Envoyez par mail 'LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 31 DECEMBRE 2010' à un ami

Envoyez une copie de 'LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 31 DECEMBRE 2010' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
0Shares

128 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 31 DECEMBRE 2010 »

  1. Sur le discours de Toulon, il faut sans doute l’interpréter comme la parole d’un dirigeant politique à destination des citoyens. Dans cette lecture, « il ne faut pas mentir » sous-entend que les dirigeants politiques ne doivent pas cacher certaines choses. Un bon ami à moi dit toujours qu’il faut toujours dire la vérité, pas toute la vérite, mais rien que la vérité. Je crois en ce principe.

    Mais une autre lecture me semble devoir être faite de ce discours, par laquelle il ressort que les destinataires principaux de ces phrases ne sont pas les citoyens mais les dirigeants des banques. Dans cette optique, le Président semble demander à ne plus être laissé dans l’ignorance de certains mécanismes bancaires, et au fond, c’est plutôt inquiétant en tant qu’aveu de faiblesse face à l’abime qui s’ouvre devant nos pieds.

    Sur un thème légèrement différent, j’ai trouvé cet article de Sébastien Guex « Les origines du secret bancaire suisse et son rôle dans la politique de la Confédération au sortir de la Seconde Guerre mondiale« . Il évoque quelques épisodes de l’évolution du rapport de force entre banques et politique. Espérons qu’ici aussi une intervention type Wikileaks pourra imposer une approche plus réaliste de la situation.

    Je profite de ce message pour vous souhaiter, ainsi qu’à ceux qui vous sont chers, un très bon réveillon et une bonne et heureuse année 2011, qui promet d’être passionnante 🙂

  2. Bonjour Paul,

    Outre le discours de Toulon, notre président en a prononcé bien d’autres, comme le récent et très manipulatoire discours de Grenoble, ou celui du Bourget du Lac en juin 2009, à l’Institut National de l’Energie Solaire : « un euro dans le nucléaire, et un euro dans le solaire ».

    Vu la façon dont la filière solaire vient d’être assassinée par le lobby nucléaire, il se confirme que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, ce qui n’est pas bon pour la démocratie représentative.

    Bonne année 2011 …

    1. Maître Dong,

      Cette remarque me semble trop franco centrée.
      Regarder du côté de Masdar. Total est en pointe sur la future industrie du solaire. Celui-ci deviendra rentable, sous sa forme industrielle avec un pétrole se renchérissant du fait du Peak Oil déjà atteint, mais dont les effets sont retardés par l’exploitationd des shales et des schystes bitumineux (n’oublions pas que le Canada et le Brésil sont les Norvège de demain).
      C’est le solaire idustriel qui mérite d’être financé, pas les fantaisies coûteuses et dévoyées des panneau posés de ci, de là.

    2. Sur le solaire, je trouve qu’il a été mal gérer, c’est un problème des politiques, ils ne comprennent rien à la technique (le solaire est à privilégié en dessous de la Loire), ni à l’anticipation des demandes, franchement je suis en Normandie, j’ai des paysans à côté qui grâce au rachat à 60 ct ont financés des stockages céréales gratuitement (moi je suis éleveur laitier, le moindre investissement est impossible), alors que lorsqu’on implante de l’éolien le tarif de rachat descend à 8ct pour 65% du courant produit (EDF prétextant une impossible valorisation supérieur d’une production chaotique, en même temps ils ce sont mis sur le tard sur l’anticipation de ces productions dans leurs modèles) et moi en tant que professionnel mon tarif est entre 9 et 10 ct, plus cher que le rachat éolien et 6 fois moins cher que le solaire.
      C’est bien d’avoir des convictions et je suis pour le renouvelable (on peut rappeler que derrière le nucléaire il y a cinquante ans de recherches publics, alors que le renouvelable à surtout des financements privés), mais sans cohérence le débat ne sort pas par le haut.

    3. @ Stratégix

      Mon propos n’était pas de décrire l’avenir du solaire dans le monde mais d’illustrer la perversité de la parole politique française avec un exemple pris dans un domaine que je connais.

      Outre le solaire industriel, il me paraît pédagogique d’intéresser le citoyen à cette énergie décentralisée (ce que n’a pas supporté EDF), d’où l’utilité des panneaux répartis un peu partout sur le territoire, comme depuis longtemps en Allemagne.

    4. En France, pays où le lobby nucléaire est très influent, toutes les énergies renouvelables sont des illusions qui ont servi à un moment ou un autre à alimenter des propagandes.

      Cela ne veut pas dire que les énergies naturelles, le vent et le soleil, ne sont pas dignes d’intérêt, mais elles ne le sont que dans un autre environnement social et ont besoin d’être débarrassées des illusions et des mensonges qui les accompagnent dans le monde où la vérité n’ a pas sa place.

    5. sur le solaire, on peut penser que les mesures d’incitations fiscales et les couts de rachat promis n’ont eu comme seul effet que de maintenir des prix prohibitifs sur les panneaux, pour le plus grand bien des marges realisés par quelques oportunistes. Comme d’autres ici le suggèrent, la solution ne serait elle pas une veritable politique d’investissement publique.

    6. Maître Dong dit :

      Outre le solaire industriel, il me paraît pédagogique d’intéresser le citoyen à cette énergie décentralisée (ce que n’a pas supporté EDF), d’où l’utilité des panneaux répartis un peu partout sur le territoire, comme depuis longtemps en Allemagne.

      Je connais très mal ce dossier, mais pour avoir été démarché par une entreprise qui me proposait de poser des panneaux solaires sur mon toit, j’ai le sentiment qu’il y a quelque chose d’un peu foireux dans le système.
      On me proposait un deuxième compteur, pour vendre à EDF l’énergie produite plus chère que ce que je l’achète avec le premier compteur qui devait rester en place. La petite plus value proposée sur le dos des autres clients ou contribuables (car in fine il y a bien quelqu’un qui paye le delta entre les tarifs achat et vente), ne m’a pas appâté.
      Trouvant la démarche un peu absurde au sens de « la collectivité », j’ai demandé si je ne pouvais pas garder qu’un seul compteur et consommer mon énergie, on m’a dit OUI mais on m’a démontré, calculs à l’appui, que ce ne serait pas « rentable » et que de toute façon ma consommation resterait largement tributaire du réseau EDF.
      J’ai demandé s’il m’était possible de résilier mon abonnement EDF pour remplacer ma consommation d’énergie électrique « 80 % nucléaire » par une consommation 100 % solaire avec un système d’accumulation pour les jours (et les nuits) sans soleil. On m’a répondu que ce n’était pas possible, ou bien pour des faibles niveaux de puissance (pas question d’utiliser la plaque de cuisson ou la machine à laver……..).
      Je n’ai pas donner suite à la proposition………A quoi bon installer des panneaux solaires sur son toit si on reste tributaires du nucléaire?

    7. @ Maitre Dong,

      pour avoir vu se développer ce marché dans ma zone (rurale et semi-urbaine), avec le démarchage agressif de sociétés proposant l’installation de panneaux sur toiture des particuliers, nous étions plus près du far west que de la diversification des sources d’énergie. D’ailleurs, le seul argumentaire mis en avant était l’intérêt financier.

      Au final, cela revenait, pour l’Etat, à fortement subventionner les couches les plus aisées de la population (propriétaires de maisons particulières), au détriment de l’ensemble (EDF devant répercuter le surcoût de rachat sur l’ensemble de ses clients). De ce point de vue, je ne regrette donc pas « l’atténuation » de ce dispositif.

    8. Pour lancer le marché solaire, il fallait une carotte fiscale, la conscience écologique étant insuffisante et l’électricité nucléaire imbattable, grâce à nos impôts depuis 50 ans.

      @ bernard
      Une » véritable politique d’investissement publique » signifie centralisation, alors que le solaire permet de l’atténuer grandement.

      @ argeles39
      L’autarcie solaire, comme par exemple celle d’un refuge en montagne, n’est pas encore rentable dans une maison individuelle en raison du coût des batteries, qui devrait baisser si la voiture électrique devient réellement une priorité.

      @ François Le Sombre
      Les maisons sont plus simples à équiper que les immeubles aux règlements de copropriété contraignants, notamment dans les prises de décision.

    9. Il n’empêche le rendement énergétique du solaire et le moins intéressant (1% de production en moins tout les ans, c-â-d 20% en 15 ans, durer de vie une vingtaine d’année), alors pour garder de sa pertinence, il faut au moins le favoriser dans les zones où il est efficace (l’argumentaire allemand n’est pas suffisant, car il faut le comparer aux charbons et la méthanisation).
      Pour sortir du nucléaire, il faut sortir de l’idéologie, on sortira du nucléaire simplement parce que les ressources d’uranium ont une durée de vie de 30 à 50 ans.
      Il y a beaucoup d’axe à valoriser au delà de la production, on a une à deux centrales qui ne servent qu’a chauffer les pigeons sur les lignes, valoriser l’enterrement des lignes qui permet de passer du cuivre à l’aluminium est à privilégier (le cuivre est un bien meilleur conducteur et on a toujours pas les supraconducteurs ni la fission qu’on m’avait vendu petit lorsque je lisais les revues scientifiques).
      Le stockage d’énergie n’a jamais passé le stade des barrages (on fait monter de l’eau pour accumuler de l’énergie lorsque la production dépasse la consommation, elle redescend quand la production ne couvre plus la consommation, pour démarrer un réacteur il faut une journée on ne l’arrête pas entre 13 h30 et 16 ou entre 1 heure et 5 heure du matin)), or c’est ce stockage qui peut valoriser tout cela. On peut imaginer stocker de l’air comprimé dans d’ancienne mine étanche pour améliorer la souplesse de la gestion production/consommation.
      Et évidement il faut limiter la consommation, isolation extérieur ainsi de suite..
      Mais pour la production il faut être cohérent, sinon on fait de l’idéologie, pour être écologique une production doit tenir compte de son milieu, la méthanisation est une solution en Bretagne, à cause de l’excédent des porcheries (et des sols trop fins qui ce lessive vite) et cela correspond à une zone « limite » chaque hiver, le solaire dans le sud, l’éolien prés des mers, le chauffage au bois prés des zones boisés, etc..
      Mais le solaire que vous défendez, gérer de façon commercial et non technique, donne plus d’argumentaire au nucléaire qu’il ne soutient l’écologie. L’enfer est pavé de bonne intention, c’est pas le bon blog pour s’en contenter.

