Archives de catégorie : Géopolitique

Qu’est-ce qui fait que les poutinistes et les poutinisants perpétuent les traditions les plus abjectes de la gauche internationale ?, par Yorgos Mitralias

Une première conclusion de la lecture des textes de Trotsky  » Il faut apprendre à penser » et « Sur la guerre sino-japonaise » (1) est qu’ils expliquent de façon bien convaincante et détaillée, la position que les gens de gauche devraient adopter… dans la guerre en cours de Poutine contre l’Ukraine ! Il suffirait par exemple de remplacer dans le texte de Trotsky, au titre très éloquent « Il faut apprendre à penser », les mots Algérie par Ukraine, France par Russie, et Italie par États-Unis, pour fournir aux gens de gauche d’aujourd’hui un guide pratique extrêmement utile sur la question de la guerre que Poutine est en train de mener contre le peuple ukrainien. Et voici tout de suite un passage clé du texte auquel nous nous référons :

Continuer la lecture de Qu’est-ce qui fait que les poutinistes et les poutinisants perpétuent les traditions les plus abjectes de la gauche internationale ?, par Yorgos Mitralias
Partager :

Shape of My Heart, ou le jour de la chute du Mur…, par ERX

Il est des airs de musique qui sont associés à un instant précis, à un lieu et à un évènement particulier. Celui-ci l’est. L’événement, c’est la chute du mur de Berlin. Le lieu, la pièce où je me trouvais, presque entièrement vide, dans ce petit appartement sobrement occupé, situé à l’étage d’une maison que j’habitais à la lisière de la ville. Elle était dans un quartier un peu à l’écart, échouée en bordure des dunes qui attaquaient durement Nouakchott par l’Est. Cet air de musique, Shape of My Heart de Sting, je me souviens très clairement l’avoir réécouté plusieurs fois à la suite, en cette nuit tombée. Alors que ce soir du 9 novembre 1989, RFI relayait cette nouvelle incroyable et de portée mondiale : la chute du mur de Berlin.

Continuer la lecture de Shape of My Heart, ou le jour de la chute du Mur…, par ERX
Partager :

Qu’a dit exactement Mikhail Khodaryonok à la télé d’État russe ?

J’ai bien écouté et voici ce que j’ai entendu.

Mikhail Khodaryonok dit : « Que le moral des troupes ukrainiennes est à zéro est faux pour le dire gentiment. » – Notre propagande ment.

À plusieurs reprises il ignore les objections d’Olga Skabeïeva – qui ressemblent plutôt à du brouillage systématique – et poursuit imperturbablement en élevant de plus en plus la voix.

« Il y aura en face de nous, un million de soldats ukrainiens bien armés. La situation, franchement, va empirer pour nous. » – C’est clair.

« Dans notre pays ce dogme est fermement inscrit dans les esprits qu’un soldat de métier est un professionnel. Loin de là ! Loin de là ! » – Nous croyons à des dogmes comme celui-là.

« Mais un désir de protéger sa patrie tel qu’il se manifeste en ce moment en Ukraine, et il existe véritablement là car ils sont déterminés à se battre jusqu’au dernier homme… » – Éloge du soldat ukrainien.

« Comme les classiques du marxisme-léninisme l’ont dit – et de ce point de vue, ils étaient loin d’être des imbéciles – à l’arrivée, la victoire sur le champ de bataille est déterminée par un degré élevé de moral parmi les troupes qui versent leur sang pour les idées pour lesquelles elles sont prêtes à se battre ». – Au contraire de troupes qui versent leur sang pour des idées pour lesquelles elles NE sont PAS prêtes à se battre, suivez mon regard.

Et maintenant il se fâche carrément : « Tôt ou tard la réalité de l’histoire vous frappera si fort que vous le regretterez ». – Nous sommes très mal barrés.

« Le principal défaut de notre position militaro-politique, c’est que nous sommes géopolitiquement totalement isolés, et que nous soyons ou non prêts à l’admettre, c’est virtuellement le monde entier qui est contre nous. Et ça, c’est la situation dont nous devons nous dépêtrer ». – Nous avons perdu.

Partager :

À propos de « Chaîne de télévision d’État à Moscou : le doute s’installe », par Alexis Toulet

La première impression sur l’intervention de Mikhaïl Khodarionok le 16 mai est indubitablement positive. Lorsqu’on creuse… Mais n’allons pas trop vite en besogne.

Qui est Mikhaïl Khodarionok ? C’est un journaliste spécialisé défense, qui a la particularité d’avoir une longue expérience militaire – raison sans doute de son réalisme.

Et il n’en est pas à sa première intervention dans les médias russes en ce sens. Il y a quelques jours, toujours dans une émission de débat à une heure de grande écoute, il avait déjà parlé avec un ton tout à fait différent de la surexcitation irréaliste qui domine les médias russes, mettant en avant les difficultés d’une mobilisation à grande échelle.

Continuer la lecture de À propos de « Chaîne de télévision d’État à Moscou : le doute s’installe », par Alexis Toulet

Partager :

Chaîne de télévision d’État à Moscou : le doute s’installe

Dans un moment extrêmement rare de franchise à la télévision d’État russe aujourd’hui, le chroniqueur de la défense Mikhail Khodaryonok a dressé un bilan accablant de la guerre de la Russie en Ukraine et de l’isolement international de son pays. C’est assez long mais cela vaut le coup de s’y attarder.

