Envoyez par mail 'Piketty dans "Questions politiques" sur France Inter, par Pierre-Yves Dambrine' à un ami

Envoyez une copie de 'Piketty dans "Questions politiques" sur France Inter, par Pierre-Yves Dambrine' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

282 réflexions sur « Piketty dans « Questions politiques » sur France Inter, par Pierre-Yves Dambrine »

  1. Bonjour,
    Notez-bien que Piketty a rejoins l’équipe de campagne de Hamon. Autre personnalité notable à s’y être joint : Dominique Méda (spécialiste de longue date des questions du travail….).
    Nota : n’opposons pas Mélenchon, qui fait un travail extraordinaire, et a su mobiliser une certaine gauche, disons radicale si on veut, ou populaire, et qui a pu élaborer de façon collective un programme très cohérent et très substantiel (travail qui se poursuit d’ailleurs…). Personnellement, je pense qu’une alliance des deux pourrait être très fructueuse, à condition d’une entente sincère et volontaire, libérée des calculs de partis (je pense en particulier à Hamon). Le jeu en vaut la chandelle (surtout si on ne veut pas trouver au bout de la route Fillon, Le Pen ou Macron….). Et il y a urgence !

    1. Je ne les vois pas cohabiter dans un gouvernement.
      Ça doit être à cause du côté belliqueux de Mélanchon.
      Ou alors il s’efface derrière son mouvement mais ça m’étonnerait.
      C’est cependant vrai qu’il est on ne peut plus utile.

    2. « Benoît Hamon sert à empêcher l’hémorragie vers Jean-Luc Mélenchon. C’est-à-dire que B.H. est une prothèse, un pansement qui sert à éviter que tout à coup, on sorte du cadre. Que tout à coup, il puisse y avoir une révolution démocratique par le vote. Il va prendre suffisamment de voix à JLM pour l’empêcher potentiellement d’arriver au 2e tour. »
      Natacha Polony, sur la 2.
      L’élection n’est plus l’enjeu. Il faut sauver le PS.

  2. Piketty croit que les autres se rallieront à ses vues, par la seule force de son discours.
    Sauf à ce que ces gouvernements soient rapidement remplacés par ceux que l’on espère, il est bien parti pour 5 ans de pseudo-négociations… 5 ans supplémentaires.

  3. Bonjour,
    Je ne pense pas que l’UE puisse être réformée de l’intérieur comme M. Piketty le préconise. L’UE doit être démontée et doit laisser la place à une Europe des nations sur des projets précis;
    La fédéralisation rampante actuelle est la pire des choses et je ne vois pas que M. Piketty veuille la combattre. M. Mélenchon est beaucoup plus clair sur ce sujet.

    1. S’il y a bien une chose que Piketty a montrée d’une manière convaincante c’est que pour chaque problème de l’heure, il faut le régler au niveau approprié. Le niveau national n’est plus qu’exceptionnellement le bon niveau à choisir.

      1. Monsieur Jorion,

        Oui, mais lorsque négocier avec des gouvernements européens, restés au service d’intérêts financiers, est impossible, que faire ?

        En cas de blocage, il faut nécessairement descendre d’un niveau, pour trouver une issue.
        A défaut on risque fort de se retrouver contraints de descendre d’un grand nombre de niveaux d’un coup, pour se retrouver à élever des chèvres en Ardèche…

      2. La réponse m’a un jour été donnée par un banquier qui m’avait approuvé sur tout ce que je disais lors d’un débat sur France Culture. Quand je lui ai demandé s’il m’approuvait vraiment sur la nécessité d’une révolution, il m’avait pris de court en me répondant : « Bien sûr ! aussitôt que les marchés jugeront que c’est la meilleure solution ! » D’une certaine manière la Révolution française lui donne raison : les révolutionnaires rappelèrent Necker.

      3. « Le niveau national n’est plus qu’exceptionnellement le bon niveau à choisir. »
        Oui, merci .

        « Différents penseurs ont réclamé une Convention européenne, tels le philosophe Jürgen Habermas, l’Euro-rebelle Yanis Varoufakis, l’économiste Thomas Piketty ou encore l’eurodéputée fédéraliste Sylvie Goulard. Malheureusement, les décideurs manquent de courage. »
        http://www.taurillon.org/la-jeunesse-peut-rebatir-l-union-europeenne
        http://piketty.blog.lemonde.fr

      4. Gudule,

        Ce n’est pas qu’ils manquent de courage, c’est que ça ne va pas dans le sens des intérêts qu’ils défendent (par en dessous).

        Les décideurs sont au service de la finance et des grosses fortunes, pas du peuple! On en serait pas là sinon.
        Mais ils ne vont évidement pas le crier sur tous les toits.

        Seuls les insoumis (avec Mélenchon) l’ont compris…

      5. Peut être mais pour pouvoir régler quelque chose à un niveau donné il faut déja que ce niveau existe. Hors le niveau européen n existe pas en terme de peuple de communauté de sentiment d appartenance de sentiment de destin commun. Ce que les dirigeant allemand ont fait aux grecque c ignoble. Pourrait on penser être un pays si le 92 avait le pouvoir de faire au breton ce que les allemand ont fait aux grecque. Il faut régir les problème à des niveau qui existent ça me parait être la première des conditions

      1. « A quoi sert Monsieur ? »
        Quel Monsieur ? Lequel ?

        5.6. Une origine légendaire
        « Les peuples amérindiens des Territoires du Nord-Ouest, au Canada, expliquent ainsi le grand nombre de castors : « Quand le castor apparut sur Terre, il dit : “Autant il y a d’écailles sur ma queue, autant il y aura de castors sur Terre.” C’est pourquoi il y a tant de castors sur la Terre. »

    2. Y’a un truc qui me chagrine avec la candidature de Monsieur Jean Luc Mélenchon. Qu’est-ce qu’apporte à la gauche un parti dit populiste qui, dans les sondages, ne draine pas plus de suffrages des classes populaires qu’un Hamon ou qu’un Macron et deux fois moins qu’une pénienne. Bref, à quoi sert Monsieur ?

      1. Vigneron, je te l’ai déjà dit ! JL Mélenchon est devenu un rentier de la politique sûr de gagner 8.000.000 € .
        Qui plus est, payés par le contribuable comme disait quelqu’un qui ne fait même pas l’effort de comprendre pourquoi on finance la présidentielle, même celle d’acteurs !
        Si F. Bayrou était sûr d’arriver au 5%, il irait. Il hésite et je lui donne raison.

      2. Décidément il vous obsède J-L Mélanchon !
        Hamon l’ignore, fort de sa légitimité gagnée contre toute attente à la belle alliance. Mais J-L M., surpris, s’obstine, c’est embêtant ça, mal pris, des deux cotés: soit il prend le risque, en se maintenant, de priver le 2ème tour d’un candidat de gauche (tout en préservant son influence propre aux législatives), soit il s’allie, tête basse, au risque de ressembler parmi les siens à un traitre, de perdre l’identité de son mouvement et de sa propre image (comme si elle avait une identité!).
        A propos de votre zèbre, le Macron, lire ceci, truculent, http://www.streetpress.com/sujet/1486723160-macron-le-monde )

      3. Peut être tout simplement à permettre une alternative à l’abstention pour ceux qui ont le séant douloureux d’avoir voté Hollande aux deux tours en 2012…. Ça fait monter le Pen à combien 10% d’abstention en plus? Remerciez la FI , grace à elle vous aurez pas à supporter le regard de la planète entière avec un 35% de lepen au premier tour.

      4. Ah bon ? Monsieur a soutiré un quart à un tiers de l’électorat potentiel de la Pénienne ? Sans rire ? C’est pas du tout ce que disent les chiffres (40% des ouvriers péniens, moins de 20 % pour Monsieur, pas mieux que Macron), ni ce que disent les électeurs revendiqués du Monsieur. Heureusement dirais-je.
        Mais ça ne nous dit pas à quoi sert Monsieur ?
        Je viens d’apprendre que Carvounas a rejoint Hamon ce WE. Excellent, Hamon va pouvoir en faire son médiateur avec Monsieur… Pas fini de s’marrer.

      5. Un jour un professeur m’a fais copier 100 fois je ne suis pas assez intelligent pour avoir l’air bête… les chiffres sont des pourcentages de VOTANTS si 10% de votants en moins automatiquement tous les candidat voient leurs % monter vu que pour faire le pourcentage on divise le nombre de sufrages obtenus par celui exprimés. Si lepen à 25 votes sur 100 votants elle est à 25% si elle a 25 votes sur 90 votants elles est à 27.7%. Enfin… je crois, c’est qu’y me ferait douter maintenant, le bougre 🙂

      6. Ah ok, pardon. Donc ils font masse grâce à Monsieur qui leur offre une opportunité de ne pas s’abstenir. Et donc grâce aux non-abstentionnistes de Monsieur la Pénienne est à 25 % et pas 27,5 % dans les sondages. Et donc grâce à Monsieur les zigs qui sont en train de brader de l’OAT à tours de bras because la Pénienne en frontrunner font 10 % de tours de bras en moins à la minute. Y’a pas, je n’ai qu’un mot, un seul, Monsieur : merci Monsieur.

      7. certains s’inquiètent des bradeurs d’OAT et de leurs tours de bras , d’autres des bradeurs de notre substrat vital. J’espère pour toi que t’as mis tes économies dans de bonnes flasques plutôt qu’en OAT …

  4. Qu’est-ce qu’apporterait aux populations européennes au mieux, mais au delà de celles ci, celles des pays émergents, et pauvres aux ressources et matières premières tant convoitées, outrageusement spoliées etc – « Externalités négatives », « délocalisations », « restructurations », etc, déforestations, pollution de l’air, eau ,océans, des terres arables, et dérèglements climatiques, etc – les populations les moins prospères, les « moins disant… » (certaines d’entre elles cédant au populisme d’extrême droite, vers l’Europe de l’est, la route des Balkans) pour cause de corruption, de manque de « compétitivité », pour cause de manque de solidarité des pays les plus riches (l’Allemagne par exemple ayant fait des pays de l’Europe de l’est, sa base arrière de production de pièce détachées assemblées ensuite chez elle), de monnaies trop faibles et dettes publiques explosées, par rapport au dollar pris encore et toujours en référence, et désœuvrées pour causes d’échanges et partages inéquitables, et inégaux des ressources, richesses, que deviendraient donc au pire ces populations, leurs régimes de gouvernance, etc, délaissées pour compte de cette nouvelle Europe à 4 (« Assemblée de la zone euro réunissant France, Allemagne, Espagne et Italie »), par rapport à cette Europe à deux vitesses… ?

    1. @Dup

      « Peut être tout simplement à permettre une alternative à l’abstention pour ceux qui ont le séant douloureux d’avoir voté Hollande aux deux tours en 2012 »

      Etonnant qu’il n’y ait pas davantage d’abstention.

  5. Thomas Piketty est proche du Parti socialiste, Conseiller économique de Ségolène Royal (campagne présidentielle en 2007).
    Lors de l’élection présidentielle de 2012, il publie, avec d’autres économistes, un texte de soutien à François Hollande dans Le Monde
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/17/nous-economistes-soutenons-hollande_1686249_3232.html

    En 2017 il s’ engage comme conseiller de B Hamon après sa victoire aux Primaire socialiste.

    Thomas Piketty reste proche des socialistes, c’est bien son droit.

      1. Et si Benoit suivait la pente Macron, Thomas pas content. Thomas retournerait à la Bellevilloise avec JL Mélenchon !

      2. Ca ne vaut pas la peine si c’est pour en perdre les verbes
        Vous voterez Macron si j’ai bien tout compris.
        Je n’ai lu aucun ligne de ses livres mais alors, le ressenti de Houellebecq sur Macron m’amuse beaucoup, résonne bien. Le ressenti est adéquat le concernant car on ne sait pas grand chose de son programme. Il dit donc ceci :
        « Macron ? Il est bizarre. On ne sait pas d’où il vient. Il fait un peu mutant…. »
        :-)))))

      3. « Ca ne vaut pas la peine si c’est pour en perdre les verbes
        Vous voterez Macron si j’ai bien tout compris. »
        A QUEUE ? AH QUE !!!!

        vigneron dit :
        12 février 2017 à 13 h 19 min
        Prétexte aqueux, à queue, Ah que !

        « Sur la terre, la queue du castor lui sert d’appui pour s’asseoir quand il ronge un tronc d’arbre et pour se tenir en équilibre. Elle le supporte quand il marche sur ses pattes de derrière afin de l’aider à transporter différents matériaux de construction, par exemple : de la boue, de petites roches et des branches de différentes grandeurs. »

      4. Franchement, l’interview de Thomas Piketty dimanche 12 février 2017 dans l’émission « Questions politiques » était passionnante et méritait mieux que cet article un peu trop synthétique (à mon goût en tout cas) de Pierre-Yves et ce genre de commentaires débilos et faciles de vigneron (et d’autres que lui, mais lui c’est un leader du blog et il est impardonnable de se laisser aller si souvent à déverser sa bile au lieu de faire avancer les discussions). Je l’ai écouté et j’ai compris pourquoi Paul Jorion le voyait en président (Piketty, pas vigneron, ne parlons pas de malheur!)

        Revoyez le podcast de l’émission ça vaudra mieux. Je ne sais pas si ça peut faire d’Hamon un bon président, ça c’est une autre question, mais c’est intéressant sur le plan des idées!

      5. @ D-croissance

        Vous trouvez que TiPi – notez la prononciation NBA car c’est plus class – a « assuré sévère » lors de son passage sur France Inter.
        BOF !
        S’il est vrai qu’il semble bien être diffèrent des autres économistes, il a quand même quelque chose en commun avec tous ses collègues ayant accès aux médias : il ne parle jamais d’énergie tout en parlant de relancer la croissance, en ignorant totalement que Total et consorts ont du mal à trouver de nouveaux gisements de pétrole.

        Par le fait qu’à l’instar de tous les économistes médiatisés et politiques corrompus (pléonasme) il ignore que l’ENERGIE fait l’économie et non l’inverse, son propos perd toute crédibilité.
        Là où nous en sommes, ce n’est pas le tout d’être hétérodoxe, il faut aussi, et surtout, être réaliste et conscient de l’ultra nécessité à bruler du pétrole pour faire tourner la méga-machine toujours plus « pétrovore » et par là comprendre que, très bientôt, l’économie va crier famine.
        Et n’en déplaise à toutes et tous, il en sera ainsi.

        Les seules personnes qu’il faut désormais écouter sont celles qui tiennent compte du contexte énergético-métallifère pour proposer des solutions économiques.
        Celles et ceux qui laissent penser que les mots pétrole, énergie, métal, pollution, eau, climat, sobriété, sont des gros-mots, en ne les employant pas, on peut toutes et tous les oublier.

        En conclusion, cher D-croissance, avec votre pseudo j’eusse attendu de vous que vous fissiez preuve de plus de clairvoyance avant de vous enthousiasmer de la sorte à propos de TiPi.

      6. Salut écodouble,

        Sur l’énergie, l’entropie … tu as raison bien sûr.
        Le problème c’est que nous venons tous ici avec nos focales propres. Cela ne veut pas dire que parce qu’untel ne parle pas tout le temps d’énergie, qu’il n’y pense pas et même ne l’intègre pas dans sa réflexion, cela veut simplement dire, que
        sur le plan politique, il fait par exemple de l’exigence sociale, démocratique, le préalable à toute discussion sur l’écologie. Cela ne signifie pas qu’il néglige les enjeux écologiques, mais seulement qu’il les place selon une certaine perspective humaniste. Concernant Piketty je sais très bien qu’il n’a pas intégré la donne comme il faudrait dans sa vision de l’économie.
        Mais tu sais très bien aussi qu’il existe des écolos d’extrême droite qui font de l’inégalité entre les humains le cadre dans lequel il situent leur vision de toutes choses, y compris donc de l’écologie.
        Deuxièmement, il me semble qu’il y a aussi une divergence de vue qui s’explique par le fait que nous n’avons pas les mêmes attentes concernant ces élections. Mon but c’est juste que la droite ne passe pas, pour limiter les dégâts, de sorte que le terrain social et moral ne soit pas si dégradé que lorsqu’il faudra expliquer et appliquer les mesures d’urgence qui s’imposent ce sera « sauve qui peut ».
        Bref, je n’attends pas de ces élections plus qu’elles ne peuvent donner. Dans l’effervescence provoquée par ce RDV national des idées nouvelles peuvent apparaître au premier plan, et c’est tant mieux, mais le choix d’un candidat c’est d’abord le choix d’une personnalité qui devra parler à la majorité de nos concitoyens, puisque telle est la règle du jeu. A ce titre Piketty joue un rôle positif, puisqu’il peut conseiller Hamon et qu’a priori il a pour objectif de diminuer les inégalités sociales. Et puis Piketty si j’ai bien compris intervient surtout pour les questions européennes au sein de l’équipe Hamon. Pour l’écologie il y a un type qui me semble intéressant même si il ne répond pas à tous les critères de ce qui serait pour toi l’excellence. Il s’agit d’un Belge, il a une approche interdisciplinaire de l’environnement. Ainsi il s’est intéressé au rapport entre risque climatique et migrations.

        http://www.sudinfo.be/1787548/article/2017-02-13/francois-gemenne-le-conseiller-belge-de-benoit-hamon-non-je-ne-vais-pas-coller-d

        http://www.liberation.fr/debats/2016/08/29/francois-gemenne-le-motif-environnemental-des-migrations-n-est-pas-pris-en-compte_1475313

        http://www.medialab.sciences-po.fr/fr/people/francois-gemenne/

      7. @ecodouble
        Je comprends vos remarques, mais je maintiens que j’ai trouvé que Piketty avait un certain niveau dans cette émission, à la fois dans sa qualité d’expression et dans le niveau de son argumentation, nettement au dessus de la moyenne (ce n’est que mon avis).

        Ceci étant et pour vous rassurer, je ne crois pas à la croissance continue, et je sais bien que la situation est critique tant au niveau du réchauffement global que de la pollution et de l’appauvrissement des ressources naturelles (dont les carburants fossiles et les métaux bien entendu), etc…

        Mais je pense aussi que ce n’est pas un président de la République française, qu’elle que puisse être sa valeur, qui va sauver l’espèce humaine d’une extinction de plus en plus probable, donc notre seule marge de manoeuvre avec notre vote est de tenter de choisir le moins mauvais.

        Mais malheureusement pour ce faire on ne peut pas se baser sur le seul critère écologique, car dans ce cas on se doit de voter Mélenchon, qui est très compétent sur ces questions et ce depuis longtemps, mais ne serait sans-doute pas la personnalité la mieux adaptée pour diriger notre pays (là encore, ce n’est que mon avis)…

        Je crois que l’espèce humaine ne s’en sortira que par une mutation collective de l’esprit humain, déclenchée par un instinct de survie ultime juste avant sa fin, pour intégrer principalement une régulation de notre violence naturelle, une compréhension de la nécessité de sauvegarder notre biotope actuel et la nécessité de penser collectif et non plus individuel.

