Archives par mot-clé : réhypothèque

L’actualité de demain : LE FANTÔME DU CASINO (*), par François Leclerc

Billet invité.

Un fantôme hante les sous-sols du monde financier. En y en faisant allusion hier dans le cadre d’une envolée magistrale sur le thème « nous construisons le système de liquidités de demain », Mark Carney, le nouveau gouverneur de la Banque d’Angleterre, ne pouvait que susciter la curiosité. Non pour s’être donné le beau rôle en excipant que « la Banque d’Angleterre est aujourd’hui l’ami des banques résistantes, des marchés constants et de bon collatéral ; et nous sommes l’ennemi des sauvetages avec l’argent des contribuables, des marchés fragiles et de l’instabilité financière », mais par ses précisions qui en appellent d’autres. Dans l’immédiat, nous saurons que l’institution se prépare à prêter des liquidités et du « bon collatéral » pour une plus grande période, à accepter en échange des actifs selon un plus grand éventail, et à diminuer le coût de l’utilisation de ces facilités .

Collatéral, le nom qui fait trembler est lâché ! Les banquiers centraux abordent rarement le sujet épineux des actifs qu’ils prennent en garantie dans le cadre de leurs relations avec les banques commerciales, continuant pour ce faire d’utiliser les notations des agences après avoir opéré une décote. Mark Carney évoque cette fois-ci la distribution aux banques de « bon collatéral » – comme s’il s’agissait de celle des prix – accréditant l’idée qu’il ne l’est pas toujours et pourrait faire défaut sur le marché.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : LE FANTÔME DU CASINO (*), par François Leclerc

Partager :

L’actualité de demain : INTOLÉRABLE ACHARNEMENT CONTRE LES BANQUES ! par François Leclerc

Billet invité.

Offrant un bien triste spectacle, l’industrie financière se bat le dos au mur afin de limiter la casse. Pas celle de l’économie réelle, largement acquise, mais celle qui l’attend, déjà entamée, une baisse du rendement de ses fonds propres (RoE) l’atteint dans ses œuvres. Dans un univers volatile fait d’une multiplicité de transactions à faible marge, un rien suffit. Une étude du cabinet Roland Berger portant sur 100 banques européennes vient de pronostiquer que le temps des rendements mirifiques à 17% est révolu et qu’elles vont se contenter d’atteindre la barre des 10% dans le meilleur des cas, une aumône !

Voilà qui pourrait expliquer le lobbying d’enfer des milieux financiers européens, qui veulent réduire à la fois l’assiette et les taux de la taxe sur les transactions financières européenne (TTF) d’un projet jugé « excessif » par le ministre français Pierre Moscovici lui-même. Sur les transactions boursières, par exemple, elles demandent que le taux soit ramené de 0,1% à 0,01 %. Avec comme principal argument que « la rentabilité de la plupart de ces opérations se situe bien en deçà du coût de la taxe qui leur serait appliquée » (Association française des marchés financiers). Ce serait le cas sur le marché des « repo » (6.000 milliards d’euros), sur lequel les banques se financent à courte échéance et qui serait atteint gravement, selon elles, sur lequel la taxe est désormais à leur demande de 0,01% au lieu de 0,05%. Quand au trading à haute fréquence (THF), il serait laminé étant donné la faiblesse des marges qui y sont réalisées, les gains résultant d’énormes volumes de transactions. Ce monde serait-il donc si fragile ? Ne tiendrait-il que grâce aux talents qui le portent à bout de bras, et à son agitation brownienne perpétuelle dont il fait son miel ?

Continuer la lecture de L’actualité de demain : INTOLÉRABLE ACHARNEMENT CONTRE LES BANQUES ! par François Leclerc

Partager :