Archives par mot-clé : 1 %

LE 1% ET NOUS, par Michel Leis

Billet invité.

Le 1 %, (les plus riches) qui s’oppose aux 99% (vous et moi) est en réalité un concept interstellaire qui échappe à l’entendement de la plupart des individus. On le dénonce quand on a atteint un certain niveau de compréhension de l’état des rapports de forces dans notre société, on l’instrumentalise dans certains discours (ça peut être plus grave), rien n’y fait, on est aux antipodes de la réalité vécue par les citoyens.

La grande force du Front National, c’est d’être capable de mettre en scène ces inégalités vécues au quotidien comme une représentation de celles plus larges qui traversent la société. S’attaquer à ces inégalités supposées évite de traiter d’autres inégalités plus fondamentales. Réclamer la tolérance zéro s’applique au voleur à la tire, pas aux fraudeurs du fisc qui volent des milliards à la société ou aux spéculateurs qui jouent avec l’argent d’autrui. Réclamer la fin de l’assistanat ne vaut que pour le HLM en face, pas pour les banques qu’il faut à tout prix préserver de la faillite afin de sauver l’épargne du bon père de famille, etc, etc…

C’est bien la difficulté d’un programme de gauche (ou social-démocrate extrémiste). Réduire les inégalités et l’appétence pour le profit des 1 % ne modifie pas à court terme le quotidien des individus. Il ne semble pas avoir de prises ou de relations avec les fins de mois difficiles, les pressions subies dans l’entreprise, la difficulté à trouver un travail. Un tel programme ne se projette pas au niveau du citoyen, tout simplement…

Celui qui arrive à établir cette connexion entre les problèmes fondamentaux évoqués à longueur de billets dans ce blog et le quotidien des individus est candidat pour 2017…

Partager :

« Une nouvelle fantastique », par Julien Alexandre

Billet invité

Nous avons signalé récemment le dernier rapport d’Oxfam sur les inégalités. Lors de sa divulgation, les réactions ont été unanimes. Est-ce à dire pour autant que tous ceux qui se sont empressés de dénoncer à la cantonade la réalité décrite par ce rapport voient véritablement dans ces inégalités un fonctionnement fautif du capitalisme sur lequel il conviendrait à tout le moins de se pencher ? Évidemment non, c’est une unanimité de façade, tout simplement parce qu’on imagine mal un dirigeant – politique, économique – assumer un discours d’autosatisfaction devant les chiffres publiés par Oxfam.

Eh bien si ! il y a des gens qui ont ce « courage », font fi des contingences et de la « bien-pensance » et assument pleinement leurs « idées », comme Kevin O’Leary.

Interrogé sur un chiffre extrait du rapport – les 85 personnes les plus riches au monde possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres -, celui-ci accueille la nouvelle de façon extatique. En substance, pour les non-anglophones (la vidéo a été partiellement sous-titrée ici): « C’est une nouvelle fantastique, cela inspire tout le monde pour trouver la motivation, en regardant les 1 % (les plus riches) et en se disant « je veux être l’un d’entre eux, je vais me battre de toutes mes forces pour parvenir au sommet ». Qu’y-a-t-il de mal à cela ? Je glorifie le capitalisme ! Et ne me dites pas que vous voulez redistribuer la richesse de nouveau, ça n’arrivera jamais ».

Quand la journaliste lui fait remarquer gentiment qu’ils sont en train de parler de gens dans une pauvreté abjecte et extrême, Kevin O’Leary lui répond : « Absolument pas, on était en train de parler des riches ».

Avec des amis comme Kevin O’Leary, le capitalisme n’a pas besoin d’ennemis.

Partager :

EN FINIR AVEC LES INÉGALITÉS EXTRÊMES, par Julien Alexandre

Billet invité

Le dernier rapport publié par Oxfam est disponible en ligne depuis hier soir minuit. Intitulé « En finir avec les inégalités extrêmes », il dresse le portrait d’un monde miné par le développement de plus en plus rapide d’inégalités de plus en plus profondes. Et il propose des recommandations qui rejoignent pour l’essentiel celles faites ici-même sur le blog.

Quelques chiffres extraits du rapport :

  •  Près de la moitié des richesses mondiales sont maintenant détenues par seulement 1 % de la population.
  • La richesse des 1 % les plus riches s’élève à 110 trillions de dollars. C’est 65 fois la richesse totale de la moitié la moins riche de la population mondiale.
  • La moitié la moins riche de la population mondiale possède la même richesse que les 85 personnes les plus riches du monde.
  • Sept personnes sur dix vivent dans un pays où l’inégalité économique a augmenté au cours des 30 dernières années.
  • Les 1 % les plus riches ont augmenté leur part de revenu dans 24 des 26 pays pour lesquels Oxfam dispose des données entre 1980 et 2012.
  • Aux États-Unis, les 1 % les plus riches ont confisqué 95 % de la croissance post-crise financière depuis 2009, tandis que les 90 % les moins riches se sont appauvris.

Le mot de la fin à Adam Smith : « Aucune société ne peut être florissante et heureuse si une écrasante majorité de ses membres vivent dans la pauvreté et la misère. »

Partager :