• Tirer les leçons de ce qui se passe en ce moment en Amérique

    L’entretien suivant avec Jacques Coubard a paru en tribune libre dans L’Humanité, le 29 septembre 2007, sous le titre La bulle immobilière et la démocratie.

    Dans votre livre, « Vers la crise du capitalisme américain ? », vous annonciez, il y a un an, le désastre probable des crédits hypothécaires. Quelle opinion portez vous aujourd’hui sur l’étendue de la crise immobilière, ses conséquences sur une croissance essentiellement financière et sur les revenus de la majorité des Américains, leur consommation ?

    La crise se déroule malheureusement selon le scénario que j’avais prévu. Les ménages qui auraient pu épargner ont substitué à l’épargne l’investissement spéculatif dans des logements les plus vastes possibles pour maximiser leur mise.… Lire la suite…


  • Les mânes de Tartuffe

    JLS me demande

    J’aimerais savoir quel est le dilemme entre le fait de ne pas aider le marché monétaire et ainsi aider le secteur immobilier et donc éviter la faillite personnelle de nombreux emprunteurs et d’autre part ne rien faire.
    Si on ne fait rien quel est l’avantage pour les milieux financiers ? Qui aide t-on en ne faisant rien ?

    Le problème réside uniquement dans le fait qu’en venant au secours des gentils – les gentils étant ceux qui ont voulu rêver et ont acheté une maison à crédit alors qu’ils n’en avaient strictement pas les moyens – on empêche que les méchants ne soient punis et prennent la raclée qu’ils méritent, les méchants étant, d’une part, ceux qui ont acheté une maison sans avoir eu d’autre intention que de la revendre aussitôt tout en faisant une bonne affaire et, d’autre part, les différentes variétés de parasites qui font semblant d’aider les pauvres à acheter une maison et les délestent au passage de leurs économies.… Lire la suite…


  • Un plan Marshall pour l’immobilier résidentiel américain ?

    Mon billet de vendredi, Là où les optimistes et les pessimistes se trompent également , a encouragé ikbal12 à me poser plusieurs questions. Elles sont toutes intéressantes et j’essaierai d’y répondre dans les jours qui viennent. Je commence par la première :

    « Pourquoi la Fed n’organise pas un plan Marshall pour aider les emprunteurs en difficultés avec l’argent injecté dans le marché monétaire ? »

    Les autorités américaines sont très peu interventionnistes. Dans un commentaire que je lisais ce matin on trouvait quelque chose du genre (je cite de mémoire) : « Les bureaucrates européens, toujours prompts à interférer avec le fonctionnement des marchés… ».… Lire la suite…


  • Là où les optimistes et les pessimistes se trompent également

    Au cours des deux dernières semaines, les optimistes déclaraient « La crise est contenue : elle n’a pas débordé du domaine immobilier. L’économie se porte comme un charme : on n’a jamais vu de crise véritable éclater quand le marché de l’emploi est en aussi bonne santé ! ». Ce matin, les optimistes déchantent : les économistes avaient prévu pour août la création de 110.000 emplois sur le marché américain, ils découvrent à la place, la perte de 4.000 ; les chiffres qui avaient été proposés pour juin et juillet sont eux revus drastiquement à la baisse : 69.000 pour juin au lieu des 126.000 originellement annoncés, 68.000 pour juillet au lieu de 92.000.… Lire la suite…


  • Ce qu’il est raisonnable de comprendre et partant d’expliquer (texte complet)

    Du 12 juillet au 1er septembre j’ai publié ici Ce qu’il est raisonnable de comprendre et partant d’expliquer en feuilleton et pas nécessairement dans le bon ordre. Pour ceux qui aimeraient le lire d’une traite, je l’affiche ici comme un texte complet. … Lire la suite…


  • Proies et prédateurs

    Dans la tribune du Monde : L’économie a besoin d’une authentique constitution, j’ai réutilisé une idée que j’avais déjà évoquée dans Les tâches et les responsabilités qui sont aujourd’hui les nôtres : celle de l’économie comme un processus semblable à ceux que l’on rencontre dans la nature laissée à elle-même, et donc bien different de ceux qui caractérisent les institutions qui furent à proprement parler inventées par les hommes, comme les systèmes politiques et, en particulier, comme la démocratie.

