Envoyez par mail 'Jusqu’où la folie ?, par Corinne Lepage' à un ami

Envoyez une copie de 'Jusqu’où la folie ?, par Corinne Lepage' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

92 réflexions sur « Jusqu’où la folie ?, par Corinne Lepage »

  1. @ Madame Lepage,

    mais à qui s’adresse votre billet ??!!

    C’est à vos pairs qu’il faut l’adresser. Ne pensez-vous pas?

    1. Madame Lepage,
      j’ai été surpris de voir vos premiers posts sur ce blog… Satisfait aussi, car il faisait consensus au sein du blog que nous manquions d’écoute, d’ampleur, que l’étape suivante ne pouvait qu’être politique. Mais qui ? comment ? … et pourquoi ?…

      Vos premiers posts furent manifestement poliment accueillis, l’attentisme que je ressentais semblait globalement de mise… Je suppose que si vous et vos collaborateurs faites correctement votre travail, en suivant les nombreux liens qui sont mentionnés ici, je suppose que maintenant vous savez… Vous connaissez les enjeux, les tenants, les aboutissants, les hypothèses d’avenirs possibles…

      Je me permets d’appuyer le post de Laurence, vous prêchez ici des convaincus…

      Qui ne demandent qu’à être convaincus… Par vous, Madame…
      Continuez ce travail que vous semblez avoir commencé, apportez cette vérité au plus grand nombre, inlassablement, comme Paul tente de le faire ici et ailleurs. Ce seront sur vos actes, à travers vos déclarations que les participants de ce forum se feront une opinion sur vous, et déciderons de vous suivre ou non. Je sais que ce que je vous demande là est difficile, politiquement… Je vous donne cependant ma parole de producteur pétrolier est-béarnais : le bon peuple est insatisfait, il parle, le buzz sera fort si vous êtes brillante…

      Paul voulait arrêter ce forum le 23 novembre dernier, j’étais personnellement contre, pensant qu’il fallait continuer à porter la bonne parole. Votre venue sur ce site m’a semblé une continuité logique à sa décision de continuer son blog…

      étonnez nous…

    2. @ Corinne Lepage

      Laurence a raison, c’est dans les assemblées qu’il faut faire passer se type de message.

      Les citoyens ont compris depuis longtemps à quelle sauce on essayait de les manger. Et je ne suis pas certain qu’au moment de passer à la marmite, ils n’aillent pas délivrer le message eux-même.

      M

  2. L’Institut Montaigne préconnise la création d’un « Eurobond ».
    Mais c’est uniquement la volonté politique qui pourrait faciliter cette évolution qui permettrait à l’Europe de sortir de la crise par le haut et juguler, au moins un temps, les velléités des spéculateurs.

    Mais cette volonté, Angela et le Leader-minimo l’ont-ils ? Leurs intérêts politiques respectifs peuvent-ils converger quand l’une est désormais en difficulté en son parti et l’autre ne pense qu’à tirer la couverture à lui et se voit en « sauveur de l’Europe » ?

  3. Rappelez-moi le titre de cette chanson de Boris Vian dans laquelle il s’agit seulement de savoir où!!! placer sa bombe? (ce que j’énonce avec de moins en moins d’envie de rire / de plus en plus de sérieux, si je suis honnête avec moi-même).

    1. La java des bombes atomiques, si je ne m’abuse.

      Quelques assassinats ciblés de banquiers et de financiers ne seraient pas du luxe. Mais que font les services secrets ?
      C’est pour rire. Quoique…

    2. En relisant ce commentaire que j’ai écrit hier, je m’aperçois qu’il pourrait être mal interprété. Je me dois donc de préciser que je suis pacifiste et que je déteste la violence. Ces mafieux devraient être jugés et finir leurs jours en taule, si toutefois nous étions tous égaux devant la justice. Dire que ce n’est pas le cas est un doux euphémisme…

      Ce commentaire maladroit repose pourtant sur un véritable questionnement. Lorsqu’un pays subit un acte de guerre, comme c’est le cas de la Grèce, on pourrait s’attendre à ce genre d’actions de la part de ses services secrets. Ou bien est-ce moi qui ai vu trop de films glorifiant la vendetta mafieuse ?
      Bien que je ne souhaite pas que de ces assassinats aient lieu, je m’interroge sur la passivité des pays européens dans cette affaire.

      Qu’en pensez-vous ?

  4. mais que font les députés européens à ce sujet ? Ils ne devraient faire que ça ! assiéger les ministres des finances pour que soient interdites ces opérations ! Ils n’ont toujours pas compris ou quoi ? Que faites vous, avec vos collègues ?

  5. Bonsoir à tous .
    @Madame Lepage

    Madame, comment espérer que nos gouvernements réagissent correctement à de tels défis alors que je viens de lire sur ContreInfo une note citant Mme Martine Billard, députée, licenciée en économie, qui affirme tranquillement qu’il suffit d’augmenter les « cotisations patronales » pour régler le problème des retraites!…. Toute personne pensant qu’il existe des cotisations patronales est totalement incompétente! C’est pourtant une antienne que les politiques agitent encore tels les fous du moyen âge leurs marottes!
    Nous ne sommes pas tirés d’affaire!
    Michel Serres pense que nous vivons la fin du modèle de société fondé au néolithique. J’en suis d’accord. Les prémisses datent de 1914/18 , début de la quasi extermination de la paysannerie européenne et avènement du règne des prothèses mécaniques.
    Il conviendrait désormais aux âmes bien nées de relire les leçons de stoïcisme de Marc Aurèle tout en ne se taisant pas….

    Cordialement

    1. @ Steve

      Les cotisations retraites des fonctionnaires et des élus ne sont provisionnées nulle part.
      C’est prélevé sur les impots chaque année.
      Si le principe de la répartition existe, l’application est inéquitable pour ne pas dire +.
      Tout le système est à revoir de A à Z.
      Il suffit de lire quelques livres sur la question et de discuter avec son entourage ou d’aller voir le site de SOS retraites pour s’apercevoir que l’on ne vit pas dans un système social avancé….
      C’est comme le principe des droits de l’homme….

  6. Nos banquiers d’europe sont parmis les premiers à spéculer contre l’euro.
    Otmar Issing et Mario Draghi, au coeur et au sommet de leurs Nations, montrent à quel points nos banquiers et politiciens jouent sur tout les tableaux: privés contre Nations et sans aucun reproche ni conséquences de la part d’aussi « vertueuses Nations » …

    Quant à la Grèce elle est aidée, parmis les premiers budgets, depuis plus de vingt ans!
    L’aide continue … ils n’arrivent d’ailleurs pas à absorber toutes ces aides, et même très loin de là ! l’utilisation est contrôlée …

    Quand un état veut lutter contre la spéculation, il peut réussir. Hong Kong a ridiculisé (et ruiné beaucoup) de spéculateurs il y a quelques années … en quelques jours.

