Archives par mot-clé : PME

L’actualité de demain : LES DEUX PILIERS DE LA STABILISATION FRAGILISÉS, par François Leclerc

Billet invité.

Oh, que ce calme est trompeur ! Les marchés boursier et obligataire sont d’ailleurs attentivement suivis, les premiers parce qu’ils commencent à trébucher après avoir prospéré, et le second car il a l’apparence d’un monstre dormant pouvant à tout moment se réveiller. Ce dernier en donne des signes aux États-Unis, en raison d’interrogations sur l’arrêt graduel des achats de titres de la Fed, et pourrait faire de même en Europe, après la déclaration de Jörg Asmussen de la BCE devant la Cour de Karlsruhe – selon laquelle le programme OMT est par construction plafonné – ce qui pourrait lui faire perdre son caractère dissuasif.

Un an après l’avoir décidé, le prochain sommet européen de fin juin va se pencher sur le deuxième pilier du sauvetage de la zone euro : l’union bancaire. L’état des négociations sur ce dossier n’est pas des plus impressionnant, si l’on considère le dispositif de renflouement des banques qui filtre : l’intervention du MES serait plafonnée et impliquerait en tout état de cause une intervention financière nationale de l’État. On est loin de l’intention initiale de la création d’un fonds financé par les banques et d’une déconnexion des dettes privées et publiques…

Continuer la lecture de L’actualité de demain : LES DEUX PILIERS DE LA STABILISATION FRAGILISÉS, par François Leclerc

Partager :

L’actualité de la crise: crise économique et vide politique aux Etats-Unis, par François Leclerc

Billet invité.

CRISE ECONOMIQUE ET VIDE POLITIQUE AUX ETATS-UNIS

« La fête est finie  ! » s’est exclamée Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, afin de fêter l’adoption de la loi intitulée « Réforme de Wall Street et loi de protection des consommateurs », qui est intervenue hier. Au risque de la contredire, on peut penser que celle-ci va au contraire plus que jamais continuer. Car les lobbies sont parvenus à creuser un véritable gouffre dans ses dispositions, déjà très accommodantes, grâce au vote d’un amendement qui fait pratiquement échapper à tout contrôle l’essentiel des activités sur les produits dérivés. Après que, petit à petit, de nombreux trous aient été creusés au fil des semaines dans leur projet de dispositif de régulation. Ces produits mêmes qui ont été le vecteur de la crise actuelle (dont le marché est quasi exclusivement contrôlé par Goldman Sachs, Morgan Stanley, Chase, Citi et Bank of America), et qui le seront encore à la prochaine occasion. En proportion, le reste des dispositions apparaît donc bien secondaire.

Que ce soit la création, combattue avec la dernière énergie par les banques, d’une agence de protection des consommateurs, ou bien le dispositif de contrôle systémique des activités financières, qui prétend anticiper celui-ci et, au cas où il n’y parviendrait pas, faire payer le coût d’une nouvelle crise par un fonds abondé par les établissements financiers, pourvu de la somme de… 150 petits milliards de dollars. Ou bien le droit de regard donné au Congrès sur les opérations monétaires et de prêts aux établissements financiers de la Fed, à condition qu’aucune mesure ne soit rendu publique dans les six mois qui suivent son adoption. Ou encore des restrictions mises à tout prêt à des entreprises autres que des banques, dans le cadre de la mission de « prêteur en dernier ressort » de la banque centrale.

Continuer la lecture de L’actualité de la crise: crise économique et vide politique aux Etats-Unis, par François Leclerc

Partager :