Envoyez par mail 'Arabie saoudite - Chine : le retour du sens de l'État' à un ami

Envoyez une copie de 'Arabie saoudite - Chine : le retour du sens de l'État' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
Partager :

24 réflexions sur « Arabie saoudite – Chine : le retour du sens de l’État »

  1. Les régimes politiques en Chine et en Arabie saoudite sont extrêmement différents, tout comme les personnages de Xi Jinping et Mohammed Ben Salmane.

    Ben Salmane depuis sa montée en puissance dans la famille régnante s’est fait le champion d’une position maximaliste et va-t-en-guerre dans l’opposition entre sunnites et chiites, ce qui se voit dans le refus de toute relation avec l’Iran, dans l’étau de pression politique et économique mis en place contre le Qatar qui prétendait modérer un tant soit peu son opposition à l’Iran et aux chiites, et plus encore dans la guerre menée au Yémen, où Ben Salmane a ouvertement assumé l’utilisation de l’arme de la faim pour briser la résistance de populations chiites – en droit comme en fait, un crime contre l’humanité. Cette position risque d’être encore exacerbée par l’échec subi en Syrie.

    En prenant le contrôle de la Garde nationale, la seule force militaire compétente d’Arabie, en charge non de défendre le pays mais de préserver le régime, il se donne encore un peu plus les moyens de sa politique.

    Xi Jinping n’est certes pas le dirigeant d’un Etat démocratique, c’est celui d’un Etat à parti unique, où être un opposant est en général déconseillé pour la santé. Il n’empêche que sa politique n’est pas une guerre inexpiable contre un Etat et une idéologie religieuse rivale et qu’il n’est pas soupçonnable de crime contre l’humanité.

    Quant à Donald Trump, il pourrait certainement s’améliorer en prenant un peu exemple sur Xi Jinping, notamment sur sa focalisation proclamée sur un développement profitant à l’ensemble de la population du pays plutôt qu’à seulement quelques-uns. Mais s’il venait à se transformer en un équivalent américain de Ben Salmane, alors le Ciel nous vienne en aide à tous !

    La politique souhaitable n’est évidemment pas de mettre des bâtons dans les roues de la Chine, qui est à la fois un pays concurrent et partenaire, non un pays va-t-en-guerre exportant des idéologies dangereuses autour de lui et au-delà.

    Quant à l’Arabie saoudite comme d’ailleurs à l’Iran, avec leur extrémisme, ils se chargeront bien tout seuls de se créer des problèmes inextricables et il n’est nul besoin de les y aider activement. La maxime de Napoléon s’applique : « N’interrompez jamais un ennemi qui est en train de faire une erreur ». Quoi qu’il en soit, l’épice doit continuer à couler, « the spice must flow » dans la version originale de Dune…

    1. Et l’épice du moyen-orient coule aux trois-quarts vers l’Asie (15 millions de barils sur 20 millions/jour expédiés, dont plus de la moitié vers la Chine).
      Pour donner une idée, l’Europe ne représente plus que 10% des exportations pétrolières du Golfe, peanuts ou à peu près.

    1. Sauf en cas d’incendie !
      Car là, c’est la débandade et les filles sont paniquées, bref c’est le bordel !

  2. Concernant la Chine ce qui laisse songeur, c’est de savoir que ce pays rassemble à lui seul plus de population que la totalité des pays de l’Occident réunis…..
    Imaginez un instant les États Unis, l’EU, le Japon, le Canada, l’Australie, la Russie dans le même pays…..Disposant d’une solide ossature étatique pour coordonner l’ensemble….De nouveau en route sur les chemins de la connaissance….D’ailleurs savez que la Chine est la SEULE capable de construire sa propre station spatiale sans l’aide de personne….Je rigole bien quand je vois les GAFA et leur soi disant avance en IA mais dans qqs années ils seront à la ramasse….Le monde appartient au Chinois, je vois pas comment ils seront stoppé dans leur ascension…Ils ont peut être loupé par orgueil et par sentiment de supériorité les 19 et 20ème siècles mais pas le 21ème. Ils ont compris la leçon…
    Si on veut pas être bouffé tout cru , on a intérêt à limiter la casse en faisant l’Europe et tant pis pour la souveraineté des nations. Il y a urgence!

    1. Le Japon et la Russie sont des pays de l’Occident ? Pourquoi pas après tout, c’est tellement fourre-tout ce mot. Mais je trouve un peu affligeant de se dire qu’on doit faire l’Europe en réaction à la Chine, c’est un aspect négatif de faire maison commune qui ne me plaît pas. Y a un côté guerrier sous-jacent dans ton commentaire qui me gêne. Je préfère une pensée positive qui porte un but paisible de vivre ensemble.

