Envoyez par mail 'Mais quand même, la voiture électrique a besoin d'électricité ! par Romain Vitorge' à un ami

Envoyez une copie de 'Mais quand même, la voiture électrique a besoin d'électricité ! par Romain Vitorge' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

167 réflexions sur « Mais quand même, la voiture électrique a besoin d’électricité ! par Romain Vitorge »

  1. La voiture à air comprimée (de M. Guy Nègre et de la MDI) consomme t-elle plus d’énergie à la recharge des bouteilles d’air comprimée, que la recharge des « batteries inter-opérables » … ?

    1. On parle de « voiture » là, c’est-à-dire d’un véhicule capable de transporter 4 personnes relativement vite sur des distances relativement longues, y compris aujourd’hui en électrique.
      Et vous nous ramenez l’arlésienne du véhicule à air comprimé, capable dans ses meilleurs jours de transporter une personne sur 2km maximum à une vitesse de 30 km/h. Vu le coût, les industriels ont (relativement) vite (pour les plus malins) compris qu’il valait mieux y aller à pied ou à vélo avec des performances de ce type là.

      1. Une « arlésienne » qui n’intéresse pas moins qu’un constructeur comme Tata motors, à qui importe peu les performances « occidentales » (machistes …?) de vitesse, et qui séduisent la cote ouest des USA, pour des modèles hybrides transportant plusieurs passagers-ères (voire des modèles de transport en commun chez MDI), vous en connaisses d’autres… ?

        https://www.blog-moteur.com/20420/tata-va-produire-en-serie-une-voiture-a-air-comprime-la-airpod.html

        https://www.mdi.lu/produits

      2. Juillot, c’est de la guignollerie pour l’instant. MDI, depuis le début des années 2000 il parle de la production. On est 17 ans plus tard, et y a pas un produit sur le marché.
        Tata, c’est le dernier des mohicans. Depuis début 2010 ils promettent le Airpod. D’abord pour 2015. Puis 2017. Et maintenant ils « espèrent » avoir un prototype présentable en 2020.
        Sont justes plus longs à la détente que les autres industriels qui ont balancé le projet par la fenêtre bien plus tôt.

      3. Shanti shanti chez Tata, normal 😉 J’avais vu dans les annés 2000 c’est vrai des articles parlant d’un bon 110 avec 300km d’autonomie avec l’équivalent d’un bloc de plongée mais plus de nouvelle par la suite.?… Reste que tout n’est pas à jeter dans l’air comprimé, en particulier une chose : on a du froid à l’utilisation. Un réseau d’air comprimé pour faire tourner l’électrodomestique (on a bien un réseau de gaz de ville…) réduirait la conso de la clim (ainsi que frigos et congelos) sous pas mal de climats avec moins de CFC à la clé et moins de chaleur suffocante dans les rues…

  2. Très bonne idée, mais malheureusement infaisable quand on a un personnel politique qui sert les puissances industrielles et financières transnationales au lieu de privilégier l’intérêt public national…

    1. Astuce rhétorique passe-partout, surtout quand on a rien à dire :
      « Ça marchera pas parce-que tout est…

      infaisable quand on a un personnel politique qui sert les puissances industrielles et financières transnationales au lieu de privilégier l’intérêt public national…
      Ps : on peut sans inconvénient majeur faire l’impasse sur la suspension finale, bien au contraire même, un point c’est tout.

      1. Autre astuce rhétorique consistant à mettre en évidence une astuce rhétorique pour refuser de constater la réalité d’un problème : en se contentant de mettre l’accent sur le « défaitisme » que représente le constat de son existence, et ce, sans apporter non plus de solution.

      2. Le défaitisme ?
        C’est bien pire que ça ce que je dénonce. C’est l’infâme gourbi qui est derrière chaque mot de ces formules toutes faites, ces « prêts-à-ne-pas-penser », ces memes revendiqués populistes, accablants, typiques de la tribu des Disciplinés-zinsoumis.

  3. En vous lisant, je me rends compte que vous avez à résoudre le problème de l’équation économique d’un projet, ce qui se pose à l’occasion de tout projet. Et oui, la rentabilité, toujours la rentabilité ! On n’en sort pas.

    Je peux vous donner une information sous réserve : je crois savoir qu’une station de changement rapide de batterie coûte 1 M €, voire 500.000 € si on en construit plein. Le changement se fait en 3 mn.

    La puissance des batteries d’un véhicule dépend du véhicule, leur capacité n’est pas standard, donc leur taille n’est pas standard. On peut imaginer des sous modules standards, mais cela complique le changement rapide de batterie.

    In fine : pour imposer des normes à tous les constructeurs, il faudra leur prouver que vous apportez un gain économique à toute la chaine puis au client final.

    Pour les autres données, bon courage !

  4. La voiture électrique est loin d’être une solution, déjà si il reste individuel elle prend toujours autant de place en ville, la vrai alternative en ville c’est le vélo et les transports en commun.
    Ailleurs, il faut partager la voiture, et plutôt que de chercher à faire des batteries, pourquoi nous n’optons pas pour l’hydrogène ? C’est le même problème pour produire l’électricité, mais on peut imaginer que les pays producteurs de pétroles, souvent dans des pays très ensoleillés, deviennent producteurs d’hydrogène à partir de soleil et profite des infrastructure existantes pour l’exporter. En réduisant nos déplacements, nous pouvons aussi produire notre propre hydrogène « renouvelable ».

    1. Plusieurs raisons a cela, l’une etant le cout des piles a combustible, une autre tres bonne raison etant le rendement ridicule du cycle electricite=>hydrogene=>hydrogene stocke (liquide, sous pression, hydrures)=>electricite; on perd les 2/3 de l’electricite initiale la ou les batteries font du 95% de rendement

  5. Quant à faire autant changer de voiture à la station et retrouver le principe des relais équestres chers aux mousquetaires .

    1. La batterie d’une Renault Zoé c’est 300 kgs, c’est toujours moins pire… mais seulement 200 bornes d’autonomie…

      1. C’est ça.
        Ça aurait dû se voir depuis trente ans.
        Que tchi !
        On en manque, de comptables, de bons surtout.. Le travail automatisable, programmable n’est rien, et plus on automatise plus les besoins d’aller au-delà de la machine, du robot, se font plus cruciaux, là comme ailleurs.

  6. Il y avait une société Israélienne qui fonctionnait sur ce principe.
    Elle a très rapidement mis la clé sous la porte.
    La voiture électrique est une imbécilité majeure, en aucun cas elle ne remplacera la voiture à moteur thermique.
    Laissons les bruleurs de gomme griller les dernières réserves de pétrole.
    On a déjà passé le pic de pétrole conventionnel depuis environ 11 ans, ça va secouer un peu.
    Bizarrement ça ne fait pas la une des journaux.

    1. Non, la Une des « journaux » est qu’il reste trop de pétrole à cramer, beaucoup trop.
      Heureusement.
      Ils n’ont pas une ou deux guerres de retard, eux, les « journaux ».

      1. Surtout du Charbon. Si on ne brûlait que tout le bon pétrole conventionnel, on serait sans doute juste au 2°C (de mémoire) ou pas bien loin.

      2. @ Vigneron

        Vous négligez la possibilité que nous ayons à la fois TROP de pétrole – pour l’avenir de la biosphère – et PAS ASSEZ de pétrole – du point de vue du maintien en l’état de notre système économique sur longue durée.

        C’est pourtant bien le résumé de notre situation.

        Votre optimisme vous perdra…

      3. On sait merci, et il a le vent en poupe le charbon dans le monde, plus que jamais, merci aux antinucléaires.
        Mais là c’est du pétrole qu’on on parlait.

      4. Y’a bail long terme que j’ai conclu, et définitivement, que c’était le trop de pétrole le seul vrai problème.
        J’en démord pas – les cours non plus d’ailleurs.
        On fera sans les usages immodérés du pétrole. On fera pas sans un usage modéré du pétrole.

    2. La voiture électrique n »est pas le problème c’est la voiture à batterie qui en est un. La pile à combustible et/ou l’hydrogène (on peut même l’imaginer thermique si vous voulez) est la solution. Les pauvre sauront des batteries à la con avec tous les inconvénients et les riches l’hydrogène à n’en pas douter…

  7. Vous vous compliquez tous la vie.
    Tout le monde sait que l’électricité vient du mur et  »pis c’est tout ».

  8. Voiture ? Autant dire mobilité non durable. Le dire autrement : votre économie locale est-elle durable ? Non, « ils » exportent notre énergie locale solaire ou hydraulique et notre chaleur bois ; non, nous dépassons partout 2% de chômage (seul niveau d’ajustement tolérable) en atteignant bien plus dans les banlieues et le rural lointain, et tant de travailleurs se voient imposer une mobilité trop longue et trop coûteuse. Non, notre alimentation fait 300 km pour nous parvenir sous forme industrielle/artificielle. Mais nous sommes drogués à la mobilité, prêts à crever d’overdose de mobilité.

  9. En fait peut importe le flacon si le problème est l’ENERGIE.

    Si la voiture reste ce truc de une tonne qui trimbale loin et vite de 1 a 8 personnes (voir le concept tesla : plus puissant, plus rapide, plus plus plus) alors le problème reste entier voir empire.