  3. Attention! Inversion des vidéos entre BFM radio du 27/12 et le temps qu’il fait du 31/12 (la bonne vidéo est par contre là quand on va dans les commentaires…).

  4. Si l’exigence de vérité est bien l’exigence révolutionnaire fondamentale c’est de la vérité pratique ou autrement dit de la vérité en actes qu’il s’agit.
    Chacun peut mesurer le chemin qui nous en sépare.

    1. Oui, mais il y a un avantage à partir du discours de Sarkozy, c’est qu’il complique la tache d’une opposition par la droite, reste à savoir si la gauche c’est s’en servir (bien mené ce débat pourrai être une confusion forte pour les pro-sarko).

  5. Cher M. Jorion,

    A la fin de l’année 2010, c’est le temps des prévisions 2011. La soupe d’Investir, JDF et autres me fatigue sérieusement. J’aime bien votre blog et je bénis Internet où l’on peut encore trouver des informations. Combien de temps encore ? La question mérite d’être posée.

    Je suis tombé sur cette prévision sur twitter :

    http://www.courtier-or.fr/int/index.php/132-bonne-annee-2011.html

    Voci donc la mienne en complément :

    En 2011, nous allons vivre le début du grand naufrage du marché de l’immobilier français. Trois raisons me font penser à cette solution :

    L’insolvabilité des banques ( très justement visée par la dêpéche Wikileaks et développée plus bas sur votre site ) sera de plus en plus pesante dans le domaine du crédit aux ménages.

    La solvabilité des ménages, elle-même se réduit comme une peau de chagrin. Sans prendre des risques, je constate la propagation de la misère à travers tout le continent européen.
    Le cycle de ré-equipement va lourdement impacter la solvabilité des ménages en 2011. Mon estimation est simple : Not need to be a rocket scientist !
    La durée moyenne de vie des équipements ménagers tourne entre 3 et 5 ans, ce qui veut dire que depuis 2008 ( + 3 ans ) nous verrons des effets pervers combinés de la baisse des revenus par le chômage et de la baisse des revenus salariaux réels.

    L’inflation va frapper, la où ça fait le plus mal : Nourriture + énergie, mais je sais que les prix de l’électronique de consommation flambent déjà aux USA , soon in Europe ! La rotation des renouvellements des équipements ménagers sera là pour plus cher au moment où tout le monde sera pris à la gorge. Surtout les ménages endettés !

    Je pressensdans la seconde moitiè de l’année 2011 une arrivée fraîche des biens immobiliers saisis ou mis en vente par leurs heureux acquêreurs de la période 2000 -2007.

    Je peux me tromper, mais les deux prévisions se complètent à mon sens, il y a peu de chance que le système change dans la phase où il est devenu trop prévisible.

    Meilleurs Voeux 2011.

    1. Ouaich…
      Vous pouvez vous tromper, je confirme.
      Ce sont les résidences secondaires qui vont arriver sur le marché. De grès OU de force.
      La nuance est d’importance.
      Et concernant l’équipement électronique ou non, temps qu’il ne se mange pas…

      Et là est le malaise. Car l’humain est un enfant qui a besoin d’un minimum de sécurité. Histoire de se construire une vie en ayant fait l’effort de « gagner sa vie ».
      D’où l’erreur grave du système d’avoir infantilisé la plèbe. Ses réactions seront à cette « hauteur » du balancier en position extrême.
      « Qui sème le vent, récolte des éoliennes ». (proverbe improvisé)

    2. je suis d’accord pour la chute prévisible de l’immobilier français. Quoique pas partout…

      Mais, j’aime beaucoup votre réflexion sur les « effets combinés ». Calculer la durée de vie des équipements ménagers tous en intégrant la variable crise, coût alimentation, chômage etc.
      Même si 3-5 ans, je trouve que ça fait un peu léger pour durée de vie.. j’aurai dis 6-10 ans…

    3. @ Yvan

      « Qui sème le vent, récolte des éoliennes ». (proverbe improvisé)

      Ça ne serait pas plutôt le contraire: « Qui sème les éoliennes, récolte le vent »? 😉

    4. Il me semble que l’immobilier est sur évélué en FRANCE au moins pour les raisons suivantes :
      – l’essentiel des acheteurs en neuf sont des professions médicales qui vivent du déficit de la Sécurité sociale (encore un déficit qui alimente une bulle !);
      – Ces professions médicales sont obligés d’acheter du neuf pour se faire défiscaliser (un économiste a donné une hypothèse de 30% de sur évaluation du marché immobilier lié aux mesures de deéfiscalisation;
      – le marché français fait office de valeur refuge au milieu du marché européen sinistré;
      – différentes mesures de soutien subventionné sur les aides au logement favorisent la sur cote de l immobier
      En résumé l’Etat le plus providentiel sert à ….. soutenir les rentiers !!
      capitalisme libéral et public même combat pour soutenir le capitalisme tout court !!
      Une analyse sur la question de la rente foncière et pétrolière et l’impact sur la crise en cours
      http://www.quinterna.org/lingue/francais/articles_fr/modele_dynamique02.htm

  6. Bernanke (2002) :
    « Identifying a bubble in progress is intrinsically difficult. Though the price of (say)
    a share of stock is readily observable, the corresponding fundamentals – such as
    the dividends that investors expect to receive and the risk premium that they
    require to hold the stock – are generally not observable, even after the fact. . . [T]o
    declare that a bubble exists, the Fed must not only be able to accurately estimate
    the unobservable fundamentals underlying equity valuations, it must have
    confidence that it can do so better than the financial professionals whose
    collective information is reflected in asset-market prices ».

  7. Le discours de Toulon était un discours de Guaino, pas de Sarkozy, comme la moitié des discours de campagne du Troll addict de Conférences (comme le traitent apparemment et grosso-modo les ricains d’après Wikileaks…). Tous ses discours sur Jaurès et consorts, simples produits de vulgaire triangulation politicienne bas de gamme. Ça a suffi pour le foutre sur le trône; Suffira-ce pour l’y maintenir ? Rien n’est moins sûr d’après moi.

    1. Oui vous avez raison, avec le petit nicolas, il faut faire simple!
      Comment voulez vous changer les choses avec des gens qui ne croient qu’à eux et à la triangulation!
      Faites passer le message à Paul et meilleurs voeux.

  8. Cher Monsieur Jorion,

    Vous êtes souvent clairvoyant, mais imaginer un système sans corruption des dirigeants me semble relever de la plus haute fantaisie.

    Ceux qui parviennet au pouvoir sont, pour la plupart, uniquement guidés par le goût de celui-ci ou des femmes (c’est un sensationnel aphrodisiaque), sans que cela soit au service d’idée. Ceux qui ont des idées sont souvent trop purs et incapables de transiger. Or crapuler un ptit peu, c’est indispensable pour se faire des obligés, pour financer une campagne, pour avoir le soutien de lobbys et l’accès règulier aux médias (le marginal y à un peu accès tant que cela ne déplaît pas au prince, ne vous y habituez pas trop).

    Imaginer un monde idéal, s’est partir sur une mauvaise voie. Celle cuivi par Fourastier et tous les phalanstéristes.

    Non, il vaut mieux compter sur la bassesse huamine, on n’est alors jamais déçu. C’est sur ce fondement solide qu’il faut construire.
    .

    1. Pour la version optimiste, voir avec certains pays d’Europe du nord.
      Leurs dirigeants ne sont pas parfaits, mais comparé aux nôtres, ce sont des modèle de vertu. Je crois que la transparence y est pour beaucoup. Une transparence garantie par un contrôle citoyen des plus strict.
      Qu’on ne vienne pas me dire que ce n’est pas possible chez nous!

    2. Vous êtes souvent clairvoyant, mais imaginer un système sans corruption des dirigeants me semble relever de la plus haute fantaisie.

      Z’êtes nouveau peut-être ? Le 31 décembre c’est son jour de fantaisie à Jorion. Il a juste oublié les flonflons, les cotillons et son nez rouge aujourd’hui. Si si, sérieux…
      Réécoutez, c’est à peu près ce qu’a dit Jorion et votre anthropologie de comptoir ne lui apprendra, j’en ai peur, rien de bien neuf, si ce n’est sur vous –même pas sûr….
      ps : Votre conclusion est à encadrer tellement elle est pas encadrable, môôssieur « on m’la fait pas sur la nature humaine. »
      Re ps : Fourastier (Fourastié ?) les phalanstères ? pas plutôt Fourier ? Ou alors un Fourier un peu rasta…

    3. … imaginer un système sans corruption des dirigeants me semble relever de la plus haute fantaisie…

      Certes. Mais imaginer un système politique où la corruption des politiques est un phénomène marginal n’a rien d’infaisable.

      Jacques plus haut vous a montré la piste: les pays scandinaves. Alors certes, la Norvège n’est plus ce qu’elle était. L’argent facile du pétrole a bien changé les choses. Et on retrouve là-bas des hommes politiques qui ne dépareilleraient pas en France.

      Mais la Suède et la Finlande conservent encore une marge plus que confortable par rapport à nous.

      Le secret est simple: faire en sorte que tenter de corrompre soit beaucoup plus complexe. C’est très simple à mettre en œuvre: il suffit d’interdire tout cumul de mandats local, départemental, régional ou national et de fixer le nombre de mandats politiques que l’on peut occuper à un. Vous avez alors un renouvellement rapide et régulier de la classe politique…

      … et surtout vous éloignez de la politique tous les requins qui ont bien compris qu’on peut gagner en politique bien plus que les émoluments que vous accorde l’état.

    4. En d’autres termes on pourrait dire:

      Ne donnez pas le pouvoir à quelqu’un qui le réclame mais à quelqu’un qui accepte de servir l’état et l’intérêt général.

      De tels individus existent et ont toujours existé.

    5. Mea culpa, mea maxima culpa.

      ô Strategic ! seriez pas grrrand banquier, par hasard ….si oui, c’est presque le plus beau jour de ma vie ! Enfin ! une petite video chantée, peut-être ?!

      Mais, non, hélas ! Enfin, ça fait plaisir quand même !

    6. lol

      j’en profite pour remercier tous les sérieux de chez sérieux, les rieurs sous cape, les caustiques, sans oublier tous ceux sur lesquels Vigneron s’exerce sans relâche au pushing ball.

