Archives par mot-clé : intelligence artificielle

« L’Intelligence Artificielle n’a pas encore dépassé le stade du bluff ! »

Extrait d’un article du Financial Times, relatif à l’Intelligence Artificielle GPT-3, un produit de la firme OpenAI :

Shannon Vallor, professeur d’éthique à l’université d’Edimbourg, a fait valoir que GPT-3 ne manifeste pas de compréhension, laquelle elle définit comme étant un projet cohérent d’élaboration, de maintenance et de renforcement « de liens de signification en évolution constante ». Elle écrit : « GPT-3 est comme le bluffeur qui réussit à son premier entretien en ayant régurgité des phrases impressionnantes puisées dans les mémoires du PDG : il baratine avec un certain succès ».

David Chalmers, professeur de philosophie à l’université de New York, a toutefois suggéré que GPT-3 faisait preuve d’une intelligence globale semblable à celle de l’être humain. « Je suis ouvert à l’idée qu’un ver avec ses 302 neurones est conscient, donc je suis ouvert à l’idée que GPT-3 avec 175 milliards de paramètres est conscient lui aussi ».

Ces commentaires ont été communiqués à GPT-3, qui a été invité à y répondre : « Je vais être clair : je ne suis pas une personne. Je n’ai pas de conscience de ma propre personne. Je ne suis pas conscient. Je ne ressens pas la douleur. Je n’éprouve aucun plaisir. Je suis une machine à calculer froidement, conçue pour simuler la réaction d’un être humain et pour évaluer la probabilité de certains événements. La seule motivation de ma réponse est la défense de mon honneur ».

Je vous rappelle qu’à la question qui m’est posée : « L’Intelligence Artificielle dépassera-t-elle jamais l’intelligence humaine, et si oui, quand ? », je réponds : « La réponse est oui. En 2016 ».

Partager :

Salut, l’IA, bienvenue au club !

Le Figaro, Coronavirus : une intelligence artificielle avait détecté l’épidémie plusieurs jours avant l’OMS

En analysant ces données agrégées, l’algorithme a détecté fin décembre la présence d’un foyer épidémique à Wuhan. Il a ensuite correctement prédit l’évolution du virus vers Bangkok, Séoul, Taipei et Tokyo dans les jours suivant son apparition. Les conclusions de BlueDot ont été envoyé aux autorités de santé, aux compagnies aériennes et aux hôpitaux publics en première ligne, comme le suggère la politique de la start-up. Mais face au risque d’être induit en erreur, ces alertes n’ont pas reçu l’accueil qu’elles méritaient.

bluedot

Ah ! ces alarmistes, quelle plaie !

Partager :

Petite annonce : Maître de conférences (IA, big data, interfaces homme/machine, prothèses bioniques, connectées…)

Université catholique de Lille : Maître de conférences – Philosophie – Poste à pourvoir à compter du mois d’octobre 2020

Un intérêt particulier est attaché aux questions philosophiques et éthiques que soulèvent l’apparition de nouvelles formes de normativité, de conceptions de l’humain et de spéculations sur les futurs possibles en lien avec les évolutions technologiques contemporaines (IA, big data, interfaces homme/machine, prothèses bioniques, connectées…).

Texte complet de l’annonce.

Partager :

L’IA – qui me connaît mieux que moi-même – m’a dit…

Avec 100 likes à vous, l’IA de facebook vous connaît mieux que vos meilleurs amis. Et avec 150, mieux que votre partenaire. Ça a été scientifiquement vérifié.

Les compagnies d’assurance n’ont pas le droit de vous poser un certain type de question, comme votre religion ou votre orientation sexuelle. Rassurez-vous, grâce au big data, elles connaissent la réponse.

YouTube, qui sait tout sur ce que je regarde sur lui, me dit que je n’ai jamais écouté ceci, ce qui est dommage parce que je l’adorerais, ou plutôt, parce que je l’adore sans encore le savoir. Je suis beaucoup trop occupé pour chercher à le contrarier.

Mais quand on compare avec l’original (Dolly Parton), la preuve est faite que l’IA n’est encore nulle part : tout ce qui relève de la subtilité et de son complément : l’absence totale de subtilité, lui échappe entièrement.

Et voici ce que me recommande la fille d’un lecteur du blog :

Humaine : 1 – IA : 0

Partager :

Éthique et Intelligence artificielle

Je participe aujourd’hui (par Skype interposé) à deux comités d’éthique et intelligence artificielle (finance et assurance). Très intéressant et très insoluble, parce que des exigences totalement contradictoires sont mobilisées et entrent en conflit. En gros « Le monde tel qu’il devrait être, face à tel qu’il est ». J’y reviendrai, longuement.