        A vrai dire je ne suis pas sûr que cette mutation soit possible et je reconnais que cela tient un peu de la pensée magique, mais perso ça m’aide à tenir le coup 🙂

        Il faut bien comprendre que la situation actuelle est si dramatique qu’elle ne tient hélas plus au seul choix de dirigeants politiques compétents (même si c’est très important bien-sûr), ni à notre attitude individuelle (même si on se doit de ne pas consommer et gaspiller trop, etc…) : la question est de savoir si notre espèce peut s’en sortir ou si l’évolution va nous éjecter pour cause d’incompétence et inadéquation totales!

        Sinon, pour le volet politique stricto sensu de votre message, Pierre-Yves y a répondu d’une manière qui me convient parfaitement…

        (Et bravo pour votre maîtrise de l’imparfait du subjonctif, c’est très plaisant!)

    1.  » le ressenti  » « On ne sait pas d’où il vient. Il fait un peu mutant…. »
      :-))))) »

      La fièvre des castors

      « Il est un parasite que le castor peut transmettre à l’homme. Responsable de la giardiase, Giardia lamblia est un protozoaire présent dans l’intestin de plusieurs espèces de mammifères. La transmission se fait par l’eau. Cette infection, relativement bénigne, inquiète surtout les campeurs nord-américains. De peur d’attraper la fièvre des castors, ou beaver feaver, ils ne partent jamais sans des consignes précises pour décontaminer l’eau de boisson et de cuisine. Apparemment, le castor européen n’est pas cité comme réservoir potentiel du parasite. Les signes cliniques sont le plus souvent des diarrhées, sans augmentation de température. Mais la giardiase est plus fréquente en zone tropicale que dans les régions à castors. »

      1. @Charles

        Al Jarreau, un excellent chanteur, mais qui a, amha, un peu trop prêté le flanc à la zik alimentaire limite audible, dommage. Peu importe. Je pense, comme il l’a souvent dit, qu’il aimait avant tout le rythme, , et, les contretemps qui lui permettaient surtout, de s’éclater et de déployer son talent, compte tenu du registre vocal dont il disposait, et dont beaucoup de profs de chant se servent, comme exemple, pour faire évoluer voire transpirer leurs élèves. A raison.

        Passionné et infatigable, technique vocal au top, qui lui a permis de « se balader »( quoique avec un taf énorme derrière) sur des morceaux de jazz, que très peu ont les moyens d’aborder, tant d’un point de vue technique (aisance certaine et évidente en « voix de tête ») que sur le plan artistique. Take five, grand classique, grazie ! So long and…Thanks Al !

  6. On peut ne pas être d’accord avec ce qu’il propose, et critiquer Mélenchon sur le fond, comme sur la forme. C’est la démocratie. Mais, franchement, déformer à ce point ce qu’il dit et écrit, pour pouvoir le critiquer, n’est pas glorieux.
    Le plan A, par définition, sera présenté, argumenté et négocié, avant le plan B. Celui-ci existe pour montrer que toutes les conséquences d’un échec du plan A seront tirées. C’est cohérent.

    « Une négociation avec l’Allemagne peut réussir dans la mesure où l’identité de l’Allemagne repose sur la démocratie parlementaire. »
    On ne peut pas être naïf à ce point, et crédible.

      1. « Impôt sur les dividendes »…Y’en a, mais comme pour l’IS, faudrait voir les taux effectifs…

  7. « Macron est un banquier qui va faire des cadeaux fiscaux aux banquiers. »
    L’est bien renseigné le Thomas. Moi aussi alors.
    « Hamon est un politicien professionnel de carrière qui va faire des cadeaux fiscaux à sa clientèle professionnelle. »
    ou
    « Piketty est un fonctionnaire et écrivain-rentier qui va exiger qu’on fasse des cadeaux fiscaux aux fonctionnaires et aux écrivains-rentiers. »
    On peut aller loin comme ça.
    Pitoyable Politique Piketty, PPP.

    1. Vigneron le jour où il a écrit sur ce blog qu’il allait enlever sa signature sur la pétition « Piketty Président », a fait savoir qu’il l’avait signé. Suis pas allé vérifier la fiabilité des dires.
      Ses critiques du jour contre Piketty disent l’inconstance centriste.
      J’ai toujours été impuissant à être opportuniste, mais je ne doute pas de la puissance des centristes.

      1. Tout le monde n’a pas la chance d’être resté marxiste depuis ses douze ans, soit un bon gros demi-siècle, avec la couenne et la TVA.

      2. Moi aussi j’avais signé, et je me résignait en trainant les pieds, et ben tu sais quoi ? ça m’a filé un coup de jeune les meeting de méluche sur youtube ! 😉 ça doit être la crise de la quarantaine, mais quoiqu’il en soit ça fait du bien de lire les commentaires des insoumis qui vont voter pour la première fois plein d’illusions. Après, faut se taper le fossile, mais qui n’a pas eu un vieux prof de philo caractériel et plus ou moins chevelu qui lui à fait lire des trucs qui font cogiter plus que de raison en terminale ? 🙂 Avoue, vigneron, tu hanterais pas le blog de Jorion sinon (qui quant à lui a carrément eu affaire aux archétypes suprêmes Lacan et Levi-Strauss )

      3. Non Dup, mon prof de philo n’était ni vieux, ni caractériel, ni particulièrement chevelu ; il était jeune normalien, d’humeur égale, coiffé court, de sexe féminin, et j’en étais amoureux, comme il se doit. M’avait prêté deux bouquins choisis par moi dans sa bibliothèque que je m’étais empressé de ne pas finir, chiants au possible qu’ils étaient, la Révolution sexuelle de Reich et le Seigneur des anneaux de Tolkien. J’ai préféré les siens propres, bien après, sur la pédagogie ou la Révolution de 89. Sur la pédagogie ça penchait vers Rancière plus que vers Natacha Polony et sur la Révolution plus vers Ozouf et Furet que vers Mathiez, Vovelle ou Monsieur… comme il se doit aussi.

      4. vigneron 14 février 2017 à 10 h 52 min

        Lacan appelait vos congénères, des boudoulm, j’explique, entendez de la rue d’Ulm. La vieillesse est un naufrage…

      5. vigneron 14 février 2017 à 12 h 17 min
        Ben Non, encore une errance de ta part.

        Chez Lacan tu trouveras « Normalisation » libidinale, culturelle, psychanalytique, conjugale, génitale, hétérosexuelle, mais jamais d’École de Normalisation supérieure.
        Je t’accorde que juste après parlé de Legendre le 1980.03.18. il a évoqué l’École Normale supérieure.

        STP quand tu recopie évite les fautes, ou si t’écoute l’audio transcris bien.

        Quand à Legendre, le symbolique de Lacan semble lui avoir tourné la tête, mais pas surprenant que ça puisse faire partie de tes lectures.
        Au fait tu peux refiler ton exemplaire de « L’amour du censeur » à ton jumeau.
        Je garde le mien pour vérifier tes citations.

      6. Enfin un post interessant vigneron, t’en as eu de la chance, moi à vrai dire j’ai eu un interim presque toute l’année qui à tout juste réussi à me faire piger comment était foutue une grille de lecture à barème (résultat 14/20 en 2h au lieu de 4 sans même faire de brouillon à l’épreuve en veillant surtout à ne pas mettre la moindre opinion personnelle dans le devoir)!! Le vieux prof chevelu c’était une autre classe qui l’avait mais il nous faisait des cours de soutien spécial surtout quand y avait du bon shit qui tournait à la récré ou aprés le ref 😉

      7. Apprends à lire et à ne pas tomber dans les pièges, l’Ancestal ; c’est bien au premier cité, Legendre, non au Beau-père, que s’appliquait ma citation sur Normale.

      8. vigneron 14 février 2017 à 17 h 47 min

        Ben fallait le dire clairement, quand il y a de l’ambigüité je prends le parti que l’autre s’est perdu.
        Mais j’ai trouvé voir plus bas.
        Legendre n’aimait pas les normaliens de l’ECF qui le lui rendait. Il a développé des thèses érudites qui devraient faire fureur chez les conservateurs de la Douma et du centre à l’extrême droite ici. C’est sur les questions « sociétales » (qu’on dit) que je reconnais quelques avancées faites par le PS. Le rigolo est que la fameuse théorie du genre, dont la droite s’est étouffée, vient pour l’essentiel de quelques universitaires US qui se sont appropriés à leur sauce, Foucault et Lacan. Comme quoi il y a des virus mutant dans les échanges internationaux des idées…contaminé/contaminant.
        Aller un petit coup de Legendre, pour la route…

        [Foucault était en proie au militantisme échevelé de son époque, si répandu chez les intellectuels sortis de cette noble Fabrique française dite Ecole normale supérieure, l’ENS, qui pourrait aussi s’appeler École de la normalisation supérieure ! Le militantisme de Foucault à propos de la libération du sexe a , certes, ses raisons très subjectives, très respectables ; cependant, il fait obstacle à la compréhension minimale des montages normatifs de l’Interdit. Les pratiques d’agit-prop intellectuel ne favorisent pas l’étude de la fonction instituée du refoulement, de ce que j’appelle la « volonté de ne pas savoir », autrement dit la fonction d’ignorance à l’échelle de la culture. Les coups de sabre des ces années-là, au cours des décennies soixante/soixante-dix, ne doivent pas faire oublier que le monde occidental a vécu alors la fin de la grande répression du sexe, enjeu majeur de la Réforme et de la Contre-Réforme depuis le XVIè siècle. Pour l’instant, nous sommes toujours au retournement de la carte en son contraire. Avec la même naïveté et la même suffisance que les casuistes catholiques et protestants de l’anti-sexe, nous jouons la libération à tout-va, la jouissance à mort. Cela veut dire qu’au fond nous sommes aux prises avec le même obscurantisme, mais sous sa forme inverse. Que restera-t-il de ces propagandes ? L’humanité peut-elle vivre sur la base d’un tel revirement : fonder la normativité sur le principe de plaisir, c’est-à-dire sur le narcissisme généralisé ? Certainement, à condition d’en assumer politiquement les conséquences ; j’entends par là, le prix à payer, la casse généalogique. Évidemment, l’ignorance de la logique de l’Interdit- je parle du concept anthropologique d’Interdit, tel que l’étudient mes Leçons- permet d’ignorer superbement ces conséquences.
        Certes, je ne saurais reprocher à mes contemporains d’être les enfants du XVIIIe finalement- un XVIIIe siècle qui nous porte tous en tant que descendants des Lumières. Mais, précisément, avec leur incompréhension du phénomène dogmatique, leur illusion du Bonheur politique et ce charivari contestataire qui a fini par assimiler institution et tyrannie, avec aussi le refus de considérer que l’ambivalence se joue aussi au plan social, les héritiers contemporains du XVIIIe siècle ont produit la chape de plomb du sujet-Roi. Attendons la suite, les suites. Je soutiens, vous le savez, que l’humanité n’accepte pas cette imposture du sujet-Roi ; quel qu’en soit le prix, il faudra bien en sortir. Quand je parle de prix, je parle du prix en sacrifice humain, massacres et obscurantisme. C’est pourquoi je dis : nous avons à promouvoir une critique sérieuse, argumentée et qui échappe aux propagandes, relativement au discours des décennies soixante/soixante-dix/quatre-vingt. ]

      9. @ DUP (pour 17H38)
        vigneron il est intéressant tout le temps.

        Mais je dirais que dès qu’il passe derrière son écran il se transforme ; comme le type super gentil du dessin animé de Walt Disney ou de Tex Avery qui devient super méchant dès qu’il rentre dans sa bagnole.
        Je crois en fait que vigneron ne supporte pas, j’ose le mot, la « médiocrité » de la pensée chez les gens brillants et cultivés.
        Et pour tout dire, moi aussi, j’ai du mal avec un bon nombre d’entre vous.
        En effet, je ne comprends pas comment et pourquoi des gens infiniment plus intelligents et brillants que moi, qui suis un super nul, ne soient pas capables, pour proposer un nouveau système économique, d’écrire les mots énergie, déplétion pétrolière, etc, et de montrer ainsi que leurs réflexions partent du constat de la réalité du Monde d’aujourd’hui.

        Osez les mots qui fâchent b….. de m…. !
        Oubliez le système actuel qui date du Néolithique.
        Si vous voulez calmer vigneron, soyez meilleurs et inventifs ; bien que je ne sois pas certain, finalement, que cela suffira tant qu’il aura un écran et un clavier devant lui.

      10. écodouble,

        Vous avez omis le plus gros des gros mots: Collectiviser (les ressources…). Je ne me souviens pas l’avoir entendu, nulle part.

      11. écodouble 15 février 2017 à 20 h 19 min

        « vigneron il est intéressant tout le temps ».
        Belle déclaration d’amour,

        Vous poursuivez :
        « je ne comprends pas comment et pourquoi des gens infiniment plus intelligents et brillants que moi, qui suis un super nul, ne soient pas capables, pour proposer un nouveau système économique… »

        Ça confirme que vous ne comprenez pas, lisez au moins certains bouquins de Jorion, ça devrait ne plus vous permettre d’écrire tout ça : « je suis nul », « je comprends pas », « les intelligents pas capables » etc. Jorion écrit pour le grand public avec un souci pédagogique, c’est accessible.

        Les gens en déficit de savoir relativement à ceux qui semblent le maitriser, ont l’efficacité d’un canif face à une mitrailleuse, ils le savent et ne s’y risquent pas ou se font ramasser. Le supposé savant en est averti, ça crée un rapport de force clair et confortable pour lui.
        Si vous souhaitez ne plus subir ça, ne plus idéaliser le savoir de l’autre, je ne vois qu’une solution. Vous emparer du savoir disponible.

      12. Bonjour ecodouble

        Tant que les buts principaux de notre système sont la rente, l’intérêt et le dividende, il n’est pas possible de changer quoi que ce soit, nous avons besoin de la croissance.
        C’est cette notion de rente qu’il faut transformer en même temps que de travailler sur les notions d’énergie et de thermodynamique.
        Il n’y aura de politique que si les citoyens travaillent sur ces notions.
        Comme je le dis plus bas http://www.pauljorion.com/blog/2017/02/12/piketty-dans-questions-politiques-sur-france-inter-par-pierre-yves-dambrine/#comment-605182 on crée l’emballage avant de savoir ce qu’il va contenir.
        Concrètement, au potager collectif nous avons cela à réaliser http://www.jardins.tourismewallonie.be/week_end_des_parcs_et_jardins_2017 . Je suis convaincu que sans le travail de milliers de bénévoles, le ministère de l’agriculture ne s’intéresserait à la problématique.
        Vous savez que le deuxième principe de la thermodynamique s’applique à l’énergie , mais il s’applique aussi au système atmosphère plante sol, je travaille là dessus.

    2. j’applaudis des pieds et des mains, Vigneron. Et je n’avais pas lu ton commentaire quand je me suis épanché plus bas !

      1. « Je me suis épanché plus bas »

        Oui vous pouvez vous épancher encore plus bas.

        ça évite le vertige.

        Pour remonter la pente,
        Allez –y, faites un effort,
        Rosebud1871 12 février 2017 à 19 h 45 min

    3. Vigneron, t’as pas le droit. A chaque fois que je te lis, je rigole et ma femme qui m’espionne me demande pourquoi !

      Ne tape pas trop du PPP, tout n’est pas bon à mettre au compost.

  8. … » la création d’une Assemblée de la zone euro réunissant France, Allemagne, Espagne et Italie. Le nombre de députés est au prorata de la population de chacun des pays. Les décisions sont prises à la majorité. Cela suppose l’adoption d’un nouveau traité. Une négociation avec l’Allemagne peut réussir dans la mesure où l’identité de l’Allemagne repose sur la démocratie parlementaire.« …
    Bref , finalement , c’était bien plus simple qu’on le pensait…
    Il était à jeun? (Piketty hein..pas l’auteur..)

  9. A propos du Revenu Universel, je me rappelle les propos récents de Paul affirmant que cet argent finirait tôt ou tard dans la poche des riches ( des prédateurs, des pillards, des barbares )… Cela mérite d’être considéré.
    Alors pourquoi ne pas l’envisager sous une autre forme, par
    – la gratuité totale de l’éducation, de la santé, de la culture…
    – l’attribution d’une allocation nécessaire pour vivre, constituée de mètres cubes d’eau, de Kwh d’énergie, de droit au logement, aux transports, aux moyens de communications etc…

    1. T’inquiète, il est mort de RU, Piketty l’a enterré, avant même que Hamon ait commencé d’essayer d’y croire à moitié.

      1. Le RU, B Hamon l’a enterré aussi. On en reparle dans 30 ans quand les robots feront le boulot à notre place, quand le solaire nous fournira de l’énergie à profusion, qd nous recyclerons 110% de ce que nous consommerons etc…

        Ce qui ne veut pas dire qu’on ne doit pas consommer mieux, ajusté, durable etc… Ne me faites pas dire ce que je ne pense pas.

        Engie, Total se préparent aux 100% renouvelables, normal, c’est là où il y aura du business et des prêts.

      2. Merci à Thomas Piketty. Le RU reviendra dans quelques années, sous une autre forme, une forme acceptable. Je préfère l’impôt négatif, pour ma part.

    2. Vous dictez là le programme qu’appelle Paul Ariès, mais sans Hamon ! :
      http://paularies.canalblog.com/
      Plutôt avec Mélenchon :
      https://www.youtube.com/watch?v=5zFmYajve18

      Frédéric Lordon n’a pas de programme, il ne se présente pas. Mais en appelle à soutenir le candidat Mélenchon
      https://www.youtube.com/watch?v=7isit14EOjc&t=16s

      J’ai lu que Cambadélis désirait repartir pour un nouveau tour avec Hamon. Autant dire que le pays sera gouverné par la MNEF
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_de_la_MNEF
      Au moins, Benoît Hamon se sentira moins seul ! C’est en effet « la belle alliance….. »
      https://www.challenges.fr/economie/la-verite-sur-la-faillite-d-une-mutuelle-etudiante_106961

      Que fait donc Piketty dans tout cela ? En tout cas, ce sera sans moi……. !!

  10. « Piketty pense possible une réforme institutionnelle européenne avec la création d’une Assemblée de la zone euro réunissant France, Allemagne, Espagne et Italie. »

    Les 15 autres membres de la zone euro seront sans doute ravis d’apprendre l’existence d’un tel projet apparemment très démocratique, mais pas pour tout le monde…

    « Piketty préconise un impôt sur les grands groupes. »

    Imposer les grands groupes, c’est donner une légitimité à ce mode archaïque d’organisation de la production. On ne peut pas à la fois avoir de la démocratie plein la bouche et en même temps donner une raison d’être au pan le plus anti-démocratique de la société, ce n’est pas cohérent. Idem pour ce qui est de la concurrence, on ne fait pas de société pacifique qui soit basée sur un concept pareil. La concurrence, c’est la guerre.