      Allez Vigneron, dites-nous que vous l’aimez bien le Jducac !

    7. @Pierre-Yves D

      Est-ce que je l’aime bien le Jducac ?
      Attendez voir, faut qu’j’reufléchisse……………………

      Soit : est-ce que s’il n’existait pas, il faudrait l’inventer ? D’abord je suis pas bien sûr qu’il existe,Jduc… J’me pince souvent, mais décidément, ya ren à faire, l’est toujours là ! du vrai commotionnel concrétionnel conventionnel pas du tout compassionnel ! ya pas d’aut mots pour Jducac ! Je sais c’est lourd mais j’y peux rien, ça tient à la nature de l’objet – du sujet veux-je dire ! – de curiosité – d’étude veux-je dire !
      Réticent, rétif, rémanent, récurent, inéradicable, inextirpable, indéracinable, irréductible. Bref autant me demander si moi, vigneron, j’aime le chiendent dans les vignes..

      Alors ne l’aimé-je donc point ? En tout cas je ne pourrais dire, avec la meilleure volonté du monde, qu’il aille et que je ne le hais point. Non. Nein. Niet. Peux pas…. Ou alors très loin et très longtemps (terminus minimum minimorum (H)Orion et fin des temps).

      Mais s’il faut aimer haïr, aimer d’haïr, haïr aimer et haïr d’aimer, alors soit, il me manquerait bien le bougre, et serais bien en peine, me languirais bien d’un remplaçant de cette étoffe là… C’est qu’ça s’trouve pas sous l’sabot d’un percheron un haut-normand de c’t’acabit ! En tout cas sur le blog Jorion !
      Voilà une bonne raison de l’aimer not Jduc, son exotisme ! A chacun son érotisme bloguesque vous m’direz… Ma foi, c’est déjà pas mal.
      Bon en tout cas qu’il aille pas nous faire des folies de son corps ce soir – très sincèrement j’en doute vu le curriculum – ou attraper une saleté d’virus, qu’il fasse toujours ben attention à sa p’tite santé, on l’attend pour 2011 ! Au tournant… 😉

    8. @ Vigneron,

      Du pamphlétaire, vous auriez l’habileté à jouer avec les mots et l’anonymat. En revanche, là où vos prédécesseurs attaquaient les puissants, vous prenez pour cible les petites gens qui souhaitent participer au débat.

      Votre posture de surveillant apporte l’humour et le sel nécessaire à la discussion, mais les attaques personnelles vous ramènent au statut de simple fâcheux.

      Sauf à défendre une démarche, un poil autoritaire, excluant les citoyens qui n’ont pas l’heur de plaire au pinardier du coin, le débat devrait rester ouvert et courtois.

      Ce qui pour vous est évidence de bistrot peut sembler nécessaire à d’autres.

  9. Je pense que la transparence n’a pas beaucoup d’avenir car si nous n’avons eu du mal à dire la vérité en période d’abondance je crains qu’il soit encore plus difficile de s’y tenir en période de rareté. The Dark Ages (trad. Les Ages Sombres à savoir le Moyen-âge) ne s’appellent pas ainsi pour rien.

    Brice Hortefeux a fait savoir qu’il ne communiquerait plus aucun bilan national sur la destruction des véhicules pour éviter l’effet ‘concours’. Qu’en penser ? N’est-ce pas là un aveu d’impuissance dans ce contexte généralisé de déclin qui voit fleurir des zones de non droit un peu partout ? A croire que se voiler la face (et celle de ses ouailles) est devenu le dernier recours …

  10. L’URGENCE

    Les discussions sur ce blog, au demeurant d’un très bon niveau, tournent autour de l’espoir de voir le monde de la finance se réformer et se mettre au service des gens, au lieu d’avoir pour seul moteur la cupidité conduisant in fine a préserver le capital au détriment des citoyens. Si je comprends bien il s’agit d’imaginer un système viable qui ne nous conduise pas à la banqueroute et qui apporte plus de justice.

    Tout cela est fort louable, et imaginons que tous nos vœux soient exaucés en 2011 et que les gouvernants prennent les décisions qui permettraient à l’économie de se redresser, au chômage de diminuer significativement, aux dettes de se réduire, au services sociaux de rester équilibrés; tous ces bienfaits étant dus à de sages mesures et une bénéfique croissance revenue, on peut toujours rêver en cette période de l’année.

    Donc si les bonnes décisions devant gouverner le finance et l’économie étaient prises nous serions sauvés. Malheureusement même avec une très bonne gouvernance les difficultés qui sont devant nous sont terrifiantes et il semble bien que peu de gens et en particulier nos gouvernants veulent le voir, ils sont probablement incapables d’imaginer la catastrophe qui est inéluctable, pas dans 10 ans mais dans les quelques années qui viennent: je veux parler de la crise énergétique qui va vraisemblablement tout emporter.

    L’énergie bon marché, quasi gratuite, est la seule raison du formidable développement de notre société et de notre niveau de vie ces dernières décennies. Or ce temps est révolu, la production de pétrole a probablement atteint son maximum cette année et ne peut que diminuer, de nombreux organismes tirent la sonnette d’alarme : L’AIE , les militaires ( le pentagone, la Bundeswehr ) . Les experts et les patrons de Total, les producteurs, ministre du pétrole d’Arabie ou d’Iran, tous disent la même chose. C’est devenu une évidence. La production de pétrole ne peut que décliner à un rythme de 2 a 4 % par an. Mais dans les mileux politiques ce sujet est tabou, tellement les conséquences les dépassent.

    Evidemment comme la demande continue à augmenter le prix va exploser, Alors y a-t-il des solutions palliatives , charbon gaz solaire éolien ?
    Eliminons tout de suite le solaire et l’éolien dont tous les calculs montrent qu’ils ne pourront jamais remplacer les volumes manquants. Le calcul est le même pour le charbon que l’on peut liquéfier mais les investissements et les délais ne permettent pas de pallier la crise suffisamment rapidement. Seul le gaz donnerait un peu de répit, mais l’on serait alors dépendants de la Russie et de l’Iran.

    La hausse drastique et inévitable des cours du pétrole aura pour conséquence : chômage massif et récession, rendant caduques tous les plans de sauvetage de l’économie précédemment élaborés. La dette sera impossible à rembourser, les conséquences seront énormes

    Imaginons maintenant, que les bonnes décisions de gouvernance financière, de coopération entre les nations aient bien été prises, et que les experts ce soient tous trompés sur le peakoil et que l’on ait trouvé et exploité en temps voulu beaucoup plus de pétrole et de gaz que ce qui est estimé, nous serions sauvés provisoirement..

    C’est alors qu’un autre péril nous guette, les quantités de pétrole étant plus importantes que prévu, nous allons aussi émettre beaucoup plus de gaz à effet de serre. Donc si nous surmontons la crise financière, si nous passons au travers de la crise énergétique nous tombons dans la crise climatique, qui va engendrer, diminution des réserves en eau, diminutions des productions agricoles, déplacements de population et probablement guerre

    Puisque j’en arrive a parler de guerre comme stade ultime de notre déclin, il faut dire et répéter combien la possession d’armes atomiques est abominable et criminel. C’est un crime contre l’humanité. Contrairement à l’idée reçue elle n’est pas dissuasive.

    C’est pourquoi je trouve ce blog un peu surréaliste et j’aimerais que l’on se penche un peu sur le vrai problème fondamental à savoir la raréfaction des ressources naturelles et comment y faire face. Car savoir si l’euro ou les banques peuvent être sauvés n’a que peu d’importance. Les conséquences de la disparition progressive des ressources est autrement plus grave. Il s’agit de sauver non pas un système financier mais l’humanité.

    En conclusion, l’urgence consiste à concentrer tous nos efforts pour éviter ce drame abominable, actions d’information, des citoyens, des politiques qui semblent penser que quelques aménagements ou réformes vont nous remettre sur les rails et ne voient pas venir l’horreur qui se prépare pour tous.

    Pour en revenir à la finance je propose

    1 l’abandon de notre force de frappe qui au mieux ne sert à rien dans le monde actuel et au pire est la préparation d’un génocide ( préparer un crime est deja faire un crime ) . Cela redonnerai beaucoup de prestige et d’autorité à la France pour œuvrer à la paix et nous ferait économiser environ 10 milliards par an.
    2 mettre en œuvre une taxe Carbonne significative et augmentant chaque année, car c’est le seul moyen pour nous préparer au monde de pénurie qui arrive.
    3 Mettre en place des droits de succession très très élevés, car la principale sources d’inégalités provient des héritages .
    4 Avec tout cela l’on devrait être en mesure de rembourser nos dettes et si en plus l’on réforme le syrtème financier alors !!! là on sera sur le bon chemin.

    Bonne année tout de même

    1. J’abonde, ça urge, il faut impérativement anticiper notre avenir pour qu’une prise de conscience éveillée soit l’occasion de faire corps et pour éviter qu’une prise de conscience panique ne se transforme en un repli sur soi généralisé qui n’aura pour effet que d’aggraver la situation apparemment inextricable dans laquelle nous sommes.

      Seul un diagnostic sincère et sans concession de notre situation présente permettrait de nous donner une lueur d’espoir or il semble que le mensonge devienne la ressource ultime d’un monde où il est bon de savoir mais seul. Il y a des milliards d’heures de débat à mener sur l’impérialisme (la bombe, les vassaux de l’empire, les esclaves de l’empire …) et sur le productivisme (la folle croissance, le limites à la croissance, la pendant de la croissance, les pertes d’échelle, le néo-matlhusiannisme …). Et que fait-on ? On se focalise sur le superficiel en perdant de vue l’ordre des choses. Il semble que par excès de rationnalité l’homme en soit arrivé à perdre son bon sens pour devenir au final, irrationnel.

      Ayant déjà fait le deuil d’un Homme qui serait prêt à sauver son environnement (la matrice qui lui a permis d’éclore) je suis amèrement en train de faire le deuil d’un Homme qui serait prêt à à se sauver lui-même (et en fait de lui-même), et j’aime pas cela.

    2. J’adhère mille fois à l’analyse !!!!!

      La crise économique n’est que pacotilles au regard de la crise énergétique des années à venir.

      Le silence pesant des politiques, pourtant très conscients de la situation, en dit long sur les conséquences économiques largement dissimulées aux citoyens du monde.

      Tout çà pour demain !