    Regardez ce qui se passe en cas de vraie pénurie : le véhicule perds du poids, du confort, gagne des pedales….

    On ne construira pas un avenir pérenne en continuant de se gaver de superflu !

  10. La vrai révolution serait celle des batteries type « condensateurs ». C’est a dire non basé sur une réaction chimique, mais sur un phénomène physique. Le développement des ENR , des robots, des drones et des véhicules en tous genre est conditionné par la possibilité de stocker de l’énergie électrique en grande capacité, avec une recharge rapide et un grand nombre de fois.
    Dans les romans de SF, ça marche très bien, alors ça doit être possible…
    Après, est ce que la voiture individuelle est le graal de la mobilité ? Fraudait déjà commencer par l’évincer des mégalopoles.

  11. Le pétrole ne représentait qu’une partie négligeable de l’énergie produite en 1820…

    Ergo, ce n’est pas parce que la production d’énergie renouvelable est faible maintenant qu’elle le restera.

    Il faut faire diminuer très rapidement l’énergie primaire à base de charbon, pétrole et gaz. Ca c’est non-négociable.
    En même temps, il faut augmenter rapidement celle venue de l’éolien et du solaire.
    Après, on verra bien ce que cela représente et ce qu’on peut en faire: peut-être peu (par rapport à maintenant), peut-être quand même pas mal (surtout si on limite le superflu).

  12. Personne ne veut faire le calcul façon David McKay (amides.fr ou withouthotair.com) ?
    Pour une station tous les 40 km, ravitaillant un flux de 2000 véhicules/heures qui s’arrêtent tous les 400 km, il faut 200 recharges/heures (flux standard d’une station service d’autoroute).
    Pas de PV la nuit, donc il faut équilibrer le jour (et éolien intermittent si local, pas glop). Une recharge = 20 kWh (puissance véhicule) x 4h (autonomie pour 400km et 1/rendement si vous savez rouler à 15 kWh = 20CV…). Donc il faut une puissance installée de 20*200 kWh/h= 4000 kW = 4 mégawatts. Le rendement du PV vraiment optimiste est de 100 W/m² le jour compte tenu des nuages, angles solaires, brumes etc (les vraies stations sont à 15 W/m² en jour + nuit, disons 40W/m² le jour, mesurées sur l’année).
    Donc il faut 40 000 m² de PV, quatre hectare sur un flanc sud bien exposé. Ca c’est quand tout va bien, le jour de soleil etc. Mais les gens roulent l’hiver, ou par temps gris, etc. Si on veut gratter sur le temps gris, éviter les moments de congestions (départ en vacances;..) il faut en gros décupler la surface qui va friser le demi-km². Est-ce ainsi que nous voulons voir nos terres utilisées ? 1/2 km² tous les 40 km sur toutes les autoroutes ? alors qu’il y a une demande pour habiter non loin des sorties etc? Mmm, faut voir, pas inimaginable, mais très très limite même dans un scénario très très optimiste. De nouveau Saint David McKay (hélas décédé) a bossé pour vous, profitez-en !

    PS : en photosynthèse puis extraction d’hydrocarbures végétaux (jatropha etc) avec un rendement solaire de 0,4% au lieu de 10-20%, il faut 25 à 50 fois plus de surface, soit en gros une bande d’1 km tout le long de l’autoroute…. Mmmhhh.

    1. Merci Timotia
      conclusion, la voiture électrique restera dans sa niche urbaine et consommera par électricité interposée soit du charbon, soit du fuel soit du nucléaire suivant sa localisation . . .

      1. Euh non, y’en a partout dans ma cambrousse des Zoé. Des usagers pros surtout (mon courtier par exemple…), qui font des bornes sans compter, sauf que justement ils comptent les roros s’ils ne comptent pas les bornes.

      1. On peut aussi sortir du nucléaire pour « renter dans le charbon » comme font les Allemands (qui d’ailleurs sont de bons clients pour le charbon de Trump).

      1. Les idées d’Ivan Illich sur la bagnole reprises par André Gorz c’est vraiment pas piqué des vers et ça mériterait largement d’être publié sur le blog !

    2. L’avantage énorme des combustibles fossiles (gaz, pétrole, charbon) est qu’ils sont très faciles à stocker (pour les utiliser quand on en a besoin) et faciles à transporter (pour les utiliser là où on en a besoin, même si c’est très loin du lieu d’extraction.)

      La difficulté du stockage et du transport à longue distance de l’électricité produite par l’éolien et le photovoltaïque sont laissés soigneusement dans l’ombre par ceux qui en font la promotion. Les coûts de production annoncés sont une arnaque puisqu’ils n’incluent ni le stockage ni le transports à longue distance.

    3. @ Timiota,

      Merci, ce genre de calculs est indispensable et pourtant souvent laissé de côté.

      J’ai même l’impression que vous avez oublié un facteur x4 à un moment, les quatre heures de charge de chaque batterie ? La puissance devrait donc être non de 4 mais de 16 MW. D’un autre côté, je m’interroge sur votre facteur x10 pour « gratter sur le temps gris, éviter les moments de congestions », il me semble surestimé. L’un dans l’autre, mon estimation grosses mailles ne changerait guère, en tout cas elle ne serait pas inférieure à la vôtre.

      La réalité est simple :
      – Sans progrès fulgurant – pas en vue à un degré suffisant – dans le domaine du renouvelable,
      – Sans développement massif du nucléaire du genre doublement – ce qui supposerait de développer la quatrième génération, qui reste à l’état de projet,
      … il n’y a pas de solution à la mobilité de longue distance hors des fossiles.
      Bref, la voiture individuelle, c’est fini.

      1. « du genre doublement… »; la consommation totale de carburants routiers en France est de l’ordre de 50 millions de m3, soit 40 millions de tonnes; a 40.000 kJ/kg, ca represente une energie thermique de 1.6.10^18 J, soit 444 TWh thermiques; puisque le rendement des voitures thermiques est de l’ordre de 25-30%, l’energie electrique correspondante est inferieure a 130 TWh, soit 1/4 de notre production d’electricite

    4. Effectivement…je fais la même démonstration, en plus court, quand je débats sur la question :
      la capacité d’une voiture électrique (VE) se situe entre 20 et 30 kWh, soit 25 kWh en moyenne.
      Le taux d’usage moyen est environ d’un jour sur deux, pour une distance journalière moyenne de 50 kms, soit le quart de l’autonomie d’un VE = 6kWh.
      Le parc automobile (voitures) en France est de 36 millions.
      Donc environ 18 millions de véhicules consomment journellement 6 kWh, soit 108 Gwh. C’est deux fois la puissance installée du parc nucléaire français…
      Il faudrait donc pour convertir la totalité de ce parc en électrique multiplier par 3 notre production d’électricité.
      Avis aux petits (grands) génies !

      1. @ Yves de Bressy,

        Euh non la situation n’est pas aussi désespérée tout de même. La capacité du parc électronucléaire français est d’environ 60 GW en effet, mais chaque réacteur fonctionne en moyenne 7 500 heures par an, soit une production d’environ 450 TWh par an, donc une production journalière de 1,23 TWh environ.

        Si les véhicules passaient tous à l’électrique, et sans parler donc des camions, 32 millions de véhicules particuliers parcourant 15 000 km par an en moyenne à raison de 12 kWh pour 100 km consommeraient un total de 58 GWh par an. Auxquels il faudrait évidemment rajouter les pertes en ligne ainsi que les 6 millions d’utilitaires légers et surtout 600 000 poids lourds et autocars – je ne sais pas calculer le total mais cela doit bien doubler. On parlerait donc de la production d’en gros un quart à un tiers du parc électronucléaire français actuel.

        Pas impossible en fait… A CONDITION :
        – De pouvoir construire de nouvelles tranches, environ 15 à 20
        – ET de disposer de suffisamment d’uranium, ce qui serait possible si la France seule s’y mettait, mais ne serait pas généralisable à l’échelle européenne sans parler de planétaire, parce que les réserves connues d’uranium n’y suffiraient pas… la généralisation ne serait possible qu’à condition de passer au nucléaire de quatrième génération, lequel utilise du combustible fertile (U238 et Th232) et non fissile (U235) beaucoup plus rare… mais n’est pas encore au point.

        OU BIEN d’avoir une alternative FONCTIONNELLE au nucléaire, c’est-à-dire pas du fossile bien sûr, et pas non plus le renouvelable actuel lequel en sus d’être cher est aussi dépendant d’un stockage intermédiaire pour intermittence qu’on ne sait pas faire à la bonne échelle – un peu on fait des STEP, beaucoup on fait quoi ? Ça ne signifie pas que cette voie soit nécessairement sans issue naturellement… mais il faut être conscient que maintenant on ne sait pas faire. Comme pour le nucléaire de quatrième génération d’ailleurs.

        J’en reviens à mon dada, que je réitère à chaque occasion, mais qu’il faudrait hurler sur les toits si c’était possible : la recherche à la fois en renouvelables bon marché, en solutions pour faire face à l’intermittence ET en nucléaire à base fertile devrait être la première urgence de n’importe quel gouvernement s’attachant à préparer l’avenir.