Partager :

Pendant ce temps-là à Moscou…

Pendant ce temps-là à Moscou, le gouvernement déclare (et la presse le confirme), que

* la population russophone du Donbass est la victime d’un génocide
* le gouvernement de Kiev ne reculera devant rien en matière de désinformation (pseudo-massacres mis en scène, opérations faux pavillon…)
* le gouvernement polonais a rejoint le camp nazi
* la Finlande menace désormais la Russie
Etc.

Partager :

Ce n’est pas de gaieté de cœur que j’affiche un billet comme celui-ci…

Le Monde, Guerre en Ukraine : la confrontation nucléaire, scénario évoqué avec de plus en plus d’insistance en Russie, le 5 mai à 19h15

Un extrait :

Lundi 2 mai, le présentateur vedette de la Première chaîne, Dmitri Kisselev, montre une animation qui, même si elle défie toutes les lois de la physique, promet au Royaume-Uni d’être effacé de la carte par un tsunami provoqué par l’explosion du drone-missile nucléaire Poséidon. Les survivants seraient exposés « à des doses extrêmes de radiations ». Quelques jours auparavant, sur une chaîne concurrente, on calculait le temps nécessaire au dernier-né des missiles pour frapper les capitales « des pays qui livrent le plus d’armes à l’Ukraine » – 106 secondes pour atteindre Berlin, 200 secondes pour Paris, 202 secondes pour Londres. « Il est impossible à intercepter, ils n’auront même pas le temps de se retourner », s’enthousiasmait l’expert en plateau.

Un extrait de Et maintenant, la guerre ma vidéo du 26 janvier (rappel : la Russie envahira l’Ukraine 29 jours plus tard, le 24 février) :

Quand on m’a demandé il y a deux ans à l’Université Catholique de Lille de faire une série de conférences immédiatement sur l’après-Covid – on était en plein début donc on s’est dit « comment ce sera après ? » – un des thèmes que j’ai développés à ce moment-là – je l’avais déjà mentionné dans des livres précédemment – c’est le risque de guerre thermonucléaire généralisée à l’échelle de la planète. C’est un thème qui était peu développé. Pourquoi ? Je n’en sais absolument rien. Nous sommes un pays armé d’armes nucléaires. On a compté sur un équilibre de la terreur jusqu’ici pour ne pas les utiliser mais ce genre de miracle ne dure pas éternellement. Pourquoi n’y a-t-on pas pensé ? Je ne sais pas, d’autant qu’il y a des conflits larvés entre le Pakistan et l’Inde, du côté d’Israël, etc. qui sont une poudrière permanente et maintenant, il y a la possibilité, la possibilité pour la Russie de, je dirais, de prendre sa revanche sur la fin de l’Union soviétique. Ce n’est plus un régime de type soviétique. Il lui reste en commun un autoritarisme entre celui de Poutine et celui des dirigeants soviétiques de l’époque mais enfin bon, c’est la Russie.

Partager :

Ukraine : « Cette guerre a débuté en 2015 et non il y a deux mois », par Alexis Toulet

« Cette guerre a débuté en 2015 et non il y a deux mois »

Ce n’est pas faux, il y a des racines à tout cela, mais je me méfie du risque de négliger les ruptures.

Les Etats-Unis ont bien cherché de longue date à agrandir le cercle de leurs obligés en Europe, jusqu’à et y compris Ukraine et Géorgie, et ils étaient prêts à un certain nombre de « sales coups » pour cela. De même que la Russie a bien considéré de longue date les autres pays issus de l’ancienne Union soviétique comme « étranger proche » où la prééminence de son influence devrait aller de soi, et était prêt à un certain nombre de « sales coups » pour cela. Les Africains disent parait-il que « lorsque deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui souffre », de ce point de vue les Ukrainiens à partir de 2014 avaient le rôle de l’herbe…
Continuer la lecture de Ukraine : « Cette guerre a débuté en 2015 et non il y a deux mois », par Alexis Toulet

Partager :

« Et maintenant la guerre… la vraie », par alexandre cinq

La mécanistique de la fuite en avant d’un pouvoir fou comme un oiseau sans tête semble se mettre en place.

– jusqu’au boutisme dans l’opacité.
– déni de la réalité de l’impasse par rapport aux objectifs et à la planification primaire de cette guerre.
– pyramide de commandement sidérée par la peur et probablement captée et animée par les jusqu’au boutistes.
– diplomates qui nient l’évidence jusqu’à l’absurde.
– soutien du peuple au sens très large, très flou, réel ou affiché mêlant nationalisme, propagande, déni, sentiment d’oppression économique ou politique validant implicitement les thèses de propagande, impuissance, et le réflexe très russe et incompréhensible pour nous de ne pas s’intéresser à la chose publique pour ne pas se retrouver personnellement en difficulté, avec un rapport à l’accès à une possible « vérité » castré depuis des dizaines d’années, qui en fait même exclure sa possible existence…
Continuer la lecture de « Et maintenant la guerre… la vraie », par alexandre cinq

Partager :

Ria Novosti : « La Russie devrait agir comme le gardien des procès de Nuremberg »

Plutôt que de spéculer sur les intentions du Président Poutine vis-à-vis de l'Ukraine, il vaut mieux s'informer sur sa politique telle que la rapporte l'agence officielle Ria Novosti. Lisez ce qui suit, c'est essentiel.

RIA NOVOSTI a clarifié les plans de la Russie vis-à-vis de l’Ukraine et du reste du monde libre dans un article programmatique : Que doit faire la Russie avec l’Ukraine ?

Continuer la lecture de Ria Novosti : « La Russie devrait agir comme le gardien des procès de Nuremberg »

Partager :