    Le Conseil de l’Europe est l’instance suprême de nos 27 chefs d’états … s’ils ne font rien c’est qu’ils ne veulent rien faire: effectivement la baisse de valeur de l’euro les ravit.
    Ils ne peuvent évidemment pas le dire dans ce bal des hypocrites.
    C’est un jeu dangereux mais nous en sommes là à cause des contradictions voulues et entretenues par nos Nations quelles que soient les avertissements, les crises et les coûts.

    Cette baisse de valeur de l’euro est une bénédiction (tant que le pétrole reste stable et le printemps venant) et d’ailleurs elle n’arrange ni l’Angleterre, ni les USA, ni la Chine etc.
    Il n’y a donc pas de complot, juste de la rapacité.

    Cette baisse de valeur de l’euro défend nos emplois en favorisant nos exportations.
    C’est au moins ça, pourvu que ça dure.

  7. Des solutions, il en existe : interdiction des paris, expropriation/nationalisation des banques, relocalisation de l’économie, etc..
    Mais rien de tout cela ne sera l’oeuvre de gens qui se sont mouillés dans le système.

  8. S’il y a bien un avantage dans le capitalisme par rapport au communisme, ou plutôt à l’entreprenariat privé par rapport à l’entreprenariat public, c’est que dans le privé, «théoriquement», les erreurs se paient. Je mets évidemment dans cette affirmation de côté le fait que des travailleurs se retrouvent sans emploi, mais si nous prenons le cas des Etats-Unis, il aurait été normal que GM qui s’est évertué, contre toute, logique à faire des véhicules énormes consommant 20 litres/100 disparaisse.
    Nous ne pouvons vivre dans un monde qui cautionne les erreurs ad vitam æternam. Les banques comme les pays devraient, devront payer leurs erreurs.
    L’euro aurait du être la dernière étape d’un long processus d’harmonisation des politiques mais avant tous des projets. Que des pays qui ont des aspirations différentes partagent une monnaie commune est aussi absurde que d’imposer à la cigale et la fourmi un compte en banque commun.
    L’euro était une erreur que nous allons devoir payer : aider la Grêce ne servira à rien d’autre qu’à reculer le moment où des choix douloureux devront être faits et les erreurs payées. Il ne s’agit pas d’une crise passagère, comment des pays endettés pourraient-ils aider un autre pays endetté ?
    La réponse à cette crise doit être au moins européenne: d’accord ! Mais elle ne peut être celle de rajouter de la dette à la dette.

  9. En langage commun, on peut se demander comment si peu peuvent emmerder autant de monde :
    la situation est hyper-grave, peut être même désespérée.

    Sil fallait un chiffre pour comprendre :
    « La répartition du revenu global des ménages dans les années 2000 a retrouvé presque à l’identique sa structure… des années 20 » [4].
    On n’aura pas droit à ce genre d’info au journal de 20h.

    Source chiffrée: contre- info
    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2983#nb4

    PS :J’ vois pas comment les états vont pouvoir réguler la finance ( s’ils en avaient la volonté) sans utiliser des moyens trés coercitifs ?

    La finance , c’est « t’es pas content ? tu veus qu’on baisse ta note! » .
    On aimerait se croire encore à l’école ,mais derrière des « notations » , il y a tout un socle social qui peut disparaitre pour cause d’obligations comptables »urgentes » .
    Les financiers n’ont pas compris qu’il y’a des limites à la misère.

    Un état , c’est encore une armée, des services secrets …
    Un peuple , c’est encore une capacité de révolte , des humains capables de se fédérer.C’est là que l’avenir va se jouer.

  10. C’est quand même bien mieux que le dernier billet (A ce propos ne comprenez vous pas qu’il n’y a pas de solution internationale juridique viable, que nous sommes désormais plongés depuis un an dans une guerre froide multipolaire? C’est une blague l’idée d’une régulation mondiale. Si elle a lieu elle se fera par les armes, et la vieille Europe a depuis longtemps- disons depuis la seconde guerre mondiale- la phobie des conflits armés).

  11. Chapeau bas, Madame! Vous m’apportez une lueur d’espoir dans la politique, après les démonstrations édifiantes de Paul Jorion et de Francois Leclerc.Et m…. pour les mauvais coucheurs et autres rabat-joie!

  12. @Corine Lepage

    « Jusqu’où faudra-t-il aller pour qu’enfin des mesures coordonnées soient prises par le G20 ou a minima par l’Europe pour que les spéculateurs perdent et les États, c’est-à-dire les citoyens, gagnent ? »

    Je ne vois pas pourquoi le G20 ou l’Europe, même vaincus par KO, se résoudraient un jour à s’attaquer « comme un seul homme » aux spéculateurs, alors que, on en est certains, une collusion existe entre des pans entiers de la classe dirigeante et les classes les plus fortunées.

    « les États, c’est-à-dire les citoyens »
    Qu’est-ce à dire ? Les intérêts de citoyens coïncideraient avec ceux des Etats ?

    Paul Jorion s’inquiète : « une tendance de plus en plus marquée au fil des mois : une défiance de la population [de USA] envers ceux qui la représentent et la gouverne »
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=8401

    80 % de la population ne croit aux USA à l’équation Etat = citoyens, et même si elle se trompe (populisme ? mainstream ?) il faut en tenir compte !

    Samir Amin sur un autre blog apporte des éclairages qui peuvent être pertinents ici ; il commente le rapport de la CIA « le monde en 2025 » et soulève plusieurs questions importantes notamment sur « le mode de pensée de la classe dirigeante »

    cette classe dirigeante ignore le rôle que les « peuples » jouent parfois dans l’histoire ; elle donne le sentiment que les opinions et les choix des classes dirigeantes comptent seuls, et que les peuples « suivent » toujours ces derniers choix pour s’y adapter sans jamais parvenir à les mettre en échec et encore moins à imposer des alternatives différentes ;

    Si quelque chose d’important doit changer comme vous l’espérez : il pose cette question

    quels sont les agents possibles qui peuvent agir dans ce sens et quelles stratégies sont-ils en mesure de déployer à cet effet ?

    http://www.michelcollon.info/index.php?option=com_content&view=article&id=2566:le-monde-en-2025-selon-la-cia&catid=6:articles&Itemid=11

    Pour voir le début de la fin de la « société de la spéculation » les citoyens doivent radicalement réinvestir les institutions pour éviter qu’elles se décomposent de manière irréversible

  13. Madame, votre foi dans la capacité du système politique à se réformer/corriger est touchante.

    J’ai le plus grand respect pour toutes les religions, les croyants en ont besoin pour se convaincre que leur dieu va les sauver.