        Et c’est hélas TRES loin d’être le cas 🙁 …

      2. Merci Jacquot.
        Ce qui console c’est de penser à tous les connards qui n’y croient pas, qui n’y croient jamais, jusqu’au jour où ils se décident à acheter des actions Tesla, trop tard et à prix d’or.
        Mais ceux qui sont en train de couler EDF après avoir coulé Areva, « pour la bonne cause », bien sûr, celle des antinukes, apprise à la maternelle en 1970 ou en 2000, j’ai rien d’autre que la rage pour consolation, et de me les imaginer « gueule ouverye », étouffant de chaleur ou noyé sous une énième inondation, au pied de leur éolienne, de leurs panneaux solaires, au milieu de leur plantation de patissons biodynamisés…

      3. Et je me suis rendu compte que j’avais fait une grosse bourde dans mes calculs, en comparant la consommation journalière à la puissance instantanée du parc productif…qu’il fallait évidemment multiplier par 24 !
        Honte à moi, c’est promis j’irai faire un pèlerinage à l’académie de mathématiques pour faire pénitence.

      4. @Yves de Bressy :

        Je ne crois pas qu’il existe une académie de mathématiques en tant que telle , à moins que Minerve , à l’institut de France , soit aussi leur protectrice sous l’aile des lettres et des sciences et autres attributs de la grandeur de la France .

        Mais le seul rapport que j’ai pu trouver entre Minerve et l’électricité , c’est le nom d’une agence locale d’EDF dans l’Hérault ( 46 rue du pont des …marchands).

      5. Encore pire… 108 GWh x 365 = 40 TWh environ,
        Wikipedia:
        « En 2016, la production nette d’électricité s’est élevée à 531,3 TWh », votre calcul aboutit donc a augmenter notre consommation d’electricite de 7,4 % et non a la multiplier par 3…

    5. (bis)
      Ça ne m’a pas empêché d’acheter un scooter électrique 3kW. En toute conscience…pour réduire drastiquement ma consommation journalière d’énergie…pour ne plus faire de bruit inutile…pour ne pas passer plus de temps à me garer qu’à ma déplacer…pour me débarrasser finalement d’une voiture

      1. Pour vérifier si la vidéo de Groland est d’actualité :

        Est ce que vous partez en vacances en avion ?

        PS : j’ai beaucoup de respect pour les scooters depuis que j’ai appris que Depardieu sortait souvent la nuit dans Paris avec son fils . En scooter .

        Mais 3kw ça doit pas le faire .

    6. Calcul pour calcul 😉
      « 1/2 km² tous les 40 km sur toutes les autoroutes »

      En prenant l’empreinte en largeur d’une autoroute de 50 m, il vient 40 x 0.05 = 2 km² , soit quatre fois trop 🙂 🙂 🙂 🙂

      Bon, on ne va pas faire cette folie de sol PV, mais si, sans augmenter l’empreinte des autoroutes, on leur ménage un toit PV, alors …
      (les solutions thermiques ne sont pas à écarter non plus…)

      De là à envisager que les véhicules électriques fonctionnent à la manière des autos-tamponneuses, les batteries ne deviennent nécessaires que pour les parcours hors autoroute.

      1. Les idées n’ont pas manqué depuis 30 ans , pour tenter d’utiliser les emprises autoroutières pour y installer des panneaux photovoltaïques .

        Il y a eu en Sicile des réalisations sur quelques kms en utilisant les accotements .

        Il y a eu des projets de « couverture » sous forme de pseudo-tunnels ( cotés ouverts quand même).

        Plus récemment Ségolène avait tenté de faire parler d’elle en donnant une ébauche de réalisation à une ambition américaine : transformer la chaussée circulée elle même ,en panneau voltaïque .

        Quand on a pu concevoir , construire , entretenir , gérer une infrastructure autoroutière et ce qui circule dessus ( matériels et humains), on hésite entre consternation et consternation .

  13. Le renouvelable c’est 3X rien , c’est juste le début. Il y a bien eu un premier puit de pétrole . Qu’est ce qui ralentit le développement rapide de l’énergie renouvelable?

    Suis pas ingénieur mais je pense à ceci : Stocker l’énergie est très difficile a grande échelle.
    Alors produisons la en continu et travaillons sur la déperdition entre les points de production et les points d’usage plutôt que de la stocker. Le soleil éclaire en continu, des panneaux partout dans le désert. Les vagues aussi , le globe est couvert d’eau que diable ! Vouloir stocker c’est vouloir s’approprier un stock ! Le stock est un jeu de vannes qui tient le monde la bouche ouverte ; à boire à boire. Du continu voilà ce dont nous avons besoin.

    1. « Qu’est ce qui ralentit le développement rapide de l’énergie renouvelable? »

      Le fait que la plupart des présidents, ministres, députés, comme la plupart des électeurs, ne font pas de différence entre un kilowatt et un kilowatt-heure !

      Ça permet de vendre des panneaux solaires en ne parlant que de leur puissance crête (celle qui correspond au 21 juin à midi si le ciel est parfaitement limpide) sans évoquer ni le stockage ni le transport à longue distance.

      « Stocker l’énergie est très difficile a grande échelle. »

      Le stockage peut faire appel à des choses très simples et connues depuis longtemps comme pomper de l’eau et la stocker en altitude, faire tourner une lourde roue à grande vitesse, casser les molécules d’eau en hydrogène et oxygène. Problème: ça coûte très cher. Les marchands de solaire préfèrent vendre des kilowatts comme si c’était des kilowatts-heure.

      Note: manière analogue les partisans du nucléaires évitent de rappeler que la nuit leurs gigawatts ne servent souvent qu’à réchauffer fleuves et rivières.

      1. On notera , s’agissant de la confusion entre Kw et Kwh ou d’autres confusions encore , que le terme d’énergie étymologiquement , en grec , avait deux termes différents pour désigner l’énergie en action » ( c’est le plus souvent celle qui nous inspire ) ou celle « en réserve » ( on dirait aujourd’hui énergie potentielle) ;
        Ce qui rappelle que s’il y a interrogations sur l’énergie , ça peut être :
        – existe -t-elle et sous quelle forme ?
        – est-elle transformable en action ?
        – quels sont les effets directs et induits de cette « utilisation » ?
        – toutes les actions sont-elles « justifiées ?
        – à quel prix ? Ce qui renvoie à marché , rapport de forces , système économique et financier , liberté ( dont celle de circuler).

        On n’en sort pas .

      2. Pour parler un peu de l’avenir, tout ceci montre bien l’urgence éducative : s’assurer qu’aucun enfant ne puisse quitter le lycée sans savoir ce qu’est l’énergie, la puissance, le rendement, etc.

        Si on limite l’obligation d’y comprendre goutte à qui a choisi une filière scientifique, on prépare la continuation de la situation actuelle, c’est-à-dire la neutralisation de la démocratie sur le sujet énergétique, par défaut de compréhension de la part d’un grand nombre si ce n’est la majorité de l’électorat.

        Il ne devrait pas être davantage possible d’obtenir un bac littéraire ou gestion sans comprendre le B.A.BA de la physique de l’énergie qu’il n’est possible d’obtenir un bac scientifique sans connaître deux mots d’anglais.

  14. Lettre à Macron de quelques zigues…
    http://www.environmentalprogress.org/france-letter

    France Letter
    July 1, 2017

    Dear President Macron,

    We are writing as environmentalists, conservationists and climate scientists to congratulate you on your win in the presidential election, and to applaud your push for a carbon tax. Nobody has done more for advancing clean energy on the grid than France. In light of this knowledge, we are also writing to express our alarm at your decision to move France away from clean nuclear power.

    Few nations have done more than France to demonstrate the humanitarian and environmental benefits of creating a high-energy, nuclear-powered, and electrified society. Not only was France host of United Nations climate talks, it also has some of the lowest per capita carbon emissions of any developed nation.

    Any reduction in France’s nuclear generation will increase fossil fuel generation and pollution given the low capacity factors and intermittency of solar and wind. Germany is a case in point. Its emissions have been largely unchanged since 2009 and actually increased in both 2015 and 2016 due to nuclear plant closures. Despite having installed 4 percent more solar and 11 percent more wind capacity, Germany’s generation from the two sources decreased 3 percent and 2 percent respectively, since it wasn’t as sunny or windy in 2016 as in 2015.

    And where France has some of the cheapest and cleanest electricity in Europe, Germany has some of the most expensive and dirtiest. Germany spent nearly 24 billion euros above market price in 2016 for its renewable energy production feed-in tariffs alone, but emissions have remained stagnant. Germany is set to miss its 2020 emission reduction goals by a wide margin. Despite its huge investment in renewables, only 46 percent of Germany’s electricity comes from clean energy sources as compared to 93 percent in France.

    Solar and wind can play an important role in France. However, if France is to make investments in solar and wind similar to those of Germany, they should add to France’s share of clean energy, not inadvertently reduce it. Renewables can contribute to the further electrification of the transportation sector, which France has already done with its trains and should continue to do with personal vehicles.

