Envoyez par mail 'BANNIR LES POSITIONS « NUES » SUR CDS AU NIVEAU EUROPÉEN' à un ami

Envoyez une copie de 'BANNIR LES POSITIONS « NUES » SUR CDS AU NIVEAU EUROPÉEN' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

72 réflexions sur « BANNIR LES POSITIONS « NUES » SUR CDS AU NIVEAU EUROPÉEN »

  1. Je reste à chaque fois émerveillé par la capacité de nos politiques à prendre (parfois) des décisions fortes, à en faire des lois, et quasiment dans la seconde qui suit à voter des amendements vidant la loi de sa substance.
    Je ne sais qu’en penser. Trois pas en avant, deux en arrière.

  2. Mais on avance à tâtons, voire en crabe! Pourquoi tant inefficacité dans les mesures? Pourquoi laisse-t-on des portes de sorties dont on se doute bien qu’elles peuvent annuler les mesures? Est-ce un problème de corruption jusqu’aux sommets?
    Dans une crise qui devient de plus en plus grave, nous avons besoin de mesures fortes!

  3. @ Paul Jorion
    Et une motion , une !
    Une de plus qui contient la possibilité de son propre détournement !
    En avant comme avant !

  4. Vos réserves sont certes fondées. C’est le prix d’un accord entre groupes politiques du Parlement, et entre le Parlement, la Commission et le Conseil, c’est à dire les gouvernements de l’Union, dont une minorité de blocage (UK, Espagne, Italie) refusait jusqu’ici totalement l’interdiction des CDS souverains « nus », sauf cas exceptionnels. C’est néanmoins un pas vers la limitation des ventes à découvert et à nu…à partir de novembre 2012.
    En revanche, le Parlement n’a voté hier aucune motion. La délégation de sa commission ECON a simplement conclu un accord préalable, au cours d’un « trilogue », avec une délégation du Conseil et de la Commission sur le contenu du réglement qu’il entend adopter en première lecture. Il a ainsi obtenu la garantie que la Commission ne retirera pas son texte, et que le Conseil adoptera ce compromis sans chercher à le modifier.

    1. @x.delcourt

      Tiens donc, vous ici ?

      Vous êtes au courant désormais que les petits pas ne suffiront pas et que les bottes de sept lieu du fédéralisme piétineront la démocratie. Refondation ?

  5. la conséquence est évidente, ne pouvant plus jouer sur le synthétique il vont attaquer directement le sous-jacent c’est à dire shorter (vendre à découvert) les titres d’état…

  6. vous pouvez bannir tout ce que vous voulez , c’est du futur , le futur ne résoudra pas le passé , le passé c’est les dettes , elles sont là , seul un retour sur le passé pourra réduire la dette.
    Pour les endettés spéculés ils n’ont qu’à appeler les juges , mais au préalable il faudra former les juges.
    Bon courage les idiots.

  7. Les législateurs de toutes les nations ont compris que la passion du jeu est inhérente à l’homme.
    Il est admis aussi que certains jeux sont socialement nocifs et d’autres pas.
    Les jeux d’argent sont lourdement taxés pour raison de nocivité morale.
    La spéculation boursière est restée étrangement en dehors d’une qualification nocive. Bien au contraire, le spéculateur boursier a bénéficié d’une aura de « financier avisé ».
    Actuellement l’imposition d’une plus-value de spéculation d’un particulier est à 2 niveaux en France:
    -le prélèvement social
    – l’impôt sur le revenu
    Le spéculateur bénéfice de la compensation des pertes avec les plus-values et d’un report pendant 10 ans des moins values/
    A titre professionnel, cette activité relève des BIC et donc dans le cas d’un régime à l’IS le taux d’imposition est limité à 33,33 % auquel s’ajoutera le taux d’impôt du particulier en cas de distribution.
    A « vue de nez » et sans entrer dans le détail des calculs fiscaux, le taux d’imposition d’une plus-value boursière de spéculation reste inférieur au prélèvement opéré par l’état sur le loto ou les courses de chevaux.
    Interdire les positions nues sur CDS en Europe serait un énorme progrès moral.
    Taxer lourdement les plus-values à court terme boursière serait un pas vers une moralisation de la finance .
    Je ne comprends pas pourquoi cette nocivité n’a pas été prise en considération plus tôt dans tous les pays évolués.

  8. L’annonce de cette décision pour insuffisante qu’elle paraisse, aura au moins eu le mérite de mettre sur le devant de la scène médiatique « grand public » ces produits financiers hautement contestables. Interventions très didactiques ce matin, par exemple sur France Inter, expliquant leur fonctionnement, et ses dérives (et par la même leur caractère aberrant).
    Que les gens se rendent compte que tout cela n’est pas si compliqué et qu’on nous prend juste pour des abrutis ne peut pas faire de mal.

