Envoyez par mail 'Refonder l'Europe, par Sigmar Gabriel et Martin Schulz' à un ami

Envoyez une copie de 'Refonder l'Europe, par Sigmar Gabriel et Martin Schulz' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

90 réflexions sur « Refonder l’Europe, par Sigmar Gabriel et Martin Schulz »

    1. J’étais fédéraliste européen, très actif, dès l’âge de 15 ans, sans comprendre le moins du monde que ce sont les forces matérielles, et pas les belles idées, qui dirigent le monde. Depuis, j’ai compris que les pires intérêts se cachaient derrière de belles paroles.

      J’ai du apprendre que le Capital se cachait derrière l’idée « nationale et socialiste » en Europe dans les années 30 comme il se cache aujourd’hui derrière l’Europe de la paix.

      Les « socialistes » à la Gabriel et Schulz nous servent les mêmes rêveries depuis la création de la CECA…La seule Europe qui ne nous mènera pas à la barbarie, c’est celle que construiraient des nations débarrassées de la dictature du capital. En ai trouvé ici la démonstration ici sans appel: http://wp.me/p5oNrG-rkR

  1. Il en faut beaucoup de la croissance économique pour rembourser la dette. La prospérité peut se trouver ailleurs que sur ce marché commun. Une monnaie unique est un instrument de discorde entre économies nationales si les avantages comparatifs sont les charges concurrentielles du travail et de la redistribution sociale. De quelle redistribution sociale parle t-on avec de tels falsificateurs? De l’Allemagne vers la Grèce, des salariés vers les assistés? Redistribuer car distribuer plus justement n’est pas concevable dans l’esprit étriqué et rabougri de ces bâtisseurs. La production a engendré une dette qui ne pourra pas se rembourser (sociale, économique, environnementale). Il faut voir plus grand, globaliser sans faire l’impasse sur le collectif. Les points 7,8,9,10 ne semble pas susciter l’intérêt des auteurs, ou prennent-ils les européens pour des blaireaux.

  2. Les allemands jouent la montre. Il s’agit d’apaiser les râleurs, calmer les forces centripètes à l’intérieur de l’UE, le temps de passer les traités transatlantiques. Les négos continuent, ce n’est pas pour rien.

    M’enfin, s’il y a encore assez de naïfs en Europe de l’Ouest pour croire à ce tissu de c… Je parle de l’Ouest parce qu’à l’Est la confiance est rompue. On est entrain de se réveiller, et de comprendre qu’à part servir de paillasson aux industriels allemands, il n’y aura pas d’avenir au sein de l’UE.

      1. 1/ La part d’Airbus dans la création de valeur générée par l’industrie européenne, c’est: pas grand chose quantité négligeable presque rien?

        2/ Qui profite le plus d’Airbus (à tous les niveaux): les grecs, les roumains, les français, les allemands? Qui exploite la main d’oeuvre des pays de l’Est (et bientôt celle des réfugiés à 80 centimes de l’heure)?

        3/ Je suppose que la réponse des soviétiques russes aux ukrainiens devait beaucoup ressembler à la vôtre (on remplace l’Europe par Le Parti, et on est bon…).

        Il y a comme un vague air de famille, comme un air de « déjà vu », entre ce qu’ils ont quitté et ce qui leur est proposé. Seule différence: une religion féroce en a remplacé une autre.
        Quand ils regardent la manière dont la Grèce pourtant pro-UE a été traitée, que voient-ils? Que les pays les mieux intégrés à l’intérieur de l’Union européenne sont plus mal traités que ne l’étaient les pays les mieux intégrés à l’intérieur de l’Union soviétique! En fait c’est même pire: alors que les soviétiques russes auraient sans doute encouragé « le petit frère » dans la voie du « socialisme réel » (sic), le lobby bancaire européen a, sans complexe, purement et simplement détruit/dépecé/pillé une Grèce pourtant pro UE et capitaliste!
        Car enfin, quelle différence faites vous entre l’organisation méthodique de la famine en Ukraine par Staline et la décision unilatérale de couper tous les crédits à la Grèce, qui aurait eu exactement le même résultat? Je vous aide: il n’y en a pas!

        L’effet psychologique du traitement de la Grèce sur les militants pro UE en Europe de l’Est est identique est le même que celui de la répression de Prague sur les militant communistes d’Europe de l’Ouest. Décilage et démobilisation totale. La mise en avant d’une menace russe n’y changera rien.

        Celà dit: c’est vrai qu’Airbus est une réussite, mais une réussite pour laquelle il n’y a justement pas eu besoin de l’Europe de Gabriel et de Shulz.

      2. C’était déjà assez dur de faire le tri entre les bons et les mauvais allemands , si en plus il faut aller rétablir la paix en Ukraine en se farcissant …Staline , puis courir sauver la Grèce , ça dépasse mes compétences , mais continuez à m’aider .

        J’ai toujours eu du plaisir à travailler avec des allemands , qui avaient le bon goût de parler un anglais guère meilleur que le mien , et de respecter les horaires sans faire de zèle pour travailler 15 heures par jour et se disperser en vain .

      3. La part d’Airbus dans la création de valeur générée par l’industrie européenne, c’est: pas grand chose quantité négligeable presque rien?

        t’as une idée du nombre d’emplois directs, indirects et induits liés à Airbus ? Cherche. Du total de la VA dégagée par Airbus et ses fournisseurs ? Cherche.

        Qui profite le plus d’Airbus (à tous les niveaux): les grecs, les roumains, les français, les allemands?

        Toulouse et plus généralement les Occitans, de loin.

        Qui exploite la main d’oeuvre des pays de l’Est (et bientôt celle des réfugiés à 80 centimes de l’heure)?