    Soyez réaliste, Madame. Nous sommes arrivé trop loin dans la déliquescence. Aucune mesure institutionnelle n’en pourra compenser les dégâts déjà opérés. Toute tentative de rééquilibrer déséquilibrera. (ex: sauvetage des banques par les états suivi du chantage des banques sur leurs sauveteurs)

    Ceux qui ne sont pas encore sur un rocher, dans les canots de sauvetage, ceux qui ont encore des crédits sur le dos, qui ont peur de perdre leur travail, qui sont dans un état de dépendance vis à vis du système, tous ceux qui n’osent pas regarder la réalité en face, vont sombrer comme les naufragés du Titanic, en chantant « plus près de toi mon Dieu, » pour ne pas penser que l’eau qui va les engloutir est glacée.

    1. S’ils font ça, c’est qu’ils ont perdu le sens de la réalité,
      la peur de mourir sans doute, car une eau bien glacée
      a au moins le mérite de vous sérieusement transir avant
      que vous ne trépassiez tout-à-fait.

    2. Il y aura un après. J’ignore si je serai encore en vie. Mais il y aura un après. Que ferons nous de cet après ?

      Toute réflexion pouvant nourrir la réponse à cette question est la bienvenue.

    3. @Didier

      « Toute réflexion pouvant nourrir la réponse à cette question est la bienvenue. »

      Des réflexions réalistes, oui!, des paris sur la comète, non!

  14. Monsieur Bayrou ne pourrait-il pas se joindre à d’autres personnalités politiques — cela doit bien exister — pour faire une déclaration solennelle dans laquelle serait réclamé d’urgence la nécessité de mettre la spéculation hors la loi ainsi que celle de réformer le statut des agences de notation ces véritables ennemies publiques ?

    Il ne leur serait pas difficile d’expliquer avec des mots simples, comme vous le faites ici, en quoi consiste cette spéculation et quelles sont ses conséquences désastreuses, en quoi consistent les agences de notation et quelles sont leurs conséquences désastreuses.

    Pourriez-vous relayer auprès de Monsieur Bayrou cette requête d’un citoyen de base ?
    D’avance merci.

    1. C’est amusant parce que je prends la plume pour vous dire qu’aujourd’hui, je ne vous suis pas du tout dans cet espoir aussi mince soit-il, que vous placez dans Mr Bayrou.

      Mais j’en profite pour vous dire, pour toutes ces fois ou je vous lis sans rien écrire moi-même, que j’aime bien la façon dont vous voyez le monde et vos interventions ici ….

    2. Je place un espoir dans tous les hommes et femmes politiques ainsi qu’en chacun des citoyens que nous sommes. Donc en Bayrou, ni plus ni moins que tout autre. 😉

    3. Qu’il avait bien du courage ce soir le petit cheval blanc sur Canal où il a été sauvagement charcuté.
      Personne derrière, je lui aurais bien donné un coup de main ou de gueule car il a compris quelque chose d’essentiel, les français d’abord et lui derrière, j’espère.
      Bon courage François, prend la parole, dénonce mais surtout construit le programme avec tous les autres.
      C’est pas la quantité qui importe mais la qualité, pas la forme mais le fond.

    4. L’argent blanc du cheval des chevaliers de Jésus est devenu tout gris, voir plus bas la déclaration en1997, devant le parlement Européen clairsemé du « petit juge » Van Ruinbeck dans le doc de Denis Robert notre célèbre persécuté ; « Monsieur Clear-Stream ». Se méfier des imitations.

    5. M.Bayrou a l’intérêt de réunir autour de lui une société civile intéressante sur le plan de la connaissance… mais il n’est pas et ne sera jamais un leader charismatique capable de fédérer …

    6. @Pierre & Pad
      C’est mon doute et c’est bien le problème.
      Alors qui sera l’autre cheval blanc ou pourquoi pas les autres chevaux blancs, un attelage peut être vu l’énormité des enjeux, + on est des chevaux BLANCS, plus on a des chances de s’en tirer.

  15. Cela mérite d’être écouté, évidemment personne n’a la solution parfaite mais si des voix de gens médiatiques commencent à s’élever ici et là, alors nos parlementaires ne pourrons plus éluder le débat : nous sommes dans un monde qui va dans le mur, que faisons-nous et pas de « salade » sur la reprise et la taxation des bonus !
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/economie/20100223.OBS7823/comment_sortir_de_la_crise_touraine_repond.html

  16. Les mots employés par Madame Lepage : Folie – frémir – gravissime – péril – risques – urgent.
    À qui voulez-vous faire peur Madame ? Nous aussi, nous pouvons jouer à ce petit jeu. Cette folie c’est la leur, pas la nôtre.
    Il y a encore assez de dignité et de révolte dans le peuple pour ne pas afficher bêtement sa souffrance.
    Parce que nous ne sommes pas encore tous fous à lier. Tout est lié (votre précédent billet), faux, et celui-ci ne relève pas assez les manches.
    Permettez-moi de vous aider : Courage, courage, courage.

  17. Effectivement, ici vous ne prêchez que des convaincus!
    Mais vous avez raison de multiplier les supports de vos publications au delà de votre blog personnel et avec l’aimable complicité d’un membre du comité scientifique du club Terre Democrate que vous présidez.
    « Jusqu’où faudra-t-il aller pour qu’enfin des mesures coordonnées soient prises par le G20 ou a minima par l’Europe pour que les spéculateurs perdent et les États, c’est-à-dire les citoyens, gagnent ? » dites vous, mais attendez vous vraiment quelque chose de ce « machin »? Attendez vous vraiment quelque chose de l’Europe, cet autre « machin » peuplé de neo-libéraux dogmatiques qui, assis sur leurs pensions de retraite dorées, administrent, tels des nouveaux Diafoirus, les remèdes de cheval aux 27 patients qui leur ont stupidement confié leur santé? non je ne le pense pas!
    Alors la situation est grave quand même les politiques lucides comme vous ne savent plus où porter le fer pour éviter le pire…

  18. @ Corinne Lepage

    Pourriez-vous dire cela AUSSI ailleurs qu’ici, vous qui avez une certaine visibilité ?
    Le dire ailleurs qu’ici en appelant à une mobilisation de qui y pourrait vraiment quelque chose …
    Qu’est-ce qui vous en empêcherait ?

