute une manifestation de notre culture occidentale, mais les visions du monde peuvent changer de façon très soudaines et inopinées (dans le cas de civilisation, de façon souvent violente aussi: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=MAR20091119&articleId=16186)

    7. Ybabel,

      Votre message du 18 à 10:54 : les conditions d’hygiène et de traitement des ordures que vous décrivez concernent actuellement une grande partie de la population mondiale

  9. A propos de l’aspect militaire, je voudrais ressortir des extraits d’un article de Courrier International ( n 737 – 16 déc. 2004), article écrit par Wang Jian – Membre de la Société de macroéconomie de Chine (qui ne représente pas nécessairement l’avis du gouvernement Chinois, mais allons savoir?…)

    …/…

    Il existe des entraves réelles à la croissance économique chinoise, qui sont d’ordre externe et non interne. L’an dernier, la Chine a consommé 30 % du pétrole extrait, 30 % de l’acier, 40 % du ciment et 25 % des investissements directs mondiaux. La hausse générale du prix des produits de base a sans aucun doute été tirée par la demande chinoise liée à la forte croissance du pays. Et ce n’est qu’un début ! Prenons l’exemple de l’acier : l’an dernier, les importations de la Chine en minerai de fer s’élevaient déjà à 150 millions de tonnes (30 % de l’ensemble des exportations mondiales), ce qui avait provoqué un envol des cours, qui avaient plus que doublé. Si l’on considère qu’en 2030 la Chine comptera 1,6 milliards d’individus et que le PIB moyen par habitant s’élèvera à 5 000 dollars, elle utilisera chaque année plus de 300 millions de tonnes d’acier et sa consommation en minerai de fer dépassera les 600 millions de tonnes, soit davantage que les quantités disponibles actuellement sur le marché mondial.

    La situation est encore plus grave en ce qui concerne le pétrole et les céréales. […]. La consommation de pétrole par habitant dépasse 1 tonne dans les pays industrialisés. Si la Chine, avec ses 1,6 milliard d’habitants, rejoignait leurs rangs, il lui faudrait donc 1,6 milliard de tonnes de pétrole, mais elle ne peut espérer produire elle-même au mieux que 200 millions de tonnes, en raison de ressources limitées. Autrement dit, il lui faudra importer 1,4 milliard de tonnes de pétrole, soit plus de 60 % des ressources disponibles. Pour les autres pays, il restera à peine 900 millions de tonnes, alors qu’aujourd’hui les importations pétrolières des Etats-Unis, du Japon et des pays européens dépassent déjà les 1,2 milliard de tonnes La Chine pourra-t-elle vraiment obtenir de quoi satisfaire ses besoins ?

    Quand le monde entier prendra conscience des bouleversements que la demande chinoise devrait à terme entraîner en matière d’offre et de demande de produits primaires sur le marché international, des limitations aux importations chinoises de matières premières apparaîtront inévitablement. A mon sens, la Chine ne pourra poursuivre son développement économique sans subir d’importantes restrictions au niveau mondial que jusqu’en 2010, dans le meilleur des cas. Il lui reste donc cinq à six ans. Si, durant ce laps de temps, la Chine s’impose des contraintes pour freiner sa croissance économique, elle risque de passer à côté dune phase stratégique offrant de précieuses opportunités.

    […] les Etats-Unis [ …] ont tracé entre les zones pétrolifères du Moyen-Orient et de l’Asie centrale une courbe orientée vers lest. Ainsi, en cas de conflit avec l’Union européenne, ils peuvent pousser le Japon et la Chine dans leur camp grâce aux intérêts pétroliers. En effet, faute de se montrer dociles, ces deux derniers pays risquent de voir leur économie sombrer dans le marasme par manque de pétrole à court ou à moyen terme. Or, si jamais les Etats-Unis, la France, l’Allemagne ou la Russie cherchaient à utiliser leur puissance militaire pour affirmer leur position de leader de la planète, il est très difficile d’affirmer que l’approvisionnement mondial en pétrole, en acier et en céréales ne serait pas perturbé. Aussi la Chine doit-elle d’ores et déjà élaborer une parade aux possibles soubresauts qui risquent de secouer l’économie mondiale.

    Le développement pacifique du monde a un avenir limité

    Dans l’état actuel des choses, la stratégie américaine de contrôle des principales sources d’approvisionnement en pétrole de la planète n’est pas encore achevée. Sans doute faudra-t-il encore deux ou trois ans. Une fois cette emprise établie, il est probable quelle fera l’objet d’un jeu d’influence entre les Etats-Unis et l’Union européenne. Le développement pacifique du monde na donc peut-être que cinq ans devant lui.

    C’est pourquoi nous ne pouvons pas considérer que permettre à l’économie chinoise de faire une pause est indifférent. Ni qu’une fois les ajustements économiques effectués il sera encore possible de se développer dans un environnement mondial paisible et de se procurer pacifiquement comme auparavant les matières premières nécessaires sur le marché mondial. La Chine en est déjà arrivée au point o toute nouvelle augmentation de 1 % de sa croissance repose sur des ressources énergétiques étrangères. Toute diminution significative des sources d’énergie, voire leur interruption complète au cours d’une période donnée, se traduirait forcément par un arrêt de la croissance chinoise.

    [… ] la Chine fait désormais partie des grands de la planète. Elle doit de ce fait aborder toute chose sous l’angle international et ne peut pas réfléchir à ses problèmes à huis clos. Elle ne doit pas s’imposer des contraintes pour freiner sa forte croissance actuelle, mais bien mettre à profit les possibilités exceptionnelles de développement pacifique que lui offrent les quelques années à venir afin d’accélérer encore son rythme de croissance. Face à un monde qui s’annonce de plus en plus chaotique, toute montée en puissance de la Chine est un gage de sécurité pour elle.

    1. l’évidence du besoin énergétique de la chine et de l’inde ne peut être remis en question.
      il est bien évident que les tensions sur le marché des matières première sera énorme.
      cette situation me fait penser à la celle des habitant que l’île de pâques qui, manquant de ressources se sont entretués avec des cas de cannibalisme avérés.
      seront nous aussi idiot ?

    2. Si l’on considère qu’en 2030 la Chine comptera 1,6 milliards d’individus et que le PIB moyen par habitant s’élèvera à 5 000 dollars, elle utilisera chaque année plus de 300 millions de tonnes d’acier et sa consommation en minerai de fer dépassera les 600 millions de tonnes, soit davantage que les quantités disponibles actuellement sur le marché mondial.

      Le plus simple est donc de considérer que la Chine ne comptera jamais 1.6 milliards d’individus.
      Les démographes commettent les mêmes erreurs que les économistes.

    1. Yvan dit:
      « Laisser tomber un vrai lingot et un faux sur un sol en béton,… »

      C’est vrai, moi je m’amuse à ça tous les matins, au petit-déjeûner…Qu’est-ce qu’on se marre ! ;-))

    2. Très bonne question, la seule qui vaille.

      Et l’autre est de savoir comment ça arrivera, ou encore de savoir si les banquiers et la bourse peuvent vivre sans économie réelle, avec une économie « zombie » comme on dit récemment. La disparition de l’économie classique entraînera l’émergence de pouvoirs locaux dont l’économie sera locale (mafia, conseil régional, etc) La disparition de l’économie globale est la disparition du pouvoir central.

      Les économistes n’ont pas assez d’imagination pour voir ce qui est en jeu, que la société va se réorganiser sans eux, et en dehors des pouvoirs classiques. Que ces pouvoirs locaux soient démocratiques, rien ne le garantit…

      Dans la chaos qui en manquera pas d’arriver, j’imagine très bien les citoyens se rendre à la mairie, se regrouper autour du maire ou d’une autre figure et s’organiser au niveau de la commune pour survivre.

      Il ne faut pas se leurrer, ils n’arriveront pas à sauver le monde.

      Concernant le Go, sa philosophie est identique à celle des échecs et autres arts de la guerre : ne dévoiler ses plans que lorsqu’il est trop tard. Le go est plus intéressé par l’espace que par les pièces de l’adversaire…

    3. Pierrot.. j’aurais dû préciser.
      J’ai travaillé en bijouterie. Option contrôle de gestion et organisation de production.

      Le premier lingot que l’on a dans les mains est « impressionnant ». Puis, ils deviennent de simples presses-papiers de 2 kilos…

    4. Judicieux commentaire, Lisztfr. (est-ce que ça se prononce?)

      Par contre, sauver le monde…???
      Vous devez rêvez, là.

      Il s’agira de sauver sa peau. Et ce sera déjà pas mal à l’échelle de sa ville, car permettra :
      1) de retrouver des valeurs de solidarité.
      2) de lier des liens réels avec des personnes de confiance.

      Et cela n’a pas de prix. (dhollarment, je parle)

    5. à Father Greed,
      d’accord avec vous, et la terre ne portera peut-être pas 9 milliard d’individus en 2050 ou je ne sais plus combien.. C’est comme dans la nature, même les espèces les plus invasives doivent finir par s’ajuster à la ressource, et au territoire ! L’espèce humaine est peut-être dans une phase d’expansion, au détriment des autres, mais faudra bien qu’elle fasse avec la réalité de son milieu. Et on ne le fera même pas exprès.

  10. « la Chine dispose désormais d’armes balistiques permettant d’atteindre des navires naviguant à moins de 1 500 kilomètres de ses côtes. Cinq porte-avions, sur les onze que compte la flotte américaine, tombent dans cette catégorie. »

    Là encore, nous observons les effets de cette révolution épistémologique qui pris naissance au début du XXème siècle.
    Cette révolution nous a désinhibés, psychologiquement puis matériellement. Prolongement d’une révolution industrielle, avec une intelligence partagée en plus.

    Conséquemment, la puissance avec laquelle nos capacités naïves à inférer peuvent désormais s’incarner concrètement, ont permis à la Chine, sous certaines conditions, d’atteindre l’objectif de disposer d’armes balistiques en à peu près dix ans. (Bloomberg via ContreInfo).
    Les conditions auxquelles je fais allusion portent sur la non-complexité (au sens mathématique du terme) du problème à résoudre.
    Dans la même lignée, je ne vois pas ce qui empêchera l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.

    Prenons a contrario le programme d’avions de combats JSF, Joint Strike Fighter , engagé par l’administration américaine il y a plus d’une décennie. Ce programme est complexe (toujours au sens mathématique du terme) et semble, aujourd’hui, se trouver dans une situation critique. Comme feu le BMDE, ce système anti-missiles que les USA voulaient installer en Tchéquie et en Pologne.

    On pourrait conclure, en parodiant Archimède, qu’avec une méthode, il est désormais possible de soulever le monde.

