Archives par mot-clé : mark-to-market

Bruno Iksil : « Un régulateur, une banque, une VaR et une seule » (texte complet)

Billet invité.

Bruno Iksil est l’auteur de « Bruno Iksil, surnommé « La baleine de Londres », nous dit ce qui s’est vraiment passé », déjà publié ici en feuilleton, et sur support papier dans le N° 15 de (P)ièces (J)ointes, le magazine du blog (toujours disponible – voir colonne de gauche).

Continuer la lecture de Bruno Iksil : « Un régulateur, une banque, une VaR et une seule » (texte complet)

Partager :
Email This Post Email This Post

Un régulateur, Une banque, Une VaR et une seule (IV) Le « mark-to-market », rempart N° 1 contre le risque N° 1, par Bruno Iksil

Billet invité. Bruno Iksil est l’auteur ici de « Bruno Iksil, surnommé « La baleine de Londres », nous dit ce qui s’est vraiment passé ». Il nous offre ici un nouveau feuilleton sur le contexte de ces événements.

Le « mark-to-market », rempart N° 1 contre le risque N° 1 : la chute des performances….

La tentation est trop grande. Quant à l’alternative, elle est absente. L’outil financier est disponible. Les produits dérivés sont là. Les commissions de trading sont généreuses et fournissent aux banques un large surplus de revenus. Continuer la lecture de Un régulateur, Une banque, Une VaR et une seule (IV) Le « mark-to-market », rempart N° 1 contre le risque N° 1, par Bruno Iksil

Partager :
Email This Post Email This Post

Préface pour la réédition de « La crise du capitalisme américain »

Publié à mille exemplaires en janvier 2007, « Vers la crise du capitalisme américain ? », était épuisé dès mars 2008. Son éditeur, La Découverte, prit alors la décision de ne pas procéder à un deuxième tirage.

Il ressort en octobre sous son titre original « La crise du capitalisme américain » aux Éditions du Croquant.

Préface pour la réédition de « La crise du capitalisme américain »

« La crise du capitalisme américain » parut en janvier 2007, soit six mois avant que la crise n’éclate véritablement. L’ouvrage avait été écrit d’octobre 2004 à février 2005. J’avais perdu mon emploi de Directeur de l’Analyse du Risque chez Westlake Financial à Los Angeles en octobre 2004. En novembre 2005, je serais recruté par Countrywide, le principal établissement de crédit immobilier américain, bientôt au cœur de la tourmente et pour lequel je travaillerais alors jusqu’en octobre 2007.

Le capitalisme américain étant triomphant à l’époque où je soumis mon manuscrit aux éditeurs français, celui-ci n’essuya que des refus et demeura dans les limbes entre février 2005 et juin 2006 quand Alain Caillé prit la décision de le publier dans la collection du MAUSS aux éditions La Découverte. Un peu sceptique toutefois, il en modifia le titre, qui devint « Vers la crise du capitalisme américain ? » Le livre a repris son titre original dans la présente réédition.

La « crise des subprimes » éclata en août 2007. Le crédit s’était soudain tari sur les marchés interbancaires quand les prêts immobiliers américains, plusieurs milliers d’entre eux étant reconditionnés à la fois sous forme d’une obligation unique (le processus de « titrisation »), cessèrent de trouver acheteurs. La raison en était simple : ces titres se dépréciaient désormais rapidement, de trop nombreux emprunteurs appartenant au secteur à risque des « subprimes » se révélant incapables de faire face à leurs engagements dans un contexte où le prix de l’immobilier résidentiel amorçait une baisse vertigineuse qui se poursuit toujours au moment où j’écris (chute de 47 % en Californie entre juillet 2007 et juillet 2009).

La crise du capitalisme americain

Continuer la lecture de Préface pour la réédition de « La crise du capitalisme américain »

Partager :
Email This Post Email This Post