Archives par mot-clé : démission de Boris Johnson

Boris Johnson va-t-il démissionner ?

Tous les partis d’opposition ont maintenant exigé la démission de Boris Johnson, à l’exception des Libéraux-démocrates qui ont déclaré eux qu’il était « inapte à être Premier ministre » 😉

Que va-t- il faire ? Il devait en principe rencontrer aujourd’hui Trump pour discuter d’accords bilatéraux entre le Royaume-Uni et les États-Unis dans la période post-Brexit et Leo Varadkar, Premier ministre irlandais, pour évoquer sans doute avec lui le backstop (filet de sécurité), avant de faire un discours devant les Nations-Unies.

Les trois exercices seront périlleux pour un ensemble de raisons :1°  il a été jugé coupable d’abus de pouvoir, 2° sa menace d’un Brexit sans accord a du plomb dans l’aile, 3° le Brexit lui-même paraît menacé. À propos de la déclaration de Nigel Farage, à la tête du Brexit Party, que Dominic Cummings, le concepteur du Brexit, doit partir, le Guardian dit ceci  : « Le commentaire de Farage suggère qu’il craint que ce soit le projet du Brexit tout entier qui soit maintenant menacé par les tactiques de Johnson ».

La manière dont Johnson jouera ses trois parties aujourd’hui (Trump, Premier ministre irlandais, discours à l’ONU) en dira long de toute manière sur son éventuelle démission. Il lui est loisible aussi de tout décommander (il n’est que 7h37 à New York).

Partager :

The Guardian exige la démission de Boris Johnson

L’éditorial du quotidien britannique The Guardian, intitulé The Guardian view on Boris Johnson and the crown: a clear abuse of power : « L’opinion du Guardian sur Boris Johnson et la couronne : un cas flagrant d’abus de pouvoir », se clôt par les mots suivants qui commentent la machine-arrière qu’a dû opérer le bureau du Premier ministre après qu’un de ses porte-paroles a mis en cause l’impartialité des juges écossais ayant statué hier que l’ajournement (prorogation) du parlement était illégal, étant motivé par la volonté d’entraver son bon fonctionnement (to stymie) :

Un gouvernement digne de confiance n’a pas à faire connaître explicitement sa foi en l’indépendance de la magistrature et sa propre volonté de faire respecter la primauté du droit. Mais le cabinet actuel foule aux pieds les préceptes fondamentaux de la démocratie. Puisque M. Johnson n’a aucun respect pour les conventions implicites sous-tendant la Constitution britannique, il est tout simplement impossible de lui confier les pouvoirs conférés par ces mêmes conventions à la fonction de Premier ministre.

Partager :