Envoyez par mail 'VILLA GILLET, Quand le peuple agit : révoltes, révolutions, réformes, à Lyon le 12 janvier 2012' à un ami

Envoyez une copie de 'VILLA GILLET, Quand le peuple agit : révoltes, révolutions, réformes, à Lyon le 12 janvier 2012' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

35 réflexions sur « VILLA GILLET, Quand le peuple agit : révoltes, révolutions, réformes, à Lyon le 12 janvier 2012 »

  1. Je me permets d’ajouter ici l’excellente (comme d’habitude) analyse de la situation de Lordon :
    « Dans une situation d’urgence et alors que l’Allemagne n’est pas prête à renoncer à sa croyance monétaire et à son modèle de politique économique, Frédéric Lordon, qui intervenait lors de la dernière table ronde de la journée organisée par Attac, en partenariat avec Mediapart, dimanche 16 janvier, a rappelé l’ensemble des configurations envisageables : 1) la nation, 2) l’union complète (mais à moyen terme sans l’Allemagne), 3) une unification partielle. Pour lui, si la troisième de ces configurations s’avérait non viable, et si la seconde était inaccessible, au moins est-on sûr que l’option nationale offre une solution disponible à la restauration du principe de souveraineté populaire.’
    ICI

    1. Désolé, c’était imposé par la limite de l’accus.
      Pas de possibilité de prise secteur sur place,
      faute (la mienne) de demande au préalable.

  2. Révolte.

    Ce texte pris sur la blogosphère (et à peine modifié – même et surtout sorti du contexte du billet source) résume à minima ce que je ressens :

    « Il y a déjà plusieurs années que l’on a pu commencer à se convaincre que les représentants théoriques de la légalité et des souverainetés dans les pays occidentaux, sont devenus, par un processus d’inversion significatif, les agresseurs et les liquidateurs directs de ces valeurs, et cela est particulièrement évident dans le cas des instances Européennes et du Congrès des USA. Corrompus vénalement et surtout psychologiquement, irresponsables, aveugles, ces centres de pouvoir sont devenus les outils et les serviteurs d’un Système nihiliste qui manifeste une dynamique de surpuissance se transformant très rapidement en dynamique d’autodestruction. »

    Source (fin du premier paragraphe) : http://www.dedefensa.org/article-internet_versus_sopa-pipa_et_notre_appel_du_19_courant__19_01_2012.html

    1. Tsss tsss, c’est pas bien ça monsieur 78 de défigurer la mélopée diarrhéique anti-am des fachos de dedefensa…
      « Il n’y a aucune surprise à manifester, ni même d’indignation particulière à avoir vis-à-vis de ces projets ; il y a déjà plusieurs années que l’on a pu commencer à se convaincre que les représentants théoriques de la légalité et des souverainetés dans les pays du bloc américanistes-occidentalistes, sont devenus, par un processus d’inversion significatif, les agresseurs et les liquidateurs directs de ces valeurs, et cela est particulièrement évident dans le cas du Congrès des USA. Corrompus vénalement et surtout psychologiquement, irresponsables aveugles, ces centres de pouvoir sont devenus les outils et les serviteurs d’un Système nihiliste qui manifeste une dynamique de surpuissance se transformant très rapidement en dynamique d’autodestruction.»

      1. J’ai annoncé la couleur : « à peine modifié », ce qui est le cas. Il suffisait de lire (c’est facile) et ensuite comprendre (c’est plus dur apparemment) pour éviter d’enfoncer une porte ouverte.

        En fait j’ai contracté le terme « bloc américano-occidentaliste » et inclus l’Europe explicitement.

      2. @Septante-huit

        Comprendre « c’est plus dur », je confirme.

        A quoi renvoie le démonstratif « ces » de « ces valeurs » ? Aux souverainetés ? Lesquelles ?

        Pourquoi introduisez-vous les « instances européennes » à côté du Congrès états-unien ? Parce que vous pensez que « Bruxelles » est totalement inféodé aux compagnies américaines et nullement aux intérêts capitalistes européens ?

        En substituant « pays occidentaux » à « bloc américanistes-occidentaux » que voulez-vous signifier, que le monde est divisé entre pays « occidentaux » « septemprionaux », « levantins », « ponantins », « du sud » ?

        N’avez-vous pas l’impression de céder à une demi-astrologie selon laquelle l’histoire serait déterminée par les influences des latitudes et des longitudes ?

