Trump : de nouveaux sommets pour la méthode Coué

En inculpant vendredi treize Russes pour avoir « promu la discorde aux États-Unis et sapé la confiance publique dans la démocratie », le procureur spécial Robert Mueller a mis en évidence une fois de plus sa froide détermination et le caractère méthodique de son enquête sur l’ingérence russe et les complicités dont elle a pu bénéficier du côté américain.

Continuer la lecture de Trump : de nouveaux sommets pour la méthode Coué

Partager

Qu’est-ce qui fait courir la Corée du Nord ?, par DD & DH

Billet invité.

CHINE – Tensions internationales – Le long des frontières chinoises (2) : Russie et Corée du Nord

Il y a 48 ans, le monde entier s’est fait une grosse frayeur quand des bruits d’artillerie lourde et de manœuvres de chars ont retenti entre la Chine de Mao et l’URSS de Brejnev. Continuer la lecture de Qu’est-ce qui fait courir la Corée du Nord ?, par DD & DH

Partager

Qui était le plus soucieux de voir les Russes se mêler de la présidentielle américaine ?

Qui était le plus soucieux de voir les Russes se mêler de la campagne présidentielle américaine ? Les Russes eux-mêmes ou bien l’équipe de campagne de Donald Trump ?

Continuer la lecture de Qui était le plus soucieux de voir les Russes se mêler de la présidentielle américaine ?

Partager

Les fausses symétries géopolitiques

À quelqu’un qui m’écrit ce soir,

Il faut écouter M. N. Lienemann lorsqu’elle dit « lorsque j’ai annoncé ma candidature, des personnes de l’Ambassade ont souhaité me rencontrer. » […] Dénoncer une infiltration russe dans la présidentielle française, alors que l’infiltration américaine est largement étendue avec les écoutes, ne tient guère la route. C’est mon avis personnel.

je réponds :

Vous avez raison : les positions des Russes et des Américains sont symétriques. Mais nous aurions tort de nous laisser attendrir par la balourdise des Russes, que nous avons une tendance naturelle à considérer comme un signe qu’ils seraient du côté des perdants de toujours et méritant du coup notre sympathie : leur soutien à Bachar El-Assad les situe au contraire aujourd’hui, et de manière impardonnable, du côté des tyrans de toujours.

Partager

Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (II) A Short View of Russia (1925)

jorionSi l’on veut remplacer la théorie économique dominante, dont Andrew Haldane, économiste en chef de la Banque d’Angleterre, vient de rappeler les faiblesses fondamentales, Keynes demeure un excellent point de départ. Je vous propose du coup en feuilleton dans les jours qui viennent, mes commentaires relatifs aux principaux textes de Keynes, tels qu’on les trouve dans Penser tout haut l’économie avec Keynes (Odile Jacob, 2015).

Continuer la lecture de Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (II) A Short View of Russia (1925)

Partager

L’INCERTITUDE FAITE REINE, par François Leclerc

Billet invité.

Le décor de la nouvelle crise grecque est planté. En faisant adopter par le Parlement deux modestes mesures sociales – que les députés de Nouvelle Démocratie ont annoncé voter ce soir – Alexis Tsipras a voulu montrer qu’il conservait malgré tout des marges de manœuvre. Mais c’est loin d’être gagné malgré les réactions qu’il suscite en sa faveur.

Continuer la lecture de L’INCERTITUDE FAITE REINE, par François Leclerc

Partager

Ce n’est pas une bonne chose de se mettre la CIA à dos… même si l’on vient d’être élu Président des États-Unis !

Chacun a pu se convaincre que M. Donald Trump était un désastre ambulant mais personne n’imaginait qu’il ne lui faudrait que quelques semaines pour que soit remise en question son élection à la présidence. Or la querelle qu’il entretient depuis hier avec la CIA, le service de renseignement de son pays, s’envenime à mesure que passent les minutes.

Continuer la lecture de Ce n’est pas une bonne chose de se mettre la CIA à dos… même si l’on vient d’être élu Président des États-Unis !

Partager

Joe Biden vint, vit, mais point ne vainquit la Turquie, par M.K. Bhadrakumar, le 26 août 2016

La traduction par Timiota de Joe Biden vint, vit, mais point ne vainquit la Turquie, par M.K. BHADRAKUMAR, le 26 août 2016 (Asia Times).