    Shifting from nuclear to fossil fuels and renewables would grievously harm the French economy in three ways: higher electricity prices for consumers and industry, an end to France’s lucrative electricity exports, and — perhaps most importantly — the destruction of France’s nuclear export sector. If the French nuclear fleet is forced to operate at lower capacity factors, it will cripple the French nuclear industry by adding costs and shrinking revenues. Eventually this will lead to poorer safety standards and less opportunities to fund research, development and efforts to export French nuclear technologies. Nations seeking to build new nuclear plants rightly want to know that the product France is selling is one that France itself values.

    The French nuclear program has historically been the envy of the world. It demonstrated in the 1970s and 80s that the decarbonization of an industrialized country’s electricity sector is in fact possible. For France, the next necessary step to help combat climate change and improve air quality is to increase clean electricity from all non-fossil sources and massively reduce fossil fuels used in heating and the transportation sector. Nuclear power must play a central role in this.

    Signed,

    James Hansen, Climate Science, Awareness, and Solutions Program, Columbia University, Earth Institute, Columbia University

    Kerry Emanuel, Professor of Atmospheric Science, Massachusetts Institute of Technology

    Robert Coward, President, American Nuclear Society

    Andrew Klein, Immediate Past President, American Nuclear Society

    Steven Pinker, Harvard University, author of Better Angels of Our Nature

    Richard Rhodes, Pulitzer Prize recipient, author of Nuclear Renewal and The Making of the Atomic Bomb

    Robert Stone, filmmaker, “Pandora’s Promise”

    Pascale Braconnot, Climate Scientist, IPSL/LSCE, lead author for the IPCC Fourth Assessment Report and Fifth Assessment Report

    Francois-Marie Breon, Climate Researcher, IPSL/LSCE, lead author for the IPCC Fifth Assessment Report

    Ben Britton, Ph.D, Deputy Director of the Centre for Nuclear Engineering, Imperial College London

    Claude Jeandron, President, Sauvons le climat

    John Laurie, Founder and Executive Director, Fission Liquide

    James Orr, Climate Scientist, IPSL/LSCE

    Didier Paillard, Climate Scientist, IPSL/LSCE

    Didier Roche, Climate Scientist, IPSL/LSCE

    Myrto Tripathi, Advisor to the president, Académie de l’eau

    John Asafu-Adjaye, PhD, Senior Fellow, Institute of Economic Affairs, Ghana, Associate Professor of Economics, The University of Queensland, Australia

    M J Bluck PhD, Director, Centre for Nuclear Engineering, Imperial College London

    Bruno Comby, President, Environmentalists for Nuclear Energy

    Gwyneth Cravens, author of Power to Save the World

    Wolfgang Denk, European Director, Energy for Humanity

    David Dudgeon, Chair of Ecology & Biodiversity, School of Biological Sciences, The University of Hong Kong, China

    Erle C. Ellis, Ph.D, Professor, Geography & Environmental Systems, University of Maryland

    Christopher Foreman, author of The Promise & Peril of Environmental Justice, School of Public Policy, University of Maryland

    Martin Freer, Professor, Head of Physics and Astronomy, University of Birmingham, Director of the Birmingham Energy Institute (BEI)

    Kirsty Gogan, Executive Director, Energy for Humanity

    Joshua S. Goldstein, Prof. Emeritus of International Relations, American University

    Malcolm Grimston, author of The Paralysis in Energy Decision Making, Honorary Research Fellow, Imperial College London

    Mel Guymon, Guymon Family Foundation

    Steven Hayward, Senior Resident Scholar, Institute of Governmental Studies, UC Berkeley

    Joe Lassiter, Professor, Harvard Business School

    John Lavine, Professor and Medill Dean Emeritus, Northwestern University

    Martin Lewis, Department of Geography, Stanford University

    Mark Lynas, author, The God Species, Six Degrees

    Michelle Marvier, Professor, Environmental Studies and Sciences, Santa Clara University

    Alan Medsker, Coordinator, Environmental Progress – Illinois

    Elizabeth Muller, Founder and Executive Director, Berkeley Earth

    Richard Muller, Professor of Physics, UC Berkeley, Co-Founder, Berkeley Earth

    Rauli Partanen, Energy Writer, author of The World After Cheap Oil

    Peter H. Raven, President Emeritus, Missouri Botanical Garden. Winner of the National Medal of Science, 2001

    Paul Robbins, Director, Nelson Institute for Environmental Studies, University of Wisconsin-Madison

    Michael Shellenberger, President, Environmental Progress

    Samir Saran, Vice President, Observer Research Foundation, Delhi, India

    Jeff Terry, Professor of Physics, Illinois Institute of Technology

    Barrett Walker, Alex C. Walker Foundation

    Tim Yeo, Chair, New Nuclear Watch Europe; former Chair, Energy and Climate Change Parliamentary Select Committee

    1. @Vigneron,
      Malheureux ! vous osez prouver par A+B une nouvelle fois que Hansen and co sont des nucléophiles affichés, alors que le commun des mortels ne connait strictement rien à la biographie d’écolo de combat de M Hansen … Alors il faut préciser : Hansen, ingénieur de la NASA, accessoirement militant de la Deep Ecology (admiré par Reeve entre autre), qui a fait le pari devant le machin de l’ONU que New York serait sous l’eau dans les années 2020. Ce sont ces militants qui ont oeuvré à la publicité autour de l’IPCC (GIEC) par intérêt bien compris. Comme quoi, on peut paraître intelligent par ses diplômes et gravir des himalayas de conneries quand on fait profession de militantisme, jusqu’à légitimer le business de l’atome par logique extrémiste et surtout d’être bien payé par ses maîtres à diffuser une « science » qui n’en est plus une.

      1. @ Sapristi

        Votre discours est remarquablement vide d’argument concret.

        Il contient en revanche des qualificatifs dépréciatifs « nucléophile », « extrémiste » ainsi que des insultes « conneries » et des affirmations gratuites « science qui n’en est plus une ».

        Si vous vous intéressez aux arguments concrets et aux faits, vous vous rapprocherez de la position exprimée dans cette lettre.

      2. Hansen (…) qui a fait le pari devant le machin de l’ONU que New York serait sous l’eau dans les années 2020.

        Ta grande g….., non seulement ne nous même nulle part, mais encore te perdra, t’as déjà perdu.
        Montre nous les preuves de ce que tu avances là.

      3. Quand on le lit dans le rapport du GIEC qu’il est regrettable qu’il n’y ait pas plus de nucléaire pour lutter contre le « méchant CO2 » …
        Je ne le remet pas en lien, je l’ai déjà fait…et tout le monde s’en fout.
        Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, pire aveugle… etc.
        Pareil pour notre pitre national Jancovici, business man du conseil carbocide, nucléophile assumé.

      4. Salut Arkao,

        Les conférences de Jancovici sont plutôt intéressantes et le mec est plutôt brillant et ordonné.

        Simplement, quand on l’écoute, il parle très clairement de conflit générale et d’effondrement général dans toutes ses conf, et ce mec explique qu’il faut développer le parc nucléaire. Comme vigneron. Ces mecs on dirait qu’ils ont toutes leurs têtes, qu’ils sont lucides, mais en fait non. Pour Jancovici, comment peut-il dire que tout va péter totalement à 30, 50 ans et ne pas au contraire, dés à présent, désactiver la deuxième vagues d’emmerdements massifs avec les réacteurs nucléaires ? Moi je crois que le gâteau est bon, et que croquer avant de partir c’est son choix.

      5. Laisse tomber Jacquot.
        On s’en branle des bien-pensants antinukes inclassables perroquetants, brainwashed à la sauce verte, à l’anticapitalisme vert-de-gris vertueux-vérolé de cafét climatisée, condamnés à stagner dans leurs langes poisseuses, nouées bien serrées par les fearmongers à la Caldicott (et live sur RT !).
        Qu’ils aillent donc vivre au Pays des Merveilles de l’Energiewende merkélienne, outre-Rhin.
        Ici c’est nuke friendly, et macronien, pour cinq ans au moins, ça c’est sûr.

    2. Excellent !

      Puisse Macron démontrer à nouveau sa maîtrise de l’anglais en comprenant cette lettre… et surtout montrer sa capacité à changer d’avis en prenant ces conseils en considération.

      1. Comme Nicolas Hulot le maîtrise aussi assez bien ( l’anglais) , nos deux jeunots ( enfin pour moi ) , devraient arriver à faire un accusé de réception commun .

    3. Mais bien sur, c’est ça exactement, on va gérer un accroissement du parc nucléaire français avec des moyens humains (ingénieurs), et financiers en diminution.

      Les gars sont même pas capable de prévoir plus loin que le bout de leurs tableurs excel en terme d’anticipation, soit zéro cm de vision dans le futur, l’autre mot c’est myope, et ils veulent rajouter des champignons atomique sur le territoire ? Alors que ces engins qui sont le nec plus ultra de la technique et la sureté mais en ambiance générale pépère et sereine, deviennent de véritable bombes a retardement en cas d’accumulation de solitons.