        Pas Airbus en tout cas. Envoie moi tes réfugiés à 80 cents de l’heure, j’en trouve pas, même pas en Allemagne.

        L’effet psychologique du traitement de la Grèce sur les militants pro UE en Europe de l’Est est identique est le même que celui de la répression de Prague sur les militant communistes d’Europe de l’Ouest. Décilage et démobilisation totale.

        On peut toujours tenter de pousser la métaphore, aussi inepte soit-elle, mais en l’occurrence ça tombe à plat et sévère ; puisque, primo, ces militants pro UE sont bien citoyens de l’UE, quand les militants communistes de l’Ouest, Komintern ou pas, n’étaient pas citoyens de pays du pacte de Varsovie et, secundo, je me suis laissé dire que tous les européistes baltes, slovaques, polonais, roumains, bulgares ou slovènes ne s’étaient pas rangés comme un seul homme du coté de Tsipras contre la Troïka, bien au contraire.

      4. @Vigneron

        1/ Je regrette, mais ça reste négligeable! Peanuts rapporté au PIB total de l’UE!
        Si la question est, devrions nous faire plus de projets communs tels qu’Airbus, la réponse est bien sûr: oui!

        2/ Le point n’était pas de savoir si ce sont les français ou les allemands qui en profitent le plus. La point est de savoir si l’Europe de l’Est sert ou non d’armée de réserve pour le capitalisme industriel allemand. La réponse est oui (il n’y a guère que les polonais qui ont su mettre en oeuvre une stratégie pour résister à l’impérialisme industriel allemand).

        3/ Pour ce qui est de la main d’oeuvre pour l’euro-mark symbolique, ça arrive… Et si ça n’arrive pas ce sera uniquement en raison de la révolte des travailleurs locaux/natifs… menaçant de voter à l’extrême droite.
        Ensuite, au non de l’égalité et du nivellement vers le bas, cette magnifique opportunité sera d’abord proposée puis imposée à l’ensemble des travailleurs allemands.

        4/ Il y a là bas comme en France, à propos du projet européen, une opposition radicale entre ce que les élites politiques ont décidé et ce que la communauté politique souhaiterait (même chose en Turquie d’ailleurs, le peuple turc n’en ayant strictement rien à cirer du « projet européen »).
        A noter que ce qui est décidé en matière d’engagement au sein de l’Europe l’est toujours sur la base de la défense des intérêts bien compris de l’élite économique, que ce soit à l’Ouest ou à l’Est, que ce soit pour plus d’intégration (Belgique) ou pour moins d’intégration (Brexit).

        Menacer un pays entier de crever de faim est strictement la même chose quelle que soit la manière dont on s’y prend, et devrait relever de la cours pénale internationale. Il ne s’agit absolument pas d’une métaphore. S’il n’existe pas de « citoyenneté européenne » (qu’est ce qui a bien pu vous laisser penser le contraire? « erasmus », « l’auberge espagnole », … ?), il reste que c’est justement en vertu de cette (prétendue) plus grande intégration de la Grèce au projet européen que l’attitude de l’Allemagne/France est jugée plus impérialiste encore que celle de la Russie soviétique à l’égard de l’Ukraine!

        Le projet européen prend l’eau de toute part, et d’ici 10 ans, nous n’en entendrons plus parler, à moins que les multinationales, via la création d’une armée européenne et via un contrôle accru du web (ne contrôlent-ils pas déjà la production de l’information dans tous les médias traditionnels?), ne réussissent à imposer leur République Fédérale d’Europe, qui ne sera rien d’autre qu’un pur fascisme pris dans son acceptation la plus classique: l’alliance du Capital et de l’Etat.

    1. 1) Et donc Airbus c’est peanuts, sinon d’abord dans la VA industrielle de l’UE, au moins finalement dans le PIB de l’UE. Et sinon, ça fait combien ces peanuts ?
      2) Mais pour Airbus, ils sont combien ces réservistes de l’ost de l’Ost de l’OST (de l’Organisation Scientifique du travail pas du STO) allemande ?
      3) C’est combien au fait le salaire minimum chez l’Angèle, pour les Teutons comme pour les Turcs ou les Syriens ?
      4) Ah okayyyy, c’était donc juste ces salauds des élites mafieuses baltes ou bulgares qui voulaient pas payer pour Zorba. J’suis d’un naïf.
      …blabla blabla blabla upériste…
      Faut s’réveiller ; que depuis leur naissance y’a ben 3 siècles, Etat et Capitalisme sont siamois, consubstantiels, il vous l’a pas dit Maître Asseli…leum ?

  3. Moi je comprends Schulz et compagnie; ils prennent peur (ainsi que des gens comme Draghi de la BCE, c’est signifikativ). Ils ont vaguement l’impression (et cela après tant de décennies) que le projet européen est devenu une chose exclusivement économique, beaucoup trop pour plaire à la population européenne. Une économie mondialisée (l’EU n’est qu’une partie à part de la mondialisation économique) qui crée certes de la richesse, mais aussi beaucoup d’inégalités et d’injustices sociales. Les gens ne veulent plus de cette Europe-là; par conséquent, il y a retour aux nationalismes, mais pas nécessairement sous une forme extrêmiste. La tâche du personnel politique consiste à « vendre » l’idée de la construction européenne sous une couverture idéaliste pour assurer la continuité d’une Europe à vocation économique.