    « Sur la question du revenu universel Piketty pense que le débat est souvent parti en vrille du fait que l’on en parlait dans l’abstrait au lieu d’aller voir concrètement comment cela s’applique. »

    Qu’il vienne donc déjà voir comment s’applique le RSA, ça lui donnera peut-être l’idée que n’importe quelle indemnité restant largement inférieure au seuil de pauvreté est par définition (largement) insuffisante, et même anticonstitutionnelle (cf. article 11 du préambule à la Constitution de 1946), que le besoin de financement pour une indemnité qui soit au moins égale au seuil de pauvreté (à peu près 1000€ mensuels aux dernières nouvelles) serait astronomique (l’amorce d’un tel dispositif se faisant par endettement) et par conséquent qu’un tel projet est juste stupide. Quitte à assurer la subsistance des gens de manière inconditionnelle, mieux vaut 100 fois regarder du côté de chez Friot.

    Sur la question de la « disparition du travail », Piketty fait-il parti des simplets préconisant les 32h (je dis simplet parce quand on connait la méthode pour obtenir ce chiffre, il y a de quoi rire – ou pleurer)? Sinon, là encore, Friot propose une alternative bien plus réjouissante que ce que la médiocrité du débat public permet d’envisager généralement.

    Dans cette optique, doit-on d’ailleurs parler de disparition du travail ou seulement de disparition de l’emploi (ce n’est pas la même chose)? Y-a-t-il d’ailleurs vraiment disparition, ou le chômage n’est-il pas simplement le principal levier utilisé par le Capital pour opérer toutes les réformes de la déflation salariale?

    1. Dissonance 12 février 2017 à 17 h 42 min
      « Disparition du travail ou seulement de disparition de l’emploi (ce n’est pas la même chose) »

      Merci pour la précision lexicale. Merci aussi pour Friot, plutôt précis lui aussi de ce coté là.

      1. Et si on positivait : augmentation du temps libre. J’ai lu récemment qu’au moyen-age, 50% des jours était des jours fériés.
        Ca m’a interpellé. Mais réfléchissons au travail des agriculteurs, il y a des mois de grosse bourre (les moissons, l’ensemencement), puis de moyenne bourre, et de glande (je répare mon tracteur, je vais à la chasse). Par contre, l’agriculteur travaille jusqu’à 65, 70, 75 ans et cela ne le gène pas.
        C’est un peu rapide mais pas vraiment faux. C’était la même chose en Cote d’Ivoire dans les années 80, où j’ai eu la chance de visiter 80 villages en 6 mois. J’ai adoré.

      2. Quand j’étais niard on disait des céréaliers de la Beauce : paysans CCC. Paysans Céréales/Courchevel/Côte d’Azur.
        Le CCC, c’était, et c’est toujours, un raccourcisseur de paille (Cicocel, chlorméquat-chlorure).

    2. « Friot propose une alternative bien plus réjouissante que ce que la médiocrité du débat public permet d’envisager généralement. »

      Oui, Dissonance, c’est juste.

      1. @vigneron

        Non, Friot, le vieux communiste qui a jadis publié plusieurs billets ici même. Pour ce qui est de son échange avec Lordon, si vous faites référence à celui-ci, il faut avoir une paire de lunettes sacrément déformantes pour y voir une quelconque ridiculisation. De mon point de vue, ces deux là regardent en fait dans la même direction, chacun dans sa spécialité, ne vous en déplaise.

      2. C’est vrai que Lordon prend des gants avec les anciens, bien élevé Frédéric, très bonne famille comme Thomas. Aurait-il été plus jeune, il l’aurait humilié. Il ne reste rien des rêves de Friot et sa confusion ou ses bredouillis par instants vous fendent le cœur, y-compris celui de Lordon duquel on n’aurait jamais pu sinon suspecter telle tendreté.
        J’avais pas de lunettes mais du temps à perdre.

      3. Personnellement je m’en tape de l’avis du sieur vigneron ronron qui nous la fait danse du ventre à l’attention du sieur Macron ronron, afin que ce dernier veuille bien sortir de sa boîte d’illuminé de la crèche, les dernières vieilles bonnes solutions ultra libérales et autres vieilles lunes.

      4. octobre 13 février 2017 à 19 h 57 min

        Macron, j’ai ri du témoignage référencé plus haut : http://www.streetpress.com/sujet/1486723160-macron-le-monde

        Ça classe le bonhomme donc sa fiabilité politique surtout avec son isolement de tête d’affiche.
        Vigneron m’a fait le même coup en 2012 sur ce blog, de se cacher quelques jours, d’où l’autorisation que je me suis donné de le traiter de lâche, dans cette même fenêtre temporelle où je découvrais que je m’étais laissé trompé des années durant en le classant anar, parce qu’il semblait révolté contre tout, et très antiMarx, dessinant en creux un centrisme muet que je n’ai pas vu. Le seul billet lu ici de Vigneron évoquait la mort d’un gosse, et sa révolte. C’est quand même pas tous les jours que je m’aperçois avoir été enfumé pendant des années.
        Il m’est arrivé comme Macron de me planquer au dernière étage d’un immeuble parisien, souvenir d’ancien combattant de manif étudiante, pour échapper aux CRS ! Tout ça me rappelle un étudiant étranger qui un jour n’avait pas compris ce qui se disait sur De Gaulle, alors qu’il était question de Gauleiter. Ceci dit, si le style Vigneron a fait fuir des gens bien élevés, c’est le problème de la modération, mais il fournit une banque de données à sa disposition avec parfois des références de qualité, jouant même contre ses propres affirmations !
        C’est le cas du lien sur la « violence conjugale », où j’ai appris notamment que les russes ont du fabriquer un mot russe à partir de l’anglais, pour la désigner. Clair que l’impérialisme peut avoir une dimension linguistique quand il ne s’agit pas d’importer seulement des termes techniques ou scientifiques. La prétention de dire la vérité n’échappant pas à l’usage d’une langue pour la dire, on en voit ses limites comme ses enjeux. D’où l’importance des mots des candidats, mots menteurs pour attrape-nigauds à l’occasion.

      5. Rosebud1871
        Ce soir, j’arête les mots qui peuvent être blessant.
        De toute manière on peut penser avec Friot et Lordon comme l’a justement indiqué Dissonance. Je ne reviendrais pas là-dessus.
        Cependant au mépris, je répondrais par le mépris.
        ———————————————–

        Un peu de musique pour adoucir les mœurs par exemple ?
        Didier Super : « Manipulez-nous mieux ! »
        https://vimeo.com/123941637

  11. Quelles bases d’harmonisations sociale, fiscale, environnementale, juridique, etc, devrait unifier, assembler, ces quatre pays européens dont les disparités (« économiques », financières, par rapport à leur exportation, importation d’énergie, matière première, de produits et services de consommations intérieures, etc) et inégalités entre eux (dumping entre « Etat providence » moins disant : par exemple l’Allemagne attirant, aspirant les talents des autres pays désertés en matière de protections sociales, de services publics, d’avenir, etc) et en eux même (grande précarité et pauvreté en Allemagne Espagne, etc) ont creusés des fossés « sociétaux », culturels, générationnels considérables… ? Quels parts des dettes publics pourraient de ces 4 pays (tans pis pour les autres alors…?) pourrait être rendues illégitimes, illégales – Subprimes, Libor, Dexia, etc – et par rapport à quel audit (indépendant…?)… ?

    1. Dit autrement de quelle part de la financiarisation abusive, mortifère (CDS, socialisation des dettes privées pourries, etc..?), devrons nous nous sentir toujours redevable (voire le cas de la dette grecque, et l’affaire Goldman sach) et dépendant dans nos éventuels futurs besoins d’emprunts publics et dans les dettes publiques que les fraudes impunies, immunisées (par le verrou de Bercy, la « raison d’Etat », les secrets d’affaires, le CICE, et autres aides publiques aux entreprises, le chantage à l’emploi) cumulées (déficits publics des comptes sociaux du modèle social, des retraites, etc) des « grandes entreprises » (optimisation, etc) et plus petites (fraudes aux cotisations sociales patronales, à la TVA, etc) ont aggravé…?

      1. Ais-je eu l’indécence d’oublier de citer dans ce qui manque à la solidarité nationale (NON RECOURS, etc), aux déficits publics à combler avec les délits fiscaux « légalisés », « dépénalisés », le « coût » des « présumés » « emplois fictifs » des clientélistes, carriéristes, conflits d’intérêts, corrompus-es…?

  12. PYD :« Piketty a une conviction : la politique doit se faire au grand jour, pas dans des conciliabules secrets entre ministres des finances ou entre chefs d’État ou de gouvernement »

    La transparence a ses limites, et aucune caméra n’est permise dans les cabinets des ministères. C’est le propre des lieux d’aisance où avec les couloirs se murmure ce qui ne se dit pas dans les grandes réunions, pire encore si elles sont publiques.

    Partir du bon pied aurait été pour Hamon d’accepter une rencontre publique avec JLM, à condition de ça ne devienne pas de l’ennui de bouts.

    1. « la politique doit se faire au grand jour, pas dans des conciliabules secrets entre ministres des finances ou entre chefs d’État ou de gouvernement »

      T. Piketty nous surestime : sommes-nous des hommes faillibles dotés d’une presse infaillible, et de spectateurs bienveillants ?
      Tout est question d’équilibre, mais celui prôné par T. Piketty demande des hommes d’exception.
      J’en cherche encore parmi nous pauvres mortels émotionnels.

    2. Le propos de Piketty concernait ici le débat public européen, où actuellement le débat d’idées est très insuffisant. Il ne s’agit donc pas des détails qui peuvent être réglés à l’arrière-plan.

      1. Oui, c’est plus compréhensible. Quand Juncker se fait passer une bonne branlée en secret, j’aurais préféré qu’on le pousse à la démission, tout du moins qu’on ne l’élise pas. Compétent ou pas n’est pas le problème, c’est le comportement passé public qui disqualifie la personne. Les gens compétents, il y a en a trop pour un nombre de place réduite. Le filtrage n’aurait donc que du bon.

      2. Yves, arrête avec ça. Juncker a bossé pour son havre-fiscal-européen-officiel de pays, point. Un Kennedy Sr avait jamais bossé que pour sa gueule et celles de quelques mafieux, il a fait un un bon flic financier de Roosevelt – dont on pourrait aussi bien dire des choses pas très catholiques, et un mauvais ambassadeur chez les Britts.

  13. « Piketty critique la méthode de Mélenchon qui consiste à proposer derechef un plan B sans avoir même proposé le plan A aux Allemands. Du coup Mélenchon part perdant, ce qui traduit chez lui un manque de confiance. »

    Quel besoin de déformer (assez lamentablement) les faits quand on est sûr de soi ? Un plan B n’a de sens que pour prendre le relai suite à l’échec d’un plan A. Par ailleurs, pendant que Piketty soutenait Hollande (http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/17/nous-economistes-soutenons-hollande_1686249_3232.html), Mélenchon annonçait le désastre « socialiste »…
    Un méa-culpa est trop demander pour ces brillants esprits?

    Le peuple n’a pas confiance dans ses parlementaires? Demandons leur de gérer l’euro (au 49-3?).

    La campagne de Mélenchon de 2012 axée sur la 6e république, la transition énergétique, la réduction du temps de travail, etc., c’est ce que veulent maintenant nos bons amis? Tant mieux! Pas besoin par contre de masquer leurs errements avec des mensonges.

    Selon que vous serez au PS ou non, les jugements de ces bons seigneurs vous rendront blanc ou noir.

    1. Les factotums numériques de Monsieur sont aussi sensibles, démultipliés et actifs que leurs homologues putiniens, upéristes ou péniens, il est vrai aussi qu’ils sont souvent multicartes.

    2. Non non ce n’est pas déformé car je l’ai entendu de mes oreilles. Il était absolument pour sortir de la zone euro. Ses dires étaient sans appel. Un peu plus tard, j’ai eu la surprise de lire, sur son programme, qu’il avait une première proposition….. suite aux débats avec ses militants/sympathisants. Ce changement d’avis, à mon sens, n’est pas du à sa volonté propre. Comment, dans ces conditions, croire un instant (enfin pas moi en tout cas), qu’il défendra sa tentative de négociation au niveau européen. De plus, sa verve extrêmement acerbe contre l’Allemagne n’augure rien de bon quant à un éventuel dialogue constructif.
      J’ai plutôt l’impression d’un va-t-en guerre permanent

      1. Oui, remenber sa réflexion chez l’abbé Pierre à propos du financement de son plan logement. « Bon y’a ce qu’on m’a dit de dire (les calculs des petits branleurs de technocrates insoumis de son équipe) et pis moi en fait je le fais à la Trump : je rackette la BCE. »
        Idem plan A (rien à branler) et plan B (le dur, le vrai, le tatoué, à la Trump). C’est plus de Gaulle, c’est plus Mitterrand son modèle à Monsieur, celui qui peuple ses rêves humides et glorieux, ses érections et pollutions, diurnes et nocturnes, ses Valmy électoraux d’opérette, c’est le Donald.

  14. Bonjour,

    J’étais à la Bellevilloise lors de la fameuse réunion qui aboutit finalement aujourd’hui (ou demain) au candidat unique de la gauche, hors JL Mélenchon qui vit sur un satellite espion vociférant. TP rejoint le paquet et l’aidera à rebondir.

    Etonnant ce que dit Thomas Piketty d’E. Macron.
    https://www.youtube.com/watch?v=8V2psrWvBGU
    T. Piketty prête à E. Macron des propos qu’il n’a jamais tenus. Pour preuve (à venir), la réponse d’E Macron sur le traité de 2012 qui tombera d’ici 15 jours. Et on se rendra compte de l’erreur d’appréciation de Thomas Piketty. Ce n’est pas bien grave puisqu’ils sont d’accord. Si ce que j’avance s’avère vrai, cela entacherait la crédibilité des jugements portés par T. Piketty sur les personnes. E. Macron est plus sage : ne pas critiquer les autres et s’en tenir à ce qu’il souhaite faire.

    Lors de la réunion à la Bellevilloise, j’avais été surpris de l’animosité que réveillait le nom de Hollande dans la psyché de TP. TP n’avait pas digéré d’avoir été trompé par F. Hollande. TP avait raison, mais pourquoi s’entêter (perdre son temps) en demandant à FH qu’il vienne s’expliquer (se faire lyncher) lors des primaires de la gauche. FH n’a pas fait ce qu’il a dit qu’il ferait. Il l’a payé en ne pouvant pas briguer un second mandat.
    Rendons justice à FH, il ne s’est pas entêté. Son bilan n’est pas parfait sans être mauvais (c’est B Hamon qui l’a dit). Il aurait dû faire un geste fort vis à vis des plus démunis en « piquant » à ceux qui vivaient correctement : une relance de la consommation du bas au détriment de la consommation du haut. FH n’a pas voulu prendre ce risque (faible). Il l’a payé. It is over !

    Les analyses de Lordon, Piketty, Macron, Hamon sont les mêmes. Le problème n’est plus là. Mettez-vous au boulot, ne critiquez pas celui qui ne partage pas la même analyse que vous, tolérez celui qui pense qu’il n’y a un autre chemin pour arriver au résultat souhaité. Acceptez que la trajectoire (la pente) pour y arriver est à ajuster au contexte !

    Il y a une dimension humaine à prendre en compte, la capacité du politique à convaincre l’autre de bouger. Faire bouger l’Europe, c’est ça qui fera la différence entre celui qui fait la bonne analyse et celui qui, de plus, aura la capacité de faire bouger les lignes. F. Lordon est hors jeu. Pour les autres, c’est à voir. La capacité à dépasser les rapports conflictuels entre les hommes devient la ressource rare, pas la capacité l’analyse qui devient un produit commun depuis l’apparition des réseaux sociaux.

    Vive la tolérance. Mettez-vous à table, messieurs les analystes et servez-nous le repas que nous attendons tous ! Dans 100 ans, c’est plié ! Si vous avez la possibilité de nous le faire en 20 ans, nous vous en serons gré.

    Yves Vermont

    1. Il aurait dû faire un geste fort vis à vis des plus démunis en « piquant » à ceux qui vivaient correctement : une relance de la consommation du bas au détriment de la consommation du haut. FH n’a pas voulu prendre ce risque (faible). Il l’a payé. It is over !

      Me semble surtout que Hollande n’est pas passé loin d’une vraie révolte fiscale en 2013/2014, au-delà des bonnets rouges ou des pigeons. Aujourd’hui une révolte fiscale se traduit juste dans un chiffre, une cote de popularité ravagée, état de droit oblige.

      1. C’est tout le bonheur que j’aurais souhaité à F. Fillion s’il avait été élu. For him, it is over.

        Bonnet rouge & co : quelle mémoire, c’est quoi ta diète Vigneron ?
        Heureusement que j’ai mis le conditionnel !

    2. Sur le portail de la Bellevilloise il reste la faucille et le marteau, curieusement sauvegardés par les monuments historiques.
      Sur ce qui se passe là-dedans, à défaut de transparence, je suppose qu’il faut s’adresser au « satellite espion ».
      « Les analyses de Lordon, Piketty, Macron, Hamon sont les mêmes ».
      Lordon ? chiche de l’embaucher, il mettra de l’ambiance !

      « Mettez-vous au boulot, ne critiquez pas celui qui ne partage pas la même analyse que vous, tolérez celui qui pense qu’il n’y a un autre chemin pour arriver au résultat souhaité ».

      Votre ton de Caudillo dit le contraire de ce que vous prétendez, et lexicalement j’ai du mal en plus à vous lire :
      Entre votre
      « celui qui pense qu’il n’y a un autre chemin »
      Et grammaticalement plus correct :
      – Celui qui pense qu’il a un autre chemin »
      – Celui qui pense qu’il n’y a pas un autre chemin.
      Proposer de suivre vos PAS qui manquent et pas seulement dans votre texte, certainement PAS.

      « TP rejoint le paquet », j’attends l’emballage et la pochette surprise mais je ne vote pas pour des « paquets ». Heureusement que vous précisez que malgré des analyses communes Lordon est « hors jeu ».
      À quoi jouent-ils au fait à la Bellevilloise ?
      Vous, j’ai compris.

      1. Je donne mon opinion, je m’emporte quelque fois (d’où le ton Caudillo), j’essaye de positiver (d’où les quelques pas qui restent), je fais plein de fautes d’orthographe, je ne relis pas toujours, je…

    3. @ Yves Vermont
      « Faire bouger l’Europe » Hum ! Et quel est selon vous celui ou celle personne(s) ou État(s) qui aura, bon gré mal gré, la capacité de faire bouger les lignes, en France… ou en Europe ?
      C’est à voir ou c’est tout vu ?

      1. Putin/Trump, quand t’y penses, t’as presqu’envie d’prier, « Petit Jésus, stp, rends nous Nixon et Brejnev, que ma p’tite fille, l’général Mattis et mon Pitbull dorment tranquilles. ».

