Envoyez par mail 'L'anthropologue et économiste Paul Jorion : "stopper la spéculation" ' à un ami

Envoyez une copie de 'L'anthropologue et économiste Paul Jorion : "stopper la spéculation" ' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

59 réflexions sur « L’anthropologue et économiste Paul Jorion : « stopper la spéculation » »

  1. Si c’est Nicolas Sarkozy qui est réélu, j’attends qu’il fasse – mieux vaut tard que jamais – ce qu’il a promis en septembre 2008, à savoir refonder le capitalisme. Si c’est François Hollande qui est élu, j’attends des mesures dans le même ordre d’idées, mais plus radicales, à savoir mettre en place les éléments du système qui remplacera le capitalisme dont la faillite a été constatée en 2007.

    Voila donc l’explication de la pensée jaurioniste… Pensée qui oscille entre désirs de radicalités et reformes.
    La prise en compte de la réalité de la situation (je n’arrive plus à utiliser le mot « pragmatisme » fer de lance de la nove langue avec « modernité »)

    Et si Poutou ou Melenchon était élu, seriez-vous pour faire défaut sur la dette ou du moins, plus subtile, faire une politique qui amènerait délibérément au défaut (Hyper endettement sous prétexte de relance) ??

    1. Et si Poutou ou Melenchon était élu, seriez-vous pour faire défaut sur la dette ?

      Manifestement, au vu des toutes dernières émissions obligataires, les acheteurs (comme Jorion) ne parient pas particulièrement sur ces éventualités… je crois qu’on peut avancer qu’ils ne les envisagent pas même…

      1. Ça va viendre!!! Je crois que les acheteurs sont de grands enfants…

        Et comme dit la pub:

        La dette est notre amie… pour la fin de vie (du capitalisme)

    2. Où voyez vous de l’hyper endettement dans les propositions du FDG ? Le FDG nous propose notamment de rétablir les recettes de l’Etat par la suppression de la dépense fiscale.

  2. Bravo!
    C’est Éric Le Boucher qui va s’étouffer en lisant cette interview percutante reprise dans plusieurs journaux !!
    Et bien d’autres e-con-omistes comme celui qui à la radio essayait de vous expliquer le sens de spéculer….

    1. comme celui qui à la radio essayait de vous expliquer le sens de spéculer….

      Maisonneuve (Casanova)…

  3. Bravo, Paul! Je suis très heureux de vous voir vous engager dans la campagne à votre façon.

    Même vu d’ici à Big Sur… 🙂

    1. Il y a la tombe de Henry Miller à Big Sur, non ?

      Les tropiques du cancer et du capricorne, – je suppose que ces titres ont un rapport avec la mythologie selon laquelle les choses arrivent et sortent du monde par ces signes astraux…

      1. Sa tombe, je ne sais pas, mais son ombre et celles de Kerouac et Allen Ginsberg. Miller y a fui le « cauchemar climatisé » retrouvé aux USA après son séjour parisien. En 1940…

        PS: dans Wikipedia, il est dit que les cendres du grand Henry ont été dispersées à Big Sur.

  4. De tous temps la spéculation à engendré la ruine , il est trop tard ,la spéculation est passée , ou elle passe l’homme trépasse.
    Seule solution maintenant déspéculer , déspéculer , revenir en arrière sur les profits de ceux qui ont spéculé , répartir en cascade la différence , seule solution pour que le dernier porteur et son préteur ne fassent pas faillite.
    Notamment sur les engagements immobiliers qui doivent être revus et répartis entre les acteurs-porteurs passés.
    Regardez l’Espagne , elle doit répartir la dette immobilière sur les précédents propriétaires.
    DESPECULER , DESPECULER , DESPECULER , pour éviter la faillite mondiale.

  5. J’aimerais continuer les questions…et avoir des reponses…

    Q: Et si suite a ces mesures les taux obligataires de la France se mettent a flamber ?
    R: ?

    Q: Et si ces taux deviennent prohibitifs, quelles seraient les possibilites pour la France dans le cadre de l’Europe ?
    R: ?