    1. « il y a retour aux nationalismes, mais pas nécessairement sous une forme extrêmiste. »

      Ah ?
      Vers un cartel des démocraties illibérales en Europe ? Pas seulement…
      « À Bruxelles, à Berlin et à Paris, les craintes sont nombreuses à l’égard de la reviviscence du V4. La proximité affichée avec la Russie de Vladimir Poutine fait redouter que certains de ses membres ne cherchent à l’Est une alliance de revers ou du moins un levier d’action en Russie »
      http://telos-eu.com/fr/le-groupe-de-visegrad-un-pole-de-puissance-souvera.html

      1. La démocratie n’a pas à être libérale. Par essence même, selon la définition qu’on donne du libéralisme, l’idée de gouvernement démocratique est soit indifférente à la question du libéralisme, soit incompatible avec le libéralisme. Même chose pour le communisme.

  4. J’ai fait glisser le pointeur sur ce texte: aucune proposition de réponse européenne au dérèglement climatique? Toujours le retour à la croissance: aucun intérêt pour moi!

      1. Le point 6? une demi ligne sur 6 pages et rien sur le réchauffement climatique. Qui parle d’éteindre la lumière en sortant?

  5. A Lyon Guignol nous dirait qu’un texte pareil vaudrait « son pesant de gratons » tellement il porterait à rire si l’on ne connaissait pas le tragique de la situation de la plupart des peuples européens et mondiaux. Le ridicule ne tue pas parait-il; heureusement pour ces deux messieurs…..

  6. On peut résumer ces longues propositions en quelques mots : l’Europe ne fonctionne pas donc il faut plus d’Europe.
    Je ne crois pas à ces balivernes ? je suis donc un populiste, autrement dit un salaud !…
    Est-il encore possible de discuter ? de débattre ? de trouver une échappatoire ? pas sûr…
    A qui faut-il comparer nos dirigeants européistes ? A des grands prêtres traitant d’hérétiques ceux qui ne respectent pas le dogme ? A des médecins qui, ayant fait une saignée à un malade, recommencent parce qu’il s’est affaibli et qu’ils en déduisent que la saignée était insuffisante ? A des aveugles tout simplement ?
    C’est désespérant…

    1. Saignée ? Ou ça saignée ?
      « Ainsi la réforme du pacte doit aussi garantir le renforcement de la discipline budgétaire dans les Etats membres en périodes d’essor économique via l’introduction d’un mécanisme institutionnalisé de restructuration de la dette. »

      1. C’est ça qui est marrant (lire navrant) au fond : plus personne ne prend même la peine de lire. Du moment qu’il n’y a pas écrit en rouge et en gras « cassez tout », « foutez-les tous dehors » et bien sûr « faites des courbettes à Poutine », c’est automatiquement recalé, « denrées expirées ».

      2. M. Alexandre, pas de commentaire explicatif ni de coup de fluo pour alerter le lecteur sur ce qui est essentiel de comprendre, heureusement les lecteurs sont bien formés intellectuellement. Vous jugez qu’on peut relayer la propagande (vous dites « analyse ») sans pédagogie, quel est le sens profond de cette démarche?
        Courbettement,

      3. @ Rocaube

        Bien sûr, je fais un powerpoint avec des slides et des jolies animations fluos tout de suite, mea maxima culpa !

        Franchement, quel est le besoin de « pédagogie » avec un tel document, qui ne fait que rappeler qu’à l’heure actuelle, il y a plusieurs visions de l’Europe, y compris en Allemagne, où les lubies des conservateurs derrière Mme Merkel n’ont pas la faveur de toute la classe politique. Vous avez le droit de considérer que cela n’a aucun intérêt, autant que d’autres ont le droit de croire que les lignes directrices d’une Allemagne avec un gouvernement dirigé par le SPD sans la CSU permettrait d’avoir une Europe avec une gueule un peu plus engageante, sans toutefois être parfaite. Évidemment, cela ne tient pas compte du fait qu’entretemps, on aura dû élire un président de droite en France pour empêcher la marine nationale et que du coup c’est les Français qui serviront de la règle des 3 % et du conservatisme obtus à tous vents. Ironie de l’histoire sans doute.

      4. J’aurais aimé voir cette gueule plus engageante, refonder l’Europe, et la France aussi, et l’Alsace et le Morbihan, et ma ville et mon quartier. Pas de chance il y a le fn. Donc voter à droite, pour continuer à voir monter le fn? Une charte des droits fondamentaux et un fbi à l’européenne, des frontières extérieures sans cesse mouvantes et incontrôlables, j’ai le droit de trouver cela sans intérêt pourtant non j’en accorde, l’ironie trouve toujours à redire je l’écoute différemment.

      5. Julien, y paraîtrait qu’à Strasbourg c’est les grandes manœuvres, que le groupe S&D lâcherait la coalition avec le PPE et, tout en misant sur un accord PSE/Podemos en Espagne, compterait s’allier avec la gauche unitaire européenne et les verts, que la droite PPE voudrait récupérer le perchoir de Schultz, ce dernier fermement soutenu par Juncker.
        C’est sérieux ?
        https://www.euractiv.fr/section/politique/news/talks-begin-for-left-wing-grand-coalition-in-eu-parliament/