      2. @ vigneron, bien vu !

        Et l’Europe passe à la vitesse supérieure !!!

        Je veux vous parler de l’Europe de demain
        Enfantée de la Grèce elle en sera la fin
        Je veux vous parler d’euro de sou
        Je vois à l’intérieur des mirages des douleurs
        Qui ne sont pas à moi qui parfois nous font peur
        Des groupes de pression qui peuvent nous rendre fou

        La bombe Europe il la tient dans sa main
        Il a l’détonateur juste à côté du cœur

        À droite sont nos fils nous pauvres marionnettes
        À gauche est le chemin qui nous donne mal à la tête

        La bombe Europe il la tient dans sa main
        Il a l’détonateur juste à côté du cœur
        La bombe Europe cette fois elle lui appartient
        Si nous laissons quelqu’un prendre en main son destin
        C’est la fin, hum la fin, hum la fin, hum la fin

        L’Allemagne ne dort plus sans prendre ses calmants
        La France ne travaille plus sans ses excitants
        Quelqu’un leur vend de quoi tenir le coup
        J’suis un Hamon bombardé de Macron
        Le rythme du lobby c’est ça notre vrai patron

        Je suis chargé de Brexit
        Si par malheur au cœur de l’accélérateur
        J’rencontre un Trump qui m’mette de sale humeur
        Oh non, faudrait pas que j’me laisse exit…
        Faudrait pas qu’elle se laisse aller
        Faudrait pas qu’elle se laisse aller
        Faudrait pas qu’elle se laisse aller
        Faudrait pas qu’elle se laisse aller
        Faudrait pas qu’elle se laisse aller
        Faudrait pas qu’elle se laisse aller

        La bombe Europe c’est l’arme de Putin
        Enfantée de la Grèce, elle en sera la fin
        La bombe Europe cette fois elle lui appartient
        Si tu laisses quelqu’un prendre en main son destin
        C’est la fin

        La bombe Europe il la tient dans sa main
        Il a l’détonateur juste à côté du cœur
        La bombe Europe cette fois elle lui appartient
        Si tu laisses quelqu’un prendre ce qui te tient
        C’est…

  15. L’air est à la purge décidément. Trump voulait purger le marais, Iglesias va désormais pouvoir purger son Podemos des sociaux-traitres et Monsieur veut purger la police.

    1. les errejonistes vont se rallier aux pedriste, et les suzaniste et autres lopezistes iront chez ciudadanos… tiens ça me fait penser à qqchose .. on remarquera qu’en incluant lepen dans le paquet surprise droite corrompue on à le même schéma qui se dessine : droite corrompue qui dirige sans majorité grace au manque de cojones des centristes et de socio-libéraux qui ne pensent qu’à leur siège.

  16. Je pense qu’il est vrai ce que l’on dit de Macron: une construction médiatique, appuyée par le soutien des représentants du capital. J’ai du mal à comprendre comment une bulle vide arrive à enthousiasmer une foule, des gens à la recherche de visages et messages nouveaux. On a l’impression que les gens n’ont plus de ses critique, du moins que ce soit le déséspoir qui les habite. Dans cet état-là, les gens ont tendance à s’accrocher à celui qui prétend incarner, de manière charismatique, un rêve ou un sentier salutaire. On l’a vu en Allemagne en 1933 et ailleurs.
    Piketty, il ne faut pas l’oublier, est habitué aux théories, aux observeration empiriques. Mais de là de faire de la politique, ce serait un autre chapitre, tout à fait différent. Le fait d’être rempli de bonne volonté et d’idées ne suffit pas.

    1. « La queue de castor est une spécialité canadienne, à mi-chemin entre la gaufre et le beignet. La pâte, à base de farine complète, est étirée pour ressembler à une queue de castor, puis frite dans l’huile. Elle est ensuite enrobée de sucre parfumé à la cannelle. Un délice, tout simplement »

  17. Oui je ne vois pas autre chose que de faire évoluer les institutions et leur fonctionnement. En cela je suis tout à fait d’accord avec les dires de Thomas Piketty, ce qui repose la question de la souveraineté. Les Etats nations, unitaires, tels qu’on les connait habituellement doivent évoluer car ils ne répondent plus aux besoins sauf à quelques-uns, une minorité. Le changement est énorme mais nous y sommes contraints à mon avis. Et la stratégie de Piketty me semble pas mal.
    Coucou à Juan…… sur ce sujet….. Juan ?

  18. « Sous l’eau, la queue du castor lui sert de gouvernail à quatre sens, c’est ce qui l’aide à se diriger. Si le castor plonge de frayeur, il bat l’eau avec sa queue, en faisant un bruit pareil à celui d’une détonation qui avertit les autres castors d’un danger. »

    1. Ah lala Gudule, Gudule ! Nous avons bien sûr dit qu’une société solidaire était souhaitable, avec d’autres relations entre les gens, les organisations…. les animaux les plantes et tout et tout….
      Et je suis tout à fait honorée, évidemment, que vous me présentiez, à mesure, et si gentiment, toute l’étendue des charmantes bêtes qui vous entourent.

      1. Au plaisir, joie partagée !

        Sociabilité
        « Le Castor vit en petits groupes familiaux dont l’importance varie selon le succès de la reproduction, la durée du couple, etc. En moyenne, les groupes comprennent 5 à 6 sujets, 1 couple d’adultes, les jeunes de l’année et ceux de l’année précédente. Les jeunes restent 2 ans dans leur lieu d’origine. Le Castor est monogame. »

        « Pour communiquer, le Castor frappe la surface de l’eau avec sa queue (signal de danger). Il peut également émettre des grognements, des sifflements et cris aigus. Il possède plusieurs glandes à odeur (chez les 2 sexes) : 2 anales, 2 autres débouchent dans l’urètre et produisent le castoréum qui est mêlé à l’urine (odeur propre au Castor), glandes sur la plante des pieds. La taille de ces glandes et des glandes anales dépend du poids de l’animal. Les sécrétions des glandes anales sont déposées sur le substrat. Le castoréum est projeté sur des monticules de terre, atteignant 60 cm de haut et situés au bord du territoire de la famille. Le castoréum est également déposé sur des troncs d’arbres. Les monticules sont fréquentés par tous les membres du groupe. Leur nombre augmente en période de dispersion et dépend de celui des voisins. Ils montrent que le territoire est occupé. Si un Castor étranger y rejette du castoréum, les membres du groupe sifflent, font claquer leur queue, modifient le monticule et y projettent à nouveau leur castoréum. Comportement agonistique : mouvements de ta queue, coups, simulacre de morsure. L’ odorat et l’ouïe sont excellents, mais la vue est faible. »

    2. Ne voulant pas vous priver d’informations précieuses sur votre animal favori, je suis infiniment honorée de vous faire partager mon érudition infinie, puisse t’elle vous procurer du bonheur et la jouissance de l’âme….

      Bièvre ou castor

      « Les Grecs Hérodote et Aristote l’appellent kastôr, les Latins antiques Cicéron, Pline ou Juvénal, castor ou fiber. Mais aux premiers siècles de notre ère, il prend le nom gaulois de bebros. Au Moyen Âge, le castor s’appelle bevero en italien, befre en espagnol et bièvre en vieux français. Ce nom est resté à tous les lieux-dits qui étaient autrefois des rivières à castors. »
      « Les textes anciens rapportent nombre de croyances sur la vie du castor. On le considérait alors comme un poisson et certains disaient que l’ouverture de la hutte était prévue pour qu’il trempe sa queue dans l’eau afin d’y respirer ! »

  19. Alors comme ça le niveau pertinent serait l’Union Européenne et pas les Nations.
    Y a-t-il un grec dans la salle ?
    Une façon de comprendre cette affirmation, qui est la mienne, est celle qui consiste à reconnaitre que l’U€ a été en capacité de tordre le coup à la démocratie et à ce titre notamment on peut professer une telle affirmation.
    Le plan A est totalement illusoire aujourd’hui et maintenant avec les gouvernements en poste au sein de l’U€. Le plan B consistera à briser les menottes en plastique que les politiques se font un plaisir d’exhiber à l’opinion publique quand ça les arrange.

  20. Aux amis poutinophiles de Paul Jorion,

    Laissez le tranquille, il se plaint de vous, c’est usant.
    Mieux vaut l’aborder par la logique, il aime bien la logique, plutôt que le tanner avec des plaintes.

    Snowden est un libertarien, vous savez ceux qui ont une idée fofolle de la liberté, des extrémistes diraient certains.
    Jorion n’aime pas les libertariens. Particulièrement ceux de l’école autrichienne.

    Le pauvre Snowden… auquel les US ont retiré son passeport pendant son escale à Moscou. J’ai oublié où il allait, mais même Cuba de nos jours aurait été réticent à l’accueillir.
    Bref que les US l’aient piégé (et piégé Poutine avec) ou qu’il s’agisse d’une bourde de leur service, Snowden s’est fait enfermer en Russie.
    Snowden dit d’ailleurs qu’il a changé d’opinion sur la Russie, il faudrait alors ajouter que : soit le FSB lui a lavé le cerveau, soit c’est un contre-lavage puisqu’il était déjà lavé pour qu’on lui confie sa fonction à la CIA et NSA.
    Avec Eltsine, Snowden aurait été livré et puni puis serait devenu Président comme Mandela.
    Mais Jorion le sait, Eltsine a été empoisonné à la vodka par Poutine qui voulait prendre sa place.
    Et pire, Poutine sait de par sa formation de coco du KGB que les libertariens sont des fadas de la liberté.
    Donc il ne livre pas Snowden par crainte qu’il devienne Président à la place de Trump qu’il trouve intelligent.
    Pourtant Trump croit que Snowden est devenu un agent retourné, un traître à la patrie US.
    Auquel cas conclut Snowden lui-même aucun risque qu’il soit livré aux US. Ce qui est un aveu, mais qui ne permet pas de comprendre pourquoi Jorion veut que les amis de Poutine lui demande de garder Snowden, alors que ce sont les US qui font croire que Poutine va le rendre à Trump comme cadeau de mariage ?

    Jorion ne croit pas vraiment à ça puisqu’il souhaite que Snowden remplace Trump à la présidence US et il faut donc qu’il soit livré par Poutine, pour être élu après sa prison.

    Donc Jorion souhaite qu’un libertarien devienne le Président US alors qu’il déteste les libertariens.

    Sauf si Jorion pense que c’est un libertarien renégat, repenti, sans doute du fait de sa fréquentation des russes, de la Russie, de la langue russe, de l’histoire de la Russie dont l’Union soviétique a laissé de lourdes traces, contagieuses bien sûr, un mur protégerait peut-être ?

    C’est un peu difficile d’être logique mais je conseille le bouquin de Lewis Carroll « logique sans peine » qui vous permettra de découvrir celle cachée d’ « Alice aux pays des merveilles », ensuite quelques articles du blog n’auront logiquement plus rien de mystérieux.

    Quand au second sujet de préoccupation poutinienne de Paul Jorion, sur la violence conjugale en Russie, il existe un article pondéré de « courrier international ». Et si quelqu’un s’inquiète du pourquoi la violence conjugale ? à enfourcher les constructions de genres + la dysharmonie sociale, + les affaires d’hormones, ça fera l’essentiel de la réponse.

    1. C’est dur de faire de la retape à longueur de temps et justifier tout et n’importe quoi. Même pas capable de faire la différence entre une opinion et une personne. L’exposé « logique » ci-dessus vaut à peu près autant que les justifications pathétiques de Méluche quand on lui rappelle sa position douteuse sur la Russie de Poutine : « ben d’abord que c’est rien que la faute aux noraméricains ».

      C’est pas de la logique ça, c’est du raisonnement circulaire, qui est à la logique ce que les « noraméricains » sont à la paix dans le monde ! 😉

      1. Faut avouer qu’il est fortiche le zig. Arriver à cueillir un article « pondéré » sur la dépénalisation des violences domestiques en Putinie, chapeau ; perso j’ai pas trouvé. Mais je lis pas le cyrillique.
        P’têt ben 7 500 mortes par an.
        Mais le zig pondérateur du BJ préfère la pondératrice Mizoulina.
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Elena_Mizoulina
        http://www.courrierinternational.com/depeche/la-depenalisation-des-violences-domestiques-en-russie-bouleverse-victimes-et-associations.afp.com.20170204.doc.le3k2.xml

      2. Julien Alexandre 13 février 2017 à 8 h 23 min

        « Même pas capable de faire la différence entre une opinion et une personne ».

        Donc je suis logiquement incapable, soit impuissant.
        On pose qu’une opinion appartient à une personne, un individu n’étant pas sécable, et personne ne prétend qu’un robot mérite le nom de « personne ». De façon contingente on pose qu’une opinion peut appartenir à plusieurs personnes.
        Métaphoriquement il arrive que plusieurs personnes soient prisonnières de leurs opinions, on peut alors dire qu’elles appartiennent à leur opinion.
        Facile aussi avec un logiciel de multiplier une opinion attribuée à des personnes fictives, et je finis par me demander si la répétition par des pseudos sur ce blog des mêmes mots (ce que vous appelez « retape » n’est pas le signe de la construction en I.A. de plusieurs personnes fictives répandant la même opinion.

        Pour le cas des poutinophiles et poutinophobes qui nous occupe, l’opinion semble viser la personne, qui se trouve par ailleurs président d’un pays, à l’identique des trumphiles et trumphobes. Mais si le tir d’un coté inclus du russophobe, l’autre tir ne fabrique pas de l’américainophobe, ou de l’étatunienphobe. Deux preuves : ces 2 derniers termes ne courent pas les rues, et si P. Jorion déteste Trump, il ne déteste pas les États-Unis.

      3. Vigneron a raison, il faut du talent pour écrire autant de conneries avec des mots si bien choisis.
        Critiquer Poutine n’est pas être russophobe. Poutine, contrairement à ce que tentent de faire croire certains, n’est pas la Russie, juste son tsar à marche forcée.
        Et oui, je confirme, il s’agit bien d’un complot de commentateurs fictifs. Savez quoi Rosebud ? En fait, il n’y a que vous de « vrai », tous les autres sont Vigneron, sous d’autres pseudos, y compris votre serviteur. CQFD.

      4. C’est ça l’article « mesuré », Rosebud ? Faut être sacrément débranché pour y lire la moindre « mesure »… À moins que vous n’ayez pas lu l’ironie à citer et laisser s’enfoncer ce pauvre Dmitri Peskov, porte-dégueuli du Kremlin de son état : « qualifier de violences domestiques certains gestes au sein de la famille, c’est dramatiser du point de vue juridique ». Valable pour les femmes enceintes et les enfants, avec les compliments de Vlad’. « Moi, frapper ma femme ? J’ai juste eu la caresse un peu ferme, allons ! »

      5. Il a pas dit article « mesuré », Julien, il a dit « pondéré ». Au bénéfice du doute on dira qu’il confond « pondéré » et « lourd ».

      6. Tout recensement non exhaustif est donc suspect de deux poids deux mesures ?!?
        Démonstration que la connerie, elle, n’est pas sélective James le chat (je me désolidarise bien sûr des violences faites aux animaux, anticipant le lien vers Brigitte Bardot, au cas où).

      7. Aux jumeaux, Vigneron et J.A.

        En France selon le lien déjà cité, sur 130.000 interventions annuelles de la police urbaine (seulement ?) pour violences conjugales, 8.800 plaintes ont été enregistrées. Soit à la louche en ignorant délibérément les violences conjugales où il n’y a pas eu appel à la police : 6.7% de plaintes réelles. Et 0.2 % de gens violents rapporté à la population.

        En France les sanctions prévues sont : – article 222-3 : actes de torture ou de barbarie (20 ans de réclusion criminelle) ; – article 222-8 : violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner (20 ans de réclusion criminelle) ; – article 222-10 : violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente (15 ans de réclusion criminelle) ; – article 222-12 : violences ayant entraîné une ITT pendant plus de huit jours (5 ans d’emprisonnement et 500 000 F d’amende) ; – article 222-13 : violences n’ayant pas entraîné une ITT pendant plus de huit jours (3 ans d’emprisonnement et 300 000 F d’amende).

        Les stats russes annoncent 650000 femmes battues (interventions annuelles de la police urbaine aussi ?) ce qui rapporté à la population donne 0.4 % de gens violents.

        Aux USA ce sont 12 millions de femmes et d’hommes américains victimes de violence conjugale ou sexuelle. , c’est plus de 1 million de déclarations de viols et plus de 6 millions de déclarations de harcèlement en un an.
        https://www.santelog.com/modules/connaissances/actualite-sante-la-violence-conjugale-et-sexuelle-explose-aux-eacutetatsunis_7164.htm

        Je ne connais pas la législation répressive aux USA même si je sais que c’est un des pays où on embastille le plus, majoritairement des non-caucasiens.

        Aux USA les gens violents rapportés à la population seraient 3% soit 15 fois plus qu’en France et 7 fois plus qu’en Russie.

        Les chiffres m’étonnent comme souvent. Je suis averti que dans ces affaires là, la pulsion est aux commandes, et la menace du gendarme peu efficace. Quand à l’efficacité de la prison, Victor Hugo avant Foucault a pris position.

        À part que c’est la faute à Mélenchon et à Poutine, quelque chose à ajouter ?

      8. Ah, l’éternelle compassion pour la comparaison des génocides affleure… Malheureusement, dans ce cas précis, des stats au monde réel il y a souvent un pas, un pas dont l’allonge va être précisément renforcée par le nouvel arsenal juridique « au-nom-de-la-préservation-de-la-famille » de Vladoche.

        Rosebud, êtes-vous seulement capable d’établir un argument (hmm) autrement que par opposition ? En quoi la décision de la Douma peut-elle être considérée comme tellement positive, au point que soulever la moindre critique serait illégitime ? On a toujours pas compris.

      9. « la décision de la Douma peut-elle être considérée comme tellement positive »

        Je n’ai jamais écrit qu’elle était positive, encore la façon des jumeaux de procéder.

      10. L’agressivité et la susceptibilité sont aussi les maux de notre époque, qui souvent font que les hommes battent leurs femmes. La compréhension et le dialogue n’existent plus autrement que par vouloir imposer ses points de vue.
        Il y a des priorités sélectives en ce moment qui sont parfois infantiles quand on voit que la planète est en feu.

      11. Tu comprends pas Julien, le monsieur te dit que ça sert à rien de pénaliser les violences domestiques, gueïte les chiffres du zig. Y te dit, le zig, que c’est comme le cannabis, vaut mieux dépénaliser les bourre-pifs en famille. La Putinie éclaire le chemin vers la civilisation qui vient, compréhensive et large d’esprit.