  11. Vu le niveau d’arnaque « colossal » atteint par les astuces de <> je me demande si on peut ajouter foi à l’histoire des lingots et barres d’or fin:

    « fourrés au tungstène »…

    Il semblerait que la Chine en ait mangé…ce serait perdre gravement la face…
    Le poids atomique du tungstene est égal à celui de l’or, il suffit de plaquer or des lingots de ce métal…bénéfice colossal.
    C’est dur à faire il faut être équipé, mais c’est à la portée d’une banque ou d’un cartel.

    http://fofoa.blogspot.com/2009/11/is-dollar-good-as-tungsten.html

    1. c’est la masse volumique qui compte, elles sont en effet assez proches, mais différentes.

      tungstene = 19 300 kg/m3
      or = 19 250 kg/m3

    2. Hhmm.. non.

      En effet, les titres de possession d’or sont faux. Car déjà, vous êtes certain de ne posséder au maximum que 95% d’or réel.
      Cette rumeur s’appuie sur ça.

      Essayer de vendre un faux lingot est par contre, un risque bien trop grand : ils sonnent différemment.
      Laisser tomber un vrai lingot et un faux sur un sol en béton, vous verrez : le bruit est complètement différent.
      Le tungstène sonne « sec » et rebondit, car beaucoup plus dur.

    3. >c’est la masse volumique qui compte, elles sont en effet assez proches, mais différentes.
      >tungstene = 19 300 kg/m3
      >or = 19 250 kg/m3

      Donc, differentes d’un quart de pourcent. C’est peu. Avec un balance de precision ca peut etre decele, mais si les petits malins ont laisse un trou dans leur tungstene pour amener la masse d’un lingot a ce qu’elle devrait etre en or pur, c’est indecelable par pesee. Comment constate-t-on ce genre de fraude? Radiographie? Numero de serie non repertorie, ou redondant?

    4. Autant pour moi Messieurs, masse volumique, merci Lemar.
      Il suffit de laisser qq bulles dans le tungstène et de plaquer en vrai or pour satisfaire la banque d’Angleterre.
      Je ne suis pas capable de vérifier si le tungstène sonne plus sec, c’est Yvan qui possède des lingots des deux qualités.
      Si c’est un hoax, il fera juste du buzz…
      Si c’est vrai çà fera boom.

    5. Je ne porterais pas trop de crédit à cette info, si j’étais vous.

      Car même en imaginant de laisser une couche d’or suffisante pour que le tungstène ne soit pas détectable avec, pas exemple, un simple coup de marteau, il suffit :
      – prendre des lingots par échantillonnage suffisant.
      – les percer de part en part ou les passer à la presse car l’or est ductile.

      La présence de tungstène apparaîtrait immédiatement.

    6. Maintenant, que Fort Knox soit rempli de tungstène peint en jaune, là, je ne vois absolument pas comment cela pourrait être vérifiable.

      Déjà qu’il faut attendre qu’une banque fasse faillite pour connaître un tant soit peu les valeur réelle de ses actifs…

      Et encore, voyez l’autopsie de Lehman qui prendra le plus longtemps possible.

  12. Passage de pouvoir, je fais des images, un gâteau de la terre que nous nous partagions entre pays occidentaux, disons 1 milliards à participer au festin….
    L’arrivée des pays du Bric, c’est disons 1 milliard de plus et potentiellement 2 milliards de plus à vouloir du gâteau…

    En théorie le gâteau n’est pas extensible même si d’aucuns pensent que l’on peut accroître notre consommation grâce à la science…donc en théorie notre part du gâteau doit diminuer quoiqu’il arrive et nous ne sommes pas prêts et ce me semble les USA encore moins que les autres….

    Si maintenant on dit que le gâteau peut se réduire, matières 1ères, eau – pétrole – nourriture par exemple, qui aura le gâteau…
    Ce me semble la Chine est devenue l’usine du monde, avec les licenciements, les prè-retraites, les fermetures d’usines, les pays occidentaux ont perdu non seulement les usines mais aussi leur capacité à assumer toutes les productions industrielles…

    Le peak de pétrole est atteint, le gaz, le charbon cachent ce fait, demain le prix du pétrole va monter, inéluctablement, il restera alors à la Chine de réévaluer le Yuan pour payer ce pétrole, nous occidentaux devront accepter cela car nous n’avons plus les usines, le transfert du gâteau sera alors automatique…

    Reste que le peak atteint, il y aura raréfaction du pétrole, nous entrerons donc dans la guerre pour le pétrole…

    Quant à savoir si il y a encore du pétrole à trouver, c’est vrai, nous oublions seulement de dire que lorsque l’on parle de prix de l’extraction du pétrole, on devra bientôt commencer à parler du coût d’extraction du litre de pétrole exprimé non en dollars mais en litre de pétrole et là, le discours changera…
    Lorsque l’on verra que pour aller chercher un litre de pétrole au fond de la mer ou dans les schistes bitumineux du canada il faut mettre plus d’un litre de pétrole pour en récupérer un, alors on s’apercevra que nous sommes depuis 2 siècles non dans la société industrielle mais dans la sté du pétrole…et alors nous prendrons conscience du problème posé à nos enfants…

    Reste que nous devrons tjs nous nourrir et nous protéger, le commerce mondial c’est 20% du commerce total, nos stés surconsomment et vont devoir cesser les gâchis….
    La question est qu’actuellement nos stés ne prennent pas le chemin de cette évolution et c’est cela qui fait mal…

    La crise financière est la possibilité pour les USA de garder une forme de pouvoir, le Japon avait accepté une réévaluation en 95 qui avait amené leur décadence, les chinois le savent…..en fait les USA n’ont plus de production de richesse, à travers la finance ils pensent avoir trouvé une nouvelle source de pétrole et de richesse…

    Ma vision de la finance est des banques est particulière, notre sté a donné aux banques un pouvoir qu’elles ne devraient pas avoir, en fait lorsque vous n’avez plus de richesses ou n’en créez plus, vous essayez de garder le pouvoir, la banque est un pouvoir, la richesse c’est ce qui est créé avec l’argent, les banques ne créent pas de richesses, elles multiplient les billets, en ce sens la banque crée de la monnaie, c’est comme dieu qui a créé les petits pains….qui peut croire qu’on peut créer des petits pains….un vaste sujet de conversation au demeurant car mon avis qu’il y a deux crises actuellement, la financière et la vraie crise du commerce mondial et de la création de richesse, la vraie, tu mets des matières 1ères à un bout de la chaîne et à l’autre bout tu récupéres un produit avec de la valeur…et une vraie plus value….les chinois ont compris, ils achètent le monde…

    Bref le pétrole décidera du moment de la guerre …

    Simpliste comme discours bien évidemment, car tous nous essayerons de moins souffrir que le voisin, en croissance le partage est compliqué, nous le voyons actuellement, mais en décroissance….voilà ce que nous allons devoir apprendre, la décroissance…

    1. ou du moins une économie plus raisonnée et sans doute plus régionale et locale du fait de la difficulté et du coût des échanges mondialisés

    2. > Si vous regardez la courbe de production pétrolière pendant les 30 glorieuses vous avez une exponentielle parfaite. La courbe de production des 30 piteuses est quant à elle linéaire, c’est déjà la fin de l’accélération de la croissance. Y aura-t-il encore des historiens pour donner un nom aux 30 prochaines années ? Et quels historiens ? Des historiens au prise d’un pouvoir dictatorial dont le but sera diaboliser les comportements du 20ème siècle pour tenter à vendre une sobriété imposée par la réalité !

      > La seule énergie qui compte c’est l’énergie nette. Vous faites très bien de pointer du doigt cette notion. L’EROEI est le terme adéquat (Energy Return On Energy Invested). Parallèlement, il y a la notion de « The Net Energy Cliff. »

      > En croissance, nous nous sommes endettés comme jamais… Qu’attendre dans ce cas de notre gestion de la décroissance ?

    3. La première question posée par le passage du pic pétrolier est celle du débit d’énergie désormais disponible. Ce débit va définitivement baisser si aucune alternative n’est mise en place. Il faut aussi savoir que le « pic Hubbert » de l’uranium est très proche http://travail-chomage.site.voila.fr/energie/fin_uranium.htm et que le salut ne viendra pas du nucléaire par fission.
      La deuxième question posée par le pic pétrolier est celle du « taux d’énergie nette ». Cela veut dire : « combien faut il dépenser de watts pour produire un kilowatt » ? Après le pic pétrolier le taux d’énergie nette va rapidement baisser : les forages très profonds en mer ou sous le pole seront bien moins rentables que les puits en Irak.
      Le pic du pétrole brut conventionnel est passé en 2005 selon l’ASPO et le pic du pétrole « tous liquides » est passé en 2008. Toutes ces choses se savent depuis longtemps http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2888 Cela veut dire que l’on a perdu un temps précieux permettant de se mettre à l’abri. Tout cela a permis à certains de « poursuivre les bonnes affaires » et de laisser « la facture » aux générations futures. Le problème c’est que le futur semble arriver très vite.
      Le taux d’énergie nette est la ligne de front principale.

    4. Tout ça est bel et bon, mais juste une petite remarque un peu basique.

      Aujourd’hui, et probablement dans 10 ou 20 ou 30 ans encore, faire la guerre consomme une énorme quantité de pétrole. Comment alors se lancer dans une aventure de ce genre qui sera forcément difficile et longue et ceci dans un temps où le pétrole sera le butin convoité?
      De même, acheter des terres ou des matières premières dans des lieux situés loin de son pré carré et les rapatrier nécéssitera aussi de grandes quantités de pétrole qui justement…

      Aller, un petit exercice d’anticipation « optimiste »: et si le futur (prochain?) épuisement des réserves pétrolières allait plutôt dans le sens d’une « dé-mondialisation »?

      Ouais, bon…

    5. Thomas,
      vous avez raison, tous les scénarios sont ouverts. Pourquoi devrions-nous systématiquement nous ranger derrière les hypothèses
      les plus catastrophistes. N’est-ce pas aussi dans l’intérêt des puissants de que conforter l’idée qu’il n’y a pas d’issue possible à la crise que celle qu’ils voudraient nous imposer ? C’est ce qu’elle appelle la stratégie du choc pour un capitalisme du désastre.
      Penser au pire n’a d’intérêt que si l’on propose une antithèse.

      Nous pourrions assister à un « détricotage » de la mondialisation, comme le fait remarquer J.-F. Werrrebrouck, faute
      de « munitions » énergétiques, financières, c’est moi qui traduis.
      Werrebrouck, à propos, introduit dans son dernier article paru dans Contreinfo, une idée intéressante, à savoir que les Etats se retrouvant in fine en état de banqueroute, pourraient prendre la décision de répudier leurs dettes.
      Le retour de la politique en somme.

    6. @ Thomas – 18 novembre 2009 à 14:13

      Sauf que les missiles ne sont pas propulsés au pétrole et même sans aller jusque là, l’homme n’a pas attendu d’avoir du pétrole pour se faire la guerre.