      En fait, ces gentils garçons nucléophiles sont des criminels et devraient être jugés en tant que tel par principe de précaution bien comprise des futurs générations et du vivant dans son ensemble.

      1. A cause de quoi, de qui ils sont en diminution ?
        A cause du lobby electro-militaro,-nucléaire ? A cause des super-pouvoirs des Éminences grises nucléaristes sorties du moule Mines-X ? Huh ?
        Menfin bon, on a évité le pire ici, on a foutu un nuke-friendly aux manettes.
        Pas aux US apparemment, hélas, comme tout l’monde il préfère le charbon, le gaz au mieux…

      2. Non, à cause que la technologie nucléaire ben elle est pas faite pour une bande de bipèdes dont la quasi totalité est soit ravagée du bulbe, soit inconscient des risques sur le long terme de cette technique de chaudières à eau. Sinon le principe est superbe, j’avoue, je trouve ça une extraordinaire prouesse d’ingénierie et de sciences appliquées.
        Mais les risques et les déchets ne sont pas sérieusement gérables dans le temps. C’est un fait. Vous ne pouvez pas garantir la sécurité du système et des déchets, en cas de crise systémique majeure, de guerre majeure, de cataclysme majeur, etc etc etc. Pour le futur du vivant sur ce caillou on ne peut pas, on ne doit pas, prendre ce risque. C’est tout. Toi qui fait le malin, t’es prié de t’inscrire ainsi que tes proches sur la liste des volontaires à sélectionner pour aller s’en occuper en cas de pépin majeur. Quand la liste sera prête, que j’y verrai ton nom, je t’épargnerai le goulag pour crime contre l’Humanité. C’est tout ce que je peux faire face à la propagande nucléophile.

      3. Si on ôte une « quasi totalité » à l’humanité , qu’est ce qui reste ?

        Clo Clo et ses proches .

      4. Meuh non juan, je suis rétamé du ciboulot comme toi, t’en fait pas !

        Y a que vigneron qui pense être normal ici, les radiations je pense. Même Jorion sait que non. Le seul vrai fou conscient c’est JA.

      5. Volontaire à 200%.
        Pour un smic logé nourri, j’suis volontaire. Gratis non, faut pas déconner, tt boulot mérite salaire.

      6. @ Cloclo

        Concernant les centrales nucléaires et les solitons, voici un petit rappel sur la difficulté à arrêter un réacteur nucléaire en cas de besoin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arr%C3%AAt_de_tranche

        Les arrêts de tranche ont lieu tous les 12 à 18 mois et sont évidemment une procédure maîtrisée. Si vraiment un soliton faisait rage, il suffirait en première approximation de réaliser un tel arrêt et de ne pas redémarrer !

        A noter que l’effondrement politique et industriel total commencé en 1991 en ancienne Union soviétique a eu pour conséquence un total de 0 (zéro) catastrophe nucléaire.

      7. Merci mon Jacquot, me voilà bien rassuré dis donc ! Ils savent arrêter une centrale avec une procédure en cas de besoin ! Ben dis donc, tu m’en apprends un sacré truc là mon Jacquot.

        A Fukushima c’est bête y z’ont pas eu le temps de mettre tout à l’arrêt. Mais c’est pô grave hein ?

        En parlant de soliton, je ne pensais pas vraiment à un raz de marée en fait mon Jacquot. Je pensais plus à une descente aux enfers pour les libertaires libéraux ou libéraux libertaires à savoir, plus du tout de croissance mais une bonne très grosse croissance négative, comme ils disent dans leur novlangue, qui fini par dégénérer en bonne très grosse crise de paix, doublé d’un approvisionnement en pétrole inversé, allié à une pénurie massive. Ben là tes chaudières atomiques, elles sont comme autant de bombe à retardement dans un environnement déjà bien compliqué à gérer… Et moi je serai un ennemi de la fRance, je n’aurai même pas besoin de grand chose pour mettre ce pays à genou pour l’Eternité avec toutes ces tours à prendre avec mes simples pions. Bref, qui vivra verra. Criminel contre l’Humanité vous êtes de défendre ce procédé énergétique.

      8. Bravo à vigneron pour son inscription sur la liste des volontaires à récupérer pour balancer d’un hélico afin éteindre l’incendie en cas de besoin ! Merci !

        Mais c’est pas la peine, ton sacrifice ne sert rien, on va les arrêter tes centrales, trop dangereuses pour la Sécurité Nationale et l’espèce bipède vivant sur le territoire. Gouverner c’est prévoir, prévoir c’est anticiper, et à très long terme pour une population entière. Ne me dis pas merci, je t’épargne un procès dont tu ne supporterais même pas la réalité le cas échéant.

      9. La décroissance radicale et totalitaire, l’Armageddon écologique, la fin du monde et la guerre thermonucléaire mondiale sont soudainement à l’ordre du jour et qu’est-ce qui inquiète le vieux Cloclo dans son rocking-chair à roulettes ?
        Le sort des centrales nucléaires cibles de malveillants…

        Fais gaffe kâmême en changeant tes ampoules basse tension dans ta salle de bain, c’est risqué, aussi, Cloclo.

      10. Tu parles de procès petit proc Cloclo ?
        Mais tu l’as lu ton « article » putassier du Point au moins ?
        Qui vend de la peur à plein tuyaux ?
        Qui tue sinon les marchands de peur ?
        Qui fait déplacer des centaines de milliers de personnes en les soumettant à un stress majeur, quelquefois mortel, en tout cas ingérable, pour leur épargner très souverainement un risque mineur, voire inexistant et le plus souvent gérable ?
        Qui voudrait en déplacer 10 fois plus, 20 fois plus… toujours plus vite, toujours plus loin ?
        Les mêmes criminels « bienverteillants » qui entretiennent avec le plus grand soin une radiophobie bien plus meurtrière que les millisieverts, à Fukushima comme à Chernobyl.
        Les chiffres sont cruels ?
        Ils s’en contrefoutent, c’est pas leur faute, c’est la faute aux lobbies, aux oligarques, au pouvoir, au Kapital, au Système, pire, au Paradigme.
        Les mêmes criminels bienverteillants qui préfèrent cramer de la lignine et dépenser des fortunes dans des énergies alternatives vouées à n’être jamais que des appoints coûteux et polluants plutôt que d’investir massivement et au niveau mondial dans la mise au point de réacteurs de nouvelle génération plus sûrs, plus performants et moins chers.
        Toi on t’excuse, tu ne penses pas, tu globes et tu recraches ad nauseam ta bouillie de maïs non ogm. Mais ceux qui te gavent, en pleine conscience, les gusses qui plient le genou chaque soir devant leur plus précieuse relique – le numéro 1 de La Gueule Ouverte, les mêmes qui en outre braquent éhontément l’opinion en beuglant non-stop à l’Armageddon sur le RCA autant que sur le nucléaire civil, ceux-là, non, on les excusera pas. On les jugera pas non plus, on les laissera juste crever, La Gueule Ouverte.

      11. Excellente démonstration de ton déni volontaire de réalité vigneron. Et utilisation ad nauseam des sophismes nucléophiles les plus stupides.

        Tu veux un exemple ? Ok :

        Spécialiste de l’enfumage avec enluminure nous dit :

        « Qui fait déplacer des centaines de milliers de personnes en les soumettant à un stress majeur, quelquefois mortel, en tout cas ingérable, pour leur épargner très souverainement un risque mineur, voire inexistant et le plus souvent gérable ? »

        Ben qui fait déplacer les gens ? Le gouvernement en l’occurence ! Et ce n’est pas tant le déplacement qui stress et déglingue les gens c’est plutôt le fait de savoir que ta maison fait danser les compteurs GEIGER, surtout quand tu as des minots Moooonsieur le lobbyiste.
        Un risque mineur dans les premiers jours à Fukushima ?

