Archives par mot-clé : Byzance

C’EST BYZANCE !, par Bertrand Rouziès-Léonardi

Billet invité

À l’heure où beaucoup d’analystes rappellent, faute de solutions à proposer, que la Grèce naquit dans la dette et qu’il est fatal qu’elle y périsse, oubliant que le pays dut faire face en 1922 à l’afflux de 1.500.000 réfugiés en provenance d’Asie Mineure (c’est la « Grande Catastrophe » consécutive à la reconquête kémaliste), il serait bon, pour rafraîchir l’analyse, de rétro-pédaler de quelques siècles, d’aller fouiller ces époques obscures qui précèdent l’épiphanie du libre-échange, ce bon vieux Moyen Âge, plus précisément le Moyen Âge byzantin. Qu’avons-nous à faire de Byzance, diront certains, quand les économies nationales ont subi de telles mutations depuis le XVIIIe siècle ?

Les montages financiers actuels, véritables rubicubes pour cervelles échauffées, abaissent au niveau du boulier le capitalisme pré-industriel. Certes, et alors ? Paul Jorion, François Leclerc et d’autres sur ce blog ont montré que bien peu de cervelles, en réalité, comprennent quoi que ce soit à des formules empruntées à l’univers mathématique et appliquées à la diable, et que c’est précisément parce qu’on n’y comprend rien que celles-ci possèdent une aura de scientificité. Les voies du Veau d’Or sont aussi impénétrables que celles de Dieu. Le mystère est souvent le paravent d’un vide intellectuel, spirituel et moral, sinon l’excuse du crime de foi. La complexité ne garantit pas toujours le gain de civilisation. Il fallut mettre en branle à travers toute l’Europe une machinerie ferroviaire très complexe pour réaliser la solution finale, une machinerie si complexe qu’elle empêcha les machinistes d’avoir une pensée pour les foules qu’ils convoyaient vers les abattoirs de la terreur politique industrielle (voir le procès Eichmann). L’entreprise nazie d’extermination de masse était à la fois très technique et complètement irrationnelle, puisqu’elle gênait l’approvisionnement des troupes engagées à l’Est et ralentissait l’acheminement des renforts.

Continuer la lecture de C’EST BYZANCE !, par Bertrand Rouziès-Léonardi

Partager :