        J’ai comme l’impression de lire cette mélopée de plus en plus souvent dans ce blog-ci…

      3. @Schyso:
        //// N’avez-vous pas l’impression de céder à une demi-astrologie selon laquelle l’histoire serait déterminée par les influences des latitudes et des longitudes ? ////
        Why not ?. Pour une fois Francis Hallé a une Thèse qui me parait assez pertinente:
        Les especes vivant pres de l’equateur , n’ayant pas de « delta » important de temperature et de climat , …surtout pas d’hiver …seraient influencés par l’absence de nécessité a se prémunir contre ces variables .

      4. On va encore se marrer.
        Kergosse :
        Et votre positon géodésique, elle est au noeud de quelles influences telluriques et à quelle intensité magnétique pour aiguiser votre conscience qui met, enfin, les « y » sur les « i » propres à combattre les agresseurs des valeurs et à sécher ses liquidateurs ?

      5. @Schysodiarique : commencer une réponse par :
        « On va encore se marrer.  » démontre… sinon ton mépris pour un interlocuteur qui ne t »agressais meme pas , …du moins l’échappatoir du « on » derriere lequel tu te réfugies .
        La thèse de Hallé me semble intéressante dans la mesure ou la pression d’une saison hivernale induit sur des especes animales , voire végétales , va indubitablement modifier les procédures adaptatives desdites especes , aussi bien du coté instinctif que du fait culturel …. ce qui me semble contredire ton affirmation « rapide » sur l’absence de corrélations entre la latitude /longitude qui d’apres ton expertise méprisante ne pourrait etre que de l’astrologie …. il ne suffit pas de surfer sur la forme pour éviter d’aller au fond .

  3. On peut abandonner son intégrité pour presque rien mais c’est tout ce que nous possédons réellement, tout ce qui nous reste à la fin. Et dans ce petit espace nous sommes libres.

    Il nous faut adresser un message clair à la population de ce pays, ce message doit être imprimer dans chaque journal diffuser par chaque radio vue par chaque télévision, je veux que ce pays prennent conscience que l´on va sombrer dans l´oublie, je veux que chaque homme, femme et enfant comprennent que nous sommes à la limite du chaos, je veux que chacun se rappel pourquoi il a besoin de nous.

    Sous ce masque, il y a plus que de la chair, Sous ce masque il y a une idée, et les idées sont à l’épreuve des balles.

    Les artistes mentent pour dire la vérité, les politiciens le font pour cacher la vérité.

  4. Il suffirait de laisser N. Baverez causer en public pour accélérer les « choses ». Loin des studios serviles et feutrés, il serait un plaisant catalyseur, non?…
    Sur le problème (qui n’en est pas un) des révolutions qui tournent « mal », on peut réécouter G. Deleuze, les 27 premières minutes…
    Sophie Wahnich a écrit de jolies choses dans le dernier numero de « Contre-attaque » chez Al dente
    consacré à J.M. Rouillan.

  5. Draghi, Monti, Papademos ….

    Sans oublier Barroso, Van Rompuy, et sûrement bien d’autres dont nous ne connaissons même pas le nom. Et tous ceux qui ont choisi d’être complices, plus tous ceux qui ne savent même pas ou ils habitent tant leurs idées (terme charitable) sont brouillées et leur vision, leur culture ou leur conscience historique sont infinitésimales.

    Ah, j’oubliais Ashton, mais qui s’en soucie.

  6. De l’intérêt des insomnies plus ou moins médicamenteuses : on peut regarder de (trop) longues vidéos !

    Je suis content !
    J’ai ma réponse à ce que disait Sophie Wahnich !
    J’avais posé la question de quelle révolution centennale elle parlait (en Grèce antique), suggérant Solon sans trop y croire.
    J’avais raison : c’est pas Solon, c’est de Solon jusqu’à Clisthène ! Donc en fait même plus d’un siècle.
    N’empêche qu’elle a raison !

    J’ai beaucoup apprécié les interventions de Jorion, mais je dois dire que sur ce coup-là la Sophie elle était au-dessus. (Désolé pour le maître de ces lieux). [Par contre, on aurait pu effectivement se dispenser de Baverez, voire de l’animateur … :-)]

    Parmi les interventions de Jorion que j’ai beaucoup appréciées, il y a celle sur la comparaison entre la fission des villages (africains) et les soucis successoraux sur les bateaux de pêche. Extrêmement pertinent !
    Une remarque à ce propos (d’ordre anthropologique) : intéressant de voir comment certains peuples ont limité la dite fission. Par le « planning familial » ! J’anachronise, d’accord, mais revoir les coutumes sexuelles des Baruyas décrites par Godelier : une seule femme (donc un seul enfant à la fois) et pour éviter la tension sexuelle mâle par trop exigeante, l’invention géniale : pour que la femme ait du lait pour nourrir le futur bébé, suffit qu’elle suce son mari ! C’est-y pas beau ! Double bénef’ !

