Étiquette : Stanley Kubrick

  • Mes dix films préférés de Jack Nicholson (de 10 à 6)

    Chaque fois que je fais un billet de ce genre, « Mes films préférés de Godard, de Chabrol », « Mes Gabin préférés », etc. il y a quelqu’un qui affiche le même commentaire : « À quoi ça sert que vous disiez quels sont vos films préférés de Godard, de Chabrol, vos Gabin préférés ? »

    À quoi ça sert ? La réponse est évidente : ça me sert à montrer quels sont mes films préférés de Godard, de Chabrol, mes Gabin préférés, etc. Mais ce n’est pas de ça qu’il parle bien évidemment, son vrai commentaire c’est « Il est injuste que vous puissiez intéresser les gens à votre liste, alors que la mienne les ferait bayer ».… Lire la suite…

  • Sue Lyon (1946 – 2019)

    C’est elle (pour ma propre petite histoire : née 12 jours avant moi) qui fut Dolores « Lolita » Haze chez Kubrick (Nabokov approuva) et qui sera donc la radieuse, manipulatrice, et tragique « Lolita » de toute éternité.

    Lire la suite…

  • C’est quoi notre espèce ? (II) La reproduction : une source de distraction permanente

    Le dernier qui s’en va éteint la lumière (à paraître chez Fayard… quand ce sera terminé). Le feuilleton.

    L’obsession subliminale qui est la nôtre de nous reproduire dans l’urgence constitue une source de distraction permanente qui nous fait constamment dérailler de ce que nous concevons comme le cours normal des choses : celui de notre survie individuelle dans un confort relatif. Nous passons une bonne partie de notre temps ensuite à tenter de remonter sur les rails.… Lire la suite…

  • « Tu es terminé », par Cédric Chevalier

    Billet invité. À propos de la vidéo Le temps qu’il fait le 15 août 2014 : Le Grand Décentrement (la retranscription est ici).

    Après le « Temps qu’il fait » de Paul Jorion du 15 août 2014, au sujet du « Grand Décentrement », je n’ai pu m’empêcher de repenser à un film de science-fiction qui figure parmi les meilleurs du genre selon moi. Bien que centré de prime abord sur une montagne de muscle qui parcourt sans s’émouvoir des scènes de combat à mains nues, de cascades, d’explosions, de poursuites et de tirs au moyen d’un arsenal qui comprend tous les calibres,  Terminator (et ses suites) n’est pas un film d’action comme les autres.

    Lire la suite…

  • Le temps qu’il fait le 15 août 2014 : Le Grand Décentrement (retranscription)

    Olivier Brouwer a eu l’amabilité de retranscrire ma vidéo produite hier.

    Bonjour, nous sommes le vendredi 15 août 2014, et dans le pays où j’habite, eh bien ça s’appelle l’Assomption, c’est une fête : c’est la montée au ciel de la vierge Marie qui est la mère de Jésus-Christ. C’est le genre de choses qu’il faut répéter à des époques comme la nôtre où les religions font à nouveau énormément de dégâts… J’y faisais allusion hier dans une petite note à propos de robots : c’est qu’à partir du moment où nous nous rendons compte que nous allons mourir comme individus, quand nous nous en rendons compte au niveau de notre espèce, sans doute parce que nous commençons à parler et que nous échangeons des propos [comme quoi] nous allons mourir individuellement, on invente cette chose merveilleuse qui est de dire « non ce n’est pas vrai, nous allons vivre éternellement », et alors, dès qu’il y a des voisins qui présentent la même histoire, la même fadaise, sous une forme un tout petit peu différente, nous commençons à nous taper sur la figure.… Lire la suite…