LES FINANCIERS, CES ESTHÈTES ! par François Leclerc

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Les spéculateurs ont ceci de différent avec les alouettes qu’ils sont attirés par ce qui brille et bouge. On ne s’étonnera pas, à constater les importantes oscillations de la valeur du bitcoin ces derniers jours, qu’il a de quoi les satisfaire. Parvenu à 20.000 dollars, il a chuté à 11.000 dollars pour revenir à 15.000 et redescendre à 14.000 dollars. Quelle volatilité ! que de pertes, mais que de profits pour ceux qui ont bien joué…

La répartition géographique du trading du bitcoin est très inégale. Au 17 décembre, 49,9% de celui-ci aurait l’Asie comme origine. 5,7% seulement proviendrait de la conversion de l’euro et 38,6% de la conversion de dollars, ces données ne procurant pas strictement une information de localisation. Le score asiatique explique néanmoins la décision chinoise d’interdiction du bitcoin, étant donné les dégâts que la spéculation sur celui-ci pourrait générer au sein du volumineux secteur du shadow banking, qui pourrait atteindre par contagion les grandes banques nationales, car il n’y a pas d’étanchéité entre eux…

On a également appris hier, à la faveur de l’annonce par les autorités sud-coréennes de mesures supplémentaires d’encadrement des échanges de monnaies virtuelles, que le pays abrite environ 20% des échanges mondiaux du bitcoin, soit environ 10 fois plus que le poids de la Corée du Sud dans l’économie mondiale. Selon les estimations, un million de Sud-Coréens, pour la plupart de modestes investisseurs à la petite semaine, possèderaient des bitcoins. Le marché n’est pas seulement composé de gros investisseurs qui sont parfois le dos au mur, à la recherche d’importants et indispensables rendements. L’économie informelle et criminelle, telle qu’elle est particulièrement développée en Asie a aussi trouvé avec le bitcoin sa monnaie d’élection en raison de la discrétion qu’elle garantit.

Pour que le bitcoin puisse acquérir ses titres de noblesse, faudra-t-il qu’une version hybride supprimant l’anonymat des transactions voit le jour, comme les banques ont procédé avec leur version bridée de la blockchain ? N’y pensez pas, cela serait antinomique avec le fonctionnement du système financier… Le peu qui a résulté des G20 tonnant sur l’argent sale donne la mesure de ce qui peut être effectivement attendu !

Après avoir fait la fine bouche, Goldman Sachs a finalement annoncé la mise en place en juin prochain d’un desk destiné au trading des crypto-monnaies, au prétexte de répondre à la demande de sa clientèle. JP Morgan en a fait autant. Le ton est donné, une fois les premières banques d’affaires engagées, les autres ne peuvent que suivre. Un mouvement irrésistible semble s’être engagé, en raison de la beauté des paris que le bitcoin permet de passer. Les banquiers sont des esthètes.

En fait de réforme du système monétaire international, qui a commencé à pas très comptés, c’est l’émergence des crypto-monnaies qui risque de marquer la période à venir. Le système financier continue de s’autonomiser.

Partager :

23 réflexions sur « LES FINANCIERS, CES ESTHÈTES ! par François Leclerc »

  1. The Washington Post, le 26 décembre :

    Bitcoin’s boom is a boon for extremist groups


    White-nationalist leader Richard Spencer speaks Dec. 6 at Texas A&M University. (David J. Phillip/AP)
    By Craig Timberg December 26 at 7:00 PM 
    After Charlottesville’s bloody Unite the Right rally in August, technology companies tightened rules against hate speech and banned many extremists from using Web hosting services, social media platforms and online payment systems.
    But some on the farthest edges of the political spectrum soon found an effective tool for thwarting this industry crackdown: bitcoin.
    Even before Charlottesville, Richard Spencer, a prominent member of the alt-right, a movement that espouses racist, anti-Semitic and sexist views and seeks a whites-only state, had gone as far as declaring bitcoin “the currency of the alt right.” But far-right political leaders and experts on extremist movements alike say the adoption of bitcoin gained new urgency after Charlottesville as extremists looked for ways to operate beyond the reach of government control and the shifting policies of U.S. tech companies.