    1. Vous çroyez qu’on nous prend pour des abrutis ? Voir Philippe Marini pour la lutte contre les lobbies. À ce rythme, nous serions bien plutôt des lobotomisés que des abrutis.

  9. La date d’entrée en vigueur de cette loi anti-CDS nus est pour novembre 2012, si je ne me trompe, ce qui invite également à la circonspection.
    Même si cette « victoire » ne devait rester qu’un effet d’annonce, nous pouvons toujours nous réjouir de ces remises en questions des instruments de spéculation, et de l’innovation financière.

    1. mais oui, jusqu’à présent, ce type de mesure n’était soutenues que par des mouvements associatif comme ATTAC ou le M’PEP ou des partis de la gauche de la gauche comme le Front de Gauche

      1. des mesures révolutionnaires !!

        les banquiers, les riches et leurs larbins tremblent devant la détermination des verts , du front de gauche et la gauche de la gauche …………………

        tant que les possédants n’auront pas la frousse de tout perdre ( et si possible qu’ils perdent tout m’irait très bien ) , il ne se passera rien de bon pour les peuples.

        la peur doit changer de camp !

        Socialisme ou barbarie

      2. à Itaki75

        à quand un Front de gauche élargi . . ? qui existe en fait déjà dans certaines circonscription lors d’élections nationales . . .
        pour ma part je ne fais aucune confiance en la capacité et la volonté de la direction du PS

  10. Je pensai (encore une erreur) que les possibilités de contournement étaient les mêmes que celles vues en Allemagne, mais là, c’est pire.
    Réussir à placer un contournement DANS un texte de loi, là, je suis admiratif.

    Le bal va pouvoir continuer. Ouf…

  11. Chaque seconde qui passe est la promesse d’un éternel recommencement. Les choses changent simplement par de petites choses… simples. Interdire les paris sur les fluctuations de prix sans s’engager à prendre le sous-jacent en fin de contrat, ou interdire les CDS quand ils sont déconnectés du porteur du risque, sont des mesures simples. On ne peut pas s’y opposer en s’appuyant sur des considérations techniques. On s’y oppose en n’en parlant pas.

    1. Aaaaah 🙂 Soupir d’aise…. Ce n’est pas grand chose, c’est probablement trop tard, mais je sens comme un frémissement d’évolution dans le système. Serait-ce les 99%, serait-ce la conscience de la désagrégation proche des systèmes IFT / Dark pools / Dérivés? Si l’Europe par quelques mesures justes, pouvait laisser les USA / GB s’effondrer avant nous, cela rendrait notre transition moins pénible car nous apparaîtrions comme un pôle de stabilité relative puis de les laisser s’empailler avec la Chine (conflit probable dans les 5 à 1à ans à mon avis).

  12. Le parlement européen a tout simplement pris des CDS sur les décisions politiques 🙂 Tout s’explique ….

    1. Ces déesses, nues ou en peties tenues,
      sont trop goutées par les amis banquiers de nos politiciens.
      Il faudrait souffler un grand froid pour qu’ils les envoient se rhabiller.

  13. Pour le Peuple, « l’Etat « Providence » (!!!), c’est F I N I » (alors que ce n’était qu’un légitime retour de sa contribution, dans une organisation citoyenne civilisée).
    Pour les friqués spéculateurs, la danse peut continuer sans crainte.
    Les Z-élus autoproclamés veillent au grain de leurs intérêts tout personnels.
    David, tu peux crever contre Goliath !

  14. Question naïve mais sincère :

    A quel point récolte-t-on en ce moment (et dans ce cas précis notamment) les fruits des élections européennes de 2009 ?

    Il me semble que c’est un élément dont on tient (ou dont je tiens) trop peu compte, restant au contraire pris dans des grilles de lecture dépassées, centrées sur des enjeux désuets de politique nationale.

    Vrai, faux, exagéré ?
    Et si c’est vrai, quelles solutions ?

  15. En effet, cette mesure pourrait être satisfaisante si, comme relevé, elle ne comportait pas cette exception que je qualifie de…systémique. C’est nouveau, cela vient de sortir, on met en place des mesures avec des exceptions systémiques qui rendent inopérante de façon généralisée ladite mesure.

    Si les accords politiques au sommet de l’Europe sont à ce prix, en misant sur l’effet de précédent pour durcir plus tard la mesure, on n’est pas sorti de l’auberge et la crise peut gentiment s’étendre.