  13. Avant de regarder vers le futur et de vouloir lever le voile de la prédiction il faut pouvoir faire un état des lieux le plus complet possible. Ici et à ce stade, il faut remercier Paul Jorion et François Leclerc ainsi que leurs invités qui par leurs analyses éclairent justement ce qui reste souvent en retrait ou volontairement caché, ainsi que tous les mécanismes complexes de fonctionnement qui ne sont pas disponibles à chacun. Pour rester dans le cadre du billet, il faut peut-être rappeler que la stratégie est un des points fort de la culture chinoise et que bien avant le prussien Clausewitz et la phase historique de la contre-révolution, la culture chinoise se passionnait de penser aux conduites stratégiques. Voir :
    http://www.amazon.fr/gp/product/2743612320/ref=dp_proddesc_1?ie=UTF8&n=301061
    et qu’il doit rester de cette forte tradition une réflexion et une pratique qui va peser dans les relations internationales. On le perçoit déjà sur le continent africain où la Chine passe des accords de coopération en vue de ses approvisionnements et pour le long terme…
    Je pense qu’il faudrait regarder aussi attentivement les zones de dislocations et comment vont se forger de nouvelles alliances et au profit de qui et en ce qui nous concerne la zone européenne, la société occidentale.
    J’ai vu et suivi avec surprise une émission trés auto-polissée sur FR3 qui est riche par les questions qu’elle soulève. Piéces à conviction, l’évasion fiscale.
    http://programmes.france3.fr/pieces-a-conviction/58633390-fr.php
    A suivre.

  14. « Dieu ne peut conduire ce temps à son terme que par les douleurs, puisque ce temps n’est qu’une larme de Dieu. »
    (Louis-Claude de Saint-Martin, 1743-1803)

    1. @ Yvan

      Le Dieu inconnaissable des mystiques de toutes les religions – souvent brûlés par les théologiens de ces mêmes religions (tous les dieux des religions sont faux, parce que humains, trop humains).

    2. Certes. Vous vouliez parler du dollar.

      Veuillez m’absoudre de cette faute somme toute légère de la part d’un humain n’ayant pas besoin d’un dieu, car ayant trop souvent été confronté à la mort, ni d’un besoin d’argent, par simple capacité à en gagner de façon honnête, juste avec ses capacités qui lui suffisent et semblent reconnues.

  15. Bonjour,

    Le rapport de force entre la Chine et les US n’aboutira jamais à une guerre…
    Mais nous allons voir prochainement, par l »effet domino dans les relations politiques
    entre les pays que c’est l’Inde qui est visée par la Chine (depuis longtemps déjà).

    Les chinois ont déjà commencés la stratégie de l’encerclement par une multiplication de positions favorables
    autour de l’Inde…

    Les US et l’Europe sont dans le même bateau (Qui a dit Titanic!)
    Et pensent que leurs « Soft Power » est suffisant 🙂

    A suivre…

    1. J’évoquai les tensions entre la Chine et l’Inde plus haut.

      Or, il se trouve que l’Inde est soutenue par les US. L’avenir du monde se fera par les accords/désaccords entre US/Chine/Russie.
      L’Inde est bien peu face aux trois autres.

    2. Une confrontation Chine/Etats-Unis est hautement improbable en effet. Les Etats-Unis n’ont ni le ressort psychologique ni les moyens matériels de s’en prendre à la Chine. Le « technologisme » de l’armée étasunienne ne doit pas faire illusion. Hollywood est une fabrique de chimères.

      A titre d’illustration, en ce moment en Afghanistan, sur le terrain, le rapport entre effectifs de la coalition (troupes régulières afghannes comprises) et troupes talibannes est de 8 contre 1. Pour 1 taliban 8 « coalisés » (Etasuniens, supplétifs de l’OTAN et soldats de Karzaï). Un pays de cette taille incapable de venir à bout de la résistance irakienne et de la rébellion talibanne ne représente une menace pour aucune puissance moyenne. Il ne reste à cette armée que la possibilité de frappes terroristes contre de petits Etats faiblement armés (Ex attaque de l’ex Yougoslavie en 1999/2000, les 500.000 civils irakiens morts du fait de l’invasion de leur pays, les 4 millions de civils vietnamiens morts sous les bombes du « pays de la liberté » dans les années 70, etc…).

      Enfin, la mentalité belliqueuse (guerres d’agression et d’invasion au nom de l’Occident) est d’abord une donnée de la psychologie néocon. Ni la Chine ni la Russie (et encore moins l’Inde) ne partagent cette propension lamentable.

      PJ a raison de rappeler que c’est la Chine qui a inventé le jeu de go. Au go est vainqueur celui qui vit mieux que l’autre (agrandir sa zone de goban c’est mieux vivre, cet agrandissement se faisant par délimitation des zones de l’adversaire, voire par son étouffement). Au go, nul besoin de tuer l’autre pour gagner. Aux échecs, tuer l’autre est le but même du jeu.

    3. Je reconnais la justesse de votre commentaire. Mais…

      Et si (…?) les dirigeants chinois étaient d’anciens joueurs de Go devenus tout bêtement de simples capitalistes, comme vous et moi..???

    4. Je reconnais la justesse de votre commentaire. Mais…
      Et si (…?) les dirigeants chinois étaient d’anciens joueurs de Go devenus tout bêtement de simples capitalistes, comme vous et moi..???

      Je pense un peu comme toi Yvan, j’ai l’impression que les riches chinois et leurs jeunesses ont pris goût à cette société de consommation.

    5. La Chine et les USA sont condamnés à s’entendre, puisque tous les deux sont piégés par le système:

      « Le week-end dernier, à Singapour, le président Obama a annoncé à la foule qu’il ferait en sorte que Ben Bernanke reste à distance de ses hélicoptères. Les Chinois sont les plus gros détenteurs de bons du Trésor US au monde. Les Japonais sont deuxièmes. A eux deux ils financent une bonne partie des dépenses actuelles des Etats-Unis. Naturellement, le président des Etats-Unis a très envie que les liquidités continuent d’affluer. Il a donc dû rassurer les plus gros créanciers de son pays en leur disant que leurs prêts aux Etats-Unis seraient remboursés en bon ordre… et en bonne devise.

      La Chine à elle seule possède 2 300 milliards de dollars en réserve, la plupart en billets verts. Evidemment, les Chinois veulent se diversifier pour se débarrasser du dollar. Mais ils sont pris à leur propre piège. S’ils se détournent du dollar, ils amoindrissent sa valeur, et donc la valeur de leurs propres réserves. Qui plus est, les Etats-Unis sont encore le client numéro un de la Chine. Ils ont besoin de vendre aux Américains. Et pour ça ils doivent empêcher leur devise de trop augmenter contre le dollar. Un yuan plus élevé rendrait leurs produits plus chers comparés à ceux des autres exportateurs.

      Donc, le cycle infernal continue. L’Amérique crée les dollars. Les étrangers les acceptent comme s’ils avaient de la valeur. Et ils auront de la valeur, du moins tant qu’ils les accepteront. »

      Bill Bonner http://www.la-chronique-agora.com/articles/20091118-2287.html

    6. Boukovski : 18 novembre 2009 à 15:13

      Je vous trouve bien optimiste quant à la mentalité non belliqueuse de la Chine.

      Cette grande nation vieille de plusieurs millénaires avait, bien avant l’apparition du capitalisme en Grande Bretagne vers 1750, tous les atouts en main pour devenir le premier pays industrialisé de la planète … sauf le régime poilitique adéquat.

      C’est dire que la Chine veut prendre sa revanche sur l’histoire après des siécles de marasmes internes et d’humiliations externes : à l’évidence, elle veut devenir la première puissance économique, scientifique, politique et militaire de la Planète, d’ici plusieurs dizaines d’années, et atteindre le niveau de vie occidental.

      Or, pour son grand malheur (et, peut-être, pour le bonheur (tout relatif) des autres nations), IL EST TROP TARD.
      L’expansion chinoise va, nécessairement, rencontrer deux sortes de limite :
      + Les limites délimitant les grandes zones d’influence politico-économico-stratégique des premiers venus dans l’aventure industrielle (essentiellement les USA, l’Europe et le Japon),
      + Et, surtout, les limites de l’aventure humaine, que nous imposent, la raréfaction des ressources (énergie, matières premières, eau etc…), la surpopulation, le réchauffement climatique et la dégradation de l’environnement.

      Toute la question est, dès lors, de savoir, quelle pourrait bien être la réaction d’une grande puissance, consciente d’être le dernier venu dans le concert des Nations, dans des conditions sociales-historiques jamais rencontrées par aucun autre vieux pays industrialisé, et consciente du « mur » qu’elle n’a pas construit, dont les premiers venus ont largement profité avant elle et qui pourrait arrêter son élan,

      La Chine n’a le choix qu’entre deux réactions:
      + ne pas franchir « la ligne rouge » tracée par les deux limites dont question ci-dessus et trouver des accomodements raisonnables avec les autres puissances, pour sauver la planète.
      + ou la franchir et ouvrir la boîte de Pandore

      Comme l’histoire est imprévisible, il impossible, pour l’heure, de prédire quel chemin empruntera la Chine. Mais les tendances actuelles ne laissent rien présager de bon. J’espère me tromper!

  16. La guerre économique mondiale pour l’accaparement des matières premières, de l’énergie, des terres arables, de l’eau … a déjà commencé et ses protagonistes ne sont pas les seuls USA et Chine.

    Des reconfigurations géostratégiques sont déjà en train d’émerger sur tous les continents (voir la politique néo-colonialiste de la Chine en Afrique).

    Ce qui est particulièrement inquiétant, c’est qu’il suffirait qu’une étincelle imprévisible tombe dans un lieu sensible quelconque, pour engendrer un conflit armé, très difficile à contenir.

    Pensons à une des causes de la Première guerre mondiale : l’Allemagne était sur le point de surpasser la Grande-Bretagne sur le plan économique.

    1. L’Allemagne avait même dans beaucoup de secteurs surpassé la Grande-Bretagne. Mais ce n’est pas la Grande-Bretagne qui a provoqué le Premier conflit mondial. On sait aujourd’hui que c’est l’Allemagne qui a voulu et délibérément déclenché la première déflagration.

    2. @Boukovski

      C’est ce que dit l’histoire officielle de vos livres ? L’orgueil de l’Allemagne, et de ses militaires ? J’adore ce  » On sait … »

      Et à quoi servent les actions secrètes s’il vous plaît, sinon déclencher des conflits là où en aurait besoin. La première guerre mondiale ralentit l’activité, et une unité politique, sur le continent Européen. Qui limite les dégâts, qui en sont les bénéficiaires ?

      Vous voulez racontez comment les choses se sont passées exactement ? Allez lire vous-même les archives, et ensuite venez nous faire un compte rendu, vous serez plus convaincant qu’avec votre affirmation bien trop sûre d’elle-même.

