Archives de catégorie : Arts

Peter Fonda (1940 – 2019)

Peter Fonda, fils de Henry, frère de Jane, père de Bridget, acteur culte d’une époque. Ici dans The Trip (1967) de Roger Corman, scénario de Jack Nicholson, bande-son de The Electric Flag : Mike Bloomfield, Buddy Miles, Nick Gravenites, etc.

Tout avait commencé (sérieusement) dans The Wild Angels (1966), déjà de Roger Corman. Sa meuf là, c’est Nancy Sinatra, en motarde de choc. La scène d’ouverture se passe à Venice Beach à Los Angeles, pas le front de mer beaucoup plus connu, la partie à l’arrière, crade à l’époque – bien boboïsée depuis.

Et, pour ne décevoir personne, Easy Rider (1969) de Denis Hopper, que l’on voit là aux côtés de Fonda, et Jack Nicholson en passager. Steppenwolf à la bande-son.

Partager :
Email This Post Email This Post

Le bénévole (2007) de Jean-Pierre Mocky

Quand en 1952 le cinéma nous fait voir la lutte d’influence drolatique entre le curé d’une petite paroisse et le maire communiste du village, les spectateurs en masse se bousculent pour voir Le petit monde de don Camillo.

Quand en 2007 (tourné en 2005) le cinéma nous montre un archevêque provoquant dans une joute nautique un ancien syndicaliste, devenu fou par la suite puis fou évadé, parce qu’il a réussi à transformer les bénévoles en salariés, Pathé refuse de sortir en salles Le bénévole, et Mocky va présenter le film en personne dans les 167 salles ayant répondu à son dépliant.

Continuer la lecture de Le bénévole (2007) de Jean-Pierre Mocky
Partager :
Email This Post Email This Post

Les saisons du plaisir (1988) de Jean-Pierre Mocky

« Les saisons du plaisir » (1988) est un film où tout le monde, les jeunes, les vieux, les hétérosexuels, les homosexuels, les zoophiles, ne pense qu’à baiser, ce qui le rapproche du documentaire plutôt que du film de fiction où l’on rencontre en général ce qu’on appelle des « sentiments plus élevés ».

Ceci permet au spectateur transporté d’entendre dire des horreurs pendant 1h22m par Bernadette Laffont, Jean Poiret, Eva Darlan, Fanny Cottençon, Richard Bohringer, Sylvie Joly, Stéphane Audran, Bernard Menez, Judith Godrèche, Darry Cowl, Jean-Pierre Bacri, Jacqueline Maillan, Jean-Luc Bideau et Sophie Moyse puisqu’on est chez Mocky.

Continuer la lecture de Les saisons du plaisir (1988) de Jean-Pierre Mocky
Partager :
Email This Post Email This Post

Divine enfant (1989) de Jean-Pierre Mocky

Dans un supplément qu’on trouve sur le DVD, Mocky explique qu’à cette époque il en avait marre que les femmes qu’il avait finissent toujours par partir avec les enfants qu’ils faisaient ensemble. Du coup, il cherchait à adopter, mais c’était trop compliqué. On comprend alors que c’est par frustration avec la vraie vie, qu’il a décidé de faire ce film, une course poursuite échevelée « à la Benny Hill », avec blagues foireuses, folle évadée de l’asile, flic qui prend feu, tout ça sur une musique de cirque, où Aurélien, le personnage que joue Mocky, ancien pilote de course à la fière devise « Un conducteur qui freine est un lâche ! », et la petite Sarah, une orpheline fugueuse parce que la SPA veut confisquer son chien Toto, interdit par le règlement de son institution pour enfants « de parents non-vivants » comme il est écrit au-dessus de la grille, tentent d’échapper à leurs méchants poursuivants.

Le critique du Monde a été déçu. Il écrivait : « Qu’arrive-t-il à Mocky ? Il tourne trop, ne soigne plus rien, radote. » Mocky lui-même a aussi été déçu, parce que ses fans ne sont pas venus : « Ils étaient habitués à du violent, du sexuel », il n’y a eu que les enfants, « si bien qu’on n’a plus passé le film qu’en matinée ». C’est difficile en effet de faire plaisir à tout le monde. En tout cas, la petite Sarah (Laura Martel) et le chien Toto, se sont eux bien amusés !

Partager :
Email This Post Email This Post

Un couple (1961) de Jean-Pierre Mocky

C’est une leçon de choses, en noir et blanc, avec de très beaux éclairages, sur par exemple quatre visages dans un ascenseur.

C’est l’histoire d’un couple, où il découvre lui au bout d’un an, ou de trois (ça dépend à quel moment on est du film), que ce n’est plus la même chose. Elle découvre elle, plus tard que, comme elle le dit alors : « Il y a toujours quelque chose d’autre, chez quelqu’un d’autre ».

C’est effectivement comme ça la vie.

Et comme on est chez Mocky, il y a bien d’autres choses encore. Comme deux garnements effrontés qui sont comme Zazie dans le métro, pour nous rappeler que les dialogues sont de Raymond Queneau. Comme Francis Blanche dans un rôle à la Francis Blanche. Comme des hommes qui pensent à Marilyn Monroe en faisant l’amour avec leur femme, et des femmes qui pensent à Marlon Brando en faisant l’amour avec leur mari. Comme la gaudriole toujours en arrière-plan. Comme des amants qui se déshabillent l’un l’autre comme on le fait chez soi mais pas au cinéma. Comme ce monsieur au béret alpin qui se couche par-dessus sa femme tous les soirs après avoir nettoyé la laitue et l’avoir pendue dans son panier au volet, dont le chien dort dans une cage à canari, et qui lui dit : « Blouson noir ! » quand il lève la patte sur un mur dans la cage d’escalier.

À Jean-Pierre Mocky, au jour de son enterrement.

Partager :
Email This Post Email This Post

Jean-Pierre Mocky (1933 [ou 1929] – 2019)

Jean-Pierre Mocky, qui nous a bien fait rire – mais d’un rire tout particulier : celui du cancre, de l’insolent, du rebelle-à-tout faire.

Il tournait tout ce qui lui passait par la tête, dans un style puis dans un autre, ça plaisait ou pas au public, il s’en foutait, trouvant son inspiration dans sa foi en lui-même et dans rien d’autre, confiant au monde le soin de s’adapter comme il le pouvait au cinéma sous sa forme à la fois brute et purifiée telle qu’elle bouillait en lui et telle qu’elle émanait de lui.

Adieu. Ou à plus tard (j’aimerais bien !).

Partager :
Email This Post Email This Post

Rumeurs infondées

Mais si ! je faisais autre chose en 1977 que d’être amoureux d’Emmylou Harris (ignorez ces affreux ragots !).

Que je disparaisse un jour ou l’autre, c’est dans l’ordre des choses, mais qu’Emmylou Harris soit condamnée à mourir un jour, ça, honnêtement, mes amis, ça la fout mal.

Partager :
Email This Post Email This Post

Quinzaines, Que trouve-t-on dans Kerouac quand on l’ouvre ?, le 15 juillet 2019

Que trouve-t-on dans Kerouac quand on l’ouvre ?

Carolyn Robinson – « Camille » dans Sur la route de Jack Kerouac

Jack Kerouac, que rendrait célèbre la publication en 1957 de On the Road (Sur la route), un récit qu’il avait terminé d’écrire six ans auparavant, était déjà depuis une dizaine d’années un excellent écrivain, s’étant essayé avec brio, dès son adolescence, à différents styles d’écriture. Seul handicap dans son jeune âge, qu’il ait pris pour modèles qu’il entendait égaler, des auteurs dont le talent de romancier s’identifiait au récit autobiographique.

Continuer la lecture de Quinzaines, Que trouve-t-on dans Kerouac quand on l’ouvre ?, le 15 juillet 2019

Partager :
Email This Post Email This Post