        Tiens lis, même pas tiré d’un antinuk en plus :
        « Dans les premières semaines qui ont suivi l’accident, la principale contamination dont il fallait se protéger était celle de l’iode-131, amenée à disparaître en quelques semaines, mais qui pénètre la chaîne alimentaire à travers les légumes à grandes feuilles et le lait. Mardi 22 mars, l’annonce par l’Office de l’eau de Tokyo qu’en centre ville des niveaux d’iode-131 de 210 becquerels par litre avaient été décelés (deux fois le seuil de 100 recommandé pour les bébés) causa de l’émotion. Cette anomalie dura 24 h. » http://www.laradioactivite.com/site/pages/Fukushima_Risques_Sanitaires.htm

        Pendant que tu y es, vu que tu parlottes aussi en english, lis ça sur les risques santé des faibles doses de radiation :

        https://www.nap.edu/read/11340/chapter/1
        https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1867971/?tool=pmcentrez

        Sinon lis ça, :

        http://www.dissident-media.org/infonucleaire/conseq_en_belarus.htm

        Ensuite de quoi qui nous cause la turbine irradiante de blablabla :

        « Les chiffres sont cruels ?
        Ils s’en contrefoutent, c’est pas leur faute, c’est la faute aux lobbies, aux oligarques, au pouvoir, au Kapital, au Système, pire, au Paradigme.
        Les mêmes criminels bienverteillants qui préfèrent cramer de la lignine et dépenser des fortunes dans des énergies alternatives vouées à n’être jamais que des appoints coûteux et polluants plutôt que d’investir massivement et au niveau mondial dans la mise au point de réacteurs de nouvelle génération plus sûrs, plus performants et moins chers. »

        Les chiffres ? Mais mon pauvre aveugle qui s’est crevé lui même les yeux, les chiffres tu les connais toi ? Non pas vraiment sauf ceux de ton lobby pro nucléaire. Mais les études par les gars de terrain donnent tout autre chose comme chiffres, plus de 900 000 morts prématuré, oui tu lis bien le Million, le Million, le Million quasi, pour Tchernobyl par exemple :
        https://en.wikipedia.org/wiki/Chernobyl:_Consequences_of_the_Catastrophe_for_People_and_the_Environment

        La « lignite » ça c’est du sophisme de vrai charlatan de six semaines. Tu sais au moins que le nucléaire c’est 5% de la production de l’énergie mondiale petit criminel en herbe ? Alors tu peux même doubler, tripler, quadrupler le nombre de centrale béh on brûlera toujours du charbon ! Mais en multipliant comme tu le dis on aura avec certitude une belle catastrophe plus vite que prévue…

        Pour la partie des te propos disant que les futurs centrales seront « nouvelle génération plus sûrs, plus performants et moins chers », je pense qu’en fait tu te moques de nous. Ca te parle l’EPR ? Non bien entendu.

        http://www.liberation.fr/futurs/2017/07/04/la-scoumoune-plane-sur-les-epr_1581550

        http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/06/26/un-feu-vert-sous-condition-attendu-pour-l-epr-de-flamanville_5151256_3234.html

        Tu as définitivement perdu la partie vigneron, tu es game over, et heureusement, on va arrêter en france, à moyen terme, toutes les centrales, on a déjà perdu trop de temps, trop d’argent dans cette impasse. C’est pas parce qu’un joujou technologique et beau qu’il est utile.

        T’es en plus d’un criminel contre l’Humanité assumé un menteur de première. Mais t’y peux rien, c’est ta maladie libéral libertaire qui te bouffe le cerveau. Continu à venir sur le blog de Jorion pour te soigner comme te l’a dit le médecin ! 😀

      12. C’est ça.
        Les déplacés, eux, on leur a mis pour de bon, et bien profond, le gros bâton LNT. Et ils en crèvent, pas des millisieverts.

      13. C’est vraiment con ça. Vraiment trop con ça.
        Que Macron annonce la fermeture de « jusqu’à peut-être 17 réacteurs » , soit suive à la lettre un programme de réduction du nucléaire à 50% du mix électrique d’ici 2025, et ce bien que le Sieur citoyen Clonclon n’eût jamais vent de ce programme.
        Avait-t-il au moins eu vent des programmes résolument antinukes des deux olibrius Vert-rosâtres Benoîthamont /Môôssieur JeL’M ?

      14. Tu sais que je te lis avec attention vigneron, toi qui prône la construction de nouvelles centrales, je mettais simplement en exergue ton « nuke-friendly aux manettes » face aux fermetures de réacteurs annoncées, tu avoueras que comme friendly c’est léger.

      15. Ah bon JA.

        « Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique, s’est engagé, lundi 10 juillet, à fermer des réacteurs nucléaires, « peut-être jusqu’à 17 », pour respecter la loi sur la transition énergétique, qui vise à ramener à 50 % la part de l’atome dans la production d’électricité à l’horizon 2025.

        « Chacun peut comprendre que pour tenir cet objectif, on va fermer un certain nombre de réacteurs (…) Laissez-moi planifier les choses, ce sera peut-être jusqu’à 17 réacteurs, il faut qu’on regarde », a déclaré sur RTL le ministre. La France compte actuellement 58 réacteurs répartis dans 19 centrales. »

        Je sais pas moi, fermer 17 réacteurs ce n’est pas réduire le parc de réacteurs ? Qu’est ce qui n’est pas antinomique JA ?

        Même si tu construis des nouveaux réacteurs pour remplacer des anciens, tu n’en fait pas des nouveaux au sens de développer le parc nucléaire, ce qui pour le coup, comme le demande vigneron, Jancovici aussi, les nucléo écolo, serait « friendly ». Non, la part de l’atome dans la production d’électricité va baisser ( je te concède qu’on peut aussi penser qu’elle va baisser parce qu’on va consommer grave plus et que mécaniquement si on le fait avec de l’ENR, la part de l’atome baisserait, mais bon…)

      16. je te concède qu’on peut aussi penser qu’elle va baisser parce qu’on va consommer grave plus et que mécaniquement si on le fait avec de l’ENR, la part de l’atome baisserait, mais bon

        Exactement.

      17. Eh tu sais lire ou pas Du Clonclon ?
        C’est très exactement le programme annoncé par Macron tout au long de sa campagne, réduire la part du nucléaire de 73 à 50% dans le mix électrique à l’horizon 2025, conformément à la loi de transition énergétique de l’été 2015.
        Très loin des deux autres fearmongers pêcheurs de voix radiophobes qui promettaient ni plus ni moins que l’éradication du nucléaire d’ici 2045/2050.

      18. Je suis pour sortir des réacteurs nucléaires totalement mon petit criminel en puissance ! Immédiatement et tout de suite, pas aux calendes grecques comme ils le promettent tous. Tu lis donc très mal. Et le programme de Macron, euh comment te dire, m’en cogne à un point atomique.

      19. Vois-tu pour finir sur le nucléaire et tout le tsoin tsoin à l’horizon qui recule sans cesse c’est la définition même du mot, que je te laisse défendre bec et ongles de libéral libertaire qui te caractérise tant, moi je suis partisan des décisions rapide et immédiate, du tout de suite parce que la faune et a flore se dégarnissent massivement.

        http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/07/10/la-sixieme-extinction-de-masse-des-animaux-s-accelere-de-maniere-dramatique_5158718_1652692.html

        Quand je pense qu’il n’y pas deux semaines ici même, tu faisais le fanfaron parce que tu as compté deux buses de plus dans le ciel. La première était certainement ton image dans une flaque d’eau. Je pense que tu es une menace parmi d’autres pour le vivre ensemble à l’échelle du vivant tout entier. Je t’identifie ainsi non parce que tu es, t’es comme moi, mais parce que tu dis et défends à longueur de posts sur ce blog. Souvent sous un air raisonnable et fins, mais dont la vacuité et la dangerosité sont en fait la caractéristique essentielle sur une échelle bien comprise de temps dans un environnement unique, la Terre. Suffit de lire toutes tes interventions sur la nature, l’agriculture, l’économie, la finance, l’énergie, les rapports humains, tout pue le libéral libertaire, un truc hors sol qui n’existe pas ailleurs que dans vos esprits malades et tordus dont il faut impérativement se protéger par la saine réflexion et la discussion ouverte et libre. Je sais que tu viens ici pour te soigner, ça va le faire, je m’y emploie mon ami. 😀

    4. @vigneron,
      La petite lettre de James Hansen au gouverneur de new-york :
      http://www.columbia.edu/~jeh1/mailings/2008/20081030_DearGovernorPaterson.pdf
      La petite lettre de James Hansen au gouvernement australien :
      http://www.columbia.edu/~jeh1/mailings/2009/20090424_Australia.pdf
      La petite lettre de James Hansen au gouvernement Norvégien :
      http://www.columbia.edu/~jeh1/mailings/2010/20100730_NorwayLetter.pdf
      etc … etc … Avec toujours les mêmes arguments alarmistes sur the … « sea levels. ». ça te va ?

      1. Ouais, son job et la mission qu’il s’est donnée. So what ?
        Et je ne lis pas de « 2015 » dans sa lettre au gouverneur Paterson…
        Par contre je me souviens de Sandy, 2012, chez Paterson.
        « According to NCAR senior climatologist Kevin E. Trenberth, « The answer to the oft-asked question of whether an event is caused by climate change is that it is the wrong question. All weather events are affected by climate change because the environment in which they occur is warmer and moister than it used to be. » Although NOAA meteorologist Martin Hoerling attributes Sandy to « little more than the coincidental alignment of a tropical storm with an extratropical storm », Trenberth does agree that the storm was caused by « natural variability » but adds that it was « enhanced by global warming »
        One factor contributing to the storm’s strength was abnormally warm sea surface temperatures offshore the East Coast of the United States—more than 3 °C (5 °F) above normal, to which global warming had contributed 0.6 °C (1 °F). As the temperature of the atmosphere increases, the capacity to hold water increases, leading to stronger storms and higher rainfall amounts. »
        https://en.m.wikipedia.org/wiki/Hurricane_Sandy

  15. Offre automobile française : Jancovici et Grandjean – audition à l’assemblée nationale – 26/01/2016
    https://m.youtube.com/watch?v=l2AIF0GtVYk
    La voiture électrique ne remplacera jamais la voiture thermique à usage constant avec les technologies actuelles. Son intérêt est directement lié au mix énergétique du lieu d’utilisation. En France on n’est pas trop mal. Mais en Pologne, par exemple, elle génère plus de CO2 qu’une voiture essence.
    Dans le cadre d’une politique de diminution des déplacements et de développement des transports doux (vélo …) et des transports en commun, un peu de voiture électrique peut aider à boucler l’équation.
    De plus, cette focalisation sur la charge rapide ou le remplacement de batteries est essentiellement un faux problème. La majorité des propriétaires de voitures électriques se contentent de charger la nuit. Quand on doit traverser le pays, le train est sans doute plus indiqué.