      6. @ Julien Alexandre
        Il faut croire que les peuples ne croient plus ; tout cela à force de mensonges et de novlangue.
        Ainsi :
        – on nous fait la COP 21 et on sort un arrêté de « déménagement » ?!? (comment donc vont-ils s’y prendre ?) d’un campagnol pour faire un zéroport ;
        – on nous dit COP 21 toujours et on donne l’autorisation de détruire des bancs de sable sources de biodiversité ;
        – on nous dit qu’on va mater la finance et on fait du QE ;
        – on nous dit que l’Europe doit être unis et solidaire et on assassine la Grèce piégée par une banque, des politiques et des notables de l’Europe qui vivent richement ;
        – on nous dit qu’il faut protéger la démocratie et on fait l’état d’urgence renouvelable ;
        – on nous dit qu’on est en état de droit et les lois ne sont pas respectées (par exemple, pour NDDL, marché public attribué avant date limite de dépôt d’offre ce qui n’a jamais posé de problème à la justice ; « justice » avec un petit « j » s’il vous plait) ;
        – on nous dit encore qu’on est en état de droit et on pond des loi rétroactives à coup de 49.3 (loi de juillet 2015, de Macron, sur la durée de validité des permis de construire qui sauve un projet subventionné de Center Park destructeur de forêt) ;
        – on nous dit que les impôts vont baisser mais c’est seulement ceux des nantis qui baissent ;
        – on nous dit défendre les intérêts des enfants mais on fait des réformes scolaires qui visent à faire d’eux de bons employés et pas du tout des citoyennes et des citoyens ;
        – on nous dit vouloir donner des moyens à l’école mais ceux qu’on lui donne servent à acheter des écrans à des multinationales qui ne payent pas d’impôt en France ; ni ailleurs du reste ;
        – on ne nous dit pas qu’il n’y a plus de pétrole et on nous dit que la croissance va repartir ;
        – on ne nous dit pas que la lumière va s’éteindre et on laisse s’allumer d’autres feux.
        J’arrête là la liste alors qu’elle est loin d’être exhaustive. Et elle ne concernait que la France. Dans les autres pays de l’UE, c’est pareil. Et aussi en dehors de l’UE, qui finalement se trouve encore bien lotie, pour le moment.
        Heureusement que les faits divers détournent l’attention des peuples. Grâce au faits divers « on nous cache tout et on nous dit rien ».
        En fait, pour bien faire, le Point 6 devrait, à lui seul, faire le double du volume de la déclaration entière car s’il advenait que l’environnement et l’énergie devinssent la priorité, dans le cadre des Lois de la Physique, alors les Peuples seraient enfin et tout naturellement au centre des préoccupations.

        Petit détail : je vote « bulletin blanc ».

      7. « Y’a du Diem au carrefour. »

        Oui, et merci aussi à Yves V. pour le rappel de la semaine dernière. Aussi, je suis inscrite et j’ai déjà voté pour la validation du panel consultatif et du collectif coordinateur. Pour le moment j’expérimente. Cette organisation est inspirante et a un mode de fonctionnement ouvert, pragmatique et motivant. Enfin surtout éloigné des systèmes de partis actuels, sclérosés et pétris de conservatisme et d’immobilisme voire dépassés, que je ne supporte plus. Actuellement, je trouve Diem25 vraiment intéressant, constructif et…dynamique !
        https://diem25.org/home-fr/

        https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/050916/la-gauche-europeenne-apres-le-brexit-par-yanis-varoufakis

      8. Ah… et ça suffit à ne pas en faire une saignée?
        A votre avis Vigneron, la restructuration, elle va ressembler davantage à l’abolition d’une dette illégitime ou bien au genre de restructuration qu’ils ont fait subir aux grecs?
        Je pourrais ergoter sur « institutionnalisé », qui veut dire tout et son contraire, mais passons…
        D’ailleurs c’est bizarre ça, cette proposition vient juste au moment où la DB est entrain de passer sous nos yeux ébahis de vie à trépas… Ils ne se foutraient pas un peu de la g… du monde les allemands?

        @ julien: Entre « faire des courbettes à V. Poutine » et « chercher délibérément à déclencher une 3e guerre mondiale pour s’assurer du contrôle des ressources requises au maintien de l’hégémonie US, et ceci tant que les US ont encore l’avantage militaire et financier », il y a un juste milieu, non?

      9. @ Chenapin

        … chercher délibérément à déclencher une 3e guerre mondiale…

        Ach, che n’ai pas fu cela. C’est dans le programme de Gary Johnson ou de Diane Rodham la 3ème guerre mondiale ?
        Nan, je suis d’accord, Trump c’est la carte sécurité. Un axe Trump Poutine, c’est cela dont le monde a besoin assurément.

      10. La bonne question à se poser, Monsieur le redoutable chasseur de dette illégitime, c’est comment se serait passée l’année 2010 (et les suivantes) pour la Grèce (et d’autres) si un processus institutionnalisé de restructuration de la dette avait été présent dans les textes européens alors.

      11. c’est bizarre ça, cette proposition vient juste au moment où la DB est entrain de passer sous nos yeux ébahis de vie à trépas… Ils ne se foutraient pas un peu de la g… du monde les allemands?

        Il se foutrait pas un peu de la gueule du blog le détecteur de complots boches à la p’tite semaine ?

      12. Oui Hillary Clinton et Poutine auront des échanges autrement plus constructifs et sans courbettes.
        Le numérique pour les auteurs est plus intéressant que les services publics, la gestion de proximité va disparaître et l’impôt européen tendra pour sûr vers les plus bas taux. Refonder à ce niveau là, ouaahh, les yeux doivent briller lors des sommets européens.
        Européisation… Voilà la clé. Pas de nationalisations mais des entreprises européennes publiques, avec une mission du service public élargie, redéfinie, le socialisme.

      13. La restructuration de la dette n’est pas de la discipline budgétaire. C’est une faillite.

        Refonder l’UE pour un nouvel « essor économique », vite dit et mal vu. Eliminer les intérêts pour assainir le budget. Les rentrées fiscales sont au Luxembourg, c’est surprenant il faudra s’en rappeler pour refonder.