    J’ai voulu alors préciser que les cycles qui caractérisent l’économie capitaliste se recontrent déjà dans la nature et qu’on les trouve en particulier dans les interactions entre une population de proies et une population de prédateurs.… Lire la suite…


  • Vulnérabilité des démocraties

    Dans un système représentatif multipartis, ou bien un seul parti obtient une majorité lors d’élections et dans ce cas une majorité des électeurs est automatiquement représentée au nouveau gouvernement, ou bien une coalition émerge de manière à constituer une majorité, et dans ce cas ce sont évidemment les partis les mieux disposés à s’entendre, c’est–à–dire ceux qui ont le plus d’affinités entre eux, qui se retrouveront au gouvernement. Les sociologues spécialistes de l’analyse des réseaux pourront prouver de manière formelle que dans un cas comme dans l’autre ce sont les partis les plus extrémistes qui se retrouveront exclus du gouvernement (ce qui n’élimine pas bien entendu la possibilité que dans quelques rares cas de figure un parti de droite ou de gauche aie davantage d’affinités avec un parti d’extrême–droite ou d’extrême–gauche qu’avec un parti situé plus au centre : c’est ainsi que le Parti Communiste français se retrouva au pouvoir dans le deuxième gouvernement Mauroy en 1981).… Lire la suite…


  • Qu’est-ce que le changement ?

    Pour Hegel, le changement est le donné premier : nous constatons le changement et nous disons que les choses sont en devenir.

    Le changement est double : il s’observe comme mouvement et comme métamorphose. Pour que nous puissions observer le mouvement, il faut que la forme se maintienne au moins relativement constante : qu’une translation s’opère « à l’identique ». L’observation d’une translation conduit à supposer l’existence d’un cadre au sein duquel cette translation a lieu et ce cadre nous l’appelons l’espace. Dans la métamorphose, le changement de la forme s’opère sur une chose à laquelle, si nous voulons continuer de la considérer identique à elle–même, nous devons supposer un soubassement qui se maintient constant et que l’on appelle alors la matière dont elle est faite.… Lire la suite…


  • Yosser

    J’ai vécu en Angleterre durant les années très noires : les années Thatcher. Je me souviens de la guerre totale contre l’IRA en Irlande du Nord, dont la mort de Bobby Sands, à la suite d’une grève de la faim interminable, devint le symbole. Je me souviens aussi de la répression impitoyable de la grève des mineurs et durant la guerre des Malouines, du torpillage inutile du Belgrano. On parle parfois de « guerre des classes » pour évoquer la résistance passive des défavorisés vis-à-vis de leurs maîtres mais la « guerre des classes » cela peut être aussi la guerre des nantis contre les dépossédés, avec les moyens disproportionnés dont ils disposent alors, et c’est une guerre de ce type, « versaillaise », que Margaret Thatcher menait.… Lire la suite…


  • Saint-Gilles 1952

    Alain Sturbois, Michel Maillart, Michel Roland, Camille Develde, Jean-Paul Van Ham, Michel Eloy, Jacky Knuts, René Jonckers, Léon Gillard, Claude Leenen, Jean-Claude Lancelot, Claude Hubinont, Jean-Pierre Van Lerberghe, Paul Mockel, René Dietrich, Jean Ronse, André Paape, Christian Moxhet, Willy Gilles, René Sergooris, Roland Lamarque, Jacques van Crombruggen, Marc Legros, Jacques Van Hove, Jean-Louis Peters, Marc Schulman, Michel Mouton, Jean-Pierre Bergmans, Alain Lefkowitz, (?) Bonaventure, Stéphane Reupsaets, Roger Garçon.

    Nous étions dans la classe de Madame Dautreppe à l’école préparatoire de l’Athénée de Saint–Gilles en 1952. Faites–moi signe.… Lire la suite…


Contact

Contactez Paul Jorion

Bourse

Les livres de Paul Jorion

Articles récents

Commentaires récents

  1. @Christian Brasseur Interdiction totale et partout de la corrida, Constitutionalisation du droit des femmes au libre avortement, réintégration des soignants…

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Blogroll

Meta