  19. Bonsoir Mme Lepage,

    Merci pour votre billet et notamment pour votre indignation face à de tels excès. C’est toujours impressionnant un politique qui s’indigne.

    J’en ai terminé avec les compliments à votre égard, je tire ma première salve, désolé mais vous m’avez fait sortir de mes gonds.
    Ainsi donc, il vous a fallu depuis le début de la crise, tout ce temps pour comprendre le fonctionnement de ces effets de levier gigantesques ?
    Ce n’est pas sur ce blog que vous devriez poster ce message mais plutôt sur ceux de vos ex-amis libéraux. Ici, il n’y a personne à convaincre du caractère pernicieux des marchés financiers sur lesquels les spéculateurs gagnent à tout les coups.

    Quant à vos propositions, elles semblent témoigner que vous n’avez toujours pas saisi la gravité de la situation.
    Vous écrivez :  »Ensuite et surtout, réglementer très strictement les ventes à découvert ».
    Il ne faut pas réglementer strictement, il faut interdire les ventes à découvert car c’est largement grâce à ce moyen technique que des états, des entreprises se retrouvent au tapis. Lorsque la spéculation se déchaîne à la baisse, nul ne peut s’interposer, c’est comme vouloir remonter les chutes du Niagara à la nage, c’est impossible.

    Vous écrivez également :  »Ainsi, grâce à l’endettement que les gouvernements leur ont fait consentir, les citoyens européens ont non seulement permis la spéculation qui se retourne aujourd’hui contre eux, mais les taux très bas de la banque centrale alimentent encore davantage la spéculation. »

    Au début de la crise, les citoyens n’ont rien consenti, ils n’ont rien compris, étourdis par les sommes en jeu, ne déchiffrant que péniblement les circuits opaques, les interactions existantes, les conséquences de ce qu’il se passait. Ce n’est que maintenant, alors que la crise s’installe dans la durée, qu’ils peuvent péniblement entrevoir une parcelle de vérité.

    Néanmoins, je tenais à vous remercier pour cet éclaircissement. Grace à vous, nous sommes enfin informés sur la responsabilité de la banque centrale dans la spéculation.
    Pour votre information, ce point a toujours été dénoncé ici par Paul ou François Leclerc. Je ne peux que vous inviter à lire leurs billets à ce sujet, vous y découvrirez d’autres informations savoureuses concernant le fonctionnement des marchés financiers, le rôle de tel établissement bancaire, la collusion entre finance et politique etc, etc.

    Je crois qu’en tant que  »politique » vu l’ampleur de la crise, il est urgent que vous-même et vos  »pairs » compreniez réellement ce qui se passe. Avec le respect que je vous dois et cela m’effraie, je trouve que votre billet est assez naïf, ce que vous dénoncez est connu depuis des lustres. Et il n’y a pas que cela à dénoncer.

    Vous pourriez également vous interroger sur le rôle actif des paradis fiscaux situés au coeur de l’Europe et proposer leur suppression pure et simple.
    http://www.lesmotsontunsens.com/le-trafic-de-drogue-a-sauve-l-economie-mondiale-selon-l-onu-6661
    Extrait :
     »Selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), des dizaines de milliards de dollars provenant du trafic de drogue ont permis au système financier mondial de se maintenir à flots au plus fort de la crise financière en 2008, rapporte The Observer. »

    http://www.guardian.co.uk/global/2009/dec/13/drug-money-banks-saved-un-cfief-claims

    http://www.france.attac.org/spip.php?article177
    Extrait :
     »Le volume des transactions liées à la production et la commercialisation de la drogue a fait l’objet de beaucoup de discussions. Les estimations vont de 100 à 500 milliards de dollars annuellement pour la première partie des années 1990. Une estimation de 1000 milliards a récemment été faite qui ne paraît pas irréaliste[5]. Un montant correspondant à 100 milliards serait recyclé en Europe même. C’est à la fois beaucoup, mais aussi assez peu au regard du volume des transactions financières, ce qui facilite considérablement la dissimulation des opérations de blanchiment. »

    Le secret bancaire n’a pas lieu d’être. Les paradis fiscaux doivent être purement et simplement supprimés, ils participent amplement à la crise actuelle recyclant l’argent de la drogue, de la prostitution, du trafic d’enfants, d’armes, etc, etc…

    Il y a de cela quelques années, j’avais lu un article dont j’ai oublié la source, dans lequel il était estimé que 20% de la capitalisation boursière mondiale avait pour origine l’argent sale. C’est sans compter le blanchiment via l’immobilier.

    Dans quelques temps, des manifestations auront lieu ici où là pour défendre les retraites, trouver des financements. On va demander au salariat des efforts, travailler plus longtemps pour gagner moins alors que l’argent sale continuera à inonder les marchés financiers et servira à spéculer contre les Etats, les citoyens.
    Dénoncer c’est bien, agir c’est mieux. Afficher ses convictions en public également.

    Où serez vous lors des prochaines manifestations ? A côté des salariés luttant pour quelques centaines d’euros mensuels ? Irons-nous manifester ensemble ?
    Ma pancarte est déjà prête : TRAVAILLER PLUS POUR PAYER LEURS BONUS…NON MERCI.
    Cette vérité fait frémir n’est-ce pas ?
    Je compte sur vous.

    1. Une belle idée, mettons-nous d’accord sur le slogan, mobilisons et défilons tous avec une même banderole, perso, je préfère le slogan de Papiman.

    2. en passant, avec humeur, parce que ce que vous dites on ne peut s’empêcher de vouloir vous l’entendre dire sur la place publique, écrans, radios, journaux, puisque politique vous êtes, à plusieurs voix (j’aime celle d’Eva Joly, prospectez autour de vous, pensez réseaux, et la destruction à venir, que ce soit dit au nom d’un groupe ou groupement ancien ou nouveau rien à battre, transversal, sans calcul d’éligibilité (et pour cela même, pour ce qu’on pense de votre congrégation ne serait-ce pas là le meilleur pari? – de ne rien en retour vouloir recevoir et gagner ni même espérer): j’aimerais lire un billet de vous qui donne la mesure de l’impuissance du monde qui nous représente au point d’épuiser nos résistances. Vous nous dites que le bateau prend l’eau, que personne s’en rend compte, coincé un peu dans le miroir, conscience altérée à paraître sur une scène: alors plutôt celle-ci: l’histoire des rescapés d’une barque pour nous parler de la mer et comment elle arrive. De la générosité, sans utopie (donnez au temps le soin de l’élaborer) sans calcul, il n’y a là rien à perdre, justement !