      Sinon, on gagne toujours à coopérer et à oeuvrer à plusieurs, la preuve :

      http://www.lefigaro.fr/sciences/2017/11/03/01008-20171103ARTFIG00103-la-station-spatiale-chinoise-en-perdition-ne-presente-pas-un-grand-danger.php

      (ouille ça pique)

    2. « Le monde appartient au Chinois, je vois pas comment ils seront stoppé dans leur ascension »

      Le prolétariat chinois.
      Comme en URSS, l’ascension de cette bureaucratie usurpatrice et contre révolutionnaire sera stoppé nette le jour où le prolétariat chinois se soulèvera.
      Et il va bientôt se lever. Si on veut pas être bouffé tout cru , on a intérêt à limiter la casse en faisant la révolution avec lui, et tant pis pour la souveraineté des nations. Il y a urgence!

      Internationalisme ouvrier !

    3. L’Europe est une vraie passoire à nouilles dont les Chinois ont déjà répertorié les points faibles, installant des têtes de pont au Pirée ou à Naples (on en parle moins mais le business chinois de la contrefaçon y brasse des milliards, en collaboration avec la Camorra). Plus royaliste que le roi cette Europe qui a fait du libre échange un mantra, alors que les EU ou l’Angleterre sont paradoxalement bien plus protectionnistes. En attendant la Suisse gère bien son pécule et son industrie tout en étant partout où ça compte dans le monde et que les bateaux Norvégiens sillonnent le globe. Pour la Chine cette Europe est une bénédiction, un ventre mou ou une vache qu’elle traie à distance.
      Oui il est urgent de passer à autre chose.

      1. D’accord pour être la Suisse ou la Norvège mais eux n’ont jamais eu la prétention de donner des leçons au monde entier…Ils ne projettent pas des forces armées partout sur la planète pour faire genre « grand pays ». Ils ne disposent pas comme la graaaaande France d’un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU.
        Personnellement, je suis disposé à devenir un « petit » pays bien pépère mais il faudra alors l’expliquer à tout les franchouillards qui voient encore la France comme une grande puissance. En premier lieu, il faudra laisser notre place au conseil de sécurité de l’ONU. Elle ne se justifie plus et ne reflète plus l’État du monde qui a bien changé depuis la fin de la seconde guerre….
        Entre la « Suisse indépendante version Française » ou la « Californie état fédéral version Française », je préféré la 2éme solution. Pourquoi? Eh bien la Californie , elle peut au moins se protéger derrière une « vrai » grande puissance qui lui permet de promouvoir ses idées (bonne ou mauvaise…çà c’est une autre histoire) . Pensez vous franchement que si Google, Facebook avaient été Français, ils se seraient imposés dans le monde entier??? A la rigueur dans une Europe Fédérale, ils auraient eu une chance mais c’est même pas dit!!!
        Quand je dis qu’il vaut mieux faire l’Europe (la vrai avec des institutions et un centre politique) que être « bouffé » par la Chine c’est qu’on a déjà connu une invasion culturelle. Aujourd’hui, quel est le pays qui rayonne culturellement sur la France? quel est le pays qui vous impose ses idées « économiques », sa musique, ses films, sa vision du monde, ses fêtes populaires. Le pays dont vous suivez le président comme si il s’agissait du notre, dont les médias suivent les élections au jour le jour???Alors c’est qui?? Vous avez deviné!!Maintenant c’est vrai que la plupart d’entre nous on s’en accommode de la culture américaine car au fond ce sont les enfants de l’Europe et on partage beaucoup de valeurs. Mais pour la Chine, là c’est tout différent. Le choc sera beaucoup plus douloureux. Alors je dis pas qu’il faut rentrer en guerre avec la Chine, civilisation éminemment respectable, mais il faut veiller à ne pas s’y perdre.

    4. « …faisant l’Europe et tant pis pour la souveraineté des nations »
      C’est justement une Europe fédérale qui rendra leur souveraineté à nos petites ou grandelettes nations.

  3. @ Jacquot
    Très bon résumé.
    Cependant, 2 faits troublants: la visite du roi à Moscou et leur volonté d’acheter des systèmes anti-aériens S400.
    Je serais américain, je hurlerais à la trahison.

    Peut-on parler d’Etat, s’agissant du royaume saoudien ? C’est une famille ou un clan qui possède un territoire rassemblé d’ailleurs par le glaive. Loin de la notion moderne que nous connaissons.