      12. Trois féministes, une Anglaise, une Française et une Russe, ont fait connaissance lors d’une conférence internationale. Un an après, elles échangent leurs souvenirs… « Moi, dit la Française, quand je suis rentrée, je lui ai dit : “chéri à partir d’aujourd’hui, c’est toi qui fais la lessive”. Je ne l’ai pas vu pendant deux jours, le troisième il a rapporté un lave-linge ». « Pareil pour moi, renchérit l’Anglaise, quand je lui ai dit qu’il pouvait faire la cuisine tout seul, je ne l’ai pas vu pendant deux jours, et le troisième il est revenu avec un robot multifonctions ». « Quant à moi, intervient la Russe, je lui ai dit “chéri, maintenant, c’est toi qui va faire la vaisselle”. Je ne l’ai pas vu pendant deux jours. Le troisième jour, j’ai commencé à voir un peu, de l’œil droit. »
        Plus sérieusement et pour ne pas s’arrêter par inadvertance coupable aux divagations et propagandes du bouton de rose putinien et mélenchonien du BJ, lire ça :
        https://conflits.revues.org/18388

      13. C’est vrai ça, un scandale ces chats masos. Quant à la France, si elle balayait devant sa porte avant d’aller donner des leçons à Poutine ou ailleurs, elle n’en serait peut-être pas là où elle en est. Ca leur fera de belles jambes les femmes si elles se retrouvent sous les ponts tabassées non plus par leurs maris mais par ceux qui voudront leur voler leur abri de fortune, un carton de bourge sans doute.

      14. Ah, c’est pour éviter d’en faire des SDF qu’on propose aux maris russes d’avoir la caresse un peu ferme ?!? Ce féminisme exacerbé ne nous avait pas sauté aux yeux…
        Moi, je suis pas la France, et devant chez moi, c’est super propre, donc je critique les conneries où je les vois, quand je veux, comme je veux, avec ou sans l’aval des chats qui ferait mieux de gratter leur litières.

        Allez répétez avec James : « mieux vaut être tabassé bien au chaud que de dormir sous les ponts ». No, there’s no alternative apparently.

      15. tu t’es fais avoir rosebud, le procédé est bien connu, si tu cautionne pas à la quête sur la sanction totale face à l’argument indéfendable tu es mis dans le sac et tout ce que tu pourra dire sera retenu contre toi. C’est le procédé journalistique qui fait systèmatiquement sortir méluche de ses gonds, c’est imparable et il tombe à chaque fois les pieds dans le plat. Sarkozy a gagné une élection comme ça et à gouverné pendant 5 ans grâce à ça. Lepen en a fait un fond de commerce : un fait divers indéfendable et elle ouvre boutique. Si ça me fais plutôt sourire de la part de Vigneron, je pensais Julien moins enclin à ce genre de procédé (bon pour dire vrai j’ai pas tout lu j’ai un peu survolé). Mais enfin tous les deux vous avez pas honte d’instrumentaliser la souffrance de tous ces conjoints(es) (si, si, Olga elle a souvent une sacré droite dans ces contrées). Tout ça à des fins bassement politiques franco–française et sans tenir compte des circonstances atténuantes que sont l’alcoolisme et la pauvreté que votre mentorcron ne se gêne pas de mettre en exergue quand il visite certaines lointaines et exotiques contrées…

      16. Dup, je me sens parfaitement à l’aise avec ma conscience. La seule chose qui m’effraie, c’est que des trolls du genre James ou Rosebud se sentent eux parfaitement à l’aise avec leur conscience.

      17. Violences bloguestiques, deux modérateurs vs trois pondérateurs, 45 jours d’ITT pour les trois malheureux. Que fait la police ?

      18. Quand on va critiquer ce qui se passe dans d’autres pays, il faut commencer par comprendre pourquoi ils prennent telle ou telle décision au lieu de dire « devant chez moi c’est comme ça donc ça doit forcément fonctionner comme ça ailleurs ».
        Ils l’ont expliqué : avec ces lois trop rigides, ça part à la dérive. Un parent gifle son enfant, il peut se prendre deux ans de prison. Nous voulons éviter ce genre de dérives comme il y a trop souvent en occident.
        Et c’est ce que l’on trouve le plus insupportable chez les frenchies, toujours faire la morale aux autres et ne pas voir que chez eux, ça ne tourne pas franchement bien rond.
        La grosse vanne du genre nettoyer sa litière n’apporte rien à la discussion, mais pareil, les français en ce moment ont besoin de se défouler et de s’inventer des ennemis. C’est le même mécanisme que de tabasser sa femme.
        Fin de la discussion.

      19. Ah, maintenant on est tellement curieux de savoir d’où vous parlez brave matou, pour balancer sur ces « insupportables frenchies » ! Perso, je me sens à l’aise pour parler de la Russie, pour y avoir passer plus de temps que la plupart de ceux qui en parlent ici. Et en parler la langue. Alors les leçons de ceux qui voient ça de loin en lisant Sputnik me laissent de marbre, voyez vous.

        Attention à l’excès de zèle dans la justification du n’importe quoi. C’est pas parce qu’on se creuse la tête pour trouver des angles présentables pour la connerie crasse que cela rend le paquet plus aguichant.

      20. Le grand mot lâché. Quand on ne caresse pas quelqu’un dans le sens du poil on est un troll. Très constructif comme attitude, après les vannes très élaborées de la litère, la pirouette classique pour tenter de clouer le bec, comme sur les plateaux TV. Je vous croyais plus subtil que ça Julien.

      21. Les justifications pathétiques du chat et du bouton de rose n’appellent aucune subtilité dans la réponse. Développez des arguments subtils plutôt que la propagande Sputnikienne et on en reparlera.

      22. vigneron 13 février 2017 à 16 h 27 min
        Excellent article pondéré qui éclaire sur ce qui se passe à la Douma, que Jorion dénonce simplement : genre : c’est la faute à Poutine. Merci Vigneron, là au moins on apprend des choses.
        https://conflits.revues.org/18388

        DUP 13 février 2017 à 17 h 25 min
        « tu t’es fais avoir rosebud »

        Rosebud1871 n’est pas le problème, mais il vous confirme les stages d’entrainement en cours pour user des mêmes stratégies à une autre échelle où les auditeurs sont moins bons lecteurs que mézigue. Ce qu’on nomme le champ politique.

      23. « …/… les justifications pathétiques de Méluche quand on lui rappelle sa position douteuse sur la Russie de Poutine …/… »

        encore faut-il aller prendre ses informations à la source et ne pas répéter ad nauseam le « discours » dominant . . .

        http://melenchon.fr/2017/02/13/bfmtv-theo-6e-republique-syrie-independance-de-france-otan-nucleaire-terrorisme/
        dans cet interview Jean-Luc Mélenchon rappelle qu’il n’a pas bougé d’un iota sur ses positions de politique internationales et que ces dernières sont en total accord avec un des derniers vote à l’ONU . . .

    2. « Perso, je me sens à l’aise pour parler de la Russie, pour y avoir passer plus de temps que la plupart de ceux qui en parlent ici. »
      Très bien Julien de parler Russe. Mais cela ne démontre rien. Il y a des français qui parlent de la France et qui n’ont toujours rien compris à la France

      1. Très bien James, merci pour vos bons points, on est ravis. Et vous, vous parlez du Mont Olympe sieur Chat ? Les « insupportables frenchies » vous le demandent ? Z’avez un truc inavouable à cacher ? En quoi votre vision de chat qui ne connaît visiblement rien à la Russie vous donne quelque autorité pour asséner que cette loi est tout à fait charitable en ce qu’elle va permettre aux bonzes de plus faire 2 ans de prison pour avoir cogné leurs marmots ? Nous sommes à l’écoute !

    3. La propagande Sputnikienne? Je n’ai jamais cherché mes sources sur ce site. Je lis beaucoup et pas uniquement de la politique, ça aide pour l’ouverture d’esprit et le raisonnement

      1. Quel rapport avec se prendre pour une blanche colombe ? Ce ne sont que des procès d’intention.
        Tout ça pour avoir signalé un lien vers un site qui parle de femmes battues à mort, vécu comme une banalité pourtant autrement plus révoltante. Et un lien qui soulignait l’importance de gérer les priorités d’une planète en ébullition. Il faut prendre un peu de hauteur au lieu de coller des étiquettes pour se défouler

      2. Le chat a pas compris ? On vous fera un dessin la prochaine fois…
        Toi chat mettre grosses papattes dans pot confiture de la relativisation et de la justification. Toi trouver Français insupportables parce qu’ils ont une morale. Toi insinuer que tes contradicteurs sont du même bois que ceux qui frappent leurs femmes. Et maintenant toi jouer les chattes effarouchées.

      3. L’un des problèmes de fond dans ce pays c’est justement de faire la morale aux autres mais ne pas l’appliquer chez soi, ensuite d’être arrogants. Si vous avez un peu voyagé, c’est l’étiquette que l’on nous colle à l’étranger, les frenchies ne se rendent pas compte qu’ils n’ont plus les moyens de leur arrogance, qu’ils ont rayonné sur le monde mais sont passés en queue de peloton, culture, sciences, littérature, éducation… c’est le déclin partout. Il est temps de sortir de ses certitudes et enlever ses oeillères. Mais ceci dit, d’autres l’ont compris, la prise de conscience est partout en ce moment, sans doute bien tard, le réel nous a rattrapés. Et les méthodes maîtresse d’école qui gronde ses élève et les met au piquet pour un mot qui ne cire pas les chaussures de la bien-pensance, tout le monde s’en tamponnera. Je vous laisse avec votre morale de pacotille

      4. On ne sait toujours pas de quel valeureux pays forcément irréprochable vous nous assénez vos poncifs éculés sur les « frenchies », cher preux chevalier chat, pourfendeur de la « bien-pensance », mais ça commence sérieusement à ressembler à du racisme bête et méchant, non ?

      5. Renseignez-vous Julien, mais avant cela laissez tomber le marteau qui ne voit que les clous. Les procès d’intention à tout bout de champ n’en sont que la conséquence

    4. J’ai pas )tout lu, je ne sais pas si c’est vrai et je ne citerai pas la source.
      Brut de décoffrage, sans garantie.
      Quand même, on note:
       » les coups et blessures et autres violences ayant des conséquences restant pénalisées, puisqu’il n’a jamais été question d’y toucher.  »
      Reste la question à 100 balles: qui fait la différence entre infraction grave et pas grave ? La victime ?

      [début…]
      La Russie est en train d’adopter un texte de loi dépénalisant les voies de fait sans préjudices. Pour mettre immédiatement les points sur les i, quelques remarques préliminaires:

      Les coups et blessures ou toute autre voie de fait entraînant même un léger préjudice restent pénalisés aux articles 115 et 117 du Code pénal;
      Les voies de faits sans préjudice (petite fessée ou petite giffle, bousculade) sont pénalisées en cas de récidive;
      Les voies de faits sans préjudices ne sont pas légalisées, puisqu’elles sont transférées vers le Code des infractions administratives et sanctionnées par des amendes et des peines alternatives.
      Donc, pour remettre les choses en place suite à la vague de propagande qui s’est emparée de la question, notamment dans la presse française.

      L’article 116 du Code pénal « Voies de faits », dont il est question dans cette affaire avant la réforme de 2016, visait les actes ainsi définis:
      Le fait d’exercer des voies de fait ou autres actes violents ayant causé une douleur physique, mais sans entraîner les conséquences visées à l’article 115 (à savoir des troubles passagers de la santé).
      Ces infractions étaient punies d’amendes ou de peines alternatives, comme le travail d’intérêt général.
      Traditionnellement, l’action en justice relève ici de l’accusation privée, sur le modèle allemand. Autrement dit, la poursuite est de nature pénale, mais uniquement sur requête de la victime, le procès ressemble à un procès civil, sans enquête ni instruction préparatoire. La seule exception où l’accusation sera publique, c’est-à-dire menée par un procureur et conduite sur le modèle des procès pénaux avec enquête, c’est lorsque la victime est particulièrement protégée (mineure, handicapée …), lorsqu’elle a une incapacité ou lorsqu’elle est en situation de dépendance (épouse par rapport au mari, employé face à l’employeur, etc.).

      L’autre particularité du système russe par rapport au système français est là aussi s’apparente au système allemand: à côté du Code pénal, il existe un code des infractions administratives, qui prévoit une procédure simplifiée pour les infractions légères.

      Afin de désengorger les tribunaux, par exemple entre deux voisins qui se bousculent pour une place de parking, sur initiative de la Cour suprême, le législateur a dépénalisé cette infraction en adoptant la loi cet été. Ce qui ne signifie pas qu’aucune sanction n’est prévue, cela signifie simplement qu’elle passe du Code pénal au Code des infractions administratives. Il y a eu beaucoup de discussions pour savoir s’il fallait simplement supprimer cet article, ou s’il fallait trouver un compromis. Finalement, un compromis a été trouvé: en cas de récidive, la sanction est pénale. 

      Il faut préciser que la discussion n’a pas concerné en particulier les violences familiales, car elles sont comprises dans cet article et ne font pas l’objet d’un traitement particulier: toute violence est condamnable, n’en déplaise aux tenants de ce mouvement politique des Domestic violence.

      Or, sans aucun débat public ni discussion dans les assemblées, d’un coup d’un seul, apparaît dans le texte définitif de cet été une deuxième exception à côté de la récidive: les violences exercées dans le cadre familiale garderont un caractère pénale. Ce mouvement globaliste est donc bien implanté en Russie aussi.

      Entre temps la nouvelle Douma entre en fonction après les élections législatives et s’attèle à cette question. Car la situation est ubuesque. Prenons un ado. S’il reçoit une giffle du voisin, celui-ci encourt une responsabilité administrative; s’il reçoit une giffle de son père, la responsabilité sera pénale.

      Or, la Douma a décidé d’égaliser les statuts, une violence restant une violence: soit tout repénaliser, soit tout dépénaliser. Elle a fait le choix de l’humanisation du droit pénal et a transféré les giffles familiales vers les sanctions administratives, la récidive étant pénale et les coups et blessures et autres violences ayant des conséquences restant pénalisées, puisqu’il n’a jamais été question d’y toucher.
      [fin…]

      1. Elle a fait le choix de l’humanisation du droit pénal et a transféré les giffles familiales vers les sanctions administratives

        Les enfants battus en Russie vous remercient de relayer cette fine analyse. Nul doute qu’ils apprécieront à sa juste valeur « l’humanisation » du droit pénal qui plutôt que de pénaliser leurs géniteurs leur fera simplement payer le droit d’en faire des punching balls.

        J’ai pas )tout lu, je ne sais pas si c’est vrai et je ne citerai pas la source.

        Faut pas avoir honte de ses accointances Daniel : http://www.rassemblement-du-peuple-souverain.com/index.php/vous-avez-dit-fiers
        Elle est là la source.

    1. Actuellement aucune décision ne peut être prise au niveau européen, tout se passant à huis clos entre les seuls ministres des finances avec la règle du droit de veto de chaque pays.

      Il s’agirait de faire une proposition claire, dit-il, afin que la discussion puisse s’engager (ce qui n’a jamais été le cas jusqu’ici).

      Cela consisterait à créer une assemblée de la zone euro composée de députés nationaux de chaque pays issus de l’assemblée nationale etc., en proportion de la population et des groupes politiques. Ces députés débattraient et voteraient au niveau européen mais aussi au niveau national. Des députés donc qui prendraient des décisions sur les deux niveaux territoriaux, démocratiquement.

      Le tout c’est de miser vraiment sur une possible transformation du fonctionnement démocratique et non dire que tout est foutu, il faut partir de la zone euro.
      L’idée est de transformer la structure, son mode décisionnel pour permettre, enfin, une Europe politique.

      1. Il s’agirait donc de déléguer de la souveraineté à une assemblée supra-nationale (option plus d’Europe, super populaire par les temps qui courent).
        Ceci ne peut être fait que par un nouveau traité.
        Je maintiens ma question : ce nouveau traité, qui le voterait ?

      2. Réunir cette Assemblée, lui faire voter le contrôle politique de la BCE pour investir massivement…, voter une harmonisation fiscale, (sans parler de l’harmonisation sociale) ça tient de la magie.
        En attendant, comment lever des impôts sans faire fuir les capitaux dans cette passoire européenne?
        Bref, 5 ans de plus de perdus…

      3. « ça tient de la magie. »

        Je crois que les tenants de l’Europe aujourd’hui remarquent, comme nous, la montée de l’extrême droite mais aussi la défiance des citoyens vis-à-vis d’eux….
        L’intérêt peut converger dans une Europe en déroute, bloquée. Il ne faudrait pas louper cette conjoncture, nous pourrions le regretter amèrement.

    2. la question lui est posée dans l’interview , referendum? réponse : heu, pfff, ben heu….. en ce moment, heu… brexit heuu…

      1. Non il n’a pas exactement répondu « Heu, pfff, ben heu…. en ce moment, heu… brexite heuu »

        Voici ce qu’il répond

        « Je n’ai pas d’opinion sur la question (un temps)
        Je ne suis pas sûr que le référendum, comme on a pu le voir pour le Brexit, … je ne suis pas sûr que ce soit le gage d’une bonne prise de décision démocratique. Parce que ce dont on s’est rendu compte dans le cadre du Brexit c’est qu’en réalité à une question simple, en fait, réponse complexe…. »

        Franchement qui peut ne pas être d’accord avec ça ?

        Il reprend :

        « …On répond par oui ou par non et le lendemain matin on se rend compte qu’on ne sait pas très bien ce qu’on a dit sur la circulation des travailleurs, sur les tarifs douaniers, et on se remet à tout reprendre à zéro…Ce type de débat complexe, il faut prendre toute l’étendue des implications, des différentes options, qu’il y ait un long débat public, une délibération publique et là, le parlement est là pour… »

        La question de la « validation » n’est pas encore tranchée.

      2. Il aurait d’ailleurs pu répondre plus clairement que l’élection présidentielle française au suffrage universel est une forme de referendum avant le referendum ,et que lier le candidat à cette orientation ( comme ce serait nécessaire) , c’est lui donner la caution d’un referendum préliminaire dans les négociations à conduire.

        Sous condition d’une élection largement majoritaire .

        Ce qui présente aussi l’intérêt de « lier » le peuple à l’engagement qu’il a mis en jeu .

        Si les peuplades gauloises en sont capables et dignes .

      3. ok d’accord donc si je vous suis bien il à répondu :

        Je n’ai pas d’opinion…. Je ne suis pas sur (2 fois)… il faut prendre toute l’étendue des implications, des différentes options

        Ok 🙂

  21. Politique… politique = emballage
    C’est à celui qui confectionnera le plus bel emballage pour vendre son cadeau empoisonné.
    Avant la confection de l’emballage il faut savoir ce qu’il va contenir.
    Et bien le nouveau paradigme capable de répondre au besoins de tous sa saccager la planète.
    Mais bon silence, on vote en France!