  6. Les Échos : La France réussit son émission de dette mais paie plus cher

    La France a émis le montant maximum de dette prévu, à des coûts un peu plus élevés qu’avant. Le « spread » est au plus haut depuis deux mois.

    Après l’émission décevante de l’Espagne mercredi, la levée de dette de la France est un soulagement. L’Etat français a réussi à émettre jeudi 5 avril le montant maximum qui était prévu, soit près de 8,5 milliards d’euros.
    La France a procédé à l’émission de quatre obligations. Sur trois d’entre elles, le coût de financement a légèrement augmenté par rapport aux dernières opérations comparables. Ainsi, sur les titres à 6 ans, le taux est ressorti à 1,96%, contre 1,91% en mars. Sur les obligations à 10 ans, le taux est sorti à 2,98 %, contre 2,91%, et sur l’émission à 15 ans, le coût de financement a été de 3,46% au lieu de 3,30%.

    […]

    1. Moins de 3% de l’OAT 10 ans, même ric-rac…, à deux semaines du premier tour de manège… Sarkome peut envoyer une boite de bêtises de Cambrai à Super Mario (pasque les fleurs c’est périssaaaable… comme l’€) avec un p’tit mot gentil, du genre « Long Term Refinancing Op for Long Term Mandate Op, so nice… thanks boy. »

    2. Une p’tite pensée pour nos chères Spécialistes en Valeurs du Trésor, cruellement mises en Concurrence par France Trésor, obligées de se démener chaque année pour rester dans le top 10. Bravo à nos petites mais courageuses trigogolores qui portent à nouveau bien haut l’étendard national sur le glorieux podium annuel devant les hordes d’étrangères – suspectement bodybuildées…
      http://www.aft.gouv.fr/articles/le-palmares-2011-des-specialistes-en-valeurs-du-tresor-svt-_10088.html

      Classement général : les SVT les plus actifs en 2011
      Depuis 1999, l’Agence France Trésor publie chaque année le palmarès des Spécialistes en ValeurT les plus actifs. Le palmarès 2011 est le troisième fondé sur la charte SVT révisée en juin 2009. L’évaluation de l’activité des SVT prend en compte l’ensemble de leurs missions : la participation aux adjudications, la présence sur le marché secondaire, les aspects qualitatifs de la relation, la qualité opérationnelle, la qualité du conseil, la proximité et la stabilité de la relation avec l’AFT.
      Pour l’ensemble des 20 SVT actifs en 2011, 100 points ont été attribués, avec une pondération de 40 pour la participation aux adjudications, 30 pour la présence sur le marché secondaire et 30 pour les aspects qualitatifs. Sur cette base, les établissements ayant obtenu en 2011 un score supérieur à la moyenne théorique de 5 points (soit 100/20) sont :
      1 BNP Paribas
      2 Barclays Capital
      3 Société Générale
      4 Morgan Stanley
      5 Natixis
      6 HSBC
      7 Crédit Agricole
      8 Royal Bank of Scotland
      9 UBS
      10 Deutsche Bank

      Présence sur le marché primaire, secondaire et critère qualitatif
      Pour la participation aux adjudications et rachats, les établissements ayant obtenu un score supérieur à la moyenne sont :
      1 Morgan Stanley
      2 BNP Paribas
      3 Société Générale
      4 Barclays Capital
      5 Crédit Agricole
      6 HSBC
      7 Natixis
      8 Deutsche Bank
      9 UBS

      Pour l’animation du marché secondaire, les établissements ayant obtenu un score supérieur à la moyenne sont :
      1 Barclays Capital
      2 BNP Paribas
      3 Société Générale
      4 Natixis
      5 HSBC
      6 Morgan Stanley
      7 Royal Bank of Scotland
      8 Crédit Agricole
      9 Citigroup

      Enfin, pour la qualité des services, les établissements ayant obtenu un score supérieur à la moyenne sont :
      1ex Société Générale
      1ex BNP Paribas
      3 Barclays Capital
      4ex Natixis
      4ex HSBC
      6ex UBS
      6ex Morgan Stanley
      8ex Royal Bank of Scotland
      8ex Deutsche Bank
      8ex Crédit Agricole
      11 JP Morgan
      12 Citigroup