  20. Madame Lepage Prenez exemple sur ce qu’à fait De Gaulle en son temps (Relisez les biographie, relisez ses mémoires) trop de gens en appelle au Gaullisme, aucun n’en est digne. Il à mené de grand travaux, de grand projets pour la France sur lesquelles nous avons capitalisé plus de 30 ans sans vraiment ré-investir dedans et devinez quoi aujourd’hui »hui nous allons perdre justement notre place.

    Nous devrions être à la tête de la recherche énergétique, informatique, etc… mais non il est plus simple d’avoir ouvert la porte à la finance, Finalement un Roi ce n’était pas si mal il avait une vision pour la France parce qu’il représentait son Pays.

    Je ne suis pas Royaliste, ni nationaliste mais il est écœurant de voir tout ce gâchis… Une certaine idée de la France voilà ce qui manque, et non pas un copié/collé d’un autre pays. Nous avons besoin d’un leader éclairé, visionnaire, qui avant tout fait passer le peuple avant lui.

  21. Bonsoir Madame Lepage,

    Jusqu’où la folie? Eh bien, peut être jusqu’au moment où les esprits supérieurs qui nous gouvernent (ceux qui tirent leur pouvoir de l’élection) se décideront à planter des radars le long des autoroutes de la spéculation. A édicter quelques solides limitations, textes réglementaires à l’appui, et à infliger de telles amendes au moindre écart de conduite que nous serons collectivement plus en sécurité.

    C’est vrai, il est plus facile d’installer des radars sur de banales autoroutes bitumées pour le bien du bon peuple. Plus facile de laisser aux bons soins du marché la fixation du prix de l’énergie et autres babioles de dernière nécessité.
    Plus facile d’envoyer des contingents militaires ici ou là en dehors de tout contrôle parlementaire digne de ce nom.

    Il est plus facile de laisser s’écrouler un système solidaire de protection sociale et de laisser s’installer à sa place, tel un vulgaire coucou, un système d’assurances privées.

    Il est plus facile de mettre toujours plus de bâtons dans les roues des corps de contrôle de l’administration : contrôle fiscal, DGCCRF, etc, au nom, bien sûr, de la modernité et surtout de la li-ber-té.

    Il est plus facile de désigner le fonctionnaire ou le chômeur, ces parasites, à la vindicte collective, que de diminuer le nombre d’élus : à quand 600 députés à l’assemblée et 60 ministres au gouvernement, à votre avis? On ne serait pas mieux gouvernés? La dette publique n’aurait qu’à bien se tenir…

    Il est plus facile de faire revoter une population que d’accepter la sanction des urnes. Et puis, rien de tel que la délocalisation des centres de pouvoir pour botter en touche : c’est pas nous c’est Bruxelles, c’est plus nous c’est la BCE, c’est comme ça, c’est dans le Traité que vous avez rejeté, heu, je voulais dire que vous avez adopté, pardon, ma langue a fourché…

    Plus facile d’affirmer qu’il n’y a plus de paradis fiscaux (!) que de dire que la Belgique, le Luxembourg, et à certains égards la France (crédit-impôt recherche sans équivalent en europe) sont des paradis fiscaux…

    Au fond, vous savez ce qui me met le plus en rogne dans tout ça? Ce ne sont même pas toutes ces lamentables pantalonnades, tous ces pitoyables rideaux de fumée. C’est quand je rentre le soir, bien crevé après une journée de travail. J’allume la télé ou la radio, et ça ne rate pas : un soir sur deux, il se trouve un membre de l’élite politique/intello/entreprenariale pour me bourrer la tête avec l’esprit de res-pon-sa-bi-li-té qui doit animer les citoyens.

    Dans ces moment là, je ne peux pas m’empêcher de penser à tous ces leaders d’opinion qui ont si bien su les assumer, leurs responsabilités : grands patrons laissant derrière eux des pertes abyssales, politiciens corrompus mais toujours aussi inamovibles, journalistes aux discours tendancieux, inutile de citer des noms, nous les avons tous à l’esprit…

    Je n’ai rien contre vous personnellement. Il me semble même vous avoir vu défendre des causes environnementales assez respectables, si j’ai bonne mémoire. Au moins avez vous le mérite de vous exposer ici, et le public ne doit pas être facile. Mais comme le disait Laurence dans le premier message : ne pensez vous pas qu’il faudrait adresser ce billet à vos pairs? Pendant que vous y serez, glissez leur donc quelques mots de ce que vous ressentez du niveau d’exaspération de la classe moyenne (celle qui légitime, pour quelques temps encore, l’action de ceux qui nous représentent -pardon, qui devraient nous représenter-)

    Respectueusement

    Frédéric

  22. Il y a aussi la députée européenne Eva Joly, sensible à ces questions. Et sans doute tant d’autres ! Vu la gravité des évènements, et malgré les rideaux de fumée médiatiques dérisoires qui tiennent désormais lieu de gouvernance à nos princes de la politique de l’autruche, j’espère que Corinne Lepage avec d’autres, réussira à fédérer les meilleures volontés de tous bords, au delà des chapelles partisanes, pourvus que ces personnalités soient sans trop d’égo démesuré, au service d’abord du bien collectif (à placer courageusement avant la gestion de leur carrière politique ou médiatique), avec l’esprit frondeur, vif et pertinent, démêlant bien l’essentiel du secondaire ou du dérisoire : il faut communiquer avec force et pédagogie sur 2 ou 3 idées essentielles « nouvelles » (càd différente du catéchisme économique libéral qui nous a tous peu ou prou endoctriné depuis 30 ans). Mettre à la lumière la folie (effective !) de ce système prédateur, et en même temps, oser des contre-propositions radicales, novatrices, réalistes, porteuses d’espoir : si on parvient à les trouver, les formuler clairement au plus grand nombre, avec un bon travail de vulgarisation pédagogique, une contagion populaire à ces nouvelles idées et à de nouvelles pratiques (par ex. banques coopératives) pourraient peut-être émerger plus vite que prévu.

  23. Pour pouvoir parler de pouvoir démocratique en France, il serait urgent d’instaurer la proportionnelle, à un tour, aux élections présidentielles afin qu’un parti ayant obtenu 25% au premier tour (comme aujourd’hui) ne confique pas les pleins pouvoirs . Je crois qu’il faudrait commencer par là et François Bayrou s’est prononcé d’ailleurs pour. Les socialistes , quand ils étaient au pouvoir, n’y étaient pas intéressés, il faut aussi le mentionner. Ce serait un début. Notons que les allemands ont inscrit la propotionnelle dans leur constitution. Ensuite il faudrait nationaliser les banques…mais ça c’est une autre chanson. Commençons donc par un changement de constitution.

