Archives de catégorie : Psychanalyse

Mon activité de psychanalyste – mise à jour

J’ai réservé pour un analysant, la période du 22 au 31 octobre, chez moi à Vannes. Je pourrai prendre 2 ou 3 autres personnes pour une séance quotidienne. Si cela vous intéresse, vous pouvez me contacter ici.

L’un d’entre vous m’ayant posé la question, j’ajoute ceci :

J’ai fait une première analyse avec Paul Duquenne (1971 à 73) de La cause freudienne (Lacaniens), mais ai été véritablement formé par Philippe Julien (1987 à 91) de l’École freudienne de Paris, puis de l’École lacanienne de psychanalyse (un article dans Marianne en 2000 dit de lui : « l’ancien jésuite Philippe Julien, qui a troqué son amour de Dieu pour celui du transfert… » ; j’ajouterai que la même perspicacité l’y avait suivi).

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Survie de l’espèce : Quelque chose me gêne, par Romain His

Ouvert aux commentaires.

Bonjour Mr Jorion,

Je vous suis depuis quelques années, depuis 2008 en fait, ainsi que votre compère Mr Leclerc.

Depuis peu, quelque chose me gêne dans la manière dont le débat général tourne un peu en rond – pas le vôtre – je parle du grand débat dans nos sociétés. La démission de M. Hulot, la production record de pétrole, la fuite en avant nucléariste en France, mais aussi la révélation (dans Libé) de certains éléments de langage de tel lobby patronal afin de « minimiser » les mesures contre le réchauffement climatique, dessinent de plus en plus clairement une réalité, de nous, êtres humains. Je ne crois pas à cet optimisme béat dont vous parlez. Ce que je crois, c’est que nous continuons sur cette voie qui se révèle suicidaire par instinct d’espèce, cela inclut un optimisme de type religieux, mais ne s’y résume pas. Et ce que tout d’un coup, je « trouve », c’est que cette espèce, avec ses caractéristiques bizarres, individualiste et sociale, égoïste et altruiste, joueuse, féroce, brutale, puérile, libre, hiérarchisée, adaptative et rétive, n’est pas prise en compte en tant que telle par les sciences de la vie, à l’instar des autres animaux, en tant qu’animal.

Continuer la lecture de Survie de l’espèce : Quelque chose me gêne, par Romain His

9Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

À propos de « Le suicide de Stefan Zweig… et le nôtre ! », par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Synchronicité à nouveau confondante. Je viens de voir ta vidéo sur le suicide de Stefan Zweig. C’est un écrivain que j’apprécie particulièrement, notamment pour son amitié franco-germanique avec Romain Rolland, leur pacifisme et leur capacité à maintenir intacte la dignité de l’intellectuel en 14-18, alors que tous les autres se sont corrompus dans le bellicisme et la nationalisme idiots (même de grands scientifiques français, allemands, autrichiens, etc.).

Continuer la lecture de À propos de « Le suicide de Stefan Zweig… et le nôtre ! », par Cédric Chevalier

3Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’« instinct du tout va très bien, Madame la Marquise »

Courrier reçu à l’instant (qui me rappelle ceux que je recevais en 2006 : « Mais il y a toujours eu des gens qui ne pouvaient pas payer leurs traites… ») :

J’ai du mal à comprendre votre acharnement contre Trump qui occupe maintenant une belle part de votre  blog.

Dans le meilleur des cas il sera destitué ; d’autres l’ont été. Bien. Et après ? L’un poussera l’autre et la terre tournera toujours dans le même sens …

Ma réponse :

Vous ne semblez pas vous rendre compte des dégâts irréparables que Trump est en train de causer.

C’est un très grand mystère pour moi pourquoi des tas de gens ne voient pas une chose qui crève à ce point les yeux. C’est peut-être l’« instinct de mort » dont parle Freud.

Mais le fait est que je n’ai jamais cru à cette histoire d’« instinct de mort » (Thanatos) chez Freud. Ce dont il s’agit c’est d’une prédisposition à penser que quoi qu’il arrive, la situation est à peu de choses près business as usual. Et je suis convaincu que c’est là  la source de nos plus grands malheurs.

Ce qui nous conduit à l’extinction, ce n’est pas l’« instinct de mort », c’est l’optimisme béat : c’est l’« instinct du tout va très bien, Madame la Marquise ».

16Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Piqûre de rappel : La mémoire d’ANELLA (1988-1989), le 13 septembre 2009

Le billet de Marc Peltier que je viens de mettre en ligne : De l’intelligence artificielle produite par des méthodes optiques, où il a l’amabilité de rapprocher cette découverte faite à UCLA de mes propres recherches me donne envie de faire un parallèle entre « Le réseau profond considéré était un graphe pur, abstrait, autrement dit, de l’information », et le « réseau mnésique » d’ANELLA, lui aussi un « graphe pur, abstrait ». J’espère en faisant cela faire avancer la discussion de manière générale sur la question soulevée : « masses d’information confrontées et intelligence produite ».