  7. Sur le site http://greekcrisisnow.blogspot.fr/

    «Le gouvernement d’occupation de Tsolakoglou (*) a littéralement anéanti tous mes moyens de subsistance, qui consistaient en une retraite digne, pour laquelle j’ai cotisé pendant 35 ans, (sans aucune contribution de l’État). Mon âge, ne me permet plus d’entreprendre une action individuelle plus radicale (même si je n’exclus pas que si un grec prenait une kalachnikov je n’aurais pas été le deuxième à suivre), je ne trouve plus d’autre solution qu’une mort digne, ou sinon, faire les poubelles pour me nourrir. Je crois qu’un jour les jeunes sans avenir, prendront les armes et iront pendre les traîtres du peuple, sur la place Syntagma, comme l’ont fait en 1945 les Italiens pour Mussolini, sur la Piazzale Loreto, à Milan ».

  8. Le suicide de Christulas, un retraité aganaktismeni (indignés) dans les rues d’Athènes bouleverse la Grèce.

  9. La guerre à la spéculation peut attendre.
    Il y a encore de la marge dans la casse aux services publics.
    C’est le seul justificatif. Non?
    Regardez! Nous sommes pourtant en campagne électorale où l’on annonce habituellement des trucs et des machins parmi les messages d’espoir pour les temps qui viennent… et où trouve-t-on cette proposition d’abattre la spéculation dans les équipes politiques susceptibles d’être au pouvoir????
    Les Etats seront en faillite bien avant que l’on agisse contre la spéculation.

    1. à Hervey,
      pas la peine de chercher bien loin, dans le programme du FDG !

      Nous mettrons fin à ces privilèges inouïs et contraires à la démocratie qui nous placent sous la menace de crises financières incessantes et de politiques d’austérité désastreuses. Nous mettrons en place une nouvelle réglementation bloquant la spéculation et la financiarisation de toute l’économie et placerons sous contrôle social les banques privées qui la violeraient. Nous agirons pour changer les missions de la Banque centrale européenne et créerons en France un pôle public bancaire et financier qui agira pour l’emploi et les salaires, contre les délocalisations et la spéculation.

  10. Bonsoir et bravo,

    Mais voici ce qui va se passer:

    – Si Sarkosi est élu, il continuera exactement comme maintenant, voire en pire, il n’est pas du genre à trahir ses complices;

    – Si M. Hollande est élu, préparons nous à assister à un phénoménal tir de barrage spéculatif sur la dette française. Les outils pour ce faire se mettant en place à Francfort cette semaine.

    Bien à vous.

    1. Si c’est le cas, une seule solution, la dissolution… de l’Euro façon PSDJ !
      Ca laissera les protagonistes faire les zozos mais ça protégera la démocratie et l’économie souveraine.

  11. Une intervention déterminante, qui ne passera pas inaperçue et susceptible d’infléchir le cours de la campagne électorale, la teneur des débats, vers ce qui compte réellement ! Effet de masse garanti qui plus est, impossible de ne pas prendre connaissance de ce texte…

    Texte qui sera accueilli par un silence comme il se doit mais dont l’effet de vérité continuera à hanter tous ceux qui se réfugieront dans la rhétorique des faux débats, fausses questions et vraies démagogies.

    Les sorcières de Macbeth disent la vérité, l’ignorer serait fatal.

  12. Ok sur le fond mais comment on fait pour stopper la spéculation en/à partir de la france sur des marchés globalisés? Je sens qu’on est reparti pour un tour de souveraineté, subsidiarité/suppléance, paradis fiscaux, mondialisation, loi du plus fort…

    1. Il faut bien commencer quelque part, et postuler sur l’effet d’entrainement au moins à l’échelle européenne. Quand l’Europe le fait, c’est déjà intéressant, et c’est toujours mieux que de se résigner, non ?

      1. Sans aucun doute.

        Mais je reprends l’exemple de l’espagne, le gouvernement rajoy présente les budgets les plus austères jamais mis sur pied, des centaines de milliers de personnes dans la rue, on se dit les marchés vont aimer. Eh bien les marchés viennent de lui envoyer un message clair : « c’est pas assez et on va te faire des taux sur mesure ». Qu’est-ce qui lui reste comme marge de manoeuvre, comme liberté de choix, comme effet d’entraînement?