    2. Poutine ? Pourquoi pas.
      Aux dernières nouvelles, il a volé des docs dans le système informatique du Comité démocrate pour la présidentielle mais aussi refilé un méchant virus ou une bactérie à M.e Clinton. Probable même que ce soit un virus informatique, pro- humain. Heureusement, le FBI veillait et Obama a eu quelques mots bien fermes avec Poutine en marge du G20.
      N’a pas pipé, le Poutine tout petit dans ses baskets…
      Comment voulez-vous qu’une démocratie fonctionne avec de tel parasitage? J’envie la solidité des USA, phare démocratique universel. Eux, ils ne feraient pas ça à quiconque.

    3. @Vigneron , Julien Alexandre :

      Peut on dire que les résultats du jour des élections berlinoises , confortent la tendance à la recomposition des alliances que vous évoquiez ?

  7. Stiegler vous dirait que Sigmar Gabriel, Schulz, et Junker dans la foulée, sont des gens « prolétarisés », dans le sens où ils n’ont plus aucun savoir-faire sur les choses qu’ils sont censées gérer. C’est un peu analogue à Alan Greenspan en 2008 :
    « The congressional committee’s Democratic chairman, Henry Waxman, pressed him: « You found that your view of the world, your ideology, was not right, it was not working? » Greenspan agreed: « That’s precisely the reason I was shocked because I’d been going for 40 years or so with considerable evidence that it was working exceptionally well. » »

    https://www.theguardian.com/business/2008/oct/24/economics-creditcrunch-federal-reserve-greenspan

    1. « …plus aucun savoir-faire »
      Le plus important c’est l’appartenance au parti politique. A nos jours, on fait de la politique pour le bien du parti, ainsi que pour les lobbys qui sponsorisend le parti.

  8. Quand je pense qu’il suffit que les citoyens se rendent compte du pouvoir de leur refus pour que les choses changent.

    J’ai un peu voyagé ces derniers temps et souvent quand les gens parlaient de la Belgique c’était en se remémorant l’épisode de l’année sans gouvernement. Un pays sans gouvernement qui a existé durant un an.
    Cet événement a marqué les esprits.

      1. Ce qu’il s’en dit,
        Refondre plutôt que refonder , refondre pour fabriquer des balles et des obus , que la guerre se rapproche, que les responsables sautent de postes en postes a coup de promesses et jamais avec au minimum la preuve de leur compétences dans les domaines qui leurs sont attribués, que leur passion d’une politique de développement s’s’ est transformée en tube d’entonnoir pour être bien certain de concentrer les richesses dans le moins de sacs possible.
        Une poche n’étant pas un sac , les poches restent vides ou se vident.
        Il se dit également en coulisse ou plus précisément dans la rue, c’est là que vivent les humains, que cette politique n’est pas le miroir de nos manques, car ce miroir est placé légèrement de côté. Trucage de Garougarou passe muraille. Rassurons nous, si la guerre n’a pas lieu, la prochaine génération ne sera pas elle, dans la rue mais face a ce petit tout petit écran qui sait tout, et change jusqu’à la capacité humaine de créer des associations d’idées à cause de l’appauvrissement de la mémorisation.
        Pas de mémoire, pas d’idées cqfd.
        Il se dit également parmi ceux qui sont actifs que la solution ne se quémande pas et qu’elle se fera entendre d’une manière ou l’autre. Désirez vous avoir envie de croire les promesses, voilà une question qui se discute à présent. En ce qui concerne la Belgique le conseil d’état suffit largement a diriger.
        Pour les fan de robots, je conseille la série Real Human,

  9. Le Monde (15/9/2016) traite du même sujet : Peut-on encore sauver l’Europe avec un appel de Jacques Delors aux « jeunes générations » et de M. Loïc Armand, président de la commission Europe au Medef, qui veut rendre l’Union Européenne plus transparente ! Voilà des idées révolutionnaires qui toucheront tout ceux qui ont eu l’impression très désagréable de se faire rouler dans la farine – même pas européenne – depuis … toujours ! Non, Messieurs, inutile de modifier quoi que ce soit dans les textes puisque chacun les bricole à sa façon quand il n’a pas la moindre intention de les appliquer. Je crois que Junker va aussi donner des leçons de citoyenneté bientôt : on est prié de ne pas rigoler trop fort. En attendant tout reste à faire mais on aura pu mesurer la puissance des murailles néolibérales qui, elles, ont bien cerné et manipulé leur sujet !

  10. Tout n’est pas à jeter , mais c’est un plat tellement fade qu’on ne fera pas hurler les foules de joie et d’envie avec ça .

    Sur le fond ,ça reste une xième accommodation de ce qu’Attali appelait la sociale démocratie de marché , la « gauche maladroite », qui essaie de survivre en ayant pas d’autre « essentiel » que de « mieux répartir la richesse en prenant tous les risques de la société de marché ».

    Bref , ça n’est pas une ambition politique qui aille à cet essentiel revendiqué dans le point 1.

    On y voit plus clair et compréhensible avec le socialisme en trois axes forts , portés par des préoccupations et impacts « sensibles », récemment mis en avant ici .

    J’ai attaqué la lecture de « programme sans candidat  » ( Bien que ça soit écrit aussi finement que le texte de ce billet . Il faut que je retourne chez mon ophtalmo ) .

    PS : j’ai été un peu estomaqué que les éditions du croquant acceptent de supporter des frais d’envoi à 3,71€ pour un bouquin payé 15 € ! Suis prêt à faire une donation à part , si on me dit où .

    1. « On y voit plus clair avec le socialisme en 3 axes », c’est vrai que ça ne fera pas »hurler les foules de joie et d’envie ». Que se dit-on face à Satan? Que Dieu le veut?