    3. Je me range aussi à cet avis ;

      De surcroît, avec le budget requis à fabriquer et lancer un satellite espion, combien de panneaux solaires pourrions nous implanter dans le Sahara ou autre zone à ensoleillement quasi permanent dot les terres sont inutilisables ?

      La technique du solaire serait suffisante et possible à mettre en œuvre sans les obstacles géopolitiques et financiers…

      Et puis,un autre problème qu’il faudra aussi soulever à un moment, que se passera t-il quand nous serons 15 ou 20 milliards d’humains sur terre ?

      Admettant même que l’homme se soit complétement assagi en terme d’environnement, quelles ressources pour simplement nourrir tant de personnes ?

      Et là, il faudra bien parler de démographie globale, contrôle des naissances et je remercie d’ailleurs au passage la Chine qui a fait preuve de sagesse en limitant les naissances sur son territoire…

    4. Cette idée que nous allons manquer de tout est archaïque!
      Presque rienne s’échappe de la sphère que nous habitons. Le peu qui y rentre est essentiellement de l’énergie solaire qui se stocke sous forme de vie et une petite partie sous forme d’hydrocarbures dans les roches.
      Nous réorganisons à notre profit la vie et serions bien incapable de la suprimer si nous le décidions! Nous pillons des anomalies de concentration en « minerais » mais nous les recréons avec nos décharges. Rien ne s’échappe que je sache! La merde est recyclable, dieu merci.
      Les pétroles ont pour origine principalement les algues. Ils mettent des millions d’années à suinter. Cultivons ces algues à l’année dans les mangroves où elles prolfèrent déjà à notre insu et raffinons les plus riches en hydrocarbures si nous pensons que les automobiles nous sont vraiment indispensables et que patienter dans les bouchons est plus passionnant que de lire P.J. ou aller à la pêche
      Les problèmes ne viennent pas du monde qui nous entoure! Il vient de notre organisation sociale et de ce concept difficile à gérer qui est l’argent .Ne nous trompons pas de cible

    5. @ Lamarck
      Vous pointez deux hypothèses, la raréfaction du pétrôle ou son éventuelle et provisoire abondance :

      La hausse drastique et inévitable des cours du pétrole aura pour conséquence : chômage massif et récession, rendant caduques tous les plans de sauvetage de l’économie précédemment élaborés. La dette sera impossible à rembourser, les conséquences seront énormes

      Imaginons maintenant, que les bonnes décisions de gouvernance financière, de coopération entre les nations aient bien été prises, et que les experts ce soient tous trompés sur le peakoil et que l’on ait trouvé et exploité en temps voulu beaucoup plus de pétrole et de gaz que ce qui est estimé, nous serions sauvés provisoirement..
      C’est alors qu’un autre péril nous guette, les quantités de pétrole étant plus importantes que prévu, nous allons aussi émettre beaucoup plus de gaz à effet de serre. Donc si nous surmontons la crise financière, si nous passons au travers de la crise énergétique nous tombons dans la crise climatique, qui va engendrer, diminution des réserves en eau, diminutions des productions agricoles, déplacements de population et probablement guerre

      Dans les deux cas, c’est une catastrophe.

      Pour « me remonter le moral » je vais regarder en détail le plan Negatep proposé par Hermiss (après une lecture rapide en diagonale, j’observe que dans ce plan le nucléaire continue à se tailler la part du Lion dans la production d’électricité. C’est pragmatique, mais politiquement incorrect……..).
      Il faudra peut-être développer les agro carburants (ma vieille Mercedes fonctionne très bien avec de l’huile de friture), même si ça sera probablement insuffisant et limité par le besoin de nourrir avant tout la population.
      Quoi qu’il en soit il nous faudra sans doute consommer moins…..

    6. lamarck, je relis un peu plus posément votre commentaire, ne l’ayant que survolé au premier abord et là, par contre, lorsque vous parlez de « quasi gratuité » de l’énergie, si je fais la règle de trois selon le ratio de ce que ça me coûte selon mon maigre salaire, imaginant que vous soyez aussi économe que je sois obligé de l’être, vous émargeriez à 14 k€ / mois…

      Dans ces conditions, pas étonnant que le fait d’une nouvelle taxe « carbone » ne vous effraie pas pus que ça…

      Allez parler de taxe au pauvre gus qui lutte en fin de chaque mois pour qu’EDF ne lui coupe pas le compteur, ou qui compte ses derniers euros de fin de mois, après avoir filé de nouille à bouffer à ses gosses depuis le 15 du mois en cours, pour s’assurer de faire un demi plein de carburant nécessaire à faire les trajets pour aller bosser chaque jour de plus en plus loin… !!!

      l’idée d’une taxe est géniale, aussi géniale du jour où les plus bas revenus se compteraient à partir de 3000 euros nets mensuels… Pour l’heure, on est loin du compte, à moins que, oui, une taxe carbone de 50 % sur tout salaire au dessus de 4000 € mois… là, ok… Mais, c’est peut être ce que vous vouliez dire ?
      Bien à vous – Philippe

    7. Je ne dis qu’une chose:
      Sortez du Système!
      Pas tout d’un coup
      Pas sur tout en même temps.
      Mais pas à pas, chacun à son niveau, sur chaque élément possible, même sur un seul élément au final.
      Ça peut commencer simplement par n’acheter que le nécessaire, au lieu de l’utile, sans parler du superflu.
      L’avenir est au Communisme Agraire Primitif… 🙂

    8. merci pour vos réponses
      oui l’expansion socio-économique de l’humanité est uniquement due à la disposition d’énergie toujours plus abondante et bon marché et je maintiens quasi-gratuite
      d’abord le feu de bois, les esclaves ( pensez aux pyramides ) puis le charbon et le pétrole de l’ère industrielle. et la formidable expansion des 30 glorieuses est due au pétrole.

      oui l’énergie ne vaut rien : il y a autant d’énergie mécanique dans un litre d’essence à 1€40 que dans 100 paires de bras travaillant toute une journée ! et nous disposons en France chacun d’entre nous même les moins favorisés de dizaines d’esclaves à notre service. ( une centaine pour un Français moyen)

      Il est donc évident que si l’énergie quasi-gratuite disponible diminue, c’est toute notre développent qui diminue, la croissance n’existe plus, c’est la récession,

      Pour le chômage dans un premier temps il augmentera fortement, ensuite il faudra beaucoup plus de paires de bras, mai à quel salaire !!!! surement très faible.

    9. Bonjour a tous. Merci, Lamarck de votre article. Tous les travaux de spécialistes, toute connaissance partielle, au lieu de se centrer sur elles-mêmes s’abstrayant du contexte global, vouées par là au néant, devraient, selon moi, converger vers deux questions qui m’apparaissent basiques:
      1) Démocratie radicale ( exprimé vite et mal, mais je suis sûr de bien me faire comprendre)
      2) Système d’information traitant de toutes les questions permettant aux particuliers de se situer dans les cours de leur vie et par là de prendre les décisions pertinentes, individuelles et collectives. Allons nous continuer de penser et décider à la place des autres?. Re: « Tout ce que tu fais pour moi sans moi, tu le fais contre moi ». (Gandhi)

    10. Un transporteur routier qui consommait 100 litres de gasoil pour un aller-retour à Nantes m’a dit ne consommer que 150 litres de ceps de vigne en ayant installé un système au gazobois, pendant la dernière guerre, et pour le même trajet. Avec les progrès dans les sciences mécaniques, peut-être est-ce une solution dans un pays boisé comme la France? Il n’y a pas beaucoup d’informations sur cette technique utilisée par de nombreux bricoleurs pendant l’occupation, en période de raréfaction du pétrole.

    11. Je ne peux qu’adhérer à cette analyse. Les données du problème sont largement disséquées dans le site de Jean-Marc Jancovici: manicore (une mine!). On peut être d’accord ou pas avec certaines des « solutions » -partielles- suggérées par Janvovici -le nucléaire notamment-, mais difficile de trouver des arguments contre ce redoutable constat: oui, nos sociétés se sont développées grâce à une énergie abondante et bon marché -pour l’essentiel, le pétrole-, et ce temps va, inéluctablement -et plus il y aura de croissance, plus ce temps adviendra rapidement-, se terminer. Ce n’est pas demain que 1 milliard de « bagnoles vertes » remplaceront vertueusement (et l’électricité? comment la produit-on? et les métaux rares pour les batteries? où les trouve-t-on?) nos pétrolettes chéries (z’avez pas croisé le dernier 4X4 que le Père Noël a déposé dans la cheminée de votre voisin?).
      Bonne année!

    12. Nous pillons des anomalies de concentration en « minerais » mais nous les recréons avec nos décharges. Rien ne s’échappe que je sache! La merde est recyclable, dieu merci.

      Il y a quelque chose qui s’échappe, la chaleur de la combustion qui nous a donné la force de travail ou directement la chaleur pour nous chauffer.
      L’énergie qui reste dans les décharges est dérisoire par rapport à ce que nous avons du consommer pour produire ces décharges.
      C’est du à la concentration énergétique des énergies fossiles et au principe de l’entropie.
      Il n’y aura pas de miracle, c’est au moins par dix que nous devons diviser la consommation énergétique si nous voulons passer à 100% solaire.

      C’est pourquoi je trouve ce blog un peu surréaliste et j’aimerais que l’on se penche un peu sur le vrai problème fondamental à savoir la raréfaction des ressources naturelles et comment y faire face. Car savoir si l’euro ou les banques peuvent être sauvés n’a que peu d’importance. Les conséquences de la disparition progressive des ressources est autrement plus grave.

      C’est ce que je plaide sur ce blog depuis que j’y participe, et je dois reconnaître que je ne suis pas le seul, merci à tous les autres.
      D’autre part, toutes les crises que vous citez sont interdépendantes et les solutions sont par conséquent elles-mêmes globales.
      On sortira de la crise économiques quand on aura pris les mesures pour juguler la crise énergétique c’est à dire remplacer l’intérêt financier par l’intérêt énergétique.

