Archives par mot-clé : Kurt Vonnegut

La Quinzaine Littéraire, N° 1206, « TU AURAS CESSÉ DE GAGNER TON PAIN À LA SUEUR DE TON FRONT », le 16 décembre 2018

Ouvert aux commentaires.

La seconde de mes chroniques mensuelles pour

« Tu auras cessé de gagner ton pain à la sueur de ton front » :

« Player Piano », le premier roman de l’auteur américain Kurt Vonnegut Jr. fut publié par Scribner en 1952. Étiqueté « science-fiction » par la critique maigrelette qu’il suscita à sa parution (« Je parle bien d’aujourd’hui », s’insurgea alors l’auteur), l’ouvrage se vendit mal.

Continuer la lecture de La Quinzaine Littéraire, N° 1206, « TU AURAS CESSÉ DE GAGNER TON PAIN À LA SUEUR DE TON FRONT », le 16 décembre 2018

Partager :
Email This Post Email This Post

Kurt Vonnegut : Player Piano (New York : Scribner 1952) – Extrait

Ouvert aux commentaires.

Pages 18 et 19.

    « Kuppo ! » dit le Shah, secouant la tête.
    Khashdrar rougit, et traduisit mal à l’aise, d’un air de s’excuser. « Shah dit : ‘Communisme’. »
    « Pas Kuppo ! » dit Halyard avec véhémence. « Le gouvernement n’est pas propriétaire des machines. Il taxe tout simplement la part des revenus de l’industrie qui allait autrefois au travail, et la redistribue. L’industrie appartient et est gérée par des personnes privées, et coordonnée – pour éviter le gaspillage qui découle de la concurrence – par un comité de dirigeants du secteur privé, pas par des politiques. En éliminant l’erreur humaine par la mécanisation, et la concurrence inutile par l’organisation, nous avons considérablement élevé le niveau de vie de l’individu moyen. »
    Khashdrar interrompit sa traduction. Il fronçait les sourcils avec perplexité. « S’il-vous-plaît, cet individu moyen, il n’y a pas d’équivalent dans notre langue, je crains bien. »
    « Vous savez », dit Halyard, « l’homme ordinaire c’est, eh bien, ‘tout le monde’ – comme ces travailleurs qu’on a vus sur le pont, le type dans la vieille bagnole qu’on a croisée. Le petit bonhomme, pas une lumière mais le coeur sur la main, sans chichis, ordinaire, une personne dans la vie de tous les jours. »
    Khashdrar traduisit.
    « Aha ! », dit le Shah, opinant du bonnet : « Takarou ! »
    « Qu’est-ce qu’il a dit ? »
    « Takarou », dit Khashdrar. « Esclave. »
    « Pas Takarou », dit Halyard, s’adressant directement au Shah : « Ci-toy-en. »
    « Ahhhhh », dit le Shah, « Ci-toy-en ». Il souriait tout heureux. « TakarouCi-toy-en. Ci-toy-enTakarou. »
    « Pas Takarou ! » dit Halyard.
    Khashdrar haussa les épaules. « Dans le pays du Shah, il n’y a que l’Élite et les Takarou. »

Partager :
Email This Post Email This Post

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 14 JUILLET 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 14 juillet 2017. Merci à Olivier de Taxis !

Bonsoir, nous sommes le vendredi 14 juillet 2017 et si j’ai un peu tardé dans la journée à enregistrer une vidéo, c’est parce que hier dans la soirée a été publiée la vidéo de la table ronde qui a eu lieu il y a exactement une semaine à Aix-en-Provence, aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence et où je me trouvais dans un panel (comme on dit maintenant), avec en particulier la Ministre de la santé, Madame Buzyn. Il y avait également Monsieur Guy Vallancien, un chirurgien, un pionnier de la chirurgie robotique, avec des idées très intéressantes sur ce qui sera l’avenir de la médecine.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 14 JUILLET 2017 – Retranscription

Partager :
Email This Post Email This Post