    Those who began acquiring bitcoin in August already have reaped substantial returns, despite the recent volatility in its price. In the months since demonstrators carried flaming torches and chanted “Jews will not replace us,” bitcoin has quadrupled in value. The digital currency began trading on several mainstream financial markets this month, pushing the price of a single bitcoin at times above $19,000. It was worth $16,000 at one point Tuesday.

    Extremist figures who invested in bitcoin as a bulwark against efforts to block their political activity now find themselves holding what amount to winning lottery tickets. The proceeds could be used to communicate political messages, organize events and keep websites online even as most mainstream hosting services shun them, experts say.
     2:03

    Bitcoin is hot again. Here’s what you need to know.

    “Bitcoin is allowing people in the movement to go beyond cash in an envelope or a check,” said Heidi Beirich, head of the Intelligence Project at the Southern Poverty Law Center, a nonprofit group that tracks extremists. “It’s really a godsend to them.”
    First created in 2009 by an anonymous computer programmer, bitcoin is a digital currency that is not issued by any government and has no physical manifestation, such as actual coins or bills. Someone who wants to buy bitcoin can sign up for one of many online exchanges — each account gets a unique identifier of numbers and letters — and pay dollars (or other traditional currency) for the digital currency. People can also send bitcoin to others or conduct transactions at any of a growing list of businesses, nonprofit groups and financial institutions that accept it.

    A secure, continuously updated ledger called the blockchain records all transactions in a publicly visible way, assigning each an alphanumeric record. Unlike the closely government-regulated banking systems that record traditional financial transactions, the blockchain is completely decentralized, relying on complex mathematical calculations across countless computers worldwide.
    Such a system makes it difficult for regulators and law enforcement agencies to monitor assets or know the identities of particular account holders. It also allows fringe groups not only to collect money, but to spend it more easily — for example, on foreign online services if U.S. companies restrict their access.
    Google, GoDaddy, PayPal and others banned some far-right activists from their services after the Charlottesville rally, saying they violated rules against hate speech.
    Spencer and others who have lost access to these services — a process they call being “de-platformed” — say they are effectively being denied free-speech rights.

    “We have faced enormous problems from being de-platformed,” Spencer said. “Bitcoin at least, from what I can tell, is not something from which we can be de-platformed.”

    Extremists are hardly alone in benefiting from surging bitcoin values. Early buyers include cryptography enthusiasts, libertarians and professional investors — as well as drug traffickers, money launderers and others who regularly conduct transactions on the “dark Web,” a part of the Internet accessible only by using specialized software that helps shield online activity.
    Also unaffiliated with the far right yet profiting handsomely is WikiLeaks founder Julian Assange, who tweeted in October that U.S. political pressure on traditional payment processors such as credit card companies to stop handling transactions for the site “caused us to invest in bitcoin — with > 50000% return.” In a dig at policymakers who pressured the companies, Assange expressed his “deepest thanks.”
    It’s impossible to know how many on the far right are reaping bitcoin windfalls, but researchers who monitor extreme political activity say they have detected a surge in transactions as people on the far right move assets into the digital currency and increasingly use it for ordinary business purposes. The SPLC is tracking roughly 200 bitcoin wallets — the way users store the currency online — that it says are held by extremists.