    1. Pour élire les politiques, il faut procéder par tirage au sort dans la population inscrite sur les listes électorales et ne permettre qu’un seul mandat.

  24. Bonjour Madame Lepage.

    Certain diront que je fais du mauvais esprit, mais tant pis je prends le paris suivant:

    Votre soudaine frénésie a plublier sur ce blog n’a qu’un seul et unique but :
    ELECTORAL.
    Vu le succès de ce blog, et vu le profil des lecteurs qui se sentent concernés par la société dans laquelle nous vivons et qui souhaitent le changement (donc des électeurs qui vont probablement fortement se mobiliser pour les futurs élections régionales), il est évident que ce blog est du pain béni en terme de « cible touchée ».

    Donc je suis persuadé qu’une fois les élections passées on entendra plus parlé de vous.

    Je vous invite a vous informer sur les idées et le programme du MODEM, car il s’agit ni plus ni moins qu’un éloge du libéralisme…
    Et tout votre parcours politique s’est construit en participant a des gouvernements qui ont toujours eu comme idéologie le liberalisme.

    C’est devenu un grand classique « l’ivrogne qui se propose de surveiller l’alcoolique »…

    1. Le seul but du « programme » du Modem est l’élection de François Bayrou à la présidentielle. Naïfs sont les membres du Modem, car ils se prêtent à ce jeu. (je sais ce dont je parle, j’ai eu ma carte à sa fondation.)

  25. Bonjour,

    Je lis régulièrement les résumés économique de ce site :

    http://cib.natixis.com/activities/research/economic/publications.aspx

    Les articles qui y sont publiés sont lus par P. Jorion qui en recommande certains. Or je viens de lire celui-ci qui porte justement sur une tentative d’évaluer la spéculation sur le marché des CDS concernant de nombreux pays, dont la Grèce. Voici le lien :

    http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=51874

    La conclusion est la suivante : Le niveau des CDS sont trop élevées, mais leur augmentation est justifiée au regard de l’accroissement de la dette de ce pays (suite au maquillage massif des statistiques du gouvernement). La part de la spéculation dans cette prime est présentée comme non déterminante…
    N’étant ni financier ni économiste, je ne suis pas à même d’évaluer la pertinence de la méthode utilisée. D’où mes questions :
    1) Ce rapport est-il un bon reflet de ce que pensent les professionnels (analystes, traders, ets…)
    2) Est-ce l’interprétation des résultats qui fait défaut ou bien les variables observées qui sont mal choisies?
    3) Comment contrer un argumentaire technique de ce type, visant à réduire la portée de la spéculation?

    Merci de vos réponses.

    1. @Tree-top
      Sans être spécialiste, les données fournies par Natixis me paraissent très claire jusqu’à l’avant dernière page où ils tirent des conclusion à l’exact opposé de leurs chiffres et tableaux.
      Non seulement ils dévoilent que pour les 4 pays analysés (Grèce, Irlande, Portugal et Russie) le % de CDS non couverts (pure spéculation car ils s’assurent pour quelque chose qu’ils ne possèdent pas) varie entre 85 et 96% et que les chiffres les plus élevés sont pour la Russie (96%) et la Grèce (92%). La corrélation entre ce taux de spéculation et le surcoût des CDS (qui est le plus en dehors de la ligne pour la Grèce) ne leur semble pas un signe de spéculation alors que leur graphique 3 montre exactement le contraire: la Russie et la Grèce sont victimes d’un pari au défaut de leurs obligations d’Etat.
      Cher Sommet de l’arbre, on a l’impression que les 7 premières pages sont écrites par un chercheur honnête et que la conclusion, trop effrayante, a été écrite par le rédac chef paniqué par ce qui avait été démontré.

  26. Notre folie, c’est l’amnésie, notre conscience mobile et mobilisable.
    Après avoir écrit Pendant les affaires, les affaires continuent, en 1997, il y a donc treize ans dèjà, vous étiez donc déjà en politique et éva Joly alors en formation, denis Robert, écrivain et journaliste à Libération pendant douze ans, approfondit son sujet et prolonge son livre, cette fois avec un long-métrage et la complicité de Philippe Harel. Ils vont aborder comme sujet, les affaires et les gens qui s’en occupent, patrons, grands et petits, juges, avocats, hommes politiques et faux facturiers, et vont rencontrer pour l’occasion des brokers, des blanchisseurs d’argent, des juges impuissants, des hommes politiques, des intermédiaires discrets et autres pourfendeurs de la corruption.
    A voir, ou à revoir, sinon le courage de nos robins des bois ne servira jamais à rien.
    http://leweb2zero.tv/video/mattlouf_244b70c2b5c999e

    1. Salut Pierre,

      Pendant les affaires, les affaires continuent : ce livre était effectivement exceptionnel. Merci pour le lien, j’ai commencé à visionner la vidéo, c’est dans la même veine. A toutes et tous ici, regardez ce truc, c’est ahurissant, c’est en france, Madame Lepage, qu’en pensez vous?

      Pierre, je ne sais pas si notre folie c’est l’amnésie. Ca n’a pas l’air d’être la vôtre, ce n’est pas la mienne, mais j’ai 42 ans, ça explique peut être ma mémoire de ces années 80 et 90. Les jeunes générations qui votent (enfin pour ceux qui se déplacent) n’ont pas la même mémoire -et pour cause-.

      Ce sont eux qui font le résultat des élections, je dis cela sans colère. Ils croient à tous ces bobards comme j’y ai cru en mon temps. Ce sont également souvent eux qui font les révolutions. Les vieux sont plus prudents, plus calculateurs. On se le fait quand, ce printemps des plus de 40 ans, bon dieu? 🙂

      Amicalement,

      Frédéric

  27. « Jusqu’où faudra-t-il aller pour qu’enfin des mesures coordonnées soient prises par le G20 ou a minima par l’Europe pour que les spéculateurs perdent et les États, c’est-à-dire les citoyens, gagnent ? »

    Vous y croyez encore, vous, au G20 ou à l’Europe ?
    Au mieux, ils vont peut-être nous pondre 2,5 pages de bonnes intentions sans effet comme à Copenhague.
    J’ai en tête l’image de « La dernière conférence » de Marc Bressant, un monde qui s’écroule alors que ces diplomates inaptes discutaillent et se paient des parties fines… En plus de Paul Jorion, il nous faudrait d’autres Imprécateurs à la René-Victor Pilhes qui sapent les fondations du fatra idéologique qui infeste encore et toujours ces gens-là qui sont au dessus du « plafond de verre » et qui ont la prétention de représenter la population.