        Quel effet d’entraînement peut-on espérer à moins de faire péter le bazar, ou menacer de le faire péter, y compris cette Europe qui, dans sa configuration actuelle, ne cesse de promouvoir l’entraînement… dans l’autre sens. Back to the basics donc: le théorème de la pétoche

        Allez j’ose, Riggs for president: http://www.youtube.com/watch?v=BOP6uMTYaM8

      2. Le BDI baisse à nouveau, après une timide montée qui fléchissait récemment jusqu’au maximum haut avant hier…. les prochaines semaines seront déterminantes…; Si jamais le BDI continue a baisser alors ce sera vraiment le double dip, la seconde branche de la descente….

        La seule principale différence par rapport à 1929 serait que nous avons évité un krach boursier spectaculaire.

    2. Pierre Sarton du Jonchay m’a déjà répondu en bonne partie à cette question, ICI, dans le papier de Paul sur les 100 jours (après les élections présidentielles en France).

      En gros, il dit que la condition majeure de faisabilité de cette mesure anti-spéculation (et quelques autres) est de revenir à une monnaie nationale compensable avec les autres monnaies européennes. Une sorte d’ECU très amélioré, si vous préférez. Pourquoi ? Pour pouvoir agir unilatéralement dans le pays sans nuire aux autres pays de l’union, leur laissant le choix de nous suivre ou pas, mais en leur montrant que cela est tout bénéfice.

      Lisez-le, c’est très facile à comprendre.

      1. Merci. D’accord, voilà donc une méthode. La question est celle de l’application : qui ose, qui est demandeur, qui est contre, les forces en présence et leur rapport, quand, comment et où elle s’applique, jusqu’où en assume-t-on quelles conséquences (toutes les conséquences)…? Le tout dans un monde globalisé avec des interactions complexes entre les acteurs.

  13. J’ajoute qu’il dommage que vous n’ayez pas fait un peu plus long, l’impacte aurait été plus grand. Un article d’une page entière est un article de fond quel qu’en soit le contenu. Et un article de fond de quelqu’un d’indépendant, une sorte d’éminence grise, inclassable car ils n’arrivent pas à vous rentrer dans une case, pour la bonne raison qu’elle n’existe pas, là l’influence sera absolument déterminante. En fait vous sous-estimez le pouvoir moral et politique que vous avez… Ni politique, ni universitaire, – anthropologue, qui a vu naitre la crise, expert en quelques sortes, mais bien différent des experts économistes, faux docteurs, diafoirus aux discours éventés…

    Encore une page comme ça et ils seront obligés de réagir !

    1. Bah tous les jours ou presque dans Le Monde, qui une association, qui une fondation, fait paraître une pleine page pour exposer une revendication, pointer un problème important. Or cette page je sais pas si vous l’avez remarqué, est toujours formatée avec une police de caractère différente, une mise en page qui n’est pas celle des nouvelles proprement dites, si bien que la plupart du temps, on zappe.

      Il n’y a pas 36 solutions pour exprimer quelque chose ponctuellement.
      Soit créer un évènement provocateur qui sera remarqué (le buzz), mais avec le risque de rater sa cible parce que si un buzz par définition fait beaucoup parler de lui c’est au détriment de la précision, soit utiliser les moyens de communication de l’adversaire pour s’engouffrer dans les failles de ses positions et raisonnements. Le communiqué à l’AFP me semble entrer dans cette seconde catégorie. Le Sun T’seu ou le Che d’aujourd’hui ne procède pas autrement. 😉

      1. utiliser les moyens de communication de l’adversaire pour s’engouffrer dans les failles de ses positions et raisonnements

        Je suis entièrement d’accord, et plus on sera nombreux, plus vite la faille s’élargira et plus vite on pourra remplacer ce système moribond.
        Les faibles peuvent manger les gros quand ils sont très nombreux.