      1. Satan ?

        Please allow me to introduce myself
        I’m a man of wealth and taste
        I’ve been around for a long, long year
        Stolen many a man’s soul to waste
        And I was ’round when Jesus Christ
        Had his moment of doubt and pain
        Made damn sure that Pilate
        Washed his hands and sealed his fate
        Pleased to meet you
        Hope you guess my name
        But what’s puzzling you
        Is the nature of my game….

        When after all it was you and me….

        Sympathy for the devil
        https://www.youtube.com/watch?v=ZRXGsPBUV5g

  11. Sigmar Gabriel et Martin Schulz demandent de s’occuper des inégalités qui s’accroissent au sein d’une nation sans préciser que c’est à l’Europe de résoudre les inégalités qui s’accroissent entre les nations de la communauté européenne. Divergence économique, parlons-en : pourquoi les règles du 6 packs ne s’appliquent pas à l’Allemagne dont la balance des transactions courantes dépasse les 6% fatidiques qui justifient des pénalités ? Parlons des excédents de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Belgique, du Luxembourg !
    Remettre en cause la règle de l’unanimité n’a pas de sens tant que les décisions seront prises à huis clos. Nous faire miroiter le plus de transparence via la mise ne place d’un vrai parlement, c’est être en retard d’une guerre. Le mode de représentation parlementaire ne fonctionne pas, sinon cela se saurait. Pourquoi les partis politiques sont-ils discrédités ?
    Harmonisation de la fiscalité ! Pourquoi pas, mais en mettant en place une politique favorisant les investissements dans les pays en retard économique pour qu’ils arrivent à équilibrer leur balance des transactions courantes, sinon les inégalités entre nations se creuseront. Les domaines d’intervention proposés sont ceux sur lesquelles on n’attend pas l’Europe car leur intérêt est évident. Parlons plutôt de l’industrialisation de la Grèce, du Portugal !
    Evasion, fraude fiscale, spéculateurs ! Légiférons pour interdire tout prêt aux investisseurs financiers qui ne pourront plus que spéculer avec leurs propres fonds. Mettons en place une taxe Tobin d’un très faible montant pour faire disparaître le trading à haute fréquence, la spéculation sur les devises. Faisons preuve d’imagination sur le marché des matières premières européennes : le lait, les céréales.
    In fine, je n’ai aucune confiance dans ces deux personnages qui sont en retard d’une guerre. Renouvelons totalement la classe politique, les moeurs en faisant une partie du chemin que propose Diem25 !

    1. Compare pas l’excédent commercial allemand avec ceux de la Hollande ou de la Belgique qui sont essentiellement le fait de leur activité d’import-export (Rotterdam, Anvers, etc).

      1. Je parle des transactions courantes pas du commercial. Tu aurais dit que les Pays Bas était surendetté (EIT), je t’aurais suivi. J’ai visité le port de Hambourg, que des robots… et ça paye mais moins qu’Anvers.
        Allons ensemble à Dunkerque, au Havre et on s’en reparle.

  12. L’Europe n’a pas de pétrole mais on a trouvé deux grands niais qui savent habilement dissimuler sous leurs pieds les intérêts de la rente capitaliste. Et avec quel savoir-faire ! du pur fumier, de première classe.

    1. Désolé, la rente ne rétablit pas la balance des transactions courantes, elle ne fait que creuser les inégalités et décale le consommation vers le haut de gamme et le low cost.

  13. Je lis les titres, et plus quand ‘nécessaire’.
    Pour le moment je note que Paul Jorion donne à voir une « analyse » de deux politiciens professionnels allemands qui s’inquiètent à propos de l’Europe.
    Je tourne la page.
    Delors aussi aurait un mot à dire. Formidable.
    Et des bruits de couloir au P.E. Encore mieux!
    Je me pencherai sur le sujet si et seulement si des suites se manifesteront.
    La vie est courte et Paul Jorion n’a-t-il pas répété de multiples fois à une certaine époque qu’il n’y avait rien à attendre de la politique des partis?

  14. Diderot avait bien raison de dire: Va où tu voudras, tu y trouveras ta conscience. Quant à Petit-Senn, il pouvait écrire avec humour: La conscience parle, mais l’intérêt crie.

    crie crie d’amour

  15. pitoyable exercice de style que ce texte . . .
    un intervenant a employé les termes de « vœux pieux » . . .
    j’y vois plutôt le sempiternel papier cadeau, assez froissé à force de réemploi, dont on enveloppe ostensiblement cet objet devenu imprésentable, l’U€ . . .
    rien de neuf sous le soleil
    passons à autre chose . . .

    1. Critères essentiels ?
      1. que l’Europe retrouve la croissance
      la croissance n’est elle pas insoutenable dans un monde fini ?
      2. que l’Europe s’occupe de définir ses missions pour l’avenir
      phrase creuse par excellence, non ? quand on énonce des critères essentiels

  16. « Le parti populiste allemand AfD connait dans le pays une progression qui effraie Josef Schuster, le président du Conseil central des Juifs d’Allemagne.  »
    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/en-allemagne-la-communaute-juive-s-emeut-de-la-montee-des-populistes-de-l-afd_1826858.html

    Pourquoi l’AfD est bien un FN allemand

    « Du réactionnaire à l’ex-communiste, en passant par le néo-nazi
    Pour le reste, les « marqueurs » sociologiques sont proches, même si l’empreinte politique de l’AfD, un tout jeune parti, est encore incertaine. « Lors des élections, l’AfD a surtout attiré le vote des ouvriers et des chômeurs, mais dans presque tous les segments de la population, on trouve au moins 5% d’électeurs AfD », précise Roberto Heinrich de l’Institut de sondage Infratest Dimap.  »