    13. @ Lamarck
      D’excellentes suggestions qui en appellent d’autres:

      Plutôt que des droits de succession très élevés, qui spolieraient seulement les héritiers smicards d’une simple petite maison familiale et pas trop les autres, il faudrait que tous les héritages, grands et petits,reviennent INTEGRALEMENT à une caisse spéciale publique « logement », gérée rigoureusement, pour assurer la construction et l’entretien de logements décents pour tous ceux dont les revenus ne permettent plus de signer un bail de location privé, les SDF, les mal logés . S’abriter du froid et de la pluie est la première condition de survie pour pouvoir ensuite rechercher ou se créer une source de revenus, un emploi, pour se nourrir. Même les héritiers spoliés seraient assurés d’être logés décemment . Je dis cela pour calmer les angoisses de ceux qui passent leur vie à accumuler l’héritage censé préserver leurs descendants.
      Quand tout le monde serait logé, le surplus pourrait servir à rembourser les dettes de l’état, un état qui aurait commencé par réduire le train de vie de ceux qui le représentent, celui des membres du gouvernement, parlementaires, élus, hauts fonctionnaires.

      Par ailleurs l’annexion des minuscules paradis fiscaux où s’évade l’argent public de tous ne sera pas du colonialisme , mais un acte de défense pour la survie des humains qui exige la soumission des paradis fiscaux aux règlements fiscaux de tous.
      Par exemple l’annexion de Monaco par la France, du Vatican par l’Italie ( un certain cardinal assassin devenu extradable devrait répondre de ses crimes), d’Andorre par l’Espagne ou la France, de Jersey par la Grande-Bretagne, de tous les paradis fiscaux asiatiques et des Caraïbes etc, l’arrêt des comptes numérotés anonymes en Suisse stopperaient la fuite des capitaux. La régularisation du système financier dans le sens de la préservation du bien-être de la majorité des humains est un pas qu’il faut franchir le plus rapidement possible .

      Quant à l’énergie, il faut encourager les initiatives municipales et régionales intelligentes, comme celle de chauffer tout un quartier, y compris les écoles, par les calories de la déchetterie voisine.

      Les panneaux solaires photovoltaïques importés sont actuellement inabordables en France . Il faut donc créer une usine publique française de fabrication de panneaux photovoltaïques afin qu’ils soient placés sur toutes les toitures exposées au sud, bâtiments publics ou privés, pavillons , granges, équipements sportifs, que les plans d’urbanisme intègrent cette donnée d’exposition au sud et que l’électricité photovoltaïque collectée gratuitement sans nuire aux ressources de la planète, sans pollution, soit ensuite redistribuée au moindre prix, juste pour amortir en 20 ans le coût des panneaux photovoltaïques et des échangeurs.
      Evidemment EDF fera tout, comme d’habitude, pour s’opposer à ce projet rationnel en le dénigrant, et il faudrait donc commencer par renationaliser EDF.

      Pour l’instant, chacun se chauffe comme il peut . De grandes et belles forêts bien entretenues, sans cesse renouvelées, s’étendent un peu partout en France. Aussi avons-nous choisi de nous chauffer au bois grâce à un insert avec des bouches de chaleur dans toutes nos pièces heureusement petites et basses de plafond. La maison avait été construite avec une isolation prévue pour le chauffage électrique , le moins cher à installer pour un constructeur bas de gamme , chauffage devenu rapidement trop cher pour notre maigre budget et relégué au rôle de simple chauffage d’appoint à usage tout à fait exceptionnel. Grâce à ce type d’isolation « électrique » qui garde longtemps la chaleur, nous n’allumons l’insert que vers 17h ( vers midi en période de grand froid à -10° -14° à l’extérieur) , les braises chauffent encore un peu à notre réveil. Alimenté en bûches de 17h à minuit, notre insert ne pollue qu’un minimum, du moins nous l’espérons . Bref, les bûches de 50cm, livrées à domicile, nous reviennent à moins de 250 euros par an.

      Si les ressources en bois de chauffe diminuent un jour, nous envisageons de couvrir notre toit de panneaux solaires à absorption de notre fabrication (trop chers en France dans le commerce), avec une réserve d’eau chaude et des radiateurs dans toutes les pièces ,. Par contre , nous renonçons , vu notre âge avancé, à investir pour produire notre électricité par l’installation de panneaux photovoltaïques, préférant réduire notre consommation. Nous avons de moins en moins d’appareillage électrique à la maison grâce à la mutualisation de l’électroménager avec les familles de voisins, regroupant le linge à laver . C’est un immeuble de Genève où résidait un couple d’ amis de toujours, équipé au sous-sol de lave-linge et sèche-linge collectifs, qui m’en a donné l’idée. Toutes nos ampoules électriques sont à basse consommation ( consommation divisée par 5) .L’été, même l’ordi portable fonctionne dans la cour avec un panneau solaire-valisette car il sert également aux voisins qui n’en ont pas .

      Il n’y a qu’un changement rapide d’attitude qui nous permettra de survivre .

    1. « Vérité, Justice, quoiqu’il en coûte. »

      Contrepet d’éthique, (ou contrepied des tiques ?) :

      « J’héritai , qu’use tique, joie qui l’envoute…»

  11. Mr Jorion bonjour

    Comme tous les vendredis, j’attends avec impatience votre « chronique du temps présent ».
    Mon intervention est d’ordre technique: quid de cet incessant travelling avant et arrière tout au long de votre vidéo ?

    Continuez ainsi à nous éclairer de vos connaissances, elles nous, ou plutôt elles me permettent de douter de plus en plus de ce monde ans lequel nous vivons, ce doute alimentant ma curiosité d’aller chercher de l’information sur ce merveilleux outil qu’est le web, non encore « trusté » par un quelconque grand groupe.

    Mais il faut convenir qu’il est bien difficile de parler de l’état catastrophique de nos sociétés autour de nous. Les gens refusent-ils de voir la vérité en face, est-ce de la peur, de l’ignorance ? Oser parler d’une possible faillite de notre monde vous fait passer pour un illuminé auprès de ceux qui ne veulent se défaire de leurs œillères.

    J’ai été jusque lors un « bon » consommateur, changeant régulièrement de voiture, de portable et autre. Et il fallait travailler de plus en plus, non pour être plus heureux, mais pour paraitre davantage dans cette société de pacotille. Aujourd’hui mon train de vie est nettement réduit, je ne me pose plus la question de savoir quoi acheter pour mieux paraitre, mais je suis présent pour voir grandir mes enfants, j’ai ce trésor que nul ne peut acheter : le temps. Le temps de réfléchir, à mon niveau, sur l’évolution de nos modes de vies, le temps de lire vos livres et d’autres (j’attends « la convivialité » d’Ivan Illich).

    Votre blog que j’ai connu par hasard m’a permis de raviver ma curiosité. Il est bien plus facile de s’endormir le soir en ne s’étant pas posé de questions de la journée, et j’ai malheureusement le sentiment que c’est le cas de l’immense majorité de nos concitoyens. Mais dans ce cas, comment esperer une prise de conscience qui nous permettrait, non pas de faire volte face car il est à mon sens trop tard, mais au moins de ralentir à l’approche de ce mur dont nous nous rapprochons chaque jour davantage et contre lequel nous allons nous écraser ?

    Et pendant ce temps, nos politiques ont commencé la longue litanie de leurs voeux, enfin pour ceux qui ne sont pas aller se faire bronzer au Maroc !!!

    Cette intervention n’a pas la pretention intellectuelle des intervenants habituels de ce blog mais je tenais à vous faire part de ma satisfaction à vous lire et de mon incertitude sur l’avenir, pour ne pas dire ma crainte.

    Bonne fete de fin d’année à vous tous

    Christophe

  12. Quand Sarkozy dit « … on ne rétablira pas la confiance en mentant, on rétablira la confiance en disant la vérité », on peut trouver ça très cynique et s’en indigner, ou trouver ça très comique et en rire. Je ne comprends toujours pas quel intérêt ça peut avoir ce type de propos dans la bouche d’un type comme Sarkozy, si ce n’est de rappeler le décalage (mais on le sait déjà) entre les discours des hommes politiques et leurs actes concrets.

  13. En parlant de « temps », dans tous les sens du terme.
    Un article qui semble assez réaliste et de la part de la presse française, cela mérite d’y jeter un oeil :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20101221.OBS5096/economie-2011-nouvelle-annee-de-rigueur.html
    « Mais la Chine n’est pas seule à profiter du système actuel. Pour le Japon, le yen faible est aussi un atout pour ses exportations. Et aux Etats-Unis, l’intervention de la Banque centrale pour soutenir la sortie de crise, peut, elle aussi, entrainer une dépréciation du dollar. Quant à l’Europe, avec une monnaie volatile, elle s’est plaint de la hausse de l’euro alors que pendant la crise de la dette européenne cet été, elle s’inquiétait de sa baisse… Derrière la guerre des monnaies, un autre affrontement se met dessine, opposant la BCE, la Fed, la Banque de Chine… 2011 s’annonce comme l’année décisive dans le bras de fer entre ces organisations. Pas certain que les banques centrales laissent le G20 changer les fameuses règles du jeu. Quant à Nicolas Sarkozy, il pourrait avoir le sentiment de se retrouver bien seul pendant ce G20… »

    Décidément, l’année 2011 a de grande chance d’être très intéressante.

    1. Hhmm… oui. Pour les fascinés du calendrier Maya, on vient de traduire ce qui était noté en marge.
      Le scribe a ainsi écrit : « de dieu, je m’arrête là par manque de papier et de toute façon, ça commençait à me gonfler de compter des années. Les générations futures pourront me maudire de les obliger à reprendre le boulot, de toute façon, ça fera bien longtemps que je ne serais plus là. Et encore, ces fainéants auront du bol que Gutenberg soit déjà né. Qu’ils ne se plaignent pas… »

      Comme quoi… les voies des Mayas ne sont pas si impénétrables que ça.

    2. on a bien reussi à créer une banque centrale européenne après des siècles de guerre, peut ètre fera t on une banque centrale mondiale, et ainsi regnera la paix sur le monde, ça serait à mourir de rire!

  14. bonjour,

    en cette fin d’année, il y a un peu de fatigue
    on écoute mais pas aussi attentivement.

    demander au politiques de ne pas mentir c’est impossible
    ils ne font que ça.
    ils prennent le peuple pour des imbéciles.(et ils n’ont pas tort )
    que ce soit la gauche ou la droite etc..
    ça ne change rien.

    ils mentent mais il y a un moment ou il y a la réalité des faits qui l’emporte.

    ils peuvent mentir, trafiquer les chiffres, faire toutes sortes de magouilles
    la politique n’est pas la priorité du peuple.
    d’ailleurs le peuple n’y entend rien.

    ils ont la télé qui les abrutis, les gosses, le travail
    quand les gens rentre chez eux, ils ont leurs petits conforts
    ils se sentent bien et ne se posent pas de questions.

    quand ils auront du mal a payer leurs essences, la nourriture, les factures.
    leur petit confort sera menacé.
    ils se réveillerons, malheureusement il sera trop tard.

    les gros gras riches seront partir avec la caisse
    et les pauvres seront en plein dans la merde.