      1. J’avais vu cette info et conclu à une mise en scène pour la galerie, l’égyptien n’étant qu’un comparse, d’ailleurs grand demandeur de prêts en dollar.
        Je ne crois pas qu’il me faille changer d’avis.

        Mais quelques jours plus tard les Saoudiens ont lancé un ultimatum en 13 ou 14 points au Koweït et coupé les ponts. Illico, le satrape turc a fait débarquer des hommes et des chars légers au Koweït pour renforcer sa résistance militaire. Pas de surprise : entre tenant des Frères et soutient aux mêmes, il y a une alliance de fait. Et il est inconcevable que le Koweït rompe ses « bonnes » relations avec les mollahs, sous peine de perdre sa part de gaz.
        Plus, la guerre des Saoud au Yémen est un désastre, comme Nasser l’avait éprouvé en son temps.

        A partir de là, je suis dans le brouillard.
        Quel rôle a joué Trump ? La volte-face apparente des Saoudiens quant au soutien aux extrémistes islamiques en Syrie et en Irak, et en Tchétchénie, est-elle durable ?

        Le voyage du roi à Moscou est bizarre, allait-il chercher une contre-assurance ? Que peuvent lui offrir les Russes ?
        L’affaire des S400 est, elle, très importante. Le royaume a toujours cherché à diversifier ses sources de fournitures militaires (et ils en sont saturés). Mais là, ils poussent le bouchon vraiment trop loin, vu selon les intérêts américains.

        Le pétrole saoudien s’épuise. En 2006, ils pompaient déjà un mélange de 73% de pétrole et 27% d’eau salée, réinjectée après décantation. Pas assez de gaz pour prendre la relève.
        Qu’ils participent à la « Yuanisation » d’une part de leur vente pétrolière et c’est un clou dans l’accord du Quincy.
        Tout cela est spéculatif, trop.

      2. Quand je vois confondre Koweït et Qatar dès la troisième phrase je me réjouis de pouvoir cesser ma lecture dès avant la quatrième.
        Merci.

  4. Franchement est que quelqu’un ici pense sérieusement que dans l’un au l’autre cas là corruption est vraiment le problème combattu ?

  5. Ce qui m’inquiète c’est que Xi Jinping est un admirateur de Han Feizi, ce penseur légiste (légisto-taoiste en réalité) de la fin des royaumes combattants. Han Feizi (mort en 233 avant notre ère) est tout de même dans l’histoire de l’humanité le premier théoricien du totalitarisme, ce qui est tout sauf anodin.

    Pour s’en faire une idée détaillée lire l’excellent ouvrage de Jean Lévi consacré à ce penseur. L’idée princeps c’est que le pouvoir doit devenir invisible, que la balance des châtiments et des récompenses comme dispositif étatique régule avantageusement la société au profit du prince. N’est-ce pas ce justement l’objectif qui est recherché avec la mise ne place d’une société de surveillance généralisée, facilitée par les moyens numériques et bientôt l’intelligence artificielle ? Il est vrai Xi Jinping a manifesté un intérêt pour la pensée confucéenne, mais celle-ci est incompatible avec le légisme pur et dur de Han Feizi qui ne s’embarrasse pas d’humanisme.

    D’autre part, comment Xi Jinping pourra-t-il atteindre ses objectifs, aussi louables soient-ils, s’agissant de l’environnement de la Chine et donc par répercussion de notre environnement planétaire, si les lanceurs d’alerte de ce pays, et ce depuis les années 90, sont systématiquement rejetés (finissent en prison) par le système chinois du parti unique ?
    Un système, quel qu’il soit, peut-il produire de bonnes choses, si l’information circule mal ? Si c’est la peur qui inspire au pékin lambda sa conduite quotidienne ? Le risque n’est-il pas qu’à tous les échelons les mauvaises nouvelles ne soient minimisées ? En cas de coup d’arrêt brutal de la croissance chinoise, la violence aveugle ne sera-t-elle pas l’ultime refuge du pouvoir autoritaire, voire totalitaire ?

    D’autre part, l’affirmation d’une super puissance chinoise en flattant le nationalisme chinois, n’entre-t-elle pas en contradiction avec l’objectif environnemental ?

  6. @Pierre : « Le monde appartient au Chinois, je vois pas comment ils seront stoppé dans leur ascension… »

    Par le déséquilibre de leur démographie:
    1/ Le ratio garçon/fille à la naissance est de 120 en Chine (la norme, c’est 105).
    2/ La population vieillit à toute vitesse.

    Avec ça, ils n’iront pas très loin dans la conquête du monde

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*