Envoyez par mail 'Défaite de l’amiral Theresa May dans les eaux jamaïcaines : l’affaire Windrush' à un ami

Envoyez une copie de 'Défaite de l’amiral Theresa May dans les eaux jamaïcaines : l’affaire Windrush' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
26Shares

12 réflexions sur « Défaite de l’amiral Theresa May dans les eaux jamaïcaines : l’affaire Windrush »

    1. Avec ou sans les Russes, sous leurs lits?
      Ça change tout.
      En plus, Julian Assange et Wikileaks passent du mauvais côté de la barrière. Complices de ces satanés Russes. Comme une promotion, presque. Et on ne discute pas devant les preuves écrasantes de sa culpabilité: sa liaison internet est coupée.
      Les Russes sont partout, ma bonne dame May.
      C’est pas comme facebouque.

      Devant tant de problèmes/ Et de malentendus/ Les dieux et les diables… Heu non, je reprends:
      Devant tant de problèmes et de similitudes, une solution pour les Britt à la dérive, poussés à la côte à sec de toile, c’est de voter leur rattachement aux USA.
      Retour arrière de la mère patrie, en quelque sorte.
      51.ième État, en voilà une perspective pour noyer les problèmes de fin d’un Empire.
      Et y’a un précédent -faut toujours un précédent-, l’archipel des Chagos.

  1. Moi antillais, depuis Sarkozy et Lois, je m’attends à un truc comme ça pour nous un de ces jours… 🙂

  2. Merci à Timiota pour la traduction !
    Terrible efficacité de services administratifs dans l’application d’une politique, preuve qu’ils pourraient donc s’occuper efficacement, par exemple, de la fraude fiscale dite ‘optimisation’, si cela leur était…Demandé…!?

    Une réplique à la fin de « The Big Short » :
    « Tel que je vois ça, dans quelque temps la plupart des gens feront ce qu’ils font à chaque fois que l’économie déraille totalement,
    ils trouveront des coupables, l’immigré, le pauvre, ou même les profs !…Comme d’habitude… »

  3. https://www.pauljorion.com/blog/2018/04/21/le-manifeste-contre-le-nouvel-antisemitisme/

    J’admire votre ajout. Le premier chapitre a retenu mon attention parce qu’il plonge loin en arrière dans nos croyances alors que le second fait la part belle à l’actualité. En effet, que sont 70 ans environ face à une histoire multimillénaire?

    Donc le premier chapitre. Mais. Comment dire, sans ajouter un «mais» qui démolira toute la positivité de mon admiration pour cet ajout ? Donc je dirais qu’il vous faudrait remonter aux fondamentaux :

    1- d’abord le monde islamique est comme les protestants : pas d’intermédiaire entre Dieu et son croyant. La lourde organisation recto-théologique des cathos n’existe pas dans l’une ou l’autre religion. La preuve: 50 à 80 millions d’américains croient dur comme fer à la Bible, et ce même si des chrétiens non catholiques, assez proches, en savourent la seule poêsie. Mon opinion est que ces chrétiens fondamentalistes sont bêtes à manger du foin, mais ça compte pas.

    2- Le Coran est la parole de Dieu, dans sa langue sacrée. Il n’est au pouvoir d’aucun Vatican II islamique de le changer et encore moins d’en changer l’interprétation. Clemenceau dirait: «C’est un bloc», à prendre. Ou à laisser? c’est l’objet du point ci-dessous.

    3-La religion de Dieu est à ce point parfaite que toute l’Humanité sans exception doit se soumettre et tendre vers cette perfection. Ils, et nous par avance, n’ont pas d’autre but sur terre. Dieu sera ainsi apaisé et convaincu de sa déité. Pour nous autres, laisser n’est pas une option.
    Je cite :
    « Dans le monde musulman, les ‘sans religion’, les athées et les agnostiques ne sont pas reconnus par l’Islam, de la même manière que celui qui s’est abandonné à Dieu ne peut se diriger vers une autre religion. Cela le ramènerai au statu quo ante : c’est l’apostasie. Il est donc condamnable à mort, tout comme le partisan du paganisme, le prophète les ayant combattus ». (fin de citation.)

    Apparté : je me suis laissé dire que c’est bien ce qui se passait encore à Afrin, et surtout pendant la liberté totale de 3 jours donnés aux conquérants de la région. Les Yézidis pourtant lourdement expérimentés en la matière en ont souffert, les femmes Yézidis encore plus, comme il est naturel.

