Mark O’Connell, To Be a Machine (VI) La Singularité est-elle pour demain ?

Ouvert aux commentaires.

Comme le fait remarquer O’Connell dans son remarquable To Be a Machine (2017), la Singularité, telle que la comprennent les transhumanistes correspond bien à ce que J. Good, un ancien agent du contrespionnage britannique, avait caractérisé dans le titre d’un article publié par la NASA en 1965 comme « La dernière invention que l’homme devra jamais faire » (The last invention man need ever make) (90) : à partir de ce point de basculement, la machine inventerait tout, alors que nous, êtres humains, nous nous trouverions dans la position inconfortable du chimpanzé tentant d’interpréter ce qu’un être plus intelligent que lui tel que nous, décide de faire autour de lui.

Continuer la lecture de Mark O’Connell, To Be a Machine (VI) La Singularité est-elle pour demain ?

Partager

« De l’anthropologie à la guerre civile numérique » – X. L’homme est un robot sentant

Suite et fin de l’entretien du 5 mai 2016 avec Franck Cormerais et Jacques-Athanase Gilbert de la revue Études digitales, en complément de l’entretien intitulé De l’anthropologie à la guerre civile numérique.

X. L’homme est un robot sentant

Continuer la lecture de « De l’anthropologie à la guerre civile numérique » – X. L’homme est un robot sentant

Partager

De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

Ouvert aux commentaires.

I- La « mentalité primitive »

Jacques Athanase GILBERT

Votre parcours est particulièrement atypique, marqué en particulier par cette étonnante transition du chercheur au blogueur. Au-delà, votre pensée s’enracine dans le champ de la transdisciplinarité, empruntant à la fois à la philosophie, à l’anthropologie, à la sociologie et à l’économie. Comment appréhendez-vous cet itinéraire ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique, entretien réalisé le 21 mars 2016 (texte complet)

Partager

De l’anthropologie à la guerre civile numérique (VII), Le projet d’une Intelligence Artificielle, entretien réalisé le 21 mars 2016

Franck CORMERAIS

Vos propos nous ramènent à l’anthropologie de la connaissance que nous évoquions en début d’entretien. Vous réinvestissez la question des modèles et de l’apprentissage sur le mode du transfert théorique, en particulier à partir de votre ouvrage Principes des systèmes intelligents (1989). Vous y critiquez la disparition des maîtres de vérité, autrement dit de la figure de l’intellectuel, au profit des machines d’e-learning. Une telle dynamique vous semble-t-elle sanctionner à terme la disparition d’une forme d’intelligence ?

Continuer la lecture de De l’anthropologie à la guerre civile numérique (VII), Le projet d’une Intelligence Artificielle, entretien réalisé le 21 mars 2016

Partager

ANELLA : Comment mettre au point un robot qui ferait VRAIMENT peur !

Dans un article de Morgane Tual dans Le Monde du 9 mai intitulé Pourquoi Google se sert de romans à l’eau de rose pour améliorer une intelligence artificielle, on peut lire ceci :

[Selon] deux chercheurs de Georgia Tech, Mark Riedl et Brent Harrison, […] la littérature peut inculquer des valeurs morales à des programmes d’intelligence artificielle. « Nous n’avons pas de manuel rassemblant toutes les valeurs d’une culture, mais nous avons des collections d’histoires issues de ces différentes cultures », expliquent-ils dans leur article de recherche publié en février. « Les histoires encodent de nombreuses formes de connaissances implicites. Les fables et les contes ont fait passer de génération en génération des valeurs et des exemples de bons comportements. (…) Donner aux intelligences artificielles la capacité de lire et de comprendre des histoires pourrait être la façon la plus efficace de les acculturer afin qu’elles s’intègrent mieux dans les sociétés humaines et contribuent à notre bien-être. »

Continuer la lecture de ANELLA : Comment mettre au point un robot qui ferait VRAIMENT peur !

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 5 DÉCEMBRE 2014 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 5 décembre 2014. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, on est le vendredi 5 décembre 2014. Et si j’ai l’air un peu grippé, ne vous inquiétez pas, c’est parce que je suis un peu grippé ! Voilà. Mais ça va mieux, ça va mieux qu’il y a deux jours…

Alors, de quoi est-ce que je voudrais parler aujourd’hui ? Eh bien, je voudrais parler des robots, voilà : des robots. Des robots et moi, en fait, parce que, vous l’avez vu il y a quelques années, c’était en 2012, j’étais invité à « Ce soir (ou jamais !) », l’émission de Frédéric Taddéï, il y avait cette émission sur le chômage, et j’avais voulu dire, frapper un grand coup en disant : « Mais le problème est mal situé », et j’avais fait cette intervention, j’avais un peu répété ça dans ma tête, en me disant : « Ça, il faut absolument le dire : le travail disparaît, mais c’est nous qui l’avons voulu ! ».

Et ça a marqué, c’est repris même par le Figaro, on en parle. Evidemment, évidemment, du coup, on parle de plus en plus de robotisation, j’interviens sur ce sujet-là, justement, du point de vue du travail, le remplacement par le logiciel, par les robots. Et alors, dans les discussions qui ont lieu, là je m’énerve un peu, parce que les gens disent « Oui, mais enfin, les robots… », etc., et alors ils me racontent un truc, une représentation des robots, qui date de 30, 40 ans, 50 ans… Ce n’est pas du tout ce qui se fait maintenant.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 5 DÉCEMBRE 2014 – (retranscription)

Partager

Le temps qu’il fait le 5 décembre 2014

Sur Dailymotion, c’est ici.

La vidéo : Le travail disparaît, et c’est ce que nous avons voulu

Il y a des gens qui s’amusent régulièrement à enlever cette vidéo, heureusement il y en a d’autres qui s’amusent à la remettre.

Paul Jorion, Principes des systèmes intelligents

Le projet DeepMind

Portrait de Demis Hassabis dans Technology Review : Google’s Intelligence Designer, le 2 décembre 2014
Alex Graves, Greg Wayne, Ivo Danihelka : Neural Turing Machines, le 20 octobre 2014

Wikipedia en anglais : Paul Jorion

Partager

Comment donner une volonté à un robot

Parce que je me dis que cela pourrait intéresser certains d’entre vous qui n’auront pas le désir d’aller fouiller dans la discussion qui a lieu en ce moment à propos de ma vidéo d’hier, je donne à cet échange davantage de visibilité.

Jean Szrogh

Une chose encore. Pour qu`un ordinateur prenne une décision contrevenant a sa programmation, il doit avoir une motivation propre, ce qui nécessite au préalable que cet ordinateur acquiere la conscience de soi. Cette derniere peut-elle naitre de la matiere constituant l`ordinateur? Si la conscience de soi chez l`humain nait de la matiere constituant son cerveau, alors l`ordinateur pourrait en principe accéder a la conscience. Si, par contre, la conscience de soi chez l`humain (ou d`autres especes vivantes) n`est pas le produit de la matiere mais, comme le prétendent les religions, le fait d`un apport extérieur dit « divin », alors l`ordinateur restera ordinateur. La question de la prise de pouvoir des « robots » parait donc en rapport étroit avec la question (la plus grande des questions), sinon de l`existence de Dieu, du moins de la conscience de soi comme dépassant le niveau des protéines composant le cerveau. Cette question est loin d`etre résolue a ce jour sur notre petite planete aussi nous est-il difficile de dire des choses intelligentes dans ce domaine.

Partager

PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 11, réédition en librairie le 23 novembre

Je poursuis la publication des chapitres de Principes des systèmes intelligents. Bref récapitulatif.

11. Le parcours d’un réseau mnésique

Le moment est venu de faire un premier point. Nous nous efforçons dans cet ouvrage de déterminer les principes des systèmes intelligents. Ceux-ci sont un certain type de systèmes informatiques définis sur le modèle de ceux qui existent aujourd’hui sous cette dénomination, mais aux caractéristiques desquels ont été ajoutés deux traits supplémentaires : une capacité d’apprentissage et une disposition du système à négocier avec son utilisateur le savoir qu’il lui propose.

Ce qui distingue l’approche défendue ici des approches plus classiques réside dans une double volonté : celle de reprendre en quelque sorte le problème comme s’il n’avait jamais été traité, et celle de tendre vers les solutions les plus simples, suivant en cela la conviction que celles-ci n’ont peut-être jamais été véritablement explorées.

La perspective qui a été retenue comme étant probablement la plus économique envisage la génération du discours comme un parcours tracé à l’intérieur d’un espace contenant l’ensemble des mots de la langue, le « lexique ».

Continuer la lecture de PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 11, réédition en librairie le 23 novembre

Partager

PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 10 (II), réédition en librairie le 23 novembre

Je poursuis la publication des chapitres de Principes des systèmes intelligents. Pour que le modèle de la mémoire soit plausible par rapport à ce que nous savons de la constitution du cerveau et de ce que nous révèlent ses dysfonctionnements dans l’aphasie, l’approche classique en IA des « réseaux sémantiques » : mots attachés aux sommets d’un graphe, relations entre eux représentées par des arcs, doit être inversée : il faut recourir au « dual » d’un tel graphe, où les mots seront attachés à des arcs, et autant d’arcs qu’il existe d’usages possibles de ce mot.

Le dual d’un graphe

Le choix qui a été fait pour ANELLA a donc été d’inverser le mode de représentation classique en matière de réseaux sémantiques et d’utiliser les arcs pour représenter les éléments (antécédent et conséquent) des enchaînements associatifs, et de réserver les sommets pour un autre usage. La démarche suivie consistait donc – par rapport à la démarche classique – en une inversion des sommets en arcs et des arcs en sommets. Lorsqu’il s’agit comme ici de graphes, une telle inversion équivaut à la construction du « dual » d’un graphe.
 Il existe en fait pour un graphe donné de nombreux types possibles de duaux.
 La forme de dual nécessaire pour le type de représentation recherché exigeait :

a) qu’il privilégie l’enchaînement associatif, c’est-à-dire une séquence « sommet/arc/sommet » dans un réseau sémantique, pour le transformer en séquence « arc/sommet/ arc » dans un réseau mnésique ;

b) que le passage au dual génère automatiquement la distribution du signifiant en la multiplicité des enchaînements associatifs où il s’inscrit (il serait sans intérêt évidemment qu’il faille entrer « à la main » dans le système, « pomme entre poire et prune », « pomme entre Adam et Ève », et ainsi de suite).

Or, les mathématiciens n’avaient jamais décrit un objet possédant les propriétés que nous en exigions. Il a donc fallu formaliser un nouvel objet mathématique qui fut dénommé P-Dual d’un graphe.

Continuer la lecture de PRINCIPES DES SYSTÈMES INTELLIGENTS (1989), chapitre 10 (II), réédition en librairie le 23 novembre

Partager