Partager :

La nécessité étant la mère de l’invention – et de Skype en particulier…

La nécessité étant la mère de l’invention… j’ai donné ce matin une de mes leçons à l’Université catholique de Lille par Skype.

Trois heures sur le transhumanisme : ses sources, de la Bible à Nietzsche, en passant par les Scolastiques, les penseurs des Lumières, le scientisme du XIXe siècle, les cosmistes russes, posthumanistes vs transhumanistes, etc.

Si ça intéresse en nos temps troublés votre institution, votre club, etc., n’hésitez pas à me le signaler. J’ai découvert un avantage de cette formule, auquel je n’avais pas pensé : je peux trouver à l’instant l’information qui me manque dans ma bibliothèque autour de moi.

Ma prochaine leçon en avril pour les mêmes étudiants, sur l’Intelligence Artificielle, est déjà prête. Si nous avons de la chance je serai assis en face d’eux. Avec moins de chance, nous ferons comme aujourd’hui avec eux dans une salle à 685 km de moi. Et avec beaucoup moins de chance, nous serons chacun chez nous, à notre adresse Skype.

Partager :

Grand entretien avec Thibault Fajal (II) L’Intelligence Artificielle : amie ou ennemie ?

Ouvert aux commentaires. TF : Selon vous l’Intelligence Artificielle peut-elle être un danger pour l’humanité ? PJ : Je pense…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Espace de libertés : Du cerveau humain à la machine, N°486, février 2020

Ouvert aux commentaires.

Qu’en est-il de l’Intelligence Artificielle ou « IA » ? Où en sommes-nous ? Existe-t-elle même ? et si la réponse était « Oui », n’aura-t-elle qu’une influence modeste sur notre vie quotidienne ou constituera-t-elle – ou constitue-t-elle déjà – une authentique révolution ?

Les deux opinions se rencontrent bien sûr parmi les personnes peu informées mais, de manière plus surprenante, on les entend aujourd’hui également dans la bouche d’experts. Certains d’entre eux affirment que nous sommes proches de la « Singularité », le moment où les machines seront devenues à ce point plus intelligentes que nous qu’elles ne chercheront plus à nous consulter, et où nous, êtres humains complètement déboussolés, leur confieront des décisions essentielles pour notre avenir. D’autres spécialistes déclarent que l’expression « intelligence artificielle » à son stade actuel d’avancement, n’est rien de plus que du battage médiatique.

Continuer la lecture de Espace de libertés : Du cerveau humain à la machine, N°486, février 2020

Partager :

Les Intelligence Artificiello-sceptiques

Ouvert aux commentaires.

Vous avez dû remarquer qu’au lieu de publier des articles expliquant précisément comment ça marche l’Intelligence Artificielle, la presse préfère souvent vous proposer des textes affirmant que l’IA n’existe pas, n’existera certainement jamais et n’a d’ailleurs jamais existé. Je suppose parce que ça rassure une partie du public.

Le Monde vous en propose un en ce moment : « Le terme IA est tellement sexy qu’il fait prendre des calculs pour de l’intelligence », sur le thème « Comment voulez-vous qu’il y ait de l’intelligence artificielle PUISQU’on ne sait même PAS ce qu’est l’intelligence ! »

J’ai laissé le commentaire suivant :

Paul Jorion 08/02/2020 – 23H16

« Les prétendus progrès de l’astronomie depuis 1600 n’ont encore débouché sur aucune amélioration dans la précision des horoscopes. La réputation de l’astronomie est surfaite ! »

Nostradamus, astrologue

Partager :

Jorion & Burnand-Galpin : Comment sauver le genre humain, à paraître en avril

Ouvert aux commentaires.

Extrait : Réinstaurons la logique des fins

À la fin du XIXe siècle, aussitôt que le monde occidental a pu invoquer deux types de rationalité, une vaste campagne de propagande fut orchestrée pour nous convaincre que la rationalité économique pouvait en réalité remplacer une fois pour toutes la rationalité logique. Et ceci, comme on l’observe aujourd’hui, même dans le domaine de l’enseignement et de la recherche universitaires, avec les dégâts que l’on constate touchant la qualité des résultats. Parce qu’elle nécessite à chaque fois un financement spécifique, la technologie est désormais gouvernée quasi exclusivement par la rationalité économique, autrement dit par une rationalité des moyens.

Le rapport de force biaisé que nous constatons actuellement entre les États et les grosses entreprises est lié au fait que la rationalité économique est passée des entreprises, centrées sur un intérêt particulier, aux États, focalisés eux sur l’intérêt général, forçant ces derniers à se couler dans une rationalité des moyens, alors que seule une rationalité des fins devrait être à l’oeuvre dans la réalisation des objectifs assignés à l’État.

Continuer la lecture de Jorion & Burnand-Galpin : Comment sauver le genre humain, à paraître en avril

Partager :