    Autre sujet d’inquiétude : Goldman Sachs. Je tombe sur cet article d’AgoraVox datant de 2009 mais qui me semble étrangement actuel. Il n’y manque qu’un seul paragraphe : l’enrichissement éhonté actuel de GS grâce aux mesures visant à maintenir en vie un système qu’ils ont complètement perverti. Pour l’instant, les US en sont aux indignés. Faudrait pas qu’ils s’inquiètent si d’autres formes de protestation et de réaction s’installent, par exemple contre Goldman Sachs.

    1. En fait jamais.
      La proposition, comme les « mesures » contre les paradis fiscaux,
      la taxation des riches, et autres toulonnades,
      a précisément comme objectif de ne pas avoir d’effet.

  16. Mdr !

    A ce niveau d’incurie, logiquement, un prophète de gros calibre ne devrait pas tarder à apparaître pour annoncer que le Créateur, qui en a marre qu’on lui bousille sa création, va intervenir sous peu pour sauver ce qui peut encore l’être. Cette fois-ci, c’est nous qui nous occupons du Déluge, il n’a pas à s’en charger; par contre, un coup de main pour l’arche serait bien apprécié.

    1. C’est dans les tuyaux (de l’orgue), Cassandre.
      http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20111019trib000657904/le-vatican-propose-une-solution-pour-reformer-le-monde-de-la-finance-.html
      Ne pourra être trader qu’un croyant certifié et baptisé. D’ailleurs, toute séance de cotation commencera par le bénédicité et la clôture sera effective au « Ite, missa est ».
      Les pauvres seront d’ailleurs fortement incité à verser une obole pour remercier la spéculation.

      Ceci dit, c’est bien là que l’on voit les multiples similitudes entre religion et économie…

      1. Oui pour les indulgences : et comme tout le monde le sait s’en suivra un nouveau schisme qui ne sera plus le fait de Luther mais d’un nouveau venu qui nettoiera les écuries d’Augias… À moins que l’on ne passe directement à un nouveau monothéisme, ou pourquoi pas à une nouvelle définition polythéiste de l’immanent…

      2. Tragicomique !
        Les caves du Vatican, occupées par la sinistre secte Opus Dei
        du franquiste Escriva de Balaguer, parlent de « moraliser  » la Finance,
        après avoir tu les crimes nazis,
        et protégé des centaines de pédophiles.

      3. Renseigne toi Charles A. Tu m’as pas l’air expert des intrigues vaticanes, moi non plus, mais aux dernières nouvelles l’OD du facho de Balaguer, comme d’ailleurs les Légionnaires du Christ (700 prêtres, 1500 séminaristes…) du « Paire » Maciel, escroc et pédophile notoire, deux congrégations particulièrement choyées par le pape de Reagan et Thatcher (jp2), ne sont plus trop en odeur de sainteté auprès de Sa Sainteté Benoit « Radzinger »XVI.
        Wiki :

        En 1998, une plainte est déposée par huit membres de la Légion du Christ, à la congrégation pour la doctrine de la foi (dirigée alors par le cardinal Ratzinger), accusant Marcial Maciel (fondateur de la Légion du Christ) d’abus sexuels. Les faits se seraient déroulés dans les années 1950-60, quand les plaignants avaient entre 10 et 16 ans. Le principal accusateur est un ancien prêtre de la Légion du Christ, Juan Vaca.
        La congrégation et son père fondateur affirment, comme ils l’ont toujours fait, qu’il s’agit d’accusations mensongères. Le père Maciel avait déjà subi dans les années 1950 de graves accusations, qui ont motivé, entre 1956 et 1959 une enquête canonique du Vatican. Il avait alors été suspendu, puis disculpé.
        D’après Jean-Marie Guenois, journaliste à La Croix, l’instruction de l’enquête de 1998 est, selon le témoignage du cardinal Ratzinger à l’évêque de Coatzacoalcos (Mexique), gelée en 1999 à la demande de Jean-Paul II, en raison de la floraison de vocations dans cette œuvre et parce que les faits, qui remonteraient à plus de quarante ans, sont effectivement prescrits. Les dirigeants des Légionnaires du Christ bénéficiant en effet de précieux appuis à Rome, il est possible qu’une partie des membres de la curie romaine veuillent protéger la congrégation en lui évitant un scandale touchant son fondateur.
        D’après le Catholic reporter, le cardinal Angelo Sodano, secrétaire d’État du Saint-Siège s’est ainsi personnellement opposé à la poursuite de l’enquête par le cardina Ratzinger et la congrégation pour la doctrine de la foi.