    A part cet apparté, il me semble donc que votre premier paragraphe est un vœu non pieux qui n’a aucune chance -pas la moindre- de réalisation, maintenant et pour les siècles des siècles. Mais restons optimistes, constatons qu’au ras du bitume dans nos pays si apaisés, l’intégration sans phrase a toute ses chances. Du travail, un salaire correct, un centre commercial bien achalandé pour vaincre la tentation. Et le tour est en bonne voie d’être joué. C’est une vieille recette de par chez nous et elle fonctionne globalement bien.

    Ce qui donne toute sa valeur à votre second paragraphe. Et elle est grande. Il faut savoir abandonner sa prédilection pour l’histoire longue et plonger dans l’actualité aux mains sales. Je serais palestinien, je me dirais: «70 ans, c’est long… ». Consolation des affligés : j’aime à croire que des membres de la partie adverse le pense aussi. L’histoire les fera se rencontrer. Ne doutons pas de la bonne volonté des hommes délivrés des brumes historiques.

    1. Ne tentez même pas de pardonner toutes les fautes, même celles que je n’ai pas vues.

      La citation est d’Antoine Sfer, dans un livre déjà cité.

      L’intégration, chose qui me tient à cœur et à laquelle je participe depuis peu dans la limite de mes moyens très limités, repose bien entendu sur un espoir raisonnable de travail et un salaire décents. C’est très loin d’être gagné, une réalité utile à savoir pour ceux qui l’ignoreraient. Rétablir notre situation économique, après 30 ans de marasme, est une exigence à raisons multiples. Celle-ci en est une. Si nous n’y arrivons pas, ou ne trouvions pas un succédané, que les Dieux nous viennent en aide!
      Je suis favorable à un rapatriement raisonné des industries de main d’œuvre que nous avons larguées. Appelez ça protectionnisme, si vous devez raccrocher la chose à une théorie connue mais j’ insiste quand même sur le mot raisonné. Dans ce but, je suis prêt à me passer de beaucoup de babioles ( TV, facebouque et clones , téléphone communiquant : c’est fait. Et bien d’autres choses dont l’existence ignorée de moi n’entraîne aucune frustration.) et à payer le fabriqué en France, ou en Europe, si les conditions sociales de production sont équitables, beaucoup plus cher. Il me semble qu’un ROE ou RSI de 2%, maximum déterminé par une loi, est raisonnable.
      Je suis très attaché au progrès technologique, surtout dans les moyens pratiques de production et j’y ai travaillé pour une activité très précise et universelle. Je ne vois pas qu’il soit rendu impossible par ce rapatriement.

      Rien de ce précède ne s’insère dans une théorie recevable, et n’est pas plus originale.

      Loin de la question traitée par Paul? Au contraire, en plein dedans.

    2. Je crois que vous avez mal lu. Les deux premiers paragraphes sont du « violent mémorandum » (titre des journaux), seul le dernier est de P. Jorion, et plein de sens. Et rectifier l’interprétation de la Bible en 1980 montre qu’on n’agit que tardivement sur les textes sacrés, bien après que les armes se soient tues, ce n’est pas prioritaire.

  4. Hors sujet et choses entendues:
    Queue à la boulangerie. Le client en cours est un petit vieux. Il réclame d’une voix égrotante une baguette multi-céréales, plaque fortement sa main sur la pile du «daubé» (un journal de désintérêt local) et dit de la même voix qu’il achète aussi «2 journal». Il prend ses achats, tend sa monnaie et récupère le rendu, remercie et se dirige vers la porte. Puis d’une voix forte, sans rapport avec la précédente, il clame: «Et qu’on vienne pas m’emmerder avec le pluriel!» et quitte la scène.
    5 minutes plus tard, je rejoint ma femme sur le petit marché dominical où elle a acheté notre pot de miel. Puis je vois et entends le petit vieux qui essaye de refourguer un exemplaire du «daubé» à un groupe de jeunes: «La boulangère s’est encore trompée, elle m’en a donné 2 exemplaires. Prenez, un seul me suffit bien».

    Ça doit tenir au climat. La preuve : «mes»tulipes rescapées de l’enfer hivernal viennent de fleurir. Un petit tapis rouge. 2 semaines de retard par rapport à la plaine plus à l’ouest, chez ma grande-tante.

  5. Je ne suis pas sur que ce soit déjà en replay , mais pour prendre un peu ( beaucoup) de recul et d’humilité devant l’immigration et l’intégration , voir ou revoir les émissions consacrées par ARTE aux
     » grands voyages de l’humanité »( dont les dernières hier soir ), ça peut aider , sinon à savoir comment faire , mais déjà connaître et comprendre les formes que ça a pu prendre dans le passé lointain ou proche :

    http://www.programme-tv.com/television/445868186/les-grands-voyages-de-lhumanite.html

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*