  15. Bonjour Paul,

    Pour la première fois je me suis amusé à réagir quasi en temps réél, (je tappe très vite.. ensuite je peaufine) à votre billet video vocal, l’ultime de cette année…

    Tout d’abord vous donnez l’impression de trop accepter le principe des « to big to fail…. non ce n’est pas inéluctable, elle ne sont pas TBTF, c’est un mensonge.

    Ensuite il y a cette redite, énième confirmation de leur faillite. Elles se sont comportées comme des hétaïres avides et leurs fraudes et autres malversations (pour leur bonus bien sûrs) ont essorés leurs comptes. On pourrait ajouter que ce n’est que le début de la découverte du vide… vont venir, comme vous l’avez déjà dit : l’immobilier commercial, les cartes de crédit, les papiers métal, etc… Ceci ajouté aux intérêts trop lourds à rembourser pour les états, surtout avec une population pressée comme un citron.. bref on est quasi assuré maintenant d’une véritable catastrophe.

    J’aimerai donc alors qu’on parle un peu plus des responsables, qu’on les pointe du doigt, qu’on dise haut et fort qu’ils devraient bientôt se trouver en prison. Il faut leur faire peur maintenant… Les Paulson, Geithner, Blythe Masters, Soros, etc… doivent être stigmatisés… Les politiques affidés aussi, dans une moindre mesure. Il faut maintenant les désigner, les accuser. On a compris les mécanismes maintenant.

    Pour ce qui est de la vérité et de la démocratie, je vous suis aussi… j’ajouterai que la confiance se bâtit par des actes et, peut-être plus important, par des exemples… comment voulez vous être honnêtes quand vous voyez les modèles des puissants.
    Par exemple un Bush, totalement irresponsable, qui aura poursuivi la fuite en avant financière, simplement pour se faire réélire… Ce qui pousse mantenant toujours plus la société américaine vers le facisme paranoïaque (comme dit Celente « they watch us but we don’t watch them)…

    Enfin l’amour, au sens « Inconditionnel »… tel que j’en ai compris la tonalité que vous vouliez lui donner, m’a remis en mémoire cette citation, dont je ne sais rééllement de qui elle vient (probablement du fond des âges). Même si elle est généralement attribuée à Marina Tsvetaieva ou à Dostoïevski :

    « Aimer, c’est voir un homme comme Dieu l’a conçu et comme ses parents ne l’ont pas réalisé. »

    Meilleurs voeux à chacun

  16. Bonjour,

    Meilleurs voeux à tous , Meilleurs voeux Mr JOROIN et bonne santé ( vous me semblez fatigué sur cette dernière vidéo ).

    Et au plaisir de vous lire et de vous entendre encore trés longtemps.

    BONNE ANNEE 2011

  17. Bonne Année 12011 !!!
    Pardon 2011 j’étais impatient de voir ce que serait devenu cette terre et
    ses habitants dans 10000 ans… Et surtout si l’Homme peut devenir meilleur !
    Ce n’est pas gagné, mais on peut rêver!

  18. Nous vivons dans un ère du discours, de la com. Quand le publique n’est pas d’accord avec un projet proposé ou imposé par gouvernement, celui-ci dira que la com a été mauvaise ou pas suffisante. C’est une nouvelle forme de despotie: le mépris envers l’électeur.

    1. Puisque nous savons à quoi nous en tenir au sujet des politiques et des pseudo-élites, agissons !
      Moi je ne les écoute plus, je ne les regarde plus et donc d’une certaine façon ils ont cessé d’exister .
      Il faudrait peut-être réfléchir au moyen de faire adopter un nouveau système de vote, avec des élections temporaires comportant une période d’essai !
      Ou bien un système d’évaluation constante avec un référendum permanent, les menteurs qui occupent actuellement toutes les fonctions auraient vite fait de dégager !

      Bonne Année à tous !

  19. La Raison Bancaire a recouvert la Raison d’État, puis la Raison tout court, Magie de la Liquidité, Enfers de la Liquidation. Purgatoire introuvable. Longue purge ou grande constipation jusqu’à l’occlusion intestinale ?
    Maître Fuca, priez pour nous
    Bonne année purgative.

    1. Qui veut chasser une migraine
      Chanson à boire
      Gabriel Bataille (~1575 − 1630) (France)

      « Qui veut chasser une migraine
      N’a qu’à boire toujours du bon
      Et maintenir la table pleine
      De cervelas et de jambon

      L’eau ne fait rien que pourrir le poumon
      Boute, boute, boute, boute compagnon,
      Vide−nous ce verr’ et nous le remplirons
      L’eau ne fait rien que pourrir le poumon
      Goûte, goûte, goûte, goûte compagnon
      Vide−nous ce verr’ et nous le remplirons

      Le vin goutté par ce bon père
      Qui s’en rendit si bon garçon
      Nous fait discourir tout sans grammaire
      Et nous rend savant sans leçon

      L’eau ne fait rien que pourrir le poumon…

      Loth, buvant dans une taverne
      De ses filles enfla le sein
      Montrant qu’un sirop de taverne
      Passe celui d’un médecin

      L’eau ne fait rien que pourrir le poumon…

      Buvons donc tous à la bonne heure
      Pour nous émouvoir le rognon
      Et que celui d’entre nous meurre
      Qui dédira son compagnon

      L’eau ne fait rien que pourrir le poumon…
      Vide−nous ce verr’ et nous le remplirons »

      pour voix de Haute-Contre.
      (autrefois chanté par Ars Antiqua, me semble-t-il)

  20. En remerciement de tous les cadeaux de lecture faites au fil des jours, je vous présente tous mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année, et dépose mes petits cadeaux.
    Par Les Enfantastiques :

    http://www.youtube.com/watch?v=XW56nJc3XPA

    http://www.youtube.com/watch?v=tqwuYZ_2u5M&feature=fvw

    Ce qui me parait le plus surprenant, c’est le nombre de personnes autour de moi, qui ont un voile sur les yeux et qui continuent leur petit train-train comme s’ils se sentaient protégés de toute menace.

    BONNE ANNEE 2011, que la santé et l’amitié vous accompagnent chaque jour qui passe.

  21. Bonjour
    Bonne fête de Nouvel An et merci de toutes vos aimables interventions .
    Merci bien sur à Mr Jorion grâce à qui ce site est le phare Anti Brouillard de la finance…
    A l’Année prochaine…

  22. Bonjour Monseur Jorion,

    Croyez vous réellement que les responsable politico-financiers ont vraiment agi par paternalisme en taisant la banqueroute générale ?

    A mon sens, au pire, ils n’ont pas voulu perturber la machine à consommer, au mieux, ils auraient pu craindre de sérieux débordements populaires…

    Où serait donc ce paternalisme sachant pertinemment que leurs priorités cupides sacrifient des centaines de milliers de personnes qui, durablement privées d’emploi, vont peu à peu sombrer dans la misère de la rue…

    Êtes vous si magnanime à leur égard pour vous protéger de leurs éventuelles représailles ou simplement, n’avez vous pas encore vu ce qui se cache derrière les masques ?

    Malgré mes doutes quand à leur réalisation, vu l’ambiance du moment, je vous fais tout de même part de tous mes vœux pour la nouvelle année qui arrive dans quelques heures.

    Bien à vous – Philippe

    1. Pour ce qu’on sait d’eux par ailleurs, chez des gens comme Mervyn King, c’est en effet le paternalisme.

      Notez quand même que j’ai mentionné en premier comme motivation : « self-serving », l’intérêt personnel bien compris.

    2. Soit, je présume que vous connaissez mieux les personnages que je ne les connaîtrai jamais, pour ma part, n’ayant, je crois, aucune chance de les croiser dans le temps qui me reste à vivre et veux bien donner crédit à votre jugement…

      Cependant, leur notion du paternalisme me semble très sélective et pour le moins, au profit, peut être, des seuls membres imminents de leur caste sociale ? Parce que j’ai la nette impression qu’ils se moquent pas mal du pékin de base à qui on vient couper l’eau ou le courant pour ne pas avoir eu les moyens d’honorer la facture…

      Merci en tout cas pour votre réponse et quoi qu’on en dise, Monsieur Jorion, j’admire, comme beaucoup d’autre fidèles à votre blog, le travail que vous faites ainsi que votre engagement… Et Attention aux excès festifs de cette nuit, nous comptons sur votre pleine forme pour votre retour en 2011… 😉

  23. Pourquoi s’obstiner à espérer changer les institutions et ceux que nous sommes amenés à élire sous couvert de choix librement consenti ?

    L’Homme ne changera pas. Nous refoulons ce que nous sommes.

    C’est d’ailleurs ce qui nous angoisse.

    Pour surmonter celle-ci, nous espérons. Et ainsi de suite…

    Cela n’a que trop duré. L’espoir ne fait plus vivre.

  24. Comment nos politiques vont ils gérer l’insolvabilité des banques?
    Peuvent ils réellement dire au peuple…votre épargne a disparu? je ne le pense pas.

    bonne année.

    1. Qu’est ce que l’insolvabilité pour une banque? Ne pas pouvoir rendre l’argent qui lui a été confié.

      Je suppose que les politiques ont géré l’insolvabilité des banques par la planche à billet . A moins que j’ me trompe sur le terme « insolvabilité » appliquée aux banques.

      Au passage, donc, quelques banques ont disparues , dont une énorme qui se trouvait être un ancien concurrent d’un homme très bien placé au gouvernement des Usa.
      Dans les dommages collatéraux notoires , on peut compter une nouvelle et forte défiance vis à vis du système capitaliste .Et probablement , par la surabonde de liquidité, une nouvel essor de la spéculation et de l’endettement .Pour ce qui est de l’inflation , les moyennes permettent de faire croire que tout le monde subie les péripéties financières de la même façon .