Dans un de mes premiers billets, en 2007, Le robot lacanien, je parlais d’ANELLA (Associative Network with Emergent Logic and Learning Abilities), réseau associatif aux propriétés logiques et d’apprentissage émergentes, projet d’intelligence artificielle que j’avais créé pour British Telecom en 1988 et 1989, disant que j’avais retrouvé une disquette contenant le programme. Je n’étais pas tout à fait sûr de mon coup, les dates ne correspondaient pas (1992 au lieu de 1988) et le style de programmation non plus (QuickBasic au lieu de GWBasic) et passant un peu de temps sur les fichiers le mois dernier, j’avais dû déchanter : ce n’était pas ça, simplement une tentative ultérieure de créer une base de données en arrière-plan du logiciel.

Continuer la lecture de Piqûre de rappel : La mémoire d’ANELLA (1988-1989), le 13 septembre 2009

9Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Défense et illustration du genre humain » : le courrier des lecteurs

J’apprécie vos idées depuis une dizaine d’année, mais aujourd’hui, c’est vous personnellement que j’ai envie d’aimer, tant la lecture de votre dernier ouvrage m’a illuminé, et même psychanalysé. Je crois savoir que votre jargon nommerait cela un transfert : à 57 ans, j’ai dû perdre quelques inhibitions !

Éric Muller

2Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Trends – Tendances, La dynamique perverse du narcissisme des tyrans, le 21 juin 2018

La dynamique perverse du narcissisme des tyrans

Ouvert aux commentaires.

Erich Fromm, né en 1900 en Allemagne, mort en Suisse en 1980 après avoir passé de très nombreuses années aux Etats-Unis, était psychanalyste et sociologue. Il devint une figure respectée de la fameuse École de Francfort.

Fromm a publié en particulier en 1964 « Le coeur de l’homme. Son génie pour le Bien et pour le Mal », où il s’efforçait d’expliquer la personnalité d’Adolf Hitler et les raisons pour lesquelles le peuple allemand l’avait suivi. À cette fin, Fromm introduisit dans le vocabulaire psychanalytique, une nouvelle catégorie, celle de « perversion narcissique » (malignant narcissism).

Continuer la lecture de Trends – Tendances, La dynamique perverse du narcissisme des tyrans, le 21 juin 2018

14Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Brexit / Corée du Nord – Le monde entre dans une grande bifurcation – Retranscription

Retranscription de Brexit / Corée du Nord – Le monde entre dans une grande bifurcation. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le 12 juin 2018 et je vous parle d’une cellule au monastère de Ganagobie – à l’Abbaye de Ganagobie, dans le Midi – où j’ai été invité à venir évoquer pendant 2 jours – avec les économes des abbayes cisterciennes et bénédictines – de l’économie et en particulier de l’avenir de l’emploi et du travail.


Continuer la lecture de Brexit / Corée du Nord – Le monde entre dans une grande bifurcation – Retranscription

35Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Brexit / Corée du Nord – Le monde entre dans une grande bifurcation

Brexit : « Machine-arrière toute ! »

Erich Fromm : les pervers narcissiques

Blog de Paul Jorion : Le 12 juin 2018 : Quand un pervers narcissique rencontre un autre pervers narcissique…

4Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le 12 juin 2018 : Quand un pervers narcissique rencontre un autre pervers narcissique…

Quand un pervers narcissique rencontre un autre pervers narcissique… je ne sais pas ce qu’ils se racontent, mais lisant en ce moment attentivement The Heart of Man,  le livre publié en 1964 dans lequel Erich Fromm introduisit le concept, j’y trouve que les cas avancés sont borderline, perchés sur la frontière entre normalité et psychose, et que c’est le fait ou non que le monde résiste à leurs délires de grandeur qui provoque le basculement, un démenti total par les faits causant une sévère dépression.

Ainsi, tant que le monde le suit, l’Ego d’Hitler gonfle. Quand il perd, il déraille (voir le splendide film La chute),  puis, quand le démenti par les faits est total, il se suicide.

Si je vous raconte ça, c’est que demain deux spécimens de pervers narcissiques avancés se retrouvent sur le ring à Singapour. Je déduis du livre de Fromm que l’un des deux sera bientôt mort. À moins bien sûr que ce ne soient les deux. Ou à moins encore qu’ils ne nous entraînent tous avec eux dans leur délire au sommet basculant dans une Danse macabre universelle !

15Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les temps qui sont les nôtres : Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ? le 7 avril 2018 – Retranscription

Retranscription de Les temps qui sont les nôtres : Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ?. Merci à Marianne Oppitz et à Catherine Cappuyns ! Ouvert aux commentaires.