    1. Pour qu’il y ait du politique, il faut permettre aux instances d’exercer la politique. Ensuite, on construit….

      1. Et bien si tout le monde doit attendre que les instances exerce la politique pour construire on n’est pas rendu.
        La politique s’est toujours développée après la construction.
        Que pourrions nous d’ailleurs construire quand on voit que toute politique qu’elle soit de gauche ou de droite c’est faire de la même chose mais autrement.
        Ce qu’il faut c’est construire autre chose, l’intendance politique suivra, c’est d’ailleurs ce qui se passe.

      1. Le (sic) était d’Allais. Une autre de l’Alphonse qui lui irait aussi comme un gant :
        <em<On devrait ouvrir des écoles pour professeurs inadaptés.

  22. @Armelle :

    J’ai un peu de mal à suivre le blog assidument là où j’en suis , mais , pour autant que ma cervelle et l’apprentissage des échecs passés me le permettent encore , je pense que votre état d’esprit et le courage qui va avec , est celui qui peut faire progresser le monde .

    Je m’étais souvent inquiété ici du peu de légitimité nationale et internationale que la pauvreté de nos votes déléguaient au « président  » finalement élu . Cela tenait aux « scores », mais aussi et surtout à l’absence de propositions claires , cohérente avec la marche du monde , que les candidats et leurs écuries auraient pu faire .

    Cette « marche du monde » , elle nécessite effectivement de mieux distribuer et ancrer dans les outils , ce qui est du niveau « autonome » sinon autarcique , et ce qui est du et des niveaux délégués .Pour nous français , ce qui peut et doit rester du niveau de notre seule « volonté », et ce qui doit et peut être assumer à un niveau d’agrégat supérieur .

    Ce débat/choix doit être l’objet de notre prochaine élection , sinon elle ne servira à rien . Ce débat /choix , si l’on croit à la démocratie ( comme vous , comme moi), doit effectivement être large et public , car c’est lui qui donnera réellement la chance , pour celui qui l’incarnera in fine, d’être pris au sérieux dans les négociations ultérieures , par les interlocuteurs choisis . On échappe ainsi à la suspicion de discussion entre experts plus ou moins bien intentionnés . Ce qui devient clair et partagé , c’est le contenu préalable du mandat et la force que le peuple qui le propose se donne .

    Dans l’opposition Hamon /Mélenchon , si l’on en reste comme on devrait à l’opposition des méthodes ( les buts , dans leurs finalités humanistes ne me semblent pas si différents ), la méthode Hamon/Piketty , qui consiste à annoncer la couleur et les attendus de la proposition sur laquelle le président de la République française aura été élu , me parait , d’expérience , plus susceptible d’avoir des développements que le rapport de forces avec « menaces de » qui , en l’état , est plus inquiétant pour le menaçant que pour le menacé .

    J’espère que le mandat donné à notre prochain président , ne sera pas un mandat par défaut , ou par atavisme , ou à la petite semaine …Car sinon mon pays et le monde seront mal ce que nous consentirons à l’avenir .

    Je vous embrasse , et retourne à ma retraite .

    1. juannessy,

      Vous supposez Hamon sincère. Comme Hollande en 2012…
      A supposer qu’il le soit, le peuple n’en peut plus de ces calculs politiques, qui ne font que remettre des années de galères au bout d’années de galères.

  23. Pour redevenir concret : C’est quoi ça ?? Un projet? De la pure démagogie? Autre?

    Mélenchon 09/02/17 :

    « Vous promettez la création de 3,5 millions d’emplois. Comment allez-vous faire ?
    Notre logique, c’est la relance économique par l’investissement massif. La droite et Macron proposent de retirer 100 milliards de la dépense publique, moi je propose de rajouter 100 milliards d’investissements. Même le FMI de Mme Lagarde dit qu’il faut relancer en recourant à l’emprunt. N’oublions pas : 1€ en investissement génère 3€ d’activité qui génère à leur tour au moins 20% de retours vers l’État sous forme d’impôts et taxes. En tout, nous pouvons créer 3,5 millions d’emplois.

    Mais où trouver l’argent ?
    Ce n’est pas le plus difficile. La BCE fait une opération de distribution gratuite de fonds aux banques privées ; 80 milliards d’euros par mois, 60 millions de SMIC ! Pas un n’est venu dans l’économie réelle ! Tout part dans la sphère financière qui ne produit rien. Dès le premier jour je mandaterai la Banque française d’investissement pour qu’elle aille chercher les 100 milliards à la BCE !

    Vous comptez beaucoup aussi sur la transition énergétique..
    On ne doit plus faire de la croissance comme avant. On ne peut plus prendre à la Terre davantage que ce qu’elle peut reconstituer. D’où l’importance que je donne à la planification écologique et bifurquer vers le 100% d’énergies renouvelables pour accompagner la sortie du nucléaire. Par exemple, ma priorité à l’économie de la mer peut créer 300 000 emplois. Le mythe du nucléaire est épuisé : suppressions de milliers d’emplois chez EDF, vulnérabilité aux variations de températures, lors des pics de froid. Sans oublier la question de l’approvisionnement en uranium. Je suis d’ailleurs aussi opposé à l’EPR d’Hinkley Point en Grande-Bretagne, c’est le boulet qui va faire couler EDF. Combien ça coutera de sortir du nucléaire ? La vraie question est plutôt : combien ça coûte de maintenir les centrales en activité ? Combien ça coutera en cas de catastrophe ?
    « Vous financez votre programme par de la dette alors ?
    Non, par le crédit aux organismes investisseurs ! Mais je vais être direct : aucune dette des États en Europe ne sera jamais payée, tout le monde le sait. Il faudrait tellement de générations, tellement de coupes budgétaires que ce serait insupportable. Ces dettes doivent être rachetées par la Banque centrale européenne, et être transformées en dette perpétuelle à taux zéro. Et je voudrais qu’on remette la dette de la France à plat. Il y a dedans de la dette dite « illégitime », sans cause économique, contractée, par exemple, pour payer les intérêts de la dette. Il y a aussi beaucoup d’opérations passées qui devront être évaluées par des commissions d’enquête parlementaires, par exemple les privatisations, comme celle des autoroutes… Et ceux qui ont pillé le pays devront rendre des comptes.

      1. Dis moi, dans ton bilan ça à le même effet sur ton banquier si tu t’endette pour payer des frais de fonctionnement (allez té un truc indolore : les cotisation MSA sur la récolte n–1 l’année ou t’es gelé à plate couture), que si tu restructure une parcelle? Comment ça on te prête à long terme pas pour de la trésorerie mais seulement pour des investissements matériels ?

      2. Dup,

        100 milliards, ce sont des investissements. Tout comme le New deal de Roosvelt ou encore le plan Marshall.

      3. Vu que je suis plus à une balle dans le pied près et que j’aime bien être objectif à l’insu de mon plein gré, il me semble que méluche à fait partie du gvt Jospin qui à privatisés entre beaucoup, mais alors beaucoup d’autres, les ASF. Et je prend un malin plaisir à la sortir ici avant vigneron 🙂

      4. Et quelle était la position de Méluche, vis à vis de la privatisation des ASF, depuis son poste de ministre délégué à l’Enseignement professionnel auprès du ministre de l’Éducation nationale ?

        vigneron va nous le dire, j’en suis sur.

      5. En tous cas il a pas frondé sans quitter le PS lui, je suppose que c’est pour ça que vigneron s’y est pas risqué 😉

    1. Otremos,

      Il a aussi dit que le chiffrage de tout cela allait être précisé le 19 février.

      Lorsque en 1963, quelqu’un a dit qu’ils iraient sur la lune avant la fin de la décennie, sans doute ne l’aviez vous pas cru…

      Mais qu’est ce qui vous choque dans ce que vous rapportez ?

      1. Dans ce qui est écrit , rien ne me choque.
        Ce qui me choque , c’est qu’on a l’air de ne pas vouloir en parler , le critiquer , le démolir , s’il y a lieu , avec des arguments clairs et opposables…
        Et si on n’y arrive pas , au moins qu’on f++me son clapet , au mieux qu’on vote pour lui.

      2. Otromeros,

        Ok, j’avais cru que vous faisiez dans l’ironie.
        Désolé, je suis bien d’accord avec vous.

        On arrête pas de dénigrer Mélanchon, mais pas même vigneron, n’est capable de lui trouver 1 seul poux dans la tête.

    2. Un indice, passant ce matin dans une grande surface synonyme « d’intersection », dans une banlieue proche de Paris, j’ai eu la curiosité de regarder le rayon librairie: le programme de JLM se vend relativement bien, il n’en restaient que 3 exemplaires, la pile de bouquins concernant FF, elle, était impressionnante, s’il était édité à compte d’auteur, cela va faire mal à sa cassette!

  24. Coucou Juannessy

    bisou…

    Les maux de notre quotidien que vous n’avez pas :
    « Voyez-vous, l’homme occidental est allé tellement loin dans le monde de la pensée qu’il en a oublié son corps. C’est comme s’il l’avait laissé derrière lui, et tous les modes de perception qu’il contient… Il est pourtant d’une aide précieuse pour incarner les expériences, afin que la vie ne soit pas une accumulation de théories et d’opinions… » Ansa

  25. On est bien parti pour le scénario Trump.

    Hamon/Clinton écartent Mélenchon/Sanders. Au 2èm tour on aura donc Macron/Clinton contre Lepen/Trump, et je vois mal les insoumis voter Macron. La colère engendrée encore une fois par la fourberie du PS fera le reste.

    1. Détrompez vous, la peste reste bien moins salissante que le choléra. « Je sais on fait ce qu’on peut, mais… ya la manière » J.Brel

  26. Bonjour,

    Ne saisissant pas la règle ou la logique de ce blog en matière d’ouverture ou non des billets aux commentaires, j’insère ici mes félicitations à l’article « Si nous étions des dauphins… » , par Patrice Brient et salue la clairvoyance de Stéphane Gaufrès pour sa « Politique fiction » qui se révèlera sans doute (peut être) prémonitoire.
    Merci à Paul Jorion d’accueillir ces billets invités et mes excuses pour cette parenthèse hors sujet 😉

    1. La règle est plus logistique que logique , merci à tous les modérateurs sans qui on aurait pas cet espace d’expression.

      Rhâ^^ , non je déconne, on est des râleurs acariâtres chez les insoumis

      😉

    1. Dire que quand ça arrivera chez nous il nous faudra en plus payer le manque à gagner sur l’électricité non produite par toute cette eau…

  27. Mr Piketty,
    J’ai personnellement signé l’appel à votre participation à la primaire dont vous n’avez eu cure et, à ma grande surprise, vous venez maintenant reprocher à Mr Mélenchon de ne pas y avoir participé ! Autre chose, soutiendriez vous Mr Valls s’il avait gagné la primaire (avec Hamon vous aurez à faire avec la même assemblée) ? Je vous remercie cependant d’avoir détaillé un plan A auquel l’UE portera vraisemblablement autant d’intérêt que vous même n’en avez porté à notre pétition, chacun, comme vous et moi, voyant midi à sa porte et décidant de ne se mouiller que jusqu’où il à encore pied. Personnellement j’ai déjà mis en route mon plan B et, dans la mesure du possible, ce sera la FI, et si je dois me repentir une fois de plus de mon vote, et bien, je suis rodé. Je vous donne rendez-vous au deuxième tour et je compte bien sur vos conseils éclairés pour choisir entre la peste et le choléra.

    Bien à vous.

    1. Tant qu’on n’investira pas sur les points d’accord pour ensuite s’occuper des points de désaccord sur lesquels il faudra se mettre d’accord, nous faisons le lit de ceux avec lesquels nous sommes totalement en désaccord. On tourne en rond, on perd son temps, on se tape dessus et alors … rien.
      Je vois quelques points d’accord sur lesquels il faut se concentrer :
      – la réduction des inégalités
      – les méfaits de la finance (pas du prêt de qualité)
      – une croissance non durable
      – le projet inabouti de l’Europe

      La liste est plus longue que l’on croit. Si on s’attaque à ces 4 sujets, ça va bouger.

      1. Ha, non, non, mais vous n’y êtes pas du tout, on d’accord sur tout, seulement on me reprendra pas à voter PS c’est tout. Ya des cocus qui pardonnent et d’autre pas et j’ai bien peur que ce ne soit pas négociable. Je cite encore Brel comme ci dessus : je sais qu’on fait ce qu’on peu mais ya la manière…

      2. Je me souviens au lendemain de l’élection de Hollande mon pot qu’est prof de français au village et militant psoe qui me félicitait , plein d’illusion : il vas nous arranger tout ça François !
        Je me souviens avoir baissé les yeux, et murmuré : te fais pas trop d’illusions quand même…

        https://www.youtube.com/watch?v=bdyn6wBJKIE

      3. par exemple, sur ce point que vous mettez en avant :
        « – le projet inabouti de l’Europe »
        Où trouver une quelconque convergence entre les positions d’un Hamon, d’un Jadot et d’un Mélenchon ?
        Je vois plutôt une divergence à 120° (360/3) dans les propositions.

        Jadot et les écologistes sont plutôt pour aller vers le fédéralisme.
        Hamon nous vend un plat réchauffé sans nous dire ce qu’il fera en cas de mise en minorité (la transition écologique pour mettre fin à l’austérité joint à un processus de convergence sociale et fiscale mettant fin aux différents dumpings. ||https://www.benoithamon2017.fr/thematique/pour-une-france-independante-et-protectrice/#europe||)
        Mélenchon ne lâchera l’U€ que contraint et forcé, mais il s’y prépare ouvertement puisque son programme est incompatible avec les traités et qu’il ne s’en cache pas.

      4. @Pierre-Yves Dambrine
        j’ai écrit « Mélenchon ne lâchera l’U€ que contraint et forcé »
        et pas, pour moi U€ = Union €uropénne
        « Mélenchon ne lâchera l’Euro que contraint et forcé. »

      5. Nous avons tout intérêt à garder une souplesse en adoptant une attitude ouverte et vigilante sans quoi nous rejouerons les querelles de cour d’école. Habillés du manteau de la trahison des uns et des autres, nous risquons de coller ces mêmes vêtements à tous les candidats.

    2. RV
      Il existe de vraies divergences, c’est un fait.

      « Mélenchon ne lâchera l’Euro que contraint et forcé. »

      Armelle, plus haut, avait donc bien entendu Mélenchon, de ses propres oreilles, lorsque celui-ci disait vouloir quitter la zone Euro. Mélenchon, dixit Piketty sur France Inter, passe l’essentiel de son temps sur le plan B. Piketty n’avait donc pas raconté n’importe quoi au sujet de la méthode proposée par Mélenchon pour faire sa politique. On est d’accord.

      La méthode Piketty qui consiste à tout faire pour faire se concrétiser le plan A, me semble plus rationnelle, par comparaison à celle de Mélenchon, lequel Mélenchon selon moi commet l’erreur d’abattre toutes les cartes avant même d’avoir joué une partie (avec l’Allemagne) dans laquelle l’Union peut sortir renforcée. Plus consistante politiquement.
      Rien ne dit qu’un Hamon-Piketty ne mettrait pas sur la table un plan B si la négociation devenait par trop difficile mais alors en toute dernière extrémité.
      A cet égard la crise grecque nous a apporté un enseignement, qui est qu’en restant au sein de la zone euro il y avait des marges de manoeuvres pour le gouvernement Grec. Il s’en est fallu de peu que Varoufakis puisse menacer ses interlocuteurs de la Troïka d’un plan B devant le refus cette dernière de tout compromis. Varoufakis après la crise expliquera que son plan B se devait d’abord d’avoir un effet dissuasif pour faire revenir ses interlocuteurs à des meilleurs sentiments. Un membre de la Troïka dira plus tard qu’il n’avait jamais été question en réalité d’abandonner la Grèce à son sort. On ne saura jamais ce qui était réellement jouable. Toujours est-il que Varoufakis avant d’évoquer le plan B avait participé consciencieusement aux négociations, proposant un plan A, qu’il avait duement remis aux autorités compétentes. Bref, un plan B n’as de sens que si l’on joue à fond le plan A.
      Mélenchon fait courir le risque tout à fait inutile de passer passer l’Union européenne par pertes et profits, alors qu’on peut encore faire quelque chose.
      La France avec Mélenchon au pouvoir comme phare de l’Europe, c’était crédible en 1789, mais en 2017 ?!

      1. Rectification. C’est par erreur que j’ai cité « Il ne quittera l’euro que contraint et forcé ». Cela n’a pas de rapport avec ce que je dis après. Pour le reste je maintient mes dires.

      2. Pierre-Yves Dambrine 13 février 2017 à 22 h 18 min

        « On peut encore faire quelque chose » ?

        ÇA n’est pas rien :
        https://lerevenu.com/breves/thomas-piketty-soutien-de-hamon-preconise-une-assemblee-de-la-zone-euro

        Mais vous connaissez le système pyramidal, la transversalité, dans les groupes, etc.
        J’ignore ce que les insoumis peuvent répondre à Piketty, ni par quel porte-parole, mais une vraie discussion programmatique sans tabou, ne passe pas par des petits bouts de préconisation isolés d’autres enjeux, surtout quand on a déjà assisté aux cafouillages des contradictions internes du gouvernement socialiste où le même jour 2 ou 3 officiels pouvaient déclarer à la presse des choses qui n’allaient pas ensemble.
        Piketty cause en son nom, ou à quel titre, d’où sort cette préconisation ? vieille réflexion tenue secrète et pourquoi ? Euréka au réveil ? …

      3. Dup

        Faut aller se battre contre qui en 2017 ?
        Avec quelle armée, contre quelle armée ?
        Contre l’armée de Mme Merkel ?

      4. Rosebud1871
        Cette préconisation de Piketty n’est pas nouvelle, il en parlait déjà dans une longue interview parue dans le Télérama du 23 mars 2016.

      5. Ça fait 5 ans que Piketty propose cela partout où il parle. Mais puisqu’on te dit que c’est une « vieille réflexion tenue secrète », bataille pas Pierre-Yves !
        Y en a qui ont l’ouïe très sélective.

      6. Pierre-Yves Dambrine 13 février 2017 à 23 h 59 min

        Merci, ma femme est abonnée, j’ai peut-être lu, aucun souvenir.
        Donc une proposition de TP localisée dans un ensemble déjà très construit d’après JLM…qui semble rendre l’ensemble déjà caduque, ou la proposition de TP ininsérable ? Je comprends peu tout ça, or j’en dépend !