  17. Sinon:

    « Message des collègues de Béziers, qui se battent pour rétablir la vérité :

    Notre collègue du lycée Jean-Moulins à Béziers qui s’est immolée est
    décédée. Nous sommes tous bouleversés voire traumatisés.Nous sommes en AG
    depuis jours, avons refusé d’accueillir les élèves en classe, et décidé une grève illimitée jusqu’à ce que les responsabilités soient établies.

    Voici notre programme :

    Lundi 17, matin 8h AG, après-midi marche blanche silencieuse avec un bandeau noir à Béziers
    Mardi matin AG, 14H départ pour une manifestation académique au rectorat de Montpellier
    Mercredi : obsèques ?
    Jeudi 10h : débrayage, commémoration de ce drame dans tous les
    établissements de France
    Nous souhaitons une mobilisation générale pour que la souffrance au
    travail cesse et que de tels drames ne se renouvellent plus.

    P.S. Lise a dit en s’enflammant : « Je le fais pour vous ».
    Luc Chatel a menti , elle n’était pas suivie médicalement, ni fragile,
    mais consciencieuse, compétente, aimant son travail et courageuse.

    Nous comptons sur vous tous.
    Merci de diffuser ce mail à toutes vos connaissances afin d’alerter l’opinion, pour que l’éducation nationale ne devienne pas France-Telecom…
    Merci,

    F PERU lycée Jean-Moulin- Béziers »

    Papillon

    1. Qu’une enseignante mette fin à ses jours est hélas triste et j’ai une très grande compassion pour sa famille et notamment pour son père dont le nom venant du vieux roman veut dire « bonne fontaine ».
      Mais qu’une enseignante se suicide devant l’ensemble des élèves d’un collège dénote une absence de respect des élèves que ce geste fatidique aura traumatisé à vie.
      Certes un professeur doit être respecté, notamment par les élèves et surtout leurs parents.
      Mais un enseignant doit donner l’exemple en premier et non pas obtenir ce respect en retour de quelque marchandage.
      Mélanger les déboires sentimentaux, le mal-être personnel, l’incapacité à se faire obéir, l’incompréhension des relations humaines etc…à des questions politiques montre bien la « marmelade » dans laquelle sont tombé bien bas les esprits à Béziers, ville que je connais bien qui s’illustre par son taux de délinquance, le nombre de chômeurs, la recherche d’un petit travail pénard à la mairie et surtout……..l’amour des « grandes gueules » . Si ces figures sont sympa au rugby, elles le sont moins en dehors des stades.

      1. On atteint le fond là…
        Albin ne connait pas le cas, mais opine en insultant les gens de Béziers…
        Et ailleurs, les suicides au travail, c’est la faute à ailleurs…

      2. @ ALBIN 19:04

        Etes-vous certain(e) de disposer de toutes vos facultés mentales…..???

        Avant de répondre à cette interrogation , relisez à haute voix votre second paragraphe…..
        Si un haut-le-coeur vous étreint subitement……rassurez-vous …..c’est la preuve que votre cas n’est pas tout-à-fait désespéré.

      3. Comment ki disait Lino sur ceux qui osent tout ?
        Le modo n’a pas fait le tonton flingueur.
        Mais la liberté d’expression en public, en régime républicain et démocratique : y a des limites tout de même !
        C’est pas qu’il n’existe pas de lieu sur terre où on peut se laisser aller à dire n’importe quoi à n’importe qui, ces lieux sont très précieux mais payant.
        Car partout ailleurs, dire n’importe quoi, à n’importe qui et gratuitement, c’est inconcevable : parce que celui qui entend ça, au bout d’un moment le fait payer mais autrement que là ou c’est payant d’emblée mais pas d’avance.

      4. Putain Julien, comment on peut laisser passer des saloperies pareilles ?
        Il fait partie des 1 % l’Albin ? Bizarre ta censure.
        J’en ai assez lu. Too much. Me barre.

      5. C’est le haut de coeur:
        l’insensibilité au suicide d’une enseignante,
        quand on sait comment travaillent certaines,
        (suis pas enseignant, mais y fait attention),
        et le préjugé sur toute une ville:

        la « marmelade » dans laquelle sont tombé bien bas les esprits à Béziers, ville que je connais bien qui s’illustre par son taux de délinquance, le nombre de chômeurs

        Mais Julien a raison de ne pas censurer.
        Albin représente une fraction obscure, mais réelle, de l’opinion.
        Elle doit pouvoir s’exprimer. Sinon ,où est la liberté d’expression ?
        Relever, argumenter si nécessaire (pas vraiment le cas…)
        est en plus la seule façon de faire progresser les consciences.