      « Je vais vous expliquer le responsabilité du déclenchement de la première guerre mondiale … et aussi de la deuxième pendant que j’y suis … « 

    3. @ Barbe-toute-bleue

      L’excellent ouvrage de David Fromkin « Le dernier été de l’Europe – Qui a provoqué la Première Guerre Mondiale? » Grasset – 2004.

      Un bon travail d’historien, reçu comme tel, comportant à la fois une mise en perspective et un travail sur les archives (autrichiennes, allemandes et serbes principalement). La conclusion est sans appel. 390 p

    4. @ Barbe-toute-bleue

      Quant aux actions secrètes… Bien sûr, elles sont nombreuses mais elles sont soumises au même principe de contingence et d’incertitude que les actions publiques. Ce n’est pas parce qu’une société secrète fomente quelque action que cette action, une fois réalisée, produira les effets qu’on attendait d’elle.

    5. @Boukovski,

      Ce n’est pas votre hypothèse que je conteste là. Quoique.
      Et là, pareil, vous citez « un » livre comme référence absolue. D’autres auraient dit la bible.

      Ce que je conteste c’est votre : « on sait que … « . D’ailleurs le cran au dessus aurait été « tout le monde sait bien que… »

      Or pour ce qui concerne des guerres de cette ampleur, je vous incite plutôt à employer des guillemets.

  17. En prolongeant l’argumentation de Simon Johnson dans le domaine géopolitique, il semblerait — en pensant de façon linéaire — que nous allons tout droit vers une guerre entre oligarchies, à première vue entre l’américaine et la chinoise. Mais je ne vois pas comment un tel conflit militaire pourrait être dans l’intérêt des Chinois, qui savent faire preuve de patience. Si les membres du PCC ont lu Marx avec autant d’attention que Paul semble le penser, ils concluront sûrement qu’il vaut mieux attendre que les Américains aient bu le calice jusqu’à la lie, notamment par le biais d’un effondrement du dollar. Si l’on ajoute les déclarations récentes de DSK (concernant un nouveau système monétaire basé sur les droits de tirage spéciaux aménagés par le FMI (mais financés par qui?), le projet de banque centrale entre les divers pays du Golfe persique (Iran excepté), l’éloignement progressif de l’UE — méprisée pour l’instant par l’administration Obama, au grand dam de nos oligarchies européennes — par rapport aux Etats-Unis, un regroupement monétaire entre non-Américains n’est pas à exclure, d’autant que les Japonais donnent des signes de vouloir se délier de leur alliance de fait avec les USA depuis la IIème guerre mondiale.

    Mais une fois que les Américains auront conclu que leur hégémonie économique ne peut être maintenue — elle ne repose plus que sur des chiffons de papier –, on ne ne peut pas exclure que leur primitivisme psychologique dominant, face à un monde qui ne croirait plus en leur rôle de nation phare, les conduise à saisir le moindre prétexte pour « lâcher les chevaux » de leurs moyens d’action militaires, encore très supérieurs à ceux de n’importe quelle autre puissance. Je suis personnellement convaincu qu’il y a pas mal de gens au Pentagone qui envisagent un tel scénario en cas de faillite de la domination financière américaine.

    L’inconnue, c’est la Russie, mais je vois bien Poutine proposant un « deal » aux Chinois: laissez-nous extraire du pôle nord tout le pétrole qu’il recèle, nous vous en ferons profiter, vous autant que les Européens, et en échange, nous entrerons dans votre jeu, si nécessaire en vous faisant bénéficier de notre parapluie nucléaire. Il ne s’agirait naturellement que d’une « alliance » provisoire, un peu comme le pacte entre Staline et Hitler.

    Le problème de ce scénario grossier est qu’il ne tient pas compte de deux facteurs, l’un d’ores et déjà très réel: celui de l’accélération du changement climatique; l’autre de plus en plus crédible: celui d’une nouvelle guerre civile américaine faisant suite non seulement à l’effondrement économique et financier des Etats-Unis, mais aussi à l’écroulement de toutes les promesses de maintien de l’hégémonie des USA qu’a pu prononcer Obama depuis le début de sa campagne présidentielle.

    J’arrête de spéculer ainsi, c’est trop déprimant!

    1. @ Jaycib « J’arrête de spéculer ainsi, c’est trop déprimant! »

      Surtout que quand on étudie l’Histoire en général et les prophéties en particulier on se rend compte que 99,99 % sont fausses et que presque personne voit venir les choses. Spéculer sur l’avenir est très utile pour savoir ce qui NE VA PAS arriver. Si vous voulez vous amuser lisez les livres où des « experts » prévoyaient le monde 50 ou 100 ans après. L’Histoire a toujours eu beaucoup plus d’imagination que l’être humain…

  18. PS: je ne pense pas être d’accord avec Ordjoun, du moins en ce qui concerne la rivalité à couteaux tirés entre la Chine et l’Inde. Si la roupie indienne est intégrée au nouveau système monétaire, je ne vois pas quel intérêt géostratégique la Chine aurait à affronter l’Inde directement…

    1. @ Pablo75

      Les spéculations et les « scénarios » possibles sont essentiellement le fait des officines américaines (Rand Corporation, Hudson Institute, etc.). J’essaie de me mettre dans leur peau, ce qui n’est jamais facile pour un pacifiste! Il faut se souvenir que ces scénarios se sont parfois concrétisés selon les « plans » des officines. Ex.: le bombardement incendiaire de Tokyo à la fin de la IIème guerre mondiale, qui avait été planifié par la Rand comme moyen de forcer le gouvernement japonais à capituler. Ca n’a pas marché, comme on sait. La seule option ensuite disponible, disait la Rand, c’était celle du bombardement nucléaire. L’administration américaine s’est conformée à cette vision des choses parce qu’on ne voulait pas envisager l’alternative (invasion du Japon), qui aurait coûté trop cher en vies humaines du côté américain.

      Je suis d’accord avec vous qu’on ne peut jamais prédire l’histoire. Mais il ne s’agit pas de cela dans le cas présent. La question posée est: que vont faire les Etats-Unis dans le court terme, et qui « réfléchit » aux options disponibles dans leur camp?

      Il y a des tas de scénarios qui restent inexploités, notamment celui de Laurent Murawiec (un Français ex-membre du mouvement LaRouche) qui prétend, au sein de la Rand, que l’ennemi fondamental des USA est l’Arabie saoudite (et ses salafistes irrédentistes). Il y en a beaucoup d’autres que je ne connais pas, notamment en ce qui concerne la Russie, dont on se méfie toujours beaucoup à Washington. Mais ça ne veut pas dire qu’ils n’existent pas, même s’ils ne se réalisent jamais!

      A mon sens, il n’est pas totalement vain d’imaginer ce qui va se passer entre la Chine et les USA, car le problème est posé ici et maintenant. Ce que je crains le plus, c’est une évolution radicalement agressive de la population américaine. Si la droite dure devait l’emporter sur Obama, ou influencer lourdement un parti Républicain revenant au pouvoir, nous ne serions pas très éloignés de la situation de guerre civile que j’évoque. Il est difficile d’imaginer la quantité de haine aveugle qui habite les adversaires du président. Comme la politique étrangère d’Obama est littéralement en lambeaux, on ne peut exclure un scénario du pire. Cela dit, le pire n’est jamais sûr. En tout cas, c’est ce que j’espère.

  19. Quand je lis les craintes de certains quant à l’évolution des relations sino-américaines, je ne peux m’empêcher de penser au scénario du « Secret de l’Espadon », cette BD écrite entre 1946 et 1950 par Edgar P. Jacobs. http://www.leconcombre.com/bax/new/img32/secret-de-l-espadon-page-1.jpg Ce qui est frappant est non seulement la peur du « péril jaune », très ngrande à cette époque mais aussi les lieux où se jouent les préliminaires de l’affrontement final: Afghanistan, Pakistan, Tibet. Il n’y a décidément pas que le modèle de l’avion supersonique imaginé par Jacobs qui ait été prémonitoire.

    Par ailleurs, actif au sein de l’Institut Européen de Recherche sur la Politique de l’eau, je viens de terminer la relecture et les corrections d’un rapport sur la situation hydrique de la Chine. Et là, je peux affirmer que la limite à la croissance chinoise ne sera ni le manque de pétrole, ni celui d’un autre matière première stratégique mais bien celle de l’eau. Malgré des travaux titanesques (commencés i y a plus de 2.000 ans), la démographie et l’industrialisation galopantes font que le manque d’eau dans les plaines centrales, trop peuplées, devient très grand. Autour du château d’eau qu’est l’Himalaya, la Chine à commencé à capter et à détourner les eaux du Brahamapoutre, du Mékong, de l’Amour Daria ou de l’Ily, ce qui ne lui fait pas que des amis dans la dizaine de pays voisins ainsi asséchés. Mais cela ne va pas assez vite pour étancher la soif gigantesque du pays. Si conflit il doit y avoir, il ne sera pas entre la Chine et les USA mais entre la Chine et ses voisins. Le Xingiang et le Tibet sont les réceptacles actuels de l’expansion démographique chinoise (malgré la limitation des naissances) mais si l’Empire du Milieu veut poursuivre sa croissance (très capitaliste), il devra déborder. Vietnam, Laos, Birmanie, Bangladesh, Kazakstan… voire Inde, ont du souci à se faire…

    1. Je pense souvent aussi au « secret de l’espadon » qui était devenu une fable improbable même au temps ou Peyrefitte écrivit « quand la Chine s’éveillera »…et peut aujourd’hui faire de nouveau un beau scénario de film cata..

    2. Étonnant, mister A, que vous n’ayez pas relayer aussi que 43% des barrages chinois comportent des fissures visibles qui font dire à des organisations terroristes qu’ils pourraient s’écrouler à tout instant.

      Etant anal-ytique, je vois surtout que nous sommes débordés par un flux d’informations dont il est de plus en plus difficile de distinguer le vrai du faux.

      En parlant d’eau, citez vos sources.

    3. @Yvan
      Non seulement certains barrages sont fissurés mais certains se sont effondrés, avec des victimes qui se sont comptées par milliers. Mais en Chine, la vie humaine n’a pas la même valeur qu’en démocraties occidentales. D’ailleurs les grands travaux dont je parle (et qui ne se limitent pas au barrage des trois Gorges dont on parle plus que d’autres, je ne sais pourquoi) impliquent des déplacements de populations qui se comptent en 2 millions par ici et 4 millions par là. Ces chiffres sont difficiles à concevoir chez nous, tout comme l’acceptation des personnes ainsi déracinées et ruinées.

      @tous
      Pour ceux que le dossier eau intéresse je donnerai la référence du rapport Chine dès que publié, rapport qui lui-même s’abreuve à des centaines de sources locales et internationales.

