Dominique Temple et Mireille Chabal, La réciprocité et la naissance des valeurs humaines (V) L’échange chez Aristote

Billet invité. Cinquième et dernière partie d’un résumé par Madeleine Théodore du livre de Dominique Temple et Mireille Chabal, La réciprocité et la naissance des valeurs humaines, Paris : L’Harmattan, 1995.

         La justice dans l’échange

La théorie d’Aristote de la justice est une. La justice demande que soit respecté le principe de l’égalité proportionnelle. Selon la justice distributive, chacun reçoit en fonction de ce qu’il donne.

Continuer la lecture de Dominique Temple et Mireille Chabal, La réciprocité et la naissance des valeurs humaines (V) L’échange chez Aristote

Partager

Dominique Temple et Mireille Chabal, La réciprocité et la naissance des valeurs humaines (III) L’échange contre le don

Billet invité. Troisième partie d’un résumé par Madeleine Théodore du livre de Dominique Temple et Mireille Chabal, La réciprocité et la naissance des valeurs humaines, Paris : L’Harmattan, 1995.

Karl Polanyi (1886 – 1964) définit trois formes d’intégration économique : la réciprocité, la redistribution et l’échange. Les deux premières sont caractérisées par une structure de symétrie, bilatérale pour l’une, centrée pour l’autre. Continuer la lecture de Dominique Temple et Mireille Chabal, La réciprocité et la naissance des valeurs humaines (III) L’échange contre le don

Partager

L’ÉCHANGE DE RÉCIPROCITÉ, par Dominique Temple

Billet invité

Nous défendrons ici l’idée que pour refonder l’économie au-delà du système capitaliste, il faut dégager un autre principe que celui qui lui a donné naissance.

Sylvain Piron, dans un travail auquel se réfère Paul Jorion, montre que du temps d’Albert Le Grand (XIIIème siècle), le terme valor, qui signifiait alors aussi bien la vertu de la personne que l’utilité d’une chose, est de plus en plus utilisé dans cette deuxième acception pour définir les équivalences de réciprocité dans l’économie politique d’Aristote !

L’analyse de Sylvain Piron nous laisse penser qu’au fur et à mesure que l’échange se développe au détriment de la réciprocité, la valeur (au sens de arétê (la valeur éthique en grec) disparaît, et que les auteurs de cette époque tentent de combler son manque par l’idée d’une valeur inhérente aux choses elles-mêmes. La définition de la valeur comme l’utilité de la chose sera clairement énoncée dans le Tractatus de contractibus de Pierre de Jean de Olivi à la fin du siècle.

Continuer la lecture de L’ÉCHANGE DE RÉCIPROCITÉ, par Dominique Temple

Partager

Deux économies ou une seule économie ? Un principe ou deux principes ?, par Dominique Temple

Billet invité

L’économie de réciprocité est une économie naturelle comme l’économie d’échange.

Les hommes comme le rappelle Aristote partout se sont réunis pour s’entraider mais ils ont observé ce phénomène singulier que l’entraide leur apportait un sentiment commun qu’ils ignoraient dans leur solitude et qu’ils apprécièrent d’autant plus qu’il s’accompagnait d’une raison qui lui donnait une forme : l’éthique. Celle-ci leur permettait de s’accomplir dans un autre domaine que celui de la vie, le domaine de l’esprit. L’éthique leur parut alors la motivation principale du vivre ensemble.

De l’actualisation de cette nouvelle puissance sont nés les sciences et les arts, et les biens d’un autre ordre que ceux pour lesquels les hommes s’étaient initialement secourus.

Les biens créés au nom de l’éthique s’ajoutèrent aux biens nécessaires à la vie. Les biens sont donc de deux sortes : ceux qui satisfont les besoins et qui sont créés dans le cadre de la réciprocité, et les biens créés à partir du sujet humain qui résulte de la réciprocité – le sujet non plus biologique mais la conscience qui se substitue au sujet biologique et qui semble par rapport à lui libre, souverain – autrement dit les biens qui correspondent au désir du bonheur (eudemonia).

Continuer la lecture de Deux économies ou une seule économie ? Un principe ou deux principes ?, par Dominique Temple

Partager