      6. Alors Albin, le symbole du blog? Tu l’as trouvé?…
        Sinon tu as raison, faire ça en public, c’est pas chrétien quand même! Toi par exemple quand tu le fera, tu te cachera j’espère?… Albin de boue…

      7. L’avantage des périodes de crises, c’est que les choses se libèrent: les gens qu’on côtoie au quotidien finissent un peu par se trahir… Là sur ce blog, on a quelques beaux spécimens qui, c’est sur, ne vont pas comprendre qu’on les accable encore et toujours.

        Qu’y peut on? Les gens sont trop méchant, tout en étant trop pétris de beaux sentiments.

        Une belle ratatouille dans leur esprit, quoi!

  18. @ tous les ceusses du blog
    Désolé d’interrompre vos échanges …………. mais
    VOICI QUELQUES NOUVELLES DU NUCLEAIRE :
    Je vous invite à consulter le site  » VALOGNES STOP CASTOR  »
    Vous y trouverez une vidéo concise intitulée  » Même le Capital ne veut plus du nucléaire  »
    D’autres choses également .

    1. le certificat de sécurité du site non valide … bizarre qu’un blog exige un certificat de securité ..

  19. Au moins, çà a franchi le barrage du conseil et de la commission.

    Je ne retrouve plus les articles*, mais il est normal que « les pays signataires auront le droit de suspendre la mesure durant plusieurs années sur leur territoire s’ils jugent que le marché de leur dette publique aurait à en souffrir.  » (à ma connaissance, ils auront aussi le droit de la suspendre après, moyennant justifications à la commission et au conseil et leur accord). C’est encore des pays, pas des régions obéissantes.

    « Le plus grand risque lié à cette clause restrictive est cependant celui-ci : quand une crise éclate, tous les prix baissent simultanément et les spéculateurs auront beau jeu de démontrer qu’en pariant à l’aide de CDS en position « nue » sur la chute de l’ensemble des États, il ne font rien d’autre que se protéger contre des risques corrélés – ce que les chiffres ne pourront que confirmer. »
    Je ne comprends pas bien cette phrase. C’est valable aussi pour les positions hors europe, non? ou toutes les couvertures sont intra européennes?

    « On aurait voulu s’assurer, en restreignant l’interdiction adoptée à Bruxelles par cette clause, que le risque de contagion du risque de crédit sur la dette publique sera maintenu à tout prix, qu’on ne s’y serait pas pris autrement. »
    Ce n’est pas nouveau : la taxe sur les transactions financières a été voté à l’assemblée nationale, mais avec un taux de 0%. Un courageux progrès tendant vers 0+. Il faut au moins un salaire de député pour faire çà. Ils auraient pu aussi bien voter pour le collectivisme soviétique, à ce compte.

    (* dans ce goût là : Chapitre 3 : le rapprochement des législations
    Article 114 (ex-article 95 TCE)

    4. Si, après l’adoption d’une mesure d’harmonisation par le Parlement européen et le Conseil, par le Conseil ou par la Commission, un État membre estime nécessaire de maintenir des dispositions nationales justifiées par des exigences importantes visées à l’article 36 ou relatives à la protection de l’environnement ou du milieu de travail, il les notifie à la Commission, en indiquant les raisons de leur maintien.
    [l’ Article 36
    Les dispositions des articles 34 et 35 ne font pas obstacle aux interdictions ou restrictions d’importation, d’exportation ou de transit, justifiées par des raisons de moralité publique, d’ordre public, de sécurité publique, de protection de la santé et de la vie des personnes et des animaux ou de préservation des végétaux, de protection des trésors nationaux ayant une valeur artistique, historique ou archéologique ou de protection de la propriété industrielle et commerciale. Toutefois, ces interdictions ou restrictions ne doivent constituer ni un moyen de discrimination arbitraire ni une restriction déguisée dans le commerce entre les États membres.]
    5. En outre, sans préjudice du paragraphe 4, si, après l’adoption d’une mesure d’harmonisation par le Parlement européen et le Conseil, par le Conseil ou par la Commission, un État membre estime nécessaire d’introduire des dispositions nationales basées sur des preuves scientifiques nouvelles relatives à la protection de l’environnement ou du milieu de travail en raison d’un problème spécifique de cet État membre, qui surgit après l’adoption de la mesure d’harmonisation, il notifie à la Commission les mesures envisagées ainsi que les raisons de leur adoption.