  14. Il ne suffit pas d’interdire la spéculation, il faut aussi supprimer la rente financière (ce sera peut-être l’étape suivante de ce blog) qui donne un surcroît d’activité inutile et prédatrice de ressources planétaires, de toutes façons, la spéculation est criminelle.
    Continuer ce système nous conduit droit dans le mur des limites planétaires, qui est un des trois problèmes prioritaires de votre blog si j’ai bien compris.
    Ce qui veut dire que redistribuer équitablement les ressources financières est totalement insuffisant et ne résoudra pas le problème qui est aujourd’hui essentiellement énergétique.
    Il nous faut en même temps un nouveau système de création des richesses qui tienne compte de ces problèmes et ce n’est pas avec des billets axés sur de la très haute philosophie essentiellement tournée vers le passé et éclairant donc le chemin parcouru que nous allons y arriver.
    L’équation est simple un litre de fuel égal 10 kwh, un homme egal 200w, 1 litre de fuel égal 50 hommes pendant une heure, à 10€ de l’heurex50 hommes égal 500€.
    Comme le dit Jean Marc Jancovinci, l’énergie ne vaut rien.
    D’après ce que j’ai appris sur ce blog, et je vous en remercie, pour créer la rente financière il faut deux choses, du travail et des ressources planétaires, et l’entièreté du systéme est en croissance exponentielle.
    Que fait-on quand une des ressources essentielles est en panne de croissance (pic pétrolier), et bien on a un problème et il faut dépanner.
    Comment?
    Depuis 5 siècles, le moteur du progrès qui est la rente financière (faut que ce soit rentable mon bon monsieur) est aujourd’hui grippé par manque de croissance de disponibilité d’huile pétrolière, impossible de le relancer.
    Que fait-on quand on a plus cette disponibilité?
    On change de moteur avec un autre carburant, le moteur étant la rente énergétique et le carburant étant l’économie d’énergie et le développement des énergies renouvelables tout azimut.
    Si nous ne transitons pas vers un tel système, dans 40 ans nous (nos petits enfants) auront à résoudre l’équation citée un peu plus haut, avec tous les inconvénients
    http://www.barricade.be/IMG/pdf/Introductiona_la_transition.pdf
    http://www.barricade.be/IMG/pdf/Pablo_-_Histoire_de_la_transition.pdf
    Deux gars de ma ville qui on écrit quelque chose de très intérèssant sur la transition.
    Le point qui me reste à résoudre est de savoir comment quantifier la rente énergétique et comment la redistribuer, mais j’ai eu un entretien aujourd’hui avec un des responsables d’une grande entreprise européenne en matériel de chauffage qui m’a certifié qu’on commence à avoir un gros problème de productution d’énergie renouvelable au momment où on en a pas besoin…. Au secours Jeremy….Rifkin.

    Eh…les Français, arrêtez de vous prendre la tête avec vos élections, nous les p’tits Belges nous sommes restés 1 an sans gouvernement, ensuite on nous a fourgué un Premier Ministre francophe (plus vu depuis 40 ans) fils d’immigré et homosexuelle (j’ai rien contre eux et je les respecte)

  15. à michel lambotte

    Ce que vous écrivez est une excellente explication de la situation de précarité que nous vivons.

    Il faut comprendre que comme vous l’expliquez, le pic pétrolier a déjà été dépasser, et toutes les infrastructures commerciales dépendantes totalement d’un fonctionnement dont aucune énergie ne peut à ce jour se substituer au pétrole.

    C’est effectivement une rente énergétique et financière non redistribué vers d’autres moyens de substitutions exploités qui ne pourront même pas pallier les effets économiques et écologiques du pétrole. C’est une impasse à court terme, comme la rentabilité actuelle.

    La relocalisation, le développement d’économie réellement biologique (sans ogm dans l’air allant vers les champs biologiques) et les effets du climat sur les réfugiés climatiques, en millions d’habitants humains de nos jours, il faudrait compter les espèces animales et végétales dont on sait qu’elles se déplacent vers les montagnes.

    1. Merci,
      C’est comme un point de non retour, plus on tarde à transiter vers un système encore inconnu qu’il nous faut créer, plus l’opération se révèlera difficile et contraignante voir brutal.
      C’est pourquoi nous avons tout intérêt à agir collectivement le plus rapidement possible et les villes en transition me semble une opportunité intéressante.
      http://www.liegeentransition.be/?page_id=8

  16. La spéculation moderne.

    Tu prends un ordi à haute fréquence, tu fais semblant de vendre pour gonfler les prix. De toute façon aucune instance boursière ne peut suivre le rythme de 15 000 opérations par secondes sans savoir qui fait quoi et le montant des sommes.