    « Les poètes tentent de greffer aux hommes d’autres yeux et de transformer ainsi le réel. Aussi sont-ils des éléments dangereux pour l’Etat, puisqu’ils veulent le transformer. Or l’Etat et ses dévoués serviteurs n’aspirent, eux, qu’à durer. » Franz Kafka

    1. « En plus de Paul Jorion, il nous faudrait d’autres Imprécateurs à la René-Victor Pilhes qui sapent les fondations du fatra idéologique »

      Je pense comme vous que d’autres personnes que Paul, capables de relayer les idées discutées ici auprès des média, seraient très utiles.
      François Leclerc n’a peut être pas très envie de passer sur les plateaux télé, mais son talent indéniable le qualifie d’office.

  28. « Pourtant, les possibilités existent. D’abord, une solidarité européenne autour de la Grèce par un emprunt gagé par les Européens, qui ferait baisser les taux d’emprunt de la Grèce. »

    S’cusez ,Madame Lepage, mais dit comme çà, j’me demande si vous n’êtes pas en train de proposer d’emprunter pour rembourser des emprunts ?
    C’est une solution , mais n’y a t’il pas des solutions qui sont pires que le problème ?

    Ce qui est étrange , c’est que les pays d’europe se financent tout seul, tranquilles , dans leur coin .
    Comme si une centrale d’achat des emprunts était impossible , une centrale qui permettrait de faire baisser sérieusement les taux d’intérêt.
    D’un côté la dispersion des états , de l’autre la puissance du petit nombre des interlocuteurs financiers .

  29. Mme Lepage,

    Il serait fort douteux qu’il ne puisse exister en dehors de votre personne un certain nombre de personnalités politiques qui soient convaincues ou pourraient l’être de la nocivité de la spéculation et des agences de notation.

    Ne pourriez-vous pas donc pas essayer de constituer un collectif dont l’objectif serait de porter sur la place publique et avec force l’idée de l’interdiction des paris sur la fluctuation des prix ainsi que celle de la réforme radicale des agences de notation ?

    Ce ne serait pas la première fois que sur certaines questions des politiques d’horizons divers se rassemblent pour poursuivre un objectif commun devant la gravité d’une situation.

    Pierre-Yves Dambrine

  30. Plusieurs réponses.

    1 je ne suis candidate à rien et ne fais pratiquement pas campagne. donc aucun objectif électoraliste dans ma participation à ce blog. Vous le verrez après le 21 mars.

    2 ce que j’écris ici, je l’écris et le dis ailleurs, mais la vérité est que la presse économique n’est pas très friande de ce type de propos.

    3 ma vision, en tant que politique, est ultra minoritaire. Cela a été le cas toute ma vie et cela ne m’a jamais rebuté. Je continue et persiste et pense très utile, pour moi en tous cas, d’échanger avec vous grâce à la bienveillance de Paul avec lequel je collabore depuis un an et demi.

    4 il est impératif de changer les rapports entre politiques et société civile, ce qui implique que nous nous regardions différemment et essayons de construire ensemble. C’est tout le sens de ma démarche.

    1. J’aimerais bien vous inviter à diner chez moi Mme Lepage si c’est bien réellement le sens de votre démarche.

       » Jusqu’où la folie ? »

      Jusqu’où va l’ambition du politique dans une société et avec un homme plus riche et puissant comme le banquier à ses cotés ? »

      Si ça se trouve nous avons pas encore vu le meilleur de l’homme moderne dans une société !

      Quoi le réprouvé, le réprimandé n’a t-il plus le droit de manger des sauterelles dans le désert.

    2. Oh vous savez Mme Lepage, les politiques, on peut très bien s’en passer.
      Leurs mots, c’est comme un mur. Une représentation dure et froide.
      Par contre, je doute qu’à l’avenir nous puissions vivre sans les poètes.
      Leurs mots à eux, rien qu’un léger petit nuage passant au dessus du mur.

    3. @octobre

      Non, on ne peut probablement pas se passer de représentants. Mais de grâce que ceux-ci ne soient pas autoproclamés à travers le filtre étroit des partis (tiens, vla que je’m’prends pour le Grand Charles)

    4. Bonjour,

      Je serais le premier heureux de me tromper concernant mon pari.

      En revanche, expliquer moi les raisons de votre appartenance à un parti qui a un programme qui prône tous les dogmes du libéralisme. Je me rappelle d’une Murielle de Sarnez aux anges sur FRANCE INTER, au lendemain de la ratification (par le parlement) du traité de LISBONNE en train d’expliquer qu’il s’agissait là d’une avancée historique pour l’Europe.

      Vous savez comme moi que cette ratification est un scandale a double titre:
      Primo: On se fout complètement du résultat d’un référendum. Pour un pays démocratique, moi ca me rend fou!!!
      Deuxio: Ce traité, c’est la consécration de l’ultralibéralisme.

      Alors pourquoi ne pas monté au credo dans ces moments la??!
      Car moi, j’en rêve de voir des personnalités politiques qui seraient capables de dénoncer cette Europe qui s’est construite avec des traités qui sont des mises à mort de tous les acquis sociaux des peuples européens et de proposer une alternative et de la porter…

      Je suis un fervent défenseur de la construction de l’Europe. Mais force est de constater que nos dirigeants ont réalisé sous nos yeux est un monstre qui n’a absolument rien a voir avec les attentes de la population…

      Encore une fois je ne souhaite qu’une chose, faite en sorte que je perde mon pari!!!!

    5. aimerai vous croire… il y a vous… et ce que vous dites on l’entend bien des fois, par bout ou plus gros partout, avant encore. ce que vous nous demandez, peut-on croire qu’il soit possible déjà entre vous? sinon quoi?

    6. Madame,

      Vous précisez qu' »il est impératif de changer les rapports entre politiques et société civile, ce qui implique que nous nous regardions différemment et essayons de construire ensemble. »

      Certains ici vous somment -de manière un peu brusque parfois- de vous expliquer sur tel ou tel aspect de votre engagement. Vous voudrez bien les en excuser, après des années de tension, une « politique » qui passe à leur portée, c’est assez tentant…

      Ceci étant dit, puisque vous évoquez la nécessité mutuelle que nous avons de nous regarder différemment, j’aimerais que vous précisiez votre pensée sur un point.

      Votre fréquentation de ce blog et d’autres activités sociales vous permettent de prendre la mesure du regard que porte la société civile sur la classe politique : ce n’est pas brillant, hein? Mais puisqu’il faut « que nous nous regardions différemment », pourriez-vous préciser quel regard porte, selon vous, la classe politique sur la société civile?