  16. Coucou,

    Il y a un français monsieur, qui a inventé des batterie en beton armé. J’ai peut-etre lu la nouvelle un 1 er avril, je n’ai pas vérifié.

    Uniquement pour les pelleteuses ou les tombereaux circulants dans les mines à ciel ouvert….

    Bonne journée

    Stéphane

      1. Le volant à inertie des vieilles tractrices du métro était , lui , assez mobile, mais il avait fait alliance avec l’électricité qui faisait sentir si bon l’ozone dans les stations parisiennes .

      2. Meme si ce volant d’inertie en beton arme n’est pas mobile, il peut servir a stocker l’electricite dans des stations-service, avec une puissance d’alimentation reduite et en heures creuses (la nuit par exemple), et la restituer rapidement lorsqu’une voiture electrique viendrait faire le plein. Le second avantage du volant d’inertie est qu’il peut supporter des centaines de milliers de cycles charge/decharge alors que les batteries n’en font que quelques milliers. S’ils parviennent effectivement a stocker de l’electricite pour un cout moyen de 2 centimes le kWh, ce serait une solution credible pour l’alimentation des voitures electriques

  17. Merci Timotia, pour ces calculs, qui ne sont pas assez détaillés pour que je les comprenne précisément, et c’est bien dommage…
    J’ai une question pour vous. A-t-on jamais envisagé de construire de gigantesques cylindres pneumatiques façon Papin en 1690 ? Que donnerait par exemple un cylindre à eau de Papin, de 1km de diamètre ? à 1kg/cm² de pression atmosphérique, ça ferait si je ne me trompe une force de 3.14 x 50000² = 7.85 millions de tonnes conservables.
    Certes, il faudrait une énergie puissante pour soulever une telle colonne d’air avec de la vapeur, mais est-ce infaisable ? j’en serais étonné…

  18. Beaucoup de chiffres mais peu d’évolutions mises en avant telles que le travail chez soi ou ne rien faire mon robots pourvoit à tout, Led, oui l’économie d’énergie est en cours (14.000 d’entre eux, soit 0,04 % des 37 millions de clients raccordés, consomment l’électricité qu’ils produisent. C’est encore peu, mais l’effet du développement de l’autoconsommation dans les prochaines décennies est en marche et modifiera profondément notre paysage énergétique). C’est même ce qui inquiète « EDF ».

  19. Effectivement, la généralisation des voitures électriques devrait engendrer une importante production d’électricité.
    Quand, on regarde les 2 techniques de propulsions électriques : batteries vs pile à combustible (hydrogène principalement), elles ont toutes les deux besoin d’électricité mais avec un réseau de distribution très différent.
    Pour les batteries, on se rapproche d’un type de distribution essence. Il faut alors des chargeurs réparties sur tout le territoire et leur nombre dépendra de l’autonomie des batteries (qqs 300km aujoud’hui…). Pour l’hydrogène, c’est différent. Il faudra d’abord le produire en grande quantité dans des unités de production. Ensuite, il sera distribué comme l’essence.
    Dans les 2 cas, je verrais bien la production d’électricité faite à partir de fusion nucléaire. Elle n’est pas encore au point mais cela avance. Il y a ITER mais aussi un nouveau projet: le Wendelstein 7 X ( http://www.ipp.mpg.de/w7x). Ce dernier est moins connu mais les derniers progrès en calcul de modélisation du plasma et en impression 3 d , on permis de faire des avancées spectaculaires. Affaire à suivre…..
    Enfin, il faut pas oublier que si il est vrai qu’on devrait ajouter de la production électrique avec la voiture électrique. On va aussi rationaliser notre consommation: les réseaux intelligents, l’intensification des TC, les maisons à énergies positives, les unités de production plus proches des sources de consommation, tout ceci va participer à rationaliser notre usage de l’électricité. Allez juste le temps d’un moment, soyons optimiste!

  20. Il serait intéressant de prendre « à l’envers » les problèmes que pose l’énergie sur le long terme: au lieu de supposer plus ou qu’il s’agit de préserver le modèle de consommation-gaspillage proposé par l’Amérique du nord et l’Europe de l’Ouest (et de l’étendre si possible au reste de la planète) il s’agirait de se demander comment assurer sur le long terme ce qui est absolument indispensable.

    Il s’agirait donc d’abord de savoir comment procéder pour s’assurer que l’ensemble de la population dispose de quoi boire et se nourrir, ce qui n’a vraiment rien d’évident en ce qui concerne les plus grandes agglomérations urbaines mais l’est presque autant pour la plupart des autres lieux de vie.

    C’est exactement l’opposé de ce à quoi on assiste: la priorité semble être accordée à la préservation de choses telle que les déplacements en automobile, voire même en avion puisqu’il est aussi question d’avions électriques ;⁰)

    Ayant vécu ma première enfance dans une région intensément occupée par l’armée allemande, j’ai assez de souvenirs pour savoir qu’il y avait de gros problèmes. J’ai par contre beaucoup de mal à comprendre comment une si forte proportion de gens se sont débrouillés pour survivre. D’un côté c’est une constatation plutôt rassurante mais il n’est pas certain qu’on serait encore capables de s’en sortir dans des circonstances aussi difficiles.

    J’ai tendance à croire que beaucoup de gens se posent le même genre de questions tout en étant persuadés qu’il vaut mieux ne pas les aborder collectivement…

    1. C’est d’énergie abondante et accessible que manquent le plus cruellement ceux dont vous ne voyez que le ventre vide, la bouche sèche ou les intestins envahis d’Escherichia coli pathogènes.
      Le village « plus l’électricité » quoi, pour commencer…

  21. J’ai surtout remarqué autour de moi , qu’en grande majorité , quand il s’agit d’arbitrer entre bagnole ( ou smartphone et abonnement internet ) et les besoins vitaux tels que manger (voire se loger mieux) , la préférence était presque toujours donnée à la bagnole ou au portable .

    L’illusion de la liberté plutôt que la satisfaction du corps .

    1. @ Juannessy
      Dans les campagnes reculées du désert français, la « diagonale du vide » chère aux géographes, pour accéder à la nourriture il faut une bagnole 😉
      A moins de vivre en complète autarcie.

      1. Si la campagne est vraiment déserte , ça ne doit pas grever beaucoup le bilan carbone .

        Mais ma remarque visait des contrées beaucoup plus peuplées et pourvues en distributeurs de bouffe .

  22. A propos de rationnaliser la consommation d’énergie des véhicules : savez-vous que sont développés actuellement des programmes importants de co-voiturage le long des autoroutes (parkings de co-voiturage), en particulier, à l’endroit des diffuseurs ?

      1. @ Juannessy

        Oui. En France http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/05/30/l-urbanisation-devore-de-nouveau-les-terres-agricoles-francaises_5136027_3234.html

        Et dans le monde.

        Mais ça n’est pas bien grave : comme chacun sait, la population mondiale diminue régulièrement, la stabilité du climat promet des conditions de culture idéales et bien sûr l’agriculture industrielle est indépendante des carburants fossiles.

        Aucune inquiétude à avoir.

    1. Les images illustrant l’ambition de Musk d’alimenter ses stations de recharge en énergie solaire sont d’un ridicule absolu. Deux toits recouverts de panneaux solaires, et c’est marre !
      Impossible même avec le meilleur rendement au monde.
      Musk n’a pas fait ses devoirs avant de répondre du tac au tac au tweet qui lui rappelait que l’électricité américaine est en grande partie du charbon.
      Voyons, voyons, qu’est-ce que ça rappelle ? … Musk porte-t-il maintenant une perruque orange 🙂 ?

  23. La première fois (cela devait être en 2013 au moins) que j’ai dit à quelqu’un : je ne vois pas l’intérêt des voitures électriques, leur électricité vient bien de quelque part et pour l’instant ça pollue tout autant mais « ailleurs »., il ne comprenait absolument pas ce que je disais (j’ai du lui répéter plusieurs fois et lui expliquer), autrement dit les gens sont des grand naïfs ou ne réfléchissent pas par eux-mêmes (le mec était journaliste dans une télé locale).

    D’accord sur votre proposition de « recharge propre ».

    1. Non, il est juste faux de dire que « ça pollue tout autant », même « ailleurs », de consommer de l’électricité issue d’énergie renouvelable, du nucléaire, voire du gaz, pour faire avancer Titine plutôt que de cramer du gazole ou de l’essence.
      Faut arrêter l’délire.

      1. « La question première avant celle des batteries n’est-elle pas le mode de production de cette électricité ? »
        Suivant le pays dans lequel vous êtes, les émissions en CO2 d’une même voiture électrique sont totalement différentes.