        [Un nouveau traité européen est en préparation
        L’avenir de l’UE est en discussion à l’approche du 60ème anniversaire du traité de Rome, le 25 mars 2017. À cette occasion, l’Union sera célébrée en grande pompe. Et on nous annonce qu’un nouveau cap sera fixé. Mais dans quelle direction ?
        Trois rapports parlementaires, en préparation, en précisent déjà les lignes directrices. Ces rapports, discutés à la va-vite en commission parlementaire afin d’empêcher les débats, sont à l’image de la grande coalition qui gouverne l’Union Européenne. L’un a été rédigé par le belge Guy Verhofstadt, membre du groupe de centre-droit ALDE, le second et le troisième sont rédigés conjointement par la droite et les sociaux-démocrates : Reimer Böge (PPE) et Pervenche Berès (S&D) d’un côté et Mercedes Bresso (S&D) et Elmar Brok (PPE) de l’autre. Et preuve supplémentaire de l’accord politique qui existe entre les principaux groupes politiques au Parlement européen, les 3 rapports disent peu ou prou la même chose.
        Le constat d’échec de la gouvernance de l’UE est posée nettement par le rapport Verhofstadt : « il est désormais temps de mener une profonde réflexion sur la façon de remédier aux lacunes de la gouvernance de l’Union européenne en procédant à un réexamen global et approfondi du traité de Lisbonne » il estime de plus que « le 60e anniversaire du traité de Rome serait un moment approprié pour lancer une réflexion sur l’avenir de l’Union européenne et convenir d’un projet pour les générations actuelles et futures de citoyens européens menant à une Convention dans le but de préparer l’Union européenne aux décennies à venir ». Les propositions pour faciliter la prise de décision et l’évolution des structures de l’UE reviennent à creuser encore un peu plus le déficit démocratique de l’UE.
        Ainsi, les trois rapports s’accordent pour réclamer le remplacement des prises de décision à l’unanimité au Conseil par des prises de décisions à la majorité « qualifiée ». Le rapport Verofsdadt va plus loin en proposant de « permettre l’entrée en vigueur des modifications apportées aux traités après un référendum paneuropéen ou après ratification par une majorité qualifiée de quatre cinquièmes des États membres ». Les 3 textes demandent également un renforcement des pouvoirs de la Commission. Comment ? Via la création « d’un ministre des finances de l’Union européenne » au sein de la Commission, comme proposé par Verhofstadt ou en fusionnant le poste de président de l’Eurogroupe avec celui de commissaire aux affaires économiques et financières, proposé par le rapport Bresso & Brok.
        Car s’il s’agit de renforcer la gouvernance de l’UE c’est d’abord sur le plan économique. Aussi les rapports proposent la création d’un « code de convergence » qui « devrait conditionner l’accès à un financement par le MES/FME » (rapport Boge & Berès). Le rapport Verhofstadt demande « l’intégration du pacte budgétaire dans le cadre juridique de l’Union et l’introduction du Mécanisme européen de stabilité et du Fonds de résolution unique dans le droit de l’Union », afin de graver, plus profond dans le marbre des traités, l’obligation de respect des règles austéritaires. Le rapport Bresso et Brok rappelle lui aussi l’importance de « l’application intégrale du cadre créé par le « six-pack », le « two-pack » et le Semestre européen, ainsi que sur la nécessité de s’attaquer en particulier au problème des déséquilibres macroéconomiques ».
        On se dirige ainsi sensiblement vers une UE de plus en plus autonome des États sur le plan économique. Évidemment en figeant la règle libérale comme un absolu. L’ordolibéralisme enfin institutionnel. Bien sûr, dans tout cela, et conformément à la doctrine ordolibérale : sans aucun contrôle démocratique. Ainsi le rapport Bresso et Brok propose de « modifier l’actuel système fondé sur des contributions calculées en fonction du revenu national brut (RNB) vers un système reposant sur de véritables ressources propres pour le budget de l’Union et de la zone euro » via « une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) réformée, une taxe sur les transactions financières, une taxe sur le CO2, une participation sur l’assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés, un impôt européen sur la fortune ou d’autres sources de recettes ». Les rapports proposent également la constitution d’un « trésor » soit au niveau européen (Rapport Verhofstadt), soit restreint au niveau de la zone euro (Rapport BÖGE & BERÈS) accentuant ainsi le phénomène de l’UE à deux vitesses.
        Les 3 rapports dépeignent également une Union belliciste qui s’organise pour la guerre via la mise en place d’une « défense commune » via la création d’une « direction générale de la défense (DG Défense) » (Rapport Verhofstadt), mais aussi « la mise en place d’une coopération structurée permanente (CSP) », « l’établissement de quartiers généraux civils et militaires permanents », « l’institutionnalisation d’un Conseil des ministres de la défense permanent et doté d’une personnalité propre » (Rapport Bresso & Brok). L’atlantisme des rédacteurs est mis en évidence par leurs déclarations passionnées sur l’Otan avec lequel il conviendrait de « constituer un partenariat global » pour « renforcer la coopération » en supprimant « les obstacles politiques qui subsistent ». Ainsi, l’Union européenne se transforme doucement en un Big Brother européen possédant un « service européen de renseignement » (Rapport Verhofstadt) assorti d’une « obligation d’échange de données entre États membres » et auquel s’ajoute la création d’un poste de « procureur européen ».
        Enfin sur la question des réfugiés, l’UE ferme définitivement la porte à toute idée de solidarité proposant de manière inique à ce que « soient signés des accords avec les pays tiers sûrs afin de contrôler et d’endiguer les flux migratoires avant que les migrants n’arrivent aux frontières de l’Union européenne » ou encore l’adoption d’un « dispositif législatif contraignant et obligatoire à l’égard de la réinstallation ». Ainsi, au final, les propositions parlementaires ne proposent en rien un changement de cap de l’UE mais au contraire un renforcement de sa course effrénée vers l’instauration d’un gouvernement fédéral autoritaire au niveau de l’Union européenne.
        On peut cependant penser que ces rapports d’initiative parlementaire n’auront que peu d’impact dans les décisions qui se prendront en dehors du cadre parlementaire à l’occasion des 60 ans du traité de Rome et dont l’Allemagne a esquissé les grandes lignes lors du sommet de la Valette. Angela Merkel y a, en effet, annoncé que « il y aura une Union européenne à différentes vitesses, que tous les États ne vont pas participer à chaque fois à toutes les étapes d’intégration ». Déclaration confortée par les propos de François Hollande qui confirme la possibilité d’une Europe « à plusieurs vitesses » tout en demandant timidement à « préserver l’unité européenne ». Il semblerait que quatre pays soient prêts à franchir cette nouvelle étape : la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, les quatre principales puissances européennes une fois entériné le divorce du Royaume Uni. Les pays du Benelux ont également confirmé que « différents parcours d’intégration (…) pourraient apporter des réponses efficaces aux défis qui affectent les États membres à différents niveaux ».
        Et la déclaration que préparent les Vingt-sept pour le rendez-vous de Rome, pourrait ainsi contenir un ensemble de valeurs et de principes communs à tous, tout en précisant que certains États membres souhaitent partager un niveau supérieur d’ambition. On y comprend donc que les réformes annoncées par les 3 rapports ne concerneront qu’un nombre restreint d’États membres. Une forme d’Europe à la carte dont on va vite voir quel état de compétition et de domination il va organiser….]

      7. @Andrew, je ne fais que constater la position des écologistes, je ne dis rien de cette position.
        @Pierre-Yves Dambrine
        merci de répondre sur le fond !
        J’ai suivi comme tout un chacun ici les diverses déclarations de Varoufakis. J’ai retenu comme vous qu’il était à l’initiative d’un plan B pendant les négociations du plan A auxquelles il participait. Mais j’ai aussi retenu qu’il n’a pas été suivi par sa direction et que l’équipe qui planchait sur un plan B était réduite à quelques personnes seulement et n’était pas une stratégie du gouvernement en place. Les interlocuteurs de la partie grecque n’ont jamais eu à connaitre l’existence d’un plan B qui ne sera révélée par Varoufakis qu’après sa sortie du gouvernement.
        Les gouvernements en place n’ayant pas fondamentalement changé, vouloir rejouer le même scénario ne me semble pas vraiment « rationnel ».
        Vos considérations sur les marges de manœuvre ne me semblent pas étayées. Le dernier memorandum accepté et mis en œuvre par le gouvernement grec ne se distingue en aucune façon des précédents.

      8. Julien Alexandre 14 février 2017 à 0 h 08 min

        Vous découvrez que je ne suis, moi, pas un poil-iticien, mais j’avoue, un curieux au sens de l’abbaye de Conques, et pas ange pour autant.

        Depuis 5 ans écrivez-vous que Piketty claironne sa proposition !
        La durée du mandat de Hollande !
        Et aucun membre du gouvernement PS ni député n’a su la mettre en valeur et la faire parvenir jusqu’à mon ouïe !
        Et maintenant tous sont d’accord ?
        INCOMPREHENSIBLE !
        À la place de Piketty, avec une si belle proposition méprisée par Hollande, je l’aurai quitté séance tenante.
        Bon, à chacun son petit caractère…
        Mais il n’a pas le même que le mien :
        https://www.youtube.com/watch?v=pV2Rl9Rs9v0
        Vous qui êtes un politicien à l’ouïe fine, sauriez-vous dater cette vidéo plus précisément ?

      9. Perso, je n’ai que faire de Piketty, m’intéresse pas. Je ne faisais que corriger vos « faits alternatifs », comme quoi il aurait tenu secrète sa proposition pour ne la sortir que maintenant. C’est faux, point barre.
        Pour moi, Piketty a zéro sens politique. Il en avait pas avec son idée de primaire, il en avait pas en 2012, il en a pas aujourd’hui
        Pour les quizz, faudra aller sur TF1, m’intéresse pas non plus.
        La retape non stop pour Méluche ? M’intéresse pas non plus.

        Petit conseil en passant en revanche : faut arrêter de lire les tweets de Trump et de penser que c’est une bonne école de communication, i.e. virez moi les majuscules intempestives au milieu des phrases hachées menu.

      10. Julien Alexandre 14 février 2017 à 9 h 24 min

        2 choses :
        1/ Je décide de ce que j’écris et je n’ai pas besoin de porte plume, comme il y a des porte paroles.
        2/ Je suis rassuré que Poutine ne soit pas accusé de tout ça.

      11. RV
        Je vous renvoie au déroulé de la crise Grecque. Varoufakis n’a pas eu le temps de faire valoir son plan B, et pour cause, il fut écarté du gouvernement Tsipras. Cela ne signifie nullement qu’il n’avait pas là une carte à jouer. Mon propos est juste de dire que sur la méthode quand on a un plan B mieux vaut d’abord exploiter toutes les possibilités qu’offre le plan A. Ni plus ni moins. La crise grecque est juste un exemple proche de nous et significatif, on pourrait sans doute en trouver bien d’autres ..

      12. Julien Alexandre

        « Piketty a zéro sens politique »

        Votre remarque me faisant cogiter, je me demande bien ce qu’est pour vous le sens politique ou en quoi il ne l’aurait pas.

      13. Armelle, ne pas se poser trop de question. Ce contenter d’admettre à priori la proposition, vraie jusqu’à nouvel ordre : Tout économiste = déplorable politique.
        Les exemple pullulent autant que les économistes.

      14. @Vigneron :

        Un peu las ? Trois fautes d’orthographe en cinq lignes , ça n’est pas le Vigneron habituel ou celui qu’a connu cette charmante prof de philo !

        Mais , maintenant qu’on sait ce qu’est un déplorable politique ( si l’on n’est pas trop regardant ) , qu’est ce qu’un bon politique ?

        Une interrogation générale secrète aux intervenants du blog serait sans doute , derrière l’interrogation apparemment naïve d’Armelle , riche d’enseignements ( pourvu qu’on dispose d’assez de temps avant l’extinction de la lumière pour éplucher et traiter les copies ) .

      15. J’ai recompté , il y a même quatre fautes en quatre lignes .

        Je me demande qui sortirait « meilleur français  » , si l’on soumettait Macron , Hamon , Mélenchon , Fillon , Jadot , Le Pen , Bayrou et les quelques autres , à la dictée de Bernard Pivot .

        ↕Ça pourrait être un critère de sélection pour le premier tour …

      16. Je cite la bataille de Valmy (ou le rapport de forces était très très défavorable à la république) pour mettre en exergue a quel point la révolution était peu crédible en son temps, pas du tout pour faire le moindre appel à prendre les armes. Mille pardons pour avoir présumé du lecteur 😉

      17. @ Pierre-Yves Dambrine 14 février 2017 à 10 h 06 min

        j’ai remis la main sur l’interview de Varoufakis,
        publié le 14 juillet 2015, qui confirme mes souvenirs . . .
        https://blogs.mediapart.fr/monica-m/blog/130715/yanis-varoufakis-sur-leurogroupe-et-sur-sa-demission

        extrait :
        « HL : Vous devez avoir pensé à un Grexit depuis le premier jour

        YV : Oui, absolument.

        HL : …Des choses ont-elles été préparées ?

        YV : Oui et non. Nous avions un petit groupe, un « cabinet de guerre » dans le ministère, d’à peu près cinq personnes qui travaillaient là dessus en théorie, sur papier. Mais c’est une chose de le faire au niveau de 4-5 personnes, c’est une autre chose de le préparer pour le pays. Pour préparer le pays, une décision exécutive devait être prise, et elle ne l’a jamais été. »

        Par ailleurs ce que raconte Varoufakis sur les « négociations » dans cet article me conforte dans mon opinion que tout plan A est de la pure politique fiction.

      18. RV, Varouf dit aussi qu’il était contre une sortie de l’euro (comme les Grecs eux-mêmes d’ailleurs, ça tombe bien…) : « J’ai toujours été opposé à la sortie de l’euro parce que nous ignorons les forces obscures que cela pourrait faire déferler sur l’Europe ».
        Et surtout il dit bien que son plan de Parlement et de gouvernement de l’Eurozone n’est rien moins que celui que Schäuble cherchait à imposer, via un Grexit si nécessaire. Imposer à qui ? aux Gaugaulois évidemment. C’est ce qu’il avait dit lors de la conférence du 16 juillet avec Norman Lamont et des dirigeants de hedge-funds.

        Schaeuble has a plan. The way he described it to me is very simple. He believes that the eurozone is not sustainable as it is. He believes there has to be some fiscal transfers, some degree of political union. He believes that for that political union to work without federation, without the legitimacy that a properly elected federal parliament can render, can bestow upon an executive, it will have to be done in a very disciplinary way. And he said explicitly to me that a Grexit is going to equip him with sufficient bargaining, sufficient terrorising power in order to impose upon the French that which Paris has been resisting. And what is that? A degree of transfer of budget making powers from Paris to Brussels.

        Dup, faut pas trop écouter Monsieur, le rapport de force n’était nullement « très très défavorable » aux troupes françaises à Valmy mais au pire équilibré.

      19. @ Vigneron

        « RV, Varouf dit aussi qu’il était contre une sortie de l’euro »

        Qui a prétendu le contraire ?

        Pour vous plan B serait équivalent à sortie de l’€ ?

        Je vous renvoie aux différentes conférences pour le plan B en Europe, dont l’un des enseignement est qu’il y a autant de plan B que d’intervenants !

        La stratégie d’annoncer l’existence d’un plan B est ouvertement de faire pression sur ses interlocuteurs, je ne vois pas où serait le bénéfice de concocter un plan B « caché »

      20. « RV, Varouf dit aussi qu’il était contre une sortie de l’euro »
        Qui a prétendu le contraire ?

        Ben ceux qui prétendent avoir un plan B mais qui en fait n’y croient pas ou sont résolument contre sa mise en œuvre sauf s’il est subi et non choisi ou ceux qui inversement n’ont pas de plan A puisque le B est leur seul vadémécum, rhétorique ou pseudo-opérationnel, comme il se doit, mais pour lesquels le plan B, s’il advenait, serait également subi et nullement choisi.
        Depuis 2005, sérieux, les planBistes affichés, en fait des cygnes noirs, je les fuis comme la peste, seul remède reconnu efficace contre ce mal depuis Galien.

  28. Pourquoi Sapir et sa bande de Péniens frexitiens se fatigueraient-ils à polémiquer avec Villeroy de Galhau répondant aux propositions sapiriennes de la Grande Pénienne ce WE ? François Leclerc s’en charge merveilleusement sur le BJ.

  29. @ Julien Alexandre:
    « Faut pas avoir honte de ses accointances Daniel : http://www.rassemblement-du-peuple-souverain.com/index.php/vous-avez-dit-fiers
    Elle est là la source. »

    J’ignorais mais je ne vais pas aller voir. Rien que le titre m’en empêche;  » peuple souverain », ça craint dans l’ambiance actuelle.
    En France, le peuple est souverain. Inutile d’en rajouter.

    Non, ma source est là:
    http://russiepolitics.blogspot.fr/search?updated-max=2017-01-26T12:14:00%2B03:00&max-results=7&start=7&by-date=false
    Je crois que c’est l’original.
    La tenancière du blog est favorable aux républiques auto-proclamées du Donbass et donne parfois des infos sur Donetsk ou Lugansk pas vues ailleurs. Ce qui retient mon intérêt.
    Mais son orientation pro-russe aurait risqué de créer une prévention à l’encontre de son texte ( qui vaut examen par lui-même, sans coloration dû à son orientation).
    Je ne sais pas si vous vous rendez à quel point le blog est devenu intolérant à certaines sources. Il faudrait admettre qu’une vérité dite par Poutou ou Le Pen ( ou Mélenchon ou Fillon) reste vraie indépendamment de la source.
    Je reste un ferme soutien des idées de Paul pour autant que je les comprenne; je crois que Mélenchon est celui qui s’en approche le plus ( Pardi! il les lui a volées…), qu’il a l’indélicatesse des sans-gènes mais qu’il est capable d’évoluer et de rester ferme pour que « ses » convictions deviennent réalité. C’est un politique, intellectuel et démocrate.
    Mais le blog commence à perdre une qualité difficile à exprimer: largeur de vue, liberté, consensus par pédagogie.

    Restons en là. Il n’y a pas de conclusion.

    1. S’il n’y a pas de conclusion , c’est plutôt rassurant !

      La qualité exprimée me semble en fait l’énoncé de trois qualités différentes :

      – largeur de vue : en fait, quand ça ferraille et cliquette dur comme ça le fait depuis que je peux me remettre à la lecture , il n’est pas étonnant que le champs de vision se rétrécisse . Le fil de l’épée oublie toujours la totalité du champs de bataille .Mais ça reste passionnant et utile pour l’observateur , tant que les bretteurs sont des fines lames et pleins d’allant , comme c’est le cas . Il faut juste savoir s’arrêter de temps en temps et faire le tri , sans trop se soucier de l’amour propre des antagonistes .

      – Liberté : elle est toujours d’appréciation subjective , mais tant que les faits peuvent être rendus exacts ( et uniquement eux ), le blog me semble avoir cette vertu . C’est sans doute une des raisons de sa vitalité ( avec la donation volontaire sinon réciproque!).

      – Consensus par pédagogie : là , je ne vous suis pas , car je n’attends pas du tout de « consensus » ( sur quoi d’ailleurs ?) d’un blog où les combats aussi riches et argumentés que possible n’ont pour moi « que » la vertu de me permettre de repérer ou conforter des lignes de forces qui le plus souvent dépassent ,voire trahissent ,celles et ceux qui permettent de les mettre en évidence en conscience , par hasard ou à leurs convictions héroïques défendant !