  20. Bonsoir à tous,

    @Alain A :
    Je ne peux que souscrire entièrement à votre analyse.

    @Jaycib :

    (USA) « lâcher les chevaux » de leurs moyens d’action militaires

    Re: Encore faut-il avoir de la nourriture pour ces chevaux….
    Bref les US (tout seul)ont-ils encore le pouvoir financier de faire une GRANDE guerre ?
    (Mais toute règle a sont exception = l’Iran!)
    Les US risquent de s’effondrer tout seul comme et aussi vite que le World Trade Center.

    1. @ Ordjoun

      Vous êtes sans doute trop jeune pour avoir vécu la période où l’on parlait couramment de ‘megadeath’ dans les couloirs du Pentagone: une frappe nucléaire stratégique « préventive » sur l’ex-URSS. Ca ne coûte pas très cher, puisque l’effet est immédiat! (Je ne parle pas d’un conflit strictement « régional » comme une hypothétique frappe sur l’Iran.) Le problème est que la population américaine ne croit pas actuellement à une menace militaire de la Chine, car elle a été conditionnée pour la lutte contre le terrorisme. Généralement, avec une guerre de quasi-extinction, il faut que l’opinion soit soigneusement préparée à l’accepter. Evidemment, au train où vont les choses, on peut tout anticiper!

  21. « Portant des guirlandes et des vêtements divins, oint de parfums célestes, le Dieu des miracles, le Dieu infini, se manifesta la face tournée de toutes parts. Si la splendeur de mille soleils éclatait à la fois dans les cieux, cela serait comparable au rayonnement de ce grand être. »
    Onzième dialogue de la Bhagavad-Gîtâ évoqué par R Oppenheimer au sujet de son expérimentation.

  22. Bon…Ben heureusement qu’il y a le foot ce soir.
    Avec un peu de chance les rixes d’après matches (France-Irlande pas trop mais Algérie Egypte oui) vont diminuer fortement la démographie galopante…
    Enfin une bonne nouvelle.
    Erm?

  23. Mercredi 18 novembre 2009 :

    Etats-Unis : des nouvelles de l’économie réelle.

    En octobre 2009, les permis de construire ont chuté de 4 %.

    En octobre 2009, les mises en chantier ont plongé de 10,6 %.

    Sur les 12 derniers mois, les permis de construire ont chuté de 24,3 %.

    Sur les 12 derniers mois, les mises en chantier se sont effondrées de 30,7 %.

    Message transmis à ceux qui croient encore les bourrages de crânes de la propagande médiatique.

    Message transmis aux gogos qui croient que la récession est finie.

    Message transmis aux naïfs qui croient que la reprise est là.

    Message transmis aux adeptes de la méthode Coué.

    Message transmis à madame la marquise Christine Lagarde.

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=d3b27fd69973bbbecb67be5edccd67b3

  24. Juste une petite remarque, M. Jorion : si vous écrivez «Mr. Jintao», vous devriez aussi écrire «Mr. Barack». Les noms chinois commencent par le nom de famille. Mao Zedong, c’était M. Mao, pas M. Zedong.

  25. On se pose beaucoup de questions sur la fin du capitalisme ; et sous ce nom, on désigne le système dans lequel nous vivons ; et je trouve que cette façon de s’exprimer bloque notre réflexion et notre approche nécessaire de nos contemporains qui n’arrivent pas à imaginer une autre chose ; sur ce blog, le vocabulaire a beaucoup d’importance ; d’un commun accord, nous ne parlons plus de l’Amérique pour désigner les Etats-Unis ;
    Il y a bien longtemps que les gens fabriquent des objets et se les échangent ;
    Certains datent la première expérience de capitalisme dans la république de Venise ;
    Nous vivons une période de financiarisation à l’extrême, dont nous ne voulons plus ; qui de toute façon s’est écroulée d’elle-même ; c’est bien de cela dont il est question ; mais il n’est pas sûr que nous sortions du capitalisme pendant la nuit du 4 août, d’un seul coup ; il y aura donc processus, évolution ; pendant ce temps, les gens continueront à fabriquer des objets et à les échanger ; à quel moment aurons-nous quitté le capitalisme ?
    Si nous voulons nous adresser à la population, et recueillir son adhésion et soutien, nous devrons clarifier notre vocabulaire sur cette notion ;

    1. @Auspitz

      Je suis occupé à lire un livre passionnant, « L’origine du capitalisme » par Ellen Meiskins Wood (Ed Lux/Humanités). Cette politologue canadienne montre que, contrairement à ce qu’on essaie de nous faire croire, le capitalisme n’était pas en germe dans toutes les sociétés où des marchandises s’échangeaient mais qu’il est né une seule fois dans l’Histoire de l’humanité, d’une conjonction socio-juridico-politique très spécifique qui s’est présentée en Angleterre vers 1700/1750. Mais, évidemment, Ellen Wood met en évidence les réelles spécificités du capitalisme qui ne sont pas d’avoir une société avec un marché libre mais d’avoir une société DE marché où tous les acteurs sont dépendants d’un marché et obligés par la concurrence de maximiser leurs profits via la course à la baisse des coûts de production obtenue par (1) une course aux technologies nouvelles plus rentables et (2) la baisse du coût du travail grâce à la diminution des salaires.

      N’est ce pas un peu une révolution copernicienne de se dire que, comme la vie sur Terre, le capitalisme aurait pu ne pas apparaître, et qu’il n’a y a pas de « méchants » qui l’ont voulu mais des circonstances historiques qui l’ont imposé à tous, à leur corps défendant ?

    2. @ Auspitz

      Il est dans la nature même du capitalisme d’être excessif. Sa logique est prédatrice et colonisatrice.
      Le capital en est l’instrument.

      La financiarisation résulte de déséquilibres que l’on constate toujours
      dont le plus notable est l’iinégal partage des richesses. Or le capitalisme fonctionne toujours sur un principe inégalitaire.

      Je crains que de ne pas appeler les choses par leur nom on ne donne de faux espoirs à ceux qui espèrent ou croient encore possible un simple rafistolage du système.

      Pour compléter ce que dit Alain A :
      On peut lire aussi La Grande transformation de Karl Polanyi, où il est expliqué que le capitalisme et son développement supposaient des des Etats, des institutions, sans lesquels aucune société de marché n’aurait pu se constituer. Plus près de nous, J.K. Galbraith, qui se qualifiait pourtant lui-même de libéral, montre dans l’Etat industriel que les firmes fonctionnent comme de vraies administrations qui dépendent elles-mêmes des administrations des Etats et des infrastructures que ceux-ci mettent à leur disposition.
      Le capitalisme est un phénomène social, où politique, sciences, techniques, religion, philosophie, ont leur part.
      Il faut toujours le rappeler, c’était peut-être d’ailleurs le sens de votre remarque que de dire que le capitalisme n’est pas seulement un système économique au sens étroit du terme. C’est donc l’ensemble de la société qu’il faut repenser.

    3. Alain A. : Certains, comme Braudel, placent l’origine du capitalisme à la Renaissance. Pouvez-vous svp nous expliquer comment cette auteure choisit plutôt le XVIIIè s anglais?

  26. Il se peut que je me trompe…

    Soit les peuples émancipés reprennent les rênes et appliquent les alternatives nécessaires pour les besoins vitaux du plus grand nombre sans défoncer la planète lors d’une coopération humble et transparente internationale. Soit les profiteurs réussissent à faire bouffer de gré ou de force toutes les couleuvres possibles aux peuples afin d’atteindre le bord du précipice où une alliance serait inévitable entres différentes forces armées qui verra le jour histoire de continuer la « restructuration » dont on voit les désastres. Un nouveau gouvernement militaire mondial ? Ainsi, la minorité bourgeoise pourrait garder ses pouvoirs dans une ambiance et un état de la planète que je n’ose décrire. A l’heure actuelle, la Chine c’est : le pire du capitalisme lié au pire du Stalinisme. A moins que la Terre ne s’exprime avant histoire de nous faire aboutir plus vite au socialisme ou à la barbarie du XXIe siècle. Y a-t-il une autre voie ?

    1. Sans doute convient-il de donner le coup de gouvernail qui redresserait la barque… Sinon en effet se conformer aux principes de spiritualité, et, puisque Paul nous invite souvent en Amérique, pourquoi ne pas évoquer la femme mystérieuse qui, vêtue de peaux de daims descendit sur la terre pour apparaitre à deux Sioux ? Elle fit don à celui qui crut en elle d’un calumet afin, qu’en fumant la pipe, se rattachent à lui toutes les choses de l’univers. Après lui avoir délivré son enseignement et comment il devenait aigle par le symbole de son totem, la femme céleste conclut:
      « En moi sont les quatre ages. Je pars à présent, mais mon âme sera avec ton peuple au cours de chacun de ces ages et, à leur fin, je reviendrai ».
      Paul, reste-t-il des Sioux en Amérique ?

  27. Les pays du Bric ainsi que les pays en voie de développement essaient de créer une classe moyenne alors qu’en Europe et aux USA, nous sommes en train de la détricoter. Les inégalités de richesse ne font que s’accentuer à l’avantage d’une petite minorité. On aurait pu croire que la crise aurait été une occasion inespérée de mettre les pendules à l’heure, notamment en éliminant les paradis fiscaux mais ceci ne fut malheureusement pas le cas ! Quelques « mesurettes » ont bien été prises à l’encontre de certains paradis fiscaux, mais l’essentiel (pour les fraudeurs) a été conservé. Beaucoup de personnes ne sont pas au courant du rôle des paradis fiscaux et le limite souvent à une échappatoire financière pour les criminels, la mafia… alors que les paradis fiscaux sont « utilisés » par pratiquement toutes les multinationales ! Il faut savoir qu’elles ne sont pas tenues de tenir une comptabilité de leurs « flux financiers » à travers les différents pays. Quand une multinationale sise dans un pays A veut vendre de la marchandise à un pays B, elle va d’abord (sur papier) vendre la marchandise à un pays C (un paradis fiscal) à un prix bien en-dessous du marché (peu ou pas d’impôts à payer dans le pays A). La marchandise est alors vendue du pays C (paradis fiscal) au prix du marché (prix normal) au pays B .Tout le bénéfice a ainsi été réalisé dans le paradis fiscal où il n’y pas d’impôts à payer… conséquence : près d’un trillion de $ échappe au fisc au niveau mondial chaque année. Il n’y a aucun contrôle en ce qui concerne la distribution de ces bénéfices. Alors, il ne faut pas s étonner que le nombre de milliardaires augmente. Vu le soi-disant peu de bénéfices, certaines multinationales vont même jusqu’à demander des aides d’état, imposer des restructurations aux ouvriers…. Et bien sûr, l’impôt non récolté auprès d’elles, le fisc va le chercher auprès des contribuables ordinaires (les classes moyennes) sous une forme ou l’autre… Et chaque fois qu’une demande de règlementation est introduite au niveau européen, elle est rejetée…

  28. Bonjour à tous

    Désolé de plonger à mon tour dans le hors sujet « énergie »

    Pour répondre à Betov (qui dit plus haut que les énergies renouvelables sont quasiment illimitées)

    1) Ce sont elles qui subissent en priorité l’abandon des investisseurs en cas de crise (voir actuellement)
    2) Ce petit exercice :
    Energie nécessaire avec une croissance de demande continue de 2% par an ou
    « Petit exercice pour se familiariser à la notion d’exponentielle »

    Actuellement, la consommation mondiale d’énergie équivaut à environ 14 térawatts thermiques, toutes source d’énergie confondues.

