Archives de catégorie : Intelligence Artificielle

Twitter favorise les opinions de droite mais … ignore pourquoi

Ici au blog de PJ nous allons découvrir l’explication … selon notre bonne habitude 😀 .

Le lien : Algorithmic Amplification of Politics on Twitter

Ferenc Huszár,†,a,b,c, Sofia Ira Ktena,‡,a, Conor O’Brien,a, Luca Belli†,a, Andrew Schlaikjera, and Moritz Hardt§,d

a Twitter, 1355 Market St San Francisco, CA 94103, USA.
b Computer Laboratory, University of Cambridge, Cambridge, UK.
c Gatsby Computational Neuroscience Unit, University College London, London, UK. dDepartment of Electrical Engineering and Computer Sciences, University of California, Berkeley, CA, USA.

Continuer la lecture de Twitter favorise les opinions de droite mais … ignore pourquoi

Partager :

Le temps qu’il fait le 1er septembre 2021 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 1er septembre 2021. Bonjour, nous sommes le mercredi 1er septembre 2021 et je…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Veille effondrement #37 – Vidéo – Le plan A est cuit, nous devons l’admettre

Les plans B : conquête de l’espace et C : remplacement par des robots intelligents, ne sont pas ridicules : c’est tout ce qu’il nous reste

Partager :

Porto, Colloque « Le transhumanisme et l’avenir de l’humanité », les 21 et 22 octobre 2021

Un résumé de la communication que je présenterai.

Lorsque Max More décrit « le transhumanisme comme une classe de philosophies de la vie qui cherchent à poursuivre et à accélérer l’évolution de la vie intelligente au-delà de sa forme humaine actuelle et de ses limites humaines au moyen de la science et de la technologie, guidées par des principes et des valeurs favorisant la vie », un programme fort est là clairement défini.

Toutefois, si le transhumanisme peut apparaître comme un outil pour ce que l’on peut qualifier de plan A, à savoir prévenir l’extinction du genre humain sur la planète Terre, il fournit également une feuille de route pour des stratégies alternatives en cas d’échec du plan A, à savoir la colonisation de l’espace comme plan B et la transmission de l’héritage humain à des machines intelligentes comme plan C.
Continuer la lecture de Porto, Colloque « Le transhumanisme et l’avenir de l’humanité », les 21 et 22 octobre 2021

Partager :

Veille effondrement #35 – Le développement massif de l’IA, par Philippe Soubeyrand

Bonjour Paul,
La concurence s’annonce rude : L’entreprise Tesla d’Elon Musk travaille sur un robot humanoïde
Mais la meilleure stratégie est-elle d’annoncer ses intentions ou bien de les garder au secret ?
Wait and see…

P.J. : Ma réponse

Moi j’y travaille en secret, mais j’annonce quand même. 😉

Retour de P.S.

Votre annonce n’est pas comparable à celle d’Elon Musk qui lui surfe stratégiquement sur la vague en profitant de gros moyens ; je préfère, et de loin, la vôtre (humble et modeste) à la sienne (orgueilleuse et cupide)…
Continuer la lecture de Veille effondrement #35 – Le développement massif de l’IA, par Philippe Soubeyrand

Partager :

Veille effondrement #6 – Les Plans B et C – retranscription

Retranscription de Les Plans B et C, le 9 août 2021. Bonjour, nous sommes le lundi 9 août 2021 et la…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Veille effondrement #20 – Il y a 2 sortes de gens

Je suis encore furieux de ce commentaire ici sur le blog du style « Vous les boomers n’avez rien fait ! ». J’avais répondu brutalement à l’auteur que chaque génération contient son lot de gens qui se décarcassent et son lot de saboteurs. Bien sûr, s’il avait fait partie à la génération présente des gens qui se décarcassent, il aurait été au courant.

Oui, il y a deux sortes de gens : ceux qui se battent pour que ça change et en face, dans le meilleur des cas, ceux qui par le poids de leur indifférence rassemblée constituent une énorme force d’inertie, et dans le pire des cas sont soit de véritables « marchands de doute », soit les mercenaires que ceux-ci ont recrutés et qui vont tenter de nous convaincre que le réchauffement climatique n’existe pas, pas plus en tout cas que le « complot communiste » (je viens de regarder les nouvelles US) du Covid-19.

Oui, il y a deux sortes de gens, je le rappelle chaque fois qu’on me pose la question : « A-t-on tiré les leçons de la crise des subprimes ? ». Absolument ! on a tiré les leçons, on a les a mises sur papier, on les a bien expliquées, mais en face, il y avait le monde des affaires qui pensait que ces leçons étaient déplaisamment anti-business. J’ai fait partie, vous le savez, d’un « Haut comité pour l’avenir du secteur financier en Belgique ». Quand notre rapport a été publié, la presse a dit : « Le ton ‘de gauche’ du rapport est quand même tout à fait étonnant… ». J’ai dit : « Merci, Messieurs-Dames, à 1 contre 7, ce n’était pas joué d’avance ! ». Quelle différence cela a-t-il fait, ce « ton de gauche » ? Cela a fait qu’au lieu que le ministre soutienne l’une des 17 mesures que nous préconisions, la rapport soit simplement mis dans un tiroir *.

Mais voyez où nous en sommes : pendant tout le temps que j’ai écrit ce billet je me suis reproché de ne pas travailler plutôt à l’article que je rédige en ce moment : « An unconscious path to general Artificial Intelligence: a roadmap », comment donner aux robots une intelligence « universelle », comme on dit une « clé universelle », plutôt que spécialisée comme aujourd’hui. J’y retourne séance tenante : je me suis toujours soucié de l’avenir.

N.B. IPCC = GIEC.

* J’ai retrouvé ceci, qui illustre très bien ce que je dis (même Ecolo s’insurge contre un peu plus de justice sociale) :

L’Écho, La Messe est finie, par DOMINIQUE LIESSE, le 28 janvier 2016

Le rapport d’experts sur le secteur financier

Le rapport sur l’avenir du secteur financier belge a le mérite d’exister. Rédigé par un groupe d’experts de haut vol, il a le mérite de faire état d’une réalité économique. Mais ce rapport, commandé par le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA), aura-t-il le mérite de faire changer les choses? Rien n’est moins sûr.

Présenté hier en commission des Finances, le rapport s’est heurté aux réflexes politiques. Toucher à la fiscalité de l’épargne? « La population veille à ses intérêts, a lancé Peter Dedecker (N-VA). Comment concilier la théorie économique et cela? Les électeurs vont nous juger là-dessus. »

Le rapport des experts sur le secteur financier s’est heurté aux réflexes politiques.

Plafonner le montant de l’emprunt hypothécaire à environ 85% de la valeur du bien? « Mais, c’est un frein à l’accès à la propriété! », clament en chœur plusieurs députés.

Réduire la pression régulatoire nationale sur les banques pour plus de compétitivité? « C’est un paradoxe: vous voulez développer de nouveaux services financiers pour un secteur plus résilient, mais vous plaidez pour moins de gold plating (régulation nationale plus sévère que les exigences européennes NDLR) », déclare Georges Gilkinet (Ecolo).

Et pourtant, une après-midi durant, Luc Coene (ex-gouverneur de la BNB), Geert Noels (économiste) et Paul Jorion (professeur universitaire) ont expliqué la situation: une épargne avantagée fiscalement qui fuit et profite donc à l’étranger par le biais d’entités des banques étrangères. Mais des risques, qui eux, pèsent sur l’épargnant belge!

Un secteur immobilier important qui n’est pas sans risque d’emballement. « Le marché avale tout avantage fiscal et l’intègre avec des suppléments de prix. En plafonnant l’emprunt hypothécaire, nous tentons de protéger le consommateur des aléas du marché. »

Le ministre, lui-même, aurait déclaré aux experts: « Vous ne me rendez pas la vie plus facile avec ce rapport. » Il aurait même déjà ajouté que la révision de la fiscalité du carnet d’épargne n’était pas une priorité du gouvernement.

La messe semble donc être dite!

Partager :

Paul Jorion : Spécial été 2021, par Artisan Anonyme

Dans ma vidéo du 14 juillet, j’ai fait un lapsus qui m’a fait rire moi-même : « délire » pour « désir ». Le contexte c’était mon retour dans la recherche en Intelligence Artificielle dont je cherchais à dire que ç’avait été mon « désir secret », mais dont j’ai dit – avant de me rattraper – que c’était mon « délire secret »… ce que c’était aussi. Mon lapsus a donc inspiré un Artisan Anonyme, que je remercie pour son affiche !

Partager :

ANELLA dans le livre de Luca Possati

Dans ce nouveau livre de Luca Possati, The Algorithmic Unconscious. How Psychoanalysis Helps in Understanding AI (Abingdon : Routledge 2021), une section, intitulée « 5.2 A case study: Anella » (pp. 113-115), est consacrée à ANELLA (Associative Network with Emergent Logical and Learning Abilities), réseau associatif aux propriétés émergentes de logique et d’apprentissage, le logiciel d’Intelligence Artificielle que je mis au point pour British Telecom de 1987 à 1990, dont la philosophie est décrite dans mon livre Principes des systèmes intelligents, publié chez Masson en 1989, et réédité aux éditions du Croquant en 2012.

Partager :

Ma chanson préférée… selon l’IA de YouTube

Vous connaissez mon intérêt (historique 😉 ) pour l’Intelligence Artificielle, et mon plaisir présent de me replonger dans ces questions.

Malgré vos préventions légitimes, vous êtes peut-être épaté.e.s comme moi par les conseils pertinents que nous prodigue aujourd’hui l’Internet : « Une vidéo que vous aimerez voir… », « Une chanson que vous aimerez entendre… », « Un nouveau livre que vous aimerez lire… », ou la manière dont nos boîtes mail terminent désormais nos phrases.

Aussi j’ai voulu à l’instant faire un petit exercice : aller sur YouTube de conseil en conseil jusqu’à atteindre une vidéo vue par vraiment beaucoup de monde. Je me suis arrêté à 18 millions de spectateurs (viewers en français).

Je trouve intéressant que le chanteur soit une personne dont je n’ai jamais entendu parler et qui n’a pas droit à une notice Wikipédia en français : Chandler Moore. Sa voix m’a aussitôt rappelé des gens que j’aime vraiment beaucoup, comme Lionel Richie, Keb Mo’ ou Stevie Wonder. Quant à la mélodie, elle m’a rappelé un office auquel j’ai assisté un jour à Freetown au Sierra Leone. J’étais la seule personne non-africaine dans l’assemblée, et le seul homme, ô honte, à ne pas porter la cravate. Je n’en ai pas moins eu une longue conversation avec le pasteur.

Alors disons : « IA de YouTube, pas mal vu ! ».

Partager :