    Les petits porte-feuilles investissent, alors là c’est direct toutes les promesses de vente disparaîssent d’un seul coup, tu ramasses un max de pognon qui provient des petits port-feuilles qui eux ont investit réellement sur le marché.

    Une pseudo enquête ou au pire une amende ne représentant rien par rapport aux profits gagnés. Ca peut marcher sur n’importe qu’elles marchés Nasdaq, Dow Jones, le Cac, London Exchange,ect…

    Qui gagne de l’argent ? Ceux qui en ont déjà. Qui pertube l’économie mondiale pouvant la mettre en danger grâce à l’immédiateté des échanges faisant chuter les cours de la bourse ?

  17. pourquoi continuez vous à affirmer que l’art.421 et 422 interdisaient la spéculation alors que c’est bien évidemment FAUX?

    Ils interdisaient la vente à découvert à nu (Naked Short selling en anglais) sur les obligations publiques.

    Il y a de bonnes raisons pour les interdire puisqu’ils causent des « failure-to-deliver », d’ailleurs de nombreux pays les ont déjà interdit (en partie les USA, les pays bas, le Japon, l’Australie, l’Inde, la Suisse ..etc) et l’Allemagne propose une interdiction générale de tous les naked shorts sur tous les titres (publics et privés).

    Mais ceci n’a strictement rien à voir avec une interdiction de la spéculation.

    1. Est-ce juste de la mauvaise foi qui vous fait oublier de citer l’article 1965 du code civil (qui est pourtant cité par Paul Jorion dans la même phrase) ? La complémentarité de ces 3 articles permet en effet de mettre fin légalement à la spéculation.

      Pour mémoire, l’article 1965, abrogé en 1885 :

      La loi n’accorde aucune action pour une dette du jeu ou pour le paiement d’un pari.

      Une autre façon de le dire : interdiction des paris sur les fluctuations de prix.

      1. Absolument pas, l’article 1965 n’interdit rien, il dit simplement que la dette de jeu ou le paiement d’un pari ne sont pas réglementés.

        L’Art 421 et 422 interdisent les ventes à découvert à nu sur les obligations publiques (pas tous les paris sur les fluctuations de prix)

        Pouvez vous m’expliquer en quoi ceci interdit la spéculation?

      2. @ Chris L.

        Ce n’est pas parce que vous utilisez un ton péremptoire et écrivez en lettres majuscules que cela donne de la force à votre raisonnement basé sur une incompréhension de la portée des textes de droit.

        Si le paiement de la dette de jeu ou d’un pari ne peut donner lieu à un recours légal en cas de non-exécution (ce qui signifie par exemple que le perdant en face refuse de vous payer), c’est très simple : plus personne ne fait de paris sur les fluctuations de prix, car il n’existe plus aucun cadre légal qui permet le recouvrement des sommes engagées et des gains nominaux. Donc il n’y a plus de spéculation.

        Les articles 421 et 422 ne font que compléter cet arsenal en précisant utilement que les ventes à découvert d’effets publics sont également considérées comme des paris.

        CQFD

      3. à ce que je sache l’art.1965 n’a jamais été abrogé, il est toujours en effet, non?

        En quoi ceci a t’il arrêté la spéculation?

        vous dites « donc il n’y a plus de spéculation ». Le fait qu’elle ne soit pas réglementée (à part la vente à découvert à nu sur les obligations publiques, qui elle était proscrite avant 1885) ne change rien au problème.

        Que croyez vous qu’est une transactions de gré à gré, si ce n’est une opération non réglementée?

        Je ne vois pas en quoi le quelconque de ces articles constitue une « interdiction de la spéculation »?

      4. @ Chris L.

        L’article 1965 n’a pas été abrogé, ils ont fait mieux : ils l’ont vidé de sa substance à partir de 1885 (mais les différentes réformes du code monétaire et financier ces dernières années ont achevé le travail) en le rendant inapplicable dans tous les cas de figure pouvant être assimilés à la spéculation.