    « Coté élus, on rencontre Uwe Junge, ancien officier de la Bundeswehr, qui considère que le rôle de la femme est d’abord d’enfanter. Il y a aussi Alexander Gauland, ancien membre de la CDU et éditeur, qui demande à ses électeurs de ne pas se laisser impressionner et guider par le destin misérable des réfugiés de guerre. On citera également Bernd Grüner, venu de l’écologie et membre de cercles chrétiens fondamentalistes, Robert Farle, ex-communiste qui ne veut pas « être gouverné par les Américains ou par un gouvernement islamique », ou encore Alexander Salomon, membre du bureau national des jeunes de l’AfD, venu tout droit du parti néo-nazi NPD.  »
    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/pourquoi-l-afd-est-bien-un-fn-allemand_1774762.html

  17. Je n’ai pas encore digéré ce billet et il faudra que je le lise à la fraiche, tranquillos.

    Spontanément et au risque d’être iconoclaste, pour une Europe des peuples dotée d’un nouveau dynamisme, cela fait quelques temps que je suis persuadé qu’il faut changer de stratégie et commencer par la base.
    Je rêve de faire des régions transnationales.
    C’est une vision d’un frontalier pour qui le voisin outre-Rhin est un proche qu’il connaît de longue date et avec qui il partage nombre de valeurs, de traditions et qu’il fréquente régulièrement.
    Il doit en être de même dans bien d’autres régions frontalières : Pays basque, Hauts de France, Savoie, ……, Corse ?
    Au lieu de cela nos élites centralisatrices ont procédé à rebrousse-poil.

    Comme alsacien je connais les parcours malheureux durant les conflits de mes grands-parents, parents, proches, connaissances : allemands en 14, enrôlés de force en 39, combattants sur le front russe à Stalingrad, internés à Tambow, STO pour nombre de femmes, ….
    Et pourtant que de chemin parcouru après 45 entre nos 2 peuples.

    Ce matin j’écoutais avec attention « Concordance des temps » de Jean-Noël Jeanneney.
    L’Histoire se répète quelque peu avec des variantes certes. De quoi réfléchir et méditer.
    « Pessimisme et lucidités : l’actualité de Paul Valéry »
    http://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/pessimisme-et-lucidites-lactualite-de-paul-valery-0
    « Michel Jarrety, professeur à la Sorbonne, mon invité ce matin, est l’auteur d’une biographie de Paul Valéry. Une biographie épaisse, 1200 pages, dense, magistrale, qui m’a donné le goût de réfléchir avec son auteur à l’actualité de ce personnage majeur du dernier siècle… »
    « La pensée géopolitique de Paul Valéry, peut-être le mot est-il un peu anachronique, s’enracine bien sûr dans l’époque qui est la sienne, celle de l’espérance que la Grande Guerre soit la dernière, celle de la montée de deux totalitarismes vers un second drame planétaire. Cette époque n’est plus la nôtre, certes, mais la grande crise que nous sommes en train d’affronter suffit en elle-même, parce qu’elle fait écho à celle de 1929, à nous ramener vers des angoisses qui ne sont pas inédites, et sur lesquelles Paul Valéry avait braqué la lucidité d’une intelligence sans pareille. Jean-Noël Jeanneney »

  18. « Et pourtant que de chemin parcouru après 45 entre nos 2 peuples »
    @papiman, merci !

    Optimisme et lucidités.

    Il ne faut pas oublier que malgré tous ses défauts, inhérents aux constructions inachevées, l’UE constitue le meilleur des remparts contre les excès de la mondialisation.
    Les chefs de partis ou de gouvernement qui la dénoncent , que proposent-ils d’autres qu’un « UE bashing » destructeur ?
    Incarnent-ils de vraies forces de proposition, comme le fait Y Varoufakis ? Entre autres…
    Il propose une meilleure articulation démocratique et/ou de la faire évoluer vers un rééquilibrage axé sur les valeurs humanistes fondatrices de l’UE, voire même au-delà.
    L’UE ne pourra pas nous protéger des dérives et des excès déstructeurs de la mondialisation, si ses représentants élus par voie démocratique sont figés dans l’attentisme électoraliste.
    Tétanisés par le brexit ! En lieu et place d’être des forces de propositions constructives. Un manque d’audace voire de dynamisme stérilisants , CQFD !
    Car ce sont bien ces comportements, cette inertie et cet attentisme sclérosant qui alimentent et nourrissent les inquiétudes. Angoisses très bien instrumentalisées par les plus incompétents et les plus lâches des « irresponsables » de parti, avec les conséquences que l’on voit i.e le brexit et ses « instigateurs »…..

    Angus Deaton : La mondialisation mal gérée alimente les populismes
    http://www.up-magazine.info/index.php/economie-de-linnovation/6115-angus-deaton-la-mondialisation-mal-geree-alimente-les-populismes

    http://www.huffingtonpost.fr/nicolas-escach/brexit-europe-rejet-masque-crainte-mondialisation_b_10700402.html

    1. @Gudule qui écrit :
      … »Incarnent-ils de vraies forces de proposition, comme le fait Y Varoufakis ? Entre autres…
      Il propose une meilleure articulation démocratique et/ou de la faire évoluer vers un rééquilibrage axé sur les valeurs humanistes fondatrices de l’UE, voire même au-delà.
      L’UE ne pourra pas nous protéger des dérives et des excès destructeurs de la mondialisation, si ses représentants élus par voie démocratique sont figés dans l’attentisme électoraliste.
      « …
      VAROUFAKIS , DiEM25 (dont vous soulignez plus haut l’intérêt) , que notre hôte P.JORION semble soutenir , au moins en paroles(sa récente vidéo)…
      Il ne me semble pas avoir aperçu son nom dans la liste des « candidats(élections à venir) producteurs d’idées » dont ce mouvement naissant a grand besoin… Me trompé-je??
      Il serait pourtant en illustre compagnie.
      Ah , bien sûr , il faut manifester sa candidature comme un vulgaire manant… En nous mettant à deux..pourrions-nous le convaincre??