      Comment rétablir la confiance? . En disant la vérité propose à son tour maitre Paul ( qui n’arrive toujours pas à rajouter la particule « saint » bidule qui, normalement , précède le nom de quelques philosophes qu’il cite de temps en temps .
      Je dis çà juste pour prouver que dire la vérité n’a pas que pour conséquence de rétablir la confiance . Dire la vérité peut énerver, voir agacer, voir étonner ( « ha vouai, tiens , j’avais pas vu  » ou le mot saint n’est qu’un titre auquel je ne crois pas, me gonfle ce mec! » .
      En l’occurrence, ce n’est pas mon intention vu que l’homme Jorion est vraiment fort saint pathique .

      En imaginant donc que sarko lui même , pensant rétablir la confiance, dans un nouveau discour , se mette à dire la vérité :
       » Mes biens chers compatriotes, d’accord, je le reconnais, ce n’est pas Carla qui est grande , c’est moi qui suis petit ! » . Franchement , un tel discour aurait de la gueule ! P’têt même que çà ferait sourire en ces temps moroses.
      Par contre, quand il enchainerait sur le pourquoi de ses mensonges , çà risquerait de pas se passer très bien pour lui et ses amis milliardaires .Je vous laisse imaginer …
      « Je suis , comme beaucoup de président, incapable d’écrire moi même mes discours dont j’ai l’air d’être si convaincu etc… »

      Sur ce, bonne soirée !
      J’espère que les vignerons nous auront fait un bon champagne , et qu’un foultitude cotillons égaieront le quotidien de tous .

      Avé braves gens ! Ceux qui vont picoler vous saluent .

  25. Bon sang ! Cette présence au monde que vous nous offrez ce 31 décembre 2010, Paul. Magnifique et exemplaire.

    Des mots qui contiennent et débordent largement le simple cadre d’une conscience individuelle : une vision reliée à un tout, et par le fait, au monde vivant. Beaucoup d’esprit donc, et avec ça un sens des responsabilités qui n’est pas de la roupie de sansonnet que je sache. Une pensée qui donne du sens pour d’autres qui recherchent.

    Nietzsche :
    «Ce sont les paroles les moins tapageuses qui suscitent la tempête et les pensées qui mènent le monde viennent sur des pattes de colombe.»

    1. et les pensées qui mènent le monde viennent sur des pattes de colombe.»

      …et repartent dans le ventre de corbeaux… (honteuzéconfus…)

  26. Paul, François, Julien et tous les contributeurs, merci pour cette lumière sur la réalité, votre détermination, vos réflexions qu’on lit avec addiction, indignation , et vos actions qui changeront le monde.
    Bonne année 2011, que la Force soit avec vous et à demain!

  27. Mais si! Les responsables de la crise ont été retrouvés et punis, M. Jorion!
    Regardez Kerviel! Madoff! Épouvantails corrompus qui n’en finissent pas de choir!
    Une belle leçon de moralisation du capitalisme!
    La malédiction de certains, la béatification d’un système!

    S’agissant de l’empathie, bien entendu, il faut être en bonne entente avec ses voisins; mais avons-nous un intérêt quelconque à une bonne entente avec nos banquiers?

    Au passage, le Crédit Coopératif (alias BP) a dû embaucher à temps plein pour les nouvelles inscriptions du mois dernier, 3500, trois fois plus que d’ordinaire (source Le Monde) suite au Bank Run avorté de Cantona dit le Spartacus de la finance.
    Une belle leçon de moralisation du capitalisme!
    Longue vie au social-washing*!

    *modèle analogue au green-washing, qui en son temps permit aux entreprises de ne pas rater le virage écolo au moyen d’un coup de peinture verte sur leur enseigne radioactive.

    Plus sérieusement, lorsque nous serons las de contempler le spectacle de l’effondrement financier, nous devrons nous pencher sur l’insolvabilité de notre dette entropique, phénomène autrement moins symbolique.

    Bonne année 2011 à tous et molo sur le champagne!
    En bonus, les voeux présidentiels sur http://www.la-bas.org/

  28. Ah tiens ! Ya Julliard, Jacques de son prénom, qui vient de citer Jorion (tout seul sans acolytes) comme l’économiste qui avait le mieux et le plus tôt analysé la crise du capitalisme (grosso-modo, m’a-t-il semblé), lors d’un intéressant débat avec Mélenchon sur France-Q, à propos de populisme, si j’ai bien compris le thème (pris en cours).

    Bravo Popaul ! Julliard en quasi-zélote jorioniste, c’est pas mal. Même si ses prises de positions l’ont quelque peu « hétérodoxisé » et donc marginalisé (plus d’obs), il sait encore se faire entendre.
    Merluche a pas trop bronché, même s’il a tout de suite tiré la couverture pour dire qu’il tient ce discours (çui de Jorion)depuis 20 ans… Mais sur ce que j’ai entendu, il est bon ce bougre de Mélenchon, dans son rôle en tout cas (celui qu’il s’est choisi), à cheval sur la ligne jaune…

  29. Meilleure année possible à toutes et tous !

    «A tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir. La place demeure vide, mais le couvert reste mis.» René Char

  30. Dire et savoir la vérité n’a jamais et ne changera jamais les comportements. De plus les politiques ne mentent pas puisqu’ils ne disent rien. Ce qui manque c’est la vertu, comme le courage, l’honneur, avoir honte etc … Tout cela a disparu sauf quelques-uns. La populace décérébrée ne veut entendre parler que de ses petits désirs, et élit des politiques a son image. Des esclaves élisent de maitres-esclaves car c’est (semble-t-il) tellement supérieur de se laisser dominer par ses désirs. La négation même de la liberté. A partir de là tout le monde est bien d’accord pour faire l’autruche.
    La perversion, la corruption sont au fondement même de la démocratie. Qui n’apporte que dévastation et extermination partout ou elle va.

  31. Cher paul,
    y’a-t-il en France un ou des partis politiques porteurs des principes que vous défendez ? si oui, il faut appeler à s’engager à leurs côtés. ce « faire quelque chose » ici et maintenant, passe par la repolitisation des individus. c’est à cette condition que le grand animal – le peuple tout entier – pourra imposer ce qu’il désire.

  32. Il ne me semble pas que « l’hémorragie » comme vous dites, soit stoppée!
    Si les banques centrales en rajoutent tant de fraîche tout le temps, c’est parce qu’il y a d’énormes fuites (en avant) de monnaie hors circulation.
    Si on continue à émettre une monnaie pour ne pas circuler, il n’y aura aucune solution possible.
    De même, aucune réduction de dette d’aucune sorte n’est possible dans le système monétaire tel qu’il est.
    Vous souhaitez que l’on dise la vérité, voila, je la dis et la répète, en tout cas c’est ainsi que je vois les choses.
    Bonne année 2011

  33. Le discours de Toulon comme beaucoup d’autres discours de mr Sarkozy sont des discours de « rabouilleur » sous une apparence de vérité ils dissimulent les actes
    A l’inverse de Socrate les politiques qui eux,ont des responsabilités, doivent être jugés sur les ACTES et pas seulement sur leur bonne mine.Pour l’instant le discours de Toulon comme celui du G20 et les autres, ont été mis sur le compte des bonnes intentions ou du volontarisme.
    Gageons que pour les prochaines élections présidentielles on évitera de faire le bilan des
    RESULTATS associés beaux discours et aux beaux slogans.
    Quant à la corruption je serais plutôt d’accord avec Mr Stiglitz qui dit qu’elle fait partie de la nature humaine en quelque sorte c’est le huitième des péchés capitaux.Mais il dit aussi que le rôle des politiques c’est de la juguler, mais ce n’est pas le cas dans les oligarques (des hauts de Seine pour la plupart) qui entourent notre président, je laisse au « canard enchainé » le soin d’en mentionner quelques uns.
    Si pour cette nouvelle année nous continuerons à alimenter ce blog je doute de l’efficacité face à un systême bien en place.Mais c’est vrai c’est çà la démocratie.
    Ceci dit: BONNE ANNEE A TOUS

  34. Meilleurs voeux Paul, à vous, à votre famille ainsi qu’à toutes les personnes du blog françois Leclerc et les autres.

    Avec l’espoir d’une prise de conscience « mondiale » pour changer ce monde.

    1. Cette démarche me parrait tout à fait en ligne avec l’évolution socio technologiques que nous vivons: les emplois de plus en plus remplacés par des processus automatiques et dont les gains de productivité n sont pas répartis équitablement, si ce phénomène est laissé à son libre cours nos sociétés s’exposent à des émeutes tout à fait semblables à celles de 1831 lors de la révolte des canuts à Lyon.
      Il serait urgent de lancer un mouvement mondial en faveur du revenu de base inconditionnel et je dirais plus que vous, non pas pour
      Que chacun puisse participer un minimum!
      mais
      Que chacun puisse participer de manière décente!

      Le principal frein à une telle évolution vers un revenu de base universel n’est plus une question de ressources mais une opposition politique moraliste qui ne semble pas prète à ce que des individus reçoivent un revenu sans une contrepartie laborieuse; « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front »…

      Tel n’est pas mon point de vue. Je pense que le travail devrait devenir
      un honneur de contribuer au groupe social auquel on appartient et non une obligation purement alimentaire.

      Je redonne les références du livre de Martin Ford qui lui aussi soutient l’idée d’un tel type de société: Lights in the Tunnel, livre disponible gratuitement ici (http://www.thelightsinthetunnel.com/ )
      Avec l’accord de l’auteur, l’éditeur a décidé de mettre ce livre en libre accès afin d’en faire connaître les idées le plus largement possible.

      Le livre n’est pour le moment disponible qu’en anglais, ce qui est déplorable compte tenu de son contenu fondamental. Je veux bien participer à sa traduction, mais pas faire la traduction tout seul.

      Bien à vous.

      Paul

    2. La discussion sur le revenu de base inconditionnel est accessible à tous et amène rapidement à des questions existentielles : il faut la mettre en avant.

  35. Mettre la corruption au compte de la nature humaine pour y renvoyer, dos à dos, le peuple et les élites , constitue, il me semble, un détournement capitaliste du sens de la servitude volontaire. La corruption capitaliste ne serait-elle pas l’envers du salariat, le double qui en renforce l’efficacité ?