    Supposons une croissance de 2% par an – soit un doublement tous les 35 ans. Bien sur, à ce rythme, les sources fossiles ne peuvent pas suivre (même en prenant les estimations les plus hautes de réserves en incluant toutes les « non conventionnelles » et en considérant que les émissions de CO2 ne sont pas un problème, elles dérochent après 100 ou 150 ans), on passe donc aux énergies renouvelables.

    Toutes les énergies renouvelables sur terre dérivent du soleil : c’est lui crée le vent et le cycle de l’eau, c’est lui qui fait pousser les plantes. La puissance que la terre reçoit du soleil constitue donc le plafond absolu d’énergie renouvelable. Suffit d’ouvrir un livre d’astronomie pour voir qu’elle est de l’ordre de 170 pétawatts. Soit environ 12 000 fois notre consommation d’énergie actuelle.

    Mais une croissance de 2% par an absorbe un facteur 12 000 en moins de 500 ans! Pour être précis, 474 ans.
    1.02^474 = 11 925
    Evidemment, 5 siècles, ça parait être un horizon délirant et inimaginable quand on est habité à étudier l’économie à la petite semaine.
    Mais du point de vue historique, 1535 c’est pas si loin que ça ! En 1535, les ancêtres de Juan Carlos régnaient déjà sur l’Espagne, le commerce international était bien développé, il y a déjà des banques et des assurances (en Italie du moins), des billets de banques (en chine), l’Eglise catholique était déjà vieille, la monarchie japonaise avait déjà une origine se perdant dans la légende.

    Bref, vers 2483 on consomme toute l’énergie que la terre reçoit du soleil. C’est à dire qu’on intercepte tout le rayonnement incident, sur les continents comme dans les océans, qu’on ne laisse plus pousser une seule algue ou un seul brin d’herbe.

    Qu’importe, avant d’atteindre cette limite on installe des récepteurs solaires dans l’espace !

    La puissance totale émise par le soleil est de 386 yottawatts (yotta = 10^24). c’est à dire que par rapport à la limite précédente, on a regagné un facteur 2.2 milliards !

    Las! A 2% par an, le facteur 2.2 milliards est consommé en moins de 1100 ans.
    Ca parait hallucinant, mais c’est facile à vérifier :
    1.02^1 087 = 2.23 × 10^9

    Donc vers l’an 3570 (dans un temps équivalent à celui qui nous sépare de la chute de l’empire romain), on consomme l’intégralité de puissance produite par le soleil. Pour cela, il faut construire une coque entourant intégralement celui ci (sphère de dyson, un vieux truc de la science-fiction).35 ans après, donc vers 3605, on aura besoin d’une deuxième étoile équivalente.
    Il arrivera alors un moment ou la sphère comprenant les étoiles donc nous devront capturer l’énergie grandira plus vite que la vitesse de la lumière…..

    1. Bon calcul et mauvais raisonnement, Thomas.

      Vois l’exemple des maisons passives. L’avenir est aussi aux économies d’énergie et à l’abaissement inévitable, par exemple par la relocalisation, des coûts énergétiques de production. D’autant plus inévitable que l’esclave robotique remplacera l’esclave chinois quand la Chine elle même se mettra à la productique (ce que l’Europe s’est refusée à faire tant que les esclaves chinois coutaient bien moins cher que des robots).

  29. La première grande bataille de la guerre sino-américaine dites vous…
    Voilà ce que je pouvais lire il y a quarante ans dans ce « petit livre » qui trônait entre la bible et le coran sur une étagère des toilettes familiales :
    /// La guerre, qui a commencée avec l’apparition de la propriété privée et des classes, est la forme suprême de lutte pour résoudre, à une étape déterminée de leur développement, les contradictions entre classes, entre nations, entre Etats ou entre blocs politiques.
    Nous sommes pour l’abolition des guerres; la guerre, nous ne la voulons pas. Mais on ne peut abolir la guerre que par la guerre.
    Pour qu’il n’y ait plus de fusils, il faut prendre le fusil.
    Notre pays et les autres pays socialistes ont besoin de la paix, les peuples du monde entier également.
    Seuls certains groupes monopolistes des quelques pays impérialistes, qui cherchent à s’enrichir au moyen de l’agression, aspirent à la guerre et ne veulent pas la paix.
    Actuellement, dans tous les pays du monde, on discute de l’éventualité d’une troisième guerre mondiale.
    Nous devons être préparés psychologiquement à cette éventualité et l’envisager d’une manière analytique.
    Nous sommes résolument pour la paix et contre la guerre.
    Mais si les impérialistes s’entêtent à déclencher une nouvelle guerre, nous ne devons pas en avoir peur. Notre attitude devant cette question est la même que devant tous les désordres: primo, nous sommes contre, et secundo, nous n’en avons pas peur.
    La Première guerre mondiale a été suivie par la naissance de l’Union soviétique avec une population de 200 millions d’habitants.
    La Seconde guerre mondiale a été suivie de la formation du camp socialiste qui englobe une population de 900 millions d’âmes.
    Il est certain que si les impérialistes s’obstinent à déclencher une troisième guerre
    mondiale, des centaines de millions d’hommes passeront du côté du socialisme et seul un territoire peu étendu demeurera aux mains des impérialistes; il est même possible que le système impérialiste s’effondre complètement.

    LE PETIT LIVRE ROUGE CITATIONS DE MAO TSETOUNG
    De la juste solution des contradictions au sein du peuple (27 février 1957).

    Les dirigeants Chinois ont tous connu la révolution culturelle. Pensez vous qu’une deuxième les impressionnerait tant que ça ?
    Est-ce un hasard si les places financières sont dos à la mer ?
    Qu’en pensent les « anciens gardes rouges » de l’inter-land ?
    Aaaaahhh!!! La vie Auchan !!! « Straw-berry fields for ever », bande d’intellectuels….. Tien ! L’Europe verte ne parle-t-elle pas de multiplier sa main d’œuvre agricole …
    On se retrouve au bout du rang Paul et les autres ? Vous aussi vous voulez une révolution culturel à votre façon, non ?
    Tenez, pour décompresser, ces jeunes chinois nous font un dessin méga-pixels qui vaut 3000 mots :
    http://www.dailymotion.com/video/xa198v_human-lcd-impressionant-stade-synch_sport

    1. euh…cher Pierre…

      Ce sont des Coréens (du Sud bien sûr)..et la chanson est en coréen et japonais.

      Avant de gloser sur la Chine, l’Asie, tsétéra… il faudrait quand même commencer à reconnaître un Chinois d’un Coréen d’un Japonais d’un Taïwanais, tsétéra, car ça la fiche un peu mal, des erreurs aussi grossières (je ne dis pas cela que pour vous, notez bien).

      Il y a bien plus de différence entre un Japonais et un Chinois qu’entre un Français et un Russe, par exemple.

  30. Il est extrêmement difficile, en ces temps d’explosion des inégalités, de remontée de la Bourse, contre toute réalité économique, de garder un tant soit peu de confiance en l’avenir. Cela a évidemment des répercussions sur le quotidien. Les dépressions etc. Et pourtant il faut résister, continuer à effectuer les tâches auxquelles nous nous étions accoutumés et pour lesquelles nous étions, quoi qu’on en dise, compétents. N’en déplaise aux managers par la terreur de France Telecom, aux traders à nouveaux triomphants etc. L’avenir sera sans doute dans la solidarité et dans le service réel et non dans la spéculation et l’inflation de l’inutile.
    Je me demande ce que cela ferait dans notre société si demain on faisait disparaître tout l’argent en circulation et qu’on redistribue à chacun selon son travail réel. Mais je sens moi-même l’outrance et le manque de nuance de mes propos et revient le spectre du doute et l’affreuse déprime face à un avenir de plus en plus sombre. Les services publics que nous aimons tant n’ont-ils pas été rendus possibles par la seule révolution industrielle et le flot d’argent qu’elle a amené ? Autre perspective : l’absence de propriété que connaissent les sociétés primitives, chasseurs-cueilleurs. Au bout du bout, pourquoi pas…

  31. China fends for itself: par un professeur américain enseignant en Chine-Un constat instructif

    « President Obama visits China at a true turning point in world financial history — one his advisers have probably not pointed out to him. This year, under the impact of the financial crisis, for the first time for a century and a half the United States has been overtaken as the greatest generator of capital in the world and by the country he is now visiting.

    The world’s No. 1 capitalist country — the U.S. — is no longer the world’s greatest generator of capital.
    To set out the data, the Bureau of Economic Analysis measured combined U.S. company, government and domestic savings, that is the finance generated for investment, in the second quarter of 2009, the latest available data, at $1.4 trillion.

    China does not publish quarterly savings data, but it is relatively easy to calculate them from published figures on investment and the balance of payments. At official exchange rates, which understate the size of China’s economy, China’s finance available for investment, that is its savings, reached slightly over $2 trillion in the second quarter of 2009. This more than $600 billion lead over the United States is sufficiently large that, even allowing for a margin of error given the indirect way China’s figures must be calculated, there is no doubt that China has now overtaken the U.S.

    The striking reality is that the world’s No. 1 capitalist country is no longer the world’s greatest generator of capital.

    This financial strength is why China has been able to reorient its economy to domestic demand and why its stimulus package has been successful. China would undoubtedly genuinely prefer the U.S. consumer to recover quickly — that would be, in the language it uses, a “win-win situation.”  »

    Un débat intéressant dans le NYT: China’s War on U.S Interest rates
    http://roomfordebate.blogs.nytimes.com/2009/11/17/chinas-war-on-low-us-interest-rates/

  32. Certe la Chine dispose désormais d’armes balistiques permettant d’atteindre des navires naviguant à moins de 1 500 kilomètres de ses côtes. Cinq porte-avions, sur les onze que compte la flotte américaine, tombent dans cette catégorie. Il faudra qu’ils aillent désormais naviguer ailleurs.
    Oui, mais où ?
    Vous oubliez qu’il y a trois ans, les velléités de l’OTAN d’attaquer l’Iran furent échaudées par l’épisode suivant :

    /// Le USS Kitty Hawk fut impliqué dans un incident en octobre 2006. Bien que l’importance de cet événement fut minimisée par les médias, un sous-marin chinois de classe Song aurait fait surface à seulement quelques kilomètres d’un porte-avion durant un exercice de routine d’un groupe de combat américain dans la mer de Chine orientale. La capacité du sous-marin chinois d’émerger si près d’un navire de guerre américain aussi bien défendu, et sans être détecté, aurait provoqué la consternation au Pentagone au sujet du rapide développement de la flotte chinoise de sous-marins. La Chine a nié les accusations des Etats-Unis selon lesquelles elle avait pris la flotte américaine en filature.