      2. Ahgagaga…
        Vouiii, bravo, youpi, ça c’est une découverte majeure, Eureka et tutti quanti.
        Persistez dans votre effort, le bout du tunnel existe peut-être, finalement.
        PS : Soutenez votre petit camarade Cloclo, ce serait bien aimable, vous faites la paire.

      3. Voui, et les Chinois ont en projet ou en construction 700 centrales au charbon, chez eux ou un peu partout dans le monde. Ça représente entre 340 et 380 TW de puissance installée et près de la moitié des centrales au charbon prévues mondialement, qui augmenteront de moitié la puissance installée totale de ce type de génération worldwide. Accessoirement c’est 6 fois la puissance installée en nuke français ces 700 centrales charbons chinoises, chacune cramant 1,4 Million de T de charbon/an pour alimenter 300 000 foyers… soit 3 millions de tonnes de CO2 par an pour maximum 1 million de têtes de nœuds.
        https://mobile.nytimes.com/2017/07/01/climate/china-energy-companies-coal-plants-climate-change.html

    2. oui c’est faux.
      D’une part les voitures électriques ne consomment presque rien dans les embouteillages, d’autre part il y a des économies d’échelle lorsqu’on produit de l’énergie pour des millions de véhicules.
      Car lorsqu’on brûle des hydrocarbures, chacun fait fonctionner une petite centrale d’énergie embarquée… beaucoup plus polluante proportionnellement, qu’une grosse.

      1. Sans oublier le rendement deux à trois fois supérieur d’un moteur électrique par rapport à un moteur thermique.
        Si tu fais 2 km avec ton KWh (3,6MJ) d’essence cramée (0,10l), t’en ferais 5 avec un KWh sorti d’une batterie.

      2. Ah bon pour la même masse à déplacer, 1 KWH n’est plus égal à 1 KWH selon la source qui le produit maintenant en novlangue ? J’ai bien peur que ce soit le temps pour la parcourir et non la distance qui soit différente.

        Mais je peux me tromper, j’ai eu 2/20 en physique au Bac.

      3. Et alors j’avais mis mon nom et mon prénom. Deux points !

        J’ai pas lu sa phrase sur le rendement avant, mais bêtement son équivalence KWH…

      4. D’ailleurs juan, l’important dans le truc était de faire relever à vigneron le lobbyiste libéral libertaire nucléophile du blog que sa phrase dépend en fait du mix énergétique …

        Mais je comprends que tu préfères t’arrêter à mes notes en sciences physique, ça te demande moins d’effort pour réagir.

      5. @Clo Clo :

        Sur le thème du nucléaire , les copies du blog me semblent toutes en dessous de la moyenne .

        Ça n’est d’ailleurs pas étonnant sur un sujet aussi peu maîtrisé que la théorie de la relativité d’Einstein , sur laquelle chacun a cependant son opinion , poussé par des considérants nourris d’assez d’a priori ( comme tout ce qu’on ne « possède » pas ) pour qu’on ne soit pas près de mesurer vraiment un débat entre sachants de tous bords .

        Pour se faire une opinion de citoyen .

        Car la vérité, avant que d’être nucléaire ou ligniteuse , est d’abord démocratique , même si ça chatouille parfois mes inclinations scientifiques .

        Par contre , tant que Vigneron et Clo Clo se répondront , on ne manquera pas d’électricité .

      6. Heureusement Juan qu’il ne faut pas être gynécologue pour faire bien l’amour, pédiatre pour bien s’occuper de ses enfants, instituteur pour bien les élever, médecin pour prendre soin de sa santé, cuisinier pour bien manger, etc etc hein ? Donc oui ça se passera au nombre de voix et les nucléophiles ont perdu sur la planète même si ils résistent en fRance et en Chine surtout. Mais bon c’est plié, y a que vigneron qui s’excite encore sur ces chaudières.

        Ne pense pas qu’il faille maitriser la physique nucléaire ou quantique ou même savoir résoudre une équation pour se faire une opinion éclairée Juan.

      7. @ Vigneron qui écrit
        « Si tu fais 2 km avec ton KWh (3,6MJ) d’essence cramée (0,10l), t’en ferais 5 avec un KWh sorti d’une batterie. »
        la question, toujours la même, comment a été produite l’électricité qui est dans la batterie ?
        Si c’est avec du pétrole, autant le mettre dans un moteur thermique . . . !

  24. Il y a en effet une invention française en développement qui permet de transformer l’énergie électrique en énergie cinétique dans un cylindre en béton. qui est re-transformable lorsqu’on en a besoin!
    Autre idée en recherche, c’est la recharge en roulant afin d’éviter les station de changement de batterie.
    Limité la mobilité avec véhicule en ville est sans doute une solution à pousser. Cela agira immédiatement sur les comportements et la culture du tout à la voiture. Londres l’a bien compris.

  25. Après Versailles et l’Assemblée Nationale , on sait que l’horizon écologique se définit comme « neutralité carbone d’ici à 2050 » .

    Ça laisse de quoi bosser aux copains du ministère .

    Plus globalement , je reste en attente d’orientations en matière de politique internationale , d’alliances , d’Europe ( après les élections allemandes ?) , de défense , de politique de l’euro , de traités internationaux , de francophonie , de rôle de l’éducation nationale , d’économie mondiale , de garantie de travail décent ,de salaires , de revenu ou gratuités , de la place consentie ou pas à l’IA , de culture …

    Un an pour marquer éventuellement son temps .

    Moins de six mois ( Europe) pour échapper au crash , en mettant la « marche « avant .

    1. 2050 , ça ne doit pas être un hasard , car il me semble qu’avec 2030 , c’est une année repère pour les objectifs européens , l’Europe se mobilisant heureusement pour mettre en œuvre les ambitions de la conférence de Paris .

      Sur le plan du nucléaire , autant que j’ai compris ,les traités européens laissent les états membres libres de constituer leur « mix » ,pourvu que soit respecté l’objectif de réductions de CO2 . Sur la part du nucléaire , la contrainte européenne est le strict respect des standards européens de sureté , de gestion des déchets et de protection radiologiques .

      Bien qu’un budget existe , je ne suis pas sur par contre qu’il soit suffisant au niveau européen , et l’on peut regretter que la recherche fondamentale , comme nécessaire en démocratie , soit correctement financée par l’investissement public .

      1. Après le chariot , la diligence .

        Après la diligence , la bagnole .

        Après la bagnole ?

        Où l’on va parler d’accès à la liberté de déplacement individuel .

    1. C’est de notoriété publique, une bande d’azimutés 100% irresponsables chez Volvo, LA marque de fabrique de la maison, depuis bientôt 100 ans qu’on les appelle affectueusement les Jobards de Göteborg…

    1. Tiens un autre exemple des résultats de la politique espagnole de la tijera :

      https://economia.elpais.com/economia/2017/07/04/actualidad/1499192625_979632.html

      L’a rien inventé ton Micron ici la reforma laboral ya des lustres qu’on se la tape… ça marche d’enfer…

      Enfin dans le cas de Popular c’est surtout de actionnaire qui spéculaient sur le reflouement à l’argent public qui se sont fait rincer, on a laissé presque deux mois aux porteurs initiaux pour se délester du fardeau, On plaisante pas avec l’Opus ici…

    1. Les réacteurs nucléaires de IVème génération, avec électrolyse à haute température, c’est juste parfait pour produire de l’hydrogène…

      1. On peut faire las même electrolyse avec n’importe quel générateur mais oui, développer une filière hydrogène sur place pourrait permettre d’éviter les pertes sur le réseau ce qui soit dit en passant pourrait permettre de fermer un paquet de centrales sans manquer de jus… Ah ben oui c’est bien joli d’être un entrepreneur mais faut mettre la main au portefeuille, chose que n’a jamais faîte Mr Micron…

      2. « On peut faire las même electrolyse avec n’importe quel générateur » ?
        Mais t’es pire que ton alter ego Cloclo en physique-chimie ou quoi ?
        Renseigne toi si tu sais pas de quoi tu causes, fais comme moi.

    2. Et ton hydrogène tu le produis comment ? Et le stockage ? Du réservoir composite haute pression de 700 bar sous les fesses , moi je sais pas , je me sens pas vraiment rassuré …

      1. Dit le type qui monte dans une boite en fer et la propulse sur des roues à 130 km/h le long d’une bande goudronnées de 10m de large… Pendant ce temps, d’autre se jettent allègrement en l’air dans des boites en fer un peu plus allongées à carrément 900km/h… et c’est 10 fois moins dangereux !! 🙂

  26. Il est des survivants que l’on se doit d’écouter, jusques après leur mort ; Simone Veil en est un exemple.
    D’autres qu’on devrait oublier d’urgence, surtout s’ils ont avantageusement survécu à leur propre disparition annoncée ; Paul Ehrlich en sera à jamais le parangon.

      1. Non, le grand Cassandre/stérilisateur malthusien qui s’était payé un avion avec les droits d’auteur de sa Bombe P y’a près d’un demi-siècle.

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*