Archives par mot-clé : Keny Arkana

L’ÉTOUFFEMENT ET L’OUVERTURE, par Hubert Chaperon

Billet invité.

Oui un système de représentation neuf est en train de se tisser sur internet, entre autres. Pour moi cela a commencé avec le blog de Paul Jorion. Il donnait les clés de compréhension du dérèglement d’un système dont, jusque là, je ne sentais que confusément qu’il était invalide. Ces éclaircissements il y a quatre ans étaient tout à fait absents des médias officiels. Le point de vue était neuf, d’un recul salutaire et très crédible. Cette compréhension m’a ensuite fait voir directement l’écran de fumée que diffusent sans arrêt les médias, ce qui a eu pour conséquence d’accroître mon malaise et le sentiment d’étouffer. J’ai continué à chercher ailleurs des raisons de croire encore à un avenir inventif.

L’indépendance et la compétence de Médiapart m’ont réjoui, même si la guerre au cœur de laquelle ils sont leur donne une froideur que n’a pas, le blog de Paul Jorion. Annie le Brun, que je découvre par le blog, partage aussi cet étouffement chronique et on comprend qu’il ne date pas d’hier, qu’il est une lutte perpétuelle. Keny Arkana et son cri chargé et nourri par une longue expérience du combat, en quête d’une paix qu’elle approche. (Changer le monde commence par se changer soi-même.) Aussi les lignes magnifiques de la fin de « L’homme révolté » de Camus (*) citées par Francis Arness…

Continuer la lecture de L’ÉTOUFFEMENT ET L’OUVERTURE, par Hubert Chaperon

Partager :

L’amour des siens et le bien que l’on souhaite aux autres : le rap made in France, par Christophe Diss

Billet invité.

Le rap… forme d’expression sociale contemporaine du mal vivre dans les banlieues n’est plus vraiment, depuis quelques années, en France, ce qu’il fut alors à la fin des années 80 et au début des années 90 : révolté, dénonçant les injustices, les maux qui gangrènent la jeunesse des quartiers et qui entretiennent la haine, le communautarisme, la pauvreté, le trafic, avec pour toile de fond, la dénonciation des inégalités économiques, sociales, ou construite sur l’origine ethnique.

Depuis le début de la crise, on voit revenir sur internet la puissance du verbe du “rap français”, celui des origines, plus que jamais d’actualité, très empreint d’un esprit révolutionnaire, déterminé et sans nul doute très mûr.

Keny Arkana – Gens Pressés

En anthropologie, on dit souvent que le voyage de l’anthropologue lui permet de revenir chez lui avec un œil nouveau.

Continuer la lecture de L’amour des siens et le bien que l’on souhaite aux autres : le rap made in France, par Christophe Diss

Partager :