    Durant les quatre dernières années (l’article est de 2006), 16 nouveaux sous-marins ont été ajoutés à la marine chinoise. Hormis les sous-marins conventionnels de classe Song et de classe Kilo achetés à la Russie, la Chine est en train de construire une nouvelle classe de sous-marins à propulsion nucléaire de type-093 et de type-094, armés de missile nucléaire à longue portée. Pékin a paraît-il reçu une assistance technique cruciale des chantiers navals de la Russie.
    Voilà qui changerais plutôt la donne…. Les Chinois sont dans le golf…… de Gascogne !!!
    Voir
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=7650

  33. @ Paul Jorion

    Il y a deux ans, un sous-marin chinois furtif a émergé à quelques encablures d’un porte-avion étasunien dans les eaux que la Chine peut considérer comme étant de son périmètre de sécurité maritime.
    Juste un peu plus tôt, la Chine a fait exploser un satellite chinois un peu vieillot et l’a fait savoir pour qui voulait l’entendre.
    Ce furent deux réponses très nettes à l’encerclement de la Chine par les armées US déployées en Irak en Afghanistan et au Pakistan. Car le conflit des « civilisations » c’est pour scénariser sous forme « acceptable » pour les addicts du divertissement occidentaux du Projet Pour le Nouveau Siècle Américain, défini par les néocons et pa

  34. @ Paul Jorion

    Il y a deux ans, un sous-marin chinois furtif a émergé à quelques encablures d’un porte-avion étasunien dans les eaux que la Chine peut considérer comme étant de son périmètre de sécurité maritime.
    Juste un peu plus tôt, la Chine a fait exploser un satellite chinois un peu vieillot et l’a fait savoir pour qui voulait l’entendre.
    Ce furent deux réponses très nettes à l’encerclement de la Chine par les armées US déployées en Irak en Afghanistan et au Pakistan. Car le conflit des « civilisations » c’est juste scénariser sous forme « acceptable » pour les addicts du divertissement occidentaux du Projet du Nouveau Siècle Américain, défini par les néocons et pas seulement eux:
    assurer la suprématie étasunienne en empêchant l’émergence d’une quelconque puissance concurrente et en contrôlant l’accès de la « Ressource » essentielle, celle du pétrole.

    La guerre sino-étasunienne a déjà lieu.

    L’Inde s’est déjà rangée du côté du bloc asiatique en refusant les offres alléchantes des 2 gouvernements Bush d’aide à améliorer son nucléaire.
    Même à Delhi, l’on est capable d’identifier les puissances déclinantes; laquelle a été punie par quelques attentats spectaculaires sous fausses bannières.

    Quant à la modalité précise de l’issue de ce feuilleton financiaro-capitalistique, c’est de l’inédit dans l’histoire de l’humanité.
    Donc, cela se construit et en partie ici-même.

    rem1: le premier voyage de Mme Hillarante Clinton dès sa nomination a été d’aller plier le genou à Beijin.
    rem2: l’une des autres guerres menées par les US est la Nouvelle Europe annexée à la vieille Europe pour mieux paralyser l’UE.

  35. Bonjour à tous,

    @astarte:
    L’Inde s’est déjà rangée du côté du bloc asiatique en refusant les offres alléchantes des 2 gouvernements Bush d’aide à améliorer son nucléaire.
    Même à Delhi, l’on est capable d’identifier les puissances déclinantes; laquelle a été punie par quelques attentats spectaculaires sous fausses bannières

    RE: Je ne suis pas bien sûr de comprendre votre commentaire :
    offres alléchantes.. été punie… fausses bannières….

    Merci d’être plus clair SVP!

    Quoi qu’il en soit L’inde a MILLE fois raison d’être TRÈS prudente sur SES choix (nucléaire)
    et surtout sur ses soi-disant amis (US, UK et France) car l’histoire parle d’elle-même!
    UK, US, France ont « vendu » (Et par la même occasion leurs Âme également) au Pakistan…
    On peut voir les effets dévastateurs de ces décisions aujourd’hui plus que jamais

    Voir aussi ce lien:
    http://www.lesoir.be/actualite/monde/proliferation-le-pere-de-la-2008-08-04-623129.shtml

    1. 200 000 exemplaires en 2007. A la louche, le double en copies pirates. Ce serait surtout une catégorie de la population urbaine que la lecture concerne, idem si les ventes avaient été multipliées par 10 en ces années porteuses.

      Pour en connaître l’impact, auriez-vous feuilleté ( quoique en idéogrammes la lecture est ardue ) pour savoir si il s’agit d’un travail argumenté, recoupé, cohérent, ou, quelque chose de plus confus comme ce qui est offert par internet, ces infos en vrac pouvant être la source plus ou moins contestable, ou en tout cas discutable … avant distillation

    2. @barbe-toute-bleue,
      a la rigueur on s’en fiche, ce qui compte, c’est la réaction des chinois.
      Et si ca les intéresse, si ca remonte jusqu’au sphères du pouvoir, alors, il va y avoir du sport parce que ce que dit le livre est digne des meilleurs conspirationnistes :
      les Rotschild contrôlent 1/3 de la richesse mondiale, ils ont gagné la bataille « monaie fiduciaire » et contrôlent l’ensemble des banques centrales.

      Donc la confiance voire l’admiration des chinois envers le capitalisme se verrait achevée, euthanasiée sur son lit de mort, la crise ayant déjà semé la suspicion.

      A partir de la, étant donné que l’édifice ne tiens que sur la coopération des nations jouer avec les pétro-dollars, et que la chine avec sa grosse réserve a le pouvoir d’entraîner les autres a sa suite, dans le jeu ou hors du jeu…

      Donc en fait, ce simple livre pourrait signer la fin définitive de l’américanisme. Ca tombe bien, le peak oil commence déjà a se faire sentir.

    3. @Yababel

      Votre souhait optimiste.

      Il me semblait que c’était plutôt un livre donnant un autre interprétation de la structure hiérarchique occidentale, que celle ( celles ) qu’on en a en occident, et donc, tous chinois pourrait savoir à qui il s’adresse en cette autre « réalité ».

      Evidemment, ce n’est pas le journal « Libération » qui va promouvoir cette thèse, en tant que faiseur d’opinion.

  36. Je lance cela en vrac.
    Certains américains ne supportant pas de passer n°2 comme un pays quelconque préfèrent couper la route du pétrole arabe pour l’Asie, il leurs suffit de rendre « dangereux » le detroit d’Ormuz.

    Derrière, la Chine devient extraordinairement dure à gérer alors que les states peuvent s’en sortir avec leurs pétrole et le pétrole canadien…
    Bref derrière pas de premier que des perdants à commencer par la Chine.

    Enfin je dis ça je dis rien, j’ai juste du mal à imaginer ce pays rendre les armes sans rien tenter sachant qu’il y’a à peine dix ans, il semblait (enfin donnait l’image de) triompher de tout.

  37. A Betov,

    Je crois sincèrement que les maisons passives et les robots existeront, c’est sur, mais pour une part tellement faible de la population humaine que c’est un détail.

    Pour les autres, l’avenir est déjà là et commence à prendre forme : Lorsque des tensions aparaissent sur des ressources, l’homme fait simplement augmenter le nombre de ceux qui n’y ont pas accès. Point.

    Le reste n’est que de la musique d’accompagnement.

    (D’ailleurs, vous voyez bien que tout ce qui est « éco » passe à la trappe dès lors que la crise frappe à la porte, en plus, dans ces période là, on se retrouve en surproduction d’énergie par les moyens conventionnels, donc les machins verts hors de prix n’ont plus aucune chance d’attirer l’attention.)

  38. Oui les arts martiaux correctement saisis permettent de voir venir le vent, et la force du vide et la faiblesse du trop plein.

    Ca m’est arrivé plusieurs fois de le constater.

  39. l’attaque du won par les traders us dans les années 90 a du faire reflechir tout les pays emergents , à l’époque la coree avait la plus grosse reserve d’or et a du vendre son stock pour eponger le krack .

    le BRIC (bresil,russie,inde,chine) a du antciper et surement fait un pacte monétaire de non-agression ,pour l’instant ils coulent les dollars renforcent l’euro avant de mettre mat (echec) ,atari (go) ou « faire grand mahjong » ,l’empire subceleste du ponant .

    et les usa n’auront pas d’autres choix que d’attaquer physiquement la chine .la chine n’attend que cela pour laver le sac du palais d’été ,les comptoir et les guerres de l’opium ,le neocolonialisme americain en chine du nord .

  40. @Ordjoun

    Qui sont les véritables auteurs des attentats de Mumbaï ?
    Les doutes sont plus que requis.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/attentats-de-mumbai-coup-de-48973

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article75278

    @ Papillon
    Nous sommes pas mal vissés à la plate-forme de la Barbarie en acte et en puissance, ne trouvez-vous pas?

    Depuis 2003-2004 des pays comme la Norvège ont commencé à réduire leurs réserves de devises en dollars.
    Les échecs financiers des années 2000 avaient obligé la superpuissance US à sortir sa ferblanterie et exercer des actes punitifs qui se voulaient persuasifs. Mais la puissance, en avoir, c’est justement ne pas la réaliser et rester dissuasif.

    Par ailleurs la civilisation chinoise est pluri-séculaire, rien à voir avec l’artefact étasunien qui rentrera en évanescence dès l’illusion du Rêve américain dissipée.
    Certes l’arme du dollar entre les mains du gouvernement chinois est à multiple tranchant, mais tout le monde est conscient qu’elle est bien plus mortelle que n’importe quelle autre pour l’actuelle configuration de la planète.

    1. Bonjour,

      @astarte:
      J’ai pris « la peine » (et le mot est juste !) de visiter vos 3 liens…
      Par respect pour ce blog et pour Paul Jorion, je ne vais pas rentrer dans ce sujet avec vous…
      (Qui plus est nous serions hors sujet)
      Mais vraiment c’est pas sérieux, pour ne dire que çà…

  41. Les états unis et la chine se séclarent la guerre :

    1er jour : 1 million de prisonniers chinois
    2eme jour : 2 millions de prisonniers chinois de plus
    3ieme jour : 4 millions de prisonniers chinois de plus
    4ieme jour : 9 millions de prisonniers chinois de plus

    Le gouvernement chinois appelle celui des états unis et lui dit :
    « Vous demandez l’armistice ou on continue? »

    C’était une petite blague pour détendre l’atmosphère!