      Respectueusement,

      Frédéric

  31. Hier sur WBBR (Bloomberg syndication NY) un spécialiste dont je n’ai pas eu le temps de retenir le nom, donnait le chiffre de 1900 Mds$ de liquidités entre les mains des banques US, en précisant que ces liquidités n’étaient pas à destination des entreprises, laissant par là-même entendre que ces sommes étaient destinées aux opérations de marché, notamment pour compte. Sans pouvoir vérifier ces chiffres (dont l’ordre de grandeur ne me choque pas), ils rendent tout à fait crédibles ceux annoncés ici.

  32. Nos députés européens devraient hurler en ce moment auprès des 16 ministres
    des finances de la zone euro devant la gravité de la situation!..
    Ou sont ils?

    1. Certains vont sans doute encore manger ce soir dans de très beaux restaurants. De quoi souffrez-vous donc en plus mon chez monsieur ?

  33. Le CHIFFRE de L’Expansion de mars :
    12 349 000 000 000 $
    « C’est le montant faramineux atteint par la dette publique des US début février, d’après le Trésor américain.
    + 30% en 2009, 40% du PIB en 2008, 53% en 2009 ».
    12,349 petits trillions dans l’échelle courte, billions dans l’échelle longue ou dans mon échelle de quoi loger une bonne moitié de l’Europe des 27 (50 millions d’appart de 4 personnes)

  34. Madame Lepage s’aperçoit que les dogmes néo-libéraux, la dérégulation financière, le culte de la concurrence, bref s’aperçoit que toutes ces choses qui caractérisent l’UE depuis sa fondation, mettent en danger nos pays… Chapeau !

    Vous en appelez à la solidarité européenne ? Faudrait peut-être que les députés du MoDem cessent de voter au parlement européen les directives les plus libérales, non ?

    L’UE donne au peuple grec la corde pour se perdre… car en définitive, qu’est-ce qui va trinquer ? Le peuple grec ! Réductions salaires, allongement de la durée de cotisations…

    Un exemple pour les autres peuples européens, à commencer par le peuple français à qui Sarko va agiter la dette (c’est votre truc la dette si je relis le programme présidentiel de Bayrou) pour imposer de nouvelles régressions sociales…

  35. Les problèmes de l’Union Européenne sont de même nature que ceux de la finance: Ce ne sont pas des problèmes de comportements, mais les problèmes des structures qui induisent ces comportements.

    Très succinctement : 2 présidences du Conseil, une Commission, un Parlement, la BCE.

    A noter, l’évocation de la BCE dans cette liste n’est pas une erreur de ma part : Étant à la fois indépendante des États mais aussi de toute autorité strictement européenne, elle détient à ce titre une part non négligeable du pouvoir politique. Prédominante même.

    Un esprit un peu dissipé et rêveur y verrait une belle analogie avec la fameuse trilogie de Tolkien: Ayant la maîtrise sans partage du pouvoir économique en Europe, la BCE en est en quelque sorte « l’anneau unique » de la saga, celui qui contrôle tous les autres.

    Outre cette digression, ma question initiale était la suivante:

    Quel effet le Traité de Lisbonne – renommé (par mes soins) « le douloureux » – a-t-il sur la situation actuelle?

  36. @ Mme Lepage et @ aux nombreux commentateurs de ce billet, et d’autres billets : on sent venir peu à peu le besoin d’une voix forte (du ou des chevaux blancs) (et qui passe au 20 h ou ailleurs) bref, que cette voix soit audible auprès du plus grand nombre.
    Enfin!! cette question d’une parole de citoyen devient ici de plus en plus posée.

    Faut-il attendre que ça tombe tout seul comme certains disent ici ? les distorsions de plus en plus fortes rappelées dans un billet précédent (les citoyens ne se sentant plus représentés par l’Etat) en seraient-elles les prémices ?
    Je pense que c’est plutôt annonciateur du retour en force du prestidagitateur populiste qui ne manquerait point d’apparaître.

    Donc, prendre les devants, ne pas attendre !

    Ca ne serait pas si difficile de réunir un collectif de personnalités de la société civile, d’économistes, voire d’hommes politiques (même!) produisant une sorte d’ ALERTE bien ficelée, bien calibrée pour être crédible, forte, non idéologique …. des Edgar Morin, Corinne Lepage, Agliettta, Jorion, et 100 autres, pourquoi pas des figures du cinéma, de la télé …

    Je n’ai pas les réseaux et relations pour le faire, mais ici, je veux bien m’associer à ce travail !!!
    Pas vous ? Après, sait-on jamais, ça pourrait cristalliser un mouvement … non idéologique et non partisan et non étiqueté, mais citoyen, seulement et pleinement citoyen : condition pour que ça prenne …

    1. Salut Ultec,

      C’est une idée à creuser et à débattre. Ici même, pourquoi pas? On est au moins deux à penser qu’il faut faire quelque chose de concret. D’autres volontaires pour en parler?

      Frédéric

    2. Salut,

      Bon nous sommes trois alors 😉 je vous propose de faire connaissance et d’échanger quelques premiers points de vue en-dehors du blog, histoire de se parler plus en direct et de ne pas alourdir inutilement le travail des modérateurs. S’il en sort quelque chose, on pourra toujours en reparler ici?
      Mon adresse msn : ange.naif@hotmail.fr

      A plus tard!

      Frédéric

    3. Très bonne idée à creuser…
      Je pense à un thème qui est susceptible d’être à la fois mobilisateur et rassembleur pour un grand nombre de français de tous bords, c’est celui de Résistance (pluôt qu’alerte).
      Résistance à la barbarie économique
      Résistance à la paupérisation organisée
      Résistance à la dictature financière
      Résistance à l’aléniation consumériste
      Résistance à l’abétissement médiatique
      Résistance à la la concurrence déloyale et faussée
      Résistance à la marchandisation de tout et de tous
      …etc
      Avec la participation bien sûr, en plus des personnalités de la société civile, de tous les françaises et français inconnus dont je fais partie!

    4. J’avoue que j’attendais un peu plus de réactivité de Me Lepage,
      Si vous m’acceptez , je ferais bien le 5°, on pourra toujours faire un tarot.
      J’envoie dans la journée un message à l’ange pas si naïf que ça.

      Cordialement

  37. vous semblez découvrir toute cette spéculation, voir ce que j’ai écri le 29/07/07 ainsi que le 27/03/08…et Paul Jorion fait une alerte encore ce jour…mais la folie des marchés, ainsi que l’asservissement des leaders politiques à l’oligarchie financière est telle que l’on ne peut que constater que l’on va droit dans le mur…et c’est VOLONTAIRE..! (car organisé)
    http://millesime.over-blog.com

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*