Archives par mot-clé : déclassement

MON GRAIN DE SEL SUR LA MONTÉE DU FN, par rienderien

Billet invité.

On nous dit que le FN obtient ses meilleurs scores chez les jeunes et les ouvriers.

Quand depuis deux générations, les ouvriers qui n’ont que leur force de travail pour subsister et éduquer leurs enfants subissent le « séisme », le choc, le big bang, du chômage structurel.

Quand les ouvriers, ceux qui n’ont pas d’avenir dans le monde du plus fort, vu la meilleure compétitivité d’un plus pauvre quelque part dans le monde, défendus par des syndicats qui n’ont rien vu venir depuis quarante ans, occupés à ripoliner les murs pendant que le toit s’effondrait.

Quand les enfants de ces ouvriers, ceux que l’école a laissé en bas, à côté, à la marge, rejoignent les 20% d’illettrés par classe d’âge à la fin d’un cycle de plus de 10 ans d’enseignement !

Quand ces invisibles, les assistés, nommés « cancer de la société », ceux qui mangent des chips tranxénisés sur leur canapé, coincés entre un écran plat acheté à crédit et un tancarville, pendant que la bonne pensée mange bio, pollue renouvelable, voyage éthique, et achète équitable.

Quand festoient dans des mondes parallèles ces autres très sollicités de fondation en fondation, pendant que nous courons après des voleurs de poules alors que le renard est dans le poulailler.

Quand la démocratie exclut la colère, la haine prend la place de la démocratie.

Espérons une prise de conscience de la classe politique pour entendre son peuple, au lieu de diaboliser des ennemis que c’est elle qui engendre.

Partager :

LE LOULOU DE POMÉRANIE

Être anthropologue et sociologue de formation vous offre un regard dépassionné sur les institutions humaines : elles sont ainsi mais pourraient tout aussi bien être tout autrement.

Quel sens attribuer alors au fait que bien davantage de gens en France se sont déplacés ce week-end pour protester contre le fait que deux personnes du même sexe puissent se marier que pour protester contre la construction d’un aéroport en zone humide ?

C’est Pierre Bourdieu qui s’était intéressé au « déclassement » : au fait qu’une chose se banalise pour certaines personnes et devienne très attrayante pour d’autres, ces dernières encore captives de l’aura d’autrefois quand il s’agissait des autres.

L’exemple qu’il avait choisi, était celui du loulou de Poméranie, passé, avait-il noté, de la loge des divas, à celle des concierges.

Il en va, me semble-t-il ainsi du mariage, qui a perdu de son prestige pour les couples auxquels il était destiné originellement (en raison de ses énormes difficultés pratiques quand hommes et femmes sont enfin considérés égaux) mais fascine encore certains d’entre ceux à qui il continue d’être interdit.

Bien sûr, si certaines choses sont sacrées et d’autres pas (à mon sens, bien entendu, tout sur notre planète l’est), le problème se pose autrement, et le regard de l’anthropologue ou du sociologue vous est abominable. On pense aux affres qu’endurèrent certainement les membres de la « Société des amis du Loulou de Poméranie » pendant les années du déclassement évoqué par Bourdieu.

 

Partager :