    Lordon aborde la question de l’organisation économique en posant la question suivante : quelqu’un a envie de faire quelque chose qui demande d’être plusieurs, comment s’y prendre ? La voie salariale résout le problème de l’enrôlement au désir du maître, mais ne mobilise que les passions tristes. Par contre, la voie corruptrice s’offre comme un court-circuit efficace pour enrôler au service du maître tout en évitant la contrainte du respect de l’ordre hiérarchique. Des « promotions canapés » aux « prélèvements de la main gauche sur rétrocommission », la gamme des dispositifs d’enrôlement corruptifs est assez large pour que celui qui se trouverait piégé à son étage salarial y patiente. Quelle que soit son origine de classe, chacun peut en effet se sentir légitimement doué à se faire mobiliser par les passions mauvaises. Mieux, le moindre avancement distribué selon l’axe corrupteur verra son rendement multiplié du fait d’être reçu comme une promesse d’accès à un monde sans limites : le cinquième couteau éprouve déjà le sentiment de faire partie des Illuminati.

    S’il nous revient de dépasser la nature, c’est donc que nous nous inscrivons dans une histoire humaine de la nature humaine et la nature de la « corruption » n’est pas intangible. De même que le système des passions capitalistes diffère du système des passions féodales (par exemple sur le vertige de l’illimité ), nous pouvons en produire un neuf en retravaillant le rapport salarial. L’entreprise sera de longue haleine, ainsi, Montaigne à donné au Discours de la Servitude volontaire le titre de : « Le contr’un » en raison de ce petit bout de phrase du Discours : (la nature) « «… a monstre, en toutes choses, qu’elle ne vouloit pas tant nous faire tous vnis que tous vns…  » .

    1. Premierement, cela est, comme ie croy, hors de doute que, si nous viuions auec les droits que la nature nous a donné & auec les enseignemens qu’elle nous apprend, nous serions naturellement obeïssans aus parens, subiets à la raison, & serfs de personne. De l’obeïssance que chacun, sans autre aduertissement que de son naturel, porte à ses pere & mere, tous les hommes s’en font tesmoins, chacun pour foy; de la raison, si elle nait auec nous, ou non, qui est vne question debattue à fons par les academiques & touchee par toute l’escole des philosophes. Pour cette heure ie ne penserai point faillir en disant cela, qu’il y a en nostre ame quelque naturelle femence de raifon, laquelle, entretenue par bon conseil & coustume, florit en vertu, &, au contraire, fouuent ne pouuant durer contre les vices suruenus, estouffee, s’auorte. Mais certes, s’il y a rien de clair ni d’apparent en la nature & où il ne soit pas permis de faire l’aueugle, c’est cela que la nature, la ministre de Dieu, la gouuernante des hommes, nous a tous faits de mesme forme &, comme il semble, à mesme moule, afin de nous entreconnoistre tous pour compaignons ou plustost pour freres; & si, faisant les partages des presens qu’elle nous faisoit, elle a fait quelque auantage de son bien, soit au corps ou en l’esprit, aus vns plus qu’aus autres, fi n’a elle pourtant entendu nous mettre en ce monde comme dans vn camp clos, & n’a pas enuoié icy bas les plus forts ny les plus auisez, comme des brigans armes dans vne forest, pour y gourmander les plus foibles; mais plustost faut il croire que, faisant ainsi les parts aus vns plus grandes, aus autres plus petites, elle vouloit faire place à la fraternelle affection, afin qu’elle eut où s’emploier, aians les vns puissance de donner aide, les autres besoin d’en receuoir. Puis doncques que cette bonne mere nous a donné à tous toute la terre pour demeure, nous a tous loges aucunement en mesme maison, nous a tous figures à mesme patron, afin que chacun se peust mirer & quasi reconnoistre l’vn dans l’autre; si elle nous a donné à tous ce grand present de la voix & de la parolle pour nous accointer & fraterniser dauantage, & faire, par la commune & mutuelle declaration de nos pensees, vne communion de nos volontes; & si elle a tasché par tous moiens de serrer & estreindre si fort le noeud de nostre alliance & societé; si elle a monstré, en toutes choses, qu’elle ne vouloit pas tant nous faire tous vnis que tous vns, il ne faut pas faire doute que nous ne soions tous naturellement libres, puis que nous sommes tous compaignons, & ne peut tomber en l’entendement de personne que nature ait mis aucun en seruitude, nous aiant tous mis en compaignie

  36. Très beau discours.

    La servitude volontaire c’est entrer en société à l’insu de son plein gré. C’est ne pas être conscient que c’est la société qui dicte la vie.

    Après, pas facile d’en sortir, la preuve.

    « le thème de la servitude volontaire, de La Boétie, c’est un thème intéressant mais c’est un thème dangereux aussi : c’est un peu trop facilement … une excuse pour ne rien faire ».

    Son unique intérêt est d’être dangereux. Ne rien faire n’est pas une excuse mais une habitude, et ce malgré les efforts de Socrate, Paul de Tarse et tant d’autres.

    Ce thème, comme celui de la finance, de l’écologie, etc., doit être discuté en bas. La finance par exemple, c’est le moyen que s’est trouvée l’économie (nous) pour maintenir la servitude volontaire. L’information doit circuler « de bas en bas ». Pour cela il faut lui adjoindre une consigne : discuter mais ne pas admettre qu’un représentant se l’approprie. La servitude volontaire ne peut se dissoudre que par le bas, et c’est un processus lent, au début, qui n’admet pas, par définition, de délégation.

    Courage ! Socrate c’était il y a dix mille ans. Déjà… Et il n’avait pas internet !

    « Ecoute, écoute…

    La mue ça se fait à l’envers dans ce monde inventif…

    Elle était belle comme la révolte
    Nous l’avons dans les yeux, dans nos bras
    On l’appelait l’imagination
    Elle dormait comme une morte, elle était comme morte
    Elle sommeillait
    On l’enterra de mémoire…

    Mon fils, il faut lever le camp comme lève la pâte,
    Lève-toi Il est tôt Prends du vin pour la route
    Dégaine-toi du rêve anxieux des biens assis
    Roule roule mon fils vers l’étoile idéale

    Tu te rencontreras Tu te reconnaîtras
    Ton dessin devant toi, tu rentreras dedans
    La mue ça se fait à l’envers dans ce monde inventif…

    Nous aurons tout…demain matin ! »

    A demain donc, et 2011 à tous.

    1. L’information doit circuler « de bas en bas ».

      Pas trop d’accord avec ça, Fab. L’information doit circuler – point.
      Tout comme doit circuler le savoir, la culture, l’éducation etc.
      C’est bien les conditions minimum pour une démocratie n’est-ce pas. Ensuite une haute exigence de cette même démocratie devrait continuer à circuler dans toute la société : entretenue par chacun de nous. Certes, il y faut beaucoup de courage et de sérieux. « Chaque citoyen du monde répond de l’avenir. (Vassili Grossman) ».
      Le sang circule dans tout l’organisme de la tête au pied et inversement, sinon, c’est la gangrène.

  37. @fab @rosebud

    Lordon reprend le Discours de la Servitude volontaire dans le cadre d’une analyse du salariat comme procédé d’enrôlement au désir du maître. A mon avis, une constitution pour l’économie ne pourrait se passer d’un article 1e mettant en garde contre tout détournement de l’économie a fin de domination des uns sur les autres .

    Beaucoup se contentent de répéter mécaniquement l’oxymore sans, comme Lordon, aller aux causes du paradoxe, aplatir le sens du Discours est en efffet dangereux.

    Mes voeux de Bonne Année

    1. @Jean-Luce Morlie,
      J’entends l’avertissement, mais je reste très en retrait sur l’opportunité d’une « constitution pour l’économie » pour 2 raisons vite dites en passant : une Constitution intègre (sic) une vision de l’économie puisqu’elle définit en les entérinant les rapports acquis de propriétés aux sujets fondés par du droit. Ensuite la dite science économique ne me paraît guère autre chose qu’une boursouflure moderne articulant la fabrique d’un sujet du droit à celle des sujets philosophiques qui font la part belle à une prétendue nature humaine, l’ensemble traversé d’un héritage religieux fantomatique. La mise en question radicale de la justice distributive et de ses justifications psychologiques, philosophiques, juridiques m’importe plus que ce que je perçois comme des aménagements secourables qui ne me font pas rêver. Bonne année aussi.

  38. J’ai repassé plusieurs fois le fim et j’ai lu les commentaires, mais je n’ai toujours pas saisi le sens de votre réflexion à partir de l’instant où vous avez abordé le « Aimez-vous les uns les autres » de Socrate/JC/Paul de Tarse et l’amour au sein de la famille en fonction de la personne et non de ses actes…
    Si je suis seul à n’avoir pas compris, ce n’est pas grave.
    Si d’autres n’ont pas suivi, merci de bien vouloir nous aider à retrouver le chemin de votre pensée.

    1. Si je suis seul à n’avoir pas compris, ce n’est pas grave.

      Fucius, qui avait oublié d’être con, a dit : « Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions » (sous-titré : Une civilisation sans la Science, ce serait aussi absurde qu’un poisson sans bicyclette).

      C’est grave ! C’est comme ça que l’économie passe du statut de témoin à celui de science. C’est comme ça que l’individu se dissout dans le groupe. Et que le groupe s’organise. Et qu’ensuite on s’en étonne. Ou on cherche à le réorganiser. A le résolver.

      Bonne journée

    2. @Fab

      Eh mon p’tit chou, j’vais t’apprendre un truc :

      Le fond = séquence ADN plus contraintes de milieu.
      La forme = la vie.

      Préfère ma forme à ton fond très profond mon bon profondiphète

    3. vigneron,

      Bonjour.

      Il y a des gens qui ont une vision beaucoup plus embrouillée de la vie que vous : pouvez-vous les aider, par exemple, baillergeau ?

      Jules Lequier, qui au fond n’était pas con : « Ce qui nous crée des problèmes, ce n’est pas ce que nous ignorons. C’est ce qu’on croit vrai et qui ne l’est pas. Lorsqu’on croit de la foi la plus ferme qu’on possède la vérité, on doit savoir qu’on le croit, non pas croire qu’on le sait. »

  39. vous devriez lire le « traité d’athéologie » de Michel Onfray, le grand philosophe ; aïe… je viens de faire tomber mon clavier sur le tarse !

    1. Yark Yark…Bien fait ! C’est le petit Jés… Aïe ! je viens de me prendre les œuvres complètes d’Onfray sur le coin du Saint Esprit ! Tain d’étagères…

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*