Archives par mot-clé : José Manuel Barroso

Les bons et les mauvais Européens

Bons Européens :

Neelie Kroes, membre de la Commission européenne 2009-2014, Vice-présidente, Société numérique. Nouvelle affectation : conseillère de la firme Uber

Karel De Gucht, membre de la Commission européenne 2009-2014, Commerce. Nouvelle affectation : dirigeant d’ArcelorMittal, de l’entreprise de Telecom Proximus, conseiller du fonds CVC

José Manuel Durão Barroso, membre de la Commission européenne 2009-2014, Président. Nouvelle affectation : conseiller de la banque Goldman Sachs

Continuer la lecture de Les bons et les mauvais Européens

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : APRÈS LA GRÈCE, LE PORTUGAL ? par François Leclerc

Billet invité.

En attendant le tour de la Grèce, retardé le plus possible parce qu’encore plus dérangeant, le Portugal est de retour sur la sellette, n’ayant comme perspective que de suivre la même pente après avoir été longtemps présenté comme le bon élève de la classe. La Troïka a entamé sur place un nouvel examen des résultats du programme de rigueur, reporté étant donné la crise politique, tandis que le vice-premier ministre en charge du dossier, Paulo Portas, réclame un assouplissement de 4% à 4,5% des objectifs de réduction du déficit fin 2014, déjà demandé mais pas obtenu après deux assouplissements successifs, en septembre de l’année passée et mars dernier. « Il faudra qu’on nous explique comment on va pouvoir passer d’un déficit de 5,5% en 2013 à un déficit de 4% en 2014 » s’est interrogé Antonio Saraiva, le patron des patrons portugais. Tenir l’objectif de fin d’année de 5,5% n’est même pas garanti.

Anibal Cavaco Silva, le président, est intervenu de manière inaccoutumée pour demander à la Troïka de « faire preuve de bon sens ». A la clé, le déblocage d’une tranche de crédit de 5,5 milliards d’euros. Le retour sur le marché du pays, prévu pour juin 2014, apparaît de plus en plus compromis, le taux à 10 ans de la dette du pays atteignant un insoutenable 7,4%, se rapprochant de son niveau de juillet dernier au plus fort de la crise politique. Comment, dans ces conditions, se présenter sur le marché pour emprunter afin de commencer à rembourser les 78 milliards d’euros d’aide au total accordées par l’Union européenne et le FMI, les banquiers publics du pays ? Afin d’éviter l’affichage politique désastreux que représenterait un nouveau plan de sauvetage, un habillage pourrait être trouvé sous la forme d’une ligne de crédit.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : APRÈS LA GRÈCE, LE PORTUGAL ? par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de demain : UN ÉNORME SURSAUT, par François Leclerc

Billet invité

Il y a dans toutes les têtes la même idée : le tour des Français va venir, après l’Italie ce sera celui de la France ! L’incertitude qui pèse sur les mesures que le gouvernement français annonce dans le désordre accrédite l’idée que c’est pour bientôt. À moins qu’un imprévu ne vienne contrarier cette longue et irrésistible glissade, une fois les saints de la croissance puis de la dévaluation de l’euro invoqués en pure perte, l’intervention de la BCE à la manière des autres banques centrales ne pouvant pas pour sa part être appelée plus explicitement qu’elle ne l’est déjà.

Il était déjà pressenti qu’il serait impossible d’échapper à une logique d’autant plus absurde qu’elle est suivie sous prétexte de salut, occasion rêvée en réalité pour appliquer un programme d’enfer. Pierre Gattaz, le président du Groupement des fédérations industrielles, réclame un « choc de compétitivité de 50 milliards d’euros » sur le coût du travail pour sauver l’industrie française, qu’il propose de financer par une augmentation de la TVA et de la contribution sociale généralisée (CSG).

Continuer la lecture de L’actualité de demain : UN ÉNORME SURSAUT, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de la crise : DONNANT-DONNANT, par François Leclerc

Billet invité.

Les dirigeants européens font de la politique, et quelle politique ! Les voilà embarqués dans la négociation entre quatre yeux d’un paquet de mesures destinées à gérer la crise, où chacun glisse son grain de sel et cherche à protéger ses intérêts. Un exercice délicat qui pourrait fort bien ne pas être terminé à temps pour leur prochain sommet du 4 février, continuant d’alimenter toutes les incertitudes. Prochain arrêt : les 24 et 25 mars prochains.

Concentrée sur ses échéances de l’année à venir, la coalition gouvernementale allemande CDU-FPD voudrait trouver les meilleurs arguments électoraux pour justifier de prochains sauvetages européens – c’est en tout cas ainsi qu’elle voit les choses. Avec comme stratégie d’échanger sa participation financière à un dispositif d’aide renforcé contre de nouvelles assurance de réduction des déficits publics.

Dans l’obligation de ne pas décrocher des Allemands, les Français tentent de tempérer leurs ardeurs renforcées, avec en vue leur propre élection présidentielle et la crainte de devoir trop vite obtempérer à leurs injonctions. Tout en s’efforçant d’avancer leur projet d’harmonisation progressive (de convergence), fiscale puis sociale. Afin d’entraîner les Allemands vers la définition d’une politique économique commune et de les écarter de leur intransigeante rigueur budgétaire. Ministre des affaires européennes, Laurent Wauquiez vient de suggèrer ainsi le lancement de « project bonds » (des obligations européennes destinés à financer des grands projets d’infrastructure).

Continuer la lecture de L’actualité de la crise : DONNANT-DONNANT, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post