    Public blockchain records make such monitoring possible. Researchers can study the times, dates and amounts of any transaction, along with what accounts, or wallets, are involved. That does not include the actual names of account holders, but such records can illuminate identities. The SPLC, for example, looks on the donation pages of extremist websites for bitcoin accounts that are seeking contributions.
    According to SPLC research, among the most striking recent donations was 14.88 bitcoin paid to Andrew Anglin, editor of the Daily Stormer, a neo-Nazi online publication that lists a bitcoin account number online. The SPLC has labeled the Daily Stormer the nation’s “top hate site.”
    The payment to Anglin came on Aug. 20, as the Daily Stormer — named after the Nazi propaganda tabloid “Der Stürmer” — was scrambling to recover after several Web hosting services kicked it off their platforms. Followers looking for the site at its familiar dailystormer.com address got error messages.
    The amount of the donation carried particular significance; 1488 is a reference to a Nazi slogan — 14 words long — about the importance of protecting “a future for white children,” and 88 refers to “Heil Hitler,” both words of which start with the eighth letter of the alphabet. At the time of the donation, it was worth about $60,000. Had Anglin kept the entire amount, it would now be worth about $235,000.
    Instead, it appears that Anglin gradually spent down the donation as he worked to get the Daily Stormer back onto the Web, according to John Bambenek, a cybersecurity researcher and threat-systems manager at Fidelis Cybersecurity who tracks bitcoin transactions.
    But Bambenek said the account that made the 14.88 donation — whose owner is unknown — has gradually drained its value over a series of transactions. Bambenek said his research suggests that this account got its money from another, far larger one, now worth more than $45 million.
    “The alt-right likes bitcoin the same way criminals and people on the dark Web like bitcoin,” Bambenek said. “It’s a great way to move around assets, especially when you’re under the threat of investigation.”
    Bambenek has built a Twitter bot, called the Neonazi BTC Tracker, that automatically tweets a record of every transaction affecting 13 accounts he says are affiliated with known extremists and their websites.
    Bambenek said there is also evidence that Anglin and others are moving their assets into other digital currencies that are harder to track but have not been growing as quickly in value as bitcoin.
    Anglin, in a phone interview with The Washington Post, declined to confirm or comment on the 14.88 bitcoin transaction, but he expressed frustration at Bambenek’s Twitter bot, saying that some of the information it tweets is inaccurate. Anglin also said he has used bitcoin almost exclusively since payment services blocked the Daily Stormer beginning in 2014.
    “Bitcoin has helped out a lot,” Anglin said.
    Anglin was sued this year by the SPLC for allegedly inflicting emotional distress on a Jewish woman in Montana by unleashing a “troll storm” on her. In a Dec. 7 article on the Daily Stormer, Anglin noted the surge in bitcoin value and said, “Thank you so, so, so much” to the law center for its long-running efforts to get him banned from mainstream payment services, prompting his investment in bitcoin. (The Daily Stormer has said in court filings that its actions were protected speech and posed no real threat to the woman, according to news reports.)
    The popularity of bitcoin on the political right is not confined to the most extreme elements. Conservative commentator Mike Cernovich — who co-sponsored the “Deploraball” to celebrate President Trump’s inauguration but did not attend the Charlottesville rally and has distanced himself from anti-Semitic and white-nationalist figures — began touting the currency to his Twitter followers in September 2016, when it was worth about $600 per bitcoin.
    The goal, Cernovich said, was to protect himself from efforts by tech companies or payment processors to block his political activity.
    “That was the only reason I got into it,” he said. “I just got really, really lucky.”
    Conservative publisher Charles C. Johnson — whose WeSearchr “bounty site” has raised more than $150,000 for the Daily Stormer’s battle against the SPLC as part of what Johnson calls his support of free speech — said he has advocated the purchase of bitcoin since 2015. That’s the year Twitter banned Johnson for soliciting donations for “taking out” a Black Lives Matter activist. (Johnson said afterward that he was seeking not to incite violence but to spur an investigation he believed would undermine the activist.)
    Johnson said he has made substantial earnings on bitcoin investments and increasingly uses it to make donations to political leaders and groups.
    “It’s a form of digital gold,” Johnson said. “It’s not surprising that a lot of people on the political fringes would move toward an un-censorable currency.”
    Spencer, however, said he did not begin buying bitcoin when he touted it in the March tweet. In recent months, though, he has set up several accounts to raise money for various sites and causes.
    “I really wish I had bought more bitcoin,” Spencer said. “I guess we all do.”

