Envoyez par mail 'La caféine ? Regardez ce que cela fait aux araignées' à un ami

Envoyez une copie de 'La caféine ? Regardez ce que cela fait aux araignées' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
117Shares

17 réflexions sur « La caféine ? Regardez ce que cela fait aux araignées »

  1. Nietzsche a souffert tout au long de son existence, il avait la santé fragile. Mais je doute que son oeuvre fut influencé par une drogue, bien au contraire, son oeuvre est la preuve d’une clairvoyance aigue, sans compromis, même face à lui-même. Il était tout simplement inclassable, hors normes, sans réelle patrie, un « Jean-sans-Terre » affectif. Il disait lui-même qu’il se sentait seul depuis son enfance, ce sentiment de solitude qui ne l’a jamais quitté. D’ailleurs il a renoncé à sa nationalité prussienne sans la remplacer. Nietzsche était d’abord et toujours Nietsche; sa patrie, c’était lui-même, son univers spirituel.
    Nietzsche est mort suite d’une maladie infectueuse, très répandue à son époque.

    1. Lisez l’article de Sjöstedt. Ce n’était pas la syphilis : tout ça est dans sa correspondance, il était junkie.

      Ce qui ne veut pas dire que ce qu’il écrivait était sans intérêt, voyez tout le bien que j’en dis personnellement dans Le dernier qui s’en va… et dans Défense et illustration…

      1. @Paul Jorion
        Je reproduits ce que j’ai appris à fac de médecine; les symptômes étaient apparemment concluants. Mais je suis toujours prêt à approfondir le sujet.

      2. @Paul Joroin
        Encore quelques idées qui me sont venues cet après-midi:
        En effet, Nietzsche était constamment à la recherche de médicaments pouvant soulager ses souffrances. Il aurait, selon un témoignage de l’époque, rédigé lui-même une ordonnance signe « Dr. Nietzsche » afin de se procurer des substances tenues sous clé. Il aurait pris du bismuth en quantités considérables, de l’opium suite à la déception amoureuse infligée par Lou Salomé, et peut-être d’autres substances dont l’effet toxique était encore mal étudié à l’époque.
        De manière générale: les facteurs de personnalité d’évidence psychopatho (sauf les psychoses) ou socialement indésirables n’on aucune influence sur la créativité. Pensez à Caravage, un personnage ombrageux, violent, condamné à Rome pour meurtre – mais quel peintre! Ou Beethoven et sa vie personnelle déordonnée, chaotique, ses maladies, sa sourdité, mais ses partitions séduisent par leur symétrie, leur organisation ordonnée. Les exemples de ce genre sont extrêmenent nombreux.

    2. Nietzsche n’avait pas une araignée dans l’plafond !
      (tissant une toile de démence)
      les paradoxes nietzschéens, c’est ce qui fait son charme …
      et les araignées sont des arthropodes.

      il faudrait faire un essai avec le vin.

  2. Quelle influence la caféine a-t-elle eu sur le vote des cheminots ?

    La consultation organisée par les syndicats cheminots CGT, Unsa, Sud et CFDT
    a eu un taux de participation de 61,75 % (soit 91068 votants)
    et à la question « Etes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ? »
    94,97 % d’entre eux ont répondu « NON » !

  3. Ma modeste contribution à la santé publique :
    http://www.caffeineinformer.com/death-by-caffeine
    (il faut faire défiler le champ « boisson » pour trouver les cafés courants chez nous : expresso, etc)

    Il sont sympas sur ce site, il ont édulcoré l’ancienne version qui fonctionnait ainsi :
    – quelle boisson ?
    – quel poids (le consommateur) ?
    … et on vous affichait à quel volume consommé le coeur s’arrêterait !

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*