    6. Dans un délai de six mois après les notifications visées aux paragraphes 4 et 5, la Commission approuve ou rejette les dispositions nationales en cause après avoir vérifié si elles sont ou non un moyen de discrimination arbitraire ou une restriction déguisée dans le commerce entre États membres et si elles constituent ou non une entrave au fonctionnement du marché intérieur. »)

  20. Quel impact comptable pour les banques et autres entités qui détiennent ce type de positions (CDS à nu sans contrepartie obligataire) ? Le cours va se rapprocher de ’0.00′ ?
    Cela est déjà le cas pour les CDS grecs à 5 ans qui ne cotent plus. Les acheteurs vont devoir imputer cette moins-value quelque part pour les résultats de fin 2011 ?

  21. D’après ce que je comprends de cette mesure cela n’empêchera aucun trader de prendre des positions nues. Il lui en coûtera simplement plus cher:
    Le trader pourra toujours acheter un CDS, acheter la dette correspondante et la revendre à travers un swap par exemple qui n’apparaîtra pas au bilan.
    C’est néanmoins un geste politique fort parce qu’on identifie un moyen de spéculer, on signifie clairement que cette spéculation est nuisible et joue un rôle dans la crise.

    1. « un geste politique fort », bien, mais si ça ne se traduit pas par des résultat on se retrouvera au point de départ et ils concluront par « on y peut rien »…

      … à moins que finalement ça serve à démontrer qu’il faut foutre en l’air tout ce bazar?

  22. Encourageons l’Etat et l’Europe dans leur rôle de protection contre les risques !

    Exemple de l’agriculture:
    – Il a existé des assurances contre la grêle dès 1820 en France et en Allemagne. C’est un risque facile à gérer parce que, si les destructions subies par un agriculteur sont souvent insurmontables par lui-même, il suffit de répartir le risque sur un nombre suffisant d’exploitations pour le maîtriser. Aux USA il est fait appel à des assurances privées, en Europe il me semble que c’est (ou c’était) souvent des mutuelles.
    – C’est au contraire l’Etat (l’Etat Fédéral aux USA – MPCI Multi-Peril Crop Insurance) qui prend en charge les risques liés aux sécheresses, pluies excessives et autres gros risques climatiques parce qu’ils sont moins fréquents mais touchent un très grand nombre d’exploitations à la fois. En France l’ impôt sécheresse d’un montant de 6 milliards de francs avait beaucoup frappé les esprits (une moyenne d’environ 30€ par foyer fiscal.)

    En cas de catastrophe naturelle c’est l’Etat qui intervient (avec entre autres avantages que ça le pousse à mettre en place une réglementation qui limite les conséquences de futures catastrophes.)

    Tout ça pour dire qu’il n’y a rien de déplacé à ce que les députés se mêlent non seulement de soutenir des banques dont nous avons besoin mais aussi d’en réglementer le comportement. C’est une tradition bien établie en France, en Europe et ailleurs d’intervenir là où les règles de la concurrence libre et non faussée ne donnent pas de bons résultats.
    Courage, messieurs nos députés!

    1. si nos dirigeants, qui font les lois, doivent attendre d’être poussés par une crise de l’ampleur de celle que nous vivons pour accepter de reconnaitre du bout des lèvres que :

      les règles de la concurrence libre et non faussée ne donnent pas de bons résultats.

      peut-on vraiment dire que :

      C’est une tradition bien établie en France, en Europe et ailleurs d’intervenir là où les règles de la concurrence libre et non faussée ne donnent pas de bons résultats.

      serait-ce de l’ironie ?!

      1. … CQFD :-()

        De fait la coexistence d’une telle crise et de tractations politiciennes aussi fadasses (car ces affaiblissements du texte ne sortent pas de nulle part…) illlustrent encore que LES ACQUIS SOCIAUX ONT -quasiment- TOUJOURS ETE GAGNES ** CONTRE ** LES REGIMES POLITIQUES !!
        Prise de conscience assez terrible pour bien des gens (ce genre d idee simple est toujours neglige, c est pas assez classieux), mais aussi une raison tres valable de se reinteresser a la politique, une fois la chose vue.

        Representez, representez nous… la facture !?

  23. Question bonus : si c’est efficace, où va aller l’argent qui était dans ces produits ? A l’économie réelle ? Ou dans l’immobilier, les matières premières, et tout ce qui peut nuire au plus grand nombre en général ?