    1. C’est vrai que la convention de Genève n’a pas dû prévoir ce cas-là !

      Remarque, ils pourraient faire travailler tous ces prisonniers dans les mines de Tungstène ! 🙂

  42. Bien vu Cédric et pour détendre l’atmosphère.
    En lisant régulièrement ce blog depuis une année, j’ai un sentiment particulier.
    Bien évidemment merci à Paul et à François, mais aussi un sentiment de piétinement, on sent que quelque chose de grave se prépare, la fin d’un système et aussi l’espoir d’un changement car je ne me reconnais pas dans le monde actuel.
    Peut être une idée après tout pour avancer car j’ai le sentiment de piétiner…
    En l’espèce j’ai tenté de me projeter dans le futur, comment envisager mon avenir perso et professionnel, comment placer son argent….
    Je me demande si entrer un peu dans son évolution perso ne serait pas une manière d’une part de faire évoluer ce blog, d’attirer l’attention des décideurs et pour nous même de nous préparer si on peut encore parler de préparation à des événements que nous subirons bien évidemment….
    Par exemple et pour se qui me concerne, je dois changer d’habitation, donc je commence à réfléchir ville ou proximité de ville, proximité de voie ferrée, ce en préparation de la crise de pétrole à venir…
    J’ai un peu d’économie, j’avais pensé à l’or mais ce me semble toutes les évolutions de la finance aujourd’hui me semblent régis par des logiciels contre lesquels ma pensée logique n’a pas de pouvoir de décision à la hauteur…
    Je ne sais si cette manière de positiver peut redonner un peu de souffle à des discussions qui me semblent tourner un peu en rond….

    1. Ce blog est à sa place à mon avis, de cerveau collectif qui observe l’histoire en cours avec tous ses yeux affutés et attentifs. le but n’est pas, je crois, de fournir une trousse de survie aux lecteurs.
      Normal aussi que consultée au jour le jour, cette information donne une sensation d’immobilité, mais vue l’ampleur des changements en cours, ce n’est qu’une illusion d’optique.

      D’autres sites comme le forum d’Oléocène se sont penchés sur les aspects pratiques de l’adaptation aux changements qui semble vous interresser. On trouve aussi des trucs plus « survivalistes » comme olduvai. Personnellement, j’en suis arrivé a cette idée, que ce n’est pas avec du matériel qu’on s’en sort quand tout se barre en sucette, mais avec des savoirs faire universels et des bonnes relations humaines, amis, voisins….
      (mais bon, j’habite à la campagne avec des poules, des brebis, du bois….c’est pas le même point de vue qu’un apartement en centre ville …)

  43. Les bateaux chinois poursuivent une autre stratégie, ne ciblent pas les USA en particulier. Depuis un certain temps déjà, on est certain que les océans jouent et joueront un rôle clé en ce qui concerne l’accès aux matières premières et leur transport. L’Europe a tout intérêt à mettre les moyens pour sauvegarder ses intérêts dans ce domaine.

  44. Citation de astarte:
    « Nous sommes pas mal vissés à la plate-forme de la Barbarie en acte et en puissance, ne trouvez-vous pas? »

    C’est la minorité qui, par la voie du sang, a usurpé le pouvoir aux peuples et l’a corrompu. Elle le maintient dans ce système par la force puisqu’il lui est profitable. C’est elle-même qui s’est élevée et vissée sur la plate-forme de la barbarie. Ces profiteurs s’acharnent quotidiennement à faire oublier au plus grand nombre qu’il lui est possible de réaliser de grandes et bonnes choses pour la préservation de l’espèce humaine et des écosystèmes. Les peuples doivent détruire ce système moribond en reprenant les planches et les visses pour bâtir le socialisme du XXIe siècle. Certains l’appellent autrement mais les objectifs sont les mêmes. Ils peuvent y arriver par la grève générale, par l’auto organisation des travailleurs lors d’une coopération transparente internationale. Je crois fermement en la capacité des femmes et des hommes de changer de cap.

  45. Oui Thomas, ta réponse est correcte, le kit de survie…
    Pas tout à fait mon questionnement, de la même manière que certains tentent de savoir comment éviter que cette crise se reproduise, mine de rien cela fait plus de 30 ans que cette crise est présente et actuellement nous assistons aux derniers épisodes…
    Donc si au moment des crises, nous pension à l’après crise, cela permettrait dès l’explosion de la crise de réagir…
    J’ai évoqué la question de la maison et des économies, je suis d’accord c’est petit mais par exemple à un niveau plus élevé, les responsables devraient eux aussi penser après crise…
    Ce me semble ce qui ressort du Bloc de Paul et des écrits de François et des autres est l’inéluctabilité que cette crise débouchera sur un changement fondamental de société…
    Je retire les termes capitalismes et autres, l’homme s’est ainsi construit au fil des millénaires qu’il est un prédateur, une envieux, un chasseur, un éternel insatisfait…pas de critiques juste un fait….
    Suis un positiviste, Paul et François tentent d’interpeller en haut lieu pour que cette prises de conscience se fasse, maintenant dire que la crise est exclusivement financière me semble réducteur…
    Comme vous le souligner, vous dites que vous avez des amis, en fait ce me semble cette crise est le début de l’aboutissement de la déraison humaine et de l’individualisme individuel qui s’oppose à la pensée collective…

    Réglementer dès le moment ou chacun pense JE, systèmatiquement JE tentera de détourner la loi à son profit, seul je pense la remise en état du concept collectif de NOUS à une chance de nous éviter la barbarie…

    Voilà en quoi se pose mon questionnement, au delà de l’explosion de la bulle, se posera le problème du partage du gâteau de la terre, on peut se centrer sur la crise actuelle, ce me semble le problème est bien plus important, la crise actuelle a bon dos, elle nous cache le réchauffement de la planète, la raréfaction du pétrole et des matières 1ères, le transfert de ce que nous possédons vers les BRIC…

    Je sais à notre niveau nous ne pouvons rien, mais ne dit on pas que les petits cours d’eau font les grandes rivières, qui plus est Paul est un Anthropologue, je pense qu’il a appris de la nature humaine….

    Si l’on dit que c’est la crise financière que nous regardons, ok contentons nous de lire les spécialistes que sont Paul et François, maintenant si on dit c’est notre crise, sommes allés trop loin pour notre terre, notre civilisation dérape, alors nous avons tous notre mot à dire…

    Ce me semble Paul vient d’avoir un petit enfant, que pense-t-il du monde que trouvera cet enfant….

    1. Vous dites :

      « Je sais à notre niveau nous ne pouvons rien »

      Puis « nous avons tous notre mot à dire »

      Je pense l’inverse : Nous n’avons pas tous quelque chose à dire, mais tous quelque chose à faire….

  46. Le point de vue tout récent de Jeffrey Sachs sur la crise des Etats-Unis 20.11.2009

    NEW YORK – Partout dans le monde, les spécialistes des Etats-Unis ont bien du mal à comprendre quelle maladie paralyse la politique de ce pays et exerce une grave menace sur sa capacité à résoudre les questions nationales et à contribuer à la résolution des affaires internationales. La gouvernance des Etats-Unis traverse la pire crise de l’histoire contemporaine. Et, il n’y a semble-t-il pas d’amélioration en perspective.

    http://www.project-syndicate.org/commentary/sachs159/French

  47. J’vous conseille le dernier speach de Hans Rasling a TED en Inde, sur la place de l’Asie dans notre monde…au dela, de l’humour et de l’aspet vulgarisateur habituel du bonhomme, et de la prediction fantaisiste d’une date future ou l’Inde « rattrapera » les US au vue du PIB (dont l’interet, symbolique (donc a ne pas negliger) est d’aider les gens a se projetter sur ce nouveau monde qui se profile)…

    Je trouve beaucoup de message juste dans ces 15min…et puis ca pourra peut-etre faire sourire, ceux qui voit le futur trop noir 😉

    http://www.ted.com/talks/hans_rosling_asia_s_rise_how_and_when.html

  48. Xi Jinping, vice-président de l’Etat et président de l’Ecole du Parti du Centre, a tenu une conférence sur la nécessité «d’encourager activement la construction d’un modèle d’étude marxiste du parti au pouvoir ».

    XI, dans son discours à l’Ecole du Parti, qui était présidée par Li Jingtian, vice-président exécutif de la même école, a recommandé l’étude de la théorie du socialisme aux caractéristiques chinoises et l’application des «valeurs fondamentales du socialisme ».

    Le message semble être que la crise actuelle – qui est d’ordre économique, mais dans une certaine mesure systémique aux États-Unis – La Chine renouvelles ses doutes sur la valeur du système des États-Unis et occidental, et est de plus en plus prudente.

    Cela ne signifie pas que Pékin va revenir en arrière ou s’arrêter, même si elle est disposée à explorer des directions différentes.

    Dans son discours, Xi a inventé un nouveau terme dans rhétorique politique chinoise ultra-codée: « Le modèle d’étude marxiste du parti au pouvoir. » La définition est énigmatique pour les Occidentaux, mais il est encore bien loin des jours où le parti s’appelait lui-même «communiste marxiste-léniniste».

    http://www.atimes.com/atimes/China/KK26Ad02.html

  49. Bonjour,

    Qualifier la sous évaluation du yuan de problème monétaire ?

    Ne devrait-on plutôt plutôt parler de problème de change?

    La crise étant à la base un problème de déficit à la base, la gestion monétaire n’est plus alors qu’une conséquence de cette cause.

    Je ne dis qu’une chose à vos lecteurs : relisez (ou lisez) « le péché monétaire de l’occident » de J Rueff pour plus d’explications à ce sujet.
    Tout y est ecrit sur LA crise et cela en 1971!

    Je reste intimement convaincu que seul la lecture de gens tel Galbraith, Rueff, Schumpeter (entre autre), peut apporter un éclairage convaincant sur les causes profondes de cette crise.
    Ces auteurs, certains étant décédés, ont extrêmement bien résisté à l’épreuve du temps.
    Leurs esprits critiques est d’une fraicheur absolument exceptionnelle pour qui veut comprendre les vices structurels du système financier et moral occidental.
    Cela permet alors à l’esprit ouvert de garder un œil très critique sur les divers articles publiés d’ici et la, dont on pourra alors facilement déceler les inexactitudes ou oublis, volontaires ou non.

    Tout le reste de la littérature actuelle est hélas contaminé en tout ou partie par notre mode de pensée, façonné (dans mon cas depuis plus de 40 ans) par un système fondamentalement malsain.

    Pour conclure sur le fond de l’article, guerre économique entre les deux géants, non. Compétition acharnée oui.

    Bien cordialement

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*