    Follow The Post’s tech blog, The Switch, where technology and policy connect.

    1. Un critère souverain pour savoir si quelque chose est de la merde ou de l’or ?
      Cherchez à savoir si Assange est de la partie.
      S’il en est c’est pas de l’or.

  2. Ne peut-on rapprocher cette histoire du bicoin, des transactions sur l’ « or papier », ces certificats selon certains, ne seraient pas l’exacte représentation de l’or physique entreposé dans les caves des banques centrales, va-t-on assister à la cotation de ces certificats en bicoins ?

  3. J’ai souvent entendu dire que les asiatiques étaient joueurs. J’ai en tête des images d’un documentaire en noir et blanc de gens attroupés devant une petite table sur laquelle se trouvait quelque chose caché par une feuille de journal et autour les gens invités à parier pour une chose ou l’autre. Cette chose ou l’autre étant deux poissons suffisamment odorant dans la putréfaction pour attirer rapidement les mouches, et le jeu consistait à parier sur le bon poisson qui attirerait la mouche. Sitôt enregistrés les parieurs on levait le journal et les mouches se précipitaient. Il y avait forcément des gagnants et des perdants parmi les joueurs.
    En France, il suffit de se rendre dans un bar tabac pour voir jouer le petit peuple. Mais c’est plus triste.

  4. Question(s) :
    Faut-il lire derrière l’adoubement par quelques grandes banques américaines de la plus connue des crypto-monnaies, le risque d’un crack financier imminent pour 2018 ?
    … et, un moyen de pouvoir mettre en sécurité des actifs sur la blockchain tel un lieu paradisiaque, isolé et hors d’atteinte d’un bank run généralisé ?

    1. @ Hervey.

      « moyen de pouvoir mettre en sécurité des actifs sur la blockchain tel un lieu paradisiaque, isolé et hors d’atteinte d’un bank run généralisé ? »

      Oui je pense qu’il y a un peu de ça dans l’esprit dégénéré des détenteurs de capitaux, pris tout d’un coup d’une grosse angoisse de voir, que quoi qu’on puisse en dire, les choses ne s’arrangent pas vraiment.

      Un peu, car il ne faut pas sous estimer non plus, le coté jeu et la montée d’adrénaline que procure ce marché, qui bouge beaucoup qui se fait au feeling, vu qu’à peu prés tout le monde nage dans la choucroute.

      La qualité première des jetons bitcoin est qu’il sont comptés et rares, et la rareté est à la base de la valeur d’échange de toute chose.

      Par delà les soubresaut de ce marché, je crois que l’évolution du prix du bitcoin est exponentiel, et que les capitalistes vont tenter de placer l’ensemble de la richesse monétaire du monde dans ce chas d’aiguille.

      Lorsque je dis capitaliste, je devrais dire plutôt gros bourgeois, parce qu’à 20 000 $ le ticket d’entrée (moyenne pivot actuelle) , ce n’est pas le premier petit joueur de poker de banlieue qui peut espérer se faire accepter à la table.

      Certes les gouvernements peuvent contrer le phénomène, mais le veulent-ils vraiment ?

  5. Une modeste contribution, il faut retenir que techniquement le bitcoin à un rythme de création de 10 minutes donc une transaction prend au minimum 10 minutes ce qui rend pour moi incompréhensible son mode de trading actuel.

    Par ailleurs, c’est sa rareté comme l’or qui en fait un vecteur de valeur. On conviendra qu’il est plus facile de passé une frontière avec une clé USB qu’avec une valise d’or.

    Indéniablement pour les transactions douteuses, il aura encore de beaux jours devant lui.
    Il restait un problème, celui de sa conversion, GS et JPM semblent donner une solution.