  24. Marchés financiers: l’UE complète ses règles et veut plus de transparence

    http://www.romandie.com/news/n/_Marches_financiers_l_UE_complete_ses_regles_et_veut_plus_de_transparence191020112110.asp

    Ces nouvelles propositions de la Commission européenne, qui devront être discutées par le Parlement européen et les Etats dans les prochains mois, s’inscrivent dans le cadre de la révision de la directive européenne sur les marchés d’instruments financiers (Mifid), entrée en vigueur en novembre 2007.

    Elles visent à combler certaines lacunes de la loi et de la réglementation européennes et de les adapter aux évolutions des marchés, y compris techniques, intervenues depuis 2007
    (…)
    Les mesures proposées comprennent également de nouvelles règles pour le trading algorithmique et à haute fréquence, qui repose sur des transactions financières effectuées à la nanoseconde et peut conduire à de multiples dérives. Les opérateurs qui effectuent du trading algorithmique devront notamment fournir un niveau de liquidité approprié.

    1. Elles visent à combler certaines lacunes de la loi et de la réglementation européennes et de les adapter aux évolutions des marchés, y compris techniques, intervenues depuis 2007

      Ah oui, c’est joliment dit ça : combler certaines lacunes ? Ne strait-ce pas plutôt la libre circulation des capitaux qui induit certaines lacunes, carences, manques dans le portefeuille du contribuable taillable et corvéable à merci ?

  25. un hors sujet d’actualité
    le traité en cours de ratification par les Etats membres :
    TREATY – ESTABLISHING THE EUROPEAN STABILITY MECHANISM (ESM)
    http://consilium.europa.eu/media/1216793/esm%20treaty%20en.pdf
    QUELQUES ARTICLES QUI NOUS PROMETTENT DES LENDEMAINS QUI CHANTENT . . .
    9.3
    The Managing Director shall call authorised unpaid capital in a timely manner if needed to
    avoid the ESM being in default of any scheduled or other payment obligation due to ESM creditors. The Managing Director shall inform the Board of Directors and the Board of Governors of any such call. When a potential shortfall in ESM funds is detected, the Managing Director shall make such capital call(s) as soon as possible with a view to ensuring that the ESM shall have sufficient funds to meet payments due to creditors in full on their due date. ESM Members hereby irrevocably and unconditionally undertake to pay on demand any capital call made on them by the Managing Director pursuant to this paragraph, such demand to be paid within seven days of receipt.

    10.1
    The contribution key for subscribing to ESM authorised capital stock shall, subject to
    paragraphs 2 and 3, be based on the key for subscription, by the national central banks of
    ESM Members, of the ECB’s capital pursuant to Article 29 of Protocol (No 4) on the Statute of the European System of Central Banks and of the European Central Bank (the « ESCB Statute »)
    annexed to the Treaty on European Union and to the TFEU.

    27.1
    To enable the ESM to fulfil its purpose, the legal status and the privileges and immunities set
    out in this Article shall be accorded to the ESM in the territory of each ESM Member. The ESM
    shall endeavour to obtain recognition of its legal status and of its privileges and immunities in other territories in which it performs functions or holds assets.

    27.4
    The property, funding and assets of the ESM shall, wherever located and by whomsoever
    held, be immune from search, requisition, confiscation, expropriation or any other form of seizure, taking or foreclosure by executive, judicial, administrative or legislative action.

    30.1
    In the interest of the ESM, the Chairperson of the Board of Governors, Governors, alternate
    Governors, Directors, alternate Directors, as well as the Managing Director and other staff members shall be immune from legal proceedings with respect to acts performed by them in their official capacity and shall enjoy inviolability in respect of their official papers and documents.

    1. Globalement, il faut retenir que cette organisation supranationale pourra demander aux ‘états’ membres d’être alimenté en fonds sous 7 jours, qu’aucune juridiction ne pourra venir enqu^ter dans ces locaux , que le personnel (équipe du satff et direction) sera au dessus des lois. Une boite noire en sorte.
      Ont-ils prévu également l’exonération d’impots pour tout ce personnel ?

