Archives par mot-clé : France

Chouette ! On va avoir la guerre avec l’Angleterre !

C’est quand même l’invention d’un génie ce Brexit ! Non seulement ça permet aux Britanniques de renouer avec l’esprit national et les fières traditions, mais ça va permettre à la France de le faire aussi !

Car n’oublions pas que l’ennemi allemand, c’est une invention récente ! L’ennemi héréditaire, c’est le “Frog” de l’autre côté de Calais et le “Goton” de ce côté-ci !

Qui tirera la première salve de canonnière dans la bataille de Saint-Hélier ? Nous bouillons d’impatience ! (Parce qu’une vraie guerre, c’est quand même tout autre chose qu’un malheureux Tournoi des Six Nations !)

Partager :

Retard de la France sur les US : 2 ou 7 ans ?, le 9 avril 2021 – Retranscription

Retranscription de Retard de la France sur les US : 2 ou 7 ans ?

Bonjour, nous sommes le vendredi 9 avril 2021. Hier, j’ai fait une vidéo qui s’appelait : « Pourquoi les Etats-Unis deviennent-ils socialistes ? » alors si vous n’avez pas vu ça, il faut le regarder parce que c’est un peu l’introduction de ce que je vais dire aujourd’hui mais je résume, je résume rapidement : M. Joe Biden, nouveau Président des Etats-Unis, épate tout le monde parce qu’on ne s’attendait pas du tout à ce qu’il se révèle un socialiste. Quand on regarde ses discours au cours des 20 précédentes années, on n’est pas impressionné. C’est un centriste plutôt, d’ailleurs qui tourne à droite assez souvent et là, et là, la chenille est devenue papillon. Il a compris, il a compris un certain nombre de choses. C’est un monsieur, on le voit bien, c’est un monsieur aimable.
Continuer la lecture de Retard de la France sur les US : 2 ou 7 ans ?, le 9 avril 2021 – Retranscription

Partager :

Les “efforts sur la dépense publique” de Xavier Bertrand, par Alexis Toulet

Je note la volonté exprimée par Xavier Bertrand de “baisser de moitié les impôts de production pour améliorer la compétitivité de la France”. Ce qui appelle au moins deux remarques :

1. Payer moins d’impôts, qui serait contre sur le principe ? Seulement voilà, les maths sont une discipline implacable : sauf à vouloir faire du déficit – ce que Bertrand refuse – ou à augmenter d’autres impôts – ça n’a pas l’air d’être son idée non plus – il va bien falloir tailler dans les dépenses. Monsieur Bertrand veut “des efforts sur la dépense publique”, ce qui est une jolie formule, mais pour trouver 33 milliards d’ “efforts” parmi des charges au budget général de l’Etat qui se montaient à 344 milliards pour 2020 voté avant covid (voir page 5), soit une réduction de quasi 10%… il va falloir en réduire de l’Education, de la Santé, de la Défense, de la Recherche, de la Justice etc.

J’aimerais bien entendre monsieur Bertrand sur les moyens précis par lesquels il compte réduire de 10% les dépenses de l’Etat. Qui veut quelque chose en veut les conséquences… à moins que monsieur Bertrand préfère se taire sur le sujet ?
Continuer la lecture de Les “efforts sur la dépense publique” de Xavier Bertrand, par Alexis Toulet

Partager :

La twittosphère politique en France

(Pour agrandir, ouvrir dans un nouvel onglet – click droit de la souris).

En rapport avec ma vidéo de ce matin : la twittosphère politique en France. Il y a beaucoup de terrain à reconquérir sur l’extrême-droite, avis aux journaux qui me confiaient des chroniques, aux émissions de radio et de télévision qui m’invitaient autrefois et qui sont tombés dans un ronron qu’ils imaginent sans doute consensuel (à moins qu’ils ne soient carrément muselés par l’un ou par plusieurs de leurs bailleurs de fonds lorgnant vers l’extrême-droite) : il y a péril en la demeure !

Projet Politoscope, CNRS Institut des Systèmes Complexes Paris Ile-de-France (ISC-PIF), Chavalarias D, Panahi M., Chomel V, 2021.

Partager :

Emmanuel Macron en a marre de la science. Il en a marre de la réalité, par Alexis Toulet

Les deux variants brésilien et sud-africain totalisaient 2,3% des contaminations en France au 3 février, soit autour de 470-480 par jour.