  6. « De l’or! De l’or jaune, étincelant, précieux!
    Non, dieux du ciel, je ne suis pas un sou­pi­rant frivole…
    Ce peu d’or suffirait à rendre blanc le noir, beau le laid, juste l’injuste, noble l’infâme, jeune le vieux, vaillant le lâche…
    Cet or écartera de vos autels vos prêtres et vos serviteurs ; il arrachera l’oreiller de dessous la tête des mourants ; cet esclave jaune garantira et rompra les serments, bénira les maudits, fera adorer la lèpre livide, donnera aux voleurs place, titre, hommage et louange sur le banc des sénateurs ; c’est lui qui pousse à se remarier la veuve éplorée.
    Celle qui ferait lever la gorge à un hôpital de plaies hideuses, l’or l’embaume, la parfume, en fait de nouveau un jour d’avril. Allons, métal maudit, putain commune à toute l’humanité, toi qui mets la discorde parmi la foule des nations (…)

    O toi, doux régicide, cher agent de divorce entre le fils et le père, brillant profana­teur du lit le plus pur d’Hymen, vaillant Mars, séducteur toujours jeune, frais, délicat et aimé, toi dont la splendeur fait fondre la neige sacrée qui couvre le giron de Diane, toi dieu visible,& qui soudes ensemble les incompatibles et les fais se baiser, toi qui parles par toutes les bouches et dans tous les sens, pierre de touche des cœurs, traite en rebelle l’humanité, ton esclave, et par ta vertu jette-la en des querelles qui la détruisent , afin que les bêtes aient l’empire du monde… »

    Shakespeare décrit parfaitement l’essence de l’argent, dans son « Timon d’Athènes  » , nous dit Marx dans son manuscrit parisien de 1844.

    Mais jetons un coup d’œil sur l’état de cet argent, en cette toute fin d’année, qui pourrait très bien marquer la fin des illusions monétaires, et de nos croyances dans l’efficience de la politique des banques centrales, en clair celle des gouvernements du Capital.

    Parce que si une simple hausse de salaire ne peut pas déboucher forcément sur de l’inflation, malmener par trop l’argent peut lui provoquer un sacré cataclysme hyper inflationniste.

    Hier nous parlions de cette histoire d’offre et de demande déterminant la valeur d’échange des marchandises. Par nécessité et depuis la fin du troc, cette valeur est exprimée par un prix libellé en une monnaie. Une devise plus ou moins saine et recherchée, en fonction de la qualité du pays qui l’émet, et de la propension de ce pays (ou d’un groupe de pays) à ne pas trop tirer sur la corde de la planche à billet.

    Comme toute marchandise, la valeur d’une monnaie est déterminée par le fait qu’elle est rare. Trop abondante elle perdra beaucoup de son prestige et aussi de sa valeur. Et si la valeur d’une monnaie se déprécie plus vite que ce qu’elle est sensée acheter, fatalement parce qu’il faudra beaucoup de papier pour acheter un œuf le consommateur n’en aura pas pour son argent !

    Ni bonnes résolutions, ni paris nous dit François Leclerc dans son billet.

    Pour ce qui est des bonnes résolutions, comme les copains j’en ferai au premier janvier, et comme nous savons que la vie à deux (nous et nos résolutions) ça dure le temps de compter jusqu’à trois, cela ne risquera pas de nourrir la moindre inflation dans le pays.

    Par contre personnellement, pour les paris, j’opterai plutôt, qu’une inflation, voir une hyper inflation, pourrait être générée par une crise monétaire, voir un krach des grandes devises internationales … purement et simplement leurs disparitions.

    Lorsque les taux baissent, la bourse monte et les monnaies souffrent. Menace de krach monétaire.

    Lorsque les taux montent, la valeur des monnaies montent et les bourses souffrent. Menace de krach boursier.

    Paradoxalement un krach boursier n’est rien par rapport à un krach monétaire. Et pourtant pour le début d’année, à la moindre inquiétude sur la santé des marchés boursiers, nos grands argentiers vont immédiatement revenir à leur politique laxiste de ces dix dernières années. Et là attention, ça peut craquer, surtout si les observateurs voient le moindre début de commencement de discordance entres les grands. Il peut par exemple y avoir une forte défiance sur le dollar ( je ne parle pas de l’Euro car on ne tire pas sur une ambulance).

    Bourgeois, vous voulez éviter la dislocation du marché mondial ?

    Inconditionnellement collez à la politique de Trump, politique certes n’ayant pour seul objectif que de sauver les banques US du désastre qui vient, au détriment de l’avenir de la monnaie du monde le dollar, mais au point où vous en êtes, il n’y a pas d’autre politique possible.

  7. « Pour que le bitcoin puisse acquérir ses titres de noblesse, faudra-t-il qu’une version hybride supprimant l’anonymat des transactions voit le jour, comme les banques ont procédé avec leur version bridée de la blockchain ? N’y pensez pas, cela serait antinomique avec le fonctionnement du système financier… »

    C’est en partie déjà fait avec le XRP ou ripple qui est beaucoup moins anonyme et nécessite une espèce de consensus pour valider les transactions (m’en demandez pas plus…), la capitalisation est assez importante dessus et la plupart des gros établissement financiers « main-stream » sont positionnés dessus le préférant au bitcoin. Il était a 0,20€ il y a une petite semaine, échappant en général a accés de forte volatilité or il flirte avec les 2€ ce matin…

    1. Y’a 3 semaines, pas une petite. Mais c’est pas ça le truc. Le truc c’est que ça devrait à terme remplacer les anciens systèmes de changes et de paiements internationaux type Swift (coûts de transaction estimés de ces vieilleries : $1 600 Mds). Même la BoE est dedans. C’est de la bombe Ripple.
      https://xrpcharts.ripple.com/#/markets/XRP/USD:rvYAfWj5gh67oV6fW32ZzP3Aw4Eubs59B?interval=4h&range=1m&type=line
      https://www.ripple.com/
      https://ripple.com/xrp/market-performance/
      https://ripple.com/collateral/

      1. Il faudra bien avoir une valeur refuge quand les pays feront défaut en cascade sur leurs dettes et que les monnaies suivront, il faudrait pas que les riches perdent de l’argent lors de la prochaine crise non plus… 😉

      2. Quoiqu’en dise Mr Jorion j’ai l’étrange pré-sentiment que c’est nous qui nous retrouverons avec des billets de monopoly dans les mains au bout du compte…

  8. Super article, merci beaucoup.
    Pour ma part, j’ai découvert la plateforme Mon Petit Placement : http://www.monpetitplacement.fr qui propose des placements pas aussi risqués que le bitcoin et ainsi bien moins spéculatifs mais qui proposent tout de même de sacré rendements. Pour faire cela, il me semble que cette plateforme agrège l’investissement de petits investisseurs pour donner accès à des placements jusqu’ici réservés à des clients fortunés. C’est top !

    1. @Thomas.

      Comme tu dis c’est top, vilain petit capitaliste que tu es !

      Pour 2018 y a vraiment du boulot, aussi en attendant que je t’envoie dans un camp de rééducation (bien sous tout rapport évidemment), je te souhaite une bonne année lucrative mon camarade .

      « bien moins spéculatif » c’est toujours de la spéculation, et sur le blog de Paul, vent debout contre les joueurs de poker, faut quand même oser !!!

  9. @ Thomas

    Marvin Gaye – Inner City Blues

    Fusées, plans de lune
    Dépensez-le pour les nantis.
    L’argent, on le fait
    Avant [même] qu’on [ne] le voie, tu le prends.
    Oh, ça te donne envie de crier
    La façon dont ils font ma vie
    Me donner envie de brailler
    La façon dont ils font ma vie
    Ce n’est pas vivre
    Ce n’est pas vivre
    Non, non bébé, ce n’est pas la vie.
    Non, non, non, non.
    ( 1.ère strophe, traduction DeepL. )

    https://www.youtube.com/watch?v=57Ykv1D0qEE

Répondre à octobre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.