Bonjour. Nous sommes le samedi 7 avril 2018 et aujourd’hui je ferai une petite causerie dont le titre provocateur est : « Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ? ». Et si vous suivez un petit peu mon actualité, vous vous doutez d’ores et déjà qu’il s’agit de réflexions dans le sillage de la table ronde qui a eu lieu il y a exactement une semaine à Paris, à la Sorbonne, où j’étais interrogé en compagnie de Madame Catherine Simon qui est une spécialiste de la robotique, de Monsieur Raja Shatila qui représente la recherche en intelligence artificielle en France et nous étions interrogés par Madame Maylis Besserie. L’émission est visible sur l’internet – le podcast également maintenant – et elle est passée en direct en fait entre 14 heures et 15 heures, hier vendredi sur France Culture.

Continuer la lecture de Les temps qui sont les nôtres : Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ? le 7 avril 2018 – Retranscription

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les temps qui sont les nôtres : Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ?

Ouvert aux commentaires.

Nous sommes très intelligents … et très manipulables

France Culture, Forum « Les révolutions de l’intelligence » en public à la Sorbonne, le 31 mars de 2018

The Washington Post : A new study suggests fake news might have won Donald Trump the 2016 election, par Aaron Blake, le 3 avril 2018

Selective Exposure to Misinformation: Evidence from the consumption of fake news during the 2016 U.S. presidential campaign, par Andrew Guess, Brendan Nyhan, Jason Reifler, le 9 janvier 2018

Fake News May Have Contributed to Trump’s 2016 Victory, par Richard Gunther, Paul A. Beck, Erik C. Nisbet, le 8 mars 2018

Paul Jorion : Principes des systèmes intelligents, Masson 1989 ; Le Croquant 2012

2Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les onze ans du Blog de Paul Jorion : ce qui change pour lui et pour moi

À partir de demain, 1 er mars, le Blog de Paul Jorion redevient ma page personnelle. J’y traiterai par priorité les questions sur lesquelles j’ai posé un nouveau regard (elles seront ouvertes au débat) :

  1. Un modèle aristotélicien de la formation des prix en fonction des rapports de force
  2. Un modèle de la conscience comme artefact de l’enregistrement de la mémoire
  3. Une approche de l’Intelligence Artificielle à partir d’une dynamique d’affect
  4. Un modèle de la pensée en termes de relations symétriques ou anti-symétriques, expliquant en particulier la différence entre Orient et Occident

À partir du 1 er septembre, mon activité sera consacrée à

  1. La pratique de la psychanalyse à Vannes, mon lieu de résidence (pour prendre rendez-vous, c’est ici)
  2. Des conférences ou des cours à l’intention d’étudiants et de leurs professeurs exclusivement sur les quatre sujets mentionnés plus haut (pour me contacter, c’est ici)
  3. Des entretiens relatifs à mes nouvelles publications : La chute de la météorite Trump, mes romans, etc.)

Je continuerai de produire des vidéos qui seront consacrées à des sujets particuliers sous une nouvelle en-tête : « Les temps qui sont les nôtres ».

Je remercie tous les auteurs de billets que j’ai accueillis sur le blog. François Leclerc poursuivra à partir de demain ses reportages sur son site personnel : décodages.

Un forum est en place, reprenant les fonctionnalités des billets invités autres que ceux de François Leclerc, des commentaires de lecteurs, et de l’ancienne page Les débats du Blog de Paul Jorion. Il vous en sera dit davantage dans la journée. Il y aura une période d’essai d’un mois.

Le mensuel (P)ièces (J)ointes poursuit sa carrière : il fédérera désormais Le Blog de Paul Jorion, les publications de François Leclerc sur son site décodages, ainsi que les billets qui auront émergé comme les plus populaires sur Le Forum du Blog de Paul Jorion. On peut toujours s’abonner dans la colonne de gauche pour cette version imprimée du meilleur de l’Internet 😉 .

Continuer la lecture de Les onze ans du Blog de Paul Jorion : ce qui change pour lui et pour moi

21Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

The Chinese Room’s Secret, L’Homme 150, 1999 : 177-202

Paul Jorion, Le secret de la chambre chinoise, L’Homme 150, 1999 : 177-202

Désormais également en anglais ici.

À partir d’une observation de Jean Pouillon, il est montré, à la fois de manière déductive et en se fondant sur des données expérimentales, que la conscience ne dispose pas d’un pouvoir décisionnel. Son rôle se cantonne à transmettre des instructions au corps en fonction de l’affect qu’engendre et qu’évoque la perception. L’existence du langage permet aux sujets humains de produire un discours d’auto-justification de leurs faits et gestes. Celui-ci ne reflète cependant en aucune manière les mécanismes psychiques effectivement à l’oeuvre, son seul impact consiste à influencer l’affect de celui qui le tient (en tant que parole ou que « parole intérieure »), comme celui de ceux qui l’écoutent. Le couple « corps » et « âme » se trouve ainsi validé, mais les responsabilités qui leur sont traditionnellement reconnues doivent être réattribuées entre un corps qui décide et agit et une âme qui rétro-agit sur le mode de l’affect simplement.

8Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail