Archives par mot-clé : occupy Wall Street

LA RACAILLE

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Comment voulez-vous « démondialiser » quand la racaille se lève simultanément dans l’ensemble des pays ?

Si je parle de « racaille », à propos des « indignés » ou des « 99% », c’est qu’il y a quand même ici ou là quelqu’un que leur présence énerve, et en particulier M. Eric Cantor, président de la majorité républicaine au Congrès, l’homme qui a fait passer les vues du Tea Party dans les mesures prises au début du mois d’août pour permettre de renvoyer les décisions relatives au replafonnement de la dette américaine à fin novembre (mon Dieu, comme le temps passe : on y est pratiquement déjà !). Ceci dit, une partie significative de ses troupes présumées est dans la rue avec les autres. On serait du Tea Party, et on laisserait les autres scander « Nous sommes les 99% ! », « Occupons Wall Street ! » ? Non mais, quand même !

Parce que, vous avez vu : ils sont peu nombreux, très très peu nombreux à parler de « racaille », à propos des indignés, que ce soit en Europe ou aux États-Unis, de M. Bernanke à la tête de la Fed, à M. Soros, grand spéculateur devant l’éternel, en passant par quelques personnalités européennes de premier plan : tout le monde se montre extrêmement compréhensif, si ce n’est même, sympathisant. C’est que ce chiffre de 99 % impressionne. On a beau vivre depuis pas mal de temps dans ce qu’on pourrait appeler – si l’on est aimable – une « démocratie censitaire » (où la puissance du bulletin de vote est à la mesure de l’épaisseur du portefeuille), avoir 99 % de la population contre soi, ça ne s’écarte quand même pas d’un simple revers de main.

On est moins ambitieux ici : vous ne m’avez jamais vu dire « 99% », j’affirme plus modestement depuis quelques années que les idées défendues sur le blog reflètent celles de 70% à 90% de la population. Et je le répète inlassablement aux commentateurs qui prétendent que s’ils ne peuvent parler de ce qui se passe en ce moment ni à leurs proches, ni à leurs voisins, ni à leurs collègues de bureau, c’est parce que leurs opinions personnelles sont « ultra-minoritaires ». Je le redis : leur expérience de ne pas pouvoir parler de ce qui se passe m’est étrangère, et ce n’est pas non plus ce que je lis dans les sondages. Ne m’objectez pas les intentions de vote selon les lignes de partage des partis : depuis 2008, ce n’est plus là que la politique se passe (Hollande ou Aubry ? le suspense est à son comble !) mais sur l’internet et sur les places publiques.

« Oui, mais les banquiers ? » Au pire, ils votent avec les autres « 1% » auquel ils appartiennent, et au mieux, ils sont comme ceux d’entre eux avec qui j’ai personnellement l’occasion de m’entretenir et qui me glissent alors au creux de l’oreille qu’ils ont rejoint le camp des indignés de M. Warren Buffett : celui des « indigné des privilèges qu’on m’accorde, sans que j’aie rien demandé ! ».

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

L’actualité de la crise : LES 99 %, par François Leclerc

Billet invité

Puissance des symboles, on ne compte plus les ralliements au mouvement des anti-Wall Street occupant la place du parc Zuccotti à New York, qui disent d’eux-mêmes être les 99 %, par opposition au 1 % des Américains qui accaparent la richesse.

Cela a commencé par George Soros, qui a déclaré avoir de la « sympathie pour leurs opinions ». John Larson, président du groupe démocrate à la Chambre des représentants a tenu ensuite à les saluer, tandis que la représentante démocrate de New York, Louise Slaughter, s’est dite « fière » de les voir se dresser « contre la cupidité rampante des entreprises ».

Continuer la lecture de L’actualité de la crise : LES 99 %, par François Leclerc

Partager :