      1. La prestation de qui ?

        De Jorion : je l’ai dit entre autres, le reste je le lui avais déjà entendu dire.

        De Wahnich : ce que j’ai signalé (qui est TRÈS important aussi loin que ce soit de nous), sa capacité à nuancer entre révolte et révolution, entre violence et révolution, etc.
        M’a donné envie de la lire quoi.

      2. @ Léoned
        Bien sur Mme Wahnich donne envie de lire , et non d’agir. c’est bien le problème,
        Envisagez vous un jour de cesser de lire ces bouquins d’histoire, sujet on ne peut plus navrant?
        Et si l’étude du passé ne nous était d’aucun secours? Y avez vous déjà réfléchis?

  7. Le masque de V for Vendetta est ces vanités mexicaines, ces masques mortuaires de danse macabre.

    La tête de mort. Triste présage pour nos sociétés.

    « Ce visage, plus qu’un vil vernis de vanité, est un vestige de la vox populi aujourd’hui vacante, évanouie. »

    Megaupload s’est évanoui. Tally Ho. #TangoDown. Les révolutions ne sont pas numériques M. Nicolas Baverez

    Non, non…is this one of those « First they came for… » moments… Join Us & Fight for Internet Freedom! #Megaupload

  8. Visiblement vos deux intervenants n’avait pas très envie de participer une réflexion et c’ est tant pis (pour eux).
    A mon sens la difficulté est de voir clairement la situation. Sans s’accrocher aux idées ( M. Baverez)
    ,et sans fuir dans le passé ( Mme Wahnich ).

    Quant a la question « centrale » de Mme Wahnich: qu’est ce qu’un peuple? je n’arrive toujours pas a en saisir le sens…

    Merci M. Jorion pour cette vidéo.

    1. une retranscription partielle de mon cru :
      Sophie Wahnich

      Il n’y a peuple que quand le peuple est constitué et qu’il ne peut se constituer comme peuple que quand il est dans cette logique de se battre pour sa liberté et qu’il retrouve le courage de sortir de la servitude volontaire, qu’elle soit une servitude pour obtenir la sécurité, ou qu’elle soit une servitude pour des raisons qui sont plus complexes, qui peuvent être des enjeux de crise de la distribution des ressources
      est-ce que c’est légitime d’appeler populisme la position de la Ligue du nord en Italie ? ou est-ce qu’il faut l’appeler fascisante, ou est-ce qu’il faut l’appeler d’extrême droite, et garder cette notion de populisme pour parler de positions simplement qui essayent de tenir compte de ce qui doit revenir au peuple, ce qui doit lui, revenir et dans la distribution et dans le pouvoir, il y a un débat très important dans les sciences sociales, on est là pour ça, pour dire il faut soustraire ce mot de populisme à la sphère d’extrême droite parce que on en a besoin et parce que surtout parce que on l’a tellement utilisé pour qualifier toutes les attitudes qui étaient favorables au peuple que finalement il suffirait pour un gouvernant d’être un peu favorable au peuple pour être taxé de populiste et donc de démagogue, parce que c’est bien de ça dont il s’agit, il s’agit d’affirmer que quand il y a populisme alors il y a démagogie et que donc s’intéresser aux malheurs du peuple à ses souffrances à ces 1% qui sont extrêmement riches par rapport aux 99 % et bien finalement ce serait être un mauvais gouvernant parce que on ferait œuvre de populisme, je pense que là il y a un nœud qui est important qui est le même nœud de savoir si les révolutions peuvent être des révolutions sans être des révolutions de la liberté

  9. Merci pour la vidéo de cette soirée débat, où il ne fallait pas interrompre Paul Jorion !
    Et apparemment ‘le voisin de gauche’ fait l’unanimité sur ce blog…
    La réponse de PJ à la première question de la salle est claire et résume bien les ‘faits’ :
    L’auteur et/ou le modérateur corrigeront si nécessaire !