      1. « depuis que je peux me remettre à la lecture ».
        Je vous souhaite un bon rétablissement.

        « Consensus par pédagogie », c’est pourtant le point le plus important. Des idées sont jetées en vrac. Une discussion s’ouvre. Des points de vue s’expriment. La vérité du blog se construit et s’affine par l’approfondissement. La richesse du blog réside dans ce processus.
        Et c’est bien ce qu’il me semble se perdre. Je n’ai pas d’exemples précis en tête mais souvent on a l’affirmation d’un truc, à prendre ou à laisser.
        Tout se passe comme si Trump et le brexit avait radicalisé le blog. Le signe le plus net est la plongée dans l’actualité journalistique. Nous devons avoir confiance dans notre démocratie. Elle est aussi solide que nous avons confiance en elle.
        Je crois et j’espère que tout cela – le dérapage anglo-américain- apparaitra comme une péripétie normale et non une menace. Le berceau de la démocratie ne peut pas se trahir, c’est une conviction.

  30. Armelle 14 février 2017 à 11 h 31 min
    Une réponse lue dans Fakir n°79 page 4:
    Un homme, dans la nacelle d’une montgolfière ne sait plus où il se trouve. Il descend et aperçoit une femme au sol. Il descend encore plus bas et l’interpelle :
    « Excusez-moi ! Pouvez-vous m’aider ? J’avais promis à un ami de le rencontrer et j’ai déjà une heure de retard car je ne sais plus où je me trouve. »
    La femme au sol répond :
    « Vous êtes dans la nacelle d’un ballon à air chaud à environ 10 m du sol. Vous vous trouvez exactement à 49° 28’ 11’’ Nord et 8° 25’ 58’’ Est ».
    « Vous devez être ingénieur » dit l’aérostier.
    « Je le suis », répond la femme, « comment avez-vous deviné ? »
    « Eh bien », dit l’aérostier, « tout ce que vous m’avez dit à l’air techniquement parfaitement correct, mais je n’ai pas la moindre idée de ce que je peux faire de vos informations et en fait je ne sais toujours pas où je me trouve. Pour parler ouvertement, vous ne m’avez été d’aucune aide. Pire, vous avez encore retardé mon voyage. »
    La femme lui répond :
    « Vous devez être un homme politique. »
    « Oui, dit-il « comment avez-vous deviné ? »
    « Eh bien », dit la femme, « vous ne savez ni où vous êtes, ni où vous allez. Vous avez atteint votre position actuelle en chauffant et en brassant une énorme quantité d’air.
    Vous avez fait une promesse sans avoir la moindre idée comment vous pourriez la tenir et vous comptez maintenant sur les gens situés en dessous de vous pour qu’ils résolvent votre problème. Votre situation avant et après notre rencontre n’a pas changé, mais comme par hasard, c’est moi maintenant qui à vos yeux en suis responsable !

  31. T’es sûr que c’est Fakir que t’as acheté, l’Ancestal ? Pas plutôt l’almanach Vermot ? Faudra faire un check-up un d’ces quatre.

  32. vigneron 14 février 2017 à 15 h 46 min

    Donc c’est clair Vigneron ne peut vérifier la source puisqu’il n’est pas abonné à Fakir, c’est plutôt fake Kir ta tasse de thé de centriste ?

    1. Sois gentil avec Ruffin, avec moi et avec ta femme, l’Ancestal : paye un deuxième abonnement à vie à 180 roros de ma part à Ruffin et offre le à madame pour la St Va Lent Tintin, à la condition bien sûr qu’elle annule son Tétérama hebdomadaire. Je me contenterai volontiers de tes désopilantes citations de l’alter-Almanach, de loin en loin.

      1. vigneron 14 février 2017 à 19 h 42 min

        « Sois gentil avec Ruffin, avec moi et avec ta femme »

        Avec Ruffin, j’espère bien qu’il sera député ; au Smic qu’il propose ; j’espère pour lui que le Smic sera augmenté.
        Avec ma femme c’est pas tes oignons.
        Avec toi, gentil, je l’ai été trop longtemps de par ton camouflage.
        Un troll centriste qui joue un coup à « gauche » avec guillemets, un coup à droite, qui anime un blog à temps plein, surtout avec des références culturelles parfois de qualité pour ajouter à la confusion du style potache. Inoubliable expérience !

        Je préfère l’inévitable.

      2. C’est quoi cette année le cadeau de Saint Va Lent Tinitin alors ? Séjour en Crimée, St Pétersbourg, Minsk, Ispahan ?

  33. S’entendre dire que FionFion serait un rempart contre le FN, on a franchement le sentiment que c’est l’inverse qui va nous arriver. Comme dirait l’autre ça nous pend au nez.

  34. Bon alors les garçons c’est très pénétrant tout ça ! Y a-t-il un gagnant ? Quel prof, quel auteur et celui de qui ? Des formes de pensées en béton paraît-il. Et je ne sais pas s’il y a du refoulé mais de la mémoire répétitive certainement.

    1. Armelle 14 février 2017 à 23 h 47 min
      Ce que vous ne semblez pas comprendre c’est que sur un blog annonçant la fin du monde, sauf à se débarrasser du capitalisme, la présence massive et masquée d’un centriste, pose problème. Si ce n’est qu’à moi, ça dit alors la vanité de tous les post revendiquant sur la transparence et la démocratie. Dont acte, renvoi à la montgolfière.

      Quand à parler de gagnant, c’est votre approche. Je ne fais pas salon.

      1. Effectivement, on préfère l’Ancestal dans son rôle de touriste nostalgique, et absent, que dans celui de salonnard putinien de moins en moins masqué.

      2. vigneron 15 février 2017 à 9 h 36 min

        Vigneron je ne fais volontairement pas partie des ABPJ, et j’ignore pourquoi PJ t’avais viré de son blog. Par contre j’ai le souvenir d’avoir regretté ton éviction, ce que ta groupie Gudulle, avait noté. Je regrette toujours lorsque quelqu’un est empêché de parler, surtout quand il a quelque chose à dire, et en ce qui te concerne, ce n’est évidemment pas ton blablabla mais certains de tes liens postés dont j’ai fait mon miel. Pour ceux qui n’ont rien d’intéressant à dire, (je suis juge et partie) la fameuse phrase de Coluche vaut.
        Par contre l’Argumentum ad personam à gogo et pour gogos, à longueur de journée, c’est de la pollution.

      3. Désormais, grâce à Rosebud1871 nous savons que centrisme est à la lutte anti-capitaliste du XXIeme siècle ce que le syndicalisme jaune était à la révolution prolétarienne. On doit se marrer pendant les repas de famille chez les 1871 ! Si vous buvez autant que Vigneron (je vous le conseille) ça doit donner un côté épique à votre réalité poutinienne déjà bien augmentée.

      4. Ça fait un peu combat de coqs, de testostérone, plutôt qu’autre chose. Et comme vous dites, l’heure est grave, je pensais que nous allions garder le cap sur cette interview, y compris en ajoutant des avis différents, encore faut-il qu’on les comprennent.

        Je n’ai compris que vigneron était plutôt centriste il y a peu de temps car je croyais qu’il était de droite. L’un ou l’autre, cela ne me dérange pas si les débats s’enrichissent. Or, je trouve que très souvent, vous parlez en sous-entendus, ou bien juste en contrecarrant untel ou untel. Enfin pour moi c’est pas clair et je ne peux qu’être spectatrice du coup, sans pouvoir prendre part.
        Ecrire clairement vos idées, le pourquoi du comment, c’est mieux que de rester toujours un peu dans l’esquive et revient à une certaine prise de pouvoir.
        Enfin c’que j’en dis…. cela ne vous intéresse peut-être pas du tout de vous faire comprendre tout à fait.
        Pourtant, tout centriste qu’il est (vous venez de me le confirmer), il a une large place dans les discussions et parfois nous avons majoritairement vigneron et gudule qui s’expriment. C’est un peu compliqué avouez-le de participer.

      5. @Armelle :

        L’opposition Vigneron/Rosebud est une illustration de ce que pourrait être un débat Macron/Mélenchon et en donne la richesse de contenu et les limites qui , selon moi , font qu’au final ils auront de la peine à faire plus de 25% à eux deux .

        On a « raison  » quand on est capable d’être désigné par près de 50% des inscrits et de conserver cette force aussi engagée que possible une fois élu .

        A propos des Normale Sup , j’en ai connu trois , dont le dernier était ( il est mort assez jeune) Patrice Abeille Conseiller régional et ci devant président de la Ligue Savoisienne . Il avait une villa sur les bords du lac d’Annecy ( c’est le site même du projet polémique de nouveau centre des congrès) et pratiquait les chambres d’hôte pour assurer une partie de ses fins de mois . C’est lui qui préparait le petit déjeuner , et nous avons eu tous deux des discussions passionnantes à sept heures du matin . Un esprit brillant , très (trop) fier de lui , qui n’a jamais fait plus de 1,7 % aux élections législatives où il s’est présenté .
        Lui avait une vision très  » familles royales  » de l’Europe .

        J’aimerais bien que l’élection se fasse sur un projet de forme de supra-nationalité et d’abord et surtout sur ça , qui donne à la fois un but et un chemin .

      6. Armelle 15 février 2017 à 11 h 53 min

        « Ça fait un peu combat de coqs, de testostérone, plutôt qu’autre chose »
        C’est un point de vue féminin ?
        Non, je m’emploie à interpeller sur la raison qui amène un centriste à envahir le blog de PJ qui, lui, annonce clairement ses souhaits et pas les façons d’y parvenir.
        À un sondage, en plus du Oui/Non, et beaucoup de gens méconnaissent ce que « non » signifie, mieux vaudrait ajouter comme options, « peut-être », « Je ne comprends pas la question », « Je m’en fous » « c’est ma vie privée ».C’est vous dire mon rapport à la « démocratie ».
        On ne m’a pas demandé de Pièce d’Identité lors de ma première intervention sur ce blog, qui avait pour objet de casser les rêves de participants invitant Jorion à créer un parti politique…
        J’ai depuis fait savoir que je ne refusais pas « sans la revendiquer » , l’épithète marxiste (tout simplement parce la thèse de passage de modes de productions enchevêtrés, de l’un à l’autre ne me semble pas devoir s’arrêter, après l’esclavagiste et le féodal, au capitaliste (sous forme marchande, industrielle ou autres). Quand à la Russie, le fait que la société socialiste de l’Urss, n’ait pas été une société de consommation et ait inventé une forme de revenu universel, n’était pas pour me déplaire, sauf gros problème avec les libertés individuelles. Comme PYD j’attendais de Gorbatchev quelque chose, mais depuis la dissolution, je le nomme le fossoyeur de l’Urss, et sa popularité là-bas en dit long. Quand à Poutine, sa popularité sur place tient au redressement du pays après Eltsine, les problèmes de liberté, les russes en ont vu d’autres, qu’ils se débrouillent. Qui sait ce qu’a été le siège de Leningrad, comprend qu’aucun embargo de chantage ne fera virer Poutine, et qu’il aura l’effet inverse. Quand aux mœurs, le regain de l’orthodoxie après la dissolution est du même type que tout ce qui fleurit comme refuge dans la religion dès qu’elle semble le seul recours face à la désespérance. L’ennui est que le patriarcat de Moscou semble pire coté discours sur les mœurs, que celui de Rome, et je ne vous parle pas des orthodoxes éthiopiens. J’oubliais les oligarques…Il y a certes entre la Russie, la Chine, les USA, la France différentes formes de collusions et de rapports de forces entre milliardaires et politiques, mais beaucoup de similarités. Legendre comme d’autres n’a pas tort de s’interroger sur ce qui se fabrique outre-atlantique comme « façons de penser », et de mettre ça en rapport avec la production d’un sujet de liberté lié à l’ultralibéralisme. Je trouve pourtant que les thèses de genre et leurs conséquences, sont plus vivables par chacun que celle dont les églises font la propagande, et je prends parti.

      7. Juannessy 15 février 2017 à 13 h 41 min

        Ce n’est pas un problème de tête d’affiche, mais de programme. La qualité des programmes existe, la qualité de lecteur de programme moins, c’est un des paradoxes de la démocratie que l’électeur s’embrouille à reconnaître son intérêt propre (opaque souvent) , court, moyen, long terme, dans la notion plus absconse d’intérêt général.

      8. Détrompe toi Juan, y’aura pas de débat Macron-Monsieur, pas plus d’ailleurs que de débat Hamon-Monsieur. Monsieur est hors-jeu, en position de hors-jeu passif, et on ne joue pas avec quelqu’un qui s’est mis en position de hors-jeu, sauf à s’y mettre aussi.

      9. Ajout pour Armelle,
        Je ne pratique pas le sous-entendu, mais l’ambigüité de lecture propre à la langue orale. Je ne suis pas non plus pédagogue comme Jorion et Mélenchon, que ceux qui veulent savoir se décarcassent. Attention quand on perd sa carcasse, on court des risques.

      10. Quand à la Russie, le fait que la société socialiste de l’Urss, n’ait pas été une société de consommation et ait inventé une forme de revenu universel, n’était pas pour me déplaire

        Ah ça ! faire de nécessité vertu, d’improductivité subie, de surarmement et de surexploitation massive de l’environnement naturel une sous-consommation (et sur-importation de blé ricain…) choisie par le moujik, la belle affaire…
        Revenu universel ? Sérieux ?
        Vise :
        http://www.persee.fr/doc/ofce_0751-6614_1991_num_38_1_1685

      11. @ Vigneron, tout à fait d’accord avec ton analyse footballistique, il est bel et bien en position de hors-jeu, plutôt passif pour l’instant et ses chances sont donc proches de 0 mais non nulles var il peut y avoir des circonstances de jeu exceptionnelles comme lors de la reprise d’un penalty repoussé par exemple ou il me semble bien que le hors jeu ne s’applique pas. Ou bien, moins footballistique cette fois, si on a un changement de règles inopiné: ça pourrait être , que sais je moi : un candidat mis en examen à 3 jours du premier tour ? un autre placé en détention à la NYPD ? un barjot qui flingue des gamins dans une école ? Un ventilo du mauvais côté de la ligne rouge à flamanville ? Il peut se passer tellement de chose durant le temps additionnel de fin de première mi-temps…

      12. Vigneron 15 février 2017 à 14 h 59 min

        Ça fait 50 ans que j’entends les mêmes rengaines et 7 ans que je lis les mêmes sur ce blog, alors…

        Le tableau page 50 de ton lien suffit pour lire qu’il s’agissait d’un autre monde…

        Ici certains se plaignent des inégalités de revenus.

        Que ceux qui sont contre la réduction des inégalités disent ce qu’ils font sur ce blog !

        Parce que la technique qui consiste à déplacer le débat, quand il s’agit de le recentrer sur le rapport entre les propositions de Jorion et l’offre programmatique des partis, c’est du gros fil blanc.

    2. Je n’ai pas dit que j’attendais quelque chose de Gorbatchev, j’ai seulement noté que tout apparatchik qu’il était il avait joué un rôle très positif dans son pays, en tant qu’il a permis une dissolution pacifique de l’URSS.

      1. Il avait surtout en main un système moins vulnérable en cas de crash économique, il y a un russe qui a fait une liste des avantages d’un système type soviétique par rapport à un système capitaliste libéralisé en cas de crise totale, je me souviens plus de son nom ni d’ou j’avais vu ça, peut être ici même. Si quelqu’un vois de qui je veux parler, un lien serait lle bienvenu, merci. En outre, je ne suis pas sur que la désoviétisation des balkans fut si pacifique que cela…

      2. PYD, Ok pour la rectification. C’est votre appréciation mais en tant que démocrate, ça ne vous intrigue pas qu’une majorité d’ex-soviétiques aient une appréciation opposée à la votre sur Gorbatchev ? à peu près pareil pour Eltsine, mais nettement plus favorable pour Poutine ? Pas d’étonnement que ces réputations soient cultivées à l’inverse à l’ouest. Quoique depuis que Gorbatchev soutient la réintégration de la Crimée dans la fédération russe, il semble moins courtisé.

      3. Rosebud1871
        Cela ne m’intrigue pas trop, non.
        Beaucoup de Russes se rassurent avec « l’homme fort » Poutine qui expose ses muscles (et pas seulement au sens figuré) et joue à fond la carte nationaliste.
        Gorvabtchev c’est celui qui a démantelé l’URSS, la grande Russie et plus… L’histoire donnera un jour à Gorbatchev en son pays la juste place qui lui revient, c’est tout ce que je lui souhaite.

      4. Je me suis largement plaint de me retrouver sur ce blog avec Staline sur les bras après Poutine and co, tactique Vigneron et consorts, quand il s’agit de faire au mieux pour que de bonnes idées de Jorion aient une traduction politique concrète.

        Ceci dit, ce que vous me répondez, l’homme fort etc. est une mise en avant de type psychologisation qui masque ce sur quoi elle fonctionne. L’homme fort comme vous dites, est une réponse appropriée qui fonctionne partout où l’angoisse du lendemain cherche une protection rassurante. C’est ce que j’appelle le « coup de père », qu’il s’agisse du paternalisme entrepreneurial, ou de la bienveillante image du Maréchal, et d’autres… Le mécanisme repose sur la culture du bon père de famille protecteur assurant sécurité aux angoisses du quotidien dans un monde incertain une fois larguées les attaches sécurisantes de l’assistance de l’enfance. Ce sur quoi elle fonctionne dans le cas russe, est tout de même l’indéniable redressement économique post effondrement ravageant de la dissolution, aux effets bien pires que ce que les grecs connaissent depuis quelques années.

  35. Les députés européens PS ont voté comme un seul homme contre le CETA, avec Monsieur et ses sous-fifres, avec la Pénienne et ses sbires, avec Jadot, la Rivasi et consorts.
    En voilà un beau front qui doit plaire à Sapir et à ses maîtres.

    1. Peut être ont ils retenus la leçon du PSOE qui avait fini par voter la règle d’or avec le PP et du désastre électoral qui s’en est suivi pour leur parti

  36. Un futur de vieux et de déments.
    Les démences séniles passent au 7ème rang des causes de mortalité dans le monde avec plus de 1,5 million de morts en 2015 selon l’OMS, dépassant le Sida dont la mortalité a baissé de plus d’un quart depuis 2000.
    Troisième cause de mortalité dans les pays à hauts revenus, juste derrière les accidents vasculaires cérébraux et encore à distance des cardiopathies ischémiques.
    http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs310/en/index1.html

  37. Dup
    « Il avait surtout en main un système moins vulnérable en cas de crash économique, il y a un russe qui a fait une liste des avantages d’un système type soviétique par rapport à un système capitaliste libéralisé en cas de crise totale, je me souviens plus de son nom…

    Dmitry Orlov
    « Leçons post-soviétiques pour un siècle post-américain »
    Un petit tour de web avec qwant… il y a de la matière.
    A propos, à quel stade en sommes-nous ? parmi les cinq stades qu’il décrit ?

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*