  26. Je reste une fois de plus sidéré devant le gap entre l’urgence de la situation et la timidité des mesures envisagées.
    On sait ce qu’il faut faire, on le dit, on fait semblant de le faire, mais on ne le fait pas, du moins pas tout de suite, ou alors pas vraiment…
    Je n’arrive pas à me convaincre que ces dirigeants soient tous des imbéciles dotés d’oeillères grosses comme les portes sculptées de leurs bureaux.
    J’en arrive à me demander si toutes ces réunions, ces rodomontades et autres effets de manche ne visent pas seulement à convaincre le bon peuple qu’on aura tout essayé, « mais bon vous voyez bien, ça n’a pas marché… ».
    Qu’au moins certains d’entre eux -ceux qui bloquent ou pondèrent à outrance ces mesures essentielles- attendent en fait gentiment que tout cela s’écroule de façon plus ou moins contrôlée pour nous sortir le vrai projet économique du 21e siècle, déjà dans les cartons, mais qui à ce stade ne serait pas encore avouable.
    Une stratégie où la Grèce, avec ses rues en feu autour de son parlement stoïque, jouerait le rôle d’épouvantail…
    Bref, cette moitié de contrôle sur les CDS à nu, qui plus est repoussée aux calendes (grecques) ne me semble tout simplement pas crédible.
    Et l’histoire nous montre souvent que ce qui n’apparaissait pas crédible était bien faux… M. Jorion ne me contredira pas.

  27. Voila, c’est bien de ca qu’il s agit…
    Il me plait assez de partager aujourd’hui ce moment de radio que l’actualite illustre si bien et si souvent…

    Effort de retranscription d’une chronique radiophonique vraiment brillante et drôle, en ligne ICI

    (PC) « Bonjour à vous, François Morel.
    (FM) Bonjour, Patrick Cohen.

    Les anti-nucléaires sont des gens pénibles. Pendant des années, ils disent : « Attention, le nucléaire c’est dangereux, c’est inmaîtrisable, c’est incontrôlable. Le nucléaire, c’est la promesse de catastrophes à venir ».
    Les pro-nucléaires, qui sont des progressistes, des novateurs, des raisonnables, mieux, des spécialistes, traitent justement les anti-nucléaires de passéistes, de dogmatiques, d’abrutis, pire, de rigolos.
    Un jour survient une catastrophe nucléaire.
    On s’aperçoit que le nucléaire c’est dangereux, c’est inmaîtrisable, c’est incontrôlable.
    Les anti-nucléaires éternuent.
    Les pro-nucléaires, avec l’esprit de responsabilité qui les caractérise, leur disent avec dignité : « Je vous en prie, ce n’est sûrement pas le moment de polémiquer ». [NB= à dire avec grande componction 😉

    Donc, la question du nucléaire ne doit pas être évoquée quand il n’y a pas de problème parce que « Vous voyez bien que tout est calme, tout fonctionne, tout marche comme sur des roulettes » ; elle ne doit pas non plus être évoquée quand il y a des problèmes parce que : « Franchement, je vous demanderais un peu de décence, ce n’est vraiment pas le moment ».

    Les droits-de-l’hommistes sont des gens pénibles. Pendant des années, ils disent : « Attention, le régime du dictateur est autoritaire, sanguinaire, illégitime ».
    Les représentants de la communauté internationale, qui sont des gens intelligents, réalistes, pragmatiques, traitent légitimement les droits-de-l’hommistes de rêveurs, d’utopistes, d’imbéciles.
    Un jour survient une révolution.
    Il apparaît que le régime du dictateur était autoritaire, sanguinaire, illégitime.
    Les droits-de-l’hommistes s’enrhument.
    Les représentants de la communauté internationale, avec l’esprit de clairvoyance qui les anime, disent avec pondération : « Je vous en prie, ce n’est certainement pas le moment de controverser ». [à dire avec : idem]

    Donc, la question des régimes autoritaires ne doit pas être évoquée quand les dictateurs sont au pouvoir puisqu’il faut bien vendre ses armes, ses avions, ses missiles, ses centrales nucléaires ; elle peut être favorablement évoquée quand les dictateurs sont en difficulté puisque de toute façon, on ne pourra plus leur vendre d’armes, d’avions, de missiles, de centrales nucléaires.

    Les anti-nucléaires sont souvent des droits-de-l’hommistes, des passéistes, des dogmatiques, des abrutis, des utopistes, des imbéciles, des excités, des doctrinaires, des mous-du-g’nou, des exaltés, des fanatiques, des sectaires, des ahuris, des arriérés, des attardés, des rigolos.

    Enfin, de ceux qui, heureusement, n’obtiennent jamais le pouvoir qu’on laisse toujours aux représentants de la communauté internationale, qui sont toujours des pro-nucléaires, des progressistes, des novateurs, des raisonnables, des méthodiques, des réalistes, des pragmatiques, des courageux, des sages, des expérimentés, des cartésiens, des rationnels, des responsables, des chevronnés, des aguerris, des ^ spécialistes ^.

    Pour une fois, si on essayait le contraire ? Si on retirait le pouvoir aux spécialistes pour le donner aux rigolos, sincèrement, vous pensez que ce serait pire ? »

    Encore une fois ce soir, CQFD. Bravo !

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*