    Suite à la question d’une personne dans la salle : « on a fait bénéficier les fauteurs de leurs erreurs, les dettes privées en dettes publiques (…) Le prochain effondrement sera-t-il supportable ? »
    Réponse et commentaire de Paul Jorion :
    « Dans le cas des Etats-Unis, j’ai déjà cité ce chiffre que Stieglitz reprend à l’un de ses collègues, c’est donc que la population américaine a dépensé 110% de ses revenus entre 2000 et 2006, rendu possible uniquement parce qu’on avait encouragé la création d’une bulle immobilière…
    Cette question là, de sociétés fondées sur le fait qu’on permet aux gens de vivre avec des salaires insuffisants, en leurs permettant d’emprunter et d’hypothéquer leurs futurs salaires, est un système qui ne peut pas durer, cela a été dit pratiquement dans ces termes, dans le discours de Toulon de M. Sarkozy en septembre 2008, car, à ce moment là, le système a menacé de s’effondrer entièrement…
    On le sait, les Etats ont versés des sommes d’argent dans le ‘système’ financier pour essayer de le boucher, en produisant simplement de l’argent, jusqu’à ce que le processus s’arrête ; c’est à ce moment qu’on a parlé de trillions de dollars ou de centaines de milliards d’euros, qui ont été mis dans le ‘processus’…
    Ce problème là n’a pas été réglé, en aucune manière (comme se sont les banques qui font circuler l’argent, ce sont elles qui ont ‘payé’ dans ce processus là, car on n’a pas pu rembourser tous les crédits)… Et donc les Etats sont allés à leur aide, et nous sommes maintenant dans ce ‘tango’…Qui est le plus en danger, les Etats (particulièrement dans le cadre européen) ou les banques ?…Mais on ne fait pas de moratoire sur la dette, on n’efface pas les dettes !
    Les mesures que l’on veut prendre aux Etats-Unis pour essayer de sortir de la crise au niveau de l’immobilier, n’a vraiment rien à voir avec les mesures prises en 1933/34/35 par l’administration Roosevelt, qui a remis les compteurs à zéro…C’était la seule manière de s’en sortir, or c’est ce que l’on ne veut pas faire…
    La raison, la raison cachée, pour laquelle on ne veut pas le faire, c’est parce qu’il y a eu cet engagement des pays européens pour le remplacement des retraites par répartition par des retraites par capitalisation, or pour que ce système fonctionne, il faut que la bourse monte, il faut que le prix des actions monte, il faut qu’il n’y ai pas défaut sur la dette souveraine, la dette des Etats, or le fait est que ce système est en danger, mais c’est le dernier bastion, c’est la dernière chose qu’on veut sauver, parce qu’on a dit aux peuples : ‘ça on y touchera jamais, l’argent que vous mettez sur les assurances vie ne baissera pas, la valeur que vous mettez là ne baissera jamais… »
    Le libéralisme a joué son ‘va-tout ‘ sur cette idée là, donc c’est la chose qu’il faut sauver, on laisse maintenant les Etats s’enfoncer car il faut sauver ce système ; au lieu d’augmenter les salaires, qui est la seule façon de sortir de la crise ; on instaure l’austérité, la rigueur, on fait baisser les salaires…
    Quand on parle maintenant en Italie ou en Espagne, de la souplesse à introduire sur les marchés, ça veut dire simplement la capacité des employeurs à licencier plus facilement, on attaque le problème par l’inverse…
    Comme toujours dans les périodes qui conduisent à des révolutions, il y a des erreurs majeures faites par les dirigeants qui sont en fait, avec le recul, les fossoyeurs du système qui est en train de s’écrouler…
    Ils font les gestes inverses, s’ils voulaient vraiment sauver ce qu’ils essayent de sauver, ils feraient les gestes en sens inverse…
    Il y a là une espèce de logique de l’histoire, une dynamique comme celle que j’évoquais à propos des populations biologiques et leur environnement (au début du débat, sur les populations de villages africains ou sur les pêcheurs de Houat en Bretagne),
    une dynamique qui est celle de l’effondrement… »
    (et on entend discrètement à travers les applaudissements, une dame dans le publique dire : « ben merde alors… » )

    Villa gillet, quand le peuple agit, révoltes, révolutions, réformes, Lyon 12/01/2012.

      1. PACO76… (2e qui se trompe, après Vigneron).

        Paco, tu ne peux pas enlever le « 76 » pour éviter les confusions?

      2. @Hervey
        je sais, c’est casse pied, y’a un Pablo75 et un Paco76, c’est totalement involontaire de ma part et de celle de Pablo75 itou, je pense !
        Merci quand même, mais je n’ai fait que mettre noir sur blanc les propos de ‘maître Paul Jorion’ !
        (PS : je me permet de transmettre votre blog à un cousin également ‘artiste’ …)

      3. Oh! M…
        Pardon à Pablo et Paco.
        75 76 je me réfugie de confusion.
        Bon je remercie Paco76, et si ce qui vous ressemble nous rassemble, y’a pas d’erreur.

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*