      1. @Otromeros

        Non, point ne vous trompé-je, il me semble.
        Les lustres et compagnie m’ont l’air, à priori, trés sympathiques, ouverts, cordiaux et accessibles. Pousser du col ou du jabot, voire agiter l’éventail pour aérer les mouches ne semblent pas être leur priorité, ce qui est une bonne chose par les temps qui courent…
        C’est une bonne idée, cela dit, il y a un préalable évident :
        avez-vous demandé à M Jorion ce qu’il en pensait ? 😉

        Cordialement

  19. Par construction, la monnaie unique retire notamment aux Etats la maitrise de la politique de crédit, des taux d’intérêts et du taux de change. Par ailleurs le pacte de stabilité encadre fortement leur autonomie budgétaire en matière de déficit public.
    Ce faisant les Etats perdent l’essentiel des instruments d’une politique économique et se retrouvent dans un cadre, les traités européens, dans lequel la concurrence est totale entre eux, marché unique sans aucune barrières ni entre les Etats de l’U€ ni avec les Etats en dehors de l’U€.
    Par construction, donc, il leurs reste, pour « être compétitifs », que quelques voies d’action, le dumping fiscal et le dumping social : la concurrence par les coûts, par l’allègement des cotisations sociales, des charges fiscales etc.
    Ce cadre interdit tout progrès social. Au lieu d’une union qui fait la force pour que s’étende un modèle de progrès social dans une économie libre, il dresse les Etats et les peuples les uns contre les autres, la « fumeuse » concurrence libre et non faussée ».
    Quand d’aucun parle de vœux pieux ou que je compare ces déclarations à un emballage trompeur, usé jusqu’à la corde, c’est notamment parce que ce cadre n’est nullement remis en cause.
    Il ne peut pas y avoir de progrès social saupoudré sur un tel fondement qui dicte la grande régression à laquelle nous assistons.

    1. C’est en gros ce que dit Stiglitz , mais il tente deux ou trois issues .

      reste à savoir si les issues passent par des programmes nationaux ( avec ou sans candidats) ou un programme européen .Ma conviction est que seule la deuxième solution permet vraiment de sortir du cadre , car le cadre est mondial , et que la seule brèche fertile qui peut y être créée est l’interdiction de la spéculation . C’est cette dernière qui rend mort née toute amélioration séquentielle programmée .

      Si les traités internationaux , dont le TAFTA, ne prennent pas ce parti , tout sera vain et récupérable . Ils n’en prennent pas le chemin si José Bové a raison de révéler que le Pélardon , y perdant la garantie de son origine, pourrait être fabriqué au Canada avec du lait de vache :

      http://rmc.bfmtv.com/emission/arret-du-tafta-pour-jose-bove-il-faut-aussi-arreter-le-ceta-l-accord-de-libre-echange-avec-le-canada-1031300.html

      1. Tout ça pour répéter que maintenant la politique ( son niveau efficace réel) est d’abord l’affaire des traités internationaux , bien avant les programmes des élections présidentielles ou gouvernementales nationales .

        La sortie du cadre vraie ne peut être que mondiale , mais ça n’interdit pas de dessiner et proposer les mesures qui pourraient préparer le terrain .

        Le travail de Michel LEIS est de cette catégorie .

    2. « c’est notamment parce que ce cadre n’est nullement remis en cause. »

      Si, c’est justement ce que propose Yanis Varoufakis et son mouvement Diem25 : une remise en cause et une alternative au Tina.

      « L’antidote de DiEM25 est, en effet, cet agenda progressiste, que nous allons déployer en consultation avec les acteurs locaux, régionaux et nationaux au cours des dix-huit prochains mois. »

      « DiEM25 a été fondé pour construire une réelle alternative : un élan sans frontières de politiques unificatrices à travers l’Europe – venant de pays de l’UE et hors de l’UE – qui inclue la Gauche mais sans s’y arrêter – à tous les niveaux d’engagement politique – les villes, les cités, les régions et les états »

      https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/050916/la-gauche-europeenne-apres-le-brexit-par-yanis-varoufakis

    3. (C’est en gros aussi ce que dit Jacques Généreux.)
      __________________________________________________
      197 pays reconnus par l’ONU dont 28 en Europe.
      Si l’UE est bien ce carcan, par construction, autant la quitter.

      1. l’ONU c’est surtout le conseil de sécurité quand on veut parler de choses sérieuses .

        Le carcan ce n’est pas l’Europe , c’est le système financier . Ce n’est pas en changeant de médecin que l’on se débarrasse de ses virus , et ce n’est pas le médecin qui rend malade , c’est le virus .

        Mais quand on ne veut pas connaître le virus , ou que même on ignore que ça puisse exister , il est plus facile ( et puéril) de connaître le médecin .

        Je préfère faire évoluer mon médecin en discutant avec lui des symptômes et des causes . S’il ne veut rien entendre , par contre ,ou s’il se résigne à son impuissance , il faudra bien passer à des professeurs plus doués , sans doute au niveau international pour être sérieux , ce qui veut dire USA ou mieux si possible .

        Mais les charlatans et marabouts « 1/192 » , non merci .

  20. Non, contrairement à J Généreux et au pg de JLM, Yanis Varoufakis propose une alternative au Tina mais sans sortie de L’UE.
    Il rejette le Lexit.

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*