        Nul ne peut, pour se soustraire aux obligations qui résultent d’opérations à terme, se prévaloir de l’article 1965 du code civil, lors même que ces opérations se résoudraient par le paiement d’une simple différence.

        Du travail de pro. Si vous ne comprenez toujours pas en quoi cela proscrit la spéculation comme expliqué précédemment (si vous n’avez aucun recours légal pour vous faire payer, vous ne faites pas de pari !), je ne peux rien pour vous.

      5. En clair, pour les latinistes ou les amoureux des vieux adages juridiques : Nemo auditur propriam turpitudinem allegans. (nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude…) après définition des turpitudes évidemment…

      6. oui mais tout ceci n’a rien à voir avec l’abrogation des articles.421 et 422 et 1965 comme le mentionne Paul Jorion, mais avec la loi du 28 Mars 1885 sur les marchés à terme et toutes les modifications qui ont suivi :

        1. Loi n° 85-695 du 11 juillet 1985 portant diverses dispositions d’ordre économique et financier
        2. Loi n° 91-716 du 26 juillet 1991 portant diverses dispositions d’ordre économique et financier, notamment :
        titre I : Harmonisation des législations financières européennes
        titre III: Dispositions relatives à la modernisation financière
        3. Loi n° 93-1444 du 31 décembre 1993 portant diverses dispositions relatives à la Banque de France, à l’assurance, au crédit et aux marchés financiers, notamment
        Titre III : Dispositions relatives aux marchés à terme.
        4. Loi n° 94-679 du 8 août 1994 portant diverses dispositions d’ordre économique et financier, notamment
        Titre II : Dispositions relatives aux établissements de crédit, à la Caisse des dépôts et consignations et au marché financier.
        5. LOI no 96-597 du 2 juillet 1996 de modernisation des activités financières

        Alors oui, évidemment, si on annulait toutes ces lois (qui sont toutes passées au fur et à mesure que les marchés financiers introduisaient de nouveaux instruments financiers dans le cadre de la modernisation et de l’harmonisation des activités financières européennes : vous noterez d’ailleurs les dates 1985, 1991, 1993, 1994, 1996, cette période que d’aucuns auront appelé la parenthèse libérale), oui, on pourrait revenir aux temps où tout cela n’existait pas.

        Allons bon, dire qu’il « suffirait » de rétablir l’art.421 et 422 et 1965 pour interdire la spéculation financière, ça paraît si simple, si facile, mais c’est entièrement faux, car il faudrait surtout abroger toute la législation sur les marchés à terme et sur sur les produits dérivés mis en place dans le cadre des dispositions relatives à la modernisation et l’harmonisation des activités financières européennes.

        Et ça, c’est un petit peu plus compliqué!

        loi du 28 Mars 1885 sur les marchés à terme

        « Tous marchés à terme sur effets publics et autres, tous marchés à livrer portant sur valeurs mobilières, denrées ou marchandises ainsi que tous marchés sur taux d’intérêt sont reconnus légaux. Nul ne peut, pour se soustraire aux obligations qui en résultent, se prévaloir de l’article 1965 du code civil, lors même qu’ils se résoudraient par le paiement d’une simple différence. »

      7. Chris, t’en as pas marre ? Les dispositions de la période ultralibérale de dérégulation financière que tu cites (eighties, nineties…) sont les conséquences au niveau européen d’un siècle de laxisme libéral pro-spéculatif entamé avec la Loi de 1885. La formalisation/normalisation européenne d’un moins-disant financier pré-existant dans son principe depuis un siècle au niveau national. Depuis deux siècles même puisque la Loi de 1885 se contentait de refermer une parenthèse restrictive de trente ans dans la « gouvernementalité libérale » née fin XVIIIe…

      8. Chris, on va arrêter là le trollisme, parce qu’il me semble difficile d’imaginer que vous soyez incapable de comprendre que restaurer pleinement le champ d’application de ces 3 articles revient évidemment à supprimer ou rendre inopérantes les dispositions ultérieures qui en modifient la portée originelle.

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*