Si le vice-président états-unien Joe Biden a pu espérer un donnant-donnant avec le président turc Recep Tayyip Erdogan – des assurances américaines sur la « ligne rouge » du fleuve Euphrate pour les milices kurdes en échange de l’acquiescement turc à la résidence du prêcheur islamiste Fetullah Gülen en Pennsylvanie –, le voilà gros-jean comme devant. Continuer la lecture de Joe Biden vint, vit, mais point ne vainquit la Turquie, par M.K. Bhadrakumar, le 26 août 2016

Partager

Le Proche-Orient « compliqué » comme métaphore des limites de la rationalité de l’espèce, par Roberto Boulant

Billet invité

En attendant d’être surpassé par la prochaine guerre en mer de Chine, en Afrique centrale ou dans les pays baltes, le Proche-Orient et plus particulièrement le conflit syrien, offrent l’exemple de ce qui se fait de mieux en termes de folies sur cette planète. Une véritable carte de visite pour homo-sapiens, infiniment plus fidèle à la réalité que notre CV embarqué sur les sondes Pionner 10 et 11 (même si la représentation incomplète des parties génitales sur le dessin représentant la femme, en dira beaucoup sur notre psychologie à d’éventuels extra-terrestres).

Continuer la lecture de Le Proche-Orient « compliqué » comme métaphore des limites de la rationalité de l’espèce, par Roberto Boulant

Partager

C’est l’été… on a le dos tourné dix minutes et on se retrouve avec une guerre mondiale sur les bras !

Vous souvenez-vous de la Seconde guerre mondiale ?

Je vous la rappelle en deux mots. Il existait un axe fasciste composé de méchants vraiment très mauvais. Si mauvais que tout le reste du monde (dont nous à très juste titre) s’est uni pour leur tomber dessus à bras raccourcis. Les méchants ont fini par prendre une raclée bien méritée.

Continuer la lecture de C’est l’été… on a le dos tourné dix minutes et on se retrouve avec une guerre mondiale sur les bras !

Partager

Si ça vous démange de repousser l’Oncle Sam, allez donc en Syrie !, par M. K. Bhadrakumar

La traduction par Timiota de Hello, want to push back at Uncle Sam? Then go to Syria, par M. K. BHADRAKUMAR, le 18 août 2016 (Asia Times).

La visite récente du président turc Recep Erdogan à St Petersbourg pour rencontrer le président russe Vladimir Poutine, ajouté au premier décollage de chasseurs-bombardiers russes d’une base iranienne pour frapper des cibles syriennes, ainsi qu’à la visite en préparation d’Erdogan en Iran probablement au cours de la semaine prochaine, voilà qui pointe l’émergence d’une troïka Turquie-Iran-Russie autour de la Syrie. Continuer la lecture de Si ça vous démange de repousser l’Oncle Sam, allez donc en Syrie !, par M. K. Bhadrakumar

Partager

L’escalade des alliances, par Abel Musard

Je m’interrogeais il y a près d’un mois déjà : se dirigeait-on vers une nouvelle alliance Russie/Syrie/Iran/Turquie ?

C’est fait !

The Guardian :

« Héberger des avions militaires russes sur le territoire iranien constitue un changement de cap pour Téhéran dans son histoire jusqu’ici d’opérations secrètes dans des conflits régionaux. Il semblerait que ce soit la première fois en au moins un demi-siècle que des avions de guerre russes ont été déployés à partir de l’Iran ».

Partager

Ma signature du texte Brexit : vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité, un récapitulatif

Quand on m’a proposé l’autre jour de m’associer à un appel pour une reprise à nouveaux frais du projet européen : Brexit, vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité, j’ai fait ce que je fais toujours dans un cas comme celui-là : j’ai regardé qui me l’envoyait, ce que ça disait, et qui d’autre signerait. Continuer la lecture de Ma signature du texte Brexit : vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité, un récapitulatif

Partager

LA CRISE DES RÉFUGIÉS N’EST PLUS À UN DÉSASTRE PRÈS, par François Leclerc

Billet invité.

Signant d’une main un accord visant à instaurer un cessez-le-feu en Syrie, et de l’autre écrasant sous des tapis de bombes le nord de la Syrie, les autorités russes jouent encore une fois à un jeu de dupes. Ils instrumentalisent une crise des réfugiés devenue partie prenante de leur stratégie.

Continuer la lecture de LA CRISE DES RÉFUGIÉS N’EST PLUS À UN DÉSASTRE PRÈS, par François Leclerc

Partager

LES RÉFUGIÉS SYRIENS MONNAIE D’ÉCHANGE DES RUSSES, par François Leclerc

Billet invité.

Alors que la Commission enjoint à la Grèce de rentrer dans le cadre de la réglementation de Dublin après qu’elle a volé en éclats, au prétexte de sauver Schengen, la Russie alimente avec ses tapis de bombes le flux des réfugiés syriens qui échoue à la frontière avec la Turquie. Laissant à penser que leur exode, destiné à faire pression sur les Occidentaux, est partie intégrante de leur stratégie.

Continuer la lecture de LES RÉFUGIÉS SYRIENS MONNAIE D’ÉCHANGE DES RUSSES, par François Leclerc

Partager