Hier, le ministre de la Santé indiquait qu’ils représentent “entre 4 et 5% des contaminations”, selon des données qui ne pouvaient dater au plus tard que de la veille 10 février. Soit entre 770 et 960.

Nous parlons donc d’une augmentation entre +60% et +100% par semaine. Davantage que le variant anglais, dont l’augmentation hebdomadaire était dernièrement estimée de source gouvernementale aux alentours de +50%.
Continuer la lecture de Emmanuel Macron en a marre de la science. Il en a marre de la réalité, par Alexis Toulet

Partager :

Article 24, par Jean-Baptiste Auxiètre et Paul Jorion

Comment en arrive-t-on à imaginer au XXIe siècle que la réponse à un problème de société majeur puisse être aussi grotesque que le déni de réalité consistant à flouter des visages sur des photos ou des vidéos ?

La seule explication envisageable est un refus délibéré de poser le problème dans les termes qui sont les siens. À savoir que

  • La norme est devenue que le citoyen lambda refuse d’obtempérer car il met en doute la légitimité de l’ordre d’obtempérer, le considérant (en contexte ou par principe) comme arbitraire parce que fondé non par sur les faits mais motivé par le préjugé,
  • Les forces de l’ordre 1° ont cessé de respecter la proportionnalité de la réponse à l’infraction constatée, 2° sont en effet souvent motivées dans leurs décisions seulement par le préjugé.

La solution nécessite que le citoyen lambda cesse de considérer le refus d’obtempérer comme la réponse par défaut. Mais cela ne sera possible que si l’injonction d’obtempérer cesse d’apparaître arbitraire parce que motivée par le préjugé.

En attendant, le législateur devrait lui aussi s’efforcer d’atteindre l’âge adulte en prenant conscience que si la solution d’un problème de société majeur semble être de flouter des visages sur des photos ou des vidéos, c’est que ce problème n’a pas encore été posé dans les termes qui lui conviennent, à savoir susceptibles de déboucher sur une solution.   

Partager :

Covid-19 : Est-ce que je “juge opportun d’épargner” ?

Un article dans Le Monde, par Mathilde Damgé : Confinement et économie : huit graphiques qui montrent l’onde de choc depuis mars, le 30 octobre 2020.

Les graphiques sont intéressants pour ce qu’on y voit. Les explications qui en sont données apparaissent plutôt elles comme de l’association libre : “Qu’est-ce que je pourrais bien dire à la vue de ce diagramme ?”

Exemple (graphique ci-dessus) :

La frilosité des différents acteurs économiques se ressent aussi chez les ménages qui préfèrent mettre de côté, en ces temps incertains : leur taux d’épargne a bondi depuis le début de l’année. Et le bas de laine ne devrait pas maigrir puisque ceux qui jugent opportun d’épargner sont plus nombreux de mois en mois, selon l’Insee.

“Les ménages préfèrent mettre de côté, en ces temps incertains…” ? Bon, réfléchissons un instant. Je donne cours à Lille. Mes frais de transport et d’hébergement me sont remboursés. Donc en principe, cela me coûte autant d’être à Vannes, mon lieu de résidence, ou d’être à Lille. Sauf que… quand je suis à Lille, je ne cuisine pas dans ma chambre d’hôtel : je vais au restau, que quand je bois une bière place Rihour après mon cours, je ne la sors pas de mon réfrigérateur après l’avoir achetée en promotion à Carrefour, que quand le train arrive en retard à Montparnasse (incroyable mais vrai !), je dois prendre un taxi pour ne pas rater ma correspondance en gare du Nord (le métro va plus vite que le taxi ? ah oui ? on marche combien de temps de la gare Montparnasse à la station Montparnasse-Bienvenüe de la ligne 4, tapis roulant même tenu en compte ?), de même quand j’arrive à Lille-Europe et qu’il pleut des cordes, etc.

En ce moment je donne mes cours, je fais mes conférences, je participe à des séminaires, aux réunions de l’équipe, le tout en distanciel. Est-ce que je “préfère mettre de côté, en ces temps incertains” ? Non ! je ne fais pas preuve de “frilosité”, non je ne “juge pas opportun d’épargner”, j’exerce la même activité qu’avant le confinement, mais dans un nouvel environnement où cela me revient bien meilleur marché. C’est tout.

Partager :

L’actualité (Dépressifs s’abstenir), le 20 octobre 2020 – Retranscription

Retranscription de L’actualité (Dépressifs s’abstenir), le 20 octobre 2020. Bonjour, nous sommes le mardi 20 octobre 2020 et je vais…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :